Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/06/2010

n° 436 - Journal de l'Afghanistan - 04-06 au 24-06 - : Début - : - La guerre contre l'Afghanistan sera la plus longue jamais menée par les Etats-Unis

n° 436 - Journal de l'Afghanistan - 04-06 au 24-06  - : Début  - : - La guerre contre l'Afghanistan sera la plus longue jamais menée par les Etats-Unis



Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



journal de l'Afghanistan

n° 436 - du 04-06 au 24-06

C.De Broeder & M.Lemaire



Avant propos

La guerre menée par le terrorisme contre ses adversaires déclarés est tout à fait invraisemblable.

Pour être crédible, cette histoire exigerait triplement et simultanément une excessive stupidité des terroristes, une incompétence extravagante des services policiers, et une folle irresponsabilité des médias. Cette invraisemblance est telle qu'il est impossible d'admettre que le terrorisme soit réellement ce qu'il prétend être’.

(MICHEL BOUNAN)

 

Les médias occidentaux pro USA usent d’un terme générique- Al Qaida- Taliban - pour désigner tous les résistants .... idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes

Ps : Avant de vous lancer dans la lecture du journal, noter ceci: 'Al Qaïda'  & Al-Zarqaoui, Ben Laden Mollah Omar  = concept réducteur inventé par les Usa, pour désigner la résistance.

Idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes


 Le "journal de l'Afghanistan" est  visible :

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

c) sur le site de Robert Bibeau :  : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

 

d) sur le site de eva R-sistons: - http://no-war.over-blog.com/

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire.

Tiré à part :

La guerre contre l'Afghanistan sera la plus longue jamais menée par les Etats-Unis

Pires pertes pour l'Otan en Afghanistan depuis 2008.

Le plan de retrait des troupes américaines est sur les rails.

Les "Farces armées" afghanes, selon le magazine Time,

Dommages Collatéraux... le Pentagone prolonge.

Un (seul)  soldat américain inculpé pour le meurtre de civils afghans.

Noce sanglante.

Un raid aérien de l'Otan.

Paroles & action du président...

Le général McChrystal s'en prend à Biden et à un diplomate en interview.  

Barack Obama écarte le général McChrystal.

L’Afghanistan au cœur des débats.

Une priorité" des troupes occidentales?

 La guerre rend fou

1 Analyse & déclaration :

Résistance

Occupants:

2 Occupation de l'Afghanistan 

Les forces en présence

Fin

3 Politique

1) collaborateurs afghans

2) occupants 



Tiré à part :

La guerre contre l'Afghanistan sera la plus longue jamais menée par les Etats-Unis

07.06.

Le 7 juin, la guerre en Afghanistan est officiellement devenue la guerre la plus longue jamais menée par les Etats-Unis, souligne le quotidien USA Today. Alors que la guerre du Vietnam avait duré 103 mois (d'août 1964 à mars 1973), la guerre en Afghanistan qui a débuté le 7 octobre 2001 vient d'entrer dans son 105ème mois.

Si ce conflit est le plus long, "c'est loin d'être le plus meurtrier", rappelle le quotidien.

(Officiellement) 1000 soldats américains sont morts en Afghanistan depuis le début des opérations militaires contre près de 4400 en Irak et 58 209 pendant la guerre du Vietnam.

AP

 

Pires pertes pour l'Otan en Afghanistan depuis 2008.

Un porte-parole du Pentagone a indiqué à Washington que sept des dix soldats tués étaient américains.

Les forces internationales en Afghanistan ont vécu une journée noire lundi en Afghanistan avec la mort de dix soldats de l'Otan --sept américains, deux Australiens et un Français-- dans le sud, fief des résistants, et l'est du pays, soit les pires pertes en une journée depuis août 2008.

"Aujourd'hui, dix soldats de l'Isaf ont été tués en Afghanistan", a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'Isaf, la Force internationale d'assistance à la sécurité.Un porte-parole du Pentagone a indiqué à Washington que sept des dix soldats tués étaient américains.

Deux militaires australiens, qui entraînaient les troupes afghanes, ont été tués par une bombe artisanale en bordure de route lors d'une patrouille dans la province de l'Oruzgan (sud), a-t-on appris mardi de sources officielles.A Paris, la présidence française a annoncé qu'un sous-officier français d'un régiment de parachutistes avait été tué dans l'est de l'Afghanistan mais sans pouvoir confirmer si ce décès faisait partie des pertes de l'Otan.Le sous-officier a été tué par un éclat de roquette antichar tiré par des  résistants  et trois de ses camarades ont été blessés.

Cinq des soldats américains ont été tués par l'explosion d'un engin explosif (IED) dans l'est de l'Afghanistan, un autre dans une attaque également à l'IED et le septième lors d'échanges de tirs dans le sud du pays, a précisé le Pentagone.

Plus tôt dans la journée, le commandement de l'Isaf avait annoncé que trois soldats de l'Otan, dont un américain, avaient trouvé la mort dans des incidents séparés dans le sud du pays. Deux soldats sont morts dans l'explosion d'une mine artisanale, et un autre a été tué par un tir d'armes légères.Selon un bilan établi par l'AFP à partir de chiffres du site internet indépendant icasualties.org et incluant les victimes de lundi, 245 soldats des forces internationales ont péri en Afghanistan depuis le 1er janvier 2010, dont près des deux tiers (154) étaient américains.Les pertes enregistrées lundi sont exceptionnelles et sont les pires depuis la mort de 11 soldats français tués en un seul jour en août 2008.

Dimanche, cinq soldats de l'Otan, dont quatre américains avaient péri dans deux attaques séparées et l'accident d'un véhicule.

En moyenne, depuis l'été 2009, un à deux soldats de l'Otan meurent chaque jour en Afghanistan.Cette hausse continue des violences intervient alors que les forces internationales injectent, conformément à la nouvelle stratégie de la Maison Blanche, de nouvelles troupes dans le pays. Le nombre des soldats étrangers doit ainsi passer à l'été de quelque 130.000 à environ 150.000, dont plus des deux tiers sont américains.

Or avec l'augmentation du nombre de troupes engagées, les pertes devaient augmenter, avaient prévenu plusieurs experts.

Le chef d'état-major interarmées américain, l'amiral Michael Mullen, avait estimé qu'il fallait s'attendre au retour d'un nombre croissant de cercueils aux Etats-Unis.

"J'ai dit à nos troupes de se préparer à plus de combats et à plus de pertes", car "l'insurrection est devenue plus violente, plus étendue, plus sophistiquée" et les résistants "plus efficaces", avait-il admis.

L'opération Mushtarak (Ensemble en dari) - la plus vaste offensive de l'Otan et de l'armée afghane depuis la chute des résistants - lancée en février à Marjah, dans un bastion rural des résistants de la province du Helmand, a prouvé que l'insurrection avait conservé intacte sa capacité de frappe.

Qualifiée de "fiasco" par une partie de la presse américaine, l'offensive a montré les limites de la stratégie de contre-insurrection et de conquête des "coeurs et des esprits" chères au patron des forces internationales, le général américain Stanley McChrystal.L'armée américaine, qui à elle seule a vu le nombre de ses soldats disparus doubler en 2009, s'attend à une résistance âpre des résistants à Kandahar, leur berceau, où elle est désormais engagée avec les Canadiens et les fores afghanes.

Le commandement des résistants afghans a annoncé récemment le lancement d'une série d'opérations de "jihad" - attaques, attentats et assassinats - visant les forces de l'Otan et plus généralement les étrangers présents en Afghanistan.

08/06

http://www.lalibre.be/actu/international/article/587932/pires-pertes-pour-l-otan-en-afghanistan-depuis-2008-dix-soldats-tues.html

 

Le plan de retrait des troupes américaines est sur les rails.

Le général David Petraeus, commandant des forces américaines en Irak et en Afghanistan, a défendu mercredi au Sénat à Washington le plan de retrait des troupes américaines d'Afghanistan, fixé à juillet 2011, malgré les revers que connaissent les soldats sur le terrain."Mais il est important de voir cette date du mois de juillet 2011 pour ce qu'elle est: la date du début d'un processus entouré de conditions", a toutefois insisté le haut gradé.Face aux sénateurs, le général Petraeus a également réitéré son soutien au transfert des tâches de sécurité aux forces afghanes, prévu lui aussi au début du rapatriement des troupes américaines l'été prochain."De plus, le soutien que j'ai apporté aux décisions du président se basait sur les prévisions faites quant aux conditions qui prévaudront en juillet 2011. Il va sans dire que nous faisons tout ce qui est humainement possible pour que ces conditions soient réunies", a lancé le général Petraeus.Lui-même et Michele Flournoy, la N°3 du Pentagone, ont expliqué que l'offensive en cours sur le terrain connaissait une évolution "en yoyo", faite de progrès et d'échecs.

Selon le général Petraeus, les forces afghanes ont pris le dessus sur les  résistants  dans un certain nombre de régions dont celle qui ceint la capitale Kaboul.Toujours d'après lui, la sécurité s'est améliorée dans la ville de Marja, au sud du pays, théâtre d'une récente offensive très critiquée en Afghanistan.A l'image de la majorité démocrate, le sénateur démocrate Carl Levin a dit se réjouir d'entendre le général Petraeus soutenir les plans du président Obama concernant le retrait des Américains.A l'inverse, le sénateur républicain John McCain, a retiré de l'intervention du haut gradé que ce dernier conditionnait le départ des troupes aux conditions sur le terrain et s'en est félicité.

16/6


Les "Farces armées" afghanes, selon le magazine Time.

L'hebdomadaire américain Time Magazine publie cette semaine un article à la fois très critique et très informé sur l'Armée nationale afghane (ANA).

Un ton qui change de ce que l'on peut entendre auprès des sources militaires françaises, dont le discours rappelle celui des Soviétiques, tendance Commissaire politique pré-Gorbatchev, parlant de leurs camarades afghans...

Sous le titre Armed Farces, Time décrit une réalité plus prosaïque.

Attention, c'est du brutal ! 

Former une armée nationale ? "C'est presque mission impossible. Neuf recrues sur dix ne savent pas lire le manuel d'emploi de leur fusil ou conduire une voiture, selon des formateurs de l'Otan.

Le corps des officiers est fracturé par les rivalités: les vétérans de l'ère soviétique vs les anciens rebelles moudjahidines qu'ils combattaient dans les années 80, Tadjikds vs Ouzbeks, Hazaras ou Pachtounes.

Les commandants volent régulièrement les soldes de leurs hommes.

Les soldats rackettent les civils aux check-points et revendent au bazar, et parfois aux Résistants, les bottes, couvertures et armes fournies par les Américains.

Sans surprise, les Afghans s'enfuient quand ils voient l'armée arriver.

Les recrues désertent après leur première permission, alors qu'un quart de ceux qui restent sont sous l'emprise du haschish ou de l'héroïne, selon une enquête interne de l'ANA.

Un officier letton de l'Otan raconte que trois officiers afghans se sont tirés des balles dans le pied pour être évacués lorsqu'ils ont appris que leur bataillon allait être réengagé".

En avril 2010, les effectifs de l'ANA étaient de 119.400 hommes, alors que l'objectif de l'Alliance est d'atteindre 171.600 en octobre 2011.

L'homme responsable de cette montée en puissance est le général américain William Caldwell.

Pour y arriver, il a déjà été décidé de raccourcir la durée de formation de base des soldats afghans, qui passe de dix à huit semaines (contre quatorze pour un militaire américain). Les soldes des militaires afghans ont été augmentées : elles sont aujourd'hui de 165 dollars par mois, plus une prime de combat de 45 dollars. Un revenu attractif qui se traduit par une augmentation du recrutement et une baisse des désertions (entre 20 et 25%).

Le coût de la mise en place de cette ANA s'élève déjà à 26 milliards de dollars !

Et la somme augmente d'un milliard tous les mois...  Sans compter le coût de l'entrainement, Time assure que le simple entretien (soldes, habillement, nourriture...) revient à six milliards de dollars par an. L'impôt sur le revenu rapporte à peine un milliard au gouvernement de Kaboul...

L'armée ne parvient pas à recruter chez les Pachtounes du sud : "3% de ses effectifs, se lamentent les officiers de l'Otan". Lors du reportage de Time, sur 125 hommes d'une compagnie, seuls deux étaient des Pachtounes du sud.

L'ambition de constituer une armée de 172.000 était-elle crédible ? Certains militaires alliés interrogés par Time en doutent. Le débat oppose deux écoles : privilégier la quantité ou la qualité ? Les bataillons commandos donnent satisfaction : ils se battent bien, sont mieux payés (300 dollars) et les désertions sont très rares (2%). De son côté, le théoricien de la contre-insurrection John Nagl estime qu'il faudrait un militaire ou policier pour cinquante habitants, si l'on veut obtenir un résultat sur le terrain. Soit près de 600.000 hommes !

Enfin, Time décrit les violentes querelles qui opposent le ministre de la Défense Abdul Rahim Wardak et le chef d'état-major de l'armée Bismillah Khan et que l'actuelle ouverture de Karzaï vers les  résistants  pourrait renforcer.

Reprenant les propos anonymes de plusieurs responsables de la coaltion, l'hebdomadaire américain estime que l'armée afghane pourrait "s'effondrer comme un château de cartes". 

http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2010/06/...

04/06/2010


Dommages Collatéraux... le Pentagone prolonge

Un (seul)  soldat américain inculpé pour le meurtre de civils afghans.

8/6

Un soldat américain a été inculpé du meurtre de trois civils en Afghanistan dans le cadre d'une affaire qui a impliqué quatre autres militaires qui n'ont pas été inculpés, a annoncé lundi une porte-parole de l'armée américaine.

Le soldat Jeremy Morlock, 22 ans, a été inculpé vendredi d'assassinat et d'agression dans le cadre de trois affaires distinctes qui ont eu lieu entre janvier et mai 2010 près de la base avancée de Ramrod en Afghanistan, a indiqué le lieutenant colonel Tamara Parker.

"Cinq soldats ont été impliqués dans ces meurtres, mais un seul d'entre eux a été inculpé", a dit la porte-parole à l'AFP.

Les trois civils afghans ont été tués "au sein ou à proximité de la base avancée de Ramrod" à environ 130 kilomètres à l'ouest de Kandahar dans le sud du pays.

L'armée américaine a refusé de fournir des renseignements sur les victimes ou la façon dont elles ont été tuées.

Tamara Parker a indiqué que ces informations seraient tenues secrètes jusqu'à ce que l'enquête sur le rôle joué par les quatre autres soldats soit achevée.

Le soldat Morlock, membre de la brigade de combat "Stryker", a été rapatrié sur la base de l'unité à Fort Lewis dans l'Etat de Washington, où il a été inculpé.

Il avait rejoint les rangs de l'armée en juin 2006 et été déployé en Afghanistan en juin 2009.

Les quatre autres soldats impliqués sont restés en Afghanistan.

AFP.

16/6 

Cinq soldats américains sont désormais inculpés dans l'enquête sur la mort de trois civils tués cette année en Afghanistan

Quatre nouveaux militaires ont été accusés  de meurtre prémédité dans le cadre de cette affaire, dans laquelle un seul était pour l'heure inculpé, selon des responsables militaires.

Tous sont affectés à la 5e Stryker Brigade Combat Team (SBCT).

AP


Noce sanglante.

40 personnes tués et 74 blessé, lors d'un mariage dans un village du district d'Arghandab, à une vingtaine de kilomètres au nord de Kandahar, dans le sud de l'Afghanistan.

Des témoins ont décrit des scènes de chaos après l'explosion à la noce, qui avait attiré dans les 400 convives, dont des femmes et des enfants des villages avoisinants.  

Nombre de convives de la noce avaient des liens avec des responsables de la police régionale ou avec une milice locale, et c'est pourquoi cette noce-là a été prise pour cible, a affirmé un policier de Kandahar, même si les résistants se sont désolidarisés de cet attentat.

"Nous condamnons un tel acte brutal", a déclaré à Reuters un porte-parole des résistants, Qari Yousuf Ahmadi. "Les résistants mènent le djihad afin de libérer la population du joug des occupants. Comment pourrions-nous tuer (des habitants)?" a-t-il déclaré.

Le porte-parole impute la responsabilité de l'explosion à l'ISAF (Force internationale dominée par l'OTAN),

Un porte-parole de l'ISAF affirme que la force internationale n'a rien à voir avec l'explosion. "C'est une affaire entre Afghans", a-t-il dit.

(AFP / 09-11 juin 2010 10h18)

http://www.romandie.com/ats/news/100611081814.scxx4ad0.asp

 

Un raid aérien de l'Otan.

Au moins cinq civils, dont deux enfants, ont été tués samedi dans un raid aérien de l'Otan dans l'est de l'Afghanistan, ont indiqué à l'AFP le chef de la police locale et le représentant local du ministère de la Santé.

"Nous avons reçu cinq corps de civils dans notre hôpital public. Deux jeunes filles de sept et huit ans comptent parmi les morts. Un garçon de 14 ans a été blessé", a déclaré Amirbadshah Rahmatzai Mangal, le représentant local du ministère de la Santé..

Interrogé, le commandement de l'Otan a répondu qu'une enquête était en cours mais n'a ni démenti ni confirmé les propos des responsables afghans.

La population et le gouvernement afghan se plaignent régulièrement de frappes indiscriminées des forces internationales qui tuent des civils.

20/6

http://www.lepoint.fr/monde/afghanistan-



Paroles & action du président...

Le général McChrystal s'en prend à Biden et à un diplomate en interview.  

Le général Stanley McChrystal, commandant des forces d'occupation en Afghanistan, se moque du vice-président américain Joe Biden et se dit "trahi" par l'ambassadeur à Kaboul, selon ses propos cités dans un portrait que lui consacre le magazine Rolling Stone.
   Les tensions entre le général McChrystal et
la Maison Blanche apparaissent en plein jour dans cet article paru lundi.
Selon les propos retranscrits dans l'article, le général s'y moque du vice-président américain Joe Biden, connu pour son scepticisme face à sa stratégie en Afghanistan. "Vous allez m'interroger sur Joe Biden?", demande-t-il en riant. "Qui est-ce?" "Biden", reprend un de ses conseillers. Le général s'appuie alors sur le nom du vice-président américain pour se fendre d'un jeu de mot, demandant: "vous avez dit: Bite Me ? (va te faire voir, en anglais)".  
Le général McChrystal dit aussi s'être senti "trahi" par l'ambassadeur américain à Kaboul, Karl Eikenberry, l'an dernier lors d'un débat à
la Maison Blanche sur la stratégie en Afghanistan.
   A propos d'une note interne de M. Eikenberry qui avait fait l'objet d'une fuite et qui remettait en cause la demande de renforts du général McChrystal, celui-ci commente: "voilà quelqu'un qui veut couvrir ses arrières pour les livres d'histoire. Comme cela, si nous échouons, il pourra dire: 'je vous l'avais bien dit'".
L'article revient aussi sur les frictions apparues entre l'armée et
la Maison Blanche à l'automne dernier au moment où le président Barack Obama mûrissait sa décision concernant l'envoi de renforts massifs en Afghanistan, comme le réclamait le général McChrystal.
Bien que le président américain lui ait finalement accordé une bonne partie de ce qu'il demandait, le général dit avoir trouvé cette période "pénible".
Un de ses conseillers ajoute sous le couvert de l'anonymat que le général n'a pas retiré une bonne impression d'une rencontre avec Obama à
la Maison Blanche juste après que celui-ci l'eut nommé à la tête des opérations en Afghanistan.
"C'était une rencontre de 10 minutes pour la photo", selon ce conseiller. "Obama ne savait rien de lui, de qui il était (...) il n'avait pas l'air très concerné", poursuit-il. "Le patron a été très déçu".  
Dans l'article, le général quatre étoiles dénigre aussi l'envoyé spécial américain pour l'Afghanistan et le Pakistan, Richard Holbrooke. "Oh, un autre email de Holbrooke", dit-il en regardant son téléphone portable. "Je ne veux même pas l'ouvrir".  
Dans une chambre d'hôtel parisienne, il se plaint de devoir dîner avec un ministre français qui n'est pas nommé. "Comment est-ce que je me suis laissé baiser pour participer à ce dîner?", demande-t-il à son entourage. 
Son aide, le colonel Charlie Flynn, lui répond que cela fait partie des obligations "qui vont avec la fonction". Et le général McChrystal rétorque: "et ça, ça va avec la fonction ?" en faisant un doigt d'honneur.

22/06

http://www.almanar.com.lb

 

Barack Obama écarte le général McChrystal.

Le chef de troupes de l’OTAN en Afghanistan a donné sa démission après des propos explosifs tenus dans le magazine «Rolling Stone»

Un commandant rusé, un génie militaire peu à l’aise avec les politiques

Le général Stanley McChrystal a perdu la guerre, contre Washington. Le chef des troupes de l’OTAN en Afghanistan sera remplacé par un autre général, David Petraeus, qui a atteint le statut de superstar depuis qu’il a mené en Irak la stratégie conduisant au retrait américain. N’est pas superstar qui veut: en acceptant la publication de ses propos dans le magazine Rolling Stone, d’ordinaire plutôt réservé aux vedettes rock (lire ci-dessous), ­McChrystal semble avoir fait une sérieuse erreur de calcul. Il s’était mis à dos non seulement son chef, ­Barack Obama, mais aussi tous les responsables américains qui s’occupent de l’Afghanistan.

C’est avec «regret» que le président dit avoir accepté la démission du général. Mais dans la tourmente provoquée par les déclarations de McChrystal, il n’avait pas vraiment le choix. Après l’avoir reçu une petite demi-heure en tête-à-tête dans son bureau, Barack Obama a informé le conseil national de sécurité de sa décision. Dans la «Situation Room», parmi ceux qui assistaient en vidéoconférence à la réunion, à peu près tout le monde avait été égratigné par les propos de McChrystal ou de ses adjoints. Le conseiller de la Maison-Blanche à la sécurité, Jim Jones? «Un clown», avait assuré un proche du général. L’envoyé spécial du Département d’Etat, Richard Hoolbroke? Un «animal blessé» qui se sait proche du licenciement, lisait-on encore dans le texte de Rolling Stone. Le vice-président Joe Biden, qui s’était opposé l’année dernière à la stratégie prônée par McChrystal, était lui aussi tourné en dérision, tout comme le président lui-même, accusé de montrer «peu d’engagement» aux côtés des militaires et de ne rien connaître au métier des armes.

Visiblement, Stanley McChrystal semblait compter précisément sur le peu de fermeté qu’il mettait en avant de la part du président afin de sortir vainqueur de ce qui s’apparentait à un sérieux affront. L’année dernière, ses déclarations publiques dans lesquelles il réclamait l’envoi de 40000 soldats en Afghanistan avaient fait trembler Washington. Le président lui avait finalement donné raison (McChrystal avait obtenu 30000 hommes), à tel point que la guerre telle qu’elle se déroule actuellement correspond en grande partie à ses propres volontés. La rumeur veut pourtant que le général – face à un conflit qui est de plus en plus critiqué aux Etats-Unis et dont «le début de la fin» a été fixé par la Maison-Blanche à l’été prochain – comptait obtenir bientôt l’envoi de renforts supplémentaires. Loin d’être une «bourde», ses épanchements auprès du journaliste du Rolling Stone semblaient ainsi participer d’une volonté délibérée du général de tester sa capacité d’influence à Washington.

Luis Lema 

24 juin 2010

(AFP)

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/f335fda4-7f06-11df-b539-5...



L’Afghanistan au cœur des débats.

Une priorité" des troupes occidentales?

20-06

Critiqué par le gouvernement afghan pour tuer sans discernement résistants et simples habitants, Washington avait assuré que la réduction du nombre de victimes civiles, notamment lors des bombardements de positions rebelles dans des villages, était "une priorité" des troupes occidentales.

Le général américain Stanley McChrystal --commandant en chef de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) de l'Otan et des forces américaines-- a aussi ordonné des conditions plus strictes pour les opérations nocturnes contre des habitations afghanes….

http://www.lepoint.fr/monde/afghanistan-

 

La guerre rend fou

La prévalence des troubles mentaux augmente un an après le retour des combattants.

Un chiffre inquiète les militaires américains: 14 %. C'est la proportion de soldats revenus de mission en Irak ou en Afghanistan qui souffrent de stress post-traumatique ou de dépression. La moitié de ces traumatisés présentent également des problèmes d'alcool et de violence, précise l'étude de psychiatres du centre de recherches militaires de Silver Spring (Maryland).

Loin de s'atténuer, la prévalence des troubles mentaux augmente un an après le retour des combattants dans leur pays.

Pourtant, notent les chercheurs, certains repartent en mission, et leur état psychique "pourrait compromettre le succès des opérations et menacer la sécurité des unités".

 21/06

http://www.lexpress.fr/actualite/indiscrets/l-irak-rend-fou_900629.html



1 Analyse & déclaration

a) Résistance  

L'intensité des combats a régulièrement augmenté depuis fin 2001, les résistants étant en mesure peu à peu de relancer leurs attaques contre les forces occidentales.

AFP

09-08

b) Troupes d'occupation : Analyse & déclaration

11-06

À Bruxelles, l'OTAN a par ailleurs reconnu n'enregistrer pour l'instant que des «progrès mesurés» face aux résistants, tandis que le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a appelé à la patience avant de dresser un bilan de la nouvelle stratégie anti-insurrectionnelle.

«Les opérations que nous menons en Afghanistan, enregistrent des progrès mesurés, s'agissant d'étendre l'influence du gouvernement afghan, de faire évoluer la situation politique et de marginaliser l'insurrection», ont estimé les ministres de la Défense de l'OTAN dans une déclaration à l'issue d'une réunion de deux jours à Bruxelles.

http://www.cyberpresse.ca/international/


USA & Coalition

04-06

L'OTAN lancera sous peu une offensive visant à faire fuir les résistants de leurs  bastions. D'importants combats sont donc à prévoir au cours de l'été.

Les 2800 soldats canadiens seront en Afghanistan jusqu'à l'automne.

http://www.cyberpresse.ca/dossiers/le-canada-en-afghanistan/201006/04/01-4287025-le-nouveau-commandant-des-forces-canadiennes-arrive-en-afghanistan.php

13-06

Il y a quelques jours, le général McChrystal a déclaré que la reprise en main de la province de Kandahar se ferait plus lentement et sur une durée plus longue que prévu. Annoncée de longue date comme une opération sans précédent depuis le début du conflit, l'offensive de Kandahar devait à l'origine débuter en juillet.

AP


Otan- Isaf 

Le domino afghan

L’OTAN et le Pentagone redoutent le départ des soldats néerlandais envisagé pour le moi d’août prochain

L’OTAN, comme le Pentagone, espère encore un revirement de La Haye. Difficile, en effet, pour l’Alliance atlantique de voir les 1950 soldats néerlandais déployés en Afghanistan depuis août 2006 préparer pour de bon leurs bagages à partir du 1er août prochain. D’abord, parce que ce contingent est depuis des mois l’un des plus exposés, et l’un des plus engagés au combat, au côté des Américains dans la province méridionale pachtoune d’Uruzgan.

Ensuite, parce que le refus des Pays-Bas de prolonger cette mission jusqu’en 2011 est assuré de relancer, au sein de l’Union européenne, le débat sur la nature et l’issue du conflit afghan.

La décision, dans tous les cas, sera politiquement lourde et symbolique, comme en témoigne la décision des travaillistes de rompre sur ce sujet, en février dernier, leur coalition avec l’alliance chrétienne-démocrate.

Et pas seulement vis-à-vis de l’OTAN.

Une partie de la colère aux Pays-Bas est dirigée contre les autres pays européens, comme l’Italie, l’Espagne ou la Belgique, accusés de se tenir éloignés des combats en Afghanistan.

Plus d’une vingtaine de soldats néerlandais y ont été tués en cinq ans.

A l’exception du premier ministre sortant Jan-Peter Balkenende, proche de Washington, la plupart des dirigeants politiques néerlandais refusent une poursuite de l’aventure afghane.

Le leader populiste Geert Wilders a par exemple, lui, toujours plaidé pour un retrait.

5 juin 2010

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/5ed263de-7018-11df-8ead-49801438e0a8/Le_domino_afghan


Australie

23-06

L'Australie pourrait retirer ses troupes d'Aghanistan dans trois ans après avoir achevé sa mission, a déclaré mercredi le ministre australien de la Défense, John Faulkner.

"L'Australie devrait achever sa mission d'entraînement de l'armée afghane d'ici deux à quatre ans", a déclaré M. Faulkner, ajoutant que des troupes pourraient rester 12 mois de plus pour une mission de surveillance.

Quelque 1.550 soldats australiens sont déployés en Afghanistan, essentiellement dans le sud du pays.

(AFP

http://www.romandie.com/ats/news/100623041555.qjsz42fp.asp


Bulgarie

23 Juin

La Bulgarie augmentera de 65 hommes son contingent au sein de la force internationale de l'Otan (Isaf) en Afghanistan, déjà fort de 535 hommes, a décidé le gouvernement mercredi. Le contingent bulgare en Afghanistan est chargé de la protection des aéroports de Kaboul et de Kandahar (sud) et comprend une équipe médicale à Herat. Au sein des renforts, prévus pour le 1er septembre, 55 hommes seront chargés de la formation de l'armée afghane et 10 autres travailleront dans les hôpitaux de Kaboul et Kandahar.

://www.europe1.fr/International/Afghanistan-Le-contingent-bulgare-augmente-220914/


Grande Bretagne

22-06

Le Premier ministre David Cameron a justifié à cette occasion l'effort de guerre, tout en assurant que les troupes quitteraient le pays dès que la situation le permettra.

Formant le deuxième contingent après celui des Etats-Unis, environ 9.500 soldats britanniques sont déployés en Afghanistan, principalement dans la province méridionale du Helmand, l'un des bastions de la résistance afghane menée par les résistantss.

(AFP /

22-06

Le Premier ministre britannique David Cameron a indiqué que l'année 2010 était une année vitale et que les forces internationales devaient redoubler leurs efforts destinés à aller de l'avant.

Source: xinhua


Pologne

La Pologne veut se désengager d'Afghanistan.

Le Premier ministre polonais Donald Tusk a assuré samedi vouloir discuter, au sommet de l'Otan en novembre à Lisbonne, de sa stratégie de sortie d'Afghanistan où un soldat polonais vient d'être tué. "La Pologne tentera de poser cette question de façon très ferme au cours de la rencontre à Lisbonne avec d'autres alliés de l'Otan afin d'élaborer ensemble aussi rapidement et de façon aussi précise que possible un plan destiné à achever cette intervention", a-t-il indiqué.

Europe1.fr,

12 Juin 2010



2 Les forces en présence

Troupes d'occupation

20-06

Depuis trois ans, la résistance a gagné du terrain en dépit de l'augmentation régulière du nombre de soldats étrangers, qui atteint aujourd'hui 142.000 soldats.

http://www.lepoint.fr/monde/afghanistan-

12-06

Les effectifs des forces de l'Otan en Afghanistan doivent en principe atteindre un "pic" de 150.000 hommes à la mi-2011, avant de décroître progressivement.

Reuters, 12 juin

USA

11-06

Une partie des 30 000 soldats promis en renfort par le président Barack Obama "a commencé à arriver au cours des dernières semaines, et la majorité est destinée à Kandahar", selon le général Ben Hodges, responsable des opérations des forces armées américaines dans le Sud afghan.

http://www.romandie.com/

 

Otan-Isaf

18-06

Les effectifs de La Force internationale (Isaf), dont doivent être portés d'environ 142.000 hommes à 150.000 en août.

AP


Australie

08-06

Canberra a envoyé 1.550 hommes en Afghanistan, la plus importante contribution d'un pays non-membre de l'Alliance atlantique.

AP

11-06

Le premier ministre britannique a annoncé que la Grande-Bretagne n'enverrait pas de troupes supplémentaires en Afghanistan, M. Cameron a dû annuler une visite sur une base avancée des forces britanniques dans le sud du pays pour des raisons de sécurité.

http://www.cyberpresse.ca/international/


Canada

Le nouveau commandant des Forces canadiennes arrive en Afghanistan

4/6

Le brigadier-général Jon Vance a touché terre sans tambours ni trompettes à l'aéroport de Kandahar. C'est à lui qu'a été confiée la mission de remplacer M. Ménard au poste de commandant des troupes canadiennes en Afghanistan.

Le nouveau commandant des Forces canadiennes en Afghanistan, Jon Vance, est arrivé dans ce pays vendredi, une semaine après que son prédécesseur eut été démis de ses fonctions.

Le brigadier-général Daniel Ménard aurait entretenu une liaison avec une subordonnée, ce qui est contraire au code de conduite militaire. Le Service national des enquêtes des Forces canadiennes se penche actuellement sur cette affaire.

Le brigadier-général Jon Vance a touché terre sans tambours ni trompettes à l'aéroport de Kandahar. C'est à lui qu'a été confiée la mission de remplacer M. Ménard au poste de commandant des troupes canadiennes en Afghanistan.

M. Vance est en terrain connu, puisqu'il a dirigé le contingent des soldats canadiens en terre afghane entre février et novembre 2009. En septembre, c'est le brigadier-général Dean Milner qui devrait prendre la relève.

Jon Vance fait son entrée à un moment crucial de la mission afghane.

http://www.cyberpresse.ca/dossiers/le-canada-en-afghanistan/201006/04/01-4287025-le-nouveau-commandant-des-forces-canadiennes-arrive-en-afghanistan.php


Grande Bretagne

15-06

Environ 10.000 soldats britanniques sont actuellement déployés en Afghanistan, principalement dans le Helmand, l'un des bastions de la résistance afghane menée par les résistants.

AFP

22-06

Quelque 9.500 militaires britanniques de la force dirigée par l'OTAN se trouvent actuellement en Afghanistan.

Source: xinhua


Pologne

12-06

2 600 militaires polonais sont déployés dans la province afghane de Ghazni, dans le cadre de la Force internationale (Isaf) sous commandement de l'Otan.

Source: xinhua


Les commentaires sont fermés.