Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/06/2010

n° 49 - Journal de PAKISTAN. - 19-05 au 10-06 :-Début - : Obama et le piège pakistanais...

n° 49 - Journal de PAKISTAN. -  19-05 au 10-06 :-Début - : Obama et le piège pakistanais...


Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources. .

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



Journal de PAKISTAN.  

                                                                    n° 49- 19-05 au 10-06

     C.De Broeder & M.Lemaire                                                                                    

 



 a) Le "Journal de PAKISTAN" est visible sur les blogs :

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis  :  no-war.over-blog.com  

http://no-war.over-blog.com/ 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Avant propos

·                     Les médias occidentaux pro USA usent d’un terme générique- Al Qaida- Taliban - pour désigner tous les résistants .... idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes



Sommaire.

Tiré à part :

Sarkozy cité dans un rapport officiel sur l'affaire de Karachi.

Paroles & action du président...

Obama et le piège pakistanais

Le Pakistan au cœur des débats.

Le retour de Musharraf

Blackwater sur les terrains afghan et pakistanais

Au jour le jour

Le Pakistan en chiffre

Fin

1 Politique

Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

2-1 Manola Romalo : Entretien avec Pascual Serrano « La censure est le propre du pouvoir ».

2-2 Frédéric Bobin : Les résistants Taliban du Pakistan menacent les Etats-Unis.

3 Brèves

3-1 Les Américains d'origine pakistanaise sont inquiets.



Tiré à part :

Sarkozy cité dans un rapport officiel sur l'affaire de Karachi.

Nicolas Sarkozy est mentionné dans un rapport de police luxembourgeois concernant le paiement de commissions occultes de dizaines de millions d'euros en marge d'une vente de sous-marins français au Pakistan en 1994. Lire la suite l'articleCe document daté du 19 janvier 2010 est aux mains de deux juges d'instruction français qui enquêtent sur la Direction des constructions navales (DCN), l'entreprise ayant construit les sous-marins, a dit mercredi une source judiciaire, confirmant une information du site Mediapart.Les paiements ayant été interrompus après 1995, un lien est soupçonné entre les opérations de corruption en marge du contrat et l'attentat de Karachi, qui a fait 14 morts, dont 11 ingénieurs et techniciens français de la DCN travaillant sur le contrat des sous-marins, en 2002 au Pakistan.Analysant des documents saisis lors de leur enquête au Grand-Duché, le policiers luxembourgeois évoquent l'implication de Nicolas Sarkozy, ministre du Budget en 1994, dans la création d'une société au Luxembourg, Heine, qui a reçu des dizaines de millions d'euros en marge du marché."Un document fait état de l'historique et du fonctionnement des sociétés Heine et Eurolux. Selon ce document, les accords sur la création des sociétés semblaient venir directement de M. le Premier ministre Balladur et de M. le ministre des Finances (en fait ministre du Budget, ndlr) Nicolas Sarkozy", écrivent les policiers dans leur rapport publié en partie par Mediapart.Un total de quelque 84 millions d'euros de commissions destinées à des officiels pakistanais, soit 10% du contrat, avait été convenu en marge de la livraison de sous-marins Agosta par la DCN au Pakistan, a déjà établi une mission d'information parlementaire française.

PAS DE "PREUVE DE CORRUPTION" ?

Sur ces 84 millions, 33 ont été demandés au dernier moment par un intermédiaire libanais, Ziad Takieddine, envoyé par le ministre de la Défense de l'époque, François Léotard.

Ziad Takieddine a ensuite fait transiter l'argent par Heine, a conclu la mission d'information parlementaire.

Dans leur rapport, les policiers luxembourgeois estiment qu'il est possible que cet argent ait servi in fine à financer la campagne présidentielle d'Edouard Balladur, candidat que soutenait Nicolas Sarkozy face à Jacques Chirac en 1995.

"Des références font croire à une forme de rétrocomissions pour payer des campagnes politiques en France. Nous soulignons qu'Edouard Balladur était candidat à l'élection présidentielle en 1995 face à Jacques Chirac et était soutenu par une partie du RPR dont Nicolas Sarkozy et (le ministre de l'Intérieur à l'époque, ndlr) Charles Pasqua", écrivent les policiers du Luxembourg.

Ces derniers ajoutent cependant : "Il n'existe aucune preuve concrète de corruption".

Me Olivier Morice, avocat des familles de victimes, estime pourtant que le rapport démontre que Nicolas Sarkozy a menti lorsqu'il avait qualifié de "fable" le scénario d'une opération de corruption qui serait le mobile de l'attentat de Karachi.

"Nous ne sommes plus en présence d'une fable mais d'un mensonge d'Etat. Les familles de victimes souhaitent que Nicolas Sarkozy puisse en tirer les conséquences et démissionner", a-t-il dit à Reuters.

Le député socialiste Bernard Cazeneuve, rapporteur de la mission parlementaire française, n'a pas exclu mercredi de demander la création d'une commission d'enquête parlementaire après la publication du document de police luxembourgeois.

"Il semblerait que la police française n'ait pas utilisé la totalité des éléments qui pouvaient lui être communiqués et qui étaient de nature à permettre à l'enquête française d'avancer", a-t-il dit dans les couloirs de l'Assemblée nationale.

"Nous sommes en face d'une véritable entreprise d'obstruction et d'entrave au travail du Parlement et au travail de la justice", a-t-il ajouté.

Le secrétaire général de l'UMP Xavier Bertrand a réfuté mercredi les conclusions du rapport luxembourgeois.

"J'en ai assez de toutes ces allégations sur ce dossier. C'est pas les allégations répétées qui font une vérité", a-t-il dit lors de l'émission Questions d'info sur LCP et France Info.

Après des révélations de presse, Edouard Balladur avait reconnu devant la mission d'information parlementaire sur Karachi que 13 millions de francs en espèces avaient été versés en 1995 sur ses comptes de campagne, mais a assuré qu'ils provenaient de collectes dans ses meetings.

2 juin

AP

d'al-Qaida, base arrière des talibans afghans et bastion des talibans pakistanais.

AFP 21/05


Paroles & action du président...

Obama et le piège pakistanais.

Un an après le célèbre discours d’Obama adressé au monde musulman depuis Le Caire, les Pakistanais parlent moins de la main tendue d’Obama que des frappes des drones.

Les responsables de la Maison-Blanche estiment que leur stratégie de renforcement de la pression pourrait expliquer le côté amateur des dernières tentatives d’attentat. Les militants, affirment-ils, ne peuvent plus s’offrir le luxe d’entraîner leurs terroristes. Séjourner dans les camps d’entraînement, c’est risquer de se faire repérer par un drone. Faisal Shahzad, l’auteur de la tentative d’attentat de Times Square, aurait avoué aux enquêteurs être passé d’un groupe de militants à un autre et n’avoir reçu qu’une formation rudimentaire dans le domaine du maniement des explosifs. “Ce n’était peut-être pas un élève brillant, mais ils n’ont pas non plus été de formidables professeurs”, a commenté un représentant du gouvernement après avoir lu le rapport de son interrogatoire. Mais Shahzad avait ce que les militants désirent par-dessus tout : la capacité d’entrer et de sortir des Etats-Unis sans aucune difficulté avec un passeport valide. “Il n’est pas indispensable d’avoir un doctorat en ingénierie électrique pour mettre au point une voiture piégée. Il n’y a même pas besoin de savoir lire”, rappelle Bruce Riedel.
De fait, les résistants Taliban pakistanais ont perpétré avec succès de nombreux attentats à la voiture piégée contre l’armée pakistanaise et les agences de renseignements. Ce sont d’ailleurs ces attaques qui ont poussé le gouvernement pakistanais à les poursuivre. A Washington, les responsables gouvernementaux font une différence entre le mouvement (relativement jeune) des résistants Taliban pakistanais et les résistants Taliban afghans, profondément enracinés dans le paysage politique national. “Les résistants Taliban pakistanais sont traités comme des membres d’Al-Qaida, explique un haut responsable américain. L’objectif est de les détruire. Avec les résistants Taliban afghans, c’est différent.” L’un des chefs des résistants Taliban pakistanais, Baitullah Mehsud, a été tué en 2009, lors d’une attaque de drones de
la CIA. Son successeur, que l’on croyait mort dans des circonstances similaires, est réapparu récemment dans une vidéo. “Après ces attaques, c’est devenu une affaire personnelle pour les résistants Taliban pakistanais. Il n’est pas étonnant qu’ils commencent à essayer de nous atteindre ici”, estime un responsable des services de renseignements américains.
A la grande déception de bon nombre d’électeurs de gauche qui croyaient avoir élu un président pacifiste, Barack Obama rejette clairement l’idée selon laquelle il suffirait de ne pas secouer le nid de guêpes pour ne pas se faire piquer. Durant sa première année au pouvoir, Barack Obama a autorisé davantage de frappes aériennes de drones que le président Bush au cours de son second mandat. Alors qu’il acceptait son prix Nobel de la paix, en décembre dernier, le président américain a déclaré qu’il fallait parfois faire la guerre pour obtenir la paix. “Je suis confronté au monde tel qu’il est et ne puis rester passif face aux menaces qui pèsent sur le peuple américain”, a-t-il ajouté. Les négociations “n’auraient pas pu arrêter les armées d’Hitler. Les négociations ne pourront pas convaincre les chefs d’Al-Qaida de déposer les armes.”
De la frontière pakistano-afghane aux rues de new york
L’histoire récente et la polarisation de Washington poussent Barack Obama à faire monter la pression. La guerre civile qui a favorisé l’arrivée au pouvoir des résistants Taliban afghans a commencé dès le retrait des forces américaines ordonné par George Bush père, après le départ des troupes soviétiques. Les résistants Taliban ont pris le pouvoir et commencé à aider Oussama Ben Laden sous la présidence de Bill Clinton. A l’époque où il était vice-président, Dick Cheney a souvent critiqué l’attitude de Clinton face au terrorisme, déclarant que l’ancien président démocrate y avait vu un problème de justice criminelle, et non un acte de guerre. Puis la présidence de George Bush fils a conduit au départ des talibans, mais le bilan de ses deux mandats montre largement que c’est la guerre en Irak qui a permis leur retour. Même les Etats-Unis ne peuvent pas mener deux guerres de front. C’est ainsi que Barack Obama a pu affirmer pendant sa campagne électorale, en 2008, que le véritable foyer du terrorisme se trouvait à la frontière pakistano-afghane, et non dans le triangle sunnite d’Irak. Selon lui, c’est de là que seraient parties toutes les attaques dirigées contre les Etats-Unis et leurs alliés. Un an et demi plus tard, le candidat élu a pu mesurer la justesse de ses propos dans les rues de New York

Courrier international

10-05

http://www.courrierinternational.com/article/2010/05/10/obama-et-le-piege-pakistanais



Le Pakistan au cœur des débats.

Le retour de Musharraf

L'ancien président pakistanais Pervez Musharraf a annoncé hier sur la chaîne de télévision américaine CNN qu'il prévoyait de rentrer dans son pays pour y faire son retour politique, n'excluant pas de se présenter à la présidentielle.
M. Musharraf, qui vit la plupart du temps à Londres depuis qu'il a quitté le pouvoir après les élections de 2008, était à Washington cette semaine où il a rencontré des personnalités pakistanaises.
Interrogé sur CNN, M. Musharraf a fait part de son intention de revenir en politique, sans préciser quand. "Je prévois certainement de revenir au Pakistan pour faire de la politique. La question de savoir si je me présente à la présidentielle, ou si je veux être Premier ministre, se posera plus tard", a-t-il déclaré. M. Musharraf a formulé une demande pour faire enregistrer un nouveau parti, avaient indiqué précédemment les autorités pakistanaises.
Pervez Musharraf avait démissionné en août 2008 de son poste de président du Pakistan, après avoir été menacé d'une procédure de destitution par le gouvernement. Il a été remplacé par Asif Ali Zardari, veuf de l'ancien Premier ministre Benazir Bhutto, assassinée le 27 décembre 2007.
L'ancien président pakistanais s'expose toutefois à des poursuites s'il retourne au Pakistan, pour avoir limogé des juges en 2007 en cherchant à se maintenir au pouvoir.
Les autorités souhaitent également l'entendre sur la mort de Bhutto, un rapport de l'ONU -contesté par M. Musharraf- ayant affirmé qu'il aurait pu faire davantage pour empêcher le drame.
"En fait, c'est moi qui l'ai avertie qu'il y avait une menace", a affirmé M. Musharraf. Le président pakistanais a précisé qu'il lui avait dit ne pas se rendre à l'endroit où elle a été tuée. "La calomnie s'est abattue sur moi, on a dit que sa liberté de mouvement était entravée. Mais c'est elle qui a décidé de continuer", a-t-il assuré. "Je pense qu'il y avait toute la sécurité (nécessaire)".
L'ancien président a également déclaré qu'il soutenait pleinement la décision du gouvernement pakistanais d'envoyer l'armée dans les zones tribales du nord-ouest du pays, sanctuaire

Blackwater sur les terrains afghan et pakistanais

Les activités catastrophiques de la société militaire privée de Blackwater en Afghanistan, en Irak et au Pakistan ont fait déferler une vague de répugnance dans ces  pays. En raison  des scandales  commis par Blackwater en Afghanistan Carl Levin, sénateur du Michigan et le chef de la commission des forces armées au Sénat américain  a  demandé à Robert Gates secrétaire à la Défense de ne pas signer un contrat d’un milliard de dollars avec cette société pour la formation de la police afghane. Selon l’agence Fars, Jeremy Scahill, auteur, chercheur et journaliste américain a déclaré pour sa part que la présence renforcée des effectifs de Blackwater dans 24 provinces de l’Afghanistan a fait que le département d’Etat dépense depuis 2006,  110 millions de dollars pour cette société militaire privée. Les cellules terroristes de Blackwater se répandent en Afghanistan déguisée en Xe, et entaché d'innombrables scandales, dans des circonstances où cette société militaire privée a eu une présence active au sein du Moyen-Orient, dans la foulée de l’occupation de l’Irak en 2003. Après les crimes commis par Blackwater en Irak, le gouvernement de Bagdad lui a demandé de quitter l’Irak, et il a ensuite annulé en septembre 2007 son mandat dans ce pays. Ce bilan lourd de crimes ne lui suffisant pas, Blackwater est maintenant accusé d’être impliquée dans l’assassinat de Rafiq Hariri et Benazir Bhutto, respectivement anciens premier ministre libanais et pakistanais. L’ancien chef des services de renseignements pakistanais, Hamid Gol a déclaré que Blackwater  a assassiné Benazir Bhutto sur un ordre de George W. Bush. En même temps, New York Times révèle comment Blackwater équipe les drones américains de bombes, pour attaquer ce que les Américains appellent les positions d’Al-Qaïda et des Talibans. Assad Dorani un des anciens chefs de l’ISI a déclaré à l’antenne de Press TV  que cette société militaire privée était impliquée dans les attaques contre les zones tribales pakistanaises. Selon les sources bien informées, Blackwater est le bras de la CIA dans la région et elle est à l'origine de l'insécurité et des massacres en Afghanistan, en Irak et au Pakistan à travers les cellules terroristes qu'il a mises sur pied : une démarche qui a exacerbé les sentiments anti-américains chez l'opinion publique de ces pays, réclamant le départ de cette société.

 http://french.irib.ir/
http://www.alterinfo.net/Blackwater-sur-les-terrains-afghan-et-pakistanais_a45284.html



Au jour le jour

Les zones tribales pakistanaises frontalières de l'Afghanistan sont considérées comme des bases arrière pour les résistants, d'où ils mènent des attaques contre les forces internationales déployées en Afghanistan ainsi que contre l'armée pakistanaise.

Résistance

19-11

Les attaques devenues quasi-quotidiens depuis les quelques jours qui ont précédé le lancement de l'offensive du Waziristan, le 17 octobre, les résistants  empêchant ainsi de dissuader l'armée d'y engager quelque 30.000 soldats au sol.

(Source AFP)

http://www.liberation.fr/monde/

25/05

Au moins douze résistants ont été tués mardi lors d'un affrontement avec l'armée pakistanaise dans l'une des instables zones tribales du nord-ouest, frontalières de l'Afghanistan, ont affirmé des responsables locaux de sécurité.
Les combats ont eu lieu lors d'une opération de fouille de l'armée dans un village d'Orakzai, l'un des sept districts tribaux semi autonomes pakistanais, où l'armée traque les résistants talibans depuis mars, selon ces sources.
Selon un porte-parole paramilitaire, les troupes ont été attaquées par une cinquantaine de résistants dans la zone de Dabori. "Au moins douze résistants ont été tués et huit repaires détruits. Les forces de sécurité n'ont déploré aucune perte", a-t-il affirmé à l'AFP.

Des hélicoptères de l'armée ont également participé aux combats, a-t-il ajouté.

Ces bilans sont impossibles à vérifier de manière indépendante car l'accès à la zone est interdit aux organisations humanitaires et aux journalistes.
Situé dans une zone de montagnes et de forêts, Dabori est selon les responsables militaires pakistanais une localité importante et un fief du Tehrik-e-Taliban (TTP, les talibans du Pakistan).

AFP

09-06

Des Résistants taliban présumés ont incendié mardi soir une cinquantaine de camions chargés d'acheminer des fournitures aux forces de l'Otan en Afghanistan, tuant au moins sept personnes au cours de la première attaque de ce genre dans les environs de la capitale pakistanaise, Islamabad, a rapporté mercredi la police pakistanaise.

Au moins dix résistants sont arrivés à moto et à bord de pick-up dans un dépôt situé non loin du village de Tarnol, où ils ont tué des chauffeurs routiers et des employés.

Les résistants ont réussi à prendre la fuite.

"Sept personnes ont été tuées et plus de 50 camions incendiés", a dit Ghulam Mustafa, un responsable de la police pakistanaise. L'attaque a également fait six blessés.

Les camions devaient acheminer du carburant, des vivres et autres fournitures (ndlr : armes ?) aux troupes de l'Otan déployées en Afghanistan.

L'armée américaine achemine via le Pakistan 75% du ravitaillement destiné à ses troupes déployées en Afghanistan, dont 40% de leur carburant.

Les résistants taliban, qui disposent de bases arrière dans le nord-ouest du Pakistan, montent fréquemment des opérations contre les convois de l'Otan qui ravitaillent les forces étrangères déployées en Afghanistan.

Mais c'est la première fois qu'ils frappent à proximité d'Islamabad, et cette attaque souligne l'insécurité croissante qui règne au Pakistan, où les résistants taliban ont mené une vague d'attentats suicide et à la bombe en représailles aux offensives lancées par l'armée pakistanaise contre leurs bastions du nord-ouest du pays.

09-06

Des hommes armés ont ouvert le feu sur un convoi civil de ravitaillement de l'OTAN combattant les talibans en Afghanistan, tuant sept personnes en banlieue d'Islamabad, dans la nuit de mardi à mercredi, ont annoncé les autorités pakistanaises.

Les victimes sont des chauffeurs, leurs aides et des passants. Quatre personnes ont en outre été blessées.

L'attaque a été commise à Tarnol, à environ 15 km d'Islamabad, sur la route de Peshawar, par laquelle on accède à la frontière afghane.

Les assaillants ont également mis le feu à des camions-citernes et à des camions de transport du convoi qui appartenaient à des entreprises pakistanaises privées. Une dizaine de véhicules ont été complètement brûlés. Selon les policiers, il y avait entre 10 et 12 hommes armés.

Menées par les talibans pakistanais alliés ces attaques sont fréquentes dans le nord-ouest du pays, près de la frontière afghane. C'est cependant la première fois qu'un de ces assauts se produit si près de la capitale pakistanaise.

La majeure partie des vivres, des armements, de l'équipement et du carburant destinés aux quelque 130 000 soldats des forces internationales de l'OTAN en Afghanistan transite par le Pakistan. Elle est acheminée par des entreprises pakistanaises privées via la passe de Khyber, dans les zones tribales pakistanaises.

Washington a qualifié ces zones tribales de « région la plus dangereuse du monde ». Bastion des talibans pakistanais, elles sont aussi le principal sanctuaire des combattants et des hauts dirigeants d'Al-Qaïda et une base arrière importante des talibans afghans.

Le Mouvement des talibans du Pakistan, qui a prêté allégeance à Al-Qaïda, est le principal responsable d'une vague de quelque 400 attentats qui ont tué près de 3400 personnes au cours des trois dernières années.

Ces derniers mois, la CIA a considérablement intensifié sa campagne d'attaques au moyen de drones, tirent quasi quotidiennement des missiles qui tuent régulièrement des cadres d'Al-Qaïda et des talibans dans les zones tribales. Les militaires pakistanais déplorent cependant que ces attaques n'épargnent pas les civils.

Radio-Canada.ca avec Agence France Presse

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2010/06/09/001-pakistan-otan-attaque.shtml

Vidéo : Attaque d'un convoi de ravitaillement de l'Otan.

http://www.lunion.presse.fr/video/Pakistan%253A%2Battaque%2Bd%2527un%2Bconvoi%2Bde%2Bravitaillement%2Bde%2Bl%2527Otan/iLyROoaf88O_


Au jour le jour

Civil

18-05

En octobre, plusieurs centaines de milliers de personnes avaient fui vers Dera Ismail Khan lors du lancement d'une grande offensive militaire terrestre contre le principal bastion des résistants pakistanais dans la région tribale du Sud-Waziristan.

Ce déplacement de population était venu s'ajouter à de sérieuses difficultés causées par de précédentes opérations similaires, notamment une dans la vallée de Swat, près de la frontière avec l'Afghanistan. Au total, trois millions de Pakistanais, d'après les estimations, sont partis l'an passé vers d'autres régions pour fuir le conflit, soit le plus grand nombre au monde de personnes déplacées à l'intérieur d'un pays, selon un rapport soutenu par l'ONU qui a été diffusé lundi.

AP

21/05

Trois membres d'une famille britannique ont été tués hier matin dans le nord-est du Pakistan, où ils s'étaient rendus pour prendre part à un mariage, a annoncé aujourd'hui la police britannique.
Ces trois personnes résidaient à Nelson, une ville du comté du Lancashire (nord-ouest de l'Angleterre), a indiqué la police locale. Il s'agirait d'un homme, son épouse et de leur fille de 22 ans, qui auraient été tués dans un village du district de Gujrat, jeudi au petit matin, selon des informations de presse.
Le ministère britannique des Affaires étrangères a annoncé enquêter sur les informations faisant état de ce meurtre.
 


Au jour le jour

Armée Pakistanaise 

 18-05

L'attentat à l'explosif de mardi a coûté la vie à trois policiers, dont un haut responsable, et huit civils, parmi lesquels deux écoliers, a précisé le chef de la police de la région de Dera Ismail Khan, Gul Afzal Khan. Quinze autres personnes ont été blessées dans cette attaque.

AP

L'armée prend le contrôle de Karachi.

Les unités de l'armée pakistanaise prennent le contrôle les quartiers de Karachi, où les affrontements interethniques ont fait près de 40 morts ces deux derniers jours, annoncent vendredi les chaînes de télévision pakistanaises.
Les affrontements ont été provoqués par la mort d'un membre du parti pro-pachtoune Awami National Party (ANP), assassiné mardi soir par des inconnus.

Des troubles ont enflammé la ville, les partisans armés de l'ANP ayant lancé une véritable chasse contre les représentants des partis opposés.
Selon la chaîne Geo-TV, ces affrontements ont déjà fait au moins 37 morts, dont des membres d'ANP et des représentants du Muttahida Qaumi Movement, hostile à ANP et se composant de réfugiés d'Inde parlant l'urdu.
Les autorités pakistanaises ont annoncé qu'elles entendaient arrêter les affrontements et poursuivre leurs auteurs.

 21/05

http://fr.rian.ru/

29-05

Samedi soir, deux soldats avaient été tués dans l'explosion d'une bombe sur le passage de leur véhicule dans la région tribale d'Orakzai.

AP 

30/5

L'aviation pakistanaise a bombardé dimanche des bastions présumés de la résistance dans la région tribale d'Orakzai (nord-ouest),, a annoncé un responsable local.

Selon ce dernier, Jahanzeb Khan, la cible était un groupe de combattants ayant fui l'offensive gouvernementale au Sud-Waziristan voisin l'année dernière.

AP

31/5

Des chasseurs de l'aviation pakistanaise ont frappé des logements en trois endroits de l'Orakzaï, dans le nord-ouest du pays, faisant, selon un responsable gouvernemental.

Un porte-parole des taliban pakistanais, Hafiz Saïd, a confirme les raids aériens de l'armée mais démenti qu'ils aient fait des victimes parmi les résistants. Selon lui, les bombardements n'ont visé que des maisons abandonnées.

AP

L'armée pakistanaise annonce la fin de l'opération militaire à Orakzai

L'armée pakistanaise a annoncé mardi la fin de son opération contre les talibans dans le district d'Orakzai, affirmant avoir vaincu les militants dans cette région de la zone tribale à la frontière de l'Afghanistan.

L'armée pakistanaise avait lancé à la fin de l'année dernière une offensive dans le district d'Orakzai (nord-ouest du pays), un des fief des talibans. Cette opération avait été décidée dans la foulée de celle menée dans la région du Sud-Waziristan, qui se trouve plus au sud. Précédemment, l'armée avait conduit une offensive du même type dans la vallée de Swat, près de la frontière avec l'Afghanistan.

L'annonce de mardi a été faite par le biais d'un communiqué du chef d'état-major de l'armée pakistanaise, le général Parvez Kayani, en visite à Orakzai et dans la région voisine de Kurram. Cette visite "marque la conclusion réussie des opérations" dans le district, affirme le communiqué.

Cette information était pour l'heure impossible à vérifier de manière indépendante, l'accès à la zone tribale entre le Pakistan et l'Afghanistan étant très dangereux et limité.

Pendant des mois, l'armée pakistanaise a lourdement bombardé Orakzai, avant d'engager une opération au sol. L'offensive s'était intensifiée en mars, entraînant des combats violents avec les talibans. On estime à plus de 200.000 le nombre de civils qui ont fui la zone en raison des violences.

2/6 AP


Au jour le jour

Otan, Usa

23-05

Deux militants étrangers présumés et huit Pakistanais ont été tués dans la nuit de vendredi à samedi par un missile américain au Pakistan, près de la frontière afghane, ont rapporté samedi deux responsables des services de renseignement pakistanais.

L'attaque, qui a eu lieu tard dans la soirée de vendredi, a visé la maison d'un habitant du village de Boya, près de Miran Shah, la principale ville de la province du Nord-Waziristan (nord du pays).

Les responsables des services de renseignements pakistanais ont précisé qu'un Philippin serait parmi les victimes. Les services de renseignement pakistanais tentaient encore d'identifier le second étranger tué dans l'attaque.

AP

09-06

Camions de ravitaillement de l'Otan détruits près d'Islamabad: 7 morts (police)

Des hommes armés ont ouvert le feu près d'Islamabad sur des camions de ravitaillement pour les troupes de l'Otan en Afghanistan, tuant sept personnes et détruisant une dizaine de véhicules, a annoncé mercredi la police pakistanaise.
9 juin 2010 à 00h41min

http://www.elwatan.com/?page=afp



 Le Pakistan en chiffre 


    «Qu'il s'agisse d'une attaque ou d'une attaque par drone,
Pour moi c'est la même chose, un Pakistanais a été tué "

 

Dead = 3676, Injured = 9289, Total = 12965 and Counting…

Drone Attacks Victims

Dead = 1332, Injured = 453, Total = 1785 and Counting…

 

Success Rate of Drone Attacks against Al-Qaeeda ~ 2.5%

Les données sont recueillies à partir des rapports des médias, les hôpitaux, et internet.

Toutes les données sont accessibles au public et il n'y a pas de données classées ici. Il s'agit d'un effort pour montrer au monde l'intensité de suicide et les attaques Drone au Pakistan ".

Pakistan Body Count: http://www.pakistanbodycount.org/

 


Les commentaires sont fermés.