Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/05/2010

n°525 - Journal de Palestine - 01-05 au 23-05 - : Fin - : Nous n’oublierons pas, nous ne partirons pas

n°525  - Journal de Palestine - 01-05  au  23-05 - : Fin  - : Nous n’oublierons pas, nous ne partirons pas.



          Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

     Sa diffusion est un acte de résistance.

                 Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre.

Les médias occidentaux dans leur large majorité ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



Journal de Palestine 

n°525                    01-05  au  23-05

C.De Broeder      &  M.Lemaire



Vous retrouverez ce journal 

a) sur mes blog : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

 

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

 

d) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

NB : Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire

4 Politique internationale des territoires occupés 




4 Politique Internationale des territoires occupés

a) Pays Arabes & voisins

Égypte

Peines de prison contre la soi-disant "cellule du Hezbollah"

28/04

Aider les palestiniens de Gaza, est désormais un crime, dont il faut payer le prix.

Le tribunal égyptien l'a fait, ce mercredi, en  condamnant à des peines de prison, 26 personnes accusées d'appartenir à la soi-disant "cellule du Hezbollah", soupçonnée de transférer des armes à la Résistance palestinienne via l'Egypte.  
La cour de sûreté de l'Etat, un tribunal d'exception, a condamné par contumace à la prison à vie, un Libanais, qui serait le soi-disant cerveau présumé de la cellule, ainsi que trois autres inculpés.  
Les 22 autres sont en détention. Mohammed Youssef Mansour alias Sami Chihab, (Libanais) et deux autres accusés ont été condamnés à 15 ans de prison. Le reste des accusés a écopé de peines allant de six mois à dix ans de réclusion.  
Les accusés présents dans le box ont crié "Allahou Akbar" (Allah est grand) à l'énoncé du verdict. Le Parquet de la cour avait requis la peine de mort contre les accusés.
Les cours d'exception en Egypte ne permettent pas de faire appel, le seul recours étant la grâce présidentielle.
A l'extérieur du tribunal, les familles des accusés, choquées, ont fondu en larmes après le verdict, criant "Dieu est notre défenseur". "Je jure qu'il n'a rien fait", criait la mère de l'un d'eux.
L'avocat Abdel Moneim Abdel Maqsoud a, pour sa part, affirmé qu'"il s'agit d'un procès politique devant une cour qui ne garantit pas la justice".
Les 26 hommes -deux Libanais, cinq Palestiniens, un Soudanais et 18 Egyptiens- ont été accusés par l'Egypte d'avoir projeté des soi-disant "assassinats et planifié des attentats. Dans un communiqué, la cour a prétendu que "le but du Hezbollah était de frapper l'économie égyptienne et de propager le chaos. Fabriquer des explosifs est-il (un signe de soutien) à la cause palestinienne? Soutenir la cause palestinienne se fait-il par le biais de la location de biens immobiliers donnant sur le canal de Suez?"  
Rappelons que le chef du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, avait reconnu que Mansour était bien membre de son mouvement mais qu'il se trouvait en Egypte en "mission logistique" afin de faire parvenir du matériel militaire aux Palestiniens de Gaza.
Paradoxalement, l'Egypte a relâché durant la nuit de mardi à mercredi un israélien arrêté le 24 avril après avoir franchi sa frontière.  
"L'Israélien, âgé de 36 ans, était entré par erreur", selon la radio israélienne, qui a rapporté que "sa libération est le fruit d'entretiens entre le président israélien Shimon Peres et le patron des services secrets égyptiens, Omar Souleimane".

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=135357&language=fr


Iran

18/05/

Khamenei a, évoqué le silence de mort qui prévaut, en Palestine, et l’indifférence des instances internationales et des pays islamiques.

Extrait

 L’Ayatollah Khamenei a, évoqué la situation déplorable qui prévaut, en Palestine, ainsi que le silence de mort et l’indifférence des instances internationales et des pays islamiques. "Si les pays islamiques avaient rempli leurs responsabilités vis-à-vis de la Palestine, nous ne serions plus témoins de la mise à exécution des complots néfastes du régime sioniste envers les Palestiniens, notamment, leur politique de judaïsation." Khamenei a, donc, insisté, en disant : "L’Organisation de la Conférence islamique doit agir et adopter une position sérieuse, face au régime sioniste."

http://french.irib.ir/


Jordanie

Manifestation anti-israélienne, en Jordanie  

A l’occasion du 62ème anniversaire de la Nakba, les Jordaniens ont organisé des manifestations anti-israéliennes, dans les villes du pays, a rapporté Fars News. Les manifestants scandaient des slogans anti-israéliens et pro-palestiniens, manière de condamner les exactions du régime israélien, à l'encontre du peuple opprimé de la Palestine. Par ailleurs, 200 enfants réfugiés palestiniens se sont rassemblés, devant la représentation des Nations unies, à Amman, exigeant des autorités onusiennes d’agir rapidement, pour contraindre le régime israélien à mettre fin à ses actes inhumains et barbares, à l'encontre des Palestiniens.

16/05/

http://french.irib.ir/index.php/info/moyen-orient/item/95030-manifestation-anti-israelienne-en-jordanie


Liban

Nakba: Le Hezbollah appelle à maintenir la cause palestinienne vivante  

Le Hezbollah  a appelé  dans un communiqué rendu publique ce Samedi,  dans une, tous les peuples arabes à maintenir la question palestinienne vivante dans les cœurs de toutes les générations et à travers le soutien continuel de la résistance, car c’est  le seul espoir pour libérer les terres et restaurer la dignité que les sionistes continuent de violer jusqu’à ce jour !  
 Le texte poursuit : « A l’occasion de l'anniversaire de
la Nakba en Palestine,  la nation traverse une phase critique et l’ennemi travaille pour détourner les peuples islamiques de la véritable cause : l'occupation israélienne de la terre de Palestine et la création d’une entité usurpatrice  sans aucun droit, qui tue les familles palestiniennes, les  déplace et leur confisque leurs terres voire elle  tente d'éliminer leur histoire,  leur présent et à leur avenir ».
« Comme chaque année, l'anniversaire de la nakba  est commémoré des conditions plus dangereuses, parce que  l'ennemi s’approche plus d'atteindre son objectif ultime à savoir la suppression de la cause palestinienne du Dictionnaire de la politique, en soulevant diverses questions pour de détourner les peuples arabes et islamiques de cette question fondamentale ».
« Sauf que ce que pense l’ ennemi israélien être une réussite que d’écarter la question palestinienne  de l’équation  en l’introduisant dans des négociations stériles sans fin,  est une illusion vécue par les dirigeants de l'ennemi, car cette cause reste dans le cœur du peuple palestinien et  dans le cœur des peuples arabes et islamiques, qui croient que
la Palestine est une cause qui ne peut pas être abandonnée par la renonciation »...
« Les années passées ont prouvé l'échec de tous les compromis qui ont été utilisés pour récupérer un seul pouce de la terre de Palestine, ces compromis ont permis à l’ennemi de donner à l'adversaire l'occasion une fois de plus d’intensifier la colonisation dans les territoires occupés, et de couvrir ses tentatives de destruction des  lieux saints dans les territoires palestiniens, en particulier les Mosquée Al-Aqsa ».  
« En revanche, ces dernières années ont prouvé que récupérer la terre occupée sans restriction ni condition et sans soumission à l'ennemi ne se réalise que par la résistance et les  sacrifices, en est témoin la nation qui a la tête haute grâce  à la libération de la plupart des territoires libanais occupés et à la résistance de la bande de Gaza, obligeant les  forces de l'ennemi à se retirer et à lui infliger des pertes énormes dans ses rangs »… !

16/05/2010

Nakba


Turquie

La Turquie déploie des batteries contre les avions israéliens.

La Turquie a déployé des batteries de missiles contre les avions Hawks dans un village proche de la frontière syro-turque. Selon le journal turc Hurryat, l'objectif de ce déploiement est d'empêcher les avions israéliens de violer l'espace aérien turc en cas de raids contre la capitale syrienne ou contre des cibles iraniennes.
Une source militaire turque sous couvert de l'anonymat a indiqué que les missiles visent à protéger l'espace turc contre des violations israéliennes et américaines si les deux parties décident de mener une guerre contre
la Syrie et l'Iran.
Réagissant au déploiement de ces missiles, des sources éminentes au ministère israélien des Affaires étrangères ont exprimé leur mécontentement, précisant que dans ce cas,
la Turquie aurait choisi l'axe Damas-Téhéran au lieu d'empêcher l'armement nucléaire de l'Iran.
13/05/2010

www.almanar.com.ib


Syrie

"Faire pression sérieusement" sur Israël.

Le président du conseil syrien appelle la communauté internationale à "faire pression sérieusement" sur Israël.

Le président du conseil des ministres syrien Mohamed Néji El-Otri a appelé mercredi soir à Tunis la communauté internationale à "faire pression sérieusement" sur Israël pour l'amener à se conformer aux résolutions des Nations unies et aux exigences d'une paix juste et globale, fondée notamment sur le principe de la terre contre la paix. La Syrie demande à la communauté internationale d'agir pour mettre fin aux pratiques racistes d'Israël, à ses projets de colonisation, à ses tentatives de judaïsation d'Al-Qods (Jérusalem) et à ses atteintes aux lieux sacrés et historiques", a-t-il lancé. Selon lui, une telle solution doit garantir "la récupération du Golan syrien dans sa totalité" ainsi que les autres territoires arabes occupés, de même que les "droits légitimes" du peuple palestinien dont l'établissement d'un Etat indépendant avec Jérusalem pour capitale. Le dirigeant syrien qui parlait à l'ouverture de la haute commission de coopération tuniso-syrienne, a plaidé pour "l'adoption d'une position arabe unifiée qui soit à la hauteur des défis et pour faire face à la politique agressive israélienne". Il n'a pas cependant mentionné explicitement les accusations israéliennes selon lesquelles Damas aurait livré des missiles Scud au Hezbollah libanais.

De son côté, le premier ministre tunisien Mohamed Ghannouchi a "réaffirmé la solidarité de la Tunisie avec la Syrie face aux récentes menaces israéliennes et son attachement à la préservation de sa sécurité et de l'intégrité de son territoire".

Lire la suite l'article #ynw-article-part2>

Articles liés * Nétanyahou célèbre l'annexion de Jérusalem-Est et promet de poursuivre la colonisation /64/20100512/twl-ntanyahou-clbre-l-annexion-de-jrusal-acb1c83.html>

* Netanyahu se réfère à la Bible pour revendiquer tout Jérusalem /4/20100512/twl-po-israel-jerusalem-38cfb6d.html>

 * La phrase /76/20100512/twl-la-phrase-1a8f422.html> * Plus d'articles sur : Israël-Palestine "

AP

http://fr.news.yahoo.com/3/20100512/twl-syrie-israel-tunisie-951b410.html

 

Mohamed Néji El-Otri appelle la communauté internationale à "faire pression sérieusement" sur Israël.

Le président du conseil des ministres syrien Mohamed Néji El-Otri a appelé mercredi soir à Tunis la communauté internationale à "faire pression sérieusement" sur Israël pour l'amener à se conformer aux résolutions des Nations unies et aux exigences d'une paix juste et globale, fondée notamment sur le principe de la terre contre la paix.

"La Syrie demande à la communauté internationale d'agir pour mettre fin aux pratiques racistes d'Israël, à ses projets de colonisation, à ses tentatives de judaïsation d'Al-Qods (Jérusalem) et à ses atteintes aux lieux sacrés et historiques", a-t-il lancé.

Selon lui, une telle solution doit garantir "la récupération du Golan syrien dans sa totalité" ainsi que les autres territoires arabes occupés, de même que les "droits légitimes" du peuple palestinien dont l'établissement d'un Etat indépendant avec Jérusalem pour capitale.

Le dirigeant syrien qui parlait à l'ouverture de la haute commission de coopération tuniso-syrienne, a plaidé pour "l'adoption d'une position arabe unifiée qui soit à la hauteur des défis et pour faire face à la politique agressive israélienne".

Il n'a pas cependant mentionné explicitement les accusations israéliennes selon lesquelles Damas aurait livré des missiles Scud au Hezbollah libanais.

De son côté, le premier ministre tunisien Mohamed Ghannouchi a "réaffirmé la solidarité de la Tunisie avec la Syrie face aux récentes menaces israéliennes et son attachement à la préservation de sa sécurité et de l'intégrité de son territoire".



b) Le Monde

1 Usa (le parrain)

1 Obama 

Obama parle de la ‘sécurité d'Israël’ et de l'Iran avec des élus juifs

Le président des Etats-Unis Barack Obama s'est entretenu mardi après-midi avec une quarantaine d'élus démocrates juifs au Congrès du processus de paix au Proche-Orient, de la sécurité d'"Israël" et du dossier des sanctions contre l'Iran, c'est ce qu'a annoncé la Maison Blanche.
 Selon la présidence américaine, Obama a discuté pendant une heure et demie avec ces 37 sénateurs ou membres de la Chambre des représentants.   

Parmi les sujets abordés ont figuré "le dossier de la sécurité d'"Israël", dont la décision récente d'Obama de demander 205 millions de dollars supplémentaires au Congrès pour permettre à l'entité sioniste de se doter d'un système contre les missiles du Hezbollah et du Hamas. 
Obama et les élus "ont aussi parlé de l'annonce aujourd'hui (mardi) d'un accord du groupe des Six sur un projet de résolution sur des sanctions contre l'Iran à l'ONU", selon la présidence, qui a assuré que tous les participants partageaient un "engagement à la paix et à la sécurité en "Israël".   
Parmi les élus présents figuraient les influentes sénatrices de Californie (ouest) Barbara Boxer et Diane Feinstein, ou encore leur collègue indépendant Joseph Lieberman (Connecticut, nord-est). 

Publié par ismael.mulla

http://alqods-palestine.blogspot.com:80/

19/05 

http://alqods-palestine.blogspot.com:80/

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=138137&language=fr 


3 Politique colonialiste israélienne.(vue des USA)

Succès et revers des pro-israéliens
Les partisans de la politique colonialiste israélienne ont marqué quelques point récemment. Parmi leurs succès on note aux Etats-Unis la promotion d´un inconditionnel d´Israël au poste de conseiller spécial du président pour la «Région Centrale» (Afghanistan Palestine) - Dennis Ross, l´un des dirigeants du Washington Institute for Near East Policy (WINEP), un think tank satellite de l´AIPAC, passe pour être un faucon proche du néo conservateur Paul Wolfowitz, l´un des artisans de l´invasion de l´Irak sous l´administration de George Bush.
A l'ONU, vendredi dernier, l'ambassadeur des Etats-Unis a vertement dénigré le rapport sur l'attaque de Gaza en décembre 2008, rapport élaboré par le sud-africain Richard Goldstone qui pourtant critiquait non seulement Israël mais ausi le Hamas. Dans une conférence de presse le représentant d'Obama Ian Kelly a déclaré que son pays souhaitait éviter un examen du rapport en assemblée générale ainsi que les risques de poursuites contre Israël devant
la Cour pénale internationale pour crimes de guerre. Le même jour l'émissaire américain George J. Mitchell revenait d'Israël sans avoir obtenu le gel de la colonisation en Cisjordanie.
En France Nicolas Sarkozy a nommé la directrice pour
la France de l’American Jewish Committee et conseillère UMP de Paris Valérie Hoffenberg "représentante spéciale de la France pour la dimension économique, culturelle, commerciale, éducative et environnementale du processus de paix au Proche-Orient", un poste pas forcément aussi important que le souligne Europalestine, mais cela indique quand même dans quel sens le vent souffle sur les politiques occidentales. Accusé d'antisémitisme et de tiersmondisme anti-israélien en 2006, le premier ministre espagnol Zapatero prévoit maintenant un voyage en Israel en octobre, son ministre des affaires étragères Moratinos étant très proche du ministre des affaires étrangères d'extrême droite israélien Lieberman.
Toutes fois, sur l'échiquier planétaire, les résistances marquent aussi des points : le 13 septembre le Parlement brésilien a recommandé de suspendre la ratification du traité de commerce entre Israël et le Mercosur.
A Liverpool, jeudi dernier, le TUC (Trade Union Congress) au Congrès Annuel 2009 de Liverpool ce jeudi, par des syndicats représentants 6,5 millions de travailleurs anglais a voté à une écrasante majorité une motion proposant de mettre en Å“uvre un mouvement de masse pour boycotter, désinvestir et sanctionner Israël jusqu’à l’obtention d’un accord négocié fondé sur la justice pour les Palestiniens.
La même semaine, on apprenait que la multinationale de droit français Veolia, sous a pression de l'opinion publique, a fini par se retirer du projet de tramway. Ce tramway promu par Ariel Sharon (toujours dans le coma depuis trois ans) était destiné à cimenter l’unification de Jérusalem. La survie même du projet qui est maintenant en cause.

Sur Atlas alternatif



4 Politique Internationale

Organisations Mondiales & régionales

1 Conseil de sécurité

Pour un Moyen Orient dépourvue des armes nucléaires.

Les cinq pays membres permanents du conseil de sécurité ont affirmé hier leur appui à un Moyen Orient dépourvu des armes nucléaires, ce qui signifie qu'Israël devrait débarrasser toutes ses armes nucléaires.

Dans une déclaration émise lors de la conférence de suivi du Traité de Non-prolifération des Armes Nucléaires (TNP) tenue récemment à New York, les cinq membres permanents, à savoir: les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Chine et la Russie ont affirmé leur engagement vis-à-vis de la mise en œuvre totale de la résolution de /1995/ du TNP au Proche-Orient, et exprimé leur appui des efforts à cette fin.

Ils ont également exprimé leur disposition à étudier toutes les propositions pertinentes durant la conférence d'évaluation du TNP afin de parvenir à un accord sur une décision visant à prendre des mesures concrètes dans cette direction.

La résolution /1995/, rappelons, avait appelé au désarmement nucléaire du Moyen-Orient.

A souligner, que la Syrie avait présentée en /2003/ une initiative, au nom du groupe arabe au conseil de sécurité, plaidant pour que le Moyen- Orient soit une région dépourvue de toute sorte d'armes de destruction massive, dont en tête les armes nucléaires.

06 Mai

http://www.sana.sy/fra/55/2010/05/06/286712.htm


2 AIEA

L'AIEA à la recherche d'idées pour convaincre "Israël" de signer le TNP.

Yukiya Amano, directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a demandé aux 151 Etats membres de lui fournir des idées pour convaincre « Israël » de signer le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), selon un document vu jeudi par l'AFP. 
Dans cette lettre datée du 7 avril et adressée aux ministres des Affaires étrangères des Etat membres de l'agence, M. Amano leur a demandé "de l'informer sur tous les points de vues que leur gouvernement pouvait avoir" sur le sujet.  
Lors de la dernière Conférence générale annuelle de l'AIEA en septembre 2009, une résolution, intitulée "Capacités nucléaires israéliennes", avait été adoptée avec difficulté.

Elle demandait à l’entité sioniste "de rejoindre le TNP et de placer ainsi toutes ses installations nucléaires sous la supervision de l'AIEA dans le cadre des mesures de sauvegardes".
 Cette semaine, dans son discours à la conférence de suivi du TNP à New York, Yukiya Amano a rappelé les résolutions récemment "adoptées par la Conférence générale sur une zone dénucléarisée au Proche-Orient". 
Ainsi "la Conférence générale de l'année dernière a adopté une résolution sur les capacités nucléaires d'Israël. Et je poursuis le travail sur cette base comme l'a demandé la Conférence générale", avait-il précisé.
A noter : « Israël » est la seule puissance nucléaire du Proche-Orient, bien que non déclarée officiellement.

Ce pays n'est pas signataire du TNP.

06/05  

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=136445&language=fr


3 TNP

La Syrie appelle la conférence des pays membres à forcer Israël à y souscrire.

 La Syrie a présenté à la conférence des Parties chargée d’examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), réunie depuis le 3 courant à New York, une note reflétant ses positions vis-à-vis des questions figurant à l'ordre du jour de la conférence.

Dans sa note, la Syrie fait noter que le TNP n'a, jusqu'à ce moment, pu réaliser l'équilibre entre ses trois objectifs essentiels, à savoir: arrêter la prolifération horizontale et verticale des armes nucléaires, parvenir au désarmement nucléaire complet et global et garantir le droit inaliénable et fixe de tous les pays adhérant au traité de se servir de la technologie nucléaire dans ses différentes applications pacifiques loin des doubles standards.

La note qui reflète la profonde inquiétude de la Syrie du refus par Israël de rejoindre le TNP et même de montrer une disposition de le joindre ou de soumettre ses installations nucléaires au contrôle international, affirme que cette intransigeance israélienne rend la région du Moyen-Orient l'une des plus tendues dans le monde entier.

A cet effet, la Syrie a appelé la communauté internationale d'entreprendre une action sérieuse pour forcer Israël, le seul à posséder des compétences nucléaires militaires hors de toute supervision internationale, à rejoindre le TNP, à ouvrir toutes ses installations nucléaires à l'inspection internationale de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA) et à appliquer les résolutions de la légalité internationale, comme une démarche essentielle sur la voie de l'instauration de la sécurité et de la paix régionales et internationales.

La Note syrienne incite également la communauté internationale à appliquer les dispositions du 4ème article du TNP qui donne à tous les pays membres le droit inaliénable à l'emploi de la technologie nucléaire dans les différents domaines pacifiques en préservation de l'équilibre entre les droits et les devoirs des Etats loin de toute discrimination et des doubles standards.

A ce propos, la Syrie plaide pour la non-imposition des restrictions au transfert des instruments et de la technologie nucléaire pacifique aux pays membres qui ont signés des accords de garanties globales avec l'AIEA, ainsi qu'à l'abstention d'imposer davantage de restrictions à l'utilisation de la technologie nucléaire contrairement à l'esprit et aux dispositions du TNP.

Qualifiant d' "important'", le rôle de l'AIEA fixé par son statut, la note affirme la nécessité de préserver ce rôle consistant en le renforcement de l'utilisation de la technologie nucléaire dans les différentes applications civiles, la facilitation de l'échange des informations, des instruments et des services scientifiques et technologiques à des fins pacifiques, et l'encouragement des pays membres à mener des recherches scientifiques sur l'utilisation de l'énergie nucléaire à des fins pacifiques.

Le Syrie, a aussi appelé à la non immixtion dans le professionnalisme de l'AIEA, et à la non exercice des pressions politiques sur l'agence par n'importe quelle partie dans l'intérêt d'une autre "bien connue".

Dans sa note, la Syrie affirme son engagement aux dispositions de l'accord des garanties globales qu'elle avait signé avec l'AIEA et qui comprend toutes ses activités nucléaires, mettant à cet effet l'accent sur la nécessité de faire l'équilibre entre les activités de l'Agence, en tant que superviseur des garanties, et ses activités de propagation des technologies nucléaires et de leurs applications.

La Syrie a réclame à la communauté internationale, notamment les pays munis des armes nucléaires, d'assumer leurs responsabilités et de n'épargner pas d'effort pour déterminer les démarches pratiques qui garantiraient l'application complète de la décision du Moyen-Orient, émanant de la conférence de suivi et du renouvellement du TNP /1995/, et appliquer ses objectifs, et d'éliminer tous les obstacles qui l'entrave.

La Note a, dans ce sens, mis l'accent sur l'initiative qu'avait présentée la Syrie, en /2003/ au nom du groupe arabe au Conseil de Sécurité appelant à vider le Moyen-Orient de toutes les armes de destruction massive, en tête l'arme nucléaire.

La Syrie a demandé aux pays possédant des armes nucléaires à donner des garanties globales de sécurité aux pays, membres du TNP, qui n'en possèdent pas, à se conformer aux décisions ad hoc de l’Assemblée Générale des Nations Unies, et à s'engager, conformément à la charte des Nations Unies, à ne pas porter la menace d'utiliser leurs armes nucléaires contre les pays non nucléaires.

La note, soulignant les résultats de la conférence de Téhéran, réunie en avril dernier sous le slogan /l'énergie nucléaire à tous … les armes nucléaires à personne/, rappelle que toute attaque contre des installations nucléaires pacifiques aurait des retombées négatives sur l'humanité et l'environnement et constituait une violation flagrante de la charte des Nations Unies.

Rappelons que la Syrie était parmi les premiers pays à rejoindre le /TNP en /1968/, consciente que les armes nucléaires constituent la source d'inquiétude et de menace non seulement pour la sécurité et la paix des peuples du Moyen- Orient mais aussi pour le monde.

La note fait noter que la Syrie applique les résolutions liées aux dispositions du TNP et contrôle ses frontières et tous ses points de passage terrestres, maritimes et aériens suivant les législations et les statuts nationaux et ce dans le cadre de sa lutte contre le trafic illégal des matières radioactives et nucléaires.

De même la Syrie se conforme à tous ses engagements internationaux, or elle contribue efficacement à la révision de plusieurs accords et documents internationaux ad hoc et aspire à poursuivre le renforcement des cadres législatifs nationaux dans ce domaine.

N.S. / Gh.H.

05 Mai

http://www.sana.sy/fra/55/2010/05/05/286566.htm


4 OCDE 

Pétition contre l’admission d’Israël au sein de l’OCDE

Appel palestinien à protester contre l’admission d’Israël au sein de l’OCDE.

Communiqué du Comité national palestinien BDS :

"Israël est sur le point d’être admis au sein de l’OCDE (organisation pour la coopération et le développement économique). Bien que le gouvernement israélien ne respecte pas les critères d’intégration au sein de ce club « exclusif », l’organisation a annoncé en janvier 2010 qu’elle validerait l’adhésion d’Israël cette année (décision attendue en Mai).

L’adhésion d’un nouvel état membre nécessite cependant l’unanimité au sein de l’OCDE. Il suffit donc de l’opposition d’un seul pays pour stopper l’intégration d’Israël jusqu’à ce qu’il respecte les standards en matière de droit de l’homme international. Israël ne doit pas être autorisé à devenir membre de l’OCDE tant qu’il n’appliquera pas les recommandations Glodstone.

Nous rassemblons le maximum de signatures possibles pour protester contre l’intégration d’Israël au sein de l’OCDE. Elles seront déposées auprès du Conseil de l’OCDE lors de sa réunion du 11 mai 2010 ainsi qu’à la réunion ministérielle des 28 et 29 mai 2010.

Vous pouvez soutenir cette action en signant la pétition ci-dessous, et en la faisant suivre à vos amis et collègues.

Le comité national palestinien BDS appelle les citoyens et gouvernements des pays membres de l’OCDE à repousser la candidature d’Israël jusqu’à ce qu’il respecte la loi internationale, les droits de l’homme du peuple Palestinien et applique les valeurs fondamentales proclamées par les membres de l’OCDE.

Pourquoi devons-nous stopper Israël :

1. L’adhésion au sein de l’OCDE récompensera Israël pour ses crimes de guerre et ses violations des lois internationales.

2. l’OCDE a admis qu’Israël ne respectait pas l’un des engagements clé pour devenir membre de l’organisation, en incluant les colonies dans son rapport économique. En acceptant Israël, l’OCDE donnera son approbation officielle à l’occupation illégale des territoires occupés palestiniens et syriens.

« Ce faisant, l’OCDE fait comme si Israël avait sept millions de citoyens alors qu’en réalité, elle en compte 11 millions, parmi lesquels quatre millions sont des Palestiniens vivant sous occupation », a déclaré l’économiste israélien Shir Hever.

3. Seules des démocraties pluralistes sont censées être admises comme membres de l’OCDE. Israël est une ethnocracie, avec une trentaine de lois accordant des privilèges exclusifs aux Juifs, alors que les Non-Juifs représentent 20% des citoyens israéliens. Ainsi, en admettant Israël, l’OCDE violerait ses propres principes fondateurs.

La pression marche ! L’an dernier, l’Union européenne est revenue sur sa décision de relever le statut de ses relations avec israël suite à une action similaire de protestation. Envoyez cette alerte à vos contacts.

Envoyez un message à tous les pays membres de l’ OECD http://salsa.wiredforchange.com/o/6207/t/6210/campaign.js...

le 30-04

Source : http://holdisraelaccountable.net

CAPJPO-EuroPalestine

 

Le Conseil de l'OCDE vient d'avaliser la candidature d'Israël. !!!
C’est officiel: après trois années de négociations, Israël fait son entrée dans l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Le Conseil de l’OCDE vient d’avaliser l’adhésion d’Israël par un vote à l’unanimité de ses 31 membres. Israël devient le 32e pays à être admis au sein de l’OCDE.
C’est en mai 2007 que les pays de l’OCDE ont décidé d’inviter le Chili, l’Estonie, Israël,
la Russie et la Slovénie à ouvrir des discussions pour l’adhésion à l’Organisation. Le Chili est devenu le 31e pays membre de l’OCDE le 7 mai 2010. Aujourd’hui, ce sont donc Israël, ainsi que l’Estonie et la Slovénie qui, après plusieurs années d’âpres négociations, accèdent à la prestigieuse institution. Les tentatives de plusieurs ONG pour stopper l’intégration d’Israël à l’OCDE pour des raisons d’ordre politique n’ont donc pas abouti.
La cérémonie officielle d’adhésion aura lieu le 27 mai prochain à Paris, en présence du Premier ministre français François Fillon et des représentants des trois nouveaux membres. Israël sera représenté par le Premier ministre Benjamin Netanyahou; celui-ci sera accompagné du ministre des Finances Youval Steinitz, du ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, et du ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Emploi, Benyamin Ben-Eliezer.—
Au début du mois de juin,
la Knesset sera appelée à ratifier l’adhésion d’Israël à l’OCDE. Selon le calendrier de l’OCDE, c’est le 29 juin que le secrétaire général de l’Organisation, Angel Gurria, viendra à Jérusalem pour faire signer Benyamin Natanyahou sur les documents de l’accord d’adhésion.
La décision d’admettre Israël a été adoptée à l’unanimité des 31 membres du Conseil de l’OCDE réuni à Paris. Le Conseil est l’organe décisionnel de l’Organisation. Il se compose d’un représentant par pays membre, plus un représentant de
la Commission européenne. Le Conseil se réunit régulièrement au niveau des représentants permanents auprès de l’OCDE, et adopte des décisions par consensus. Une fois par an, le Conseil de l’OCDE se réunit au niveau des ministres pour discuter des grands problèmes du moment et fixer les priorités pour les travaux de l’Organisation.
L’adhésion d’Israël à l’OCDE est d’abord une question de prestige : en devenant membre d’une organisation qui prône la démocratie et l’économie de marché, Israël va redorer son blason international et améliorer sa position parmi la communauté financière mondiale. D’ailleurs, le Trésor israélien a calculé que l’adhésion à l’OCDE devrait accroître les investissements étrangers en Israël de 4 à 5 milliards de dollars par an.
Par ailleurs, Israël bénéficiera d’un cadre international qui lui permettra de comparer, avec d’autres pays semblables, ses expériences en matière d’action publique. Les domaines d’action de l’OCDE sont suffisamment larges pour permettre à Israël de profiter de l’expertise des autres : agriculture, éducation, science, environnement, technologie, emploi, technologie, etc. Dorénavant, Israël pourra chercher des réponses à des problèmes communs, identifier les bonnes pratiques et coordonner les politiques nationales et internationales concernant dans les échanges, la fiscalité, la gestion publique, l’emploi, la protection sociale, etc.
Jacques Bendelac
 le 10 mai
http://www.israelvalley.com/news/2010/05/10/27429



2 Europe

Une flotte de 6 navires entend forcer le blocus naval de Gaza
La chaîne israélienne d'information Arutz 10 a annoncé qu'une flottille de 6 navires transportant environs 500 manifestants a prévu de forcer le blocus naval imposé à Gaza en partant depuis Chypre vers la fin mai. La flotte comptera à son bord d'éminents participants tels que des membres du parlement de la Turquie et de la Grèce.

La marine israélienne s'est dite prête à utiliser la force si nécessaire.

11 mai
http://www.guysen.com/

 

1 Begique

Communiqué de presse   de  Véronique De Keyser Députée européenne belge (PS)

L'ambassadeur d'Israël refuse l'entrée à Gaza au Parlement européen !

Une importante délégation parlementaire comprenant les commissions des Affaires étrangères, du Développement et du Budget doit se rendre en Israël et dans les territoires palestiniens occupés du 24 au 27 mai.

L'Ambassadeur d'Israël vient de faire savoir que la visite de Gaza n'aurait pas lieu, la politique de son pays ayant changé par rapport aux délégations politiques. Israël s'y oppose donc. " Une décision inacceptable ! Le Parlement européenne se laissera ni humilier, ni dicter sa conduite." a déclaré Véronique De Keyser.

Une décision israélienne qui semble cependant ciblée car une délégation parlementaire allemande a pu rentrer à Gaza le 15 avril dernier.

L'ambassade a été plus loin dans ses dictats. C'est non seulement la visite à Gaza qui est refusée, mais le programme de la délégation de parlementaires européens qui est critiqué.  Et notamment certaines rencontres avec des ONG israéliennes qui défendent les droits de l'homme et surtout la rencontre avec Saeb Erakat, négociateur des accords de paix à Jérusalem-Est. Une rencontre qui, aux dernières nouvelles, serait refusée.

Les députés européens refusent ces interférences et n'abandonneront pas pour autant la mission projetée. Le groupe des parlementaires concernés par la visite à Gaza où les responsables de l'UNRWA devaient faire le point de leurs besoins humanitaires vont tenter d'entrer par Rafah en demandant, d'ores et déjà, l'aide et la collaboration des autorités égyptiennes.

Ce durcissement de l'attitude du gouvernement israélien actuel, au moment où débutent de timides négociations de paix, est un signal  contradictoire et regrettable.

Il démontre, une fois de plus, la volonté d'Israël de poursuivre son blocus qui, outre son caractère contraire au Droit international, a prouvé son inefficacité politique et son caractère inhumain.


2 France

Groupe juridique de BDS France : "BDS : L'appel au boycott général est légal.

par [...]

Les produits en général. Tout part du mépris du droit international par Israël. Son choix politique central est la colonisation, qui passe trois volets indissociables : la mainmise sur les territoires occupés, y compris Jérusalem-Est, le statut de seconde zone pour les Palestiniens vivant en Israël, et le refus du droit au retour pour les réfugiés. C’est bien une politique globale. L’aspect le plus flagrant est celui des colonies. Mais la racine est plus profonde : c’est une pratique d’apartheid vis-à-vis des Palestiniens.

S’agissant des produits, deux points imposent le boycott global :

D’abord, Israël délivre de manière indifférenciée des certificats d’origine pour l’ensemble des exportations, il n’est pas possible depuis l’Europe de faire la distinction. Ensuite, tous les mécanismes politiques et économiques israéliens sont asservis au but de l’appropriation des richesses palestiniennes. Il est impossible de se limiter à une réaction qui viserait l’exécution du crime de colonisation, mais laisserait intacte sa conception, au motif qu’elle se tiendrait à l’intérieur des frontières de 1948.

Il est du devoir des Européens d’imposer cette lecture du droit, la seule réaliste, car il s’agit de combattre le crime au plus près de sa source, et pas seulement dans ses effets.  C’est dire aussi que la question de la culpabilité pénale des dirigeants israéliens  pour le processus de colonisation ainsi analysé est posée, et devra au plus tôt être portée devant la Cour Pénale Internationale.

L’infraction de discrimination économique est inapplicable

La loi ne peut accorder sa protection à des produits illicites. Ainsi, lorsque les militants découvrent de tels produits, ils doivent déposer plainte auprès de douanes et du procureur pour tromperie. Si par malheur des poursuites étaient engagées à leur encontre, le tribunal devrait avant toute chose se prononcer sur l’origine des produits et la validité des certificats. C’est un préalable, car un tribunal ne peut envisager de protéger le fruit de crimes de guerre".

Tract intégral en pj et sur les sites BDS  et ISM France:

http://www.bdsfrance.org/index.php?option=com_content&view=article&id=101&Itemid=62 

http://www.ism-france.org/news/article.php?id=13828&type=communique

Voir aussi :

14 mai 1948, création de l’Etat d’Israël : la grande catastrophe pour le peuple palestinien

Groupe juridique de BDS France 

http://www.ism-france.org/news/article.php?id=13827&type=analyse&lesujet=Nettoyage%20ethnique


3 Pologne

Semaine de films traitant la lutte du peuple palestinien.

Une semaine de films traitant la lutte du peuple palestinien, organisée par l'organisation polonaise d'appui à la lutte du peuple palestinien, a commencé aujourd'hui dans la capitale polonaise, Varsovie.
Les films choisis pour cette semaine traduisent les souffrances des Palestiniens sous l'oppression israéliennes mais encore le soutien à la lutte de ce peuple.

Parmi les films on compte "Orange de Yafa" et "Jénine, Jénine".
Aux activités de l'organisation polonaise de l'appui à la lutte du peuple palestinien, organisatrice de cette semaine, contribuent, constate-t-on, des écrivains, des journalistes, des intellectuels et des parlementaires polonais.

15/05

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=137713&language=fr


4 Grande-Bretagne

David Cameron succède à Gordon Brown.

DEMISSION DE GORDON BROWN. LE NOUVEAU PRIME MINISTER EST PRO-ISRAELIEN: DAVID CAMERON. IL AVAIT RECEMMENT DECLARE : "JE SUIS SIONISTE."  David Cameron

qui à 43 ans devient le plus jeune Premier ministre en près de 200 ans, succède à Gordon Brown.

Le leader travailliste a démissionné après avoir constaté son incapacité à conserver le pouvoir, mettant fin à treize ans de règne du Labour. Le leader du parti Conservateur a, dans le passé, eu des prises de positions favorables à Israël et a toujours été très impressionné par les résultats d’Israël sur les plans économiques et technologiques.

David Cameron avait aussi condamné très fermement le boycott d’Israël. Ses positions contre le Hamas sont sans aucun doute et depuis longtemps très négatives. Ce mouvement est selon David Cameron “un mouvement terroriste qu’il faut combattre”.

Le père de David Cameron était un riche agent de change et sa mère descend d’une dynastie de parlementaires.

Descendant adultérin de Guillaume IV, David Cameron a fait ses études à Eton, le collège le plus chic d’Angleterre, puis à l’université d’Oxford, au sein de Brasenose College (Oxford), dont il est diplômé en économie, philosophie et politique.

 

May 201011

Par D.R.
Rubrique: Actualité
Publié le 11 mai 2010

http://www.israelvalley.com:80/news/2010/05/11/27444/israel-grande-bretagne-demission-de-gordon-brown-le-nouveau-prime-minister-est-pro-israelien-david-cameron-il-avait-recem


Manifestation anti-israélienne. 

Des milliers de Palestiniens ont manifesté, samedi, à Londres, pour commémorer le 62ème anniversaire de la "Nakba", un terme signifiant "catastrophe" et désignant le début de l'exode des Palestiniens, lors de la création du régime factice israélien, en 1948. Dans le cadre de cette manifestation, une lettre a été remise, exhortant le gouvernement de coalition à traduire en justice les criminels de guerre du régime israélien. Des milliers d'e-mails ont, déjà, été envoyés aux députés, dont plusieurs, à des Libéraux démocrates, qui sont, aujourd'hui, ministres, pour les inciter à tenir leur promesse et à lancer des mandats d'arrêt contre les dirigeants israéliens. Des milliers de Palestiniens, dans les territoires occupés, ont manifesté, samedi, en brandissant des drapeaux palestiniens, ainsi qu'une clé géante, symbole de leur espoir de retour. Rappelons que le régime israélien refuse le droit au retour aux Palestiniens. Des centaines de milliers de Palestiniens ont fui ou ont été chassés de leurs foyers, à la suite de la guerre de 1948.

15/05/2010

http://french.irib.ir/index.php/info/international/item/94971-manifestation-anti-israelienne-a-londres


Une campagne de sensibilisation incitant les candidats aux élections à faire pression sur Israël 

Des organisations britanniques non gouvernementales solidaires avec les droits palestiniens ont lancé une campagne de sensibilisation adressée aux électeurs britanniques leur demandant de faire pression sur leurs candidats en vue de changer leurs positions à l'égard de la cause palestinienne. Cette campagne entend attirer l'attention des candidats sur les souffrances du peuple palestinien notammeent son expulsion de ses territoires et la judaïsation des grandes villes en Palestine. 
  120 candidats des différents Partis britanniques, à l'exception du Parti des Conservateurs, ont signé la liste de la campagne qui demande aux candidats des élections britanniques générales d'exercer des pressions sur "Israël" afin de l'inciter à respecter le lois internationales, à se retirer des territoires palestiniens occupés et à lever le siège imposé contre Gaza. 
La campagne a également plaidé pour la non modification des lois britanniques qui permettent la poursuite des criminels de guerre israéliens, et appelé à interdire l'exportation des armes britanniques à "Israël", dont un nombre a été utilisé durant la dernière agression conte Gaza.
Elle a également appelé à l'interdiction de l'importation des produits des colonies israélienne et l'annulation de l'accord de commerce euro–israélien.
Le porte-parole de la campagne, M. Salem Sadiq, a souligné, dans une déclaration à la chaîne d'informations Al-Alam, qu'"aucun gouvernement britannique n'a le droit de parler des droits de l'Homme dans le monde, au moment où "Israël" viole les droits des Palestiniens depuis 62 ans".
30/04

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=135665&language=fr


5 Russie

Medvedev exhorte le Hamas à libérer le soldat Shalit.
Le président Dmitri Medvedev en visite dans la capitale syrienne a exhorté le Hamas à libérer le soldat franco-israélien Gilad Shalit, détenu à Gaza depuis près de quatre ans, a annoncé mardi la porte-parole du président russe Natalia Timakova.
Le président russe et son homologue syrien Bachar Assad se sont entretenus mardi à Damas avec le président du bureau politique du Hamas Khaled Meshaal. Dmitri Medvedev a alors exhorté à la libération du soldat Shalit, a-t-elle indiqué.

RIA Novosti

11 mai
http://fr.rian.ru/world/20100511/186667399.html



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières,les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

" Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19


Les commentaires sont fermés.