Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/06/2010

n°531 - Géopolitique et témoignage de 'La Flottille de la Liberté' - 04-06 - :Début -: Attaque contre la flottille : Un crime de guerre

n°531 - Géopolitique et témoignage de 'La Flottille de la Liberté' - 04-06 - :Début -: Attaque contre la flottille : Un crime de guerre



       L'information est une arme au service de la paix. Sa diffusion est un acte de résistance

                 Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources 

                                                       



Géopolitique et témoignage de La Flottille de la Liberté

n°531                                                     04-06

C.De Broeder & M.Lemaire



Vous retrouverez ce journal 

a) sur mes blog : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) Sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

 

c) Sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

 

d) Sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


 

Sommaire

Tiré a part

Myriam Abraham : L'Exodus De La Freedom Flotilla : Blitzkrieg médiatique dans les médias étrangers à sa botte pour justifier ses crimes

Gilles devers : Attaque contre la flottille : Un crime de guerre

Au PO: émoi, colère.

Au jour le jour

Position Internationale - Tour d'horizon des pays

Fin

Position Internationale - Tour d'horizon des institutions

1 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos 

1-1 Vidéo : En direct du Marmara.

1-2 Vidéo Dominique Villepin : Gaza l'assaut de trop

1-3 Vidéo : Michel Collon  "Pourquoi Israël a attaqué la flottille de la paix -Que pouvons-nous faire ?"
1-4 Vidéo : Michel Collon "Les 10 grands médiamensonges d'Israël"

1-5 Gidéon Lévy : L’hystérie israélienne a eu raison de la flottille. 

Vidéo de  Gidéon Lévy

2 Les brèves

2-2 Israël : juge et parti…

2-3 Voix dissonante à la Maison Blanche: pourquoi ce laxisme avec Israël ??

2-4 Myriam Abraham : La Turquie rejette les accusations israéliennes d’activistes armés
3 Dossier

3-1 "L’assaut israélien est un traumatisme pour les Turcs comme le 11 septembre les pour Américains.

3-2 Cynthia Mac Kinney : Les peuples des Etats-Unis et du monde doivent mettre fin à l’impunité d’Israël.

4 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage.

4-1 Parti Anti Sioniste : Humanitaires assassinés par Israël.

4-2 "Des tirs sans sommation"  

4-3 La colère du gouvernement d'Ankara.

4-4 Un militant français relâché témoigne.

4-5 Henning Mankell pourrait interdire la traduction de ses polars en hébreu.

5 Analyse - Géopolitique et stratégie – Réflexion.

5-1 Le  massacre des civils est une politique fondamentale d'Israël.   

5-2 Saïd Jallili : les Etats-Unis sont complices.

5-3 Chérif Boudelal : La piraterie israélienne et ses conséquences.

5-4 Une énorme erreur...

1) Israël a commis une énorme erreur juridique en s’attaquant à des bateaux situés dans les eaux internationales.
2) Le mode opératoire des commandos de marine de Tsahal en question 



Tiré a part

Myriam Abraham : L'Exodus De La Freedom Flotilla : Blitzkrieg médiatique dans les médias étrangers à sa botte pour justifier ses crimes

Comme d’habitude le régime sioniste lance sa Blitzkrieg médiatique dans les médias étrangers à sa botte pour justifier ses crimes. L’arraisonnement de bateaux de différentes nations dans les eaux internationales est un acte de guerre. Les activistes internationaux des bateaux arraisonnés et forcés d’aller à Ashdod refusent de quitter leurs bateaux. Soutenons- les.

Les Medias à la botte de Tel Aviv relaient complaisamment la version israélienne de l’attaque de la Freedom Flotilla. Ce sont ces « fragiles » commandos de Sayeret 13 une unité d’élite de l’armée israélienne qui auraient été attaqués par des activistes les obligeant pour se protéger à ouvrir le feu sur ces derniers en tuant 19 (certaines sources parlent de 20, d'autres de 10 certains blessés étant aussi dans un état grave) majoritairement des ressortissants turcs et en blessant plusieurs dizaines. L’armée israélienne a même posté sur Youtube une vidéo pour le justifier et comme commentait un journaliste israélien : « cette vidéo vous aide à comprendre ce que vous êtes supposé voir. « Décodage : l’armée israélienne vous « aide à comprendre » sa version totalement fausse des faits.
Arraisonnement dans les eaux internationales : un acte de guerre
Hors ce sont bien les commandos israéliens appuyés par des hélicoptères d’attaque qui ont d’abord pris d’assaut le bateau turc le Mavi Marmara qui transportait à son bord 581 passagers dont 400 turcs, des hommes des femmes et même un bébé de 18 mois. Le convoi international d’aide humanitaire est composé de ressortissants de 32 pays majoritairement européens. Le Mavi Marmara a été affrété par l’organisation d’aide humanitaire IHH et transportait en plus des passagers une importante cargaison d’aide humanitaire de première nécessité.
Les 6 bateaux se trouvaient à
150 Km des côtes de Gaza dans les eaux internationales donc l’attaque constitue un véritable acte de piraterie.
Israël n’a aucune autorité légale*sur des bateaux d’autres nations naviguant dans les eaux internationales et ne peut donc pas sommer des bateaux battant pavillons étrangers de faire demi tout voire de les suivre jusqu’au port d’Ashdod comme l’armée israélienne l’a fait encore moins de les attaquer et de tuer des passagers. Les bateaux sont considérés comme territoire national des nations sous les pavillons desquels ils naviguent. Mettre le pied sur l’un d’entre eux sans l’autorisation du capitaine constitue un acte de guerre.
Le convoi maritime international d’aide humanitaire n’a pas attaqué les navires de guerre israéliens croisant à proximité dont il s’est d'ailleurs tenu à l’écart changeant même de cap à un moment donné pour éviter toute confrontation. L’abordage étant totalement illégal et un acte de guerre quiconque à bord du Mavi Marmara a utilisé la force contre les commandos israéliens était de plein droit en état de légitime défense.
D’ailleurs réagissant à cette attaque sans précédent contre un convoi humanitaire international le Rapporteur spécial de l'ONU pour les territoires palestiniens Richard Falk a appelé la communauté internationale à traîner en justice «les responsables du meurtre» de civils désarmés.
«Il est essentiel que les Israéliens responsables de cette conduite illégale et meurtrière, y compris les responsables politiques qui ont donné les ordres, soient tenus pour pénalement responsables de leurs actes», a-t-il déclaré dans un communiqué.
«Israël est coupable (...) d'utilisation d'armes létales contre des civils désarmés sur des bateaux qui étaient en haute mer, où ils jouissaient du droit de libre circulation, conformément au droit maritime», a-t-il précisé.
Un coupable qui se désigne publiquement lui-même : Netanyahou
Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou qui a écourté son séjour au Canada et annulé sa visite aux US où il devait s’entretenir avec le président Obama « d’intérêts partagés de sécurité » - faire pression sur Obama pour accélérer le passage d’une nouvelle résolution de sanctions contre l’Iran au CSONU- a déclaré publiquement qu’il soutenait l’action militaire contre
la Freedom Flotilla.
"Le premier ministre a réitéré son soutien total à l’armée israélienne et a demandé des nouvelles des blessés" (soldats israéliens) selon une dépêche de l’AFP de ce Lundi.
Le ministre de la défense israélien, Ehud Barak, sous les ordres desquels ces commandos ont ouvert le feu sur des civils désarmés naviguant dans les eaux internationales sur des bateaux battant pavillons étrangers à quant à lui accusé les activistes humanitaires d’être responsables de la violence. Une façon de se disculper d’avance bien évidemment vaine.


*Israël est en violation flagrante d’articles de
la Convention des Nations Unies sur les Lois de la Mer Part VII :
Article 87 (a) assure la « liberté de navigation »
Article 88, déclare, « les eaux internationales doivent être réservées à des objectifs pacifiques »
Article 89 déclare « aucun état ne peut validement soumettre une quelconque partie de ces eaux internationales à sa souveraineté »
Article 90 déclare « chaque état, qu’il soit côtier ou intérieur, a le droit de faire naviguer des bateaux battant son pavillon dans les eaux internationales ».

Le CSONU doit se réunir. Les autres gouvernements, notamment ceux des pays membres du CSONU et l’ONU, s’ils échouent à défendre les eaux internationales contre la piraterie israélienne alors ils auront contribué à la détérioration du droit à la libre navigation dans les eaux internationales.

Myriam Abraham

Lundi 31 Mai 2010

http://www.planetenonviolence.org/L-Exodus-De-La-Freedom-Flotilla-Israel-Lance-Sa-Blitzkrieg-Mediatique-L-Arraisonnement-Des-Bateaux-Un-Acte-De-Guerre_a2202.html


Gilles devers : Attaque contre la flottille : Un crime de guerre

L’attaque de la flottille par les militaires israéliens constitue un crime de guerre qui engage la responsabilité pénale de ses auteurs, et qui doit être jugée.

La population de Gaza, victime de crime contre l’humanité.

Une violation jamais connue de la IV° Convention de Genève. L’attitude de l’Etat d’Israël vis-à-vis du territoire palestinien de Gaza s’analyse dans la durée comme une violation, à un niveau jamais atteint, du droit international. En droit international humanitaire, l’occupation est acceptée comme un état temporaire, le temps nécessaire à la recherche de la paix. Mais, rien en droit ne peut justifier une occupation de plus 43 ans, sauf la volonté de laminer l’adversaire. C’est que fait Israël, devenu un lieu de culture de l’apartheid. Et alors qu’au titre de la IV° Convention de Genève, la puissance occupante doit la protection à la population, Israël a imposé aux Palestiniens, fait unique dans l’histoire, un blocus économique, qui constitue une punition collective. Enfin, Israël a conduit l’opération militaire Plomb Durci en décembre 2008 - janvier 2009 sur cette population qui n’avait la possibilité ni de se protéger, ni de fuir, et le blocus a été maintenu empêchant l’organisation des secours. Début 2010, l’OMS a démontré que la réponse à des besoins primaires de santé est devenue impossible. 

Territoires occupés ?

Non, processus de colonisation. Aussi, il ne suffit pas de parler de territoires occupés. L’occupation est devenue une politique de colonisation, à savoir l’annexion de territoires et de richesses par la force, accompagnée de punitions collectives, ce qui constituent des crimes contre l’humanité au sens de la IV° Convention de Genève et du Statut de la Cour Pénale Internationale. L’opération militaire sanglante conduite le 31 mai s’inscrit dans ce contexte. 

Une question de principe, et pas de disproportion

Déjà, les explications des braves fusent de tous cotés : l’attaque a été disproportionnée !

Ils en ont trop fait ! Il nous faut une enquête !

Non, avant d’ouvrir l’enquête, il faut dire l’évidence : c’est un crime de guerre car l’attaque a eu lieu dans les eaux internationales, et la flottille n’est pas partie au conflit armé.

L’enquête est nécessaire, mais pour les circonstances aggravantes de violence. Soutenir que l’enquête est nécessaire pour savoir s’il y a un crime de guerre est une injure faite aux victimes.

Cela résulte de trois constats juridiques.

Application de la IV° Convention de Genève. Les faits sont intervenus dans le cadre d’un conflit international au sens du droit international humanitaire, Israël justifiant son action par rapport à la question palestinienne. De ce fait, le cadre de toute analyse est bien défini. Il est établi par la Cour Internationale de Justice, le Conseil de Sécurité et toutes les instances internationales que l’Etat d’Israël a la qualité de puissance occupante et doit respecter les obligations de la IVème Convention de Genève, qu’il a ratifiée.

La flottille n’est pas partie au conflit. Le conflit armé oppose Israël et la Palestine, et les bateaux de la flottille ne sont pas parties au conflit. Ils s’inscrivaient dans une démarche pacifiste et humanitaire visant à apporter des secours à une population victime d’un crime contre l’humanité. Vis-à-vis des combattants, se pose la question de la proportionnalité, mais pas vis-à-vis des tiers. C’est une question de principe.

Israël n’a aucune autorité dans les eaux internationales. L’agression est intervenue dans les eaux internationales. La Convention sur le droit de la mer de Montego Bay (1982) n’a pas été ratifiée par Israël, mais les dispositions garantissant en haute mer la liberté de circulation et l’interdiction pour tout Etat d’y exercer des actes militaires ont incontestablement valeur coutumières, et sont donc opposables à Israël.

Article 87. – La haute mer est ouverte à tous les Etats […] Elle comporte : a) la liberté de navigation.

Article 88. – La haute mer est affectée à des fins pacifiques.

Article 89. – Aucun Etat ne peut légitimement prétendre soumettre une partie quelconque de la haute mer à sa souveraineté.

La violence est une circonstance aggravante, mais la violation du droit est établie du seul fait de l’intervention. 

Ces violations graves du droit international se sont accompagnées d’actes sanglants et sauvages, et d’inadmissibles mesures de privation de liberté. L’Etat d’Israël n’a aucun droit sur les occupants de ces bateaux attaqués en haute mer.

C’est donc une affaire de principe : parler d’enquête pour savoir s’il y a crime, c’est déjà commencer à relativiser. C’est dire que sous certaines conditions une intervention en haute mer par une puissance occupante contre un convoi humanitaire apportant des secours à la population occupée, qui se trouve soumise à un blocus économique, est une chose qui peut se discuter. Non, il n’y a pas de discussion sur le crime. Les seules discussions portent sur les circonstances aggravantes et toute la lumière doit être faite par une enquête pénale.

Mettre fin à l’impunité

Une nouvelle fois, la démonstration est faite que l’impunité encourage la commission de nouveaux crimes, avec toujours plus de désinvolture. La réponse passe par des actes politiques, souhaitons qu’ils viennent, mais il est indispensable que de telles violations du droit soient portées devant les juridictions.

La justice israélienne n’a aucune crédibilité car elle refuse l’application du droit international et conteste la notion même de territoires occupés. Israël a ratifié le pacte de 1966 sur les droits civils et politiques, mais refuse de l’appliquer dans les territoires occupés et la justice israélienne se dit incompétente pour contrôler les actes de l’armée aux motifs des contraintes de sécurité. Pour donner aux pays occidentaux de motifs faciles de dire qu’Israël est une démocratie, on a inventé une justice d’apparence, mais qui ne vaut rien dès lorsqu’elle ne reconnait pas l’autorité de la Cour Internationale de Justice. 

Il est hors de question de se satisfaire de processus d’enquête incertains qui visent en réalité à éviter le principe de la condamnation. Il y a de quoi être navré quand Catherine Ashton, au nom de l’Union européenne, demande une commission d’enquête confiée à Israël. La tolérance à de tels faits rend possible toutes les agressions contre les Palestiniens, et cette affaire qui bafoue l’idée d’humanité doit être jugée par une juridiction ayant la possibilité effective de prononcer des condamnations. En 2010, on sait ce qu’est une juridiction. Nous n’avons pas à inventer le droit, mais à l’appliquer.

Selon la jurisprudence internationale, un acte relève de la qualification de crime de guerre, à partir du moment où il prend place dans un conflit armé, ce qui est le cas selon l’analyse de la CIJ, même s’il a été conduit dans un bref délai, dès lors qu’il a été d’une très forte intensité, ce qui est le cas aussi. 

Les procédures pénales peuvent être engagées dans les pays dont sont originaires les victimes. Mais l’ampleur du crime, et la diversité de nationalité des victimes, peuvent conduire à préférer un procès devant une juridiction internationale.

La compétence de la Cour Pénale Internationale, suite à la déclaration de compétence faite par l’Autorité Nationale Palestinienne le 21 janvier 2009, ressort des critères généraux d’analyse, liés au principe de l’accès au juge pour les violations graves du droit, sauf à admettre le déni de droit. Mais elle se trouve ici doublée d’une compétence liée à l’immatriculation des bateaux. Sous réserve d’autres vérifications, il est établi que l’agression a concerné des bateaux immatriculés en Grèce, donc assimilable au territoire grec par application de l’article 12-2 a du traité de la CPI, qui a été ratifié par la Grèce.  

La déclaration de compétence du 21 janvier 2009 n’est pas limitée à Plomb Durci. Elle est générale, et doivent être adressés à la Cour tous les éléments relatifs aux crimes commis par Israël : la colonisation, les prisonniers et maintenant, l’attaque du 31 mai 2010. La politique d’Israël est un crime, et ce crime doit être jugé. 

Maintenant, il en est assez d’invoquer la justice, en souhaitant surtout que le pire ne se renouvelle pas. On voit le résultat. Nous le devons aux victimes : la justice doit punir le crime.

Actualités du droit

Le blog de gilles devers

01.06.2010


Au PO: émoi, colère.
La colère monte dans les rues arabes où des milliers de manifestants sont descendus spontanément pour dénoncer le massacre de la flottille internationale de la Liberté, alors qu’au niveau officiel les condamnations virulentes pleuvent voire certaines appellent à la rupture des relations diplomatiques avec l’entité sioniste.
Au Liban, le Premier ministre libanais Saad Hariri a dénoncé "une étape dangereuse et folle qui va exacerber les tensions dans la région" et a appelé la communauté internationale "à prendre des mesures".
Egypte

Le président égyptien, Hosni Moubarak, qui se trouve à Nice (sud de la France) pour le sommet Afrique-France a dénoncé dans une déclaration publiée  " l'usage excessif et injustifié de la force par Israël et la perte de vies innocentes".  
 M. Moubarak, poursuit le texte, "affirme la solidarité du peuple et du gouvernement égyptiens avec la population de Gaza et réaffirme que la réconciliation palestinienne est la voie vers la levée du blocus et la fin de la souffrance humanitaire des habitants" de l'enclave palestinienne.
L'Egypte a également convoqué l'ambassadeur d' « Israël » au Caire pour lui faire part de sa "protestation" au massacre israélienne de la flottille humanitaire, a-t-on appris auprès du ministère égyptien des Affaires étrangères.
Le Haut comité de suivi des Arabes, la plus importante organisation représentants les 1,3 million d'Arabes israéliens, a appelé à une journée de grève générale mardi et à des manifestations en Palestine occupée. 
L'émir de Qatar, cheikh Hamad Bin Khalifa Al Thani, a qualifié de "crime et piraterie maritime" l'agression israélienne menée  contre les sympathisants arabes et étrangers qui voulaient simplement briser le blocus inhumain et injuste imposé aux Palestiniens dans la bande de Gaza, et pratiquer le droit démocratique au choix.
Dans une allocution devant le forum économique, ouvert ce Lundi à Doha, l'émir de Qatar a demandé à tous ceux qui parlent de la liberté, de la justice et de la démocratie, « d'agir pour briser le blocus israélien imposé à Gaza pour que le sangs et le martyre des sympathisants et des hommes libres de la flottille de la liberté ne soient pas tombés en vain ».
Cheikh Hamad Bin Khalifa Al Thani a trouvé que ce qui se passe n'est qu'un message adressé par les hommes libres de la flottille aux pays arabes pour expliquer enfin leurs positions vis-à-vis du siège de Gaza, ajoutant que les crimes israéliens perpétrés aujourd'hui contre la flottille de la liberté nous font rappellent qu'il existe un blocus à lever.
L'Algérie a condamné   " de la manière la plus énergique, la lâche et criminelle agression perpétrée par l'armée israélienne contre la flottille de la paix +Free Ghaza+ qui transporte des militants de la paix ainsi que des ivres pour briser le blocus inhumain imposé aux populations civiles à Ghaza depuis juin 2007", lit-on dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères.  
L'Algérie y "appelle à une réaction vigoureuse et unanime de la communauté  internationale, y compris au niveau du Conseil de sécurité des Nations unies, pour condamner, de la manière la plus ferme, cet acte sanglant de piraterie internationale que rien ne saurait justifier".   Enfin l'Algérie a réaffirmé sa solidarité "à l'égard de la cause palestinienne et son plein soutien au combat du peuple palestinien pour recouvrer tous ses droits spoliés".  
Pour le chef de la Ligue arabe, Amr Moussa, le massacre israélien  constitue un «crime contre une mission humanitaire». «Nous condamnons ce crime, commis contre une mission humanitaire et contre des personnes. Nous tentons d'aider les gens. Ce n'était pas une mission militaire, tout le monde devrait condamner cela», a-t-il assuré. «Une réunion se tiendra mardi au Caire pour adopter une position arabe collective», a précisé le responsable de l'organisation qui rassemble 22 pays arabes.
Le Maroc a qualifié d'"ignoble" le massacre israélien contre la  flottille humanitaire de la liberté :
"Le Royaume du Maroc dénonce vigoureusement l'ignoble attaque israélienne perpétrée contre la flottille humanitaire en route vers Gaza", a déclaré le ministre marocain des Affaires étrangères, Taieb Fassi Fihri. 
 Selon des sources concordantes à Rabat, six ressortissants marocains dont une journaliste basée à Ankara et un député islamiste du Parti Justice et développement (PJD, opposition) figurent parmi les participants à la "flottille de la liberté". 
La Tunisie a condamné « fermement l'agression perpétrée par les forces israéliennes dans les eaux internationales contre la flottille d'aide humanitaire pour la bande de Gaza, qui a fait plusieurs victimes et blessés", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.  
 Selon le communiqué, la Tunisie rejette "ces pratiques hostiles qui constituent un affront à la volonté internationale et une violation des conventions et résolutions internationales et humanitaires et menacent de compliquer davantage la situation dans la région et de compromettre tout espoir de paix".
 Dans cette déclaration, les autorités tunisiennes ont appelé également "la communauté internationale, et en particulier les forces influentes, à intervenir immédiatement pour lever le blocus injuste imposé au peuple palestinien à Gaza et mettre un terme à ses souffrances".
Cela dit, des milliers de personnes ont manifesté en Jordanie, en Egypte, en Iran et au Liban pour protester contre l'assaut donné par la marine israélienne sur la flottille internationale.  
Plus de 2.000 personnes ont brandi à Amman des drapeaux jordaniens et palestiniens et scandé "Mort à Israël" et "Pas de reddition" en réclamant la "Fin du blocus de Gaza". Ils ont également réclamé aux autorités jordaniennes la fermeture de l'ambassade d'Israël à Amman et l'expulsion de l'ambassadeur.  
Des milliers de Palestiniens ont également manifesté au Liban, dans les 12 camps de réfugiés, et à Beyrouth, pour dénoncer le massacre de la flottille de la Liberté. Dont entre autre au camp de Baddawi, à Tripoli (nord), où quelque 3.000 personnes, dont de nombreux étudiants, ont manifesté en brandissant des drapeaux palestiniens et turcs. "Donnez-nous des armes et envoyez-nous à Gaza", ont-ils notamment crié.
Alors qu'à Beyrouth, des centaines de manifestants ont appelé à la fermeture des ambassades israéliennes dans les capitales arabes. 
Au Caire, quelque 70 personnes portant des drapeaux palestiniens se sont rassemblées devant le siège du ministère des Affaires étrangères.
 Les manifestants, parmi lesquels des députés et des responsables des Frères musulmans, ont réclamé la rupture des relations diplomatiques avec l’entité sioniste et le renvoi de l'ambassadeur d' « Israël ». A Téhéran, des centaines de personnes se sont réunies à l'extérieur des bureaux de l'ONU et protesté contre le raid, criant "Mort à Israël". Ils ont également déchiré des photos de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, selon un photographe de l'AFP.

31/05/2010  

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=139870&language=fr



Au jour le jour

Flottille: les événements de ce jeudi.

 03.06.

DERNIERE INFO - 11h07: Les neuf militants qui sont morts dans le raid israélien ont tous été tués par balle, annoncé ce jeudi l'agence de presse turque Anatolie, citant des médecins légistes. Il s'agit de huit Turcs et d'un Américain d'origine turque précise l'agence.
Par ailleurs, le responsable de l'ONG islamiste IHH, Bülent Yildirim, un des principaux organisateurs de la flottille a affirmé à son arrivée à Istanbul que toutes les victimes du drame ne sont pas connues, et que «la liste des martyrs est plus longue». «Il y a des gens portés disparus: nos docteurs leurs ont remis 38 blessés... En retour, on nous a dit qu'il n'y a que 21 blessés», a-t-il accusé.

8h48: Deux ministres israéliens s'opposent à la constitution d'une commission d'enquête internationale.

«Aux appels lancés à la création d'une commission d'enquête internationale il faut répondre sans hésitation qu'Israël est un Etat démocratique indépendant et pas une république bananière», a affirmé à la radio publique le Premier ministre suppléant chargé des affaires stratégiques, Moshé Yaalon. «Nous sommes capables d'enquêter, d'en tirer les leçons puis de les appliquer. Mais il ne faut pas que durant tout ce processus nous nous livrions à l'auto flagellation», a ajouté cet ancien chef d'état major, membre du cabinet de sécurité.

Le ministre des Finances Youval Steinitz s'est pour sa part opposé à une commission d'enquête internationale et a suggéré la constitution d'une «commission de vérification» que pourrait constituer la commission de la Défense et des Affaires étrangères du parlement israélien. Il n'a pas toutefois exclu que «pour des raisons tactiques», Israël soit «malheureusement contraint» d'envisager une autre solution.

7h: Les activistes sont de retour en Turquie, en Grèce et en Algérie.

Ils sont de retour. 488 activistes du convoi maritime d'aide à Gaza victime lundi d'un raid israélien meurtrier  sont ainsi arrivées dans la nuit de mercredi à jeudi en Turquie. 18 Turcs et 1 Irlandais blessés dans le raid, ont été les premiers a arriver à Ankara à bord de trois avions médicalisés. Ils ont immédiatement été admis dans un hôpital. Puis quelques heures plus tard, trois avions de la Turkish Airlines (THY), affrétés par l'Etat turc, se sont posés sur l'aéroport international Atatürk d'Istanbul avec à bord 466 activistes, dont une majorité de Turcs. Seul un Turc, grièvement blessé, est resté à Tel Aviv car il était intransportable, a souligné le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu à Ankara. Les trois Airbus de la THY avaient également à bord les corps de neuf activistes, dont quatre Turcs, tués lors du raid israélien.

En Grèce, 35 activistes ont été rapatriés par un C-130 de l'armée de l'air grecque. L'appareil transportait 31 Grecs, les derniers qui se trouvaient en Israël, ainsi que trois Français et un Américain. Ils ont été accuillis par le ministre adjoint aux Affaires étrangères, Dimitris Droutsas, à l'aéroport militaire d'Eleusis, peu après 3h locales (2h, heure française).

Côté algérien, 31 membres de la délégation de la flottille sont arrivés peu avant 00h30 locales (1h30 heure française) à l'aéroport d'Alger en provenance d'Amman. Accueillis par leurs familles, les membres de la délégation ont voyagé à bord d'un appareil d'Air Algérie spécialement affrété pour les ramener de Jordanie où ils avaient été expulsés par les Israéliens. Ces 31 Algériens sont «en bonne santé, mais un dernier, blessé à l'oeil, a dû rester à Amman en observation», avait auparavant indiqué le ministre des Affaires étrangères Mourad Medelci.

2h: La Ligue arabe brisera le blocus sur Gaza «par tous les moyens»

En parallèle, les ministres des Affaires étrangères de spays membres de la Ligue arabe ont annoncé, à l'issue d'une réunion au Caire, de «briser et de défier le blocus israélien [sur Gaza] par tous les moyens».

Ils ont également chargé le groupe arabe à l'ONU de «demander en coordination avec la Turquie une réunion du Conseil de sécurité pour adopter a résolution contraignant Israël à lever immédiatement le blocus sur Gaza», et décidé une série de démarches auprès des instances judiciaires internationales pour poursuivre les responsables israéliens qui assument la responsabilté de cette attaque, selon le sécrétaire général de la Ligue.

http://www.20minutes.fr/article/575219/Monde-Flottille-suivez-les-evenements-de-ce-jeudi-en-direct.php



Position Internationale - Tour d'horizon des pays

Afrique du Sud

L'Afrique du Sud rappelle son ambassadeur en Israël

L'Afrique du Sud a rappelé son ambassadeur en Israël après l'assaut meurtrier contre une flottille d'aide humanitaire destinée à Gaza, a déclaré jeudi le ministre adjoint des Affaires étrangères, Ebrahim Ebrahim.

"Le rappel de l'ambassadeur Ishmael Coovadia vise à exprimer notre vive condamnation de cette attaque", a déclaré le ministre lors d'un point-presse à Pretoria.

"L'agression récente d'Israël contre la flottille d'aide compromet sévèrement les tentatives de trouver une solution aux problèmes de la région", a-t-il ajouté.

"Nous le rappelons pour des consultations. Il retournera ensuite à Tel Aviv. Ce n'est pas un rappel définitif", a-t-il toutefois précisé.

Des commandos israéliens ont attaqué lundi la flottille qui transportait des centaines de militants pro-palestiniens et des tonnes d'aide. Huit Turcs et un Américain d'origine turque ont été tués dans le raid.

Cette attaque a suscité une large condamnation internationale. L'ambassadeur d'Israël en Afrique du Sud avait été convoqué mardi au ministère des Affaires étrangères.

Depuis la chute de l'apartheid, le gouvernement sud-africain s'est montré très critique envers le régime israélien, notamment concernant l'installation de colonies juives dans les territoires palestiniens.

Le gouvernement sud-africain a provoqué la colère d'Israël en exprimant à partir de 2006 sa volonté de rencontrer le mouvement islamiste Hamas qui contrôle la bande de Gaza. Un de ses ministres avait alors estimé que l'occupation de la Palestine était "pire" que l'apartheid.

(AFP / 03 juin 2010 13h43)

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=140402&language=fr


Allemagne

Flottille: aucune arme à bord, selon des Allemands rescapés.

Des Allemands qui étaient dans la flottille visée lundi par un raid israélien meurtrier alors qu'elle tentait de forcer le blocus de Gaza ont assuré mardi à Berlin que les militants pro-palestiniens n'étaient armés que de bâtons.
 "J'ai personnellement vu deux bâtons en bois qui ont été utilisés (...). Il n'y a rien eu de plus", a affirmé Norman Paech, 72 ans, ancien député du parti d'extrême gauche Die Linke, qui était à bord du ferry turc Mavi Marmara.
"Nous n'avons jamais vu de couteau utilisé comme arme. C'est avec des bâtons qu'on s'est défendu", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse peu après son rapatriement.  
"C'était une attaque sur une mission pacifique dans les eaux internationales. Les Israéliens peuvent vouloir défendre leur zone de défense militaire, mais nous étions en dehors de ces limites. Nous avions le droit de nous défendre, et même d'utiliser les armes avec lesquelles on nous attaquait", a-t-il ajouté.
  M. Paech a été rapatrié en compagnie de quatre concitoyens qui étaient également à bord du Mavi Marmara, arraisonné au petit matin lundi par des commandos de marine israéliens.
 Deux d'entre eux, les députés de Die Linke Inge Hoeger, 59 ans, et Annette Groth, 56, ans, ont  abondé dans ce sens. "Personne n'était armé", a assuré Mme Hoeger.

01/06  

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=140064&language=fr


Belgique

Solidarité avec les victimes de l'attaque israélienne.

 contre la Flottille de la Liberté et pour la levée du Blocus de Gaza.

Bruxelles, 31/05/2010 à 12h45

L'assaut du commando israélien contre les bateaux de la Flottille de la Liberté a entrainé selon les dernières informations 19 morts et au moins 23  blessés. Il visait des embarcations civiles transportant plus de 600 personnes, dont des députés européens. Ces passagers étaient venus tenter de briser pacifiquement un blocus dont les Nations Unies exigent la levée et tentaient d'apporter à la population de Gaza des biens de première nécessité.

Il s'est déroulé dans les eaux internationales à plus de 60 kilomètres des côtes de la bande de Gaza. Il s'agit donc d'un véritable acte de guerre qui correspond à une violation grave du droit international humanitaire, voire à un crime de guerre. Il s'agit également d'une véritable provocation contre tous les pays qui avaient des ressortissants dans cette flottille.

Nous tenons d'abord à rendre hommage aux victimes qui ont perdu la vie et aux personnes blessées alors qu'elles tentaient d'exprimer leur solidarité humanitaire au peuple palestinien emprisonné à Gaza. Nous n'avons toujours aucune nouvelle des ressortissants belges qui étaient dans ces bateaux.

Nous appelons le gouvernement belge à :

-         tout entreprendre pour mettre fin à la rétention d'information exercée par les autorités israéliennes quant au nombre et à l'identité des victimes ;

-         condamner vigoureusement cette attaque et réclamer la constitution d'une commission d'enquête sous l'égide des Nations Unies

-         exiger d'Israël la mise en liberté de tous les ressortissants internationaux retenus depuis cette nuit, la restitution des bateaux arraisonnés et l'acheminement des marchandises qu'ils contenaient vers la bande de Gaza ;

-         exiger d'Israël, sous peine de sanctions économiques et diplomatiques, la fin immédiate du blocus de Gaza.

Premiers signataires :

Association belgo-palestinienne

CNCD-11.11.11

CNAPD

Comité National d'appui belge au Tribunal Russell sur la Palestine

FGTB

Génération Palestine

Mouvement Ouvrier Chrétien (MOC)

Vrede


Amérique du Sud

De nombreux pays d'Amérique latine condamnent l'attaque israélienne.

   Nombre de pays d'Amérique latine ont condamné lundi et mardi l'assaut meurtrier d'Israël contre un bateau turc faisant partie de la flottille humanitaire internationale qui se rendait à Gaza.
  En tête, Cuba, le Venezuela,
la Bolivie, l'Equateur et le Salvador, ont fermement réagi.
   Le gouvernement cubain a condamné "l'attaque criminelle du gouvernement d'Israël" qui a fait au moins neuf morts, selon un communiqué du ministère des affaires étrangères publié mardi à la une du journal officiel, Granma.
   Cuba a lancé "un appel à la communauté internationale et aux peuples épris de paix pour exiger des autorités israéliennes la levée immédiate du blocus illégal, sans pitié et génocidaire contre le peuple palestinien dans la bande de Gaza". 
 

Le président du Venezuela, Hugo Chavez, fervent défenseur de la création d'un Etat palestinien indépendant, a condamné "énergiquement le massacre brutal commis par l'Etat d'Israël". Caracas va demander la libération de David Segarra, le correspondant de la chaîne de Caracas, Telesur, qui se trouvait à bord de la flottille. "Quel terrible massacre commis de nouveau par Israël! Que fera l'ONU? Que fera la Cour pénale internationale? Que fera le monde?", a demandé M. Chavez lundi via Twitter.

Le gouvernement bolivien d'Evo Morales a exprimé "son indignation face à l'attaque atroce" de l'armée israélienne.
   En janvier 2009, le Venezuela et
la Bolivie avaient rompu leurs relations avec Israël après l'offensive israélienne contre Gaza. Cuba l'avait fait en 1973.

Le Brésil, membre non permanent du Conseil de sécurité de l'ONU et plus grand pays d'Amérique latine, a pour sa part réclamé lundi une "action" de l'organisation internationale, et convoqué l'ambassadeur d'Israël.

"Nous rejetons toute forme de violence et la double morale internationale nous dérange", a déclaré mardi pour sa part le président équatorien Rafael Correa, déplorant l'absence "récurrente" de sanctions effectives contre Israël.

D'autres pays d'Amérique latine ont réagi, comme le Salvador, l'Uruguay ou le Pérou, qui a condamné mardi un acte "très grave" et demandé à Israël de garantir "le libre flux d'aide humanitaire" vers Gaza."C'était une attaque sans discernement contre des forces de paix et d'aide", selon le ministre péruvien des Affaires étrangères, José Garcia Belaunde.
L'Argentine, où la communauté juive est la plus nombreuse d'Amérique latine avec 300.000 membres, "regrette profondément la perte de vies humaines" dans cet "incident", a dit lundi le ministère des Affaires étrangères.
  Et le Chili, où vivent environ 400.000A Palestiniens, a dénoncé l'usage de la force "dans les eaux internationales".

http://www.romandie.com/infos/news2/100601162345.7qdc1hb7.asp

 

Cuba, le Venezuela et la Bolivie condamnent le massacre de la flottille. 
Cuba, le Venezuela et la Bolivie, trois membres éminents de la gauche antilibérale latino-américaine, ont condamné l'assaut meurtrier d' « Israël » contre un bateau turc d'une flottille humanitaire internationale qui allait à Gaza.
  Le gouvernement cubain a condamné "l'attaque criminelle du gouvernement d'Israël" qui a fait au moins neuf morts, selon un communiqué du ministère des affaires étrangères publié mardi en première page du journal officiel Granma.
 Cuba contre lequel les Etats-Unis maintiennent depuis 48 ans un embargo, a lancé "un appel à la communauté internationale et aux peuples de paix pour exiger des autorités israéliennes la levée immédiate du blocus illégal, sans pitié et génocidaire contre le peuple palestinien dans la bande de Gaza".
Le président du Venezuela, Hugo Chavez, chef de file de la gauche radicale sud américaine et fervent défenseur de la création d'un Etat palestinien indépendant, a condamné "énergiquement le massacre brutal commis par l'Etat d'Israël".  
Caracas va demander la libération de David Segarra, le correspondant de la chaîne Telesur basée à Caracas qui se trouvait à bord de la flottille. 
"Quel terrible massacre commis de nouveau par Israël! Que fera l'ONU ? Que fera la Cour pénale internationale ? Que fera le monde ?", a demandé M. Chavez lundi via Twitter, le site de micro-blogs sur internet.
Le gouvernement bolivien d'Evo Morales a exprimé lundi "son indignation face à l'attaque atroce" de l'armée israélienne. 

01/06/2010   

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=140065&language=fr  


Chavez: "Maudit sois-tu État d'Israël"

"Maudit sois-tu, Etat d'Israël", a lancé le président vénézuélien Hugo Chavez hier au cours d'une cérémonie publique où il a une nouvelle fois condamné l'assaut israélien meurtrier contre un bateau turc d'une flottille humanitaire internationale en route pour Gaza.
"Maudit sois-tu, Etat d'Israël! Maudit sois-tu, terroriste et assassin! Vive le peuple palestinien", a dit le chef de file de la gauche radicale latino-américaine, qui a rompu ses relations avec l'Etat hébreu en janvier 2009 en réaction à l'offensive israélienne contre la bande de Gaza.
M. Chavez a également critiqué la réponse, trop mesurée à son goût, du gouvernement américain qui s'est dit "préoccupé". "Comme c'est Israël, tout est permis", a-t-il commenté lors de cette cérémonie retransmise par la télévision officielle.
"Le gouvernement Obama condamne le terrorisme systématiquement sauf quand il est commis par lui-même ou l'un de ses alliés, Israël. Ils nous accusent de parrainer le terrorisme (alors que) ce sont eux qui parrainent le terrorisme", a-t-il ajouté.
M. Chavez, fervent défenseur de la création d'un Etat palestinien, est également l'un des dirigeants les plus critiques à l'égard de la politique des Etats-Unis.

http://www.lefigaro.fr/


Nicaragua

Le Nicaragua suspend les relations diplomatiques avec Israël.  

La Nicaragua a suspendu mardi ses relations diplomatiques avec Israël en réplique au raid meurtrier contre la flottille internationale qui se dirigeait vers Gaza, a annoncé la présidence dans un communiqué.
"Le Nicaragua suspend immédiatement ses relations diplomatiques avec le gouvernement d'Israël", indique le texte lu par la porte-parole du président sandiniste Daniel Ortega, Rosario Murillo, sur les ondes de Radio Ya.
Dans ce communiqué, le gouvernement nicaraguayen, proche de la gauche radicale, "insiste sur l'illégalité de l'attaque contre la mission humanitaire en violation flagrante de la législation internationale et des droits de l'Homme".
Exprimant sa solidarité et ses sincères condoléances aux familles des victimes et aux gouvernements de leurs pays d'origine, Managua a lancé "un appel pour que soient libérés les membres de la flotille arrêtés".
Le Nicaragua réaffirme également son soutien "inconditionnel à la lutte menée par le peuple palestinien" et exige la levée du blocus de la bande de Gaza.
En janvier 2009, le Venezuela et
la Bolivie avaient rompu leurs relations diplomatiques avec Israël en raison de l'offensive israélienne contre ce territoire palestinien. Cuba l'avait fait 1973.
02 /6 ATS


Chine

La Chine appelle Israël à lever le blocus de Gaza.  

La Chine a appelé mardi Israël à lever le blocus de Gaza le plus tôt possible, soulignant que la situation au Moyen-Orient "se trouve dans une phase cruciale".
"Nous appelons Israël à prendre des mesures concrètes pour lever le blocus de Gaza, pour que les négociations de paix entre
la Palestine et Israël, et la situation dans la région ne soient pas davantage affectées", a indiqué Ma Zhaoxu, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse.
La Chine a condamné lundi le raid israélien contre une flottille internationale transportant des activistes et de l'aide humanitaire à destination de Gaza.
Des pays du Moyen-Orient et d'Amérique latine, ainsi que les Nations unies, ont également condamné l'acte d'Israël.
La Chine a demandé à Israël de mettre en application les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU afin d'améliorer la situation humanitaire à Gaza, a fait savoir M. Ma.
"
La Chine est prête à travailler avec toutes les parties concernées pour jouer un rôle constructif dans la sauvegarde de la paix et de la stabilité dans la région du Moyen-Orient", a-t-il indiqué.
La marine israélienne a attaqué lundi une flottille internationale en route vers Gaza, faisant au moins 10 morts et une trentaine de blessés, dont des activistes turcs qui étaient à bord.

02/06

http://french.news.cn/chine/2010-06/01/c_13327747.htm


Iran

L'entité sioniste va à sa perte.  

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a souligné que l'entité sioniste allait à sa perte, a signalé l'agence de presse iranienne Fars.
Au cours d'une rencontre avec les familles des martyrs lors de sa tournée dans la province iranienne d'Ilam, Ahmadinejad a constaté que "le monde tend de plus en plus à crier sa colère contre cette entité en raison des crimes qu'elle commet".  
" Il y a vingt années, personne n'osait s'adresser à cette entité pour lui dire ses défauts. Mais aujourd'hui, tous les médias la pourchasse et la giflent " a estimé le président iranien.
Et de poursuivre que " les Américains d'aujourd'hui sont différents de ce qu'ils étaient il y a vingt années.

Dans le passé, ils exerçaient leur hégémonie sans être inquiétés; mais aujourd'hui, ils sont en train de s'écraser, comme un mouchoir inutile, sous les pieds des peuples, malgré leurs menaces", a-t-il martelé.   

02/06/2010

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=140257&language=fr

 

Les Juifs d'Iran consternés par l'acte israélien horrible.

Le représentant de la communauté juive en Iran a déploré l'attaque et le massacre commis par l'entité sioniste contre le convoi humanitaire " Liberté pour Gaza".
Selon l'agence de presse iranienne Fars, le rabbin Mashallah Golestani Nejad a déclaré que " la communauté juive d'Iran est très consternée par l'acte horrible commis contre le convoi", assurant que
la Torah répugne de tels agissements et s'oppose à toute tentative de vouloir affamer les gens.
" Personne n'a le droit de vouloir affamer les humains. Il en découle que l'assaut des Sionistes contre le convoi qui transportait des vivres aux habitants de Gaza, est incompatible avec les prescriptions de
la Torah qui interdit ce genre d'action" a-t-il détaillé dans un entretien accord à Fars.
Sachant que Golestani avait durant l'offensive "Plomb durci" contre
la Bande de Gaza promulgué un décret sur la nécessité de porter assistance aux Palestiniens." La Torah proscrit d'interdire à l'animal de pouvoir se procurer de quoi manger; comment pourrait-il l'accepter pour les Humains, s'était alors offusqué.

02/06/2010

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=140247&language=fr


Irlande

Dublin condamne l'arrestation de 7 Irlandais et nie la version israélienne  Le ministre irlandais des Affaires étrangères, Micheal Martin, a condamné mardi l'arrestation "inacceptable" de sept citoyens irlandais par Israël lors de la prise d'assaut d'une flottille humanitaire en route pour Gaza, réclamant leur libération "immédiate et sans condition".
   "J'ai rencontré l'ambassadeur d'Israël hier soir (lundi) et je lui ai clairement fait savoir que le gouvernement irlandais attendait la libération immédiate et sans condition de tous les citoyens irlandais détenus", a déclaré M. Martin dans un communiqué.
"Les sept personnes en question ne sont pas entrées en Israël illégalement;
Elles ont plutôt été capturées dans les eaux internationales, transportées en Israël et contraintes à signer des documents confirmant qu'elles étaient entrées illégalement. C'est tout simplement inacceptable", a-t-il poursuivi.  
L'organisation Ireland Palestine Solidarity Campaign a par ailleurs précisé que cinq autres Irlandais se trouvaient encore à bord du MV Rachel Corrie, un navire  qui ne devait arriver à Gaza que vers 13H00 GMT mercredi, contrairement aux autres bateaux de la flottille.
Parmi les cinq Irlandais à bord, se trouvent le Prix Nobel de la paix, Mme Mairead Maguire, âgée de 66 ans, ainsi qu'un ancien haut fonctionnaire de l'Onu, Denis Halliday, a précisé l'organisation.   
M. Martin a ajouté avoir fait part de son "mécontentement" auprès du représentant diplomatique israélien concernant les "défaillances de son gouvernement" qui n'a pas permis au personnel consulaire irlandais d'avoir accès aux Irlandais détenus.
  "Cet échec à fournir un tel accès représente une infraction flagrante aux Conventions de Vienne", a-t-il ajouté.

 02/06/2010

http://www.almanar.com.lb


Suède

La Suède boycotte les activités sportives de l’occupation après le massacre de la flottille Liberté.  

Le journal Haaretz a rapporté que l’union de football suédoise a annoncé son intention de boycotter les activités sportives programmées d’être organisées dans l’entité sioniste, dont un match de football officiel entre les deux cotés, suite au massacre de l’armée israélienne contre les bateaux de la flotte internationale «Liberté».

Le journal a indiqué dans son édition de mercredi que l’union suédoise de football a demandé à l’union européenne de football qu’elle a décidé de ne pas envoyer son équipe nationale des jeunes vers l’entité israélienne, en réponse au massacre de l’armée israélienne contre la flottille «Liberté».

Haaretz a publié que le président de l'Agence suédoise de football, Lars Acai Ajrl a dit : "Comme tous les êtres humains, nous nous opposons fermement à l'utilisation de la violence, et qu'on a été choqué par ce que nous avons vu".

03/06/2010

http://www.palestine-info.cc/fr/


Syrie

Assad: "Je ne perdrai pas mon temps sur ce que pensent les Israéliens"  

Le président syrien Bachar elAssad a déclaré que les agissements israéliens déstabilisent la sécurité de la région. "Ni le Hezbollah ni n'importe quel autre mouvement de défense sont responsables de cette instabilité", a affirmé Assad dans une interview avec le journaliste Sharlie Rose sur la chaine télévisée américaine BBC. "Lorsqu'il n'y a ni agression israélienne ni occupation des terres, tous les problèmes seront résolus définitivement", a-t-il ajouté, soulignant que l'Iran a soutenu la décision de la Syrie de poursuivre les négociations de paix indirectes avec Israël, et que Damas est prête à le faire.
Abordant les allégations israéliennes sur les missiles Scud, Bachar elAssad a dit: "l'affaire des Scud est une bonne histoire. Mais nous avons interrogé les Israéliens: Où est la preuve? Vous contrôlez la frontière libano-syrienne et vous survolez le  Liban 24 heures par jour. Ne pouvez-vous pas alors détecter un missile énorme comme le Scud? C'est irréaliste! Si vos renseignements ou les renseignements israéliens possèdent des preuves, présentez-les alors. Mais si vous croyez simplement que le Hezbollah possède des missiles Scud, je ne voudrai pas perdre mon temps sur ce que vous croyez et sur ce que vous ne croyez pas".  
"Le Hezbollah est une organisation forte et non pas faible. Tout le monde sait qu'elle possède des missiles, et c'est vrai. Israël doit savoir que seule la paix peut le protéger, au lieu de lancer des propagandes et de fabriquer des allégations erronées ou controversées", a-t-il poursuivi.
A la question de savoir si Israël veut vraiment la paix, Assad a répondu: "Je pense que le peuple qui élit un gouvernement extrémiste ne veut pas de paix. Mais ceci ne veut pas dire que nous allons cesser de travailler pour la paix", se disant favorable à la médiation turque pour parvenir à une paix globale au Proche-Orient.  
Evoquant la relation de son pays avec l'Iran, Bachar elAssad a rappelé que l'Iran avait soutenu les efforts syriens pour recouvrer sa terre en 2008 par le biais des négociations indirectes avec Israël, et avec la médiation de la Turquie. Les Etats-Unis ne comprennent ni l'Iran ni les pays de la région. "C'est une culture différente, mais après le 11 septembre, ils doivent savoir ce qui se passe au-delà de l'océan. Il ne s'agit pas de ce qu'ils pensent, mais de ce que nous pensons", selon lui.   
Et d'ajouter, l'Iran ne cherche pas à posséder l'arme nucléaire. "Le fait de refuser le dernier accord tripartite Iran-Turquie-Brésil compliquera encore plus les choses et empêchera de parvenir à une quelconque solution. Il est inconvenable de se concentrer sur l'Iran. Israël est le vrai problème, il est le seul pays qui possède la bombe atomique dans la région". 

29/05/2010   

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=139642&language=fr


Turquie

Erdogan accuse Israël d'un "massacre sanglant", demande qu'il soit "puni"

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a accusé mardi Israël d'avoir commis la veille un "massacre sanglant" en menant un raid meurtrier contre une flottille pro-palestinienne à destination de Gaza.

"Je condamne de la manière la plus forte ce massacre sanglant" commis par Israël, a-t-il dit au groupe parlementaire de son Parti de la justice et développement (AKP, issu de la mouvance islamiste), demandant que ce pays soit "absolument puni" pour son "opération inhumaine".

"Cette attaque insolente et irresponsable qui piétine toute vertu humaine doit absolument être punie", a-t-il dit.

Lors d'un discours très dur contre l'Etat hébreu, M. Erdogan a averti qu'"Israël ne doit pas mettre à l'épreuve la patience de la Turquie".

"L'amitié de la Turquie est précieuse mais son inimitié est d'autant plus violente", a-t-il poursuivi.

Appelant la communauté internationale à dire "ça suffit" aux agressions d'Israël, le Premier ministre a ajouté que son pays continuerait de défendre la cause des Palestiniens.

Il a de nouveau affirmé que les bateaux de la flottille pro-palestinienne avaient été "strictement contrôlés" avant leur départ de Turquie, pour certains, et qu'ils ne contenaient rien d'autre que "de l'aide humanitaire" et des "volontaires civils".

"Il n'y a plus moyen de fermer les yeux sur les injustices commises par Israël, l'administration (israélienne) doit en payer le prix", a dit M. Erdogan qui a exhorté le gouvernement israélien à "mettre un terme au blocus inhumain" contre Gaza.

En réaction à l'assaut contre les navires d'aide pro-palestinienne, dont des bateaux turcs, la Turquie a rappelé son ambassadeur en Israël et annulé une série de manœuvres militaires avec ce pays.

Cette crise a fait plonger au plus bas les rapports bilatéraux déjà sévèrement mis à mal par l'offensive israélienne contre Gaza il y a un an et demi.

AFP

 01 juin 2010

http://www.romandie.com/ats/news/100601112530.zs4c26zj.asp


Les commentaires sont fermés.