Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/03/2010

n°321 - journal de l'Afghanistan - 23-02 au 21-03 - : Début :- : Black-out sur la couverture des attaques des résistants.

n°321 - journal de l'Afghanistan - 23-02 au 21-03 - : Début :- : Black-out sur la couverture des attaques des résistants.


Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



journal de l'Afghanistan

n° 321 - du 23-02 au 21-03

C.De Broeder & M.Lemaire



Avant propos

La guerre menée par le terrorisme contre ses adversaires déclarés est tout à fait invraisemblable.

Pour être crédible, cette histoire exigerait triplement et simultanément une excessive stupidité des terroristes, une incompétence extravagante des services policiers, et une folle irresponsabilité des médias. Cette invraisemblance est telle qu'il est impossible d'admettre que le terrorisme soit réellement ce qu'il prétend être’.

(MICHEL BOUNAN)

 

·                     Les médias occidentaux pro USA usent d’un terme générique- Al Qaida- Taliban - pour désigner tous les résistants .... idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes

Ps : Avant de vous lancer dans la lecture du journal, noter ceci: 'Al Qaïda'  & Al-Zarqaoui, Ben Laden Mollah Omar  = concept réducteur inventé par les Usa, pour désigner la résistance. Idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes


 Le "journal de l'Afghanistan" est  visible :

 sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html


 Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire.

Tiré à part : 

Black-out sur la couverture des attaques des résistants.

L’Afghanistan est riche en matières premières et en minéraux - Qui les exploite ?

Rapport : L'ambassade des USA à Kaboul 'presque' dépassée par les évènements.

Dommages Collatéraux... le Pentagone et l'Otan prolongent...

L’Otan tue 21 civils dans un bombardement.

8 morts par... erreur ? 

Cinquante civils afghans sont morts pour trois erreurs de l’OTAN.

Quatre enfants sous une bombe.

L’OTAN a dissimuler un carnage.

Civils entre deux feux.

Paroles & action du président...

Barack Obama tente de rassurer le monde musulman.

1 Analyse & déclaration :

Résistance

Occupants:

Suite

2 Occupation de l'Afghanistan 

Les forces en présence

3 Politique

1) collaborateurs afghans

(Fin)

2) occupants 

 



Tiré à part :

01-03

L'insurrection s'est considérablement intensifiée et s'est étendue à la quasi-totalité du pays ces deux dernières années, frappant au moyen d'attaques kamikaze, d'attaques de commandos et d'engins explosifs dissimulés sur les routes.

Malgré la présence de 121.000 soldats des forces internationales, américains pour les deux tiers, les actions de guérilla et les attaques des résistants déciment de plus en plus de militaires étrangers.

102 soldats étrangers ont déjà péri en Afghanistan dans les deux premiers mois de 2010.

01 mars

http://www.romandie.com/infos/News2/100301112405.vyjvxyom.asp

 

Black-out sur la couverture des attaques des résistants.

Les autorités afghanes ont imposé lundi un black-out sur la couverture instantanée par la presse des attaques des résistants. Elles considèrent qu'elle encourage les résistants dans leurs coups de main, dont les derniers ont fait six morts dans le sud du pays.

Les journalistes ne pourront couvrir que les suites des attaques des résistants et ce, avec l'autorisation de la direction nationale de la sécurité (DNS), le service de renseignement. La DNS a menacé d'arrêter les journalistes qui filmeraient des opérations sans autorisation et de confisquer leurs matériels.

"La couverture en direct ne bénéficie pas au gouvernement mais aux ennemis de l'Afghanistan", a déclaré Saïd Ansari, porte-parole de la DNS à un groupe de journalistes convoqués pour se voir notifier le black-out.

Il est désormais interdit de filmer et de retransmettre en direct une attaque en cours, même de loin, a précise M. Ansari, dont les consignes ont été dénoncés par les associations de journalistes afghans et de Defence des droits de l'homme.

"Cette décision empêche le public d'avoir accès à une information exacte à tout moment", a déclaré Abdul Hamid Mubarez, président du syndicat des médias nationaux afghans, qui s'est souvent plaint du harcèlement des autorités.

"Le gouvernement ne doit pas dissimuler son incapacité en interdisant aux médias de couvrir des incidents. Les gens veulent savoir tous les faits sur le terrain lorsque des incidents de sécurité ont lieu", a souligné pour sa part Laïla Noori, chargée des médias à l'Observatoire des droits en Afghanistan.

Le gouvernement avait imposé un black-out analogue l'an dernier le jour de l'élection présidentielle, mais c'était à titre exceptionnel, alors que, cette fois, c'est à titre permanent.

02 mars

http://www.romandie.com/infos/ats/display2.asp?page=20100302055127210172019048000_brf011.xml

 

L’Afghanistan est riche en matières premières et en minéraux - Qui les exploite ?

EXTRAIT

C’est à dessein que l’on n’a pas informé jusqu’ici l’opinion mondiale de ces richesses du sous-sol.
L’année dernière, la presse internatio­nale nous a appris qu’une entreprise chinoise avait obtenu un contrat pour la construction d’une ligne de chemin de fer et l’exploitation d’une mine de cuivre près d’Aynak.

Et maintenant, subitement, paraissent des rapports comme celui de l’U.S. Geological Survey, datant de 2007, sur le recensement de gisements de matières premières et de minéraux.1

L’Afghanistan possède ainsi, outre du cuivre, d’énormes gisements de fer, de soufre, de talc, de chrome, de magnésium, de sel, de mica, de marbre, de rubis, d’émeraude, de lapis-lazuli, d’amiante, de nickel, de mercure, d’or, d’argent, de plomb, de zinc, de fluorine, de bauxite, de béryllium et de lithium. En outre, on trouve là-bas d’importants gisements de phosphore, d’uranium et de thorium. Et il existe probablement encore des métaux précieux qu’on ne trouvait jusqu’ici qu’en Chine et qui sont importants en électronique. C’est l’US Geological Survey qui a recensé ces gisements entre 2005 et 2007.
Selon sa carte des minéraux, les gisements les plus importants se trouvent dans l’Est et le Sud-Ouest du pays. C’est dans ces pro­vinces que se trouvent les plus importantes bases des forces armées américaines. Les Américains justifient cette concentration régionale de bases en invoquant la résistance des résistants et la lutte contre leur logistique, leurs combattants et leurs soutiens dans les régions tribales pakistanaises.

La vraie raison de ces bases et des opérations militaires améri­caines serait-elle autre?

Ne serait-il pas possible que les Etats-Unis aient pris le contrôle de ces gisements de minéraux afin qu’ils soient exploités plus tard par des sociétés américaines?

Si cette hypothèse est juste, on peut imaginer que les Américains induisent en erreur les Etats européens, dont les troupes sont stationnées ailleurs, avec leur concept de guerre et de nation building.

Il est possible que certains Etats soient au courant et qu’ils participent plus tard à l’exploitation de ces richesses. Dans ce cas, la guerre de l’OTAN ne serait rien d’autre qu’un vol aux dimensions géopolitiques! 

1     Preliminary Assessment of Non-Fuel Mineral Resources of Afghanistan, 2007, U.S. Geological Survey, U.S. Department of the Interior, Washington D.C., October 2007

 http://www.horizons-et-debats.ch

 

Rapport : L'ambassade des USA à Kaboul 'presque' dépassée par les évènements.

L'ambassade des Etats-Unis à Kaboul, fer de lance civil de l'ambitieuse stratégie du président Barack Obama en Afghanistan, est à un point de rupture qui fait douter de sa capacité à remplir sa mission, selon un rapport officiel rendu public samedi.

"Même sous la houlette de supérieurs compétents, avec les meilleures intentions du monde et les efforts les plus fervents, l'ambassade de Kaboul fait face à de sérieux obstacles pour arriver en temps voulu au +succès+ demandé par l'administration", souligne ce rapport de l'inspecteur général du département d'Etat.

Les personnels de l'ambassade, alors qu'ils étaient quasiment entièrement renouvelés, ont en même temps dû aider à l'organisation des élections présidentielles et contribuer à la révision de la stratégie afghane menée par la Maison Blanche l'année dernière.

De fait, le triplement des personnels civils -ils doivent passer de 320 à 900 début 2010- et les difficultés rencontrées pour les mettre à pied d'oeuvre "vont restreindre, à court terme, la capacité de ces nouveaux fonctionnaires à promouvoir la stabilité, la bonne gouvernance et l'établissement d'un véritable cadre juridique".

Ce sont les piliers même de la mission qui leur a été confiée par le président Obama pour lequel un Afghanistan stable est un élément essentiel de la lutte contre Al-Qaïda.

Le département d'Etat et l'ambassade à Kaboul n'étaient pas en mesure de commenter immédiatement.

Le rapport met également l'accent sur le nombre "incroyable" de visiteurs officiels que l'ambassade doit prendre en charge.

Ces visiteurs "distraient des militaires et civils qui seraient normalement déployés pour participer à la lutte contre l'insurrection et aux efforts de reconstruction. Or, ce sont précisément ces efforts que ces visiteurs sont venus évaluer", souligne le rapport.

Les délégations sont tellement nombreuses que certains personnels interrogés par les enquêteurs ont parlé de "tourisme de guerre".

Le rapport dénonce aussi des conditions de travail difficiles: semaines de 80 heures qui épuisent les fonctionnaires, rotation du personnel qui empêche de bien maîtriser les dossiers et de les suivre. Et jusqu'au décalage horaire qui contribue à la désorganisation.

Le siège à Washington n'hésite pas à organiser des téléconférences en fin de journée quand il est déjà 2 ou 3 heures du matin à Kaboul.

Le document note également que l'ambassade a du mal à suivre de près les contrats qu'elle assigne, une tâche rendue encore plus difficile par les dangers qui guettent ses personnels en-dehors de l'enceinte ultra-protégée de la mission au centre de Kaboul.

L'enquête de l'inspecteur général a été menée d'octobre à novembre 2009 et le rapport rédigé en février. Il est disponible à l'adresse: http://oig.state.gov/documents/organization/138084.pdfa

06.03.

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-41873615@7-60,0.html


Dommages Collatéraux... le Pentagone et l'Otan prolongent...

L’Otan tue 21 civils dans un bombardement.

La force internationale de l'Otan (Isaf) a tué dimanche au moins 21 civils dans un bombardement aérien dans le centre de l'Afghanistan, dont des femmes et des enfants, en croyant viser des résistants,( !!!) (…)  a déclaré lundi le porte-parole du ministère afghan de l'Intérieur.

L'Otan a reconnu que des femmes et des enfants étaient sur les lieux du bombardement et promis une enquête.

Les avions de l'Isaf ont visé trois véhicules dimanche matin dans la province d'Oruzgan, a précisé le porte-parole afghan, Zemaraï Bashary. "Selon les premières informations, 21 civils ont été tués dans ces frappes, dont des femmes et des enfants, et 14 autres ont été blessés", a-t-il précisé.

Selon M. Bashary, les trois véhicules ont été bombardés sur la route entre les districts de Kijran et de Chahar Chino, dans l'Oruzgan.

22 février

http://www.romandie.com/ats/news/100222072437.2o6k3fx1.asp

 

8 morts par... erreur ? 

"L'Otan admet que les morts de 8 garçons étaient une erreur"(…)  titre le quotidien britannique The Times à propos d'un raid en Afghanistan.

Le Times affiche à la Une 7 photos plus une silhouette, représentant les 8 défunts âgés de 12 à 17 ans, accusés à l'époque d'appartenir à un réseau de poseurs de bombes au bord des routes.
"
Un raid nocturne dans l'est de l'Afghanistan pendant lequel huit écoliers on été tués a été déclenché sur la base d'un reseignement erroné, et n'aurait jamais du être autorisé, montre une enquête du Times."(…)
"Dix enfants et teenagers sont morts quand des troupes ont donné l'assaut dans une coin de montagne isolé près de la frontière avec le Pakistan en décembre."
"A l'époque, l'Otan avait indiqué que l'assaut visait «un groupe d'résistants identifié et responsable d'une série de violentes attaques»
596 tués par l'Otan ou l'armée afghane, 186 d'autres causes" chiffres de la "Mission d'Assistance de l'ONU en Afghanistan"

25/02

(The Times)

http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=7277

Cinquante civils afghans sont morts pour trois erreurs de l’OTAN.

Trois bavures successives, survenues la semaine dernière lors de tirs de missiles et de raids aériens. Le Général McChrystal a beau regretter; à la tête des troupes internationales en Afghanistan, il manque à ce qu’il appelle  ses missions essentielles …: protéger les civils.

La colère monte à Kaboul au point que les sénateurs demandent l’exécution publique des soldats de l’OTAN qui tuent des innocents. 

Le Grand Soir reprend en substance ici un article tiré du blog de Juan R.I.Cole, Président du Global American Institute.

Published on mars 1, 2010 par apetimedia

 

Quant au Président Karzai, il est très préoccupé, mais par toute autre chose, car il a fort à faire pour se maintenir au pouvoir. Emprisonné par le Commandant Massoud qui le soupçonnait d’être un agent pour le compte du Pakistan, Hamid Karzai a été ensuite placé au pouvoir par le Département d’État américain. Malgré des votes frauduleux invalidés, il a pourtant été réélu en novembre 2009 grâce au désistement de son opposant de  l’Alliance Nord, Abudullah. Il y a un mois à peine, le Parlement afghan rejetait les membres du Cabinet qu’il avait nommés. De l’instauration de la démocratie à celle d’une dictature, il n’y a qu’un pas.

Le Grand Soir reprend en substance ici un article tiré du blog de Juan R.I.Cole, Président du Global American Institute.

Published on mars 1, 2010 par apetimedia

 

Quatre enfants sous une bombe.

Une bombe a tué quatre enfants et un adulte dans le nord-est du pays, a annoncé jeudi l'OTAN.

Les forces internationales et afghanes ont évacué au moins trois autres enfants blessés vers un hôpital militaire après l'explosion qui s'est produite dans la province de Kapisa, au nord de Kaboul.

11/3

http://fr.news.yahoo.com/3/20100311/twl-afghanistan-attaque-fcd69a8_2.html

 

L’OTAN a dissimulé un carnage.

Le 12 février dernier, un raid nocturne lancé par des soldats américains et afghans sur une maison de notables a tourné au carnage. La maison ainsi prise d’assaut accueillait en effet une fête de baptême.

Selon le « Times », les militaires de la coalition ont ouvert le feu sur l’assistance, tuant cinq personnes, dont deux frères, l’un commandant de police, l’autre procureur, ainsi que deux femmes enceintes et une jeune fille. Un adolescent de quinze ans a également été blessé.

Confronté à ce carnage les autorités de l’OTAN ont alors cherché à se disculper, le communiqué officiel publié après les faits affirmant que les soldats avaient découvert sur les lieux des « atrocités » et que les trois cadavres de femmes étaient « bâillonnés et ligotés ».

Une version démentie par de nombreux témoins qui affirment que les victimes sont bien tombées sous les balles des soldats de la coalition.
A ce jour, l’OTAN refuse toujours d’identifier l’unité responsable de ce massacre.

De leur côté les américains, par l’intermédiaire des doyens du village, ont proposé une indemnisation à la famille, environ 2 000 dollars pour chacune des victimes, suscitant la colère et le mépris des proches des disparus pour qui « l’argent ne ramènera pas les nôtres ». 

18/03

[cc] Novopress.info, 2010,

Article libre de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

 [http://fr.novopress. info]

http://fr.novopress.info/53453/afghanistan-l%E2%80%99otan-a-voulu-dissimuler-un-carnage/

 

Civils entre deux feux.

Les affrontements opposant les Occidentaux aux résistants auraient fait, selon l’ONU, 2400 victimes collatérales en 2009.

Tandis que les pays de la coalition internationale rendent solennellement hommage à leurs soldats tombés en Afghanistan, les civils enterrent leurs morts dans l’indifférence générale. Engagées depuis la mi-février dans une périlleuse offensive dans la province du Helmand, qui jouxte la frontière pakistanaise, les forces de l’Otan sont confrontées au ressentiment des populations traumatisées par ces bavures meurtrières.

Dans la province voisine de l’Orozgan, le 22 février, une trentaine de civils, dont des femmes et au moins un enfant, ont été tués dans un bombardement aveugle. Semaine après semaine, le général Stanley McChrystal, commandant en chef des forces de l’Otan, doit présenter ses « excuses sincères » et promettre des « enquêtes sérieuses » au gouvernement afghan pour ces « dégâts collatéraux ». Des parlementaires afghans ne se satisfont plus de cette compassion diplomatique et exigent maintenant de sévères sanctions pénales.

Combien d’innocents sont tombés sous les bombes ou sous les tirs de la coalition? Difficile de répondre avec précision tant, de Kaboul à Washington, les sources divergent. Selon l’ONU, plus de 2400 civils afghans ont été tués en 2009, contre 2100 l’année précédente. Ces chiffres sont à comparer avec les 4500 civils morts en Irak en 2009 (10000 en 2008).

Les pertes de l’armée américaine en Afghanistan ont franchi le cap symbolique des 1000 morts, depuis 2001.

17/03

Tous droits de reproduction

http://www.jeuneafrique.com/



Paroles & action du président...

Barack Obama tente de rassurer le monde musulman.
nb :
Ndlr : La publication de l'article  ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l'auteur mais doit être vu comme information..

À l'occasion du Forum Islam-États-Unis ce week-end à Doha, Barack Obama a adressé un message vidéo pour défendre sa politique à l'égard du monde musulman.

Le président a nommé un émissaire spécial auprès de l'OCI.

Huit mois après le discours du Caire, dans lequel il avait appelé à un «nouveau départ » dans les relations entre les États-Unis et le monde musulman, Barack Obama poursuit sa politique d'ouverture à un moment où les défis sont plus importants que jamais. Le président américain vient de nommer un émissaire à l'Organisation de la conférence islamique (OCI) et défendu son action dans une vidéo retransmise à l'ouverture du septième Forum mondial Islam-États-Unis ce week-end à Doha. La secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, devait y prononcer dimanche un discours avant de se rendre lundi en Arabie saoudite pour chercher des appuis sur le dossier iranien.

Dans son message, Barack Obama a pris soin des détails. Il commence par un «Salam Aleikoum» et précise que son émissaire à l'OCI, Rashad Hussain, avocat et l'un de ses proches collaborateurs à la Maison-Blanche, est un «Hafiz» du Coran, terme arabe désignant ceux qui ont appris par cœur le texte saint.

Depuis le discours du Caire, force est cependant de constater que le monde n'a guère changé. L'envoi de nouvelles troupes en Afghanistan et la menace de sanctions contre l'Iran sont mal perçus par une partie du monde musulman, qui y voit la poursuite de la politique de George Bush. Dans son message, Barack Obama a pris la mesure de ces inquiétudes. «Les États-Unis et les musulmans ont souvent été entraînés dans un cycle de méfiance et d'incompréhension qui peut mener au conflit plutôt qu'à la coopération», a-t-il reconnu, admettant que «beaucoup reste à faire». À propos de l'Afghanistan, parallèlement à une opération militaire d'envergure, le président a expliqué que les États-Unis essaient «d'établir des partenariats afin d'isoler les extrémistes violents».

Des sanctions contre l'Iran 

 Malgré l'absence de résultats concrets sur les grands dossiers diplomatiques, Barack Obama a défendu sa politique, affirmant avoir «jeté les bases en vue de traduire les engagements dans les faits». En Irak, a-t-il dit, les États-Unis «se sont attelés à mettre fin de manière responsable à la guerre». Il a réitéré l'engagement de la Maison-Blanche à résoudre le conflit israélo-palestinien, malgré l'absence totale de progrès depuis son arrivée au pouvoir.

Hillary Clinton doit d'ailleurs discuter des nouvelles initiatives américaines avec ses interlocuteurs arabes dans le Golfe. La secrétaire d'État doit rencontrer le roi Abdallah pour lui proposer d'augmenter les livraisons de pétrole à la Chine et convaincre ainsi Pékin de se rallier aux autres membres du Conseil de sécurité sur des sanctions contre l'Iran, soupçonné de chercher à se doter de l'arme nucléaire. Elle devait aussi rencontrer le premier ministre turc, dont le pays est membre non permanent du Conseil de sécurité et également opposé à des sanctions. Mme Clinton doit enfin s'entretenir sur la présence d'al-Qaida dans la région du Golfe, alors que la Maison-Blanche a choisi d'intensifier les attaques de drones contre des cibles précises, notamment au Yémen.

15/02

http://www.lefigaro.fr/international/2010/02/15/01003-20100215ARTFIG00409-barack-obama-tente-de-rassurer-le-monde-musulman-.php 



1 Analyse & déclaration

a) Résistance  

09-08

L'intensité des combats a régulièrement augmenté depuis fin 2001, les résistants étant en mesure peu à peu de relancer leurs attaques contre les forces occidentales.

AFP

05-03

Les résistants ont revendiqué mercredi l'attaque- kamikaze contre une base de l'OTAN et de l'armée afghane dans la province de Khost, dans l'est du pays.

Le complexe héberge des militaires de l'Isaf ainsi que la police des frontières afghane.

Un militant vêtu d'un uniforme de la police afghane a infiltré la base mardi soir et déclenché son gilet bourré d'explosifs près d'un groupe de soldats qui se réchauffaient auprès d'un feu, a affirmé le porte-parole des résistants, Zabiullah Mujahid, par téléphone.

Les troupes américaines commandent la majeure partie de la zone frontalière avec le Pakistan, dans l'est de l'Afghanistan. Deux soldats ont été tués et plusieurs autres blessés.

http://fr.news.yahoo.com/

http://fr.news.yahoo.com/4/20100310/twl-afghanistan-violences-38cfb6d_1.html

 

Une journée bien remplie...

Des dizaines de soldats américains ont été tués à Marjah ce mercredi et jeudi.

La résistance a tué des dizaines d'envahisseurs américains, ainsi que 4 véhicules blindés à Marjah. Une série d'explosions par des mines posées par des Moudjahidin ont causé des pertes aux envahisseurs US ce mercredi et jeudi.

Selon les détails, l'un des véhicules des envahisseurs terroristes américains, a été déchiré complètement par la puissance de l'explosion ce jeudi, plus précisément dans la zone de Trikh Nawar à Marjah tuant ou blessant les envahisseurs selon les moudjahidin de la région.

 En outre, une douzaine de terroristes américains ont été tués lorsque deux véhicules militaires américains ont été touchés par des bombes artisanales (IED) à Sistani, dans la banlieue de Marjah, ce mercredi.
Mercredi également, des blindés américains ont été la cible de bombes artisanales sur la route de Kru Charhi-Marjah.

Par ailleurs, un peu plus d'une heure plus tard, le même jour, un autre blindé des envahisseurs américains se fait sauter par une bombe artisanale (IED) à Qasab Rahi dans la zone de Char à Marjah, en éliminant les envahisseurs américains qui ont tous été tués lors de la forte explosion.
 - Dans un autre incident, ailleurs mais toujours à Marjah, des Mujahideen dans un face à face,  ont tué deux envahisseurs américains et blessé quatre autres à  Nari Mandah, le mercredi soir.
- Plus tard dans la nuit de jeudi, les envahisseurs américains ont attaqué des maisons de civils dans la zone de Zoor Maktab à Marjah, tuant deux civils, dont un vieil homme et plusieurs civils ont été emmenés par les soldats américains vers leur base. Ceci a été signalé par Zabihullah Mujahid, porte parole de l'Emirat Islamique en Afghanistan.

Ecrit par Censored31 qui est journaliste, chercheur et analyste, spécialiste du renseignement et de la communication stratégique

6 Mars

Par Censored31

 

Les résistants rejettent la main tendue de la "marionnette" Karzaï.

Les résistants afghans ont rejeté un nouvel appel à la réconciliation formulé samedi par le président Hamid Karzaï. "Karzaï est une marionnette, il ne peut pas représenter un pays ou un gouvernement", a déclaré leur porte-parole Qari Mohammad Yousuf. (Reuters/Matt Dunham/Pool)

"Karzaï est une marionnette, il ne peut pas représenter un pays ou un gouvernement", a déclaré leur porte-parole Qari Mohammad Yousuf. "Il est enlisé dans la corruption et entouré de chefs de guerre qui s'enrichissent."

Lors de la conférence internationale de Londres le 28 janvier, Hamid Karzaï avait invité les résistants à participer rapidement à une "loya jirga" (grande assemblée) des anciens pour discuter des moyens de ramener la paix dans le pays.

Il avait aussi obtenu le soutien des pays donateurs à son projet de réintégrer dans la vie civile les combattants résistants qui renonceraient à la violence.

S'exprimant à l'occasion de la reprise des travaux du parlement de Kaboul après la trêve hivernale, le chef de l'Etat a de nouveau proposé samedi aux résistants et aux autres mouvements d'opposition de s'engager dans un processus de réconciliation.

Les résistants résistants exigent comme préalable à toute discussion le départ des forces occidentales du pays.

21/2

http://www.lexpress.fr/actualites/2/les-résistants-rejettent-la-main-tendue-de-la-marionnette-karzai_850232.html


b) Troupes d'occupation : Analyse & déclaration

L'armée prépare une offensive à Kandahar

Alors que d'intenses combats se poursuivent dans la région de Marjah, dans le sud du pays, les troupes canadiennes en Afghanistan préparent une offensive anti-résistantse majeure à Kandahar, dont le succès pourrait dépendre du soutien de la population locale.

«Les opérations qui seront menées cet été dans la province de Kandahar seront différentes de ce qu'on voit dans la province du Helmand. Bien entendu il y aura des combats, mais ils devraient avoir lieu dans les campagnes, à l'extérieur des villes et des grands villages, ce qui est essentiel dans une guerre de contre-insurrection», a indiqué hier, par téléconférence, le brigadier-général Dan Ménard, commandant de la force opérationnelle en Afghanistan.

«Prélude»

Au même moment, les autorités américaines ont indiqué que l'offensive actuelle dans la région de Marjah, à laquelle participe le Canada, n'est qu'un «prélude» à ce qui se prépare dans la province voisine de Kandahar. Les combats dans cette région auraient déjà fait 28 victimes civiles, selon la commission afghane des droits de la personne. Les commandants de l'OTAN ont par ailleurs dû s'excuser publiquement, mardi dernier, pour la mort d'au moins 21 civils dans des bombardements aériens sur la province d'Uruzgan, non liés aux opérations à Marjah.

S'il est impossible d'éviter complètement la mort de civils lors des combats, limiter ce genre d'incidents est fondamental pour assurer le succès de la lutte contre les résistants, croit le brigadier-général Ménard.

«Il n'y a aucun doute que le succès de la mission (à Kandahar) repose sur la population, a-t-il expliqué. Chaque fois que des civils locaux sont tués ou blessés par nos opérations, ça nuit à 100% aux opérations.»

Les forces canadiennes et leurs alliés tentent depuis des mois de gagner la confiance de la population locale, notamment en vivant parmi elle, afin qu'elle s'allie à eux plutôt qu'aux combattants résistants.

«Malgré l'accent énorme que l'on place sur cette réalité, lorsque les résistants se dissimulent dans les villages et dans les villes, c'est extrêmement difficile de différencier ces gens-là de la population qui, elle, est prête à nous appuyer», a dit M. Ménard, ajoutant que de plus en plus d'Afghans aident les militaires en leur indiquant où sont dissimulés les engins explosifs artisanaux et où se cachent les résistants.

Mais la confiance des Afghans n'est pas encore acquise aux forces de l'OTAN, concède-t-il.

«Tout va dépendre de cet été, a souligné le brigadier-général. Si nous faisons notre travail comme il faut, non seulement on sera en mesure de combattre avec 5400 soldats, mais on va pouvoir combattre avec les Afghans qui travaillent avec nous, et aussi peut-être le million d'habitants qui, eux, vont dire qu'ils ne veulent pas voir les résistants dans leurs villages parce qu'ils sentent qu'on est en mesure de les protéger.»

La stratégie des forces alliées sera donc de forcer la tenue des combats à l'extérieur des villes, loin des foyers de population, d'une part pour éviter de faire des victimes civiles et, d'autre part, pour isoler les résistants.

Du côté américain, on insiste que la prise de Kandahar est «l'objectif pour 2010».

Actuellement, depuis la mi-février, quelque 15 000 soldats des forces de l'OTAN participent à l'opération Mushtarak, dans la province du Helmand, où se trouvent les villes de Marjah et Nad Ali.

27/2

http://www.cyberpresse.ca/dossiers/le-canada-en-afghanistan/201002/27/01-4255933-larmee-prepare-une-offensive-a-kandahar.php


Otan- Isaf  

Année «décisive» pour la nouvelle stratégie…

Nb

Le général McChrystal est un peu le héros de la coalition, en Afghanistan. Le commandant en chef des forces internationales dans le pays (Isaf), nommé en mai et loué pour son charisme et son intelligence, cristallise l'espoir des militaires de ne pas perdre la guerre. C'est lui qui a rédigé le rapport sur lequel le président américain, Barack Obama, s'est fondé pour élaborer sa nouvelle stratégie en Afghanistan.

Quatre priorités ont été établies: protéger la population (au lieu de courir après les résistants), renforcer la police et l'armée afghanes, améliorer la gouvernance pour que les autorités regagnent la confiance de la population, et impliquer les pays voisins - en premier lieu le Pakistan, base arrière des résistants liés à Al-Qaida.

Tout est en place pour réussir

A la différence des années précédentes, où l'attention américaine s'était tournée vers l'Irak au détriment de l'Afghanistan, Obama a voulu cette fois mettre les moyens, financiers et humains.

Après un premier renfort de 20.000 hommes en 2009, il déploiera 30.000 soldats de plus d'ici à cet été, avant un début de retrait, si les conditions le permettent, à partir de juillet 2011. «On aurait dû y aller massivement dès le début, on ne l'a pas fait, alors que les Afghans attendaient désespérément de l'aide, juge un responsable militaire américain. Cette fois, tout est en place pour réussir. Il n'y a pas de plan B.» Tous sont unanimes: cette année sera décisive. Il faudra patienter jusqu'à l'automne pour voir si la stratégie porte ses fruits, l'été étant la période privilégiée des résistants pour attaquer. «Il y aura des moments difficiles, des retours en arrière, des pertes civiles, mais je suis sûr qu'à terme, en partenariat avec les Afghans, nous réussirons», a assuré McChrystal à quelques journalistes, dans une interview conjointe avec le nouveau Haut représentant civil de l'Isaf, Mark Sedwill.

http://fr.news.yahoo.com/82/20100303/twl-anne-dcisive-pour-la-nouvelle-stratg-8f38f87.html


Les commentaires sont fermés.