Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/06/2010

n°46- journal d'Iran - 08-06 au 28-06 : Début -: Les missiles iraniens ne visent qu'à défendre l’Iran !

n°46- journal d'Iran -  08-06 au 28-06 : Début -: Les missiles iraniens ne visent qu'à défendre l’Iran !  .



journal d'Iran   n°46 du 08-06 au 28-06

C.De Broeder & M.Lemaire



 Le "Journal d'Iran" est  visible  sur les blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire :

Tiré à Part

Ahmadinejad à Obama: la plus violente des dictatures est infligée au peuple US 

Une nouvelle organisation des nations unies.

12 navires de guerre américains et israéliens ont franchi le canal de Suez.

Navires de guerre américains et israélien en route vers la mer rouge.

La suprématie iranienne dans la guerre "douce". 

Wahidi répond à Gates : Les missiles iraniens ne visent qu'à défendre l’Iran !  

 

1 Politique

1) Iran

Fin

2 Politique Internationale

1 Usa

2 Les voisins

3 Organisations Mondiales & régionales

4 Le Monde

2 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

2-1 Vidéo : AHMADINAJAD DENONCE LE NOUVEL ORDRE MONDIAL

2-2 Vidéo : Ahmadinejad sur TF1

2-3 La flotte de guerre US/Israël.

3 Les brèves

3-1 Ambassadeurs étrangers, en poste en Iran : espions ? 

3-2 Créer des dissensions entre Téhéran et Riyad ?

3-3 Désormais, la Turquie est capable de dire non

 

 



Tiré à Part

Ahmadinejad à Obama: la plus violente des dictatures est infligée au peuple US 

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad s'en est vivement pris contre le président américain Barack Obama, qui avait prétendu que la présidentielle de 2009 restera comme celle où "le gouvernement iranien a brutalement réprimé les dissidents et assassiné des innocents".
"Il (Obama) avait rendu public un message à la veille du 1er anniversaire de l'élection (présidentielle). Ceci constitue une ingérence dans les affaires iraniennes", a dit M.Ahmadinejad, dans un discours télévisé prononcé devant des habitants de la ville de Shahrekord (centre), où il effectue une visite.
 "Cette nation ne vous reconnaît pas du tout et vous hait", a-t-il lancé à l'adresse de la foule.

M.Ahmadinejad a souligné qu'"aujourd'hui la plus violente des dictatures est infligée au peuple américain".  
Les Américains "ne sont pas libres d'exprimer leurs opinions, ne sont pas libres de manifester et nombre d'entre eux vivent dans la pauvreté", a-t-il insisté.  
"M. le président, si vous vous inquiétez pour les nations, il faudrait que vous pensiez en premier lieu à votre propre peuple. Désormais, l'une des exigences du peuple iranien est de libérer la nation américaine du gouvernement américain oppressif et non démocratique", a poursuivi le président iranien.  
Rappelons que la doyenne des correspondants à la Maison Blanche, Helen Thomas, a été obligé de démissionner pour avoir critiqué "Israël". 

16/06/2010

 http://www.almanar.com.lb

 

Une nouvelle organisation des nations unies.

Le dignitaire Khatemi a appelé à la formation d'une nouvelle organisation des nations unies, à la suite de l'adoption de nouvelles sanctions internationales contre l'Iran pour son programme nucléaire.
Khatemi a déclaré: "ces Nations unies ne représentent pas les nations unies des pays indépendants, mais elles sont les nations unies pour les forces impérialistes qui cherchent la domination du monde".
"Pour nous, ces sanctions ne constituent pas de crise, mais c'est une nouvelle occasion pour que nous soyons plus satisfaits de nous-mêmes et pour que nous ne comptions plus que sur nous-mêmes".
 Estimant que les Etats-Unis ont aussi perdu leur crédibilité internationale parce qu’Obama avait lui-même demandé aux présidents brésilien et turc de trouver une solution nucléaire avec l'Iran.
L'Iran, un des pays signataires du Traité de la non-prolifération d'armes de destruction massive et membre de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique, à le droit de se doter de la technologie nucléaire civile.  
12/06 

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=14...

 

12 navires de guerre américains et israéliens ont franchi le canal de Suez.   

Selon des sources maritimes de la ville de Suez en Egypte, citées par le quotidien al-Quds al-Arabi, 12 navires de guerre américains, y compris un navire de guerre  israélien ont  franchi le canal de Suez à l'aube de  vendredi, se dirigeant vers le Golfe arabo-persique, soulignant que de nombreux militaires américains ont été aperçu !
Ces sources ont précisé que le trafic du Canal de Suez a été perturbé pendant des heures à cause du passage de la flotte militaire américaine, qui comprend un porte-avion, plusieurs navires de guerre transportant des soldats, des blindés et des munitions, en provenance de la mer Méditerranée se dirigeant vers  la mer Rouge.
Les sources ont révélé que de nombreux navires commerciaux ont dû arrêté leur activité quotidienne et sont restés stationnés aux côtés du canal,  le temps que la flotte américaine militaire parachève sa route, soulignant qu’il s’agit de la plus longue flotte militaire américaine jamais vu depuis des années !
Les sources ont ajouté que la  pêche dans les lacs, sans compter le transport des personnes et des véhicules via les ferries  entre les deux rives du canal de Suez sur le pont de la paix ont été arrêté.
Selon des témoins, un important dispositif de sécurité égyptien a été mis en place pour assurer le passage de la flotte américaine ! Et que parmi les navires de guerre américains, un navire de guerre israélien a été aperçu, mais aucune source officielle n’a confirmé cette information !
Par ailleurs, dans ses déclarations à «Al Quds Al Arabi», le général Amin Radi, Secrétaire de
la Commission de la sécurité nationale a déclaré que «la décision de déclarer la guerre à l'Iran n'est pas facile, sauf qu’Israël est réputé pour sa débauche et sa crapulerie, il déclenchera une guerre afin de maintenir son leadership dans la région en tant que seul et unique force de dissuasion nucléaire ".
Et de prévenir « Il faut déraciner le fléau israélien :  ne pas laisser Israël  les mains libres il faut que la communauté internationale le force à démanteler son arsenal nucléaire avant de frapper l'Iran."

19/06/2010  

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=14...

 

 

 

Navires de guerre américain et israélien en route vers la mer rouge.

Une armada d'une douzaine navires de guerre américains, dont un porte avion, ainsi qu'un bâtiment israélien, ont franchi le Canal de Suez en route vers la Mer rouge.

L'information a été dévoilée par le quotidien pan-arabe Al Quds Al Arabi, et reprise par le site en anglais du quotidien israélien Haaretz. Selon le quotidien, c'est le plus grand déploiement de force américain dans cette région depuis des années, relançant les spéculations internationales sur une possible action militaire contre l'Iran.
http://www.rue89.com/2010/06/20/navires-de-guerre-americains-et-israelien-en-route-vers-la-mer-rouge-155673

 

La suprématie iranienne dans la guerre "douce".  

Lors de la réunion du Conseil de la démocratie, tenue, récemment, au Congrès américain, les participants se sont exprimés sur les relations Iran/Etats-Unis, un an après la présidentielle iranienne, et ont, dans la foulée, reconnu la supériorité de l'Iran, dans le domaine de la guerre "douce", par rapport aux Etats-Unis. "L'Iran apparaît comme une puissance émergente, un pays qui ne séduit pas ses alliés avec de l'argent ou des dons, mais qui sait comment pénétrer dans les cœurs et les esprits des nations arabes.", a indiqué le directeur du bureau politique du Mouvement pour la justice et le développement de la Syrie.

15/06/2010

IRIB -

 http://french.irib.ir/index.php/info/politique/item/96664...

 

Wahidi répond à Gates : Les missiles iraniens ne visent qu'à défendre l’Iran !  

Les missiles iraniens ne visent qu'à défendre l'Iran contre une éventuelle agression et "ne menacent aucun pays", a affirmé samedi le ministre iranien de la Defense, Ahmad Wahidi, en réponse aux accusations jeudi de son homologue américain Robert Gates, selon lesquelles l'Iran pourrait lancer "des dizaines et même des centaines de missiles" en Europe.
 Wahidi a déclaré à l’agence iranienne IRNA: «Washington a lancé une campagne de propagande contre l’Iran dans le but d’étendre son hégémonie sur l'Europe et aussi pour trouver une excuse à toute politique de démantèlement des armes nucléaires, enfin pour mettre la pression sur
la Russie."
Il a ajouté: "Les Etats-Unis cherchent à saper la position de
la Russie par la création de divisions régionales et rendre les relations tendues entre les pays de la région."
Et de noter: «
La Russie ne doit pas se laisser duper et ni succomber à la guerre psychologique menée par les États-Unis."
Le ministre de
la Defense iranien a conclu : «L'expérience nous a enseigné que les Etats-Unis ne sont pas intéressés par la paix et la sécurité, ce n'est pas la defense des intérêts des autres pays qui les préoccupent. Les Américains sont prêts à sacrifier leurs alliés les plus proches pour servir  leurs intérêts et  leurs ambitions expansionnistes, assurant, que  la politique étrangère américaine insensée ne fera qu’engendrer plus de haine de par le monde à l’égard des  Etats-Unis et l'affaiblir.

19/06/2010  

http://french.irib.ir/index.php/info/moyen-orient/item/96983-blocus-de-la-bande-de-gaza-isra%C3%ABl-na-pas-respect%C3%A9-sa-promesse



1) Politique Iranienne

Ahmadinejad

Son pays ne discutera plus.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a prévenu mardi depuis Istanbul que son pays ne discutera plus de son programme nucléaire s'il est de nouveau sanctionné, alors que le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit le même jour pour discuter d'un quatrième train de sanctions.
"J'ai déjà dit que l'administration américaine et ses alliés se trompent s'ils pensent qu'ils peuvent brandir le bâton d'une résolution et ensuite s'asseoir pour discuter avec nous. Une telle chose ne se produira pas", a-t-il annoncé lors d'une conférence de presse.
"Nous discuterons avec tout le monde", a-t-il souligné, demandant "respect et justice". Mais, a-t-il averti, "si l'on essaye de nous parler de manière brutale, sur un ton dominateur, notre réponse est déjà connue".
Le président iranien a aussi exhorté les puissances occidentales à accepter un accord conclu en mai entre l'Iran,
la Turquie et le Brésil sur un échange du combustible nucléaire de son pays, affirmant qu'une telle occasion ne se "répétera" pas.
Cet accord "était une opportunité pour le gouvernement américain et ses alliés. J'espère qu'ils en feront bon usage. Les opportunités ne se répéteront pas" a-t-il souligné.

08/06/2010

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=141122&language=fr

 

La conférence de presse  à Istanbul

Comment ruiner une belle et bonne cause ?

Dans quelques décennies, quand les souffles de l’actualité seront retombés, les historiens auront, pour répondre à cette question, un cas d’école, une référence emblématique, celle du Conseil de sécurité des Nations unies, car voici une instance, à vocation internationale, et définie, à l’origine, comme étant garante du maintien de la sécurité planétaire, qui se transforme, au fil des ans, en caisse de résonance des velléités dominatrices des grandes puissances, et qui, plus est, semble en être fière.

Mardi 8 Juin 2010

A Istanbul, où se tenait, aujourd’hui, la première journée de la Conférence de la CICA, Ahmadinejad n’a pas eu de mots assez durs, pour dénoncer ce caractère pervers, qui fait du Conseil de sécurité, « l’institution la moins démocratique au monde ».

Une institution aux mille et un détours, qui « se croit au-dessus de toute autre instance internationale, y compris, l’Assemblée générale » ; car, comment expliquer, sinon par une indéfectible tendance à institutionnaliser la "discrimination", le fait qu’une entité composée de 15 membres, dont cinq trainent un passé et un présent lourds d’ingérences, de lutte d’influence, puisse décider du sort du reste de la planète. Le cas du Traité de non prolifération et des mesures destinées à son recadrage demeure, à cet égard, fort éloquent. On se rappelle, en effet, avec quelle insistance, les Américains ont cherché, tout au long de la Conférence sur la révision du TNP, à en tourner, sous le vernis de prétendues réformes, le contenu à leur propre avantage et à celui des détenteurs de l’arme suprême. Mais on se rappelle, aussi, comment cet accès de fièvre hégémonique a été stoppé net, à la faveur d’un élan indépendantiste engageant tous les Etats et nations, pour qui, il est insensé que l’Amérique mène le monde, à sa guise. La question du nucléaire iranien s’inscrit, elle-aussi, dans ce même cadre. Cette fausse crise montée de toutes pièces en vient à connaître un début de solution, à travers un texte baptisé "Déclaration de Téhéran". Cette déclaration, qui met l’accent sur le droit égalitaire de tous les pays à avoir accès au nucléaire civil, a reçu, ainsi que l’a indiqué Ahmadinejad, "l’accueil enthousiaste de dizaines de gouvernements". En d’autres termes, c’est une majorité d’Etats qui en a souhaité la mise en application. Mais ce caractère majoritaire a-t-il suffi pour que l’Amérique et ses acolytes acceptent de s’y incliner ? Bien sûr que non. Peu importe si ce "refus" complique davantage la donne et s’il conduit le monde et la région vers une période de crise, à l’issue incertaine. Les choses vont à peu près de la même manière, dès qu’il s’agit de mettre le doigt sur la politique de la Maison Blanche, à l’égard d’Israël. L’assaut de lundi dernier de la marine sioniste contre une flottille civile d’aides humanitaires pour Gaza a bouleversé les consciences. D’Asie à l’Afrique, en passant par l’Amérique latine, nul n’a pu dénier la férocité de cet acte, sa perversité, son atrocité primaire, à l’exception notable, des Etats-Unis, qui se sont très "protocolairement" contentés d’exprimer "leurs regrets". Mais la duplicité latente de ces pseudo-regrets ne peut rien changer à la réalité, et la réalité est telle que l’a décrite Ahmadinejad: "L’incident tragique de lundi dernier vient de sonner le glas d’un régime, dont le tissu est tramé d’injustices, un régime qui n’a plus aucune place dans la région et qui va droit au déclin."

http://french.irib.ir/index.php/analyses/commentaires/item/96233-la-conference-de-presse-dahmadinejad-a-istanbul

11 juin

 

«La résolution n'a pas de valeur légale et elle n'aura aucun effet»,  «C'est un bout de papier sans valeur».

nb : Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage l’analyse de l’auteur mais doit être vu comme information.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a voté mercredi un quatrième train de sanctions -- financières et militaires

Le président Ahmadinejad a fustigé vendredi le président américain pour sa «grave erreur» et assuré qu'Israël était «condamné», deux jours après le vote à l'ONU de sanctions contre son pays qui n'auront «aucun effet».

«La résolution n'a pas de valeur légale et elle n'aura aucun effet», a lancé le président venu à Shanghai visiter le site de l'Exposition universelle pour «la Journée de l'Iran». «C'est un bout de papier sans valeur».

Le président Obama a «fait une grave erreur» et «va très bientôt comprendre qu'il n'a pas fait le bon choix et a bloqué la voie des relations amicales avec le peuple iranien», a-t-il dit. Les États-Unis se sont activés pendant des mois pour faire voter la résolution en obtenant finalement le soutien des deux pays les plus rétifs à des sanctions: Chine et Russie.

«Le gouvernement des États-Unis veut avaler tout le Proche-Orient», a-t-il poursuivi. «Les États-Unis ont un régime sioniste avec des bombes nucléaires dans la région (...) ils essaient de sauver le régime sioniste».

Mais Israël «ne survivra pas, il est condamné», a-t-il lancé.

«La période d'intimidation et de coercition est révolue», a ajouté Mahmoud Ahmadinejad lors d'une conférence de presse. «Nous avons toujours dit que le Conseil de sécurité de l'ONU est un instrument entre les mains des États-Unis. Ce n'est pas démocratique, c'est un instrument dictatorial», a-t-il poursuivi.

Ces sanctions avaient déjà été jugées «bonnes pour la poubelle» par M. Ahmadinejad.

«Cinq puissances ont le droit de veto ainsi que les bombes nucléaires et elles veulent monopoliser l'énergie nucléaire», a-t-il dit, en référence aux cinq membres permanents du Conseil de sécurité: États-Unis, Royaume-Uni, France, Chine, Russie.

Après avoir visité le pavillon de l'Iran en matinée sur le vaste site de l'Expo, il avait accusé les puissances nucléaires de «monopoliser la technologie» et d'empêcher les autres pays d'«utiliser le nucléaire pacifiquement».

M. Ahmadinejad, à qui l'on demandait s'il en voulait à la Chine de s'être associée aux sanctions, a répondu que l'Iran «n'a pas de problème avec les (pays) autres» que les États-Unis et souligné que Pékin prônait encore «la diplomatie».

Le président iranien effectuait une visite de 24 heures à Shanghai, qu'il devait quitter en fin de journée, et n'a apparemment pas eu d'entretiens avec les dirigeants chinois, à un moment rendu délicat par la défection de la Chine à l'ONU.

Jeudi, le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique Ali Akbar Salehi avait critiqué Pékin sur un ton inhabituel à l'égard de cet allié qui est son premier partenaire commercial et économique.

«Je suis surpris par la Chine» qui «accepte la domination» américaine, a déclaré M. Salehi, avertissant que cette «attitude aura certainement des conséquences dans le monde musulman».

Mais la Chine a immédiatement répondu, par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères Qin Gang, qu'elle «attache une grande importance à ses relations avec l'Iran».

À son arrivée au pavillon iranien, un édifice à arcades de style traditionnel, voisin de celui de la Corée du Nord -- autre pays dont le programme nucléaire suscite des polémiques --, le président a été assailli par une foule de sympathisants iraniens, contenue par des gardes de sécurité chinois qui faisaient un cordon autour de lui en se tenant par les bras.

Après avoir regardé plusieurs expositions, dont l'une sur le tissage de tapis, il a signé en farsi le livre d'or du pavillon iranien, écrivant notamment: «Paix entre les peuples».

http://www.cyberpresse.ca/international/moyen-orient/201006/11/01-4288962-ahmadinejad-fustige-les-sanctions-les-etats-unis-et-israel.php?utm_source=bulletinCBP&utm_medium=email&utm_campaign=retention

 

Les Européens doivent prendre leur distance avec les USA  

 "Les Etats européens devraient prendre leur distance avec les politiques suivies par les Etats-Unis, dont la puissance est en perte de vitesse." a déclaré le Président de la RII, Mahmoud Ahmadinejad, dans un entretien avec la chaîne de TV émiratie. "Il serait dans l’intérêt des Européens d’agir de manière indépendante, notamment, en établissant des relations amicales, dans le cadre du respect mutuel avec la grande nation indépendante d’Iran, qui est doté d’un gouvernement, également, indépendant.", a-t-il ajouté, avant de rappeler que les Iraniens entretenaient de bonnes relations culturelles, économiques et politiques, avec toutes les nations du monde, sauf le gouvernement américain et le régime de Tel-Aviv. Au sujet des relations de l’Iran avec la France et l’Allemagne, Mahmoud Ahmadinejad a indiqué que Paris et Berlin était les principaux partenaires commerciaux de Téhéran, mais qu’actuellement, les liens entre la RII avec les autres pays du monde vont bien au-delà de ses relations avec l’Europe. "L’Iran n’a pas besoin de l’Europe.", a-t-il conclu.

12/06

http://french.irib.ir/index.php/info/politique/item/96488-les-europeens-doivent-prendre-leur-distance-avec-les-usa-ahmadinejad

 

l'Iran et la Turquie jouent des rôles privilégiés et sans équivoque dans les équations mondiales

Pour le Président iranien, l'Iran et la Turquie jouent des rôles privilégiés et sans équivoque dans les équations mondiales, et seront dans l'avenir les deux puissances justes du monde.  Le président iranien l'a rappelé lundi lors de sa rencontre avec le président du parlement turc.

Rappelant que Téhéran et Ankara partagent des intérêts et des missions communs, le président Ahmadinejad a évoqué la promotion des coopérations bilatérales, sur fond de fraternité et de confiance. Le Président iranien s'est ensuite exprimé sur la Déclaration de Téhéran qui ne porte pas seulement sur le nucléaire iranien, mais qui s'avère plutôt un nouveau modèle de gestion du monde sur la base du dialogue, de la logique et de l'équité.

Pour sa part, le président du parlement turc a rappelé l'essor satisfaisant des relations entre l'Iran et la Turquie pour rendre hommage au rôle de la RII, tout au long de ces quelques dernières années, dans cette affaire.

15/06

http://french.irib.ir/


Les grandes manœuvres 

Deux attentats déjoués à Téhéran.

 "Deux équipes composées d'éléments armés liés aux Monafeghin ont été identifiées et arrêtées, à Téhéran, alors qu'ils projetaient d'y commettre des attentats.", a affirmé, mercredi, le ministre iranien des Renseignements, Heydar Moslehi. "Ces éléments cherchaient à déposer des bombes, sur deux places publiques de la capitale (Pounak –Dampezechki), avant d'être identifiés, puis, arrêtés, par les agents du ministère des Renseignements.", a poursuivi le ministre. Interrogé, par les journalistes, sur les récentes activités des Monafeghin,

Heydari a affirmé que ces derniers opéraient, depuis 2004, sous couverture de prétendues organisations non gouvernementales de Defense des Droits de l'Homme, des droits civiques.

La TV d'Etat a diffusé, mardi soir, les aveux de deux des personnes arrêtées, qui ont reconnu avoir cherché à faire exploser deux bombes, les 10 et 12 juin derniers, dans l'ouest et le sud-ouest de la capitale. Ces individus ont, également, avoué être entrés en contact avec deux femmes résidant en Grande Bretagne et en Suède, qui leur fournissaient les instructions nécessaires à leur démarche.

16/06/2010

FarsNews -

http://french.irib.ir/index.php/info/politique/item/96700-deux-attentats-dejoues-a-teheran-ministere-des-renseignements


Politique extérieure

L'Iran convoque l'ambassadeur de Grande-Bretagne

16/6

L'ambassadeur de Grande-Bretagne en Iran a été convoqué par le ministère iranien des Affaires étrangères au sujet des possibles liens entre son pays et un projet d'attentat à la bombe déjoué en Iran, a rapporté mercredi l'agence semi-officielle Mehr. L'agence a affirmé que cette convocation faisait suite à l'arrestation de deux groupes militants qui cherchaient à commettre des attaques terroristes.

Mehr a ajouté que le gouvernement réclamait des investigations sérieuses de la part du gouvernement britannique sur tout lien avec le groupe, identifié comme le mouvement en exil, l'Organisation des Moudjahidine du peuple.

AP

L'Iran proteste contre les positions de la responsable des Affaires étrangères européenne.  

La RII a fait part à l'ambassadeur espagnol, à Téhéran, de ses protestations officielles contre un communiqué, récemment, publié, par la responsable des Affaires étrangères de l'Union européenne, au sujet de la situation des Droits de l'Homme, en Iran. Lors d'une rencontre, ce lundi, à Téhéran, avec l'ambasasdeur espagnol, dont le pays assume la présidence, par exercice, de l'Europe, le directeur général du département politique et international du Ministère des Affaires étrangères iranien lui a fait part des vives protestations de la RII, vis-à-vis du communiqué de Catherine Ashton, la ministre européenne des Affaires étrangères, un communiqué qu'il a, d'ailleurs, qualifié de "politique, irréaliste, non constructif et relevant du préjugé". Ce responsable de la diplomatie iranienne a, également, reproché, aux Européens, leurs votes négatifs ou d'abstention, à une résolution du Conseil de sécurité condamnant l'assaut israélien contre le convoi d'aide humanitaire, à destination de Gaza; ce qui, selon lui, est un exemple manifeste de l'attitude ambivalente de l'Union européenne et qui encourage le régime sioniste à poursuivre ses actes criminels. A son tour, l'Ambassadeur espagnol, à Téhéran, Leopoldo Stampa Piñeiro, a promis de transmettre aux responsables de l'Union europénne, les protestations officielles de l'Iran.

14/06/2010

IRIB -

http://french.irib.ir/index.php/info/politique/item/96606-liran-proteste-contre-les-positions-de-la-responsable-des-affaires-etrangeres-europeenne


Préparation à la guerre

Vahidi: l'Iran est autosuffisant pour la construction d'artillerie, de chars, d'hélicoptères et de navires de guerre".  
"Les pays oppresseurs ont décidé d'imposer des sanctions sur les ventes d'armes à l'Iran: non seulement nous ne voulons pas acheter de telles armes mais de plus nous pouvons les exporter", c'est par ces mots, que le ministre iranien de
la Defense, le général Ahmad Vahidi, a réagi aux sanctions onusiennes sur les ventes d'armes.
Le général Vahidi a même ajouté que "l'Iran est autosuffisant pour la construction d'artillerie, de chars, d'hélicoptères et de navires de guerre".  
Rappelons que le général Vahidi est lui-même visé par les sanctions supplémentaires annoncées mercredi par les Etats-Unis contre une série d'organismes, entreprises ou responsables iraniens liés au programme nucléaire et balistique de l'Iran ou au Corps des gardiens de la révolution.

17/06/2010

 http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=14...

 

Téhéran reproche à Moscou d'avoir gelé les livraisons de S-300.
Le ministre iranien de la Defense, le général Ahmad Wahidi, a déclaré mardi que la livraison de missiles antiaériens russes S-300 à Téhéran n'allait à l'encontre ni des lois russes ni de la législation internationale et a accusé Moscou d'avoir manqué à ses engagements, indique un communiqué mis en ligne sur le site de la chaîne de télévision iranienne Press TV.
"
La Russie est responsable du préjudice causé par le non-respect de ses engagements", a-t-il indiqué.
Le général a fait cette déclaration en réponse à la décision de Moscou de geler la livraison de missiles sol-air S-300 tombant sous le coup des nouvelles sanctions décrétées par le Conseil de sécurité de l'ONU contre l'Iran le 9 juin 2010.
Après avoir analysé la résolution du Conseil de sécurité contenant ces sanctions, le Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique a conclu que les mesures restrictives interdisaient la vente des S-300. Cette conclusion a par la suite été confirmée par le ministère russe Affaires étrangères.
En décembre 2005, Téhéran et Moscou ont signé un contrat de livraison de cinq systèmes de missiles S-300. Ce contrat n'a pas été complètement exécuté en raison de la protestation des Etats-Unis et d'Israël contre la vente d'armes à l'Iran. D'après les médias,
la Russie a fourni à la partie iranienne des rampes de lancement, mais pas de missiles.
Le système S-300 est destiné à la protection des ouvrages industriels, des centres administratifs, des bases militaires et des postes de commandement.

Les S-300 sont capables de détruire les missiles balistiques, d'abattre les avions à une distance de 150 km et à une altitude allant jusqu'à 27 km et d'anéantir des cibles terrestres s'il y a lieu.

23/06)
http://fr.rian.ru/world/20100622/186944761.html


Les commentaires sont fermés.