Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/08/2010

n°491 - Journal d'Irak - 11/07/ au 31/07/10 : -Fin - : La Grande Bretagne a enfin reconnu avoir utilisé l'uranium appauvri contre les civils irakiens.

n°491 - Journal d'Irak - 11/07/ au 31/07/10 : -Fin - : La Grande Bretagne a enfin reconnu avoir utilisé l'uranium appauvri contre les civils irakiens.



Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix. Sa diffusion est un acte de résistance.

Les médias occidentaux dans leur large majorité ont de tout temps accepté les versions des armées occupantes et ferment les oreilles aux autres sources.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!



Journal d'Irak

 n°491                 du 11/07/10              au 31/07/10

C.De Broeder & M.Lemaire



Le " Journal d’Irak  " est visible  sur ...

a) sur mes blog : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis  :  no-war.over-blog.com 

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire :

3 Politique

1) collaborateurs Irakiens

2) occupants 

4 Libération du territoire

Détails.

L'Irak en chiffre. 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Vidéo : Irak : en attendant la reconstruction

5-2 Vidéo : En Europe, quelle coopération à la torture ?

5-3 Counterpunch : Afghanistan, Irak, demain l’Iran: la vérité fait peur.

 



3) Politique

a) Des collaborateurs Irakiens

2 Confection d'un gouvernement fantoche

Près de cinq mois après les législatives du 7 mars, les Irakiens attendent toujours de connaître le nom de leur prochain Premier ministre, un poste notamment convoité par le sortant Nouri al-Maliki et par l'ex-chef du gouvernement Iyad Allawi.

 

Un pays en crise.
La poursuite des divergences de vue entre les groupes politiques, sur les postes clés, a attisé la crise sévissant, actuellement, en Irak.

____________________________

Dans ce droit fil, les dignitaires religieux irakiens, parmi lesquels, l'Ayatollah Ali Sistani, ont mis en garde contre le report de la formation du futur gouvernement.

___________________________

En raison des différends entre les divers courants politiques, sur la formation du futur gouvernement irakien, la 2e session plénière du parlement, devant avoir lieu, le mardi 13 juillet, a été reporté de deux semaines.

___________________________

Un responsable irakien a révélé que 60.000 Baathistes ont repris leurs activités, dans le cadre d'un nouveau parti, baptisé " Al-Dawa".

___________________________

Le Commandant des forces de la coalition, en Irak, le Général George Casey, a déclaré que les Etats-Unis resteraient, encore, 10 ans, en Irak.

___________________________

L'espace aérien entre Riyad et Bagdad est rouvert, après 20 ans.

___________________________

La crise politique sur la formation du nouveau gouvernement se poursuit. Les négociations de la semaine dernière entre les partis politiques qui ont participé aux dernières élections législatives irakiennes, ont abouti à rien. Les leaders de l'Alliance pour l'Etat de droit (AED) et de l'Alliance nationale irakienne (ANI) se sont rencontrés, dans le cadre d' un nouvel effort, pour lever les obstacles qui se dressent encore devant la formation du nouveau cabinet ministériel. Sur cette base, le chef de file de la liste d'Al-Iraqia a fait état de nombreuses convergences de vue entre le bloc d'Al-Iraqia et l'ANI. La liste d'Al-Iraqia soutient la contribution active de l'Assemblée suprême islamique d'Irak (ASII) et le courant Sadr au nouveau gouvernement.

Dans le même temps, la publication irakienne Al-Sabah a écrit que l'AED, mené par le Premier ministre sortant, Nouri al-Maliki, a avancé de nouvelles propositions, dans ce domaine. Le parti d'al-Maliki a demandé au Parti d'Iyad Allaoui de se contenter des postes de présidents du parlement et du Conseil de sécurité nationale. Et ce, alors que le parti d'Al-Iraqia avait, récemment, proposé à Al-Maliki et à Hakim les postes de président de la République et de président du parlement.

___________________________

Les partis qui ont participé aux dernières législatives, persistent sur leurs positions. L'Alliance pour l'Etat de droit considère Nouri al-Maliki comme seul candidat au poste de Premier ministre. La liste d'Al-Iraqia a obtenu 91 des 325 sièges parlementaires et compte tenu de la majorité des sièges parlementaires qu'il a obtenus, elle se réserve le droit de récupérer un mandat clé. Bien que l'Alliance nationale, composée de l'ANI et de l'AED ait le droit de présenter, aux termes de la Constitution irakienne, son candidat au poste de Premier ministre, les partis composants de la grande fraction chiite ne sont pas, toutefois, parvenus à présenter un candidat qui plaît aux deux parties politiques. Les différends entre les courants politiques, sur les postes clés, au sein du gouvernement, font régner un climat chaotique, en Irak, si bien que les sources d'imitation irakiennes ont envoyé un coup de semonce concernant la situation agitée, dont le spectre plane sur toutes les régions irakiennes, ainsi qu'à propos du report de la formation du nouveau gouvernement.

___________________________

Afin de trouver un accord sur la formation du gouvernement et de faire sortir le pays de la crise politique, les responsables des partis politiques irakiens ont décidé, lundi dernier, de reporter à deux semaines la session du Parlement. Quatre mois après la tenue des élections législatives, en Irak, qui n'ont donné à aucune formation la capacité de gouverner seule, les dirigeants politiques irakiens poursuivent, encore et toujours, leurs discussions, sur la formation du nouveau gouvernement. Le leader du Bloc Al-Iraqia, Iyad Allaoui, vainqueur des législatives, et le Premier ministre sortant Al-Maliki ont tenu une nouvelle réunion, fin juin, en vue de tenter de sortir de l'impasse à laquelle est confronté le processus politique, en Irak. Les deux responsables politiques ont exprimé leur souhait d'accélérer le processus conduisant à la formation du gouvernement, avant le 14 juillet, selon le conseiller d'al-Maliki, en référence à la date, avant laquelle, le parlement, qui désigne le Premier ministre, devait se réunir, à nouveau, conformément à la Constitution irakienne. Le parlement, qui, en Irak, élit, notamment, le Premier ministre, s'est, brièvement, réuni, pour la première fois, le 14 juin, lors d'une session qui devait, officiellement, demeurer ouverte un mois, selon la Constitution. Mais en l'absence d'accord entre les partis politiques, les députés ont été dans l'incapacité de remplir leur mission, avant la fin du délai légal, hier. Cette léthargie a poussé les principaux dignitaires religieux du pays, dont la plus haute autorité religieuse chiite d'Irak, l'Ayatollah Ali Sistani, et le leader Moqtada Sadr, à réclamer plus d'efforts, de la part des dirigeants irakiens, pour former, au plus vite, un gouvernement efficace et capable de régler les problèmes du pays.

___________________________

L'Irak est confronté, ces derniers mois, à une recrudescence des actes de violences, en dépit des efforts des autorités irakiennes et du dispositif de sécurité déployé dans l'ensemble du pays. La semaine dernière, une série d'attaques a visé des pèlerins, dans la capitale irakienne, Bagdad, faisant 60 morts et plus de 300 blessés.

Ces attentats interviennent, dans un contexte politique difficile, marqué par la lenteur des discussions, pour la mise en place d'un nouveau cabinet, entre les dirigeants irakiens, dont les principaux leaders, le Premier ministre sortant Nouri al-Maliki et l'ancien chef du gouvernement Iyad Allaoui.

 

http://french.irib.ir/index.php/component/k2/item/98607-volet-44


Les concertations pour la formation du nouveau gouvernement se poursuivent.

Les concertations des groupes politiques pour la formation du futur gouvernement irakien se poursuivent toujours a indiqué un membre du Parlement !
" Certains groupes politiques s'opposent à la décision de la Cour constitutionnelle selon laquelle il revient à la plus grande coalition parlementaire de former le gouvernement", a déclaré, d'ailleurs, Adnan Seraj, mercredi dans un entretien avec la chaîne Al-Alam.
" Ces groupes ont menacé de recourir aux éléments extérieurs, s'ils ne sont pas chargés de former le gouvernement" a-t-il précisé.
De son côté, le ministre irakien des Affaires étrangères, en réaction aux propos interventionnistes de son homologue américain, a souligné que les hommes politiques irakiens saisissaient bien le caractère impératif de la formation, le plus tôt possible, du gouvernement.
Selon Farsnews, en réponse aux déclarations de Hillary Clinton, sur la nécessité d'efforts accrus, par les hommes politiques irakiens, pour la formation, dans les plus brefs délais, du nouveau gouvernement, Zébari a souligné que les partis politiques irakiens déployaient un maximum d’efforts, pour parvenir à conclure un accord, et qu’ils étaient, parfaitement, conscients de l’urgence de la question.
 Par ailleurs,  L'ancien Premier ministre irakien, Iyad Allaoui, qui mène, également, le bloc d'Al-Iraqia, a demandé, dans un message à Nouri al-Maliki, le leader de l'Alliance pour l'Etat de droit (AED), de partager le pouvoir avec lui.    Adnan al-Danbous, l'un des leaders de la liste d'Al-Iraqia, a déclaré, dans une interview publiée dans le quotidien "al-Charq el-Owsat", que le message oral d'Allaoui comprenait quelques points et que l'on devait attendre la réponse du message.

15-07

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=146451&language=fr

21-07

Contexte de blocage politique en Irak, quatre mois et demi après les législatives. Les partis politiques ne se sont toujours pas mis d'accord sur le nom du prochain premier ministre et la composition du nouveau gouvernement.

Une situation qui préoccuperait notamment les Etats-Unis, en pleine phase de retrait de ses troupes de combat. Le contingent américain, actuellement de soixante et onze mille militaires, doit être ramené à cinquante mille hommes le 1er septembre.

AFP


c) Sur le terrain

26-07

Al-Arabiya : Le bureau de la chaîne arabe est situé dans le quartier d'Al-Harithiya, au centre de la capitale.

Al-Arabiya, qui a ouvert son bureau à Bagdad en septembre 2003, a déjà été la cible.

Certains de ses journalistes ont été assassinés dans des opérations ciblées, comme Atouar Bahjat en février 2006 près de Samarra (sud), ou blessés dans des tentatives d'enlèvement, comme Jawad Kazem en juin 2005.

Al-Arabiya entretient des relations complexes avec le gouvernement irakien, dominé par les chiites, qui tend à lui reprocher un parti pris pro-sunnite dans la délicate couverture du processus politique irakien.

En 2006, le Premier ministre Nouri al-Maliki a accusé la chaîne d'"inciter au confessionnalisme et à la violence", et fermé son bureau à Bagdad pendant un mois.

26 juillet

http://www.romandie.com/ats/news/100726070022.p0k9ortr.asp


Prisons, exactions & torture

L'armée américaine cède les clés de sa dernière prison en Irak.

L'armée américaine a restitué jeudi sa dernière prison en Irak aux autorités locales, fermant ainsi un chapitre noir de la guerre entamée en mars 2003, ponctué de milliers de détentions arbitraires et de graves abus.

Lors d'une cérémonie organisée à Camp Cropper, un centre de détention installé près de l'aéroport de Bagdad, les responsables militaires américains ont confié à leurs homologues irakiens une clé géante symbolique. Ils se sont déclarés confiants quant au traitement des prisonniers sous l'autorité irakienne.

Ils ont en outre reconnu les erreurs passées, illustrées par les abus à la prison Abou Ghraïb, près de Bagdad, où des détenus ont été violentés et humiliés par leurs geôliers américains. Révélés en 2004, ces incidents avaient provoqué l'indignation en Irak et dans le monde et avaient probablement contribué à alimenter l'insurrection.

"Pour être parfaitement honnête, nous avons appris de nos expériences ici", a dit à la presse le porte-parole de l'armée américaine en Irak, le général Stephen Lanza.

"Nous avons appris de nos expériences en termes de gestion des détenus et de notre incapacité à nous préparer à ce que nous allions rencontrer", a-t-il ajouté.

En plus de sept ans, près de 90.000 personnes ont été détenues par les forces américaines qui les soupçonnaient d'être des insurgés islamistes ou des miliciens chiites.

Jamais inculpés, ils ont passé des mois, voire des années en prison, à Camp Cropper ou Camp Bucca, un immense complexe situé dans le sud du pays, près de la frontière koweïtienne, et fermé l'année dernière. De nombreux journalistes ont également été détenus des mois sans savoir pourquoi.

La prison de Camp Cropper sera encore ouverte pendant au moins deux ans et, sous responsabilité irakienne, sera désormais appelée Camp Al Karkh.

Les Etats-Unis ont cédé leur droit à détenir des Irakiens dans le cadre de l'accord bilatéral de sécurité signé en 2008, qui prévoit le retrait total des forces américaines d'ici la fin de l'année prochaine.

15/7



b) Les occupants 

(nihil)

c)    Les voisins

 Turquie

La Turquie réclame les dirigeants du PKK en Irak.  

La Turquie a demandé aux Etats-Unis, à l'Irak et à l'administration kurde irakienne de lui livrer les dirigeants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, rebelles kurdes de Turquie) réfugiés dans la montagne irakienne, rapporte samedi le journal turc Hürriyet.    Une liste de 248 rebelles, dont des commandants militaires comme Murat Karayilan, Cemil Bayik et Duran Kalkan, a été remise aux autorités américaines, irakiennes et kurdes pour qu'ils soient livrés "dans les plus brefs délais" aux autorités turques, souligne le journal, citant des hauts responsables turcs qui ont requis l'anonymat.   La Turquie propose aussi "si nécessaire" une opération conjointe pour capturer ces hommes, précise le quotidien.   "L'étau ne s'était jamais autant resserré" autour des chefs du mouvement rebelle qui dispose de bases arrière dans le nord de l'Irak, sous administration k kurde, indique l'une de ces sources.    En 2008, la Turquie, l'Irak et les Etats-Unis ont créé un comité tripartite pour coordonner la lutte contre le PKK, considéré comme une organisation terroriste par Ankara, Washington et de nombreux pays.   
Depuis la fin mai, le PKK multiplie ses attaques contre l'armée turque dans l'est et le sud-est anatolien.
L'aviation turque bombarde régulièrement les positions dans le nord de l'Irak et a mené une série d'incursions terrestres dans cette région où, selon Ankara, sont retranchés environ 2.000 séparatistes. Ankara bénéficie des renseignements fournis par les Etats-Unis, son allié de l'Otan, sur les repaires et déplacements du PKK.

Dans un entretien télévisé la semaine dernière, le chef d'état-major turc, le général Ilker Basbug, s'en est vivement pris à l'administration kurde irakienne, l'accusant d'inaction contre le PKK. Ces déclarations ont nourri les spéculations dans la presse sur une éventuelle incursion terrestre d'envergure de l'armée dans cette zone.  Le conflit kurde en Turquie a fait, selon l'armée turque, quelque 45.000 morts depuis le début de l'insurrection du PKK, en 1984. http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=145713&language=fr

Irak: un groupe soutenu par l’Iran projette d’attaquer des bases américaines, selon les USA, nous sommes passés de l’Information à la « rumeur »

10/07/2010  


4 Lutte pour la libération du territoire

Le mois de juillet a été le plus meurtrier en Irak depuis plus de deux ans avec 535 morts, dont 396 civils, selon un bilan fourni samedi par les ministères de la Santé, de la Défense et de l'Intérieur.

Outre les civils tués, 89 policiers et 50 soldats ont péri dans les attaques à travers le pays, selon les mêmes sources.

1.043 personnes ont été blessées en juillet, dont 680 civils, 198 policiers et 165 soldats, soit le bilan le plus élevé de l'année.

Durant le même mois, les forces de sécurité ont tué 100 résistants et en ont arrêtés 950, ont indiqué les trois ministères.

Dans le camp des troupes américaines stationnées en Irak, quatre soldats sont morts en juillet, dont un seul tué dans une attaque dans la région de Diyala, au nord de Bagdad.

Depuis janvier 2010, 2.399 Irakiens ont été tués, selon des chiffres compilés à partir de sources officielles.

 31 -07

AFP


Pertes déclarée des occupants.

Les armées répugnent à donner des chiffres officiels .


Pertes des forces collaboratrice locales   - Province non précisée 

15-07

Une semaine après le lancement d'un mandat d'arrêt contre les membres du groupuscule des Monafeqin, un juge de la coup pénale de l'Irak a été tué lors d'un incident suspect.
Selon l'agence Fars, Hassan Aziz, juge de la cour pénale a été tué, mercredi après-midi, dans l'explosion d'une bombe téléguidée devant son domicile.

La semaine dernière, la cour pénale de l'Irak a émis un mandat d'arrêt contre 39 membres du groupuscule des Monafeqin, sous l'accusation des crimes contre l'humanité.
http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=146451&language=fr



Les combats par provinces

1-1 Bagdad 

22/7

Deux Ougandais et un Péruvien employés par une firme de sécurité privée sous-traitant pour le Pentagone la protection d'installations militaires américaines ont été tués jeudi dans une attaque à la roquette contre la "zone verte" de Bagdad.

Une quinzaine d'autres personnes employées par la même firme, dont deux ressortissants américains, ont été blessées dans cette attaque visant ce secteur, censé être le plus sécurisé de la capitale, précise un communiqué l'ambassade des Etats-Unis.

AFP

26-07

Cinq personnes ont été blessées lundi matin dans une explosion contre les bureaux de la chaîne satellitaire Al-Arabiya, dans le centre de Bagdad, selon une source au ministère de l'Intérieur.

Selon un premier bilan, cinq personnes ont été blessées par le kamikaze, a indiqué à l'AFP ce responsable du ministère de l'Intérieur, qui a requis l'anonymat.

Le 25 juin, cette chaîne satellitaire à capitaux saoudiens Al-Arabiya avait fermé son bureau à Bagdad en raison de menaces d'attaque par des résistants.

"Des sources au ministère irakien de l'Intérieur nous ont affirmé détenir des informations selon lesquelles des groupes de résistants surveillent notre bureau en préparation d'un attentat", avait indiqué à l'AFP un journaliste de la chaîne sous couvert de l'anonymat.

"La direction d'Al-Arabiya a demandé à tous les employés -journalistes et techniciens- de ne pas venir travailler aujourd'hui", avait-il ajouté.

http://www.romandie.com/ats/news/100726070022.p0k9ortr.asp


1-2 Province d'Anbar (vaste territoire à l'ouest de Bagdad comprenant les villes de Amiriya, Baghdadi, Diyarah, Falloujah, Habbaniyah, Haditha, Haqlaniyah, Hawija Hit, Houssabayh, Karabilah,  Khaldiyah, Koussaïba, Mahawil, Oubaïdi, Ramadi (capitale de la province d'Al-Anbar,) Kaïm (à la frontière avec la Syrie), Sindjar & Zaidan

Falloudja, à 50 km à l'ouest de Bagdad,

02-01

Un policier a été tué et deux autres ont été blessés vendredi par l'explosion d'une voiture.

http://fr.news.yahoo.com/

 

Radwaniya (l'ouest de Bagdad - à 25 km de la capitale)

18/07

 Deux kamikazes ont tué dimanche 46 personnes (armée où les membres des Sahwa) à dans une attaque qui visait des miliciens prêtant main-forte aux forces de sécurité se défendant contre des résistants,  a-t-on indiqué de sources policières.
 "Au moins 46 personnes ont été tuées et 40 autres blessées quand un kamikaze s'est fait exploser vers 08H30 (05H30 GMT) à l'entrée principale d'une base de l'armée où les membres des Sahwa venaient toucher leur salaire", a affirmé une source au sein du ministère de l'Intérieur.
http://www.almanar.com.lb/

 

Qaïm, (340 km à l'ouest de Bagdad, près de la frontière avec la Syrie),

18-07

Un kamikaze s'est fait exploser dans un bureau des Sahwa, selon une source policière.

Deux miliciens et un policier ont péri, et six personnes ont été blessées, dont deux policiers.

http://www.almanar.com.lb/



1-4 Province de Ninive (Mossoul (capitale de la région nord du pays - à 375 km au nord de Bagdad,) Hawijah, Kassak"(70 km au nord-est de Mossoul) & Tall Afar )

Mossoul à quelque 360km au nord-ouest de Bagdad..

19/7

Explosion qui visait un convoi de salariés d'une entreprise britannique a fait quatre morts et cinq blessés, ont annoncé les services de sécurité.

Le kamikaze a pris pour cible le dernier véhicule du convoi, qui a été projeté 40 mètres plus loin, a dit à Reuters un responsable des forces de sécurité, sous le sceau de l'anonymat. Aucun des quatre passagers, tous des salariés de l'entreprise britannique, n'a survécu. Les cinq blessés sont des civils irakiens, a-t-il précisé.

Mossoul est la troisième ville d'Irak et un bastion des résistants.

http://fr.news.yahoo.com/4/20100719/twl-irak-violences-38cfb6d.html

29-07

Une source sécuritaire de la province irakienne de Ninive a fait  part de la mort d'un soldat irakien dans l'ouest  de Mossoul. Selon cette source, les assaillants non identifiés ont tué un soldat irakien, près de son domicile  dans le quartier Moussel al-Jadidah,  dans l'ouest de cette ville. http://french.irib.ir/


1-5 Province de Salah ad-Din.

Tikrit, ( capitale de la province )

15-07

Une voiture piégée a explosé dans une rue très commerçante au passage d'une patrouille de police, faisant six morts et 14 blessés, a annoncé la police.

Quatre policiers et deux civils figurent parmi les victimes.

AP


1-6 Province de Karbala.

Kerbala

27/7

Un hélicoptère de l'armée irakienne s'est par ailleurs écrasé en raison d'une tempête de sable à l'ouest de Kerbala, et ses 5 membres d'équipage ont péri, a déclaré à Reuters le général Osman al Ghanimi, qui commande les troupes à Kerbala.

"L'appareil, un MI-17, participait à la protection du pèlerinage qui se déroulait à Kerbala", a précisé le général Mohammad al-Askari, porte-parole du ministère de la Défense.

http://fr.news.yahoo.com/, http://fr.news.yahoo.com & http://www.lefigaro.fr/flash

26-07

Lundi soir, 21 personnes ont été tuées et 47 blessées, en majorité des pèlerins et des policiers, par deux voitures conduites par des kamikazes dans le sud de Kerbala.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/



L’Irak en chiffres (depuis le début de la guerre de conquête en mars 2003)


Peuple

 

Civils tués (depuis l'occupation)   

1 366 729 ( chiffre  minimum)

Civils blessés (depuis l'occupation) 

 1.148.274( chiffre très très minimum)

Civils violés (par les troupes d'occupations)

2.507     (voir Ibrahim Allousch

Civils/Résistants arrêtes : (une dizaine par jour...)

8.945   (chiffre minimum)

Résistants (décrit tel quel ) tués

4.126 ( chiffre minimum)

Résistants (décrit tel quel ) blessés

3.893   (chiffre minimum)

En prison

1.900 (chiffre minimum)

Embargo

750.000 enfants (chiffre minimal)

Embargo

750.000 adultes (chiffre moyen)

 

 

Militaires irakiens tués pendant l'invasion

45.596 (chiffre minimal)

Civils tués pendant l'invasion

120.200 (chiffre minimal)

 

 

Coalition

 

Nombre de Soldats tués (ou morts...) 

34.705

Soldats rapatriés (blessés ou malades)

74.4102

(*) dont 10% meurent en cours de route ou à l'hopital)

 

Disparus (dans la nature)

1.014

Désertions

5.501

Mutinerie

2 corps + 25

Aide psychologique

66.108***

Suicides

Mercenaires tues                                                                                 

5.683 (chiffre très minimal)

986

Mercenaires blessés

7 103

Policiers/soldats/miliciens irakiens  tués

13.477

Policiers /soldats/miliciens irakiens blessés

27266  (chiffre minimal)

Policiers /soldats irakiens disparus (dans la nature)

13.916

 

 

Autres tués (collaborateur)

5747

Autres blessés (collaborateur)

9.771

 

 

Nombre d'attaques de la résistance de 2003 à 2008:

Oléoducs, les infrastructures pétrolières & d'électricité

164.001,

464 attaques (grand minimum)

Infrastructures du rail

195 attaques (idem)

Hélicoptères

104  ++              (idem)

Avions (& drone)

28 ++



Ces     totaux sont obtenus par le recoupement (si possible) des chiffres des pertes communiqué par la résistance & les médias occidentaux + XINHUANET


 


Number Of Iraqis Slaughtered In US War And Occupation Of Iraq "1,331,578"


Cost of U.S. War and Occupation of Iraq

                                                736.613.053.925

 

08.40

http://www.costofwar.com/

http://www.nationalpriorities.org/costofwar_home
For more details, click here.

 



5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

Ndlr : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information

5-1 Vidéo : Irak : en attendant la reconstruction

http://videos.arte.tv/fr/videos/irak_en_attendant_la_reconstruction-3300862.html


5-2 Vidéo : En Europe, quelle coopération à la torture ?

http://www.dailymotion.com/video/xe2v4g_en-europe-quelle-cooperation-a-la-t_news?start=69#from=embed


5-3 Counterpunch : Afghanistan, Irak, demain l’Iran: la vérité fait peur.

Après la diffusion de documents par le jeune soldat -dont depuis on a appris qu’il se trouvait incarcéré dans une prison militaire au Koweit quand il a envoyé les dits documents- un certain nombre de questions demeurent, d’abord comment a-t-il pu faire ?

Ensuite pourquoi, et enfin quelles conséquences. Sans pouvoir prétendre aujourd’hui à répondre à toutes ces interrogations, un certain nombre d’informations parvenues dans la seule journée du 30 juillet permettent d’éclairer le fait et surtout lui donner sa véritable dimension, celle d’une fuite en avant dans le mensonge pour aller toujours plus loin dans la folie, le pillage, la destruction… Tout en parant ceux qui accomplissent ces crimes des vertus démocratiques. Le jeune soldat est-il un traitre ou un héros et s’il n’était qu’un symptôme de ce que représente la guerre, celles d’aujourd’hui et celle de demain si nous n’y prenons garde…

 Le jeune soldat a-t-il agi seul ? La guerre hors limite :

Le fait que ce soit le soldat Bradley Manning , de l’armée des Etats-Unis qui ait diffusé les documents a été découvert par le pirate informatique (hacker), Lamo. Le jeune soldat était déjà d’ailleurs incarcéré dans une prison militaire et Lamo qui l’a détecté pense de ce fait il a eu une aide technique… ,Lamo, a été lui-même en prison en 2004 pour s’être introduit dans les systèmes informatiques du The New York Times, Microsoft et Lexis-Nexis avec l’intention, selon lui ,de tester les défenses de ces entreprises.Cette note informative qui est parue aux Etats-unis et en Amérique latine témoigne du fait que nous sommes entrés dans un nouvel âge de la guerre, lequel ?

Dans mon blog, j’avais présenté un livre de deux stratèges chinois, La Guerre hors limites , Qiao Liang & Wang Xiangsui, Payot, Rivages, 2003. Ce livre est un remarquable ouvrage de stratégie rédigé par deux colonels de l’armée chinoise. Les auteurs nourrissent leur analyse d’une réflexion solide sur la Première guerre du Golfe, elle-même nourrie d’une excellente connaissance des auteurs classiques et contemporains de l’art stratégique.Le cœur de leur réflexion est simple : jusqu’à notre époque, les progrès dans l’art de la guerre reposaient toujours pour l’essentiel sur des progrès technologiques, et chaque guerre pouvait être qualifiée par sa technologie la plus récente (guerres d’artillerie, guerres aériennes, etc.). Avec toujours plus un déplacement du champ de bataille vers les population civile, intié par Hitler et qui a marqué toute la deuxième guerre mondiale et rapidement adopté par les Etats-Unis, Hiroshima, les nappes de bombes à partir des B 52. La Première guerre du Golfe, à cet égard, marque l’acmé de ce mouvement avec une mobilisation de l’électronique, de l’information, du traitement de l’information et de la domination aérienne sans précédent.

Mais, pensent les auteurs, ce mouvement est aujourd’hui achevé. Les technologies de la communication, l’imcrication des sociétés mondialisées sont telles que : de très nombreux facteurs peuvent désormais être utilisés comme arme de guerre ;
 la combinaison des « armes » existantes ouvre de telles possibilités que tous les progrès à venir reposeront sur cet art de la combinaison.

Extrait :

« A l’époque de la synthèse des techniques et de la mondialisation (…) la relation entre armes et guerre a été réordinnée, tandis que l’apparition d’armes de nouvelles conception et surtout de nouvelles conceptions d’armes ont progressivement brouillé le visage de la guerre. Une seule attaque de « hacker » compte-t-elle pour un acte hostile ? L’emploi d’instruments financiers pour détruire l’économie d’un pays peut-elle être considérée comme une bataille ? La diffusion par CNN du cadavre d’un soldat américain exposé dans les rue de Mogadiscio a-t-elle ébranlé la détermination des Américains de se comporter comme le gendarme du monde, et modifié du même coup la situation stratégique mondiale ? »

La guerre moderne mêle à la fois occupation aérienne et territoriale, information, culture, médias, manipulation psychologique, action économique, menace écologique… dans des combinaisons imprévues et sans cesse variable.

Les auteurs développent avec rigueur et conséquences ce postulat et présentent, de manière très convainquante ce qu’ils estiment être désormais la méthode essentielle du nouvelle Art de la guerre : « la combinaison hors limites ».

Cette guerre a déjà commencé, et les hackers en font partie intégrante, parce que quand il a été écrit internet était à un stade balbutiant mais désormais on doit y intégrer cet extraordinaire mais parfois repoussant amas de rumeurs, d’informations mais aussi de désinformation.

La guerre totalement assymétrique devient de simple police

j’ajouterai que l’extraordinaire est lié au nouvel ennemi que se sont fabriqués les puissances occidentales en suivant les Etats-Unis et de ce point de vue ce qui se passe en Afghanistan et en irak est exemplaire. Déjà préfiguré par la déroute des armées Etatsuniennes en Somalie juste après la guerre du Golfe de 1991. Une armée d’une lourdeur inouïe conçue pour l’affrontement avec une autre grande puissance, une armée mercenaire avec une logistique démesurée se trouve confrontée à des rebelles et à une population qui ne peut plus supporter une telle occupation.Cette armée doit affronter un adversaire si assymétrique que sa mission en devient de simple police et elle ne sait faire régner que le chaos. Elle a de surcroît un étrange cahiers de charges : il ne doit y avoir aucun mort dans l’armée d’invasion.

Il faut encore ajouter le fait que l’armée devenue de métier, formée d’engagés et avec de plus en plus de mercenaires, n’est plus l’instrument du patriotisme mais le symptôme de sa crise, avec un maximum de jeunes chômeurs, voire de latinos cherchant un moyen de s’intégrer rapidement à la nationalité des Etats-Unis mais aussi d’autres pays occidentaux alors que comme en Arizona les frontières se ferment et l’immigration est de plus en plus délinquante. L’armée avec son complexe industrialo militaire générateurs d’immenses profits à un bout de la chaîne, puisque les guerres se chiffrent en milliard de dollars, la privatisation croissante de ses fonctions et une population recrutée sur la base de la crise est envoyée se battre contre des peuples de misérables dont elle ignore tout et finit par provoquer un sursaut patriotique de la part de l’adversaire.

C’est dans ce contexte qu’il faut apprécier une nouvelle intervenue également hier 30 juillet:2010 : ce jour-là, des dizaines d’habitants de Kaboul se sont insurgés et ont blessé trois policiers et ont mis le feu à deux véhicules de l’OTAN lors d’une manifestation populaire, après qu’un véhicule de l’Alliance Atlantique ait été impliquée ce vendredi dans un accident de circulation qui a coûté la vie à au moins quatre civils, avant de prendre la fuite. L’accident à eu lieu à trois heures de l’après-midi (heure locale)dans la zone résidentielle de Bebe Mahro – proche de l’aéroport de Kaboul- quand un car de tourisme avec six occupants à bord a explosé après un choc avec un véhicule de l’OTAN qui faisait partie d’un convoi, qui tentait de rentrer dans la rue principale. Les forces afghanes ont immédiatement fermé la zone mais un grand nombre d’habitants ont commencé à se regrouper sur les lieux de l’accident pour voir ce qui se passait, selon une information de l’agence afghane Pajhwok.

Quand ils ont su que le vehicule de l’OTAN était à l’origine du sinistre et avait pris la fuite, les habitants de la capitale ont commencé à jeter des pierres sur les véhicules alliés qui circulaient aux alentours et ont mis le fu à certains d’entre eux. Trois policiers ont éte blessés par les jets de pierre.Finalement la police afghane a pu disperser la foule qui hurlait sa colère contre les troupes étrangères et le président afghan, Hamid Karzai.Lincident a donné lieu à une enquête par la police afghane et la Force Internationale d’Assistance pour la sécurité en Afghanistan (ISAF), il y a eu dans le véhicule civil quatre morts et deux blessés.

cet incident est caractéristique de l’exaspération des populations, il ne s’agit plus seulement des zones rebelles mais bien du centre de la capitale, de sa zone résidentielle que l’on prétend pacifiée. Cette situation est à mettre en relation avec la manière dont les soldats nord-américains en Iraq sont placés dans des zones lointaines pour les protéger de la population.

Quelle menace contre la sécurité nationale ?

Cet état de fait qui ne cesse de se reproduire nous incite à dire notre accord avec ce que déclarait le 29 juillet »la vérité fait peur : le reporter DAVE LINDORFF

« La réponse initiale de la Maison blanche à la sortie de 92,000 pages de rapports sans complaisance sur le terrain par les États-Unis force en Afghanistan pendant la période de 2004-2009 – qu’il s’agissait là d’ une menace à la sécurité nationale et aux vies des troupes américaines – était aussi prévisible que grotesque. Ces documents n’ont révélé rien de nouveau pour les ennemis de l’Amérique en Afghanistan ou le Pakistan. Les combattants Talibans savaient parfaitement que leurs missiles guidés par infrarouge avaient avec battu avec succèsdes hélicoptères américains. Ils n’ont révélé rien de nouveau pour le service secret du Pakistan, l’ISI. Les Pakistanais savaient qu’ils aidaient le Taliban avec leurs renseignements, la planification stratégique et des armes dans leur combat contre des forces américaines et le régime actuel de marionnettes à Kaboul. Ils n’ont rien révélé non plus à la population civile très patiente en Afghanistan non plus.Les Afghans savent que des forces américaines les ont visés aux points de contrôle, bombardant effrontément leurs maisons et villages dans des tentatives de frapper des supposés leaders Talibans ou Al Qaeda et dissimulant ces atrocités quand des hommes innocents, des femmes et des enfants sont les victimes.

Non, l’idée que la sortie de ces documents est une menace est un mensonge aussi énorme que celui des deux la dernière administration de Président George W. Bush et l’administration actuelle de Barack Obama ont lancé, les EU sont engagés dans « une bonne guerre, en essayant de battre »des terroristes »et établir un gouvernement démocratique en Afghanistan.C’est ce qui fait que la sortie des documents de WikiLeaks comme la sortie de ceux deDaniel Ellsberg et de Tony Russo du Pentagone jadis. Ce n’est pas tellement qu’il y ait des nouvelles informations explosives dans ces documents, quoiqu’il y en ait certains. C’est le fait qu’ils exposent au public américain la profondeur et l’étendue de la réalité du gouvernement et du Pentagone dans les guerres en question »

counterpunch 29 juillet,

traduit par danielle bleitrach

Publié 31 juillet 2010



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières,les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

Les commentaires sont fermés.