Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/05/2010

n°41 - Dossier d'Iran - 17-05 -: Début - : La campagne contre l'Iran et le droit international.

n°41 - Dossier  d'Iran - 17-05 -:  Début  - : La campagne contre l'Iran et le droit international.



Dossier d'Iran   n°41 du 17-05

                             C.De Broeder & M.Lemaire



 Le "dossier d'Iran" est  visible  sur les blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis  :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

Si vous voulez-nous contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire :  

Tiré à Part

Karl Müller : La campagne contre l'Iran et le droit international.

1 Les Brèves

Les États-Unis et Israël sont responsables de toutes les activités terroristes dans le monde.

1-2 L'ambassadeur d'Espagne a souligné le caractère non-militaire du programme nucléaire iranien 

1-3 Nucléaire: Moscou refuse son soutien au document final de la conférence à Téhéran.

1-4 Des drones inquiètent le Pentagone…

1-5 Je "condamne les pressions" sur Téhéran et Harare.  

1-6 Un Occident qualifié de "satanique", prêt à "accaparer les ressources mondiales". 

1-7 L’Iran soutiendra la Syrie en cas de menace israélienne.

1-8 Sylviane Zehil : La Syrie, le Liban et le Hezbollah sont capables de défaire l’État hébreu.

1-9 Soudainement, le nucléaire iranien n'est plus une menace existentielle"

1-10 La plus grande usine automobile au Proche-Orient inaugurée.

Suite

2 Dossier & Point de vue

2-1 Le discours du président iranien à la Conférence de l’examen du TNP.

1 Ahmadinejad : La quête d'une paix durable est naturelle et historique.

2 « L’AIEA a exercé davantage de pressions sur les membres qui ne détiennent pas d’armes, sous prétexte de la non prolifération.  »,  

3Richard Drew : Le discours du président iranien boycotté à l'ONU.

4 Réplique confuse de la Maison Blanche au discours du président iranien à New York. 

5 L'immense répercussion médiatique du discours du Président.

6 Ahmed Loutfi & Chaïmaa Abdel-Hamid : Le sommet de Washington a été marqué par la confirmation de  l’influence de l’Etat hébreu.

2-2 Pacynthe Sabri : Un danger instrumentalisé.

2-3 Aliaa Al-Korachi : L’atome, mais pas au service de la paix.

Fin

3 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

3-1 Albert A.Stahel : «Premièrement l’Iran n’est pas une puissance nucléaire

3-2 Les impénétrables voies de l'Iran.

4  Pièce jointe

4-1 René Naba : L’Iran, un cas d’école



Tiré à Part

Karl Müller   : La campagne contre l'Iran et le droit international

­Karl Müller expose les menaces proférées contre l'Iran et les projets de guerre contre ce pays à la lumière du droit international.

Comme pour l'agression contre l'Irak, la volonté d'une poignée d'Etats, autoproclamés "communauté internationale", de bafouer la Charte des Nations Unies est un véritable obstacle à la paix entre les peuples. 


En adhérant aux Nations Unies, 192 Etats du monde ont pris les engagements suivants:
•    «Maintenir la paix et la sécurité internationales et à cette fin: prendre des mesures collectives efficaces en vue de prévenir et d’écarter les menaces contre la paix et de réprimer tout acte d’agression ou autre rupture de la paix, et réaliser, par des moyens pacifiques, conformément aux principes de la justice et du droit international, l’ajustement ou le règlement de différends ou de situations, de caractère international, susceptibles de mener à une rupture de la paix;


•    Développer entre les nations des relations amicales fondées sur le respect du prin­cipe de l’égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes, et prendre toutes autres mesures propres à consolider la paix du monde.»


De plus, il est inscrit dans
la Charte des Nations Unies, concernant les devoirs des Etats membres:


•    «Les membres de l’Organisation règlent leurs différends internationaux par des moyens pacifiques, de telle manière que la paix et la sécurité internationales ainsi que la justice ne soient pas mises en danger.


•    Les membres de l’Organisation s’abstiennent, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, soit contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout Etat, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies.»


Le fait que certains Etats, membres des Nations Unies, ont contrevenu à maintes reprises à ces dispositions ne dispense pas le monde actuel de ces engagements. Bien au contraire: Toutes les guerres menées après
la Seconde Guerre mondiale ont démontré de façon cruelle à quel point était vrai ce que, en 1945, les membres fondateurs des Nations Unies avaient écrit au début du préambule de la Charte: «Nous, peuples des Nations Unies, résolus à préserver les générations futures du fléau de la guerre qui deux fois en l’espace d’une vie humaine a infligé à l’humanité d’indicibles souffrances.»
Est-ce compatible avec ces principes que des représentants de gouvernements et de médias attaquent verbalement avec force un pays et n’excluent pas une guerre contre lui?
C’est bien ce qui se passe depuis de nombreuses années envers l’Iran. Et avec un nouvel élan depuis ces dernières semaines et mois.


On ne tient pas compte du fait


•    que ce n’est pas que le gouvernement iranien qui affirme depuis des années ne pas vouloir posséder des armes atomiques, mais les inspecteurs de l’Agence Internationale de l’énergie atomique (AIEA) de même que les services secrets ne peuvent apporter de preuve tangible d’un programme d’armes atomiques de l’Iran. Les rapports actuels des services secrets américains ont même attesté que l’Iran ne mène pas de programme d’armes atomiques. Certains adversaires de l’Iran prétendent même qu’il ne s’agit pas de prouver l’existence d’un tel programme, mais que c’est à ce pays à prouver qu’il n’en a pas – mais comment est-ce possible alors que tout ce que l’Iran présente comme preuves est remis en question;


•    que les déclarations du président iranien concernant Israël sont présentées dans les médias occidentaux de façon erronée et qu’on ne connaît pas de plans de guerre de l’Iran contre Israël;


•    que des plans de guerre israéliens ­contre l’Iran (et même des Etats-Unis) existent très probablement alors même que
la Charte des Nations Unies interdit toute acte d’agression;


•    que l’Iran est menacé d’intervention guerrière par d’autres pays, voire par de hauts officiers allemands: Entre-temps le manuscrit du discours du général allemand de l’OTAN, Karl-Heinz Lather, tenu le 25 mars à Bonn devant
la Communauté de soldats catholiques a été rendu public. Et c’est précisément lors de la Journée mondiale de la Paix 2010 qu’il a dit: «D’ailleurs, la communauté internatio­nale [en fait les Etats membres de l’OTAN] pourrait se voir contrainte d’intervenir militairement si l’Iran ne renonce pas à ses ambitions d’un armement atomique. Il semble que l’action politique, la diplomatie et les sanctions n’apportent guère de solution.» Puis il ajouta – à l’encontre des obligations de la Charte de l’ONU – que «les Etats et les gouvernements [ceux de l’OTAN] acceptent en général [donc pas toujours] un mandat des Nations Unies comme condition d’une intervention militaire [ce qui, selon lui, n’est pas obligatoirement le cas];


•    que les propositions soumises à l’Iran ne respectent pas l’égalité des droits de tous les Etats inscrite dans
la Charte des Nations Unies et on soumet l’Iran à des exigences sans aucun fondement dans le droit des traités touchant au nucléaire – ce que les décisions du Conseil de Sécurité de l’ONU au sujet du programme nucléaire iranien ne peuvent cacher;


•    que des Etats qui, comme Israël, le Pakistan et l’Inde, refusent de se soumettre au Traité sur la non-prolifération des armes nuclé­aires (TNP), et disposent d’un énorme arsenal d’armes nucléaires, ne sont pas contraints de rentrer dans le rang (sans parler des 5 puissances nucléaires «officielles», qui ont aussi signé le TNP et se sont engagés à réduire leurs arsenaux nucléaires, voire à les supprimer, mais qui sont à des lieues de leur application) – on travaille ici aussi à deux niveaux;


•    que ce n’est pas la «Communauté inter­na­tionale» qui fait pression sur l’Iran, mais avant tout Israël, les Etats-Unis et l’UE, lesquels se sont unis contre l’Iran et exercent une pression sur les autres pays pour qu’ils se soumettent à leur volonté. La plupart des Etats et des gouvernements, comme par exemple les 118 membres du Mouvement des non-alignés, considèrent la politique de l’Iran différemment et estiment qu’il y a une possibilité d’entretenir des relations avec ce pays et de résoudre les conflits, se démarquant ainsi nettement du bloc politique des 3 pays sus-mentionnés, lesquels ne représentent finalement qu’une petite minorité dans l’ensemble du monde.


On n’évoquera pas ici les vraies raisons des plans de guerre contre l’Iran. On se contente de signaler que toute cette agitation guer­rière est alarmante pour tout un chacun qui s’intéresse raisonnablement à ce problème. Il est vrai aussi que tous ceux qui menacent l’Iran ne veulent pas forcément la guerre. Toutefois, ils aplanissent le terrain pour ce petit groupe de pays qui veulent cette guerre, en violation de
la Charte des Nations Unies.
Il est particulièrement inquiétant de constater qu’on n’entend plus aucune voix contraire dans ces gouvernements et ces médias-là. Il n’y a aucun débat, on se contente de hurler avec les loups, alors même que ces cris n’ont rien à voir avec la vérité, mais ne sont poussés que pour soutenir des projets poli­tiques inavouables.
Cette volonté d’ignorer
la Charte des Nations Unies n’est pas un délit mineur. C’est proprement une tentative de porter un coup à l’effort des peuples et des Etats de vivre en paix et dans la justice. C’est une menace pour l’humanité et c’est pourquoi, au sein de la Communauté internationale, ils sont nombreux à ne pas vouloir suivre cette voie.
Au cours des derniers 20 ans, plusieurs guerres ont été déclenchées contre la volonté de
la Communauté internationale, avec des conséquences dramatiques tant pour les victimes qu’en ce qui concerne les coûts. Il est donc important de réfléchir à la façon d’empêcher une nouvelle guerre et aux moyens à disposition pour faire respecter le droit international – et cela par tous les Etats.   

 Karl Müller   

Source: Horizons et débatsHorizons et débats



1 Les Brèves

1-1 Les États-Unis et Israël sont responsables de toutes les activités terroristes dans le monde.

Le président Mahmoud Ahmadinejad a accusé Washington et Tel-Aviv d’être responsables de toutes les activités terroristes dans le monde.

Il s’est exprimé à l’occasion d'une cérémonie commémorant la Journée internationale du travail.

Les États-Unis et Israël sont les causes premières du terrorisme en Irak et en Afghanistan, a t-il ajouté.
Tous les dictateurs du monde sont soutenus par Washington, selon le président iranien ajoutant que les États-Unis et ses alliés s'opposent à tous les gouvernements démocratiques à travers le monde.
Le président Ahmadinejad a réaffirmé que des liens d’amitié avec la nation iranienne est le seul moyen pour Washington de se débarrasser de ses problèmes actuels.
Aujourd'hui, la nation iranienne est déterminée à conquérir tous les points culminants la conduisant vers le progrès et à ne pas prêter attention à la clameur publique organisée par ses ennemis, a t-il ajouté.
Le peuple iranien sont les hommes de la logique, la compréhension, la justice, la coopération et le dialogue, at-il dit, ajoutant que la nation se couper les mains de ceux qui veulent signer un accord contre la République islamique.
Il a en outre exprimé la préparation de la nation iranienne à participer à la gestion globale sur la base de la justice.
Le président Ahmadinejad a réitéré que la nation iranienne et toute liberté la recherche des Nations aura un avenir brillant et prometteur.
Se référant aux complots de l'ennemi, le président iranien a souligné que le siège économique et les embargos n'ont eu aucun effet sur la nation iranienne au cours des trois dernières décennies.
Qualifiant les revendications des États-Unis concernant le désarmement nucléaire de sans fondement, il a déclaré que Washington a été le seul pays qui a développé et utilisé des armes nucléaires dans le monde.
Il a en outre condamné de nombreux cas de violations des droits de l'homme par les États-Unis en Irak et en Afghanistan, affirmant que plus de 1,3 millions de personnes ont été tuées en Irak et plus de 100.000 civils tués en Afghanistan à cause des troupes américaines d’occupation.
Ces civils innocents ont été tués par ceux qui se proclament des soi-disant defenseurs des droits de l'Homme et de la démocratie dans le monde, a poursuivi le président iranien.

01 Mai

http://www2.irna.ir/fr/news/view/line-96/1005012516181234.htm


1-2 L'ambassadeur d'Espagne a souligné le caractère non-militaire du programme nucléaire iranien  

L'ambassadeur d'Espagne à Téhéran, Leopoldo Stampa, a souligné que le programme nucléaire de l'Iran est sous contrôle de l'AIEA et qu'il est de nature civile.
Leopoldo Stampa s'exprimait mardi lors d'une interview exclusive avec l'IRNA, après sa rencontre avec les membres de
la Commission de sécurité nationale et de politique étrangère du parlement iranien.
Il a estimé que le programme nucléaire iranien n'était pas militaire et a été mené sous l'entière supervision de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).
Il a noté que, d'après le Traité de non-prolifération (TNP), tous les pays ont le droit de faire usage de l'énergie nucléaire à des fins pacifiques.
Interrogé sur les efforts des États-Unis d'exercer de nouvelles sanctions contre l'Iran, l'ambassadeur d'Espagne a déclaré que les États-Unis n'étaient pas un membre de l'union européenne, et qu'ils ne pouvaient pas commenter ses politiques.
L'ambassadeur d'Espagne à Téhéran, a qualifié sa rencontre avec les parlementaires de très bonne et fructueuse, disant que c'était une bonne occasion offerte aux ambassadeurs étrangers de parler aux membres de
la Commission de sécurité nationale de la République Islamique d'Iran.
Il a ajouté que les deux parties ont présenté leurs points de vue sur différentes questions d'intérêt commun lors de la réunion.

04/05 

 http://www2.irna.ir/fr/news/view/line-97/1005041862201513.htm


1-3 Nucléaire: Moscou refuse son soutien au document final de la conférence à Téhéran.
La Russie ne soutient pas le document rédigé à l'issue de la conférence internationale de Téhéran sur le désarmement et la non-prolifération nucléaire, a déclaré vendredi devant les journalistes à Moscou le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Andreï Nesterenko.
"Nous ne considérons le document final de la conférence sur le désarmement et la non-prolifération à Téhéran, préparé par la partie iranienne, que comme résumé de son président qui n'exprime que son avis personnel. Ce document n'a pas été examiné par les participants du forum et n'a pas été soumis à leur approbation", a indiqué le diplomate.
La Russie confirme que les discussions à la conférence ont été fructueuses, mais refuse de soutenir le document en question.
Des représentants d'une soixantaine de pays ont assisté à la conférence sur le désarmement nucléaire à Téhéran les 17 et 18 avril derniers qui avait pour thème "l'énergie nucléaire pour tous, des armes atomiques pour personne".
La Russie y a été représentée par son vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.
La discussion lors du forum a porté sur un large éventail de mesures pratiques appelées à définir la menace de la prolifération et sur des moyens d'atteindre un monde sans armes nucléaires.

23 avril

http://fr.rian.ru/world/20100423/186540570.html


1-4 Des drones inquiètent le Pentagone…

Le secrétaire américain à la Defense, Robert Gates, s'est déclaré préoccupé jeudi 25 mars par l'existence de drones iraniens (avions sans pilote), tout en minimisant les risques encourus par les forces armées américaines déployées en Irak et en Afghanistan.
"L'Iran a des drones. C'est inquiétant, car s'ils le voulaient, ils pourraient nous créer des difficultés en Irak ou en Afghanistan", a-t-il déclaré lors d'une audition parlementaire. "En même temps, les drones volent relativement lentement et nous avons une excellente armée de l'Air", a-t-il relativisé.
"Je pense que nous sommes capables de protéger nos troupes, en particulier dans ces zones de combat".

"Ces drones sont capables de mener des opérations d'attaque"

"Je crains surtout de voir de telles capacités tomber entre les mains d'acteurs non-étatiques qui les utiliseraient à des fins terroristes", a conclu le secrétaire américain à la Defense.
L
e ministre iranien de la Defense, le général Ahmad Vahidi, a inauguré en février deux lignes de production d'avions pilotés à distance par une entreprise aéronautique dépendant de son ministère, selon l'agence Fars.
"Ces drones sont capables de mener des opérations de surveillance, de détection et même d'attaque avec une grande précision", avait-il affirmé.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/ameriques/20100326.OBS1051/des_drones_iraniens_inquietent_le_pentagone.html


1-5 Je "condamne les pressions" sur Téhéran et Harare.  
"L'Iran et le Zimbabwe sont deux pays qui persévèrent à défendre leur souveraineté et leur liberté", a-t-il déclaré lors d'une cérémonie officielle à la présidence.
"Nous sommes soumis à des pressions grandissantes des pays impérialistes et colonialistes", a-t-il poursuivi, en ajoutant: "Ici, je condamne toutes les pressions, les pressions sataniques, les pressions sur le gouvernement et le peuple du Zimbabwe."
"Le Conseil de sécurité de l'ONU a servi les intérêts des pays les plus puissants", a accusé le président iranien. "Ils se servent du conseil de sécurité de l'ONU pour atteindre leurs objectifs mais ils ont échoué", a-t-il dit.
"Ils ont pensé qu'ils pourraient changer les directions de nos nations. Mais nos nations ont tenu fermement", a-t-il soutenu.
"Ils ont imposé les mêmes pressions sur le Zimbabwe. Ceux qui n'ont aucun respect pour les droits de l'Homme et qui tuent des gens ont utilisé comme excuse la protection des droits de l'Homme."
Le régime de Mugabe, accusé de nombreuses violations des droits de l'homme, est l'objet de sanctions occidentales depuis la réélection du chef de l'Etat en 2002.
Bruxelles et Washington viennent de prolonger ces mesures (gels des avoirs et interdiction d'entrée sur leur sol) pour un an, en estimant insuffisants les progrès enregistrés depuis la formation d'un gouvernement d'union en février 2009.
Le président Mugabe accuse régulièrement ces sanctions des maux de son pays, et notamment de l'effondrement de son économie.
Les deux chefs d'Etat ont assisté jeudi à la signature de huit accords pour renforcer les échanges commerciaux et la coopération bilatérale.

22/04/

http://www.romandie.com/


1-6 Un Occident qualifié de "satanique", prêt à "accaparer les ressources mondiales". 

La visite au Zimbabwe du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, jeudi et vendredi, a pris des allures de défi commun avec son homologue zimbabwéen Robert Mugabe face à un Occident qualifié de "satanique", prêt à "accaparer les ressources mondiales". 
"Nos pays ont une expérience amère de l'intervention des grandes puissances qui essaient d'accaparer les ressources mondiales", a lancé le leader iranien en inaugurant vendredi une foire commerciale dans la seconde ville du pays, Bulawayo (sud-ouest). 
"Mais les Nations du monde, dont le Zimbabwe et l'Iran, ont décidé de tenir bon", a-t-il poursuivi devant des centaines de personnes, dont de nombreux représentants de la communauté musulmane du Zimbabwe.
La veille, lors d'un dîner officiel à Harare, ils avaient exprimé haut et fort leur soutien mutuel, condamnant les sanctions "sataniques" et "injustes" prises contre eux par les "colonialistes". 
"A cause des positions de principes qu'ils ont pris nationalement et à l'étranger, le Zimbabwe et l'Iran sont tous deux injustement vilipendés et punis par les pays occidentaux", avait affirmé M. Mugabe, au pouvoir depuis l'indépendance du pays il y a trente ans.

25-04

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=134929&language=fr


1-7 L’Iran soutiendra la Syrie en cas de menace israélienne.
L'Iran déconseille à Israël d'agresser la Syrie et se déclare prêt à utiliser tous les moyens en sa possession pour la soutenir.
"Nous interviendrons au côté de
la Syrie en cas de menace israélienne", a affirmé le vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi à l'issue d'une rencontre avec le premier ministre syrien Mohammed Naji al-Otari à Damas.
La Syrie est "un Etat fort", capable de "faire face à n'importe quelle menace", a déclaré M.Rahimi, ajoutant que Téhéran la soutiendrait "par tous les moyens dont il dispose".
Intervenant il y a trois jours à Washington à l'issue d'une rencontre avec le ministre israélien de
la Defense Ehud Barak, le chef du Pentagone Gates a accusé la Syrie de fournir des "missiles de plus en plus sophistiqués" au mouvement chiite Hezbollah, ce qui porte atteinte à la stabilité dans la région.

RIA Novosti

30 avril -
http://fr.rian.ru/world/20100430/186599506.html


1-8 Sylviane Zehil : La Syrie, le Liban et le Hezbollah sont capables de défaire l’État hébreu.

nb : Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l’auteur, mais doit être vu comme information..
Le président Ahmadinejad a affirmé mardi soir que « le régime sioniste a besoin de se sauver et qu'il a besoin, pour cela, de mener une nouvelle guerre contre le Liban et la Syrie ».

Le président Ahmadinejad, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse mardi soir à l'hôtel Millenium à New York, à l'issue de sa visite à l'ONU où il a pris part aux travaux de la conférence de révision du Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP), a affirmé que « les conséquences d'une telle guerre seraient impossibles à calculer ».
« La tension dans la région est telle qu'une nouvelle guerre du régime sioniste pourrait le mener à sa fin », a-t-il souligné. Et d'ajouter : «

Nous croyons que ce sera la dernière des guerres que mènera Israël. Ce dernier ne peut rien faire contre l'Iran. » « Si la guerre éclate entre le Liban, la Syrie et Gaza, nous défendrons ces derniers. La Syrie, le Liban et le Hezbollah sont capables de défaire l'État hébreu. Le Hezbollah a mené deux guerres victorieuses en 2000 et 2006 », a-t-il souligné.Et le président iranien de conclure : « L'État sioniste aime faire la guerre. Cette fois-ci, ce sera la fin d'Israël. »

Sylviane Zehil 

7/5

http://www.lorientlejour.com/category/Liban/article/656237/Ahmadinejad+%3A_La_Syrie%2C_le_Liban_et_le_Hezbollah_sont_capables_de_defaire_l%27Etat_hebreu.html


1-9 Soudainement, le nucléaire iranien n'est plus une menace existentielle"

"L'Etat horrifié qui se prépare à l'offensive", telle était l'expression utilisée par la presse israélienne pour refléter la peur de l'entité sioniste face à l'ampleur de l'arsenal militaire du Hezbollah et de l'Iran.
Dans son article publié dans le quotidien Haaretz, le journaliste Tsevi Baryel a posé la question suivante:
"Ajoutez le nombre des missiles Scud au nombre des Katiouchas, des missiles Chehab3 et Zilzal que possède le Hezbollah, et divisez-les sur 7.5 millions de personnes.

Combien de missiles tomberont alors sur chaque citoyen en Israël?
Passons maintenant à la géométrie, poursuit le journaliste. Dessinez trois cercles autour de Tel Aviv, le premier représentant l'étendue que peut détruire un missile Chehab, le deuxième celle qui sera bombardée par un missile scud, et le troisième par un Katioucha.
Supposons que l'attaque contre Israël sera coordonnée entre l'Iran, le Hezbollah et la Syrie, commanderiez-vous au Hezbollah de tirer seulement les Scud et de garder les Katiouchas? Ou bien de tirer les Chehab et de garder les Katiouchas? Justifiez vos réponses selon votre adresse et la portée des missiles!"
 Le journaliste ajoute dans son article: La terreur que répandent le chef du département des recherches au service des renseignements militaires israéliens, Ori Bidetz, le ministre américain à la defense Robert Gates (qui a affirmé que le Hezbollah possède des missiles plus que plusieurs gouvernements), et des analystes militaires, font noyer "Israël" dans une peur sans précédent.

On ne peut pas fuir l'éventualité d'une attaque contre nous. Soudainement on se rend compte que le nucléaire iranien n'est plus la menace existentielle mais plutôt les missiles.
Selon le journaliste, "l'Etat horrifié prépare dès maintenant l'opinion publique et l'armée à la guerre prochaine".
Evoquant l'équilibre de la terreur, Tsevi Baryel écrit: "Certainement, il y un équilibre de la terreur entre Israël et ses voisins dans le but de créer une force de dissuasion.  C'est ce que fait tout Etat rationnel qui se voit en danger et qui ne trouve pas d'autre alternative militaire. Israël est sans aucun doute un Etat menacé, mais la Syrie, le Liban, Gaza et la Cisjordanie le sont aussi. Donc, les Libanais, les Syriens, les Gazaouis doivent avoir aussi froid dans le dos, non seulement les habitants d'Israël!  
Mais malgré les frappes israéliennes, la Syrie continue de menacer, et malgré le bombardement du Liban durant la dernière guerre, ce pays menace également.

L'offensive du "plomb durci" a coupé Gaza mais elle n'a pas stoppé l'armement du Hamas, tout comme en Cisjordanie où l'occupation a régné mais elle n'a pas mis fin aux menaces", a conclu le journaliste du Haaretz.
Pour sa part, Maxime Peres, un autre journaliste s'exprimant à un site israélien sur les capacités militaires du Hezbollah a dit: "Le Hezbollah a reçu M-600, un des missiles les plus sophistiqués de l'arsenal syrien. Sa portée est de 300 km, et il peut porter une tête explosive d'une demi-tonne.

Ce missile fonctionne au combustible solide, ce qui signifie qu'il a besoin seulement de 15 minutes pour être lancé. Donc, il est très difficile de l'éviter, surtout que le système de defense israélien est incapable de faire face à ce genre de missiles d'une manière efficace", a conclu Maxime Peres.

Haaretz

12/05 

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=13...


1-10 La plus grande usine automobile au Proche-Orient inaugurée.
Le président iranien a inauguré aujourd’hui à Kashan (centre du pays) la plus grande usine de production automobile du Moyen-orient, d'une capacité de 150.000 voitures par an, a rapporté l’AFP. Cette usine a nécessité l’investissement de 350 millions de dollars
Appartenant à la société Saïpa (premier constructeur automobile en Iran avec 54%), la nouvelle usine iranienne va créer 4.000 emplois directs et 20.000 indirects. Plusieurs modèles y sont programmés à la production dont une petite voiture 100% iranienne nommée Tiba (Gazelle). Petite citadine de 4 places, destinée aux classes moyennes, elle coûtera environ 8500 dollars.
"La production de
la Tiba est un signe de notre confiance en nous (...) La nation iranienne a montré qu'en dépit des sanctions et les pressions des ennemis, elle résiste et avance sur le chemin du progrès", a affirmé M. Ahmadinejad. Avec plus de 1.400.000 véhicules produits l'an dernier, l'Iran est le premier producteur automobile au Moyen-Orient.
Il faut remarquer que l'industrie automobile en Iran emploie directement 500.000 personnes mais est également à l'origine d'un grand nombre d'emplois indirects qui en font la deuxième industrie du pays derrière l'industrie pétrolière, selon l’AFP.

Nouredine ABBASSEN
http://www.auto-utilitaire.com/actualites/actualites_internationales/2049-plus-grande-usine-automobile-Proche-Orient-inaugure.html


Les commentaires sont fermés.