Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/08/2010

n°52 - Dossier d'Iran - 12-08 – Suite :- : Afghanistan, Irak, demain l’Iran: la vérité fait peur.

n°52 - Dossier d'Iran  - 12-08 – Suite   :- : Afghanistan, Irak, demain l’Iran: la vérité fait peur.



Dossier d'Iran   n°52 du 12-08

                                C.De Broeder & M.Lemaire



 Le "dossier d'Iran" est  visible  sur les blogs : 

a) sur mes blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

http://no-war.over-blog.com/ 

 

c) sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

Si vous voulez-nous contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse:fa032881@skynet.be 



Sommaire :  

3 Dossier & Point de vue

3-1 Danielle Bleitrach : Du côté de Moscou...

3-2 L'ALBA exprime son soutien aux droits nucléaires de l'Iran et condamne les sanctions.

3-3 La chine investit dans des projets énergétiques iraniens = Une réponse aux sanctions de l’UE  .

3-4 Echange d’uranium: Moscou salue l’ouverture de l’Iran au dialogue.

3-5 Radjab Safarov : les sanctions de l’UE torpillent les négociations.

3-6 Danielle Bleitrach : Afghanistan, Irak, demain l’Iran: la vérité fait peur. 

3-7 Bruit de bottes : La plupart des Américains soutiendraient l’attaque israélienne sur l’Iran. 

3-8 Côté iranien : Parer à toute éventualité.

3-9 Le physicien Shahram Amiri.

1 Le physicien iranien Amiri a été un agent de la CIA pendant des années...

2 La CIA payait le physicien iranien Shahram Amiri 5 millions de dollars.

3 L'Iran accuse les pays occidentaux et Israël d'être derrière les attentats.

 


3 Dossier & Point de vue

Ndlr : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information.

3-1 Danielle Bleitrach : Du côté de Moscou...

Dans un genre différent, il y a les récentes déclarations du Président russe : Dmitri Medvedev avait déclaré hier lundi 12 juillet: « L’Iran est proche d’avoir le potentiel qui, en principe, peut être utilisé pour créer une arme nucléaire ».

Mais si on analyse l’ensemble de son discours, on sent qu’il essaye de jouer le montre en pratiquent la méthode Couée selon laquelle les sanctions que la Russie a voté au Conseil de Sécurité ne devraient pas favoriser les hostilités mais impulser le dialogue.

Les médias occidentaux bien sûr ne retiennent que ce qui va dans le sens de la dénonciation de l’attitude de l’Iran, mais si on analyse ce qui a été réellement dit il y a des nuances. Cela dit les Russes ne peuvent pas ignorer qu’en votant les sanctions et en déclarant que les Iraniens sont proches d’avoir la bombe, ils vont dans le sens du bellicisme occidental.

13 juillet 2010 – Le comportement du gouvernement iranien n’est pas approprié, mais les sanctions de l’ONU doivent impulser le dialogue avec le pays asiatique,a dit le président russe Dmitri Medvédev dans le discours qu’il a tenu dans le Ministère des Affaires étrangères de la Russie  face aux ambassadeurs et aux représentants russes dans les organisations internationales.

« Il est évident que l’Iran est proche d’avoir le potentiel pour créer des armes nucléaires »,  a reconnu le président. « Mais avoir tel potentiel n’est pas défendu par le Traité de Non prolifération d’Armes Nucléaires et cela est un des problèmes », a-t-il ajouté.
Pour Medvédev, le problème nucléaire iranien est « systémique et est relatif à l’imperfection des actuelles normes internationales par rapport à la non prolifération ». « C’est pourquoi, le point de vueen ce qui concerne chaque  pays  et en vue de la solution du problème ne doit pas être sélectif, mais commun à tous » a-t-il conclu

« J’ai parlé à plusieurs occasions à nos partenaires américains, européens et autres de ce que les sanctions n’ont pas l’habitude d’aboutir à l’effet désiré », a-t-il rappelé. « Mais elles ont certaine signification, qui est  que la communauté internationale envoie un signal qui doit impulser le processus de négociations »,  a-t-il souligné.

Le président russe est convaincu de ce que « maintenant il faut avoir de la patience et renouer le plus promptement  possible le dialogue avec Téhéran ». « Selon notre opinion, c’est là l’essentiel de la nouvelle résolution du Conseil de Sûreté de l’ONU. Et si la diplomatie perd cette opportunité, ce sera notre échec collectif », a-t-il déclaré.

« Pendant ce temps, il ne faut pas oublier que la partie iranienne ne se comporte pas d’une manière adéquate. Nous continuons d’appeler Téhéran pour qu’il montre une transparence adéquate et une disposition à coopérer avec l’AIEA(l’Agence Internationale de l’Energie Atomique), éclaircir toutes les affaires en souffrance et cela correspondrait effectivement aux intérêts iraniens »,  a-t-il souligné.

« Tous ceux qui cherchent une résolution mutuellement acceptable ont une responsabilité très sérieuse ». Tous doivent jouer le rôle d’une manière énergique et solidaire sans se limiter aux actions unilatérales « , a -t-il déclaré.

La réalité est que la Russie est entraîné dans une tactique en vue de la guerre à laquelle avec la Chine elle s’est longtemps opposée, mais jusqu’où espère-t-elle aller comme ça ?

Surtout que le fond du problème demeure entier , l’Iran ne cédera pas tandis que les Etats-Unis et leurs alliés font tout pour créer des casus belli.
 Le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki a qualifié de « totalement faux » les propos du président russe Dmitri Medvedev. »Les dernières paroles de Medvedev sur le thème nucléaire sont totalement fausses et nous les démentons », a déclaré le ministre iranien lors d’une conférence de presse à Madrid.

« La Russie est notre voisin et nous voulons maintenir de bonnes relations mais nous sommes critiques sur certaines de ses positions », a encore commenté le chef de la diplomatie iranienne, au lendemain d’une rencontre avec son homologue espagnol, Miguel Angel Moratinos. Moscou avait voté en juin, avec les autres grandes puissances du Conseil de sécurité de l’ONU, en faveur d’une quatrième série de sanctions financières et militaires contre Téhéran.

Si l’on suit au jour le jour les nouvelles, on a le sentiment que le cas iranien est déjà tranché…

Il est clair que les Iraniens ne sont pas prêts à céder. Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a affirmé aujourd’hui que les Gardiens de la révolution et l’armée iranienne allaient « trancher les mains des puissances oppressives et arrogantes », en référence à l’Occident.

« Les Gardiens de la révolution et l’armée trancheront les mains des puissances oppressives et arrogantes », a proclamé M. Ahmadinejad lors d’un rassemblement des commandants des Gardiens. « Le monde arrogant est plus faible et il ne peut nuire à la nation iranienne », a-t-il poursuivi, selon Sephanews, le site des Gardiens de la révolution, armée idéologique du régime qu’il a qualifiée de symbole de la résistance face à l’Occident. Par sa force, l’Iran est « indestructible », a encore affirmé Mahmoud Ahmadinejad.

Le bras de fer se poursuit entre Téhéran et les puissances occidentales autour du programme nucléaire controversé de la République islamique. L’Occident, Washington en tête, soupçonne l’Iran de chercher à se doter de l’arme nucléaire, ce qu’il dément.

Le 9 juin, le Conseil de sécurité de l’ONU a voté un quatrième train de sanctions financières et militaires contre l’Iran, qui refuse de suspendre ses activités nucléaires sensibles, principalement l’enrichissement d’uranium. Ces sanctions ont été suivies par d’autres imposées unilatéralement par les Etats-Unis et l’Union européenne.

Danielle Bleitrach

13 juillet

http://socio13.wordpress.com/2010/07/13/irak-un-groupe-soutenu-par-liran-projette-dattaquer-des-bases-americaines-selon-les-usa/


3-2 L'ALBA exprime son soutien aux droits nucléaires de l'Iran et condamne les sanctions.

Une guerre contre l'Iran ne serait pas une promenade pour les Etats-Unis et Israël, même s'ils ont une supériorité militaire écrasante et même s'ils décident d'utiliser des armes atomiques.

Les sanctions votées par le Conseil de Sécurité, grâce au non veto de la Chine et de la Russie, n'ont pas intimidé l’Iran. Manifestement, la "communauté internationale" ne se résume pas aux grandes puissances nucléaires ou à l'Otan. Déjà la Turquie et le Brésil s'étaient opposés au vote des sanctions.

De fermes résolutions se sont élevées d'Amérique Latine et des Caraïbes: à Cuba, les interventions de Fidel Castro (que nous avons diffusées dans Alerte Otan il y a quelques jours); et maintenant, les ambassadeurs et chefs de missions de l'ALBA, réunis à Téhéran. (C.P.)

 July 17,

Extrait de Teheran's Times, 15 juillet 2010

Les ambassadeurs et chefs de mission de l'alliance ALBA ont exprimé leur soutien au droit pour l'Iran d'utiliser l'énergie nucléaire à des fins pacifiques et ont condamné l'imposition des sanctions à ce pays.

Ils ont signé une déclaration, qui a été présentée lors d'une conférence de presse à l'ambassade du Venezuela à Téhéran ce mercredi.

Jorge Miranda, l'ambassadeur de l'Etat multinational de Bolivie, William Carbo Ricardo, ambassadeur de la république de Cuba, Daniel Alvarez, chargé d'affaires de la république d'Equateur, Mario Barquero, ambassadeur de la république du Nicaragua, et David Velazquez, ambassadeur de la république bolivarienne du Venezuela, participaient à la conférence de presse.

Voici le texte de la Déclaration:

"Nous, ambassadeurs et chefs de missions des Etats membres de l'ALBA auprès de la république islamique d'Iran, condamnons les intentions militaristes et déstabilisantes du gouvernement des Etats-Unis et de ses alliés, et principalement du gouvernement sioniste d'Israël, et leurs actions qui préparent un conflit contre l'Iran qui s'étendrait à tout le Moyen Orient.

Nous confirmons le soutien de nos gouvernements au droit souverain de la république islamique d'Iran à produire de l'énergie atomique et à l'utiliser à des fins pacifiques, droit de toutes les nations qui ont signé le TNP

La voie du dialogue civilisé pour résoudre les controverses ne devrait jamais être fermée, car c'est la principale forme de relations entre des nations souveraines en ce 21e siècle. Une agression militaire contre la république islamique d'Iran ne ferait qu'entraîner des conséquences néfastes pour toute l'humanité.

Tous les peuples et gouvernements de l'ALBA - alliance bolivarienne des peuples de notre Amérique - croient qu'un franc dialogue pour trouver des solutions et des accords doit prévaloir sur les coups de canon." 

Pendant la conférence de presse, l'ambassadeur Barquero a dit: "nous nous sommes réunis pour condamner l'impérialisme... exprimer notre opposition au régime sioniste et mettre en avant la nécessité de paix et d'entente pacifique".

L'ambassadeur cubain a déclaré: "nous avons toutjours dit que les menaces contre l'Iran étaient condamnables, et nous avons exprimé notre volonté de soutenir l'Iran également sur ce point-ci, et nous croyons que la nation iranienne peut donner une réponse ferme à ces menaces".

Velazquez (Venezuela) déclare: "nous sommes réunis pour exprimer les positions communes de pays d'Amérique Latine concernant toutes les mesures contre l'Iran et pour dénoncer les actes hostiles envers l'Iran.

...Il ajoute que l'Iran et le Venezuela ont signé des accords concernant le pétrole et la pétrochimie, qui sont également soumis à des sanctions, mais que le Venezuela continuera à coopérer pleinement avec l'Iran dans ces domaines.

L'ambassadeur Miranda a dit que le président bolivien Evo Morales effectuera une visite officielle en Iran, le mois suivant le ramadan...

Les ambassadeurs ont réitéré que l'ALBA poursuivra sa coopération économique avec l'Iran malgré les sanctions économiques imposées à ce pays...


3-3 La chine investit dans des projets énergétiques iraniens = Une réponse aux sanctions de l’UE . 

A peine quelques jours après l’adoption par l’Union européenne d’une nouvelle série de sanctions contre l’Iran, visant particulièrement ses secteurs énergétiques (pétrolier et gazier), la Chine décide de rompre toutes ces résolutions en créant un nouveau partenariat avec Téhéran.
Ainsi, elle va investir quelque 40 milliards de dollars US dans les secteurs pétroliers et gaziers dans ce pays. Selon le vice-ministre du Pétrole iranien, Hossein Noghrekar Shirazi, cité par l’agence Mehr, «la Chine participe à des projets en amont pour un montant de 29 milliards de dollars et des projets en aval, notamment pour la construction d’usines pétrochimiques et de raffineries, pour un montant de 10 milliards de dollars». Devenu le principal partenaire économique et commercial de l’Iran, la Chine a également proposé de participer à la construction de sept nouvelles raffineries.
M. Noghrekar Shirazi a, toutefois, souligné que les exportations pétrolières iraniennes vers la Chine avaient baissé de 30% durant les six premiers mois de 2010, passant ainsi à 66 millions de barils par jour.
Les entreprises chinoises ont, elles aussi, signé quelques contrats, dont la construction d’une autoroute reliant Téhéran à la mer Caspienne. Par ces nouveaux investissements dans un  pays mis «en quarantaine», la Chine passe outre la politique occidentale envers le régime iranien. Sachant que l’UE a interdit à compter du 27 juillet tout nouvel investissement, toute assistance technique ou transfert de technologies, notamment pour le raffinage du brut et la liquéfaction de gaz, le géant asiatique n’a pas hésité à protéger ses intérêts dans la région, en engageant de nouveaux projets en Iran. Vendredi, Pékin avait «désapprouvé les sanctions unilatérales» prises par l’UE envers l’Iran pour pousser Téhéran à reprendre les négociations sur son programme nucléaire. Etant membre du groupe des Six (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Russie, Chine et Allemagne), il s’est toujours dit pour une solution diplomatique quant à la résolution du conflit entre les deux parties.
Dans un communiqué, le porte-parole du ministère des AE, Mme Jiang Yu, a affirmé que la Chine espère «que les parties concernées continueront à s’en tenir à la voie diplomatique et résoudront de manière appropriée ce problème à travers les discussions et les négociations». Washington et ses alliés souhaitent que la Chine adopte, elle aussi, des sanctions contre le régime d’Ahmadinejad.
Sous pression, elle avait voté en juin aux côtés de onze autres Etats membres du Conseil de sécurité de l’Onu un quatrième train de sanctions en raison du refus de l’Iran de suspendre son programme d’enrichissement d’uranium. En misant sur la carte du partenariat et du dialogue, la Chine s’oppose clairement aux décisions unilatérales et illégales de l’Europe.
Dans le fond, le Vieux continent, coupable d’un alignement inconditionnel aux côtés de l’Etat hébreu raciste et d’une vision à double standard, joue sa crédibilité gravement entachée par son silence complice sur les crimes de guerre et contre l’humanité commis en toute impunité par son allié seul détenteur de l’arme atomique dans la région.

31/07/2010

http://www.horizons-dz.com/monde/12381.html


3-4 Echange d’uranium: Moscou salue l’ouverture de l’Iran au dialogue.

Les nouvelles qui proviennent de Moscou témoigne de la valse hésitation de la Russie.

Après avoir voté les sanctions (avec la Chine) Moscou salue l’intention de l’Iran de reprendre les négociations avec le Groupe de Vienne (Russie, France, Etats-Unis et AIEA) sur l’échange d’uranium faiblement enrichi contre du combustible nucléaire enrichi à 20% pour le réacteur de recherche de Téhéran, a annoncé mardi le ministère russe des Affaires étrangères.

De surcroît Moscou juge, à l’inverse des Etats-Unis et de l’UE, que le brésil et la Turquie doivent être associés aux négociation.

D’un côté, la Russie est visiblement inquiète des processus parallèles de vote de sanctions plus drastiques que celles de l’ONU aussi bien en ce qui concerne la Corée du Nord(1) que l’Iran de la part des Etats Unis et de l’UE pour l’Iran, de l’autre, la Russie tente toujours des accommodements avec l’Union européenne et de ménager la chèvre et le chou (2).

Entre l’affaire des espions russes et la privatisation des grandes entreprises  qui s’accélère, la Russie semble avoir du mal à se situer, mais il semble néanmoins que la Russie ne suivra pas le bellicisme des USA et de leurs alliés.

Moscou salue l’initiative de Téhéran

Téhéran a adressé lundi au directeur général de l’AIEA Yukiya Amano une lettre attestant le désir des autorités iraniennes de reprendre sans préalables les négociations sur l’échange d’uranium faiblement enrichi contre du combustible pour le réacteur de Téhéran.

Ce message fait suite à l’entente intervenue en mai dernier entre l’Iran, le Brésil et la Turquie. Aux termes de ce document, Téhéran doit envoyer en Turquie 1.200 kg d’uranium enrichi à 3,5% et recevoir au cours d’une année 120 kg de combustible nucléaire enrichi à 20%.

  »Nous saluons cette démarche de Téhéran, car elle permet d’examiner les aspects techniques de l’approvisionnement en combustible du réacteur de recherche sur la base des propositions formulées par toutes les parties intéressées, dont la déclaration tripartite signée le 17 mai par l’Iran, le Brésil et la Turquie », indique le communiqué de la diplomatie russe.

Selon le document, « ce schéma permettrait de créer une atmosphère propice au règlement de tous les problèmes liés au programme nucléaire iranien et contribuerait à rétablir la confiance dans son caractère exclusivement pacifique ».

Moscou juge nécessaire d’associer les représentants du Brésil et de la Turquie aux négociations entre l’Iran et le Groupe de Vienne.
Le programme nucléaire iranien a été le vendredi 16 juillet au centre d’une rencontre entre le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov et l’ambassadeur du Brésil à Moscou Carlos Antonio da Rocha Paranhos, rapporte le département de l’information et de la presse du ministère russe des Affaires étrangères.

La discussion a porté sur certaines questions bilatérales, le calendrier des contacts russo-brésiliens et la situation autour du programme nucléaire iranien », a indiqué le département dans un communiqué.

Le chef de la diplomatie iranienne Manouchehr Mottaki a déclaré mardi dernier que la Turquie et le Brésil devaient se joindre aux négociations des Six (médiateurs internationaux sur le dossier iranien: Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie).

Dans le même temps, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a indiqué que les Six n’avaient pas discuté de la participation d’Ankara et de Brasilia aux négociations. Toutefois, il a salué les initiatives turque et brésilienne concernant les schémas de fourniture d’uranium pour le réacteur de recherche iranien.

Le 17 mai dernier, l’Iran a signé avec la Turquie et le Brésil un accord prévoyant l’échange sur le territoire turc de 1.200 kg d’uranium iranien faiblement enrichi (3,5%) contre 120 kg de combustible enrichi à 20% fourni par les grandes puissances, destiné au réacteur de Téhéran.

Le Conseil de sécurité de l’Onu a déjà adopté plusieurs résolutions sanctionnant l’Iran pour son refus d’établir un moratoire sur l’enrichissement d’uranium dont la plus récente remonte au 9 juin 2010.

 

(1)     sur l’affaire du naufrage de la corvette il faut citer cet article de ria novosti  qui explique que les experts russes hésitent sur les causes du naufrage : « La corvette sud-coréenne Cheonan a coulé en mer Jaune le 26 mars dernier. L’accident a fait 46 morts, 58 marins ont été sauvés. Une commission d’enquête internationale composée d’experts américains et japonais a établi que le navire avait été détruit par une torpille nord-coréenne. Pyongyang a catégoriquement nié toute responsabilité dans cette tragédie. Un groupe d’experts russes s’est également rendu en Corée du Sud pour établir les causes du naufrage.Le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné l’attaque du Cheonan, sans toutefois en accuser la Corée du Nord. »Les résultats de l’enquête effectuée par les experts russes suscitent des interrogations. Nous n’avons pas reçu de réponses claires. Mais je n’en dirai pas plus », a déclaré M.Vyssotski sur les ondes de la radio Echo de Moscou.
Il a dans le même temps souligné que les spécialistes militaires russes bénéficiaient « du régime de travail le plus favorable » en Corée du Sud.

(2)     L’amiral ignore si les questions en suspens seront un jour clarifiées ou non. « Cela ne dépend pas de nous. La situation dans la région Asie-Pacifique a toujours été compliquée. Nous le savons bien », a-t-il conclu.

Publié 28 juillet

(3)   Ria novosti : 

http://socio13.wordpress.com:80/2010/07/28/echange-duranium-moscou-salue-louverture-de-liran-au-dialogue/


3-5 Radjab Safarov : les sanctions de l’UE torpillent les négociations.

Les sanctions supplémentaires de l’UE contre l’Iran entravent la reprise des négociations entre Téhéran et les six médiateurs internationaux sur le dossier nucléaire iranien (Russie, Etats-Unis, France, Chine, Grande-Bretagne et Allemagne), estime Radjab Safarov, directeur du Centre russe d’étude de l’Iran contemporain.

"Violant grossièrement la législation internationale, les Etats-Unis ont unilatéralement décrété leurs propres sanctions anti-iraniennes peu après celles du Conseil de sécurité de l’ONU. Par ce geste, Washington a invité les autres pays à l’imiter", a-t-il déclaré jeudi lors d’une conférence de presse à Moscou.

Selon M. Safarov, la démarche américaine a été largement suivie par l’UE qui "a adopté des sanctions encore plus sévères que les Etats-Unis".

Votées le lundi 26 juillet par les chefs de diplomatie des 27 pays membres de l’Union européenne, les sanctions européennes gèlent les investissements dans le secteur énergétique de l’Iran, interdisent le transfert des technologies de pointe et frappent les exportations de produits pouvant être utilisés à des fins militaires.

"Ces sanctions n’ont aucun rapport avec le régime de non-prolifération. Dirigées en premier lieu contre la population civile, elles ne tarderont pas à détériorer la situation humanitaire en Iran", a affirmé l’expert.

"Les sanctions européennes sont contreproductives et ne font que saper la confiance dans le Conseil de sécurité et surtout dans les six pays médiateurs", a-t-il souligné.

Et d’ajouter que la Russie, qui a dénoncé la démarche unilatérale de l’UE, "a elle aussi toutes les raisons de ne pas faire confiance à ses partenaires au sein du groupe des six".

Le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Andreï Nesterenko a déclaré mardi que l’instauration des sanctions unilatérales par Washington et Bruxelles était "inacceptable", car cette mesure allait à l’encontre de "la résolution soigneusement concertée du Conseil de sécurité de l’ONU".

Moscou condamne également la tendance des Etats-Unis et de l’UE à étendre leur législation intérieure à des pays tiers et à punir les Etats qui refusent d’appliquer les sanctions américaines et européennes, mais respectent consciencieusement celles du Conseil de sécurité de l’ONU.

Comité Valmy

29 juillet - RIA Novosti

http://www.comite-valmy.org:80/spip.php?article771


3-6 Danielle Bleitrach : Afghanistan, Irak, demain l’Iran: la vérité fait peur. 
Après la diffusion de documents par le jeune soldat -dont depuis on a appris qu’il se trouvait incarcéré dans une prison militaire au Koweit quand il a envoyé les dits documents- un certain nombre de questions demeurent, d’abord comment a-t-il pu faire ?

Ensuite pourquoi, et enfin quelles conséquences. Sans pouvoir prétendre aujourd’hui à répondre à toutes ces interrogations, un certain nombre d’informations parvenues dans la seule journée du 30 juillet permettent d’éclairer le fait et surtout lui donner sa véritable dimension, celle d’une fuite en avant dans le mensonge pour aller toujours plus loin dans la folie, le pillage, la destruction… Tout en parant ceux qui accomplissent ces crimes des vertus démocratiques.

Le jeune soldat est-il un traitre ou un héros et s’il n’était qu’un symptôme de ce que représente la guerre, celles d’aujourd’hui et celle de demain si nous n’y prenons garde… 

 Le jeune soldat a-t-il agi seul ?

La guerre hors limite : Le fait que ce soit le soldat Bradley Manning , de l’armée des Etats-Unis qui ait diffusé les documents a été découvert par le pirate informatique (hacker), Lamo. Le jeune soldat était déjà d’ailleurs incarcéré dans une prison militaire et Lamo qui l’a détecté pense de ce fait il a eu une aide technique… ,Lamo, a été lui-même en prison en 2004 pour s’être introduit dans les systèmes informatiques du The New York Times, Microsoft et Lexis-Nexis avec l’intention, selon lui ,de tester les défenses de ces entreprises.Cette note informative qui est parue aux Etats-unis et en Amérique latine témoigne du fait que nous sommes entrés dans un nouvel âge de la guerre, lequel ?

Dans mon blog, j’avais présenté un livre de deux stratèges chinois, La Guerre hors limites , Qiao Liang & Wang Xiangsui, Payot, Rivages, 2003. Ce livre est un remarquable ouvrage de stratégie rédigé par deux colonels de l’armée chinoise. Les auteurs nourrissent leur analyse d’une réflexion solide sur la Première guerre du Golfe, elle-même nourrie d’une excellente connaissance des auteurs classiques et contemporains de l’art stratégique.Le cœur de leur réflexion est simple : jusqu’à notre époque, les progrès dans l’art de la guerre reposaient toujours pour l’essentiel sur des progrès technologiques, et chaque guerre pouvait être qualifiée par sa technologie la plus récente (guerres d’artillerie, guerres aériennes, etc.). Avec toujours plus un déplacement du champ de bataille vers les population civile, intié par Hitler et qui a marqué toute la deuxième guerre mondiale et rapidement adopté par les Etats-Unis, Hiroshima, les nappes de bombes à partir des B 52. La Première guerre du Golfe, à cet égard, marque l’acmé de ce mouvement avec une mobilisation de l’électronique, de l’information, du traitement de l’information et de la domination aérienne sans précédent.

Mais, pensent les auteurs, ce mouvement est aujourd’hui achevé. Les technologies de la communication, l’imcrication des sociétés mondialisées sont telles que : de très nombreux facteurs peuvent désormais être utilisés comme arme de guerre ;
 la combinaison des « armes » existantes ouvre de telles possibilités que tous les progrès à venir reposeront sur cet art de la combinaison.

Extrait :

« A l’époque de la synthèse des techniques et de la mondialisation (…) la relation entre armes et guerre a été réordinnée, tandis que l’apparition d’armes de nouvelles conception et surtout de nouvelles conceptions d’armes ont progressivement brouillé le visage de la guerre. Une seule attaque de « hacker » compte-t-elle pour un acte hostile ? L’emploi d’instruments financiers pour détruire l’économie d’un pays peut-elle être considérée comme une bataille ? La diffusion par CNN du cadavre d’un soldat américain exposé dans les rue de Mogadiscio a-t-elle ébranlé la détermination des Américains de se comporter comme le gendarme du monde, et modifié du même coup la situation stratégique mondiale ? »

La guerre moderne mêle à la fois occupation aérienne et territoriale, information, culture, médias, manipulation psychologique, action économique, menace écologique… dans des combinaisons imprévues et sans cesse variable.

Les auteurs développent avec rigueur et conséquences ce postulat et présentent, de manière très convainquante ce qu’ils estiment être désormais la méthode essentielle du nouvelle Art de la guerre : « la combinaison hors limites ».

Cette guerre a déjà commencé, et les hackers en font partie intégrante, parce que quand il a été écrit internet était à un stade balbutiant mais désormais on doit y intégrer cet extraordinaire mais parfois repoussant amas de rumeurs, d’informations mais aussi de désinformation.

La guerre totalement asymétrique devient de simple police

j’ajouterai que l’extraordinaire est lié au nouvel ennemi que se sont fabriqués les puissances occidentales en suivant les Etats-Unis et de ce point de vue ce qui se passe en Afghanistan et en irak est exemplaire. Déjà préfiguré par la déroute des armées Etatsuniennes en Somalie juste après la guerre du Golfe de 1991. Une armée d’une lourdeur inouïe conçue pour l’affrontement avec une autre grande puissance, une armée mercenaire avec une logistique démesurée se trouve confrontée à des rebelles et à une population qui ne peut plus supporter une telle occupation. Cette armée doit affronter un adversaire si asymétrique que sa mission en devient de simple police et elle ne sait faire régner que le chaos. Elle a de surcroît un étrange cahiers de charges : il ne doit y avoir aucun mort dans l’armée d’invasion.

Il faut encore ajouter le fait que l’armée devenue de métier, formée d’engagés et avec de plus en plus de mercenaires, n’est plus l’instrument du patriotisme mais le symptôme de sa crise, avec un maximum de jeunes chômeurs, voire de latinos cherchant un moyen de s’intégrer rapidement à la nationalité des Etats-Unis mais aussi d’autres pays occidentaux alors que comme en Arizona les frontières se ferment et l’immigration est de plus en plus délinquante. L’armée avec son complexe industrialo militaire générateurs d’immenses profits à un bout de la chaîne, puisque les guerres se chiffrent en milliard de dollars, la privatisation croissante de ses fonctions et une population recrutée sur la base de la crise est envoyée se battre contre des peuples de misérables dont elle ignore tout et finit par provoquer un sursaut patriotique de la part de l’adversaire.

C’est dans ce contexte qu’il faut apprécier une nouvelle intervenue également hier 30 juillet:2010 : ce jour-là, des dizaines d’habitants de Kaboul se sont insurgés et ont blessé trois policiers et ont mis le feu à deux véhicules de l’OTAN lors d’une manifestation populaire, après qu’un véhicule de l’Alliance Atlantique ait été impliquée ce vendredi dans un accident de circulation qui a coûté la vie à au moins quatre civils, avant de prendre la fuite. L’accident à eu lieu à trois heures de l’après-midi (heure locale)dans la zone résidentielle de Bebe Mahro – proche de l’aéroport de Kaboul- quand un car de tourisme avec six occupants à bord a explosé après un choc avec un véhicule de l’OTAN qui faisait partie d’un convoi, qui tentait de rentrer dans la rue principale. Les forces afghanes ont immédiatement fermé la zone mais un grand nombre d’habitants ont commencé à se regrouper sur les lieux de l’accident pour voir ce qui se passait, selon une information de l’agence afghane Pajhwok.

Quand ils ont su que le véhicule de l’OTAN était à l’origine du sinistre et avait pris la fuite, les habitants de la capitale ont commencé à jeter des pierres sur les véhicules alliés qui circulaient aux alentours et ont mis le fu à certains d’entre eux. Trois policiers ont éte blessés par les jets de pierre. Finalement la police afghane a pu disperser la foule qui hurlait sa colère contre les troupes étrangères et le président afghan, Hamid Karzai.Lincident a donné lieu à une enquête par la police afghane et la Force Internationale d’Assistance pour la sécurité en Afghanistan (ISAF), il y a eu dans le véhicule civil quatre morts et deux blessés.

cet incident est caractéristique de l’exaspération des populations, il ne s’agit plus seulement des zones rebelles mais bien du centre de la capitale, de sa zone résidentielle que l’on prétend pacifiée. Cette situation est à mettre en relation avec la manière dont les soldats nord-américains en Iraq sont placés dans des zones lointaines pour les protéger de la population.

Quelle menace contre la sécurité nationale ?

Cet état de fait qui ne cesse de se reproduire nous incite à dire notre accord avec ce que déclarait le 29 juillet »la vérité fait peur : le reporter DAVE LINDORFF

« La réponse initiale de la Maison blanche à la sortie de 92,000 pages de rapports sans complaisance sur le terrain par les États-Unis force en Afghanistan pendant la période de 2004-2009 – qu’il s’agissait là d’ une menace à la sécurité nationale et aux vies des troupes américaines – était aussi prévisible que grotesque. Ces documents n’ont révélé rien de nouveau pour les ennemis de l’Amérique en Afghanistan ou le Pakistan. Les combattants Talibans savaient parfaitement que leurs missiles guidés par infrarouge avaient avec battu avec succèsdes hélicoptères américains. Ils n’ont révélé rien de nouveau pour le service secret du Pakistan, l’ISI. Les Pakistanais savaient qu’ils aidaient le Taliban avec leurs renseignements, la planification stratégique et des armes dans leur combat contre des forces américaines et le régime actuel de marionnettes à Kaboul. Ils n’ont rien révélé non plus à la population civile très patiente en Afghanistan non plus.Les Afghans savent que des forces américaines les ont visés aux points de contrôle, bombardant effrontément leurs maisons et villages dans des tentatives de frapper des supposés leaders Talibans ou Al Qaeda et dissimulant ces atrocités quand des hommes innocents, des femmes et des enfants sont les victimes.

Non, l’idée que la sortie de ces documents est une menace est un mensonge aussi énorme que celui des deux la dernière administration de Président George W. Bush et l’administration actuelle de Barack Obama ont lancé, les EU sont engagés dans « une bonne guerre, en essayant de battre »des terroristes »et établir un gouvernement démocratique en Afghanistan.C’est ce qui fait que la sortie des documents de WikiLeaks comme la sortie de ceux deDaniel Ellsberg et de Tony Russo du Pentagone jadis. Ce n’est pas tellement qu’il y ait des nouvelles informations explosives dans ces documents, quoiqu’il y en ait certains. C’est le fait qu’ils exposent au public américain la profondeur et l’étendue de la réalité du gouvernement et du Pentagone dans les guerres en question » counterpunch 29 juillet, traduit par danielle bleitrach 

La révélation est pour nous peuples occidentaux qui acceptons que l’on mène de telles guerres en notre nom.

Le dernier symptôme de la profondeur de la crise : le suicide

 Alors que le challenge est de zéro morts chez les soldats des puissances occidentales que l’on considère comme de la porcelaine fragile, un mal plus profond les ronge. Le taux de suicide chez les soldats dans l’armée des Etats-Unis dépasse pour la première celui des civils depuis la guerre du Viet-Nam, dit le New York Times du 30 juillet.

Un nouveau rapport du Pentagone met en évidence le chiffre record de 160 suicides pour les effectifs en service dans l’année qui intervient entre le 1 octobre 2008 et le 30 septembre 2009. 
Le document met en cause la responsabilité du haut commandement pour ignorer les problèmes croissants de maladie mentale, de drogues et délits entre les soldats.

Selon le texte, un tiers des troupes prend au moins un médicament sur ordonnance et 14% ingère un quelconque type d’analgésique fort.. selon le rapport, à peu près 20 de chaque 100 mille soldats se sont donnés la mort comparé le premier de 19 par chaque 100 mille citoyens à l’intérieur de la population civile.

Le suicide n’est pas un phénomène individuel expliquait Durkheim, il illustre en quelque sorte l’état réel des rapports sociaux et il mettait en évidence, le suicide anomique, celui où l’individu perd contact avec les autres comme d’ailleurs avec le sens de ses actes.

Cependant, le président Barack Obama a sanctionné ce jeudi une loi de financement de guerre qui octroie 37 milliards de dollars plus aux guerres de l’Afghanistan et de l’Iraq. Il l’a fait avec le soutien massif des républicains et une faille de plus en plus manifeste dans la population qui l’a élu.

En France, si l’on excepte la position courageuse de Paul Quiles dans une tribune du monde, pour nos médias et nos hommes politiques nous ne serions pas concernés, le Monde Du 29 juillet accomplit même l’exploit d’attribuer la totalité de la catastrophe afghane au président Bush qui n’a pas assez envoyé de troupes, heureusement Obama le fait selon ce quotidien. L’erreur poursuit le « grand » quotidien du soir a été que Bush centre tout sur l’irak.

 Oui et avec les résultats que l’on voit qui ne vallent pas mieux que ceux de l’Afghanistan.

Mais pour le Monde très représentatif du consensus droite gauche non seulement sur la guerre mais sur l’absence d’alternative à la société actuelle s’agit de sauver le soldat Obama pour nous permettre de nous lancer tous dans l’assaut contre l’Iran. La fuite en avant du docteur Fol amour…

Danielle Bleitrach

Publié 31 juillet 2010

http://socio13.wordpress.com/2010/07/31/afghanista-irak-demain-liran-la-verite-fait-peur-par-danielle-bleitrach/#more-25126


3-7 Bruit de bottes : La plupart des Américains soutiendraient l’attaque israélienne sur l’Iran. 

Sondage : La plupart des Américains soutiendraient l’attaque israélienne sur l’Iran

Plus de la moitié des Américains soutiennent les mesures militaires prises par Israël contre l’Iran, selon un sondage publié mercredi.

(sondage réalisé par TIPP, l’unité de vote de TechnoMetrica Market Intelligence)

Selon ce sondage, 43 pour cent des démocrates américains approuvent une action militaire d’Israël contre l’Iran pour empêcher celle-ci de fabriquer des armes nucléaires, tandis que 40 pour cent désapprouvent. A la même question, les Républicains sont 74 pour cent à approuver contre 17 pour cent à refuser. Parmi les indépendants, 56 pour cent approuvent une action militaire alors que 30 pour cent désapprouvent.

Dans l’ensemble, 56 pour cent des Américains approuvent une attaque militaire, tandis que 30 pour cent désapprouvent, selon le sondage. Par ailleurs, le site NewsMax rapporté jeudi qu’un autre sondage - Pew Research - a montré des résultats similaires, avec 66 pour cent des Américains préférant un conflit, tandis que 24 pour cent s’y opposant. Selon le sondage Pew Research, qui comprend 22 états le mois dernier, une majorité dans 16 des États préféré une frappe militaire à tolérer un Iran nucléaire.

La semaine dernière, le Washington Post a rapporté que le sénateur américain John McCain a déclaré qu’il ne croyait pas qu’Israël envisage une action militaire contre l’Iran à cause de son programme nucléaire controversé.

« Je ne crois pas que nous sommes sur le point de faire ce genre de décision, ni le gouvernement israélien, au stade où en est maintenant l’Iran si le développement de leurs armes nucléaires est vraiment le sujet », a déclaré McCain aux journalistes après des entretiens avec le chef israëlien des Forces de défense d’état-major Gabi Ashkenazi et ministre de la Défense Ehud Barak.

Source : Haaretz

vendredi 16 juillet 2010,

 Comité Valmy

http://www.comite-valmy.org:80/spip.php?article755


3-8 Côté iranien : Parer à toute éventualité.

Le leader de la révolution islamique Ali Khamenei a appelé les autorités à se préparer à « toutes les éventualités" et dit que, comme par le passé, l’Iran sortira vainqueur de la confrontation avec des adversaires.

Lors d’une réunion avec les commandants et le personnel de la Révolution islamique du corps des gardiens (CGR) le mercredi, il a déclaré : « Toutes les autorités doivent être conscients et engagés envers leurs fonctions comme c’était le cas pendant les 31 dernières années (depuis la Révolution islamique de 1979) ... Soyez prêt à toute éventualité.

« Sans aucun doute et comme cela a été dans le passé, le grand peuple iranien et la République islamique en sortira victorieux de toute la confrontation avec les ennemis »

Attirant l’attention sur les nouvelles sanctions imposées par l’ONU, États-Unis, l’Union européenne, les menaces militaires par Israël et les Etats-Unis, l’ayatollah Khamenei a déclaré : « Ils parlent de manière à nous faire croire qu’il y a une menace très sérieuse derrière toutes ces menaces. Que ces menaces sont réelles ou fictives, nous devons être prêts pour toutes les conditions et tous pour défendre la grande nation iranienne. »

Il s’est référé aux remarques faites par les autorités américaines au sujet de leurs tentatives incessantes de changer le comportement de l’Iran et a déclaré : « Le vrai sens de ces mots, c’est qu’ils cherchent à changer le cours de la République islamique. »

« Ce qui a réellement tenu la République islamique sur la bonne voie, c’est l’amour du peuple pour l’islam et pour le pays... Cela a transformé le pays en un bastion ... Mais si nous changeons de cap et si nous arrêtons de soutenir l’islam, les agresseurs et les tyrans prendront pied en Iran », a noté le chef.

Il a souligné les progrès et le développement dans le pays et a déclaré : « Selon des estimations internationales, les progrès scientifiques de l’Iran est au-delà de la moyenne mondiale. Nous sommes encore loin d’atteindre l’apogée de l’essor scientifique, mais nous ne devons pas négliger les honneurs de ces progrès rapides. »

L’ayatollah Khamenei a fait référence à l’agitation après les élections présidentielles contestée de l’an dernier et a déclaré : « Nos jeunes et les gens ont acquis beaucoup d’expérience politique en raison des nombreux incidents et des complots dans le pays.

Maintenant, ils comprennent très bien les questions et même si ils choisissent d’abord de suivre une voie douteuse, ils changent rapidement de cap quand ils découvrent la vérité. Cela est évident dans les incidents de l’an dernier ».

L’Iran a accusé les États occidentaux hostiles - notamment les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France - et à leurs médias d’être l’instigateur et le soutien à la violence post-électorale à Téhéran et dans d’autres villes qui ont entraîné la mort d’au moins 30 personnes.

Source : Iran Daily

Post-scriptum :

* Sachant aujourd’hui que les élections de 2007 devraient être annulées pour cause de financement illégal, il faut bien parler de prise de contrôle et non d’élections.

** Code de la Défense, Article D.4122-3, troisième alinéa :

(En tant que subordonné, le militaire) ne doit pas exécuter un ordre prescrivant d’accomplir un acte manifestement illégal ou contraire aux règles du droit international applicable dans les conflits armés et aux conventions internationales en vigueur.

vendredi 16 juillet 2010,

 Comité Valmy

http://www.comite-valmy.org:80/spip.php?article755


3-9 Le physicien Shahram Amiri.

1 Le physicien iranien Amiri a été un agent de la CIA pendant des années...

 Le physicien iranien Shahram Amiri, qui a passé 14 mois aux Etats-Unis dans des circonstances mystérieuses, a été pendant des années un informateur de la CIA en Iran, a affirmé vendredi le New York Times.

"Shahram Amiri a décrit en détail devant des agents du renseignement américain la façon dont une université de Téhéran est devenue le quartier général secret" pour le programme nucléaire du pays, écrit le journal en citant des responsables américains parlant sous couvert de l'anonymat. 

"Alors qu'il se trouvait toujours en Iran, il a été l'une des sources" d'une évaluation très contestée des services de renseignement, publiée en 2007, sur le programme d'armement iranien, ajoute le New York Times. 

Le chercheur iranien a, "durant plusieurs années", "fourni ce qu'un responsable a décrit comme des informations 'significatives, de première main', relatives aux aspects secrets du programme nucléaire de son pays", ajoute le journal, citant ces responsables américains.

M. Amiri avait disparu en juin 2009 en Arabie saoudite où il se trouvait en pèlerinage. Il est réapparu mardi aux Etats-Unis où il s'est réfugié à la section des intérêts iraniens à Washington et a demandé à pouvoir rentrer en Iran.

Il a réaffirmé jeudi à son retour à Téhéran qu'il avait été "enlevé" par les services secrets américains et qu'il ne travaillait pas dans le nucléaire. Il a ajouté avoir résisté à des pressions des agents américains pour déclarer aux médias qu'il détenait d'importantes informations dans le domaine nucléaire.

"Je n'ai fait aucune recherche dans le domaine nucléaire. Je suis un simple chercheur travaillant dans une université ouverte à tous et où il n'y a aucun secret", a-t-il dit.

Les agents du renseignemant américain "m'ont demandé de dire aux médias américains que j'avais demandé l'asile aux Etats-Unis et que j'avais emmené avec moi des documents et un ordinateur portable contenant des informations secrètes sur le programme nucléaire militaire". 

"Avec l'aide de Dieu, j'ai résisté. Aucun Iranien n'aurait accepté de vendre son pays aux étrangers contre de l'argent", a-t-il ajouté.

(AFP) 16 juillet

 

2 La CIA payait le physicien iranien Shahram Amiri 5 millions de dollars.
Le physicien nucléaire iranien qui est retourné en Iran et qui avait affirmé plus tôt avoir été "enlevé" par des agents des services de renseignements américains a reçu plus de 5 millions de dollars du service secret américain pour donner des renseignements sur le programme nucléaire iranien, a indiqué jeudi le journal Washington Post, sur base des dires de certains fonctionnaires.

D'après le quotidien, Shahram Amiri ne doit pas rembourser l'argent. Il ne peut très probablement pas à cause des sanctions économiques contre l'Iran. L'homme a interrompu "la collaboration visible" avec la CIA et est revenu subitement dans son pays, d'après le journal. Le Washington Post a appris auprès de fonctionnaires qu'il était possible que Shahram Amiri ait changé d'avis par peur de représailles sur sa famille de la part du gouvernement de Téhéran.

 RTL "info", 15 juillet

 

3 L'Iran accuse les pays occidentaux et Israël d'être derrière les attentats.

a accusé samedi les pays occidentaux et Israël d'être derrière le double attentat suicide qui a fait 27 morts jeudi dans le sud-est du pays, en dépit des fermes condamnations des attaques par l'Union européenne et les Etats-Unis. 

Selon le chef adjoint de la police Ahmad Reza Radan, cité par l'agence Mehr, 40 personnes ont été arrêtées, au lendemain de l'attentat, pour "avoir provoqué des troubles" dans la ville de Zahedan. Il n'a pas fourni d'autres précisions. 

"Les responsables de ce crime ont été entraînés et équipés hors des frontières et ils sont ensuite venus en Iran", a déclaré le vice-ministre de l'Intérieur Ali Abdollahi, dans des propos diffusés samedi sur le site internet de la télévision d'Etat. 

"Cet acte terroriste aveugle a été perpétré par les mercenaires du +monde arrogant+", terminologie qui désigne les puissances occidentales, a-t-il dit. [toujours mieux que 'Axe du mal'. Et c'est même une réalité objective RM] 

"Ceux qui ont planifié ce crime et équipé ceux qui l'ont perpétré doivent avoir conscience qu'ils sont tenus pour responsables", a ajouté M. Abdollahi, exhortant l'Afghanistan et le Pakistan voisins à "surveiller leurs frontières". 

L'attaque, qui a également fait plus de 250 blessés, a visé la mosquée Jamia, à Zahedan. Elle a été revendiquée par le groupe sunnite extrémiste Joundallah, qui a affirmé avoir voulu frapper les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique du régime. 

Les capitales occidentales, dont Washington, ont condamné le double attentat. 

Mais le président du Parlement iranien, le conservateur Ali Larijani, a directement accusé les Etats-Unis. 

"Les Américains doivent répondre de cet acte terroriste au Sistan (Balouchistan). Ils ne peuvent y échapper", a-t-il dit, selon le site de la télévision d'Etat.

 Le ministre de l'Intérieur Mostafa Mohammad Najjar a pour sa part incriminé Israël, ennemi juré de la République islamique.

 

"Les actes terroristes des sionistes ont un certain nombre d'objectifs, dont celui de créer des divisions entre les chiites et les sunnites", a déclaré M. Najjar, cité par l'agence Isna. Il a ajouté que les services de renseignement iraniens et l'appareil de sécurité avaient "la situation en main".

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a appelé "les musulmans chiites et sunnites à être patients et à maintenir l'unité", dans un message aux habitants de la province du Sistan-Balouchistan, dont Zahedan est le chef-lieu, a rapporté l'agence Fars. 

Téhéran accuse régulièrement Joundallah d'être entraîné et équipé par les services de renseignement américains, israéliens, britanniques, mais aussi pakistanais dans le but de déstabiliser le pouvoir central iranien.

 Samedi, la foule s'est rassemblée à Zahedan pour assister aux obsèques des victimes. Réunis devant la mosquée Jamia, ils devaient se rendre en procession jusqu'au principal cimetière.

"Ceux qui ont commis ces actes terroristes ne sont ni chiites ni sunnites", indiquait une banderole, alors que la foule chantait: "mort aux terroristes", a rapporté l'agence officielle Irna.

Les rebelles du Joundallah, en lutte depuis 10 ans contre le pouvoir central, sont des sunnites appartenant à l'ethnie balouche, qui représente une importante part de la population du Sistan-Balouchistan. 

17-07

http://www.lepoint.fr/monde/l-iran-accuse-les-pays-occidentaux-et-israel-d-etre-derriere-les-attentats-17-07-2010-1215725_24.php             
AFP


Les commentaires sont fermés.