Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/05/2010

n°40 - journal d'Iran - 24-04 au 16-05 - : Fin - : La politique occidentale de l'affrontement avec l'Iran se heurte à l'opposition du Mouvement des non-alignés.

n°40 - journal d'Iran - 24-04 au 16-05 - : Fin - : La politique occidentale de l'affrontement avec l'Iran se heurte à l'opposition du Mouvement des non-alignés.



journal d'Iran   n°40 du 24-04 au 16-05

                                                                          C.De Broeder & M.Lemaire



a)  Le "Journal d'Iran" est  visible  sur les blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire :

2 Politique Internationale

1 Usa

2 Les voisins

3 Organisations Mondiales & régionales

4 Le Monde

2 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

2-1 La politique d'Obama envers l'Iran n'est qu'une caisse de résonance vide  

2-2 Projets satellitaires contre l'Iran .

2-3 La perception donnée par les médias des minorités religieuses en Iran est erronée . 2-4 Arrestation d'un journaliste. 

 



2) Politique des Usa

Obama - Clinton

Clinton

Hillary Clinton. : Le transfert d'armes, surtout de missiles de longue portée, à "ces terroristes", pourrait constituer une menace sérieuse pour Israël, et les Etats-Unis "ne toléreront pas ce comportement provocateur et déstabilisateur", a-t-elle souligné.
Le tapage autour des missiles syriens a été déchaîné à la mi-avril par le président israélien Shimon Peres qui a accusé Damas de fournir des missiles Scud au Hezbollah.

RIA Novosti

30-04
http://fr.rian.ru/world/20100430/186599506.html


Préparation à la guerre

Les Etats-Unis prônent des sanctions contre la banque centrale iranienne.

Les Etats-Unis souhaitent persuader la Russie et la Chine de la nécessité d'introduire des sanctions de l'ONU contre la banque centrale iranienne, afin de renforcer l'isolement économique de Téhéran, rapporte le Financial Times.

Washington a légèrement assoupli sa position visant à instaurer un embargo total sur les ventes d'armes à l'Iran, cependant des sanctions contre la banque centrale iranienne deviennent une nouvelle priorité des discussions entre les diplomates.
Les Etats-Unis exhortent les médiateurs internationaux à couper l'accès de l'Iran aux crédits internationaux, à interdire aux compagnies étrangères d'investir dans l'énergie iranienne, à renforcer les sanctions contre les compagnies contrôlées par le Corps des gardiens de la révolution islamique, chargé du développement du nucléaire iranien.
La banque centrale iranienne à son tour affirme avoir toujours respecté les standards internationaux les plus élevés et observé le droit international.
Selon les diplomates occidentaux, les sanctions de l'ONU pourraient être suivies de restrictions encore plus dures imposées par l'Union européenne dans les mêmes domaines que ceux mentionnés dans la résolution de l'ONU.
Cependant le Liban, pays hostile à des sanctions contre Téhéran, assurera la présidence du Conseil de sécurité de l'ONU en mai ce qui complique la situation.
Les représentants des Etats-Unis au sein de l'ONU affirment que d'ici quelques semaines ils obtiendront le soutien de tous les membres permanents du Conseil de sécurité, ce que les aidera à influencer la position de tels pays que
la Turquie et le Brésil.
La Russie ainsi que la Chine, qui estiment nécessaire de régler le problème par des moyens diplomatiques, cherchent à éviter les sanctions.
Les six médiateurs pour l'Iran sont cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Russie, USA, Grande-Bretagne, France, Chine) plus l'Allemagne.

 Vladimir Fedorenko

RIA Novosti

 26 avril

http://fr.rian.ru/world/20100426/186551072.html

 

Larijani: on dispose de documents prouvant le soutien direct des Etats-Unis au terrorisme  

Le président du parlement iranien a affirmé que certains documents collectés faisaient preuve du soutien direct des Etats-Unis au terrorisme dans la région.

Avant la réunion de l'Union interparlementaire des pays musulmans, Ali Larijani a indiqué lors de sa rencontre avec son homologue pakistanais, Fahmide Mirza que l'on pouvait, le cas échéant, mettre ces documents, à la disposition des autorités pakistanaises. " Les Etats-Unis persistent toujours sur leur politique de deux poids deux mesures sur l'échiquier international, ce que l'on est également témoin en Irak et en Afghanistan. Dans une partie de ses propos, Larijani a affirmé que l'élargissement des relations Téhéran/Islamabad émanait de la volonté des responsables de haut rang iranien et que les négociations de part et d'autre préluderaient à une compréhension commune des questions des deux pays et de la région.

10/05

 http://french.irib.ir/


Sur le terrain

Les USA révèlent posséder 5.113 têtes nucléaires dans leur arsenal  

L'arsenal nucléaire américain était composé de 5.113 têtes nucléaires à fin septembre 2009, a annoncé lundi le Pentagone, dévoilant des informations jusqu'ici tenues secrètes.
"Au nom des efforts de non-prolifération, il est important d'augmenter la transparence en matière d'arsenal", a fait valoir le Pentagone qui n'avait pas révélé le chiffre exact de son arsenal nucléaire depuis 1961.
Ce chiffre, qui inclut les armes déployées, non déployées, stratégiques et non-stratégiques, "représente une réduction de 84% par rapport à l'arsenal maximal (31.255) à la fin de l'année fiscale 1967", en pleine Guerre Froide, précise le Pentagone dans un communiqué.  
En revanche, cet arsenal ne comprend pas les armes nucléaires retirées de la circulation et en voie d'être démantelées, a prétendu un responsable américain de defense, sous couvert d'anonymat.
Selon le Pentagone, "de 1994 à 2009, les Etats-Unis ont démantelé 8.748 têtes nucléaires", et "plusieurs milliers d'armes nucléaires supplémentaires attendent de l'être".

04/05

 http://www.almanar.com.lb

 

Un drone US a tenté de s’approcher de la zone des manœuvres iraniennes

11/05

 Selon Faresnews un drone US a tenté de s’approcher de la zone des manœuvres militaires navales iraniennes « Vilayat 89 » sauf qu’il a été forcé à rebrousser chemin suite aux avertissements très sérieux émis de la part de la defense maritime iranienne.
« Hier les forces marines iraniennes ont remarqué  l’approche d’un drone US de la zone des manœuvres,  mais il a  vite pris la fuite après un avertissement de la defense militaire navale iranienne », a déclaré le commandant en chef de l’armée le général Ataollah Salehi lequel a annoncé le lancement avec succès des missiles de longue portée sol-mer en ce septième jour de « Vilayat 89 ».   

Soulignant que l'un de ces missiles était plus perfectionné que l'autre parce qu'il n'a pas besoin d’une rampe de lancement..
Il a indiqué que « les pays occidentaux ont apparemment compris notre message à travers ces manœuvres militaires, puisque déjà leurs navires qui se trouvent dans la région, se sont éloignés de la zone des manœuvres à plus de 300km : ils ont compris que la République islamique d’Iran est très sérieuse quant à la defense et la protection de ses intérêts » !
Il a ajouté que les forces navales de l'Armée s’efforcent à travers les manœuvres militaires de préserver les intérêts de la République islamique dans l'océan Indien et le golfe d'Aden.
Par ailleurs, Salehi a indiqué qu’un navire commercial étranger a pris feu, signalant que les hélicoptères de l'armée sont intervenus pour  sauver les  blessés qui ont été emmenés vers le port de Bandar Abbas en Iran.

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=13...



2) Politique d'Israël

Préparation à la Guerre.

Lieberman : la Corée du Nord, la Syrie et l’Iran sont le nouvel axe du mal. 

En visite au Japon, le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman a affirmé mercredi, que la Corée du Nord, la Syrie et l'Iran constituent un "nouvel axe du mal", menaçant "non seulement Israël mais le monde entier" car ils construisent et répandent des armes de destruction massive.
Il a ajouté que « les armes nord-coréennes qui se trouvaient à bord d'un avion saisi à Bangkok en décembre dernier étaient destinées aux groupes terroristes du Hamas et du Hezbollah ».
Et de noter : «Cet axe du mal qui inclut la Corée du Nord, la Syrie et l'Iran est la plus grande menace pour le monde entier."
"Nous avons pu constater une  coopération entre eux depuis  deux ou peut-être trois mois lorsque un avion cargo de la Corée du Nord a été intercepté à Bangkok avec à son bord d'énormes quantités de différents types d'armes destinées au Hamas et au Hezbollah. Et bien sûr il ya aussi le programme des missiles en Iran et en Syrie, auquel la   Corée du Nord a fourni une assistance très importante ! »
L'avion cargo en question était un Ilyushin Il-76, saisi le 12 décembre dernier par les autorités thaïlandaises alors qu'il arrivait de Pyongyang, la capitale nord-coréenne. Il transportait 35 tonnes d'armes, explosifs, lance-grenades et composants de missiles sol-air.
Les documents de vol indiquaient que l'avion se dirigeait vers Téhéran. Les autorités iraniennes ont toutefois nié toute implication dans l'importation de ces armes.
La Corée du Nord, sous le coup d'une interdiction de l'ONU d'exporter des armes, est suspectée d'empocher des millions de dollars, chaque année, en vendant des missiles et d'autres armes à des pays tels que l'Iran, la Syrie et le Myanmar.

12/05

 http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=137262&language=fr


Sur le terrain

Nous sommes incapables de fournir une protection adéquate contre les missiles"!

Le commandant des forces de l’armée de l’air israélienne, Doron Ghabish, a déclaré que « les systèmes de defense aériens de l'armée israélienne sont incapables de fournir une protection adéquate  contre des  missiles sol-sol que possède la Syrie, l'Iran et le Hezbollah », a rapporté le quotidien israélien Haaretz !
Ghabish qui s’exprimait au cours d’une conférence internationale organisée pour la première fois en « Israël » sur la defense antimissile, a regretté  que les systèmes de defense du pays soient incapables d’assurer une protection contre  " la prolifération massive de ces missiles dans les pays de l'ennemi et parmi les organisations terroristes."
Toujours selon Haaretz les services de sécurité israélienne estiment que « c’est uniquement en 2014, que l'armée israélienne sera en mesure de s’opposer aux missiles de moyenne portée !

Autrement dit, « Israël » ne pourra assurer  une protection adéquate de tout son territoire  qu’après l'achèvement de la mise au point du système de defense antimissile national baptisé « Charfit Ksamim »  (la baguette magique) ! 
Haaretz souligne que Ghabish s’est abstenu de parler des armes détenues par le Hezbollah, mais il a souligné qu’ «Israël » était profondément préoccupé par les missiles que possèdent l'Iran, la Syrie, et le Hezbollah : «C'est pour nous un véritable défi. La cartographie des menaces à laquelle nous sommes confrontés est d’une grande complexité et d’une grande variété, et le temps de riposte dont nous disposons est très court... Ainsi dans le cas des missiles, nous avons à prendre des décisions en quelques minutes, dans le cas des bombes les décisions doivent se prendre  en quelques secondes ! Ce qui en terme militaire  n’est pas une période de temps suffisante - mais nous devons  agir avec sagesse et savoir sélectionner les cibles que nous devons toucher ». 
De son côté, le président de la société d’industrie militaire, chargée  du développement du système de defense antimissile nationale « Charfit Ksamim », Raphaël, a appelé les services de la sécurité nationale israélienne  à accélérer le développement du système: «Les missiles seront dans le ciel intensément. Le nombre de missiles lancés contre nous sera important, et même s’ils sont de type traditionnel, il n’empêche que ce genre d’attaque provoquera de nouvelles menaces non-traditionnelles ! » 
Enfin le président du département pour la defense au ministère de la Sécurité, Uzi Rubin, a appelé à vite achever le développement des capacités de defense aérienne à plusieurs niveaux, notant que «la prochaine guerre sera différente, car elle aura lieu  à l’intérieur de l'Etat, et non seulement sur ses frontières, si nous réussissons à résister face à ce nouvel défi, nous aurions gagné ! » ..

06/05  



Les organisations mondiales

1 Onu

La Bosnie votera selon ses intérêts stratégiques  

La Bosnie a laissé entendre lundi qu'elle pourrait s'aligner sur la politique de ses alliés occidentaux lorsqu'elle participera à la prise de décisions au Conseil de sécurité de l'ONU qui devrait se prononcer prochainement sur de nouvelles sanctions contre l'Iran.
"L'objectif stratégique de
la Bosnie-Herzégovine est de devenir au plus vite membre à part entière de l'Otan et de l'Union européenne", a déclaré le président en exercice bosniaque, Haris Silajdzic, lors de sa rencontre à Sarajevo avec le chef de la diplomatique iranienne, Manouchehr Mottaki, selon un communiqué officiel adressé à l'AFP.
"Notre pays doit tenir compte de ces objectifs stratégiques, qui concernent sa propre sécurité et celle de ses citoyens, lorsqu'elle participe dans la prise de décision dans des enceintes internationales, dont le Conseil de sécurité de l'ONU", a fait valoir M. Silajdzic.
La Bosnie fait partie des dix membres non permanents du Conseil de sécurité.
Les Etats-Unis et les Européens accusent l'Iran de chercher à se doter de l'arme nucléaire, un projet démenti par Téhéran qui qualifie ces allégations de "sataniques".
Les Etats-Unis,
la Grande-Bretagne et la France cherchent à convaincre le Conseil de sécurité de l'ONU de prendre des sanctions contre la politique nucléaire iranienne.
Un porte-parole du département d'Etat américain, Philip Crowley, a affirmé lundi que Washington souhaitait une résolution soumise au Conseil de sécurité "dès que possible" pour sanctionner les activités nucléaires de l'Iran.
Le ministre iranien des affaires étrangères, qui a rencontré dans la journée aussi son homologue bosniaque, Sven Alkalaj, a déclaré dans une conférence de presse qu'il était venu à Sarajevo pour "apporter des explications à nos amis bosniaques sur les derniers développements, pour qu'ils aient une attitude positive et constructive".
Les dirigeants iraniens ont entrepris une tournée dans plusieurs des dix pays membres non permanents du Conseil de sécurité pour essayer de les convaincre de la bonne foi de Téhéran.
Pour faire approuver une résolution, 9 des 15 membres du Conseil de sécurité (10 non permanents, 5 permanents avec droit de veto) devront voter "pour".

26/04

 http://www.romandie.com/ats/news/100426191744.nibm91wj.asp


FMI

L'Iran est la 18ème puissance économique du monde 

Le Fond Monétaire International a annoncé, dans un rapport, que l’Iran est, actuellement, la 18 ème puissance économique du monde, avec un PIB de 828 milliards de dollars.
Selon l'IRNA, le FMI a ajouté, dans son rapport, que la RII a réussi à augmenter d'un point, sur cette liste, grâce aux mesures prises, pour augmenter son PIB.
 Selon le rapport du Fond Monétaire International, le PIB de l'Iran, en 2008, était de 803.5 milliards de dollars, chiffre qui a augmenté, en 2009, pour passer à 828 milliards de dollars, soit une hausse de près de 25 milliards de dollars.
ET cela malgré l’embargo imposé à l’Iran depuis l’avènement de la  révolution islamique.

 03/05     

 http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=136054&language=fr

 

Conseil de sécurité

27-04

D'autre part, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré le 22 avril que le Conseil de sécurité décréterait des sanctions contre l'Iran si Téhéran continuait de faire preuve d'inertie dans le règlement de son programme nucléaire

 http://fr.rian.ru/


Les Voisins

Liban

"Tenter de séparer la Syrie et l'Iran de la résistance est une perte de temps".  

Le représentant du Hezbollah au Liban-sud, Nabil Qaouk a déclaré que toutes les pressions exercées pour séparer la Syrie et l'Iran de la résistance islamique sont  une perte de temps.
Qaouk a noté que de telles tentatives dénoncent l'ignorance de l’ennemi et des Américains de ce qui se passe dans la région : "quelles que soient les pressions et les tentations, il n’y a pas de distances  entre la résistance et entre la Syrie et l'Iran et toutes les pressions pour maintenir la Syrie et l'Iran loin de la résistance sont une perte car cette relation est  plus forte, le plus chère et plus  honorable pour succomber à tout chantage, et aux  tentations."
Il a ajouté: "Nous continuons dans la voie de la résistance pour réaliser la libération de tout le pays, mais aussi pour le maintien de la souveraineté libanaise", ajoutant que c’est la raison pour laquelle la résistance restera exposée à toutes formes de chantage de pressions, de désinformation au niveau interne qu’au niveau externe !
Il a souligné  qu’avec une augmentation de la fréquence des menaces et des provocations israéliens, l’erreur n’est plus permise dans les calculs de la République libanaise, elle est un péché contre le pays car l'ennemi sioniste ne comprend que les ingérences,  les décisions et les promesses du droit international et des USA, et non celles qui protèges la patrie comme la résistance et sa force armée.

26/04

 http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=135105&language=fr


Russie

 Medvedev : les sanctions sont possibles…

Le président russe Dmitri Medvedev a jugé "irresponsable" le comportement de l'Iran face aux préoccupations mondiales au sujet de son programme nucléaire, et n'a pas exclu, dans un entretien à la télévision danoise DR, des sanctions contre Téhéran.
"Pour l'instant, l'Iran ne fait pas preuve de la compréhension voulue, ce qui est regrettable. Si cette situation perdure  nous n'excluons rien de notre côté, dont des sanctions", a indiqué le président russe en prévision de sa visite au Danemark.
"Certes les sanctions sont pernicieuses  et elles sont rarement efficaces. Mais lorsque les autres moyens sont épuisés, alors pourquoi ne pas y recourir", s'est demandé D.Medvedev.
La situation autour du programme nucléaire iranien s'est particulièrement aggravée à la suite de la déclaration du président Mahmoud Ahmadinejad, le 11 février dernier, selon laquelle Téhéran avait produit un premier lot d'uranium enrichi à 20% et disposait des ressources nécessaires pour atteindre un degré d'enrichissement encore plus élevé.
Cette déclaration a immédiatement provoqué une réaction négative de la communauté internationale. D'après le ministère russe des Affaires étrangères, les démarches de Téhéran "renforcent le doute quant à sa volonté de lever les inquiétudes de la communauté internationale au sujet de son programme nucléaire".
Au lendemain de la déclaration de M.Ahmadinejad,
la France et les Etats-Unis ont invité le Conseil de sécurité de l'ONU à décréter de nouvelles sanctions contre l'Iran. 

27 Avril

 http://fr.rian.ru/

 

Les Etats-Unis font du chantage dans l’affaire nucléaire iranienne.

Les Etats-Unis cherchent à faire du chantage dans les négociations avec les partenaires internationaux, autour de l’affaire nucléaire iranienne, selon le Directeur de l’Organisation russe du Désarmement nucléaire.

Dans une interview, dimanche, à la chaîne Al-Alam, Alexandre Bakiev a également affirmé que la Russie ne trouvait pas les sanctions une solution adéquate au règlement des problèmes mondiaux. Nous continuons à encourager, nos partenaires au sein du groupe 5+1, à poursuivre les négociations avec l’Iran, mais il existe malheureusement une certaine réticence ou intolérance surtout de la part du gouvernement américain, a ajouté M. Bakiev.

Nous sommes pour le dialogue et le règlement négocié de l’affaire nucléaire iranienne, a précisé Alexandre Bakiev avant d’ajouter : « C’est avec déplaisir que la Russie et la Chine vont donner leur feu vert, sur certains points, à d’éventuelles nouvelles sanctions contre l’Iran, à condition qu’elles n’aient pas d'effets négatifs sur le quotidien des citoyens iraniens et le pouvoir économique du pays», a souligné le responsable de l’Organisation russe en charge de désarmement nucléaire.

03/05

 http://french.irib.ir/

Aucun document établissant une quelconque dérive du programme nucléaire iranien n'existe.

 Le ministre russe des Affaires étrangères a insisté, dans un article paru dans la revue économique "Handelsplatz", à Düsseldorf, qu'aucun document établissant une quelconque dérive militaire, du programme nucléaire iranien, n'existe, en dépit des campagnes médiatiques infondées.

Toujours d'après Sergueï Lavrov, le climat créé autour du programme nucléaire iranien ne provient que d'approximations ainsi que des allégations non fondées des puissances occidentales.
Les évaluations de la Russie, sur le programme nucléaire iranien, estime le chef de la diplomatie russe, s'appuient sur les renseignements et informations de l'AIEA, qui a toujours assuré son contrôle et sa supervision des activités nucléaires de l'Iran, et qui a confirmé l'absence de tout indice qui pourrait laisser croire que le programme nucléaire iranien poursuit d'autres objectifs que civils."

29 Avril

http://www2.irna.ir/fr/news/view/line-96/1004296583144137.htm

 http://fr.rian.ru/



Dans le monde

Brésil

Le Brésil soutient le programme nucléaire iranien.
Le ministre brésilien des Affaires étrangères, Celso Amorim, en visite hier à Téhéran, a réaffirmé le soutien de son pays au droit de l’Iran aux technologies nucléaires civiles « pacifiques », selon la télévision d’Etat.
« Nous défendons pour le peuple iranien ce que nous défendons pour le peuple brésilien, c’est-à-dire le droit à développer des activités nucléaires pacifiques », a déclaré M. Amorim, cité par le site de la
télévision iranienne. M. Amorim, dont la visite de deux jours est centrée sur le dossier nucléaire iranien controversé, a fait cette déclaration lors d’un entretien avec Saïd Jalili, négociateur iranien de ce dossier, selon la même source. Le Brésil siège au Conseil de sécurité de l’ONU qui devrait avoir à se prononcer prochainement sur de nouvelles sanctions contre l’Iran soupçonné par les Occidentaux, malgré ses démentis, de chercher à se doter de l’arme nucléaire. M. Amorim devait encore s’entretenir avec son homologue Manouchehr Mottaki, le chef du Parlement Ali Larijani et le président Mahmoud Ahmadinejad, avant la visite prévue en Iran les 16 et 17 mai du président brésilien, Luiz
Inacio Lula da Silva. Selon les Affaires étrangères iraniennes, les entretiens portent sur « le droit de l’Iran à exploiter ses compétences scientifiques dans le cadre de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) », et « les dernières discussions autour de l’obtention par l’Iran du combustible nucléaire » dont il dit avoir besoin pour son réacteur de recherche de Téhéran.
Atomes crochus
Les pays occidentaux cherchent actuellement à obtenir du Conseil de sécurité de nouvelles sanctions contre l’Iran qui a commencé en février à produire de l’uranium hautement enrichi (20%) après avoir refusé une offre d’échange de combustible proposée par les grandes puissances sous l’égide de l’AIEA. Mais, le Brésil « ne voit pas l’Iran proche de construire une bombe », a indiqué M. Amorim avant sa visite, et prône plutôt le dialogue avec Téhéran en défendant son droit au développement d’un programme nucléaire à visée pacifique. Quatre des cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie) sont favorables aux sanctions, alors que le cinquième,
la Chine, premier partenaire économique et proche allié de l’Iran, continue à défendre la voie du dialogue.

Les dirigeants iraniens ont entrepris une tournée dans plusieurs des 10 pays membres non permanents du Conseil de sécurité pour essayer de les convaincre de la bonne foi de Téhéran.
Selon les médias, M. Mottaki se trouvait lundi en Bosnie-Herzégovine au lendemain d’entretiens à Vienne, alors que M. Ahmadinejad s’est rendu au Brésil, au Gabon et en Ouganda, et que M. Jalili a visité le Japon. Les chefs de la diplomatie de Turquie et du Liban se sont, de leur côté, rendus à Téhéran. A Vienne, M. Mottaki a eu des entretiens, sans résultat immédiat, avec le directeur de l’AIEA, Yukiya Amano, sur « l’échange de combustible nucléaire » au cœur du conflit entre Téhéran et les grandes puissances.

Par R. I.

27 avril 2010
http://www.elwatan.com/Celso-Amorim-l-a-declare-hier-a


Egypte

L'Egypte appelle à traiter simultanément le nucléaire d'Iran et d'"Israël"  

L'Egypte a affirmé mardi qu'établir une zone dénucléarisée au Moyen-Orient lors de la conférence de suivi du Traité de non prolifération (TNP) le mois prochain à New York était la clé pour résoudre la question du programme nucléaire iranien.
L'ambassadeur égyptien à l'ONU a affirmé que même s'il n'y avait pas de lien entre le nucléaire israélien et le programme iranien, les deux questions devaient être traitées simultanément.
Maged Abdel Aziz a espéré qu'"Israël", dont l'arsenal est composé de plusieurs centaines de bombes nucléaires, prendra part à la conférence de suivi du TNP prévue du 3 au 28 mai.
L'ambassadeur égyptien a en outre affirmé qu'"un succès avec l'Iran dépendra largement. des succès que nous obtiendrons pour établir une zone dénucléarisée au Moyen-Orient".
"Nous refusons la présence de toute arme nucléaire au (Moyen-Orient), que ce soit en Iran ou en Israël", a-t-il ajouté.
L'Egypte doit présenter un document de travail lors de la conférence du TNP, qui réclame l'application d'une résolution de 1995 appelant à un Moyen-Orient sans armes nucléaires.
Le document demande aux membres du TNP de "renouveler leur engagement à prendre individuellement et collectivement toutes les mesures nécessaires pour appliquer rapidement la résolution, y compris l'adhésion d'"Israël" au traité dès que possible en tant qu'Etat non nucléaire".
L'entité sioniste devrait également placer tous ses sites nucléaires sous le contrôle de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), ajoute le texte.

28/04

 http://www.almanar.com.lb


Zimbabwe

Le Zimbabwe ouvrirai ses réserves d’uranium enrichi à l’Iran.

Selon le quotidien britannique le "Sunday Telegraph" un accord nucléaire a été conclu entre l'Iran et le Zimbabwe le mois dernier lors d'une visite d’un proche collaborateur du président zimbabwéen Robert Mugabe à Téhéran.
L’accord stipule que  l'Iran fournira du pétrole pour le Zimbabwe en échange de grandes quantités d'uranium enrichi.
Une source gouvernementale, cité par le quotidien, a confirmé l'information ajoutant: "L'accord de l'uranium est le résultat de beaucoup d’efforts mutuels et ce depuis 2007, lorsque Mugabe s'est rendu à Téhéran à la recherche de carburant."
Les experts estiment que les réserves d'uranium du Zimbabwe sont considérables :  soit 450000 tonnes d'uranium enrichi et 20000 tonnes  d'uranium qui peuvent être enrichie, sachant que l'Iran a obtenu la majorité de ses stocks d'uranium d'Afrique du Sud pendant les années soixante du siècle dernier, son stock s'est depuis épuisé.

Selon le Sunday Telegraph l’Iran a réussi à ‘mettre la main’ sur les réserves d’uranium du Zimbabwe à un moment critique !.

25/04 

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=134929&language=fr



2 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

2-1 La politique d'Obama envers l'Iran n'est qu'une caisse de résonance vide 

"Les menaces d'Obama contre l'Iran ne sont qu'une caisse de résonance vide et les Etats-Unis ont fait un grand tapage, pour dissimuler leur marche arrière, face à l'Iran nucléaire.

Tous les tapages qu'a faits le président américain contre l'Iran visent à faire croire que Washington est en train de faire quelque chose, pour dissuader l'Iran de poursuivre son programme nucléaire. ", a écrit le Foreign Policy.

"L'administration d'Obama a permis à l'Iran de se dérober aux sanctions et aux ultimatums de l'Occident, concernant son programme nucléaire, tout en orchestrant, parallèlement, un grand tapage autour de ses activités nucléaires.", selon l'auteur.

" Venir à bout des activités nucléaires iraniennes n'est pas à l'ordre du jour de l'administration Obama et toutes les campagnes d'intoxication contre le programme nucléaire iranien ont pour unique objectif de faire croire que Washington fait face, maintenant, au programme nucléaire iranien.", selon le magazine.

Foreign Policy

29/04

 http://french.irib.ir/


2-2 Projets satellitaires contre l'Iran   

 Le website "NahreïnNet", citant les sources proches de l'opposition au gouvernement de Riyad, a annoncé, mercredi, que les Etats-Unis et l'Arabie saoudite avaient des projets pour mettre à contribution, sur une vaste échelle, des chaînes satellitaires contre la RII.
"LBC sont des chaînes de télévision, dont l'objectif est de faire face à l'Ordre de
la République islamique d'Iran et de soutenir les opposants en Iran.", peut-on lire sur le site NahreïnNet.

"De concert avec les Etats-Unis, Riyad serait en train de concevoir des plans pour dresser l'opinion publique iranienne contre les responsables de l'Ordre islamique".

" Les organisations du renseignement, saoudienne et américaine, auraient, déjà, collaboré ensemble contre la RII, de sorte qu'avant même la tenue des élections présidentielles iraniennes, elles avaient propagé des informations déformées contre la RII.", selon NahreïnNet.

29/04/

  http://french.irib.ir/index.php/info/34294-le-voile-est-leve-sur-les-projets-satellitaires-de-washington-et-de-riyad-contre-liran


2-3 La perception donnée par les médias des minorités religieuses en Iran est erronée .

Siamak Morsadegh, député représentant la communauté juive au Parlement iranien qui vient d'effectuer une visite en France a souligné que "la perception donnée par les médias des minorités religieuses en Iran est erronée".
En marge de sa participation à un colloque sur les communautés religieuses dans
la République Islamique d’Iran, Siamak Morsadegh a répondu aux questions du quotidien français « Le Figaro » .
Au cours de sa rencontre avec des membres de la communauté juive française, s'il a tenu à souligner la perception erronée donnée par les médias des minorités religieuses en Iran, il a précisé que « l’Iran dispose de la plus large communauté juive du Moyen-Orient après Israël, avec entre 25 et 30 000 membres.

Nous sommes politiquement et socialement intégrés. Nous n’avons pas de problèmes avec les musulmans. Il y a vingt ans, il y avait 35-40000 juifs en Iran »
Pour le député représentant la communauté juive au Parlement iranien, les jeunes juifs résidant en Iran, n’ont pas de problèmes pour se marier. « Nos synagogues ne sont pas gardées, elles sont en sécurité » a-t-il déclaré.
Interrogé sur les propos du président Mahmoud Ahmadinejad, sur l’holocauste, il a répondu que « le président Ahmadinejad a dit qu’Israël, par sa politique agressive, serait tôt ou tard rayé de la carte. Quant à l’Holocauste, c’est une réalité historique que personne ne peut nier, mais s’interrogeant sur les coupables, il a désigné les Européens, et même des Français qui ont collaboré avec les Allemands ».
Ce qui importe pour Siamak Morsadegh, c’est que la victime de l’holocauste ne peut s’arroger le droit de faire ce qu’elle veut, sous le seul prétexte qu’elle a été victime. « Israël doit cesser d’occuper la terre des Palestiniens.
C’est mon devoir de défendre les Palestiniens dans leur combat pour leur indépendance. Il n’y a ni bonne ni mauvaise ségrégation » a-t-il souligné.
Interrogé par le journaliste du quotidien français sur l’attitude qu’adopterait la communauté juive vivant en République Islamique d’Iran en cas de frappes militaires contre l’Iran, s’il a dans un premier temps rappelé que pendant la guerre déclarée par l’Irak en 1980 à l’Iran, soutenue par beaucoup de pays occidentaux dont
la France afin de faire pression sur l’Iran révolutionnaire, les Iraniens se sont serrés les coudes.
« Peu importe les ethnies, peu importe les religions : lorsqu’il s’agit de la defense de l’intégrité territoriale, il n’y a plus de différence entre un juif, un musulman et un chrétien en Iran.

Tous les Iraniens seront prêts à sacrifier leur vie pour défendre leur pays » a conclu le député représentant la communauté juive au Parlement iranien .

30 Avril

 http://www2.irna.ir


2-4 Arrestation d'un journaliste. 

Le Mouvement vert alaouite a fait état de l'arrestation d'un journaliste lié au courant radical des groupes réformistes, qui remettait ses rapports et reportages à la disposition de Radio Farda, pendant les agitations survenues, en Iran, suite à l'annonce des résultats des élections présidentielles de juin 2009. 
Selon ce rapport, ce journaliste, qui était également lié à la CIA, a avoué qu'il diffusait des  informations diffamatoires et fausses concernant les troubles post-électoraux.

Ces reportages étaient diffusés, en direct, par Radio Farda.
Radio Farda est un média américain qui a diffusé de fausses informations sur les événements survenus, en Iran, après les élections présidentielles de 2009.

04/05

 http://www.almanar.com.lb



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

Les commentaires sont fermés.