Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/08/2010

n°1 - L'Amérique d'Obama - 04-08 - : Suite : Quarante chiffres déconcertants révèlent la vérité horrifiante de l'économie zunienne


L’Amérique d’Obama

Quarante chiffres déconcertants révèlent la vérité horrifiante de l’économie zunienne.

n°1

04-08

C.De Broeder & M.Lemaire

 


n°1 -   L'Amérique d'Obama  - 04-08 - : Suite : Quarante chiffres déconcertants révèlent la vérité horrifiante de l'économie zunienne


 " L’Amérique d’Obama est  visible  : 

a) sur nos blogs : http://www.dhblogs.be/categories/International.html

                             http://www.lalibreblogs.be/categories/International.html

b) sur le site de Eva Resis :  no-war.over-blog.com

c) sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

 Si vous voulez nous contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire :  

Crimes

Hiroshima dans les gènes

Discrimination

Lucie Crisa : Aux Etats-Unis, des détenus séropositifs placés à l'isolement.



Ndlr : La publication des articles et  analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information.



Crimes

Hiroshima dans les gènes

Ils vivaient à Hiroshima au moment de l’explosion de la bombe atomique, il y a 65 ans.

Aujourd’hui, ils portent la marque de ce drame dans leurs chromosomes.

Des mutations génétiques qui ont fait de leur vie un calvaire.

Rencontre avec ces « Hibakushas » - les « exposés » - qui parcourent le monde pour demander le désarmement nucléaire.

Le Peace Boat, affrété par une fondation japonaise pour la paix et le dialogue interculturel, est parti de Bergen en Norvège. Il navigue en mer du Nord. A son bord, neuf « Hibakushas ».

Littéralement, des « exposés », présents au moment de l’explosion des bombes nucléaires sur les villes d’Hiroshima ou de Nagasaki, les 6 et 9 août 1945. Dans la salle Pacific du bateau, Mitsuo Kodama s’exprime en leur nom. Elégant dans son complet gris, avec des lunettes aux fines branches, il parle d’une voix calme. Sa femme, les cheveux bouclés à peine blanchis, est à ses côtés. Monsieur Kodama s’incline devant son auditoire. A l’aide d’un rétroprojecteur et d’une canne télescopique, il tente de décrire cette journée qui a fait basculer son existence, et ce qu’est sa vie depuis.

Hiroshima, ses immeubles, ses habitants, son ciel, tout est en feu.

Mitsuo Kodama a 78 ans, il est né à Hiroshima. Il a douze ans quand la bombe A explose au-dessus de sa ville natale. Ce jour-là, il est à l’école, au milieu d’un immeuble en bois, recouvert d’un toit en céramique. « Nous avons entendu le bruit d’un avion dans le ciel et… j’ai perdu conscience », décrit-il. Lorsqu’il se réveille, l’immeuble s’est effondré tout autour de lui, sauf au centre de la classe. Sous les débris, ses amis. Certains, encore vivants, hurlent ou gémissent. La plupart sont morts, le crâne et le corps brisés. Mitsuo Kodama est blessé. Seul et très faible, il parvient à s’extirper des ruines de son école, sans pouvoir venir en aide à ceux qui sont restés sous les gravas. Hiroshima, ses immeubles, ses habitants, son ciel, tout est en feu.

Cette image du ciel embrasé d’Hiroshima se transmet dans la mémoire collective du Japon par le récit des survivants. Mais aussi à travers l’œuvre célèbre d’un peintre, Ikuo Hirayama, lui-même hibakusha. Son tableau « Hiroshima shohenzu » (L’Holocauste d’Hiroshima) est une immense toile à la puissance émotionnelle semblable au « Guernica » de Picasso. L’observer provoque une sensation de mort et de terreur.

De l’horreur de l’explosion aux cancers multiples

Sorti de son école, Mitsuo Kodama quitte le quartier de Zakoba cho et ses camarades « enterrés vivants ». Il marche vers son village, Hesaka-mura, situé à cinq kilomètres d’Hiroshima. En chemin, il vomit à plusieurs reprises et ne croise que des cadavres, brûlés, démembrés, les orbites vidées de leurs yeux. A deux kilomètres du village, il s’évanouit de nouveau, et se réveille dans une maison inconnue, secouru par un anonyme. Il se remet en route, arrive vers minuit à son village.

Monsieur Kodama peut décrire longuement le jour où Little boy – le nom donné par l’US Air Force à la bombe atomique – a explosé et tué près de 100.000 personnes. Il peut raconter l’horreur de cette journée. Mais il préfère parler de ce qui s’est passé après l’explosion de la bombe : la perte immédiate des cheveux, les fièvres, les hémorragies pulmonaires et rénales, les maladies qui ne l’ont jamais quitté.

Comme si la bombe atomique explosait tous les jours en eux

Toute sa vie, Kodama-San - Monsieur Kodama - comme l’ensemble des Hibakushas, a développé de multiples cancers : de l’estomac, de l’intestin, de la tyroïde, de la peau… « Rien que pour traiter mon cancer de la peau, j’ai subi douze opérations chirurgicales », explique-t-il. Des tâches brunes parcourent toutes les parties visibles de son corps, de ses mains à son cou. Certains autres Hibakushas dans la salle présentent cette même particularité. Sur l’écran,Kodama-san projette la liste des cancers ayant frappé les autres Hibakushas qui, eux, en sont morts.

L’écran s’illumine ensuite sur une image d’une étrange beauté, brillante comme un vitrail. Alignés les uns à côté des autres, des bâtonnets plus ou moins rectilignes luisent d’une lumière verte, jaune, rouge ou bleue. Ce sont les chromosomes de Monsieur Kodama, à côté de ceux d’une personne non soumise à des radiations atomiques. « Les radiations peuvent briser le gène d’un chromosome. Mes chromosomes présentent 102% d’anormalités par rapport à une autre personne », décrit Mitsuo Kodama. « Les chromosomes se régénèrent, mais chaque fois qu’ils repoussent, ils copient la mauvaise information, désormais inscrite dans mon corps suite aux radiations ». C’est comme si la bombe atomique explosait tous les jours à l’intérieur d’eux.

Hibakushas « in utero »

En faisant exploser des bombes nucléaires au-dessus d’Hiroshima et Nagasaki, les Etats-Unis n’ont pas seulement tué des dizaines de milliers de personnes, sur le coup ou dans l’immédiate période qui a suivi. Directement exposés à la bombe et à ses radiations, des milliers d’autres continuent de subir les conséquences de l’explosion. Ceux qui n’étaient que des enfants ou de jeunes adolescents, comme les époux Kodama, Madame Mihoko Hagino (77 ans) ou Monsieur Kunihiko Bonkohara (69 ans), qui représente des 140 Hibakushas qui vivent au Brésil.

Une partie des Hibakushas, n’étaient pas nés au moment de l’explosion. Ils sont alors de simples fœtus dans les entrailles de leurs mères. Ces « Hibakushas in utero », comme les autres personnes exposées, souffrent de multiples cancers et autres maladies, telle la cécité partielle de Kenji Tanaka, dont la mère est enceinte de trois mois le 6 août 1945. D’autres personnes sont exposées indirectement aux radiations, comme celles qui sont venues en aide aux survivants près des villes martyres.

Le mouvement des Hibakushas n’est pas centré sur leurs souffrances. Ils veulent seulement que les drames d’Hiroshima et Nagasaki ne se reproduisent pas. « Les armes nucléaires, c’est le diable. Nous devons annihiler les armes nucléaires avant que ce soit elles qui nous annihilent », s’emporte Kodama-san. Ils portent ce message partout où ils le peuvent – et tant qu’ils le peuvent encore, car de nombreux Hibakushas disparaissent chaque année. En 2009 et 2010, ils étaient à New York, à l’ONU, lors des conférences de préparation et de révision du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP). Le programme « Orizuru » permet aux Hibakushas, à tour de rôle, d’embarquer sur le Peace Boat [1].

« Ceci est ce que je suis devenu et ce que je serai à jamais »

En ce début de mois de juin, le bateau accoste à Dublin. Des jeunes du bateau ont confectionné une immense bannière « End the blocade – Free Gaza [2] » qui occupe une partie de la coque tribord. Les sensei, anciens Hibakushas, solidaires de la flottille pour la paix attaquée par l’armée israélienne, posent ce matin-là fièrement devant la bannière pour la presse irlandaise. Cause pour laquelle leur degré d’engagement a augmenté avec une visite à la mi-mai en d’un camp de réfugiés palestiniens en Jordanie.

Le groupe part rencontrer Derek Hannon, responsable des questions nucléaires pour le Department of Foreign affairs irlandais. Dans l’hôtel cosy où la délégation est reçue, le groupe d’Hibakushas, jusque-là d’un calme quasi monacal, fait preuve d’une énergie insoupçonnée. Dans tous les coins de la salle, ils dressent des kakémonos (rouleaux suspendus) de messages et de photos d’Hibakushas encore vivants, des photos des villes d’Hiroshima et Nagasaki détruites… En dix minutes, la salle de conférence est transformée.

Au bout d’une heure de salamalecs diplomatiques, Kodama-san exprime pour la première fois sa frustration. Il se lève, se dirige vers le haut fonctionnaire irlandais qui le domine de plusieurs têtes et lui tend une image, celle de ses chromosomes, ses « vitraux génétiques ». La traductrice se cale sur le débit accéléré du survivant. « Ceci est ce que je suis devenu et ce que je serai à jamais. Ce que nous serons à jamais. Nous sommes les prophètes du présent. Ce qui s’est passé ne doit plus se reproduire, déclare-t-il. Il faut que disparaissent totalement de la surface de la terre les armes nucléaires. Le président du pays qui a lâché ces bombes sur nous vient de relancer cette initiative [3]. L’occasion est là, il faut la saisir. » Le diplomate reste sans voix.

Vers une convention d’interdiction totale des armes nucléaires ?

Randy Rydell, conseiller du Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon sur les questions de désarmement nucléaire – présent également sur le Peace Boat - rappelle que les revendications des Hibakushas sont certes ambitieuses, mais sensées. Elles rejoignent un plan en cinq points présenté par le Secrétaire général de l’ONU pour aboutir à une convention mondiale d’interdiction totale des armes nucléaires. Lors de la dernière conférence de révision du TNP, ce projet a été soutenu par des dizaines de pays comme le Brésil, le Chili, la Norvège, la Suisse. Même la Chine, dans ses déclarations finales, fait référence à une « convention sur l’interdiction complète des armes nucléaires ». Contrairement à la France, qui ne soutient pas réellement la proposition du Secrétaire général sur l’interdiction totale des armes nucléaires. La France est à la traîne, globalement, dans la dynamique actuelle de débat sur le désarmement.

Eros Sana

Notes

[1] affrété par une organisation humanitaire japonaise, le Peace Boat est un projet d’éducation populaire pour la paix et pour la résolution non-violente des conflits, auquel participent des jeunes et des moins jeunes - majoritairement japonais, mais aussi chinois, coréens ou européens - qui parcourent le monde, de port en port

[2] Fin du blocus – Libérez Gaza

[3] Référence directe au discours de Barack Obama, le 4 avril à Prague, pour un monde "sans armes nucléaires"

EROS SANA

27 – 07- 2010)

www.bastamag.net
http://groups.google.be/group/medias-mensonges-desinformation?hl=fr



Discrimination

Lucie Crisa : Aux Etats-Unis, des détenus séropositifs placés à l'isolement.

Les prisonniers séropositifs de Caroline du Sud et d'Alabama sont victimes de ségrégation, en violation de la loi internationale.

Il y a vingt-cinq ans, 46 des 51 états américains isolaient systématiquement leurs prisonniers séropositifs. Aujourd'hui, seuls la Caroline du Sud et l'Alabama continuent de stigmatiser les détenus malades, estimés à 22 000 prisonniers sur tout le territoire américain. Depuis mars, le Mississipi y a renoncé.

Le dépistage du VIH est obligatoire

L'ONG internationale Human rights watch (HRW), en collaboration avec le groupe de défense des libertés civiles (ACLU pour American civil liberties union), a recueilli les témoignages de ces prisonniers et a publié à la mi-avril, un rapport sur la ségrégation des prisonniers séropositifs dans les prisons fédérales et d'Etats américaines.

Le rapport explique que, lors de son arrivée, chaque prisonnier est soumis à un test de dépistage :

« Le résultat de ce test va déterminer presque tous les aspects de la vie du prisonnier aussi longtemps qu'il ou elle sera en prison.

Le test du VIH va déterminer où il ou elle va être placé, manger et où il ou elle aura ses loisirs. »  

Dans les deux Etats, les prisonniers séropositifs sont isolés dans des cellules de confinement pendant vingt-trois heures. L'isolement continue pendant une semaine en attendant la confirmation des résultats du test.

Ronald B. témoigne sur son arrivée au Centre de réception de Kirkland en Caroline du Sud :

« A mon arrivée à Kirkland, je suis passé par l'admission. Ils m'ont fait un examen sanguin. Je ne connaissais pas mon état. J'étais avec tout le monde dans un grand dortoir […]

Soudainement, ils viennent et te sortent… Ils te mettent littéralement dans un donjon, une cellule sombre en bas des escaliers, et c'est tout.

J'y suis resté vingt-trois heures et le lendemain, ils m'ont nourrit à travers la porte. Je ne pouvais même pas prendre de douche tous les jours. Tu dois hurler pour que quelqu'un t'entende, des fois ils venaient, des fois non. » 

Isolement, marquage et stigmatisation

Une fois que le diagnostic est vérifié, ces hommes et ces femmes sont placés dans des quartiers spécialisés de haute sécurité. Ce n'est pas le crime qui détermine leur emplacement mais leur état de santé.

Loma P., incarcéré en Caroline du Sud : « Vous êtes marqué comme séropositif, donc dès le premier jour, c'est fini. »

Contrairement aux droits des malades à garder leur état confidentiel, l'étude de HRW révèle également d'autres formes d'humiliation.

Si l'on recherche le nom d'un prisonnier séropositif sur le site Internet de la prison, il sera listé comme étant détenu dans les unités destinées aux séropositifs.

En Alabama, à la Limestone correctional facility, les prisonniers séropositifs portent un brassard blanc. En Caroline du Nord, c'est un point bleu sur le badge qui les démarque des autres prisonniers tandis que les femmes sont distinguées par une mention, sur leur uniforme, du dortoir qui les abrite : « Whitney B ».

Ils mangent seuls, sont assis séparément à l'église et pendant les cours. Ils n'ont pas accès à certains travaux ou programmes.

Ils n'ont pas le droit de travailler ni dans les cuisines de la prison, ni dans les ateliers textiles, la menuiserie, ou les bureaux. Les seules activités qui leurs sont accessibles sont le nettoyage ou la tonte de l'herbe.

Aucune justification médicale

Deux arguments sont avancés par les administrateurs des prisons de ces deux Etats pour justifier de cet isolement :

c'est pour le bien des malades qui peuvent ainsi recevoir leurs soins plus facilement,

c'est nécessaire pour réduire les risques de transmission entre les prisonniers et avec les officiers.

Ce genre d'argument, qui n'est basé sur aucune justification médicale, alimente la désinformation des prisonniers et du personnel.

Victimes de la ségrégation, les prisonniers séropositifs subissent également une violence verbale. On les appelle « sidaïques » ou « pédales ».

En Caroline du Sud, les prisonniers doivent tourner la tête contre le mur lorsque les autres prisonniers passent par leur quartier. Un prisonnier, Joseph T. témoigne :

« J'ai entendu l'un des officiers dire à des prisonniers d'autres dortoirs : “C'est l'unité des séropositifs, restez loin d'eux, vous ne voulez pas attraper cette saloperie, n'est-ce pas ? ”. » 

En conclusion de son rapport, l'ONG pour les droits de l'Homme rappelle : « La discrimination contre les prisonniers séropositifs […] constitue un traitement cruel, inhumain et dégradant en violation de la loi internationale. »

Lucie Crisa | 

Rue89 |

 19/04

http://www.rue89.com/2010/04/19/usa-des-detenus-seropositifs-victimes-de-segregation-147683


Les commentaires sont fermés.