Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/05/2010

n°40 - journal d'Iran - 24-04 au 16-05 - : Début - : La politique occidentale de l'affrontement avec l'Iran se heurte à l'opposition du Mouvement des non-alignés.

n°40 - journal d'Iran - 24-04 au 16-05 - : Début - : La politique occidentale de l'affrontement avec l'Iran se heurte à l'opposition du Mouvement des non-alignés.



journal d'Iran   n°40 du 24-04 au 16-05

                                                                          C.De Broeder & M.Lemaire



a)  Le "Journal d'Iran" est  visible  sur les blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire :

Tiré à Part

Karl Müller : La campagne contre l’Iran et le droit international.

La politique occidentale de l’affrontement avec l’Iran se heurte à l’opposition du Mouvement des non-alignés.

Les Etats-Unis : une vraie menace pour la paix et la sécurité internationale.  

1 Politique

1) Iran

Fin

2 Politique Internationale

1 Usa

2 Les voisins

3 Organisations Mondiales & régionales

4 Le Monde

2 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

2-1 La politique d'Obama envers l'Iran n'est qu'une caisse de résonance vide  

2-2 Projets satellitaires contre l'Iran .

2-3 La perception donnée par les médias des minorités religieuses en Iran est erronée . 2-4 Arrestation d'un journaliste. 

 



Tiré à Part

Karl Müller : La campagne contre l’Iran et le droit international.

En adhérant aux Nations Unies, 192 Etats du monde ont pris les engagements suivants:
•    «Maintenir la paix et la sécurité internationales et à cette fin: prendre des mesures collectives efficaces en vue de prévenir et d’écarter les menaces contre la paix et de réprimer tout acte d’agression ou autre rupture de la paix, et réaliser, par des moyens pacifiques, conformément aux principes de la justice et du droit international, l’ajustement ou le règlement de différends ou de situations, de caractère international, susceptibles de mener à une rupture de la paix;
•    Développer entre les nations des relations amicales fondées sur le respect du principe de l’égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes, et prendre toutes autres mesures propres à consolider la paix du monde.»

De plus, il est inscrit dans la Charte des Nations Unies, concernant les devoirs des Etats membres:
•    «Les membres de l’Organisation règlent leurs différends internationaux par des moyens pacifiques, de telle manière que la paix et la sécurité internationales ainsi que la justice ne soient pas mises en danger.
•    Les membres de l’Organisation s’abstiennent, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, soit contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout Etat, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies.»
Le fait que certains Etats, membres des Nations Unies, ont contrevenu à maintes reprises à ces dispositions ne dispense pas le monde actuel de ces engagements.

Bien au contraire: Toutes les guerres menées après la Seconde Guerre mondiale ont démontré de façon cruelle à quel point était vrai ce que, en 1945, les membres fondateurs des Nations Unies avaient écrit au début du préambule de la Charte: «Nous, peuples des Nations Unies, résolus à préserver les générations futures du fléau de la guerre qui deux fois en l’espace d’une vie humaine a infligé à l’humanité d’indicibles souffrances.»
Est-ce compatible avec ces principes que des représentants de gouvernements et de médias attaquent verbalement avec force un pays et n’excluent pas une guerre contre lui?
C’est bien ce qui se passe depuis de nombreuses années envers l’Iran.

Et avec un ­nouvel élan depuis ces dernières semaines et mois.
On ne tient pas compte du fait
•    que ce n’est pas que le gouvernement iranien qui affirme depuis des années ne pas vouloir posséder des armes atomiques, mais les inspecteurs de l’Agence Internationale de l’énergie atomique (AIEA) de même que les services secrets ne peuvent apporter de preuve tangible d’un programme d’armes atomiques de l’Iran.

Les rapports actuels des services secrets américains ont même attesté que l’Iran ne mène pas de programme d’armes atomiques. Certains adversaires de l’Iran prétendent même qu’il ne s’agit pas de prouver l’existence d’un tel programme, mais que c’est à ce pays à prouver qu’il n’en a pas – mais comment est-ce possible alors que tout ce que l’Iran présente comme preuves est remis en question;
•    que les déclarations du président iranien concernant Israël sont présentées dans les médias occidentaux de façon erronée et qu’on ne connaît pas de plans de guerre de l’Iran contre Israël;
•    que des plans de guerre israéliens ­contre l’Iran (et même des Etats-Unis) existent très probablement alors même que
la Charte des Nations Unies interdit toute acte d’agression;
•    que l’Iran est menacé d’intervention guerrière par d’autres pays, voire par de hauts officiers allemands: Entre-temps le manuscrit du discours du général allemand de l’OTAN, Karl-Heinz Lather, tenu le 25 mars à Bonn devant
la Communauté de soldats catholiques a été rendu public.

Et c’est précisément lors de la Journée mondiale de la Paix 2010 qu’il a dit: «D’ailleurs, la communauté internatio­nale [en fait les Etats membres de l’OTAN] pourrait se voir contrainte d’intervenir militairement si l’Iran ne renonce pas à ses ambitions d’un armement atomique. Il semble que l’action politique, la diplomatie et les sanctions n’apportent guère de solution.» Puis il ajouta – à l’encontre des obligations de la Charte de l’ONU – que «les Etats et les gouvernements [ceux de l’OTAN] acceptent en général [donc pas toujours] un mandat des Nations Unies comme condition d’une intervention militaire [ce qui, selon lui, n’est pas obligatoirement le cas];
•    que les propositions soumises à l’Iran ne respectent pas l’égalité des droits de tous les Etats inscrite dans
la Charte des Nations Unies et on soumet l’Iran à des exigences sans aucun fondement dans le droit des traités touchant au nucléaire – ce que les décisions du Conseil de Sécurité de l’ONU au sujet du programme nucléaire iranien ne peuvent cacher;
•    que des Etats qui, comme Israël, le Pakistan et l’Inde, refusent de se soumettre au Traité sur la non-prolifération des armes nuclé­aires (TNP), et disposent d’un énorme arsenal d’armes nucléaires, ne sont pas contraints de rentrer dans le rang (sans parler des 5 puissances nucléaires «officielles», qui ont aussi signé le TNP et se sont engagés à réduire leurs arsenaux nucléaires, voire à les supprimer, mais qui sont à des lieues de leur application) – on travaille ici aussi à deux niveaux;
•    que ce n’est pas la «Communauté inter­na­tionale» qui fait pression sur l’Iran, mais avant tout Israël, les Etats-Unis et l’UE, lesquels se sont unis contre l’Iran et exercent une pression sur les autres pays pour qu’ils se soumettent à leur volonté.

La plupart des Etats et des gouvernements, comme par exemple les 118 membres du Mouvement des non-alignés, considèrent la politique de l’Iran différemment et estiment qu’il y a une possibilité d’entretenir des relations avec ce pays et de résoudre les conflits, se démarquant ainsi nettement du bloc politique des 3 pays sus-mentionnés, lesquels ne représentent finalement qu’une petite minorité dans l’ensemble du monde.
On n’évoquera pas ici les vraies raisons des plans de guerre contre l’Iran. On se contente de signaler que toute cette agitation guerrière est alarmante pour tout un chacun qui s’intéresse raisonnablement à ce problème. Il est vrai aussi que tous ceux qui menacent l’Iran ne veulent pas forcément la guerre. Toutefois, ils aplanissent le terrain pour ce petit groupe de pays qui veulent cette guerre, en violation de
la Charte des Nations Unies.
Il est particulièrement inquiétant de constater qu’on n’entend plus aucune voix contraire dans ces gouvernements et ces médias-là. Il n’y a aucun débat, on se contente de hurler avec les loups, alors même que ces cris n’ont rien à voir avec la vérité, mais ne sont poussés que pour soutenir des projets poli­tiques inavouables.
Cette volonté d’ignorer
la Charte des Nations Unies n’est pas un délit mineur. C’est proprement une tentative de porter un coup à l’effort des peuples et des Etats de vivre en paix et dans la justice. C’est une menace pour l’humanité et c’est pourquoi, au sein de la Communauté internationale, ils sont nombreux à ne pas vouloir suivre cette voie.
Au cours des derniers 20 ans, plusieurs guerres ont été déclenchées contre la volonté de
la Communauté internationale, avec des conséquences dramatiques tant pour les victimes qu’en ce qui concerne les coûts.

Il est donc important de réfléchir à la façon d’empêcher une nouvelle guerre et aux moyens à disposition pour faire respecter le droit international – et cela par tous les Etats.    

Karl Müller

http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=2147

http://www.mondialisation.ca:80/index.php?context=va&aid=18902

 

La politique occidentale de l’affrontement avec l’Iran se heurte à l’opposition du Mouvement des non-alignés.

Depuis que le nouveau directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), le Japonais Yukia Amano, largement soutenu par les puissances occidentales, a affirmé dans son rapport sur l’Iran présenté mi-février – sans toutefois apporter de réelles preuves – que ce pays travaillerait probablement au développement d’une ogive nucléaire, les gouvernements des Etats-Unis, de la France, de la Grande Bretagne et de l’Allemagne font entendre leur voix pour exiger des sanctions plus appuyées.
Pour l’instant, le Conseil de sécurité de l’ONU n’est pas encore en possession d’un texte de résolution contre l’Iran. Il est uniquement question d’éventuels projets de sanctions de la part des Etats-Unis et de l’Union européenne. Ainsi, le «New York Times» du 3 mars laissait entendre qu’il y aurait un projet de résolution en route, fruit d’une entente entre le gouvernement américain et les gouvernements engagés de l’Union européenne. Selon ce projet, les sanctions devraient toucher brutalement les échanges bancaires, la circulation maritime et le secteur des assurances, ainsi que les fortunes à l’étranger et les possibilités de déplacements d’Iranien «suspects». Seraient visés tout particulièrement les gardes révolutionnaires qui détiendraient une part essentielle de l’économie iranienne. L’industrie pétrolière iranienne ne serait pas touchée directement.
Il est intéressant de constater que, selon un article de «Spiegel Online» du 23 février, les projets de l’UE iraient plus loin, comme cela ressort d’un rapport secret de 13 pages, intitulé «Non-Paper on political and economic context of sanctions against Iran». Il est proposé dans ce rapport de s’en prendre énergiquement au secteur financier, aux assurances d’investissements en Iran ainsi qu’au secteur de l’énergie. Si ces projets étaient exécutés, la population iranienne aurait à en souffrir gravement dans sa vie quotidienne.
Le fait que le Conseil de sécurité n’ait pas encore produit de texte de résolution viendrait du fait que
la Russie et la Chine s’y opposent. D’autres pays, membres actuels du Conseil de sécurité, tels que la Turquie, le Brésil et le Liban, préfèrent miser sur des négociations plutôt que sur des sanctions.
Il est vrai que le gouvernement des Etats-Unis, de même que la chancelière alle­mande, Angela Merkel, ont déclaré vouloir appliquer des sanctions plus contraignantes, même sans l’aval du Conseil de sécurité. Le gouvernement allemand renforce son influence sur les autres gouvernements de l’Union européenne pour qu’ils acceptent des sanctions plus dures, cela surtout depuis la visite du gouvernement et du président israéliens à Berlin.
Les Etats-Unis, l’UE et leurs alliés se heurtent à la résistance du Mouvement des non-alignés (NAM) qui regroupe 118 pays. Le 25 février, il a protesté auprès du Conseil des gouverneurs de l’AIEA contre le rapport du nouveau directeur sur l’Iran et assuré ce pays de leur soutien de sa position en matière nucléaire.
Toutefois, on ne trouve pas ce document sur le site Internet de l’AIEA, mais seulement sur des sites iraniens, notamment
www.presstv.ir/pop/Print/?id=120019 ou english.farsnews.com/printable.php.
Dans sa déclaration le Mouvement des non-alignés met l’accent sur le droit sans réserve de tous les Etats d’utiliser l’énergie nucléaire dans des projets pacifiques. Ces pays font savoir leur refus de sanctions renforcées par leur volonté de mettre en avant la diplomatie et le dialogue, considérés comme la seule voie menant à une solution durable. De plus, ils mettent en garde «envers toute attaque, voire simplement la menace d’une attaque, contre des installations nucléaires pacifiques qui présenteraient un grave danger pour les populations et l’environnement et seraient une grave violation du droit international». Ce groupe d’Etats vise la conclusion sur une base internationale d’une interdiction de toute attaque ou menace d’attaque.
Il apparaît donc que ce sont uniquement les gouvernements américains, d’une partie de l’Union européenne et surtout d’Israël qui menacent gravement l’Iran.

On ne peut cependant pas désigner qui, au-delà des sanctions, envisagerait le déclenchement d’une guerre. Le gouvernement américain ne se prononce pas en la matière, les gouvernements de l’Union européenne se positionnent en ordre dispersé – le gouvernement allemand a jusqu’à présent déclaré fermement qu’il s’oppose au déclenchement d’une guerre. Le gouvernement israélien envisage, lui, l’éventualité d’une attaque.
Mais les gouvernements américain, de l’Union européenne et israélien ne représentent nullement la «communauté internationale». La grande majorité des pays de ce monde sait très bien où l’accentuation du conflit mènerait la planète et veut s’engager sur une autre voie.

http://www.horizons-et-debats.ch

 

Les Etats-Unis : une vraie menace pour la paix et la sécurité internationale.

Dans une lettre, à l'adresse du président du conseil de sécurité, du secrétaire général de l'ONU et du président de l'Assemblée générale, l'ambassadeur permanent de la RII, à l'ONU, a considéré les Etats-Unis comme une vraie menace pour la paix et la sécurité internationales qui portent atteinte à la crédibilité du TNP. A la suite de l'annonce des politiques nucléaire des Etats-Unis et des allégations sans fondement contre le programme nucléaire de l'Iran, accompagnées des déclarations des autorités américaines concernant une éventuelle utilisation de l'arme nucléaire contre l'Iran, l'ambassadeur de la RII, à l'ONU, Mohammad Khazaï, dans une lettre à l'adresse du président du Conseil de sécurité, du secrétaire général et du président de l'Assemblée générale, a vivement protesté contre ces allégations, avant de qualifier d'inhumains et contraires aux engagements et aux règlements internationaux, les articles irréalistes dudit rapport, ainsi que les menaces des autorités américaines contre l'Iran. L'ambassadeur iranien, auprès de l'ONU, a présenté, dans sa lettre, les cas de violations des Conventions internationales et des principes régissant la non prolifération, avant de demander au Conseil de sécurité et aux autres organes onusiens de déclarer leur opposition sérieuse à de telles politiques nucléaires contradictoires et à la menace d'attaque nucléaire d'un pays qui est dépourvu d'arme nucléaire et qui est signataire du TNP. Dans une partie de cette lettre remise, mardi, au Conseil de sécurité et publiée comme document officiel, il est écrit: "Le gouvernement américain a publié, le 6 avril 2010, son rapport sur l'examen de ses positions nucléaires dit "NPR Nuclear Posture Review." Ce document qui est la base de la stratégie et de la politique nucléaire des Etats-Unis contient divers points, comme les allégations sans fondement contre le programme nucléaire de l'Iran. Certaines autorités américaines, dont le président et ses secrétaires d'Etat et à la Defense ont menacé, explicitement, l'Iran d'attaque nucléaire, sur la base d'hypothèses totalement erronées." Poursuivant sa lettre, l'ambassadeur iranien a réitéré que de telles allégations bellicistes que l'on peut qualifier de chantage nucléaire contre un pays dépourvu d'arme nucléaire et signataire du TNP, sont une violation flagrante du Droit international par Washington et, notamment, l'article 2 de la Charte onusienne, ainsi que la résolution 984 du Conseil de sécurité, adoptée, en 1995, concernant l'interdiction du recours à la force contre aucun pays. De telles allégations explicites ou implicites ne sont pas seulement une déclaration ou intention, mais un document officiel, dans lequel, Washington a menacé d'attaque nucléaire un pays qui en est dépourvu et qui est signataire du TNP. Et de telles prises de positions prouvent, une nouvelle fois, l'approche militaire des autorités américaines, dans différentes questions, et la menace nucléaire ne peut certainement pas être une bonne solution pour le règlement de ces questions. Khazai ajoute, dans sa lettre, que la RII, en tant que victime des armes de destruction massive, s'est engagé, sérieusement,  au cours de ces dernières années, à  oeuvrer à l'instauration d'un monde dénucléarisé. Cet engagement ne se limite pas à la parole, mais s'attache, en pratique, à appliquer, totalement, le TNP, la Convention des armes biologiques et les Conventions des armes chimiques. En outre, la RII rejette le développement, le stockage et l'usage des armes nucléaires, conformément à son éthique et à ses principes religieux, et ses activités nucléaires sont et resteront toujours pacifiques. 40 après l'application du TNP et alors que les autorités américaines prétendent déployer des efforts, dans la voie de la non prolifération des armes nucléaires, nous devons rappeler que les Etats-Unis  sont le seul pays à avoir utilisé l'arme nucléaire, à Hiroshima et Nagasaki,  tuant 200.000 êtres humains, et  ont, dans un acte illicite, menacé un pays signataire du TNP et dépourvu d'arme nucléaire d'attaque nucléaire,  élaborant leurs plans militaires sur cette base. Khazai a précisé que les membres du TNP, non seulement, ne doivent pas ignorer de tels chantages nucléaires, au 21ème siècle, et les tolérer, mais encore, ils doivent prendre des mesures drastiques pour l'anéantissement totale des armes nucléaires, en tant que seule garantie contre l'usage ou la menace de l'usage de ces armes. A ce propos, l'ONU et les organes concernés doivent faire front à la menace de l'usage de l'arme nucléaire.

15/04

http://french.irib.ir/



1) Politique Iranienne

Ahmadinejad

Les pressions internationales ne font que "renforcer la détermination" de l'Iran.
S'agissant du nucléaire, M.Ahmadinejad a affirmé que les pressions internationales ne font que "renforcer la détermination" de l'Iran à poursuivre la voie du développement.
"Ne pensez pas que vous pouvez stopper le développement de la nation iranienne sur la voie du progrès", a réitéré le président en évoquant les menaces de nouvelles sanctions agitées par les Occidentaux pour obliger Téhéran à stopper son programme d'enrichissement d'uranium.  
"Vous pouvez vous agiter dans tous les sens, publier des déclarations, adopter des résolutions", a poursuivi M. Ahmadinejad. "Plus votre animosité à notre égard est ouverte, et plus la nation iranienne sera déterminée à aller de l'avant".
M. Ahmadinejad a réaffirmé que l'Iran avait "coopéré au plus haut degré" avec la communauté internationale pour essayer de la convaincre que son programme nucléaire était pacifique.
"Si vous voulez stopper la prolifération, détruisez vos armes nucléaires et dépensez cet argent pour vos peuples", a-t-il ajouté à l'adresse des dirigeants des puissances nucléaires.
Le président américain Barack Obama a affirmé vendredi que Washington allait "continuer à faire pression" sur l'Iran pour l'obliger à changer de politique, en recherchant le soutien d'une "communauté internationale unie pour (avoir) une position plus forte".
M. Ahmadinejad a répliqué en l'accusant de n'avoir "rien changé" à la politique hostile à l'Iran de ses prédécesseurs.
"M. Obama est arrivé avec l'annonce d'un changement, et nous l'avons accueilli favorablement. (...) Mais qu'est-ce qui a changé? Les pressions sont toujours là. Les sanctions sont toujours là. Les

politiques (de Washington) en Irak et en Afghanistan sont toujours les mêmes", a-t-il relevé.

http://www.almanar.com.lb/

 

Le Conseil de sécurité sert les intérêts des pays les plus puissants

Le président actuellement en visite officielle au Zimbabwe a déclaré que le conseil de sécurité des Nations Unies qui a pour mission de procurer la sécurité aux nations, est de fait au service de la domination de certaines puissances.

«Le Conseil de sécurité de l'ONU sert les intérêts des pays les plus puissants», a accusé le président iranien. «Ils se servent du conseil de sécurité de l'ONU pour atteindre leurs objectifs mais ils ont échoué»,. «Nous croyons en notre victoire et en la défaite et l'humiliation de nos ennemis.»

23 Avril

 http://www2.irna.ir
 

Les armes nucléaires de "révoltantes et honteuses"

Le président Ahmadinejad a accusé les Etats-Unis et leurs alliés de recourir à la crainte d'une prolifération pour empêcher les pays en développement d'accéder à la technologie nucléaire à des fins pacifiques, en violation du TNP.

Un tel argument a dans le passé trouvé un écho favorable auprès de pays en développement qui constituent la majorité des signataires du TNP.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton devait à son tour s'exprimer à la tribune de la conférence du TNP lundi.

A Washington, le secrétaire américain à la Defense, Robert Gates, a déclaré que l'Iran réunissait des missiles balistiques et de croisière, des mines et des vedettes rapides "afin de défier la puissance navale américaine dans la région".

3/5

AP

 

Des sanctions contre tous les pays qui menacent de se servir de l'arme atomique

Le président Ahmadinejad a réclamé lundi des sanctions contre tous les pays qui menacent de se servir de l'arme atomique, allusion transparente à la nouvelle stratégie nucléaire américaine dévoilée le mois dernier.

S'exprimant à l'ouverture d'une conférence des 189 signataires du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), le chef de l'Etat iranien a invité à "considérer toute menace de se servir d'armes nucléaires ou d'attaquer des installations nucléaires pacifiques comme une atteinte à la paix et à la sécurité internationales".

De telles menaces devraient entraîner "une prompte réaction des Nations unies et l'arrêt de toute coopération des pays membres du TNP avec l'Etat menaçant", a-t-il poursuivi.

Ainsi qu'elles l'avaient déjà fait lors de réunions annuelles de l'assemblée générale des Nations unies, les délégations française, américaine et britannique ont quitté ostensiblement la salle pendant l'intervention d'Ahmadinejad.

La délégation américaine est sortie au moment où Ahmadinejad accusait Israël de menacer ses voisins de "terrorisme et invasion" et de bénéficier d'un soutien inconditionnel de Washington et de ses alliés.

Parmi les sanctions contre les pays utilisant ou menaçant d'utiliser l'arme atomique contre d'autres nations, il faut envisager la suspension de ces pays du Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a dit l'orateur.

En vertu de sa nouvelle stratégie, Washington s'engage à ne pas recourir à l'arme nucléaire contre un Etat qui n'en dispose pas et qui a signé le traité de non-prolifération.

Mais il n'exclut pas d'y recourir contre des pays tels que l'Iran et la Corée du Nord qui ont enfreint selon lui le TNP.

03-05

AP

 

L'Iran affirme pouvoir résister à des sanctions occidentales

 et aux pressions qu'exercent les Etats-Unis et leurs alliés sur le programme nucléaire de Téhéran, estime le président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré que son pays pouvait résister à des sanctions et aux pressions qu'exercent les Etats-Unis et leurs alliés sur le programme nucléaire de Téhéran. (Reuters/Shannon Stapleton)

"Les sanctions ne peuvent arrêter la nation iranienne. La nation iranienne est à même de résister aux pressions des Etats-Unis et de leurs alliés", a déclaré le chef de l'Etat iranien au cours d'une conférence de presse à New York.

Il a prévenu que l'adoption à l'Onu de nouvelles sanctions compromettrait à jamais les relations entre Téhéran et Washington. " cela signifierait que les relations entre l'Iran et les Etats-Unis ne connaîtraient aucune amélioration à l'avenir", a-t-il souligné.

Le dirigeant iranien a affirmé d'autre part que son pays ne se dénoncerait pas le TNP (Traité de non prolifération) comme l'a fait la Corée du Nord.

Mahmoud Ahmadinejad se trouve à New York dans le cadre de la conférence des 189 pays signataires du TNP, qui s'est ouverte lundi au siège des Nations unies.

Reuters,

04/05/2010
http://www.lexpress.fr/actualites/2/l-iran-peut-resister-aux-sanctions-occidentales-dit-ahmadinejad_889774.html

 

L'Iran prêt à échanger son uranium contre du combustible nucléaire étranger.
L'Iran est prêt à échanger son uranium faiblement enrichi contre des barres de combustible fabriquées à l'étranger, a déclaré Ahmadinejad lors de la Conférence de suivi du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) qui se déroule au siège des
Nations unies à New York.
"Je tiens à répondre à l'appel du secrétaire général de l'ONU qui a invité l'Iran à échanger son uranium contre du combustible nucléaire. Téhéran a toujours été prêt à le faire, et nous avons formulé notre proposition à ce sujet.

La balle est dans le camp d'autres Etats", a affirmé le président iranien.

4 -05-2010
http://fr.rian.ru/world/20100503/186614644.html

 

"Aucun pays n'osera attaquer l'Iran"

Le président Ahmadinejad a affirmé qu'aucun pays n'oserait attaquer militairement l'Iran et surtout pas Israël. "Qui veut engager une guerre avec l'Iran? Aucun Etat ne veut cela. Nous estimons que l'amitié est le meilleur moyen de parvenir au dialogue", a déclaré Ahmadinejad dans une interview à la chaîne satellitaire du Qatar al-Jazira.
"Personne n'osera être responsable d'une guerre contre l'Iran", a ajouté le président iranien, qui a participé à New York à la conférence de suivi du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

Interrogé sur l'éventualité d'une attaque lancée par Israël, il a répondu: "Pour nous, Israël ne représente rien comparé à la puissance de l'Iran. La guerre est la guerre, les sionistes ont-il le moyen de la mener contre l'Iran?", s'est-il interrogé.
Le président iranien avait déclaré lors d'une conférence de presse à New York hier, que si le Conseil de sécurité de l'ONU adoptait une 4e résolution de sanctions contre l'Iran, les relations de son pays avec les Etats-Unis "ne s'amélioreraient plus jamais".

AFP 05/05

 

Aucun pays n'oserait attaquer militairement l'Iran et surtout pas Israël,

dont il a minimisé la capacité de se mesurer à son pays.« Qui veut engager une guerre avec l'Iran ? Aucun État ne veut cela.

Nous estimons que l'amitié est le meilleur moyen de parvenir au dialogue », a déclaré M. Ahmadinejad.« Personne n'osera être responsable d'une guerre contre l'Iran », a ajouté le président iranien. Interrogé sur l'éventualité d'une attaque lancée par Israël, il a répondu : « Pour nous, Israël ne représente rien comparé à la puissance de l'Iran. La guerre est la guerre, les sionistes ont-ils le moyen de la mener contre l'Iran ? »

interview à la chaîne du Qatar al-Jazira
Sylviane Zehil 

07-05

http://www.lorientlejour.com/category/Liban/article/656237/Ahmadinejad+%3A_La_Syrie%2C_le_Liban_et_le_Hezbollah_sont_capables_de_defaire_l%27Etat_hebreu.html

 

L’Iran est le pays le plus important dans la région. 05/2010

L’Iran est le pays le plus important dans la région et dans le monde, c’est ce qu’a déclaré le président Ahmadinejad.
«Les grandes puissantes ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour dominer le Moyen-Orient et c’est, de fait, pour réaliser un tel objectif que le régime corrompu israélien a été créé » a-t-il souligné.
«Alors que les Etats-Unis et d’autres puissances occidentales s'imaginaient avoir clos pour toujours la question palestinienne, la création de
la Journée internationale d’Al-Qods a totalement modifié cette vision et désormais les puissances occidentales sont arrivés à la conclusion que sans l'Iran, ils ne peuvent non seulement rien faire en Irak mais également ailleurs dans le monde", a conclu le président Ahmadinejad.

14-05

http://www2.irna.ir



Les grandes manœuvres  

L'Iran favorable à une médiation brésilienne sur le dossier nucléaire.

Ahmadinejad a accueilli favorablement la médiation du Brésil sur le dossier de son programme nucléaire. Sur le site de la présidence, un message posté mardi soir tard indique que Mahmoud Ahmadinejad approuve "sur le principe" que le Brésil joue un rôle dans la reprise des négociations sur l'accord conclu avec l'ONU, qui prévoit un échange de combustible nucléaire contre de l'uranium enrichi.

Téhéran avait rejeté cet accord, qui aurait limité les capacités de l'Iran à fabriquer des armes nucléaires. Mais le régime tente désormais de le remettre sur la table.

La possibilité de médiation de Brasilia avait été envisagée lors d'une visite du ministre brésilien des Affaires étrangères à Téhéran.

5/5

AP


Politique intérieure & extérieure

Politique extérieure

L'Iran porte plainte contre Washington qui le menace d'attaque nucléaire

La vice-Présidente iranienne pour les affaires juridiques, Mme Fatemeh Bodaghi, a fait état de la décision du gouvernement iranien de porter plainte contre les Etats-Unis pour avoir menacé l'Iran d'attaque nucléaire.

Elle a ajouté que trois commissions de travail ont été chargées de préparer les documentations nécessaires dans ce domaine. La vice-Présidente, Mme Fatemeh Bodaghi, a ajouté que, selon la Charte des Nations unies, aucun pays n'a le droit de menacer les autres d'attaque militaire ou de bombardement nucléaire, alors que les Etats-Unis ont violé, de façon flagrante, cette règle internationale.

Lundi, 26 Avril

http://french.irib.ir/index.php/info/iran-nucleaire/34165-liran-porte-plainte-contre-washington-qui-le-menace-dattaque-nucleaire

 

L’Iran menace de couper les jambes d’Israël s’il attaque la Syrie.

Cette mise en garde solennelle a été exprimée par le premier-vice président iranien Mohammad Reda Rahimi en visite dans la capitale syrienne.
Lors d’un point de presse en compagnie du Premier ministre syrien Mohammad Naji Ottari, organisé à l’issue de la réunion du Haut-comité syro-iranien, Rahimi a déclaré que « son pays sera toujours aux côtés de la Syrie pour faire face à toute menace » : «  et si les usurpateurs de la Palestine veulent faire quoi que ce soit, nous allons leur couper les jambes » a-t-il martelé. 
Le responsable iranien a toutefois estimé que les menaces israéliennes n’ont  aucune valeur. Il commentait les dernières déclarations de la secrétaire d’état américaine Hillary Clinton, laquelle a mis en garde le président syrien Bachar ElAssad  contre une guerre régionale en permettant le transfert d’armements au Hezbollah : «  mêmes si ces menaces ont une quelconque importance, personne n’ose ébranler l’amitié et le soutien de l’Iran à la Syrie », a poursuivi le responsable iranien.
Et d’ajouter «  la Syrie est un pays fort et disposé à faire face à toute menace ; et que l’Iran sera à ses côtés de toutes ses forces ».

30/04

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=135744&language=fr

 

Mottaki à New York.

Le Ministre des Affaires étrangères, Manoutchehr Mottaki a rencontré, en marge de la conférence de suivi du TNP, à New York, ses homologues suisse, australien, indonésien, danois et brésilien. 
Lors de ces entretiens, le chef de la diplomatie iranienne a insisté sur le droit de l'usage pacifique de l'énergie nucléaire par tous les pays membres de l'AIEA ainsi que sur la non prolifération et le désarmement nucléaire. 
S'agissant de l'échange du combustible, le Ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré que cette option était toujours sur la table. 
De leur côté, les Ministres suisse, australien, indonésien, danois et brésilien des Affaires étrangères ont affirmé que l'Iran est un pays important dans la région et ils ont plaidé pour la promotion des relations avec ce pays. 
Ils ont également salué les positions de principe de l'Iran, y compris en matière de l'échange de combustible et ont insisté sur le droit à l'usage civil de la technologie nucléaire par tous les pays.

06/05

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=136353&language=fr


Sur le terrain

L'Iran, déjà sous le coup notamment d'un embargo financier et bancaire occidental, est menacé de nouvelles sanctions économiques par la communauté internationale, inquiète de la politique nucléaire de Téhéran.
Ces sanctions, dont discutent actuellement les grandes puissances, devraient notamment viser le secteur pétrolier et gazier, ainsi que le corps de Gardiens de la révolution, bras armé du régime iranien qui a pris ces dernières une importance croissante dans la vie économique de l'Iran.
"Parler de sanctionner les Gardiens de la Révolution est quelque peu amusant", a estimé le général Javani. Les Pasdaran "sont aujourd'hui inséparables du régime et du peuple" iraniens, a-t-il affirmé, et ceux qui veulent les sanctionner "ne parviendront pas à leur fins".

24/04

http://www.almanar.com.

Les Pasdaran affirment pouvoir remplacer Shell ou Total.
"Aujourd'hui, les Gardiens de la Révolution sont fiers de dire qu'ils ont la compétence et la capacité de se substituer aisément aux grandes compagnies internationales" opérant en Iran, a déclaré le général Yadollah Javani, chef du bureau politique des Gardiens de la Révolution, dans une interview à l'agence Ilna.
"Par exemple, nous pouvons reprendre des grands projets à Assalouyeh (ndlr: le gisement offshore de gaz géant de South Pars, dans le Golfe) et y remplacer Shell ou Total", a-t-il affirmé. 

24/04

http://www.almanar.com.

 

Téhéran fixe un ultimatum à Shell et Repsol pour confirmer leurs investissements. 

L'Iran a fixé un ultimatum de deux semaines aux groupes pétroliers Shell et Repsol pour confirmer leurs investissements dans plusieurs importants projets gaziers iraniens, faute de quoi il attribuera leurs contrats à des société locales, c'est ce qu'a déclaré, ce lundi, Reza Kasaizadeh, directeur de la Compagnie nationale iranienne d'exportation du gaz.
Cet ultimatum intervient 48 heures après que le ministre iranien du Pétrole, Massoud Mirkazemi, ait menacé de couper les ponts avec les compagnies pétrolières occidentales qui "traînent" pour réaliser des projets en Iran, notamment dans le secteur gazier.
Le projet d'usine de LNG piloté par Shell (en association avec le groupe hispano-argentin Repsol et NIGC) est au point mort depuis 2008, tout comme un projet similaire mené par Total.
Ces derniers mois, la plupart des groupes pétroliers occidentaux présents en Iran, comme l'anglo-néerlandais Shell, le français Total, le norvégien Statoil ou l'italien ENI ont gelé progressivement tout nouvel investissement.
Le gel des investissements occidentaux dans les secteurs pétrolier et gazier résulte des sanctions et pressions occidentales contre le programme nucléaire iranien. 

10/05

http://www.almanar.com.lb


Préparation à la guerre

Des navires français fouillés par l'Iran.

Les Gardiens de la révolution, l'armée idéologique du régime iranien, ont fouillé hier deux navires, français et italien, lors de manoeuvres des forces iraniennes dans le Golfe, a rapporté aujourd'hui l'agence Irna.
Une patrouille de la marine des Gardiens de la révolution (Pasdaran) a fouillé les deux navires pour vérifier "s'ils respectaient les normes environnementales", a indiqué Irna, citant un communiqué des Gardiens de la révolution. "Une fois établi qu'il n'y avait pas de violations des normes environnementales, ils ont été autorisés à poursuivre leur route", indiquent les pasdaran, sans donner de détails sur la nature des navires.
Ils ont précisé que la fouille avait été effectuée dans le détroit d'Ormuz, qui relie le Golfe d'Oman au Golfe, où les forces iraniennes se livrent à des manœuvres depuis jeudi. Les Pasdaran avaient indiqué mercredi que ces manœuvres leur permettraient notamment de mettre en œuvre des missiles de fabrication locale et d'autres armes.

Ces exercices terrestres, aériens et navals ont pour objectif de tester les capacités des Gardiens de la révolution à "préserver la sécurité du Golfe persique, le détroit d'Ormuz et le Golfe d'Oman", avait indiqué le général Hossein Salami, chef adjoint de ces troupes d'élite.
Près de 40% de la production mondiale de pétrole provient de la région du Golfe et une grande proportion de cet or noir transite par le détroit d'Ormuz, selon des données du département américain de l'Energie. L'Iran, qui a averti par le passé qu'il pourrait paralyser le trafic pétrolier en bloquant le détroit d'Ormuz en cas d'attaque contre son territoire, mène régulièrement des exercices militaires dans le Golfe.

24/04

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/04/24/97001-20100424FILWWW00392-iran-des-navires-francais-fouilles.php

 

Un drone iranien serait prêt d'ici 2011.

Les Gardiens de la révolution, ont annoncé aujourd'hui qu'un drone furtif de fabrication locale, capable de mener des bombardements, serait prêt d'ici mars 2011.
"Le drone ultra perfectionné, furtif, capable de bombarder, construit par les Gardiens de la révolution, sera opérationnel au second semestre de cette année", a indiqué le général Amir Ali Hajizadeh en se référant à l'année iranienne qui s'achève le 20 mars 2011. ll n'a pas donné plus de détails sur cet appareil.
Mi-avril, l'Iran avait indiqué avoir fait "de bons progrès" dans le domaine des drones, avions sans pilote capables de mener des opérations de surveillance ou d'attaque.

Le lancement de deux lignes de production de drones avait été annoncé en février par les autorités.

24/04

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/

Golfe: un avion iranien s'est approché d'un porte-avion américain. 

Un avion iranien s'est approché il y a huit jours d'un porte-avions américain dans le Golfe, c'est ce qu'a déclaré jeudi un haut responsable militaire américain.
"Le 21 avril, à environ 06h30 GMT, un avion F27 iranien qui se trouvait dans l'espace aérien international s'est approché de l'USS Eisenhower qui revenait d'une opération de routine en mer d'Oman", a affirmé le responsable.  
Selon lui, l'avion s'est approché à environ 900 mètres du porte-avions et est resté une vingtaine de minutes dans le secteur, sans incident.  
Le responsable a indiqué que "des avions iraniens survolent de façon routinière les navires américains croisant dans le Golfe" sans incident.  
"Les forces iraniennes sont conscientes de notre présence dans la région comme nous sommes conscients de leur présence", a-t-il ajouté.  
L'IRAN A LE DROIT DE CONDUIRE DES VOLS DE SURVEILLANCE
Réagissant à cette annonce, le commandant de l'armée de l'air iranienne, le général de brigade Mohammad Allawi, a déclaré à la télévision publique Al-Alam que son pays avait "le droit de conduire des vols routiniers de surveillance" et que "personne ne peut s'opposer à de tels vols menés dans le cadre de la loi".
"L'Iran mène ces vols à une altitude de 20.000 pieds (environ 6000 mètres) et il est possible que nous ayons survolé l'un des navires de guerre américains", a-t-il ajouté.  
 L'incident est intervenu à la veille du début, le 22 avril, de manœuvres menées par l'Iran dans le Golfe présentées par un responsable iranien comme une réponse aux "menaces nucléaires" des Etats-Unis.
Ces exercices terrestres, aériens et navals ont eu pour objectif de tester les capacités des Gardiens de la révolution à "préserver la sécurité du Golfe persique, le détroit d'Ormuz et le Golfe d'Oman", selon le général Hossein Salami, chef adjoint de ces troupes d'élite.
Près de 40% de la production mondiale de pétrole provient de la région du Golfe et une grande partie transite par le détroit d'Ormuz, selon des données du département américain de l'Energie.  
L'Iran, qui a averti dans le passé qu'il pourrait paralyser le trafic pétrolier en bloquant le détroit d'Ormuz en cas d'attaque contre son territoire, conduit régulièrement des exercices militaires dans le Golfe.

30/04

 http://www.almanar.com.lb

 

Nouveau système de defense anti- missiles Cruise : 4000 coups par minute ! Le ministre de la Defense le général Wahidi a déclaré que l’Iran a produit un nouveau système de defense anti-missiles Cruise capable de tirer  4000 missiles par minute ! 
Dans une interview avec l'agence FarsNews, Wahidi a salué les efforts déployés par son ministère pour produire des batteries anti-missiles modernes : « nous sommes pour la conception et la fabrication de diverses armes telles que des systèmes de defense  anti-missiles de courte portée, de moyenne portée et de longue portée » !
Wahidi a précisé que le système de defense anti-missile baptisé « Mirsad » qui tire des missiles « Shahine » fait partie de ces armes, ajoutant que  les spécialistes au ministère de la Defense ont réussi à fabriquer un système de defense aérien anti-missiles de courte portée, capable de tirer 4000 missiles par minute pour faire face  à des agressions aériennes à basse altitude ou encore à des attaques de missiles Cruise.
« Ce système de defense sera lancé très prochainement » a-t-il noté. 

02/05/2010  
http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=135869&language=fr

 

Nouvelles manœuvres de l'armée iranienne dans le golfe persique.

Pour la deuxième fois en moins d'un mois, l'Iran va effectuer de nouvelles manœuvres militaires dans les eaux du golfe persique et la mer d'Oman, ont rapporté mardi les médias iraniens. L'Iran organise régulièrement des exercices militaires, mais ils risquent d'accentuer les tensions dans une période particulièrement tendue entre l'Occident et Téhéran sur le programme nucléaire.

"Les manoeuvres baptisées Velayat-89 démontreront le pouvoir maritime offensive et défensif (de l'Iran)", a déclaré l'amiral Habibollah Sayyari. Des sous-marins et des unités de l'armée de l'air devraient y participer.

Ces manœuvres débuteront mercredi, selon l'agence de presse officielle IRNA. L'agence semi-officielle Fars estime que cet exercice devrait durer huit jours sur une surface de 250.000km2 dans les eaux territoriales iraniennes.

Les gardiens de la révolution avaient effectué des manœuvres de cinq jours en avril dernier dans le golfe persique et le détroit d'Ormuz.

Ap

4/5


Les commentaires sont fermés.