Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/05/2010

n°481 - Journal d'Irak - 17/04 au 07/05/10 - Début Le Pentagone a fait disparaître les preuves d'un massacre de civils et de journalistes

n°481 - Journal d'Irak - 17/04 au 07/05/10  - Début  Le Pentagone a fait disparaître les preuves d'un massacre de civils et de journalistes


Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix. Sa diffusion est un acte de résistance.

Les médias occidentaux dans leur large majorité ont de tout temps accepté les versions des armées occupantes et ferment les oreilles aux autres sources.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!



Journal d'Irak

n°481                 du 17/04                   au 07/05/10

C.De Broeder & M.Lemaire



Le " Journal d’Irak  " est visible  sur ...

a) sur mes blog : 

 

a)   sur mes blog : 

http://www.dhblogs.be/categories/International.html

http://www.lalibreblogs.be/categories/International.html

 

b) sur le site :  www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

c) sur le site de Robert Bibeau :  : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

 

d) sur le site de Eva Resis(revoir si juste)    :  no-war.over-blog.com

http://no-war.over-blog.com/ 

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire :

Tiré à part :

La prison de Mouthana nouvelle Abou Ghraib.

ArmyTimes : Chaque jour, 18 vétérans US en moyenne font une tentative de suicide.

Dommages Collatéraux... le Pentagone prolonge

Bill VanAuken : une tuerie en Irak, des soldats américains s'excusent.

Lutte pour la libération du territoire

La résistance contre l'agresseur

Résistance :

1 Analyse

Des résistants

2 Occupation de l'Irak

3 Politique

1) collaborateurs Irakiens

Fin

2) occupants 

4 Libération du territoire

Détails.

L'Irak en chiffre. 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Petit zapping: Guerre en Irak 2003

5-2 Vidéo présentent l'assassinat d'une douzaine de civils et journalistes irakiens paisibles et désarmés

5-3 Le Pentagone a fait disparaître les preuves d’un massacre de civils et de journalistes.

5-4 Menteur comme un journaliste.

6 Les brèves

6-1 Human Rights Watch dénonce les actes de torture dans une prison irakienne

6-2 La CIAveut améliorer ses techniques d'espionnage.

6-3 Massacre de mercenaires de Blackwater: acquittement du militaire Jonathan Keefe accusé d'avoir ‘maltraité’ un prisonnier.

6-4 Allaoui envisage un nouveau scrutin sous contrôle international.



Tiré à part :

La prison de Mouthana,( Bagdad, ) nouvelle Abou Ghraib.

Des détenus ont été violés, torturés à l'électricité et frappés dans une «prison secrète» à Bagdad, qui a ensuite été fermée, a affirmé mercredi dans un rapport l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW).

Ces affirmations rappellent les mauvais traitements infligés en 2004 à des prisonniers irakiens par une unité de l'armée américaine dans la prison d'Abou Ghraib, près de Bagdad, et qui avaient révulsé l'opinion publique internationale.

HRW indique avoir interviewé 42 hommes récemment transférés de la «prison secrète» de Mouthana vers le centre de détention de Roussafa, dans l'est de Bagdad, après des informations faisant état de mauvais traitements dans cette prison.

Sous la juridiction d'al-Malicki

«L'horreur que nous avons découverte laisse à penser que la torture était la norme à Mouthana», centre de détention situé dans l'ancien aéroport de Mouthana, dans l'ouest de Bagdad, affirme Joe Stork, directeur adjoint du département Moyen-Orient de HRW.

Selon HRW, durant les interrogatoires, les enquêteurs pendaient par les pieds les prisonniers, les frappaient, les fouettaient et leur mettaient un sac en plastique sur le visage pour les empêcher de respirer. La prison était contrôlée par l'armée irakienne et sous la juridiction du Premier ministre irakien al-Malicki.

«Quand ils s'évanouissaient, ils étaient ranimés par des chocs électriques sur leurs parties génitales et sur leur corps», ajoute le rapport. Des détenus ont affirmé que les enquêteurs et les services de sécurité les sodomisaient avec des manches à balai ou avec leur pistolet.

Brûlures à l'acide

Certains ont dû faire des fellations aux interrogateurs et aux gardes, assure le rapport. Les détenus étaient fouettés avec des câbles, brûlés à l'acide ou avec des cigarettes et ont eu les dents cassées. Un détenu a raconté qu'un autre prisonnier décrit comme un médecin avait réclamé des soins d'urgence pour un codétenu victime d'une hémorragie cérébrale après avoir été torturé.

«Les gardiens ont sorti l'homme torturé de la cellule, et l'y ont ramené (peu après) disant qu'il allait bien. Il est mort une heure plus tard», a-t-il dit. Interrogés le 26 avril dans le centre de détention de Roussafa, les détenus, originaires de la province de Ninive (nord) et soupçonnés d'être des insurgés, ont été arrêtés en 2009, selon le rapport.

Fermeture après protestations

«Le gouvernement doit poursuivre en justice tous les responsables de ces brutalités systématiques», a réclamé Joe Stork, appelant à une enquête indépendante. Après la révélation par le Los Angeles Times le 19 avril de mauvais traitements dans cette prison, le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki avait annoncé sa fermeture.

Un porte-parole du ministère irakien des Droits de l'Homme avait indiqué vendredi dernier que ce centre avait été fermé vers la mi-avril, à la suite d'une enquête du ministère ayant révélé des mauvais traitements.

Le 19 avril, Amnesty International avait demandé aux autorités irakiennes d'enquêter sur les informations du Los Angeles Times.

http://www.liberation.fr/monde/0101632589-la-prison-de-mouthana-nouvelle-abou-graib

 

ArmyTimes : Chaque jour, 18 vétérans US en moyenne font une tentative de suicide.

Des nouvelles données font apparaître en moyenne 950 tentatives de suicide chaque mois parmi les anciens combattants, lesquelles sont traitées d’une façon ou d’une autre au ministère des Affaires des anciens combattants.

En plus des milliers de tués par la résistance irakienne ou afghane, il faut comptabiliser les milliers de suicides exécuter durant ou après la démobilisation.

Soumis à des stress constants et à de multiples scènes d’horreur, qu’ils en soient responsables ou non, les soldats américains reviennent profondément traumatisés.

Leurs suicides seront-ils considérés comme des "dommages collatéraux" ?

Terme si généreusement employé lorsqu’il s’agit de victimes irakiennes ou afghanes ?

Sept pour cent des tentatives réussissent, et 11 pour cent de ceux qui ne réussissent pas à la première tentative essayent à nouveau dans les neuf mois qui suivent.

Ces chiffres, qui apparaissent à un moment où le VA [US Department of Veterans Affairs] renforce ses programmes de prévention du suicide, montrent qu’ont lieu environ 18 tentatives de suicides par jour parmi les vétérans, dont 5 en moyenne reçoivent déjà des soins venant du VA.

L’accès aux soins semble être un facteur clé, selon les autorités. Une fois qu’un ancien combattant est pris en charge dans programme de soins organisé par le VA, les programmes de dépistage sont en place pour identifier les personnes ayant des problèmes, et des efforts particuliers sont déployés pour repérer ceux qui sont considérés à haut risque, tels un contrôle systématique s’ils sont pas présents aux rendez-vous.

Un élément clé de ces nouvelles données montre que le taux de suicide est plus faible pour les anciens combattants âgés de 18 à 29 ans et qui ont recours aux services de santé du VA, que pour ceux qui ne font pas. Cela conduit les responsables du VA à estimer que quelque 250 vies ont été sauvées chaque année grâce aux traitements prodigués.

La « suicide hotline » du VA a reçu environ 10.000 appels par mois venant de militaires encore en service ou non. Le numéro est le 1-800-273-8255. Les militaires et les anciens combattants devraient ensuite sélectionner la touche 1 pour accéder aux services pour les anciens combattants.

Le Dr. Janet Kemp, coordonnateur national au VA pour la prévention des suicides, cédite la hotline d’avoir sauvé quelques 7000 anciens combattants qui étaient tentés par un acte de suicide - en plus d’avoir fourni des conseils et de l’aide.

Les tentatives de suicide des vétérans d’Iraq et d’Afghanistan demeurent le premier sujet de préoccupation. Dans l’exercice 2009, fermé le 30 septembre, ont été répertoriées des tentatives de suicide de la part de 1621 hommes et 247 femmes qui ont servi en Irak ou en Afghanistan, 94 hommes et 4 femmes faisant une tentative qui a abouti.

En général, selon les employés du VA, ce sont en moyenne les femmes qui tentent de se suicider le plus souvent, mais les hommes sont plus susceptibles de réussir dans cette tentative, principalement parce que les femmes utilisent des moyens moins violents et meurtriers alors que les hommes sont plus enclins à utiliser des armes à feu.
Les tentatives de suicide chez les anciens combattants semblent respecter ces tendances.

 24 avril 2010 –

ArmyTimes.com –

Vous pouvez consulter cet article à : http://www.armytimes.com/news/2010/...
Traduction : Info-Palestine.net

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=8598



Dommages Collatéraux... le Pentagone prolonge

Bill VanAuken : une tuerie en Irak, des soldats américains s'excusent.

Deux soldats américains actifs dans une unité apparaissant dans un film vidéo choquant et mis en ligne récemment par le site WikiLeaks ont présenté des excuses publiques au peuple irakien pour le carnage montré dans ce film.

Ils précisent que, pour la durée de leur déploiement dans ce pays occupé par les Etats-Unis, c'était là la routine.

La « Lettre ouverte de réconciliation et de responsabilité au peuple irakien » a été publiée par deux anciens spécialistes de l'armée américaine, Josh Stieber et Ethan McCord, qui faisaient partie de la Compagnie Bravo, second bataillon, 16e régiment d'infanterie, première division d'infanterie de l'armée américaine en juillet 2007, au moment où la vidéo en question fut prise par la caméra de la mitrailleuse d'un hélicoptère Apache alors que celui-ci tirait sur des civils irakiens.

Plus d'une douzaine de civils furent tués et plusieurs blessés, y compris deux enfants.

Parmi les morts se trouvaient le photographe irakien Namir Noor-Eldeen et son assistant Saeed Chmagh - tous deux employés par l'agence internationale de presse Reuters.

L'hélicoptère fournissait un soutien aérien à des soldats américains engagés dans des razzias maison par maison, dans l'est de Bagdad. Les soldats de la Compagnie Bravo furent les premiers à atteindre les lieux après le massacre effectué par l'hélicoptère d'attaque au-dessus d'eux.

Le film vidéo, mis en ligne par WikiLeaks sous le titre de « Collateral Murder » (assassinat collatéral) a été vu 6 millions de fois sur internet.

Il a livré au public américain et mondial des images bouleversantes de ce qu'est, depuis une décennie, la tuerie menée par l'armée américaine dans les guerres d'Irak et d'Afghanistan, des images qui sont régulièrement censurées et éliminées de l'information fournie par les médias grand public.

La caméra montre des civils irakiens non armés faire une vaine tentative d'échapper aux balles de 30 millimètres qui pleuvent sur eux.

Elle montre aussi que l'hélicoptère a tiré de nouveau sur une camionnette qui s'était arrêtée pour porter secours aux blessés, tuant le conducteur ainsi qu'un des blessés et blessant sérieusement deux enfants qui étaient assis à l'avant du véhicule.

Tout aussi lamentable est le bavardage des membres de l'équipage de l'hélicoptère et de leurs superviseurs sur la radio, en même temps que se déroule la tuerie. Au moment où le viseur du canon fixe le blessé qui rampe sur le sol, on entend un membre de l'équipage presser l'Irakien de « prendre une arme » afin de pouvoir lui tirer encore dessus. Et finalement, lorsqu'on les informe que deux enfants ont été blessés dans l'attaque, les membres de l'équipage sont d'accord pour dire que c'est la faute des Irakiens qui ont « emmené leurs enfants dans une bataille ».

Ethan McCord était l'un des soldats sur les lieux de l'attaque et sur le film on le voit porter un des enfants blessés et courir vers un véhicule militaire. Les officiers déclarèrent que l'enfant ne devait pas être emmené à l'hôpital américain de campagne et McCord fut réprimandé pour avoir réagi humainement.

Josh Stieber, tout en faisant partie de cette compagnie, n'avait pas été emmené en mission à cause d'une dispute préalable avec ses supérieurs.

La lettre souligne le fait que les actes de violence meurtrière contre des civils montrés dans le film vidéo ne sortent pas de la normale, mais qu'il s'agit plutôt en Irak « d'occurrences quotidiennes ».

L'armée US qui a essayé d'étouffer le film vidéo a défendu avec constance les actions qu'il révèle. Le 13 avril, le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates eut recours à une conférence de presse afin de stigmatiser WikiLeaks pour avoir rendu le film public la semaine précédente. « Ces gens peuvent mettre tout ce qu'ils veulent en ligne et ils n'ont jamais à en répondre » a-t-il dit.

Il affirma que regarder cette vidéo était un peu comme regarder la guerre par le trou d'« une paille » et il reprocha au film d'être dénué de « tout contexte ou perspective ».

Mais comme le montre clairement la lettre des deux ex-soldats, le réel « contexte et [la réelle] perspective », c'est une sale guerre d'agression coloniale et ses « règles d'engagement » qui considèrent l'ensemble de la population irakienne comme étant une menace pour les forces d'occupation.

Dans une interview précédente sur ABC News, Gates avait justifié le massacre, y compris les tirs sur les blessés et les gens qui tentaient de les aider, un crime de guerre patent, donnant pour raison que les soldats américains se trouvaient alors dans une « situation de combat ».

Pour sa part, le Commandement central de l'armée américaine qui supervise les opérations militaires dans la région, annonça qu'il n'avait pas l'intention de rouvrir une enquête sur la tuerie de 2007. Il publia des copies censurées des résultats de l'enquête d'origine faite par l'armée sur cette opération sanglante. Cette enquête avait excusé l'équipage de l'hélicoptère d'avoir pris l'appareil du photographe pour un lance-grenade. Elle accusa aussi les journalistes assassinés de « n'avoir fait aucun effort pour montrer de façon visible leur identité en tant que membres de la presse ». Le rapport ne précisait pas comment ils auraient dû s'identifier à un hélicoptère volant au-dessus d'eux.

« Le commandement central US n'a actuellement aucun plan de recommencer une enquête ou de passer en revue cette action de combat », dit le contre-amiral Hal Pittman, le directeur de la communication du Commandement central.

Dans leur lettre mise en ligne sur Internet (visible ici letter en anglais) et co-signée par des milliers d'autres ex-soldats, les deux vétérans de l'Irak s'identifient comme des « soldats qui ont occupé votre quartier pendant quatorze mois ».

La lettre se poursuit ainsi : « Ethan McCord a sorti votre fille et votre fils de la camionnette et ce faisant il a vu les visages de ses propres enfants chez lui. Josh Stieber était dans la même compagnie mais n'était pas là ce jour-là, bien qu'il ait contribué en de nombreuses autres occasions à votre peine et à la peine de votre communauté ».

Les deux anciens soldats insistent pour dire que « ce qu'on voit sur la vidéo de WikiLeaks ne fait que commencer à montrer la souffrance que nous avons infligée. De par notre expérience et celle d'autres vétérans à qui nous avons parlé, nous savons que les actes montrés dans cette vidéo se produisent tous les jours dans cette guerre : c'est là la nature des guerres conduites par les Etats-Unis dans cette région ».

Stieber et McCord écrivent encore : « En disant aux Américains ce que nous avons été formés à faire et ce que nous avons fait au nom de "Dieu et de la patrie" nous reconnaissons la part que nous avons prise aux morts et aux blessures des êtres que vous chérissez. Le soldat de la vidéo dit que votre mari n'aurait pas dû entraîner vos enfants dans une bataille, mais nous reconnaissons notre responsabilité dans le fait d'avoir amené la bataille dans votre quartier et dans votre famille. »

Répondant aux déclarations de Robert Gates, la lettre ajoute : « Il se peut que notre gouvernement vous ignore, plus préoccupé qu'il est de son image. Il a aussi ignoré de nombreux vétérans qui sont retournés physiquement blessés et mentalement tourmentés par ce qu'ils ont vu dans votre pays. Mais il est plus que temps que nous disions que la valeur des dirigeants de notre nation a cessé de nous représenter. Notre secrétaire à la Défense peut bien dire que les Etats-Unis ne perdront pas leur réputation à cause de cela, mais nous persistons à dire que l'importance de notre réputation est peu de chose en comparaison de notre humanité commune. »

Bill VanAuken

Mondialisation.ca,

Le 26 avril 2010

Bill VanAuken est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca.  Articles de Bill VanAuken publiés par Mondialisation.ca

Article original en anglais, WSWS, le 23 avril 2010

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=18868



L'Irak en chiffre: du 17-04 au 07-05-10



 

 

 

Tués

Blessés

 

 

 

 

 

Peuple irakien

274

x

 

 

 

 

 

Usboys/Autres boys + miliciens

1

X

 

 

 

 

 

Policiers, armée et collaborateurs & miliciens

35

54

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



La résistance contre l'agresseur

Analyse & déclaration

a) Résistance :

11/04

Des milliers d'Irakiens sont descendus dans les rues de Bagdad et des autres villes du pays, vendredi, à l'occasion du 7ème anniversaire de l'occupation des forces américaines, pour manifester contre l'occupation et la présence américaines, a constaté l'IRIB.
Dans la ville sainte de Nadjaf, les manifestants brandissaient des drapeaux irakiens et des pancartes sur lesquelles on lisait: "Non, à l'Amérique", "Non à l'occupation". Les manifestants scandaient des slogans en faveur de l'unité nationale. Le 9 avril 2003, les forces américaines ont pris le contrôle de la capitale irakienne.

http://french.irib.ir/index.php/info/moyen-orient/33347-irak-manifestations-anti-americaines  



2-1 Occupation de l'Irak

Les forces en présence

Etats-Unis

Le calendrier de retrait confirmé, selon le commandant des forces américaines

Le général Ray Odierno, commandant des forces américaines en Irak, a confirmé dimanche le calendrier du retrait de près de 45.000 soldats américains à la fin du mois d'août en dépit de la recrudescence des attaques et violences en Irak.

95.000 soldats américains sont actuellement présents en Irak. Washington souhaite diminuer son continent à 50.000 le 31 août prochain, date qui devrait sonner la fin des opérations de combat sur le terrain. En vertu d'un accord avec l'Irak, les Etats-Unis ne devraient plus avoir de troupes à la fin de l'année 2011.

"Je suis persuadé que nous arriverons à 50.000 au premier septembre", a déclaré le général à l'émission "Fox News Sunday".

14/4

http://fr.news.yahoo.com/3/20100419/twl-irak-usa-retrait-1def439.html



3) Politique

2 Confection d'un gouvernement fantoche

9.000 bulletins frauduleux se sont glissés dans les urnes à Kirkouk

La Coalition du Kurdistan irakien s'est plainte, auprès de la Commission électorale, contre la fraude électorale de la liste d'al-Iraqia, dans les régions arabes de la province de Kirkouk.

Ala Talabani, haut membre de la Coalition du Kurdistan irakien, a déclaré au journaliste de FarsNews que la liste d'al-Iraqia d'Iyad Allawi avait glissé 9.000 bulletins frauduleux, dans les urnes, installées dans les bureaux de vote de la province de Kirkouk. Le membre de la Coalition kurde a appelé à un nouveau décompte des voix, dans la province de Bagdad, en précisant qu'au cas où les déclarations de l'Etat de droit sur de vastes fraudes électorales, dans cette province, seraient confirmées, la Coalition kurde demanderait à la Cour suprême irakienne un nouveau décompte, à Kirkouk. A la suite de la plainte de Nouri al-Maliki contre une fraude électorale, la Cour suprême irakienne a ordonné un nouveau décompte, dans la capitale irakienne.

21 Avril

http://french.irib.ir/index.php/info/moyen-orient/33914-9000-bulletins-frauduleux-se-sont-glisses-dans-les-urnes-a-kirkouk

 

Soupçonnés d’être liés au parti Baâth : Deux élus invalidés en Irak
L’instance judiciaire de la commission électorale irakienne a invalidé deux candidats élus aux élections législatives, en raison de leur appartenance supposée à l’ancien parti Baâth dissous, a affirmé hier un responsable irakien.
Selon Ali Al-Lami, responsable du comité Responsabilité et Justice, chargé d’identifier les candidats ayant des liens avec l’ancien parti, cette instance a invalidé 52 candidats au total, mais deux seulement ont été élus. L’un des deux élus recalés appartenait à la liste du Bloc Irakien de l’ancien Premier ministre Iyad Allawi, selon cette source, sans toutefois donner l’appartenance politique du second candidat éliminé.M. Al-Lami a précisé que sur les 52 candidats éliminés, 22 appartenaient au Bloc Irakien, et les autres à différents partis en compétition, affirmant que les invalidés disposent du droit de faire appel. Lors des législatives du 7 mars, la liste Iyad Allawi avait obtenu 91 sièges, contre 89 pour le Premier ministre sortant, Nouri al-Maliki, 70 à l’Alliance nationale irakienne (ANI) qui regroupe deux formations conservatrices et 43 à l’Alliance kurde.

27 avril

http://www.elwatan.com/Soupconnes-d-etre-lies-au-parti

 01-05

La liste Irakia de l'ancien Premier ministre laïque Iyad Allaoui, fortement soutenue par la communauté sunnite, a une avance de seulement deux sièges sur les factions regroupées au sein de l'Etat de droit (EDD), après les élections législatives. Irakia a remporté 91 des 325 sièges parlementaires, contre 89 pour l'EDD de l'actuel Premier ministre Nouri al Maliki.

En raison de contestations, un nouveau dépouillement des suffrages exprimés à Bagdad le 7 mars doit débuter lundi, et li pourrait durer trois semaines, ce qui repousse d'autant l'officialisation des résultats.

Le bloc Irakia a averti que toute tentative pour le priver de ses chances de former le prochain gouvernement ne ferait qu'engendrer de nouvelles violences.

Reuters

 

Le recompte des voix des législatives à Bagdad a débuté

Des responsables irakiens ont débuté lundi un nouveau décompte des votes dans la province de Bagdad à la demande du Premier ministre sortant Nouri al-Maliki, qui a perdu de justesse lors des élections législatives du 7 mars dernier. Selon ces responsables, ce recomptage manuel pourrait prendre deux à trois semaines.

Nouri al-maliki estime que le scrutin du 7 mars a été entaché de fraudes. Sa Coalition pour un Etat de droit est arrivée en deuxième position des élections, avec seulement deux sièges de moins que le Bloc irakien (chiite laïc) de l'ancien Premier ministre Iyad Allaoui. La province de Bagdad est la plus peuplée d'Irak, et compte pour près d'un quart de la population totale du pays. Elle pourvoit 68 des 325 sièges du Parlement irakien.

Le Premier ministre sortant avait demandé un nouveau décompte dans cinq provinces, mais ne l'a obtenu que dans la capitale. Environ une heure après le début du processus, des représentants de sa Coalition pour un Etat de droit sont arrivés à l'hôtel Rasheed, situé dans la Zone verte, et ont publiquement exigé sa suspension.

Ils ont affirmé que la commission électorale ne menait pas correctement ce nouveau décompte, en comparant notamment les signatures des électeurs avec les bulletins. Le ministre du Pétrole, un des membres de la coalition, Hussain al-Shahristani, a accusé les responsables de la commission d'avoir manipulé les votes.

Ces derniers ont rejeté ces accusations et le décompte s'est poursuivi sans interruption après ce coup d'éclat.

3/5

AP

Accord entre deux partis

Lors d'une conférence de presse, l'Alliance nationale irakienne, et la coalition Etat de droit de l'actuel Premier ministre Nouri al-Maliki ont expliqué qu'elles avaient signé un accord laissant pour le moment de côté la question de l'éventuel futur Premier ministre.

"Après des négociations continues entre l'Alliance nationale irakienne et la coalition Etat de droit, sur la base de principes nationaux conjoints (...) et malgré les défis et les risques, les deux coalitions ont décidé d'annoncer la formation d'un seul bloc parlementaire par le biais d'une alliance", a plus tard déclaré Abdul-Razaq al-Kazemi, de l'Alliance nationale irakienne, lors d'une conférence de presse.

Abdul-Razaq al-Kazemi était accompagné de représentants de la coalition Etat de droit et du mouvement sadriste, principale composante de l'Alliance nationale irakienne.

Cet accord prévoit la mise en commun des 159 sièges au Parlement obtenus par la coalition Etat de droit et l'Alliance nationale irakienne. Il manque donc désormais quatre sièges aux deux blocs pour obtenir la majorité au Parlement, qui compte 325 sièges.

Les élections législatives irakiennes du 7 mars n'ont donné aucun vainqueur clair. Le Bloc irakien (Iraqiya) de l'ancien Premier ministre Iyad Allaoui est arrivé en tête avec seulement deux sièges d'avance sur la coalition Etat de droit ((91 contre 89). L'Alliance nationale irakienne est arrivée en troisième position.

Ces résultats ont déclenché d'intenses négociations entre les différents partis pour tenter de dégager une majorité au Parlement

5/5 AP


Les grandes manœuvres

Un mur de sécurité autour de Bagdad d'ici 2011  04/05/2010

Les ‘autorités’ irakiennes ont commencé à entourer Bagdad d'un mur de sécurité qui séparera la ville des provinces voisines, a déclaré lundi soir le porte-parole du commandement opérationnel de Bagdad, le général Atta Kasim à la chaîne de télévision Al Iraqiya.
Le mur devrait être construit d'ici 2011 et l'accès à la capitale ne sera possible que par huit points de contrôle.
Cette enceinte équipée de systèmes de surveillance sophistiqués "permettra de barrer l'entrée dans la ville aux terroristes", selon le porte-parole.
Les autorités de Bagdad enlèveront les barrières de béton et les points de contrôle à l'intérieur de la ville après la construction de l'enceinte de sécurité.
Le commandement de Bagdad avait installé dans les quartiers des barrières de bétons et plusieurs points de contrôle afin de prévenir les affrontements interconfessionnels, mais ces mesures n'ont pas protégé la capitale irakienne des attaques et des explosions qui ont fait en ces derniers mois des centaines de morts.

http://fr.rian.ru/


c) Sur le terrain

22-04

Un attaque à la bombe a endommagé jeudi un oléoduc assurant un quart des exportations de pétrole de l'Irak, rapportent la police et des responsables du secteur pétrolier.

Les exportations de brut jusqu'au port turc de Ceyhan devraient être interrompues pendant trois jours, a dit un responsable de la compagnie publique North Oil.

L'explosion, dans la province de Nineveh située dans le nord du pays, a ouvert un trou dans l'oléoduc. L'attentat s'est produit dans le district d'al Hadhar, au sud de Mossoul et à 280 km au nord de Bagdad.

De sources policières, on assure que l'explosion a été provoquée par une bombe, mais un responsable pétrolier a dit ne pas pouvoir confirmer si l'arrêt de l'acheminement du pétrole était dû à un sabotage ou à un problème technique.

La région de Nineveh, située près de l'enclave semi-autonome des Kurdes, demeure un repaire d'insurgés, dont certains appartiennent à Al Qaïda.

L'oléoduc, d'une capacité maximale de 1,6 million de barils par jour, est utilisé en temps normal au tiers de son débit pour acheminer le brut vers Ceyhan où il est ensuite chargé sur des tankers.

23 avril

L’Orient-Le Jour  http://fr.news.yahoo.com/4/20100422/twl-irak-oleoduc-attentat-38cfb6d_1.html


Prisons, exactions & torture

Le gouvernement irakien annonce une enquête sur les allégations de torture de détenus.

Les autorités irakiennes enquêtent sur des allégations selon lesquelles des détenus, qui seraient pour la plupart sunnites, auraient été torturés dans un centre de détention de fortune à Bagdad, a annoncé jeudi le gouvernement irakien. Le vice-ministre irakien des droits de l'Homme, Kamil Amin, a annoncé que trois officiers de l'armée irakienne avaient été interpellés en relation avec cette affaire.

Un Irakien qui dit avoir été détenu dans cette prison a raconté avoir été frappé, torturé avec des chocs électriques et étouffé avec un sac en plastique. Ce cas, révélé lundi dans le "Los Angeles Times", a suscité la colère au sein de la communauté sunnite.

22/4

AP

Bagdad ouvre une enquête sur le lynchage d'un kamikaze par des policiers.

Le premier ministre irakien, Nouri Al-Maliki, a ordonné, samedi 1er mai, l'ouverture une enquête après la diffusion sur une chaîne de télévision d'images particulièrement atroces du lynchage d'un kamikaze par des policiers.

Sur la vidéo, diffusée depuis jeudi soir à chaque bulletin d'information sur la chaîne irakienne d'opposition Sharqiya, on voit des policiers frapper avec leurs pieds et marcher sur le corps inanimé d'un homme à terre, le visage sanguinolent.

Un officier de police a indiqué à l'AFP que la scène remonte au 29 février 2007, lorsqu'un kamikaze algérien, à bord d'un camion transportant des bonbonnes de gaz piégées et du chlorite, a tenté de pénétrer dans l'enceinte du poste de police de …

"Par chance, il a été bloqué à l'entrée par la voiture d'un lieutenant nommé Nawaf qui venait en sens inverse. Cet officier a ouvert le feu avant d'être blessé par le kamikaze", a-t-il expliqué. "Il y a eu ensuite des échanges de tirs entre les policiers et des rebelles qui suivaient le kamikaze à bord de trois voitures. Puis le camion a explosé. Les insurgés ont réussi à s'enfuir laissant le kamikaze, qui a été rattrapé par les policiers alors qu'il tentait de s'échapper à pied", a-t-il ajouté.

La diffusion de cette vidéo intervient juste après la publication d'un rapport de l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch, affirmant que des détenus ont été violés, torturés à l'électricité et frappés dans une "prison secrète" à Bagdad.

01.05.10 |

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2010/05/01/bagdad-ouvre-une-enquete-sur-le-lynchage-d-un-kamikaze-par-des-policiers_1345478_3218.html#xtor=AL-32280184

 

Le "bras droit de Saddam Hussein" arrêté en Irak
Les soldats irakiens et américains ont capturé l'ancien vice-président irakien et "bras droit" de Saddam Hussein, Izzat Ibrahim Al-Douri, a annoncé dimanche l'agence Sify News.
M.Al-Douri a été arrêté lors d'une opération menée contre des combattants d'Al-Qaïda dans la province irakienne de Diala, selon la source.
Le quotidien local Al-Sabah Al-Jadid affirme que l'ancien vice-président irakien se cachait dans une grotte située dans une région occupée par des membres d'Al-Quaïda.

Lors de l'opération, les militaires ont également trouvé nombre de documents importants.
Agé de 66 ans, Izzat Ibrahim Al-Douri occupait le poste de vice-président du Conseil de commandement de la révolution irakienne et était le numéro 2 du régime de Saddam Hussein.

Ces dernières années, les nouvelles de son arrestation, de sa mort ou de sa reddition étaient sans cesse relayées par les médias arabes pour être ensuite démenties, ce qui a contribué à faire de lui un personnage quasi-mythique.

26 avril
http://fr.rian.ru/world/20100425/186547900.html 


Les commentaires sont fermés.