Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/08/2010

n°445 - Journal de la Lutte pour la libération du territoire Afghan - 15-07 au 10-08 -: Début : - : Le vrai visage de l’occupation de l’Afghanistan par l’OTAN : massacres de civils, utilisation massive de drones, escadrons de la mort...

n°445 - Journal de la Lutte pour la libération du territoire  Afghan - 15-07 au 10-08 -: Début : - : Le vrai visage de l’occupation de l’Afghanistan par l’OTAN : massacres de civils, utilisation massive de drones, escadrons de la mort...



Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



Journal de la Lutte pour la libération du territoire  Afghan 

n° 445 - du 15-07 au 10-08                                          C.De Broeder & M.Lemaire



Le "journal " est  visible :

a)   sur mes blog : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

c) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

http://no-war.over-blog.com/ 



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire.

Tiré à part :

N. Davies et D. Leigh : Le vrai visage de l’occupation de l’Afghanistan par l’OTAN : massacres de civils, utilisation massive de drones, escadrons de la mort...

1 Politique

& Suite

2 Lutte pour la libération du territoire

Détails.

L'Afghanistan en chiffre. 

Fin

3 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

Ndlr : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information.

3-1 Vidéo : Des révélations compromettantes sur l'Afghanistan

3-2 Le site Internet WikiLeaks

1 Danielle Bleitrach : Un jeune soldat arrêté pour être à l’origine de la publication des documents du Pentagone.

2 Communiqué du Réseau Voltaire : Wikileaks : une diversion politique.

3 «Le bon journalisme est controversé par nature».

4 Un coin du voile sur une unité très spéciale de l'armée américaine.

5 Le site Wikileaks, informe que des centaines de rapports d'incidents concernent les Belges.

 



L'Afghanistan en chiffre du 15-07 au 08/08/10

 

 

 

tués

blessés

 

 

 

Usboys / Autres boys

74

 9 + x

 

 

 

Policiers, armée et collaborateurs

39

 14 + x

 

 

 

Peuple Afghan

 68 + x

 x

 



Tiré à part :

N. Davies et D. Leigh : Le vrai visage de l’occupation de l’Afghanistan par l’OTAN : massacres de civils, utilisation massive de drones, escadrons de la mort...

Une fuite majeure dans les services secrets des Etats-Unis révèle au monde le vrai visage de l’occupation de l’Afghanistan par l’OTAN : massacres de civils, utilisation massive de drones, escadrons de la mort...

Un bourbier sanglant dont le peuple afghan est le premier à souffrir.

Un fonds énorme de dossiers militaires secrets aux Etats-Unis fait aujourd’hui un portrait dévastateur de la guerre en échec en Afghanistan, indiquant comment les forces de coalition ont tué des centaines de civils dans des incidents non rapportés, comment les attaques des Résistantss ont monté en puissance et combien les commandants de l’OTAN craignent que le Pakistan et l’Iran voisins n’alimentent l’insurrection.

Les révélations proviennent de plus de 90 000 enregistrements d’incidents et de rapports de renseignements se rapportant au conflit et obtenus par le [site Web Wikileaks-http://wikileaks.org] grâce à ce qui est une des plus grandes fuites dans l’histoire militaire des Etats-Unis. Les dossiers, qui ont été mis à disposition du Guardian, du New York Times et de l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, font un exposé au coup par coup des combats au cours des six dernières années, lesquels ont jusqu’à aujourd’hui coûté la vie à plus de 320 soldats britanniques et à plus de 1000 soldats des Etats-Unis.

Leur publication survient alors que se manifeste une préoccupation grandissante que la stratégie « d’escalade » [surge] de Barack Obama n’échoue, et alors que les troupes de la coalition recherchent activement deux militaires de la marine US capturés par les Résistants au sud de Kaboul vendredi [23 juillet].

Les enregistrements détaillent également :

  comment une unité « noire » secrète des forces spéciales [escadrons de la mort] pourchasse les chefsTalibans pour les « assassiner ou les capturer » sans autre forme de procès
  comment les Etats-Unis ont dissimulé les preuves que les Résistants ont acquis des missiles sol-air mortels
  comment la coalition emploie de plus en plus les meurtriers avions sans pilote [drones], télécommandés depuis une base au Nevada, pour poursuivre et tuer les Résistants pris pour cible
  Comment les Résistants ont causé des carnages de plus en plus importants avec une utilisation massive de dispositifs explosifs au bord des routes qui ont tué jusqu’à aujourd’hui plus de 2000 civils.

Dans un communiqué, la Maison Blanche affirme que le tableau chaotique peint par les enregistrements était le résultat d’un « défaut de recrutement » à l’époque du prédécesseur d’Obama, ajoutant : « Il est important de noter que la période de temps traitée dans les documents va de janvier 2004 à décembre 2009. »

La Maison Blanche a également critiqué la publication des dossiers par Wikileaks : « Nous condamnons vigoureusement la révélation d’informations classifiées par des individus et des organisations, qui mettent en danger les vies des personnels des Etats-Unis et de leurs associés et menacent notre sécurité nationale. Wikileaks n’a fait aucun effort pour contacter le gouvernement des Etats-Unis au sujet de ces documents, lesquels peuvent contenir des informations qui mettent en danger les vies des Américains, de nos associés, et des populations locales qui collaborent avec nous. »

Les enregistrements détaillent, avec des notations parfois horribles, le total précis d’incidents avec des civils et impliquant les forces de le coalition : des événements qualifiés de « bleu sur blanc » en jargon militaire. Les enregistrements révèlent 144 incidents de ce type.

Une partie de ces morts de civils résulte des attaques aériennes controversées qui ont provoqué des protestations du côté du gouvernement afghan, mais un grand nombre des ces incidents, auparavant inconnus, semblent aussi être dû à des troupes tirant sur des conducteurs désarmés ou sur des motocyclistes, par crainte des attaques-suicide.

Sont comptabilisés au total au moins 195 civils tués et 174 blessés, mais cela est sans doute sous-estimé car de nombreux incidents sont omis des comptes-rendus quotidiens faits par les troupes au sol et puis rassemblés, parfois sans ordre précis, par les analystes des services militaires de renseignement.

Les troupes françaises aussi...

Les erreurs sanglantes aux dépends des civils, telles qu’enregistrées dans les documents, impliquent les troupes françaises qui un jour de 2008 ont mitraillé un autobus rempli d’enfants, en blessant huit d’entre eux.

Une patrouille des Etats-Unis a pareillement mitraillé un autobus, blessant ou tuant 15 de ses passagers, et en 2007 des troupes polonaises ont tiré au mortier sur un village, tuant une noce, dont une femme enceinte, dans ce qui était apparemment une attaque de pure vengeance.

Figurent également des tirs contestables sur des civils par les troupes britanniques. Les rédacteurs des documents détaillent une fréquence inhabituelle de quatre séquences de tirs britanniques dans Kaboul en l’espace à peine d’un mois, en octobre et novembre 2007, avec pour résultat la mort du fils d’un général afghan. A propos d’un des tirs, il est écrit : « Enquête commandée par les Anglais. Nous ne pouvons pas obtenir [sic] le récit complet. »

Une seconde série de tirs identiques, tous impliquant des commandos de la marine royale dans la province de Helmand, a eu lieu en l’espace de 6 mois à la fin de 2008, selon les documents. Interrogé par le Guardian sur ces allégations, le ministère de la Defense a répondu : « Nous n’avons pas pu corroborer ces informations dans le bref temps disponible et il serait inadéquat de spéculer sur des cas spécifiques sans davantage de vérification des actions alléguées [un sommet dans la langue de bois - N.d.T.] »

Rachel Reid, qui étudie les pertes civiles en Afghanistan pour Human Rights Watch, a déclaré : « Ces dossiers mettent en évidence ce qui est une tendance tout à fait délibérée des Etats-Unis et des forces de l’OTAN : la dissimulation du nombre de civils touchés. En dépit de nombreuses directives à visée tactique demandant des enquêtes transparentes quand des civils sont tués ou blessés, il y a eu des incidents que j’ai étudiés ces derniers mois où ceci n’est toujours pas le cas. La responsabilité, ce n’est pas simplement quelque chose que vous faites quand vous êtes attrapés. Cela devrait faire partie de la manière dont les Etats-Unis et l’OTAN se comportent en Afghanistan chaque fois qu’ils tuent ou blessent des civils. »

Les rapports, dont beaucoup sont publiés en ligne in extenso par le Guardian, font un compte-rendu sans fard et souvent choquant de la réalité de la guerre moderne.

La majeure partie de ce matériel, bien que classé « secret », n’est plus militairement sensible. Peu d’informations ont été extraites de leur publication parce que cela pourrait mettre en danger les informateurs locaux ou dévoiler de vrais secrets militaires. Wikileaks - dont le fondateur Julian Assange a obtenu les documents dans des circonstances dont il ne dira rien - a indiqué qu’il reformulerait les documents posant problème avant de placer l’essentiel des données sur ses serveurs « que l’ont ne peut censurer ».

Wikileaks a édité en avril de cette année une vidéo précédemment classifiée montrant des hélicoptères Apache américains tuant deux cameraman de Reuters dans les rues de Bagdad.

Cette vidéo a soulevé une attention internationale.

Un analyste des services de renseignements, Bradley Manning, âgé de 22 ans, a été arrêté en Irak et accusé d’avoir livré la vidéo, mais non pas la dernière série de documents.

Le département des enquêtes criminelles du Pentagone continue de vouloir identifier les fuites et a demandé récemment à Assange, mais sans succès, de pouvoir le rencontrer en dehors des Etats-Unis afin qu’il les aide.

Assange a permis au Guardian d’examiner les documents à notre demande.

Aucun honoraire n’était demandé et Wikileaks n’a pas été impliqué dans la préparation des articles par le Guardian.

N. Davies et D. Leigh

28 juillet

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=9154 



 Politique des occupants 

1) Usa

Sondage : Les Américains divisés…  
Quelque 44% d'Américains désapprouvent la façon dont leur président Obama gère la situation en Afghanistan, un pourcentage en hausse depuis le printemps, selon le dernier sondage réalisé par la chaîne de télévision américaine CBS.
Ils étaient 37% à désapprouver sa politique en Afghanistan lors d'une précédente enquête d'opinion CBS datant de mai.
Quelque 43% des individus interrogés continuent d'approuver la politique de M. Obama en Afghanistan (44% en mai).

Mais le pourcentage d'"indécis" sur la question se réduit à 13%, contre 19% en mai.
Une majorité des sondés estime que la guerre va "plutôt mal" (41%) ou "très mal" (21%, contre 12% en mai), tandis que seuls 29% jugent que le conflit en Afghanistan se passe "plutôt bien" pour les Etats-Unis.
Ce sondage a été réalisé auprès de 966 personnes entre le 7 et le 12 juillet.

15/07

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/07/15/97001-20100715FILWWW00435-afghanistan-les-americains-divises.php


Occupation de l'Afghanistan

"Trop tôt" pour se prononcer

Le vice-président Biden a déclaré dimanche qu'il était trop tôt pour juger si des progrès ont été effectués en Afghanistan, où les forces internationales doivent atteindre prochainement les 150.000 soldats. "Toutes les troupes supplémentaires (envoyées en renfort) ne sont pas encore arrivées sur place. Cela ne sera pas le cas avant le mois d'août", a-t-il dit en ajoutant que l'armée estime que des progrès pourraient être davantage visibles d'ici au mois de décembre.

Europe1.fr

Publié le 18 Juillet

http://www.europe1.fr/International/Afghanistan-Trop-tot-...


Dans les coulisses et au sénat

Les Etats-Unis pénalisent l’aide humanitaire aux groupes qu’ils qualifient de terroristes.

La Cour suprême des Etats-Unis a été saisie de la constitutionnalité de la « Loi anti-terroriste et d’application effective de la peine de mort de 1996 » (Antiterrorism and Effective Death Penalty Act of 1996).

Ce texte, introduit par le président de la Chambre des représentants Newt Gingrich, avait été adopté de manière consensuelle en réaction à l’attentat d’Oklahoma City, puis signé avec enthousiasme par le président Bill Clinton.

Une de ses dispositions avait été très critiquée. Elle prévoyait de limiter à une seule les possibles demandes de remise en liberté (« pétition d’habeas corpus ») d’un suspect, accusé de terrorisme. Dans sa décision Felker versus Turpin (1997), la Cour suprême des Etats-Unis avait confirmé que cette limitation ne viole pas l’article 1 Section 9 paragraphe 2 de la Constitution. Il ne s’agit pas en effet à proprement parler d’une extension de la détention provisoire, même si, une fois le premier recours rejeté, rien ne s’oppose à ce que la détention provisoire devienne illimitée.

Une autre disposition de la loi restait à commenter. Elle interdit de fournir consciemment une aide, de quelque nature qu’elle soit —hormis une assistance médicale ou un service religieux—, à une organisation terroriste étrangère. Sur plainte des administrations successives —Clinton, Bush et Obama—, les tribunaux ont considéré depuis une douzaine d’années que cela s’applique à une association qui a dispensé des conseils juridiques au PKK et aux Tigres tamouls, même si ces conseils visaient à trouver une solution pacifique aux conflits kurde et tamoul en portant leur cause à l’ONU. Dans sa décision Holder versus Humanitarian Law Project, rendue le 21 juin 2010, la Cour a indiqué :
 Que les termes de la loi sont assez précis pour que le justiciable n’ait pas de doute sur ce qui lui est interdit ;
 Que cette interdiction ne viole pas son droit d’expression, car rien n’empêche le justiciable d’exprimer son soutien à des causes défendues par des terroristes ;
 Que cette interdiction ne viole pas non plus son droit d’association car elle n’interdit pas de rencontrer des terroristes et de débattre avec eux.

Comme toujours, la Cour suprême des Etats-Unis se fonde sur une vision puritaine de l’homme.

De même que les puritains prohibent d’aider le pécheur en détresse tant qu’il n’a pas explicitement renoncé au péché, de même la Cour interdit de venir en aide à des terroristes tant qu’ils n’ont pas renoncé à l’action armée. Car, selon elle, celui qui les aide sur le plan juridique, pédagogique, culturel, social ou autre, leur permet ainsi de conserver leur énergie pour commettre le Mal.

Reste qu’en droit états-unien, une organisation terroriste n’est pas une organisation ayant fait l’objet de condamnation pour des faits criminels précis, mais un groupe désigné comme tel par le département d’Etat sur des critères politiques.

Par conséquent toutes sortes d’action peuvent être sanctionnées comme « terroristes » par les tribunaux US. C’est par exemple le cas de l’aide alimentaire de l’ONU aux Gazaouites dès lors que celle-ci est distribuée par les élus locaux de Gaza, lorsque ceux-ci sont membres du Hamas.

6 juillet 2010

http://www.voltairenet.org:80/article166197.html


Sur le terrain

Le retrait des troupes américaines en 2011 sera "limité"

Robert Gates a assuré dimanche qu'un grand nombre de soldats américains resteraient en Afghanistan après le début du retrait des troupes prévu en juillet 2011, qualifiant le repli américain de "limité".

"Je pense qu'il faut que nous réaffirmions le message qui consiste à dire que nous ne quittons pas l'Afghanistan en juillet 2011", a dit M. Gates dans l'émission "This Week" sur la chaîne ABC.

"Mon opinion est que, dans un premier temps, ces retraits (de soldats) vont être limités", a expliqué le chef du Pentagone.

Sur le terrain, les troupes américaines ont fort à faire contre les insurgés. Juillet 2010 a été le mois le plus meurtrier pour les troupes américaines depuis le début du conflit fin 2001, avec 66 décès pour ce seul mois.

M. Gates a jugé que la coalition internationale faisait des progrès dans sa lutte contre les résistants. Par ailleurs, il a estimé que les insurgés ne seront pas en mesure d'attendre le départ des troupes américaines pour livrer une offensive de grande envergure.

A la question de savoir si les résistants pouvaient "jouer la montre" et attendre l'été 2011, M. Gates a expliqué que "nous en serions heureux, parce que nous serons là (après juillet 2011) et nous serons là avec un grand nombre de soldats".

Les déclarations du secrétaire à la Défense font écho à celle du vice-président Joe Biden, selon lequel seuls 2.000 soldats américains seraient retirés d'Afghanistan passé juillet 2011.

Un chiffre qui, pour la présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi, est bien trop bas. "J'espère que c'est plus que cela", a lancé Mme Pelosi sur ABC dimanche.

Sur la même chaîne, Robert Gates a reconnu que les pertes de soldats allaient en augmentant mais s'est voulu optimiste quant aux fins du conflit, assurant que des progrès avaient été accomplis en matière de sécurité, d'économie et de gouvernement local dans les provinces méridionales du Helmand et de Kandahar.

"Cela va prendre du temps. Cela va être difficile. Nous allons avoir à déplorer des victimes (...) Mais je pense qu'il existe des signes tangibles que cette approche fonctionne. Cette stratégie fonctionne", a encore lancé Robert Gates.

Lors d'une autre émission dominicale, sur CNN cette fois, il a également réfuté les informations contenues dans les documents publiés cette semaine par le site WikiLeaks selon lesquelles les résistantss utilisent des missiles sol-air Stinger de fabrication américaine.

"Je ne le pense pas", a-t-il dit en réponse à une question dans ce sens.

Selon les documents diffusés par WikiLeaks, les résistantss feraient usage de ces missiles. Depuis le début du conflit, aucun avion militaire américain n'aurait toutefois été abattu par un Stinger.

Lors du "Jihad" (guerre sainte) contre l'occupation soviétique en Afghanistan (1979-89), les Etats-Unis avaient fourni à partir de 1985 plusieurs centaines de missiles Stinger aux moudjahidines afghans, renversant de manière significative l'équilibre militaire en Afghanistan.

01 août

http://www.romandie.com/ats/news/100801153036.jfh1p0h1.asp



2 Les Voisins

Iran

Larijani prédit un nouveau Vietnam pour les Etats-Unis en Afghanistan.

L'Afghanistan va devenir un nouveau Vietnam pour les Etats-Unis, c'est ce qu'a prédit mercredi le président du Parlement iranien, Ali Larijani,  affirmant qu'ils y commettaient les mêmes erreurs.

Dans un entretien à la Télévision suisse romande, M. Larijani a réagi à la Conférence internationale sur l'Afghanistan organisée mardi à Kaboul en assurant que "les Américains auront en Afghanistan le même succès qu'ils ont eu au Vietnam"."Il y a des années l'URSS avait commis exactement la même erreur.... Elle a eu énormément de tués et finalement s'est retirée. Il y a une répétition de l'histoire. Nous, nous, connaissons l'Afghanistan. Nous savons que l'Afghanistan ne va jamais se soumettre aux armées étrangères", a-t-il ajouté.

Le président du parlement iranien, présent à Genève pour la Conférence mondiale des présidents de parlements organisée par l'Union interparlementaire, s'est par ailleurs insurgé contre les nouvelles sanctions décidés contre l'Iran par le Conseil de sécurité de l'ONU en juin. Il a prévenu que Téhéran, prendrait des mesures de rétorsions en cas d'inspections de bateaux ou d'avions. "Si un avion ou bateau iranien est inspecté par un autre pays, il doit s'attendre à ce que nous prenions des contre-mesures ou des mesures similaires à leur encontre", a-t-il expliqué.

 22/07/2010

http://french.irib.ir/

 

L'Iran dément soutenir les résistants.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a nié le fait que Téhéran apporte son aide aux résistantss en Afghanistan, comme l'affirment des documents secrets révélés aux Etats-Unis, au cours d'une interview sur la chaîne américaine CBS.
"Nous ne soutenons aucun groupe", a affirmé le président iranien alors qu'on lui demandait si l'Iran apportait son aide aux insurgés afghans. "Nous ne soutenons que le peuple afghan. Nous soutenons et nous voulons renforcer la sécurité en Afghanistan." "Et nous pensons que les Afghans devraient diriger eux-même leur pays", a-t-il ajouté dans cet entretien diffusé tard hier soir.
Selon des documents américains, datant d'il y a plusieurs années pour l'essentiel et révélés par le site Wikileaks, l'Iran participe en secret à la campagne contre les forces étrangères dirigées par les Etats-Unis en Afghanistan, en fournissant aux résistantss argent, armes et entraînement. "L'origine de tout cela, c'est l'intervention des Etats-Unis et de l'Otan. Ca fait près de 20 ans que les Américains pratiquent l'ingérence en Afghanistan", a déclaré le leader iranien.

CBS



3 Otan-Isaf

Rasmussen

Rasmussen : "La communauté internationale a sous-estimé la mission(…) en Afghanistan"

Nb

A la veille d'une conférence de donateurs à Kaboul, à laquelle doivent participer des responsables de plus de 60 pays et d'organisations internationales, le secrétaire général de l'OTAN a affirmé :

"Sincèrement, je crois que la communauté internationale a sous-estimé la mission en Afghanistan. C'est pourquoi cela prend beaucoup plus de temps pour aider les Afghans à établir suffisamment de capacités" pour reconstruire le pays et assurer la paix et sa stabilité, a déclaré Anders Fogh Rasmussen, dans un entretien accordé à la chaîne danoise TV2 News. "Il existe assurément une volonté du pouvoir" à Kaboul pour résoudre les problèmes du pays. Mais "il manque surtout des moyens suffisants pour le faire", selon M. Rasmussen. "Il faut garder à l'esprit qu'à la chute du gouvernement des résistants en 2001, il fallait reconstruire la société afghane à partir de zéro", a-t-il dit.

"Des lourdes pertes dans les rangs de la coalition "

Le responsable de l'OTAN s'est cependant déclaré "optimiste" sur l'avenir de l'Afghanistan, malgré la forte résistance des résistants, qui a entraîné de lourdes pertes dans les rangs de la coalition internationale. "L'engagement militaire va dans la bonne direction. Malheureusement, nous enregistrons des pertes trop lourdes", a-t-il constaté, estimant que "c'est le résultat des renforts de la coalition envoyés sur le terrain, ce qui suppose plus de combats et plus de pertes pour déloger les résistants de leurs fiefs dans la province du Helmand et de Kandahar".

"Les résistants savent que s'ils perdent ces fiefs, ils perdront tout. C'est pourquoi ils contre-attaquent durement, ce qui entraîne et entraînera malheureusement plus de pertes dans les rangs de la coalition, dans les semaines et mois prochains."

AFP.

19.07.

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2010/07/19/l...



4 Les alliés

1 Onu

Ban Ki-moon et le chef de la diplomatie suédoise empêchés de se poser à Kaboul en raison de tirs...

Des tirs de roquettes ont empêché l'avion transportant le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et le chef de la diplomatie suédoise Carl Bildt de se poser mardi à l'aéroport de Kaboul où les deux hommes devaient assister à la conférence internationale sur l'avenir de l'Afghanistan, selon des responsables.

L'appareil a été dérouté vers la base américaine de Bagram, non loin de la capitale afghane. Puis les deux dirigeants ont gagné Kaboul à bord d'hélicoptères Blackhawk pour participer à la conférence.

Une porte-parole des forces de l'OTAN ont confirmé des tirs de roquettes autour de Kaboul "la nuit dernière et dans les premières heures de la matinée". Katie Kendrick n'a pas précisé combien de tirs avaient été enregistrés et si des roquettes avaient touché l'aéroport...

20/7

AP

 

L’ONU exhorte à épargner les civils…

 Les parties du conflit armé en Afghanistan doivent tenir leurs engagements en matière de sauvegarde des civils, lit-on dans un communiqué du chef de la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) Stephan de Mistura diffusé à Kaboul.

"Conformément au droit international, les parties hostiles sont tenues de protéger les civils et de minimiser l'impact de leurs actions sur les populations civiles et les lieux qui les accueillent, comme les écoles ou les hôpitaux", est-il indiqué dans le document.

Cette déclaration de M. Mistura intervient dans le contexte du récent assassinat d'une cinquantaine de civils dans le village de Regey dans la province de Helmand. Les forces otaniennes ont attaqué à la roquette un immeuble résidentiel faisant une cinquantaine de mort et autant de blessés.
Le président afghan, Hamid Karzaï, a ordonné de mener une enquête.

"La Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan est profondément préoccupée par les informations parues dans la presse faisant état de victimes civiles vendredi 23 juillet lors d'une opération des forces internationales à Regey, dans la province du Helmand, au sud du pays. Il est essentiel que l'enquête conjointe de la Force internationale d'assistance et de sécurité (ISAF) et du gouvernement afghan soit menée de manière minutieuse, transparente et rapide, et que les résultats soient rendus publics le plus vite possible", stipule le document.

Stephan de Mistura a en outre ajouté que le bureau de la MANUA en charge du contrôle du respect des droits de l'homme collectait également des données sur cet incident.

"Toute perte civile est tragique, nous présentons nos sincères condoléances aux familles des victimes et à leur communauté et souhaitant un prompt rétablissement aux blessés", a conclu le responsable onusien.

http://fr.rian.ru/world/20100728/187136621.html

 

L'ONU retire cinq ex-résistants Taliban de sa liste de sanctions ...

Les Nations unies ont annoncé vendredi avoir retiré cinq ex-responsables du régime Taliban de leur liste noire de sanctions.

Le Comité sur les sanctions contre les ‘taliban’ et Al-Qaïda du Conseil de sécurité de l'ONU a déclaré avoir approuvé la suppression de ces cinq entrées de sa "Liste consolidée" dans le cadre de sa révision régulière.

Les personnes retirées de la liste comprennent deux responsables taliban marqués comme "présumés décédés". Les trois autres sont l'ex-ministre des Affaires étrangères Abdul Satar Paktin, l'ex-vice ministre des Mines et ambassadeur au Pakistan Abdul Salam Zaeef, ainsi que l'ex-représentant de l'Afghanistan aux Nations unies Abdul Hakim Mujahid Muhammad Awrang.

Le comité a déclaré que "les gels d'actifs, interdictions de voyage et embargos sur les armes" imposés à l'égard de ces individus en application de la résolution 1904 du Conseil de sécurité de l'ONU seraient désormais caducs.

Ce retrait de liste noire fait suite à la demande du président afghan Hamid Karzaï au Conseil de sécurité pour que celui-ci abandonne ses sanctions à l'égard de certains membres des résistants taliban dans un effort pour faire avancer le difficile processus de réconciliation nationale de son pays.

M. Karzaï aurait demandé le retrait d'autres noms de cette liste de sanctions, créée en 1999 en application de la Résolution 1267 du Conseil de sécurité, et régulièrement mise à jour depuis.

2010-07-31

xinhua

http://french.cri.cn/720/2010/07/31/221s224629.htm


L’UE suspend provisoirement 600 millions d'euros d'aide à l'Afghanistan.

L'Union européenne a décidé de suspendre provisoirement son programme d'aide à l'Afghanistan de 600 millions d'euros dans l'attente des résultats de la conférence internationale des donateurs du 20 juillet à Kaboul, a annoncé mardi son envoyé spécial en Afghanistan.

"L'Union européenne a délibérément reporté son programme d'aide sur trois ans à septembre pour voir quelles sont les priorités afghanes et comment il peut s'intégrer dans ces priorités", a déclaré à l'AFP Vygaudas Usackas.

Si les résultats étaient positifs, l'UE pourrait même décider en septembre de renforcer ce plan d'aide en augmentant son montant de 200 millions d'euros par an sur les trois prochaines années, a-t-il ajouté.

(Nouvelobs.com avec AFP)

 13 juillet


Les commentaires sont fermés.