Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/07/2010

n° 51 - Journal de PAKISTAN - du 10-06 au 04-07 -: Début :- Les Américains aident (…) le Pakistan à exploiter ses richesses minérales…

n° 51 - Journal de PAKISTAN - du 10-06 au 04-07   -: Début  :-  Les Américains aident (…)  le Pakistan à exploiter ses richesses minérales…



Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources. .

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



Journal de PAKISTAN.  

                                                                    n° 51- 10-06 au 04-07

     C.De Broeder & M.Lemaire                                                                                    

 



 Le "Journal de PAKISTAN" est visible sur les blogs :

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis  :  no-war.over-blog.com 

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Avant propos

·                     Les médias occidentaux pro USA usent d’un terme générique- Al Qaida- Taliban - pour désigner tous les résistants .... idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes



Sommaire.

Tiré à part :

Comment on contrôle (encore plus) un pays en 3 actes...

Acte 1 : Attentat manqué de New-York : des "preuves" de la piste pakistanaise.

Acte 2 : Shahzad, "Moudjahidine" sans remords.

Acte 3 : Les Américains sont, directement, impliqués dans l'assassinat des Chiites.

Final : Le piteux spectacle d’un non-Etat.

Le Pakistan au cœur des débats.

Dommages Collatéraux...

Le Pakistan en chiffre 

1 Au jour le jour

2 Positions

3 Politique

a) locale

b) Usa

4 Institutions internationales

3 Brèves

3-1 Démission de l'émissaire spécial de la Grande-Bretagne en Afghanistan et au Pakistan

4  Dossiers

4-1 L’OTAN et le Pakistan sont prêts à approfondir le dialogue politique.

4-2 Islamabad/Washington : une coopération militaire accrue.

Rappel  - Le Pakistan sur la sellette après Times Square.

Suite

5 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

5-1 Les Américains aident (…)  le Pakistan à exploiter ses richesses minérales…

5-2 USA: des médecins ont pratiqué des « expérimentations humaines » pour la CIA.

5-3 Récits d’une crise oubliée : Pakistan – province Kyber-Pakhtunkhwa.

6 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

6-1 Robert Bibeau : Une attaque imminente contre le Pakistan et l'Afghanistan ?

6-2 Accord Iran-Pakistan qui ouvre un couloir énergétique vers l’est…



Tiré à part :

Comment ont contrôle (encore plus) un pays en 3 actes...

L’attentat manqué de Times Square a suscité de nouvelles inquiétudes dans un pays qui reste marqué par les attentats du 11 septembre 2001.

Acte 1 : Attentat manqué de New-York : des "preuves" de la piste pakistanaise.

Le ministre américain de la Justice, Eric Holder, a affirmé aujourd’hui que les résistants taliban pakistanais étaient les instigateurs de l’attentat manqué à la voiture piégée, le 1er mai, à Times Square, à New York.

Eric Holder : "Nous disposons désormais d’éléments montrant que les résistants taliban pakistanais étaient derrière l’attentat".

Eric Holder a précisé que rien n’indiquait que le gouvernement pakistanais était au courant des intentions malveillantes du suspect.

Faisal Shazad, un jeune Américain d’origine pakistanaise, a été interpellé il y a deux jours, selon la police, après avoir garé un 4x4 bourré d’explosifs sur la grande place de Manhattan. Le véhicule suspect, repéré par des vendeurs à la sauvette, a pu être désamorcé à temps.

Selon Eric Holder, l’administration américaine est désormais satisfaite du niveau de coopération avec les autorités pakistanaises dans l’enquête.

France Info 

 9 mai 2010

http://www.france-info.com/monde-ameriques-2010-05-09-attentat-manque-de-new-york-des-preuves-de-la-piste-pakistanaise-439849-14-16.html

 

Acte 2 : Shahzad, "Moudjahidine" sans remords.

L'auteur de l'attentat raté de Times Square a plaidé coupable lundi en assumant totalement son geste, et en dénonçant l'Amérique, lors de sa comparution devant le tribunal fédéral du sud de Manhattan.

"Je souhaite me déclarer cent fois coupable", a lancé lundi Faisal Shahzad, accusé d'être l'auteur de l'attentat raté du 1er mai dernier en plein coeur de New York, devant le tribunal fédéral du sud de Manhattan. "Je me considère comme un Moudjahidine, et je réponds à la terreur que les Etats-Unis infligent au peuple musulman. Tant que les Etats-Unis ne cesseront pas leur guerre en Irak et en Afghanistan, tant qu'ils bombarderont les civils et ne retireront pas leurs troupes, nous continuerons à attaquer les Etats-Unis et je veux plaider coupable pour cela". Mais au-delà de ce discours de revendication, rien n'a permis de percer le mystère de cet homme de 30 ans, Américain d'origine pakistanaise, et ce qui l'a fait basculer dans l'extrémisme.

Titulaire d'une maîtrise, fils de notables pakistanais, parlant parfaitement l'anglais, Faisal Shahzad a passé dix ans aux Etats-Unis, où il a notamment travaillé 6 ans comme responsable comptable puis financier dans le groupe de cosmétiques américain Elizabeth Arden. Il s'est marié à une Américaine d'origine pakistanaise avec qui il a "deux enfants merveilleux". La famille "se trouve actuellement au Pakistan", selon ses déclarations. Et en juin 2009, il est parti au Pakistan pour mettre son plan à exécution : combattre l'Amérique.

"J'ai tout fait tout seul"

Faisal Shahzad a raconté dans le détail toute l'opération : après avoir passé 40 jours au Waziristan, au Pakistan, dont cinq pour apprendre à fabriquer des bombes, il est rentré aux Etats-Unis en février 2010, avec environ 8000 dollars en espèces. La moitié de la somme lui avait été donnée par les talibans pakistanais avec une mission: commettre un attentat sur le sol américain. "Ici aux Etats-Unis, j'ai tout fait tout seul, les manuels pour la fabrication d'explosifs sont écrits en ourdou, et moi je suis de l'ethnie pachtoune, il a fallu tout traduire", a-t-il dit, sans préciser si ces problèmes de langue étaient à l'origine de l'échec de l'attentat.

"Les mèches que j'avais allumées et qui devaient tout faire sauter n'ont pas fonctionné, je ne sais pas pourquoi", a-t-il constaté. "J'ai laissé la voiture à Times Square, je suis parti à pied vers la gare de Grand Central. J'attendais un bruit d'explosion mais rien ne s'est produit et alors je suis rentré chez moi", a-t-il déclaré. "Une fois chez moi j'ai regardé les informations, j'ai compris que les frontières allaient être fermées pour moi et j'ai décidé d'aller à l'aéroport JFK pour essayer de partir. J'ai été pris dans l'avion", a-t-il conclu.

Il semble difficile d'établir un rapport entre son passé de jeune immigré brillant et prometteur, et l'homme qui a comparu en tenue carcérale mais coiffé d'une calotte de coton blanc, proférant avec calme et détermination des accusations implacables contre les Etats-Unis. Après lui avoir demandé s'il savait ce qu'il faisait, s'il savait qu'il encourait la détention à perpétuité en plaidant coupable - la procédure équivaut à renoncer à un procès devant jury qui pourrait lui permettre de prouver son innocence - la juge s'est rendue à l'évidence: "J'ai compris que vous avez fait votre choix", a-t-elle dit. Le verdict sera rendu le 5 octobre. loi.

Par TF1 News (D'après agence)

Le 22 juin 2010

http://lci.tf1.fr/monde/amerique/2010-06/shahzad-moudjahidine-sans-remords-face-a-la-terreur-de-l-amerique-5894798.html

 

Acte 3 : Les Américains sont, directement, impliqués dans l'assassinat des Chiites.

Le Sipah-e-Sahaba Pakistan (SSP) qui, d'ailleurs, bénéficie de l'appui des services d'espionnage américains est, directement, impliqué, dans les agissements visant à semer la discorde entre Musulmans, et, aussi, dans l'assassinat bien orchestré de l'élite chiite pakistanais.

Le Secrétaire général de l'Assemblée de l'Unité des Musulmans, au Pakistan, l'Allameh Nasser Abbas Jaafari, a, également, ajouté que ces agissements étaient élaborés à l'avance et qu'ils visent à désolidariser les Musulmans pakistanais, ce qui, en plus, pourrait stigmatiser les différends inter-ethniques, dans le pays.

19/06/2010

IRIB -

 http://french.irib.ir/index.php/info/international/item/96885-assassinat-bien-orchestr%C3%A9-des-chiites-au-pakistan

 

Final : Le piteux spectacle d’un non-Etat.

En se résignant aux diktats sécuritaires de la Maison Blanche, le  Pakistan donne à voir au monde entier le piteux spectacle d’un non-Etat.

Car comment comprendre sinon que par le désistement pur et simple du mécanisme étatique, le fait qu’une armée étrangère, américaine en l’occurrence, prenne latitude de s’acharner sur les régions entières d’un pays prétendument indépendant et qu’elle y tue chaque semaine des dizaines voire des centaines de civils innocents sans avoir à en rendre compte ?

Et le paradoxe dépasse tout entendement quand on sait que l’armée de ce même pays dit « indépendant » se paie le luxe singulier de combattre son propre peuple aux côtés des soldats étrangers!!!!

12-06

http://french.irib.ir/index.php/analyses/commentaires/item/96617-islamabadwashingtonn-une-cooperation-militaire-accrue#itemCommentsAnchor



Le Pakistan au cœur des débats.

11-06

Les avions sans pilote utilisés pour les innombrables attaques dans les zones pakistanaises décollent principalement des bases américaines et de l'Otan en Afghanistan mais des médias américains assurent que certains sont stationnés sur le territoire pakistanais.

Les médias américains et pakistanais se font régulièrement l'écho d'accords secrets entre Washington et Islamabad, allié des Etats-Unis depuis 200.

Les militaires pakistanais et des organisations humanitaires dénoncent régulièrement la mort de civils dans ces attaques.

Les zones tribales du nord-ouest du Pakistan sont les fiefs des talibans pakistanais et base arrière des résistants afghans qui combattent de l'autre côté de la frontière les quelque 142.000 soldats des forces internationales, américains en grande majorité.

http://www.romandie.com/ats/



Dommages Collatéraux...

26/06/

Deux personnes ont été tuées par un drone américain tôt samedi matin dans la zone tribale du nord-ouest du Pakistan, c'est ce qu'ont annoncé des responsables des services de sécurité.
Le drone a pris pour cible une habitation dans la région de Mir Ali, à environ
30 km à l'est de Miranshah, principale ville du Waziristan du Nord, ont précisé à l'AFP un responsable de la sécurité et deux membres des services de renseignement.
 
http://www.almanar.com.lb/

 

28/6

Un camion transportant des produits chimiques a explosé accidentellement lundi dans le sud du Pakistan, tuant au moins 18 personnes et en blessant une quarantaine, a annoncé la police

Les autorités ont exclu tout acte terroriste, précisant que l'accident avait été provoqué par une trop grande pression dans le camion, a expliqué Mohammad Ali Baloch, responsable de la police d'Hyderabad.

Le camion transportait 30.000 litres de "diluant"(…), a précisé Babar Khattak, le chef de la police de la province de Sindh, où se trouve Hyderabad.

AP



Le Pakistan en chiffre 


    «Qu'il s'agisse d'une attaque ou d'une attaque par drone,
Pour moi c'est la même chose, un Pakistanais a été tué "

 

Attacks in Pakistan. 

Suicide Bombing Victims

Dead = 3719, Injured = 9464, Total = 13183 and Counting… 

Drone Attacks Victims

Dead = 1690, Injured = 510, Total = 2200 and Counting…

Success Rate of Drone Attacks against Al-Qaeeda ~ 2.12% 

Les données sont recueillies à partir des rapports des médias, les hôpitaux, et internet.

Toutes les données sont accessibles au public et il n'y a pas de données classées ici. Il s'agit d'un effort pour montrer au monde l'intensité de suicide et les attaques Drone au Pakistan ".

Pakistan Body Count: http://www.pakistanbodycount.org/

 

 



1 Au jour le jour

Les zones tribales pakistanaises frontalières de l'Afghanistan sont considérées comme des bases arrière pour les résistants, d'où ils mènent des attaques contre les forces internationales déployées en Afghanistan ainsi que contre l'armée pakistanaise.

19-11

Les attaques devenues quasi-quotidiens depuis les quelques jours qui ont précédé le lancement de l'offensive du Waziristan, le 17 octobre, les résistants  empêchant ainsi de dissuader l'armée d'y engager quelque 30.000 soldats au sol.

(Source AFP)

http://www.liberation.fr/monde/

a) Action de la Résistance

L’Otan visée à Islamabad.
Une soixantaine de camions chargés de vivres et de matériel destinés aux forces de l'Otan en Afghanistan ont été détruits ce mercredi matin, près d'Islamabad.

Les résistants talibans ont attaqué un convoi de ravitaillement des forces de l'Alliance.

Islamabad n'est plus hors de portée des talibans. Les résistants viennent d'en faire la preuve en réduisant à néant, dans la nuit de mardi à mercredi, une soixantaine de semi-remorques chargés de vivres et de matériel destinés aux forces de l'Otan en Afghanistan.

Les camions, organisés en convoi, étaient garés à Tarnol, à une dizaine de kilomètres du centre de la capitale pakistanaise. À l'aube, ils devaient prendre le chemin de Peshawar, la capitale de la province qui jouxte l'Afghanistan, pour s'aventurer, enfin, sur les routes sinueuses de la passe de Khyber.

C'est généralement dans ce col difficile à franchir, une zone tribale peu peuplée, que les braquent les convois de l'Otan. Autant dire que les chauffeurs et les mécaniciens qui se reposaient à Tarnol ne s'attendaient guère à l'assaut des rebelles.

Opération audacieuse

Islamabad est la ville la plus hautement sécurisée du pays et ses abords sont bien gardés. «Des hommes en armes sont arrivés vers minuit, certains à moto, d'autres dans des pick-up; ils disaient qu'ils allaient tuer tous les chauffeurs», a raconté un témoin. La police a confirmé ce mercredi la mort de sept personnes, des chauffeurs pour la plupart. Six autres ont été blessés.

«Les assaillants ont ouvert le feu sur les véhicules qui étaient garés là, et plusieurs camions-citernes remplis de carburant ont immédiatement pris feu. L'incendie s'est rapidement propagé aux autres poids lourds», expliquait pour sa part un officier de police. Après quelques échanges de tirs avec les forces de l'ordre, les militants ont tous réussi à s'enfuir. Ce mercredi, en début d'après-midi, les pompiers luttaient toujours pour éteindre les derniers brasiers. Et il ne restait plus sur le parking de Tarnol que 60 carcasses de semi-remorques encore fumantes.

L'attaque est sans précédent, plus encore en raison du lieu où elle s'est déroulée qu'à cause de l'ampleur des dégâts.

Selon certaines sources, le Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP, le Mouvement des talibans du Pakistan) aurait revendiqué cette attaque d'une incroyable audace.

D'autres affirment qu'il aurait été exécuté par les groupes djihadistes basés au Penjab, à l'est du Pakistan.

Le TTP, les djihadistes forment une nébuleuse bien soudée, qui opère des deux côtés de la frontière pakistano-afghane. «Il est surprenant de voir qu'un groupe aussi fourni de militants peut approcher aussi près d'Islamabad et s'échapper avec une telle facilité, relève le général à la retraite Talat Masood. Cela prouve qu'il y a de sérieux problèmes de sécurité.»

Si les responsables pakistanais ont tout lieu de s'en inquiéter, Washington aussi. 75% du matériel militaire américain ainsi que le ravitaillement destiné aux troupes stationnées en Afghanistan transitent par le Pakistan, y compris 40% du carburant nécessaire aux armées.

10/06

http://www.journaux.ma/maroc/actualite-internationale/pakistan-lotan-visee-islamabad

05-07

Attaque massive menée par quatre kamikazes contre une bases dans le nord-ouest du Pakistan, a annoncé la police.

L'attaque s'est produite dans la nuit devant une petite position militaire à Timargarah, dans le district du Lower Dir, non loin des zones tribales où l'armée affronte la résistance.

"Quatre kamikazes ont essayé d'attaquer le poste, les quatre ont été tués", a assuré à l'AFP Qazi Jamil, un responsable de la police du district.

"Un soldat a été tué" dans l'explosion d'une des voitures, et 12 autres militaires et un civil ont été blessés, a-t-il précisé.

Le Lower Dir est situé dans la vallée de Swat, une région que l'armée a repris des mains des résistants talibans en 2009 au terme d'une vaste offensive. Mais ces derniers, retranchés dans les montagnes,y sont toujours actifs.

 AFP

 


a) Action des Usa

11-06

Au moins 14 résistants aurait été tués par deux frappes de missiles américains à 12 heures d'intervalle dans le nord-ouest du Pakistan, ont annoncé vendredi les militaires pakistanais.

Jeudi soir, trois résistants ont péri dans une maison touchée par une première salve de missiles tirés par des drones dans le village de Khaddi, non loin de la frontière afghane, dans le district tribal du Waziristan du Nord, ont indiqué des responsables militaires pakistanais.

Et vendredi peu après l'aube, "des drones américains ont tiré trois missiles sur une maison abritant des insurgés, tuant au moins 11 d'entre eux" dans le village de Bahadar Khel, a déclaré un de ces responsables à l'AFP.

Le Waziristan du Nord est un bastion de la résistance pakistanaise.

AFP 

http://www.aufaitmaroc.com/actualites/monde/2010/6/11/pakistan-des-drones-americains-tuent-14-rebelles

 29-06

Au moins six (présumés) résistants ont été tués par une frappe de missiles américains contre une maison située au Sud-Waziristan, à la frontière avec l'Afghanistan, ont annoncé des responsables des services de renseignement pakistanais.

Les deux missiles ont touché cette maison près de Wana, la ville principale de cette région.

AP



2 Politique

a) Pakistan

Dans les coulisses et au sénat

Gilani: le Pakistan n’appliquera que les sanctions de l'ONU contre l'Iran.

Le Pakistan appliquera les sanctions décrétées par l'ONU contre l'Iran pour son programme nucléaire mais pas celles rajoutées par les Etats-Unis, a annoncé le Premier ministre pakistanais Yousuf Raza Gilani cité par l'agence de presse gouvernementale.
 "En ce qui concerne les Etats-Unis, nous ne sommes pas tenus de les appliquer, mais si elles sont mises en place par les Nations unies, nous considérerons que les lois internationales nous obligent à nous y plier", a déclaré M. Gilani, cité par Associated Press of Pakistan (APP).
L'envoyé spécial du président Obama pour l'Afghanistan et le Pakistan, Richard Holbrooke, avait indiqué dimanche qu'il avait déconseillé au Pakistan de signer un accord pour l'importation, via un pipeline entre les deux pays voisins, de gaz iranien, avertissant que le Congrès américain s'apprêtait à voter une loi étendant notamment la liste noire de l'ONU des compagnies iraniennes à boycotter.

Et que ces sanctions renforcées pourraient affecter l'accord gazier entre Islamabad et Téhéran.
Les deux pays ont signé la semaine dernière un accord par lequel l'Iran s'engage à livrer du gaz naturel à son voisin via un pipeline à partir de 2014.
L'Iran a déjà largement entamé la construction de ce gazoduc qui devait, à l'origine, desservir aussi l'Inde avant que New Delhi ne se retire du projet l'année dernière.

24/06/2010  
 http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=14...


1-13 Prisons & tortures

Un travailleur américain soupçonné de vouloir traquer et tuer Oussama ben Laden.               

Nb La rédaction n’est pas responsable de la traduction…

Les autorités américaines à Islamabad ont rencontré un travailleur américain soupçonné de vouloir traquer et tuer Oussama ben Laden.               
Gary Brooks Faulkner a été arrêté lundi dans les montagnes reculées de Chitral, dans une cachette de (selon les rumeurs) de Ben Laden, près de la province afghane de Nuristan, armé d'un pistolet, dague, épée et de l'équipement de vision nocturne.              
" Mark Toner, un porte-parole du département d'Etat, a déclaré aux journalistes. "Trois membres de notre ambassade l’ont rencontré à Islamabad."                
Toner dit qu'il ne pouvait fournir aucun autre détail pour des raisons de confidentialité.                
Des responsables américains avaient initialement prévu de rencontrer Faulkner dans la ville de nord-ouest du Pakistan à Peshawar.                
Long cheveux et barbu, mais souffrant de problèmes rénaux et d'hypertension artérielle, Faulkner a été interrogé plus tôt dans la journée  par des agents de renseignement pakistanais à Peshawar.

 (AFP)

17-06

http://miilka.wordpress.com/2010/06/17/etats-unis-obtient-lacces-a-lamerique-eu-lieu-au-pakistan/

 24-06

Les 5 jeunes Américains arrêtés au Pakistan pour avoir tenté d'entrer en contact avec la résistance ont été condamnés jeudi à 10 ans de prison pour terrorisme, a annoncé à l'AFP le procureur d'un tribunal pakistanais.

24 juin

http://www.romandie.com/ats/  



b) Otan-Isaf

Occupation du pakistan.

Le chef des troupes de l'OTAN McChrystal au Pakistan.

Le commandant en chef des troupes de l'OTAN en Afghanistan s'est entretenu hier au Pakistan avec le chef de l'armée pakistanaise, au lendemain de la publication d'une étude selon laquelle les services de renseignement pakistanais (ISI) financeraient et entraîneraient les résistants talibans.
Selon l'ambassade américaine à Islamabad, le général Stanley McChrystal s'est rendu au Pakistan pour consulter le chef de l'armée pakistanaise, Ashfaq Kayani.

Sa visite intervient alors que le Pakistan a fermement démenti dimanche des informations publiées par la London School of Economics, qui a indiqué avoir des éléments probants démontrant une étroite collaboration entre l'ISI et les résistants talibans.

http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/290864/en-bref-le-chef-des-troupes-de-l-otan-au-pakistan



c) Dans le monde

Chine

La Chine défend son accord nucléaire avec le Pakistan.

 La Chine a défendu jeudi son accord nucléaire avec le Pakistan, affirmant que ses buts étaient "pacifiques", après une demande d'éclaircissements de Washington.

"Ces dernières années, la Chine et le Pakistan ont maintenu une coopération pour l'usage civil de l'énergie nucléaire", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Qin Gang, lors d'un point presse régulier.

"Cette coopération ne va pas à l'encontre de nos obligations internationales respectives, a des buts entièrement pacifiques, et dispose de la supervision et des garanties de l'Agence internationale pour l'énergie atomique" (AIEA), a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis avaient indiqué mardi avoir demandé à la Chine des éclaircissements sur la fourniture au Pakistan de deux réacteurs nucléaires civils, affirmant que cet accord devait être approuvé par le Groupe des fournisseurs nucléaires (NSG), qui élabore des directives pour éviter que des exportations sensibles destinées à un usage civil de l'énergie nucléaire ne soient détournées à des fins militaires.

L'Inde et le Pakistan, deux Etats rivaux détenteurs de l'arme nucléaire, refusent de signer le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

 AFP / 17 juin

Russie



Brèves

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage l’analyse de l’auteur mais doit être vu comme information.

 

3-1 Démission de l'émissaire spécial de la Grande-Bretagne en Afghanistan et au Pakistan

Le bilan des pertes britanniques en Afghanistan depuis le début des opérations internationales dans ce pays en 2001 a atteint les 300 morts après la mort d'un soldat due à une explosion dans le Sud, a annoncé lundi le ministère de la défense britannique. Il s'agit du 55e militaire britannique tué en Afghanistan cette année, soit le deuxième bilan annuel le plus meurtrier pour les troupes de Londres dans ce pays, après celui de 2009. Sur les 300 décès, 266 soldats ont été tués au combat.

Le premier ministre britannique, David Cameron, a qualifié l'annonce de "désespérément triste" et rendu hommage aux "services incroyables" rendus par les troupes britanniques, ainsi qu'à "leur sacrifice et leur dévouement". Le leader conservateur s'est efforcé depuis son arrivée au pouvoir en mai de renforcer le soutien de l'opinion publique pour l'engagement britannique en Afghanistan, tout en annonçant que Londres n'enverrait pas de troupes supplémentaires sur ce théâtre d'opérations.

22-06

La guerre a fait une victime (…)  dans les rangs de la diplomatie britannique. Sherard Cowper-Coles, l'émissaire spécial de la Grande-Bretagne en Afghanistan et au Pakistan, prend "un congé de longue durée", a indiqué une porte-parole du ministère des affaires étrangères, sans donner de raison. "Il devrait être de retour à l'automne", a-t-elle ajouté.

Ce départ intervient après de nombreux heurts entre le représentant britannique, qui met en cause la stratégie militaire, et les représentants de l'OTAN et américains sur la stratégie à suivre avec les résistants, rapporte le Guardian.

Le ministre n'a pas provoqué le départ de l'émissaire et souhaitait qu'il reste en poste, selon cette source. Sherard Cowper-Coles a été nommé émissaire en février 2009 par le précédent gouvernement travailliste, après avoir servi comme ambassadeur britannique à Kaboul.

LEMONDE.FR avec AFP et AP 



4  Dossiers

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage l’analyse de l’auteur mais doit être vu comme information.

4-1 L’OTAN et le Pakistan sont prêts à approfondir le dialogue politique.

Le 4 juin, le premier ministre pakistanais, M. Yousouf Raza Gilani, accompagné d’une délégation importante composée de responsables gouvernementaux et de parlementaires, est venu en visite au siège de l’OTAN. Il a rencontré le secrétaire général de l’OTAN, M. Anders Fogh Rasmussen, et a pris la parole devant le Conseil de l’Atlantique Nord. Les débats ont principalement porté sur la lutte contre le terrorisme, les relations entre l’OTAN et le Pakistan, et la situation sur le plan de la sécurité en Afghanistan et dans la région.

Le secrétaire général et le premier ministre Gilani se sont accordés à reconnaître que l’OTAN, le Pakistan et l'Afghanistan partageaient un intérêt commun : venir à bout du terrorisme, qui menace la région et la communauté internationale.

M. Fogh Rasmussen a félicité le Pakistan pour les efforts importants et les réels sacrifices qu’il consent dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Il a par ailleurs salué la manière dont le premier ministre s'investit personnellement pour améliorer les relations du Pakistan avec les pays voisins, ces relations étant essentielles pour la stabilité de la région. « Il est en outre crucial que le Pakistan et l’Afghanistan unissent leurs efforts afin de contrer une menace qui fait fi des frontières », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne les relations entre l’OTAN et le Pakistan, le secrétaire général et le premier ministre ont reconnu qu’il était nécessaire que l’OTAN et le gouvernement pakistanais approfondissent leur coopération et leur dialogue politique.

Le premier ministre Gilani a déclaré : « Nous sommes satisfaits de constater que l’OTAN et le Pakistan poursuivent leurs consultations et leurs contacts réguliers, y compris au plus haut niveau, sur toutes les questions d’intérêt commun. […] Nous aimerions continuer à coopérer avec l’OTAN sur toutes les questions qui nous préoccupent tous deux, en particulier celles en rapport avec la guerre contre le terrorisme. »

Le secrétaire général a convenu avec le premier ministre que l'OTAN et le Pakistan devraient élargir leur dialogue politique. « Et personnellement, j'attache une très grande importance au dialogue avec les parlementaires, comme celui que nous avons eu aujourd’hui », a-t-il ajouté.

Plusieurs rencontres à haut niveau ont eu lieu récemment entre l’OTAN et le Pakistan, dont les visites au siège de l’Alliance effectuées par le président Asif Ali Zardari en juin 2009 et par le ministre des Affaires étrangères Makhdoom Shah Mehmoud Qureshi en février 2010. M. Robert Simmons, secrétaire général adjoint délégué de l’OTAN, s’est en outre rendu à Islamabad en mai 2010 pour procéder à un échange de vues avec les autorités pakistanaises sur une série de questions d’intérêt commun.

04 juin 2010

http://www.nato.int/cps/fr/SID-00447AAF-40986E56/natolive/news_64050.htm


4-2 Islamabad/Washington : une coopération militaire accrue

Prisonnier de ses contradictions internes, le Pakistan se sera inventé un énième mal : la hausse constante du niveau de ses coopérations militaires avec les Etats-Unis.

Dans son édition de lundi, le quotidien pakistanais « Nation » rend public un rapport où sont détaillés les modalités de la vente et de la livraison de quelque 18 chasseurs bombardiers F16 à l’armée pakistanaise, un échange qui, à en croire les sources proches de la Maison Blanche, vise à ranimer le zèle guerrier quelque peu attiédi d’Islamabad dans sa lutte contre le ‘terrorisme’.

Toujours selon le journal, les appareils  devraient grossir les rangs de l’arsenal antiterroriste d’Islamabad d’ici fin du mois en cours et ce, en dépit des conditions strictes imposées par le vendeur américain.

La question qui se pose est dès lors consiste à savoir s'il s’agit- il là d’une contribution désintéressée des Américains à la lutte antiterroriste ou d’un cadeau empoisonné comme seul Washington sait en faire à ses alliés?

Au regard des réactions que la vente a déjà suscité aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur du Pakistan, on tend plutôt à opter pour la seconde alternative.

Evoquons d’abord le cas délicat de l’Inde qui voit dans ce contrat d’échange une nouvelle menace pour ses intérêts. C’en est trop pour un New Delhi, en effet, qui peine encore à se remettre du choc que fut pour lui, la livraison des drones- espions américains à Islamabad, seulement quelques mois après les sanglants attaques terroristes de Bombay.

 Côté interne, la situation ne va guère mieux. En se résignant aux diktats sécuritaires de la Maison Blanche, le  Pakistan donne à voir au monde entier le piteux spectacle d’un non-Etat.

Car comment comprendre sinon que par le désistement pur et simple du mécanisme étatique, le fait qu’une armée étrangère, américaine en l’occurrence, prenne latitude de s’acharner sur les régions entières d’un pays prétendument indépendant et qu’elle y tue chaque semaine des dizaines voire des centaines de civils innocents sans avoir à en rendre compte ? Et le paradoxe dépasse tout entendement quand on sait que l’armée de ce même pays dit « indépendant » se paie le luxe singulier de combattre son propre peuple aux côtés des soldats étrangers!!!!

12-06

http://french.irib.ir/index.php/analyses/commentaires/item/96617-islamabadwashingtonn-une-cooperation-militaire-accrue#itemCommentsAnchor

 

Rappel  - Le Pakistan sur la sellette après Times Square.

Si l’enquête sur l’attentat avorté de Times Square confirme un lien avec les taliban pakistanais, Islamabad pourrait tre soumis une pression accrue des Etats-Unis en vue d’intensifier la lutte contre les activistes islamistes.

Le Tehrik-e-Taliban Pakistan (TTP, Mouvement des Taliban du Pakistan) a revendique dimanche la tentative d’attentat déjoué la veille dans le centre de New York.

Leur chef, Hakimullah Mehsud, est apparu dans des vidéos diffuses sur internet et a menacé les grandes villes américaines d’attentats suicides.

Un ressortissant américain d’origine pakistanaise, Faisal Shahzad, accus d’avoir achet le véhicule piégé et de l’avoir conduit Times Square, a été arrêté alors qu’il tentait de quitter les Etats-Unis. Il devait comparatre ce mardi devant un tribunal fdral de Manhattan.

L’ambassadeur des Etats-Unis au Pakistan, Anne W. Patterson, a discut de ce dossier avec le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Shah Mehmood Qureshi. « Nous coopérons avec les Etats-Unis dans les efforts de lutte contre le terrorisme. Si les Etats-Unis le demandent, nous leur offrirons une entière coopération dans cette affaire », a déclaré Abdul Basit, porte-parole du ministre pakistanais des Affaires transgresse.

Mais dans quelle mesure les autorités pakistanaises, avec une économie en crise qui a rendu le gouvernement impopulaire, sont-elles en mesure de lutter contre les activistes?

MANQUE DE MOYENS

Le Pakistan, qui dépend fortement de l’aide étrangère, dit ne pas avoir les moyens d’tendre ses oprations de sécurité d’autres régions telles que le Nord-Waziristan, centre d’un réseau complexe de groupes d’activistes.

« La bonne volonté internationale va tourner l’aigre si nous ne sommes pas perçus comme agissant davantage contre les groupes du Nord-Waziristan qui n’ont pas été touchés et contre les groupes du Pendjab qui n’ont pas été touchés », dit l’auteur pakistanais Ahmed Rashid.

Certains groupes d’activistes pakistanais parmi les plus violents sont bassé dans la province du Pendjab. Parmi eux figure le Lashkar-e-Taiba (LeT), auquel sont imputés les attentats de 2008 contre Bombay, capitale commerciale de l’Inde, qui ont fait 166 morts.

Le LeT, autrefois entraîné par les services de renseignement pakistanais (ISI) pour combattre l’Inde au Cachemire, disposerait de 2.000 3.000 combattants et de 20.000 sympathisants, dont beaucoup sont entrans au combat et pourraient être mobilisés en cas d’attaque.

Une opération d’envergure pourrait pousser le LeT et d’autres groupes du Pendjab une alliance avec les taliban pakistanais, un groupe soutenu par Al Qada qui continue de se livrer des attentats suicides en dpit d’offensives qui, selon l’arme, auraient tu plusieurs centaines de ses combattants.

MONTE DES ENJEUX

Mais les Etats-Unis pourraient faire fi de ces risques maintenant que l’attentat manqué de Times Square a suscité de nouvelles inquiétudes dans un pays qui reste marqué par les attentats du 11 septembre 2001.

« Si Hakimullah donne d’une manière ou d’une autre l’ordre d’attaquer sur le territoire américain, cela modifiera le type d’influence que les Etats-Unis vont vouloir exercer sur le Pakistan. Cela fait monter les enjeux politiques », estime Brian Fishman, chercheur en contre-terrorisme la New American Foundation.

De nombreux spécialistes de la sécurité doutent que le TTP puisse organiser des attentats hors du Pakistan, mais ils craignent qu’il ne se rapproche d’Al Qada et adopte les objectifs d’Oussama ben Laden plutt que de se contenter de combattre l’Etat pakistanais.

Les Etats-Unis ont exhorte à différentes reprises le Pakistan combattre davantage, non seulement les activistes autochtones, mais aussi les taliban afghans soutenus par Al Qaeda et basé au Nord-Waziristan d’ou ils lancent des attaques contre les forces occidentales en Afghanistan.

Le Pakistan fait valoir qu’il n’a pas les moyens de traquer d’autres groupes islamistes tels que le réseau Haqqani, que les forces américaines considèrent comme l’un de ses pires ennemis en Afghanistan.

Les réticences du Pakistan attaquer les Haqqanis, qui auraient eux aussi pour base arrière le Nord-Waziristan, sont renforces par des considérations stratégiques.

Le Pakistan estime en effet qu’en cas d’accord de paix en Afghanistan, ce groupe aura un rôle crucial jouer et qu’il vaut mieux dés lors l’avoir de son ct.

Mais Islamabad risque de ne pas avoir le choix si la piste pakistanaise est établie dans l’attentat manqué de Times Square.

Avec Zeeshan Haider, Nicole Dupont pour le service franais, dit par Gilles Trequesser

http://www.en24heures.com/amerique/le-pakistan-sur-la-sellette-apres-times-square/2010/05/04/429

 

Commentaires

Et ce sont les classes moyennes et les plus défavorisés qui vont trinquer comme d'hab !

Écrit par : charms | 06/07/2010

Deux visites ont pu avoir lieu fin novembre, a précisé dans un communiqué l'organisation humanitaire basée à Genève.

Écrit par : tiffany | 06/07/2010

Embauchons des vigiles issus des Forces Libanaise(maronites) pour protéger nos églises , ils savent comment faire.

Écrit par : schmuck | 06/07/2010

Les commentaires sont fermés.