Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/08/2010

n° 54 - Journal de PAKISTAN. - 23-07 au 20-08 :- Fin -: Pakistan : entre changements climatiques, guerre électromagnétique et terrorisme

Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources. .

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.


n° 54 - Journal de PAKISTAN. - 23-07 au 20-08 :- Fin  -: Pakistan : entre changements climatiques, guerre électromagnétique et terrorisme.


Journal de PAKISTAN.  

                                                                    n° 54- 23-07 au 20-08

     C.De Broeder & M.Lemaire                                                                                    



 Le "Journal de PAKISTAN" est visible sur les blogs :

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis  :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Avant propos

·                     Les médias occidentaux pro USA usent d’un terme générique- Al Qaida- Taliban - pour désigner tous les résistants .... idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes



Sommaire.

1 Au jour le jour

2 Positions

3 Politique

4 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

4-1 "Dix ans sur la planète résistante"

5 Brèves

5-1 Hostilité grandissante à l‘égard de David Cameron au Pakistan.

5-2 BP va vendre des activités au Pakistan et au Vietnam.



Au jour le jour

Les zones tribales pakistanaises frontalières de l'Afghanistan sont considérées comme des bases arrière pour les résistants, d'où ils mènent des attaques contre les forces internationales déployées en Afghanistan ainsi que contre l'armée pakistanaise.

Résistance

19-11

Les attaques devenues quasi-quotidiens depuis les quelques jours qui ont précédé le lancement de l'offensive du Waziristan, le 17 octobre, les résistants  empêchant ainsi de dissuader l'armée d'y engager quelque 30.000 soldats au sol.

(Source AFP)

http://www.liberation.fr/monde/

26-07

Une attaque kamikaze a fait au moins huit morts et 20 blessés devant le domicile d'un ministre provincial dans le nord-ouest du Pakistan, rapporte la police.

Les talibans ont revendiqué l'attentat perpétré à Pabbi, à 26 km à l'est de la capitale régionale Peshawar, deux jours après le meurtre du fils unique du ministre Mian Ifthikar Hussain.

Ce dernier est connu au Pakistan pour ses déclarations hostiles aux résistants talibans.

Le kamikaze visait Hussain et plusieurs autres personnes venues lui présenter ses condoléances après la mort de son fils, abattu par des activistes présumés.

" http://fr.news.yahoo.com/

4/8

Un kamikaze s'est fait exploser mercredi à Peshawar contre un véhicule transportant le chef d'une force paramilitaire, tuant ce responsable et trois autres personnes dans une attaque kamikaze.

Sifwat Ghayur, chef d'une force comptant 25.000 hommes qui soutient la police traditionnelle dans tout le pays, est un des plus hauts responsables de la sécurité à avoir été tué au Pakistan.

Il a été tué avec ses trois gardes du corps, selon un responsable de la police. Son chauffeur, qu'on a initialement cru décédé, a en fait survécu à l'explosion. Il a été transporté à l'hôpital avec 10 autres blessés.

http://fr.news.yahoo.com/3/20100804/twl-pakistan-violences-2f4e741_4.html


Au jour le jour

Civil

5/8

De violents affrontements ont causé la mort de 70 personnes en trois jours à Karachi, la capitale économique du Pakistan, après le meurtre d'un haut responsable politique.

Les violences ont fait plus d'une dizaine de morts pour la seule nuit de mardi à mercredi, ont indiqué la police et des responsables. Les heurts ont, selon la police, fait en outre une centaine de blessés. Des dizaines de véhicules et de boutiques ont été brûlés.

Les autorités craignent notamment l'arrivée en masse dans la ville des taliban chassés de leurs bases par l'armée et qui trouveraient dans cette mégalopole de nombreux endroits où se cacher.

Les violences ont éclaté après la mort, lundi, de Razai Haider, membre du Mouvement Muttahida Qaumi (MQM) à l'assemblée de la province du Sind, tué par balle, ainsi que son garde du corps, alors qu'il assistait à un enterrement.

Le MQM, partenaire de la coalition gouvernementale au niveau fédéral et dans l'assemblée provinciale, a renouvelé son appel en faveur d'une répression contre les résistants.

http://fr.news.yahoo.com/


Au jour le jour

Armée Pakistanaise 

20/7    

Des kamikazes présumés et deux autres militants ont été tués par balles mardi alors qu'ils tentaient d'entrer sur un champ de tir de l'armée dans le nord-ouest du Pakistan, selon les forces de sécurité.

Quatre soldats ont été blessés dans l'attaque illustrant la menace persistante que posent les résistants aux forces de sécurité pakistanaises, particulièrement celles qui opèrent près de la frontière avec l'Afghanistan.

Un policier, Akhtar Ali Shah, a précisé que les assaillants avaient refusé de s'arrêter à un contrôle situé à l'entrée du champ de tir, à Mardan, poussant les gardes à ouvrir le feu.

Mardan, localité située à une cinquantaine de kilomètres de Peshawar, la principale ville du nord-ouest du pays, a été le théâtre de plusieurs attaques attribuées aux talibans et aux autres groupes islamistes radicaux qui ont proliféré le long de la frontière avec l'Afghanistan.

AP


Au jour le jour

Otan, Usa

25/7

Deux drones américains ont tiré, hier, quatre missiles contre un complexe utilisé par les résistants dans la zone tribale du nord-ouest du Pakistan, tuant au moins 11 résistants.

AP

24-07

Deux drones américains ont tiré samedi quatre missiles contre un complexe utilisé par les résistants dans la zone tribale du nord-ouest du Pakistan, tuant au moins 11 militants, ont annoncé des responsables pakistanais.

Les missiles ont visé un complexe du village de Dwasarak, à environ 40 km à l'ouest de Wana, la principale ville du district du Waziristan du Sud, a précisé à l'AFP un haut responsable de la sécurité ayant requis l'anonymat.

Dwasarak est situé sur la frontière avec l'Afghanistan dans la zone de Angoor Adda, au Waziristan du Sud.

http://www.romandie.com/ats/news/100724044341.7cd35vn0.asp

 

14-08

Quatre résistants ont été tués aujourd'hui par un missile tiré par un drone américain contre un complexe dans la zone tribale du nord-ouest du Pakistan, ont annoncé des responsables de la sécurité pakistanais.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu.

15-08

Treize résistants ont été tués, samedi, par un missile tiré par un drone américain ciblant un camp des rebelles dans le nord-ouest du Pakistan, selon un nouveau bilan fourni par des responsables de la sécurité pakistanais.
Le missile a visé un complexe utilisé par les rebelles dans le village d'Essori, à
20 km à l'est de Miranshah, principale ville du Waziristan du Nord, district tribal considéré comme un bastion des Taliban et des résistants.

http://www.atlasinfo.fr/



Le Pakistan en chiffre 


    «Qu'il s'agisse d'une attaque ou d'une attaque par drone,
Pour moi c'est la même chose, un Pakistanais a été tué "

 

Bombing Victims

Dead = 3849, Injured = 9663, Total = 13512 and Counting…

Drone Attacks Victims

Dead = 1721, Injured = 525, Total = 2246 and Counting…

 

Success Rate of Drone Attacks against Al-Qaeeda =2.12%  

Les données sont recueillies à partir des rapports des médias, les hôpitaux, et internet.

Toutes les données sont accessibles au public et il n'y a pas de données classées ici. Il s'agit d'un effort pour montrer au monde l'intensité de suicide et les attaques Drone au Pakistan ".

Pakistan Body Count: http://www.pakistanbodycount.org/

 

 



3 Politique

a) Locale

Asif Ali Zardari

Zardari et Sarkozy évoqueront la lutte antiterroriste (…)
01/08

Le président pakistanais est en France pour une visite officielle où il sera question de l'Afghanistan. 

Lutte contre le terrorisme, nucléaire, Afghanistan…

Tous ces sujets seront abordés lundi après-midi lors de l'entretien entre Asif Ali Zardari et Nicolas Sarkozy à l'Élysée. Reste que la visite de travail du président pakistanais à Paris, où il est arrivé dimanche soir, sera avant tout placée sous le signe de la coopération économique.

Et pour cause.

L'accord de sécurité qui devait être signé ne le sera pas, les derniers détails n'ayant pu être réglés à temps, a-t-on appris de source bien informée. Ce n'est que partie remise.

Ce partenariat franco-pakistanais sur la sécurité porte aussi bien sur les échanges d'informations entre les services de renseignements des deux pays que sur la fourniture d'équipements militaires destinés à la lutte contre le terrorisme. Et tout le monde espère qu'il pourra être bouclé et signé lors de la visite du premier ministre Yusuf Raza Gilani, attendu à Paris en octobre.

 

http://www.lefigaro.fr/international/


Sur le terrain

Le chef des armées reconduit pour trois ans.

Le 22 juillet, le gouvernement pakistanais a prolongé le mandat du chef d'état-major, le général Ashfaq Parvez Kayani, de trois années supplémentaires, alors que ses fonctions devaient prendre fin en novembre prochain.

Le général a pris la suite de Pervez Musharraf en novembre 2007 et a, depuis, mené les opérations militaires  anti- résistant -talibans sur le sol pakistanais.

Selon The New York Times, cette décision a été approuvée par les Etats-Unis, même si, "par ailleurs, les Américains ont été déçus par l'attitude du général, qui n'a pas combattu les résistants talibans afghans ; ceux-ci bénéficient d'une protection dans les Zones tribales du Pakistan", rappelle le journal de New York. 

23.07.2010 

http://www.courrierinternational.com/breve/2010/07/23/le-chef-des-armees-reconduit-pour-trois-ans


Extension des guerres ?

Mise en garde contre les activités de "Blackwater"   

Le ministère pakistanais de l’Intérieur a averti contre les activités douteuses de la compagnie privée américaine de sécurité, "Blackwater", écrivait, samedi, le quotidien "Jang". Le ministère a adressé une lettre aux autorités locales de 4 provinces, leur conseillant de stopper l’exécution des contrats passés par les sociétés locales avec "Blackwater" qui, d’après le journal, couvre, également, les missions des services de renseignements américains.

24/07/2010

IRIB -

http://french.irib.ir/index.php/info/international/item/98964-pakistann-mise-en-garde-contre-les-activites-de-qblackwaterq


Dans les coulisses et au sénat

Islamabad convoque l'ambassadeur britannique après des propos de Cameron …

Islamabad a convoqué lundi l'ambassadeur du Royaume-Uni au Pakistan après des commentaires la semaine dernière du Premier ministre britannique David Cameron sur "l'exportation de la terreur" par le Pakistan, selon les autorités pakistanaises.  
L'ambassadeur britannique Adam Thomson a rencontré le ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mehmood Qureshi vers 11H30 (06H30 GMT).
 "L'ambassadeur britannique a été convoqué au ministère des Affaires étrangères aujourd'hui. Il a un entretien avec le ministre", a déclaré une source au ministère, ajoutant que de plus amples détails seront donnés plus tard dans un communiqué.
 "Nous pouvons confirmer que l'ambassadeur rencontre le ministre des Affaires étrangères", a de son côté déclaré un porte-parole de la représentation britannique à Islamabad.

"C'est une réunion à la demande du ministre des Affaires étrangères pour évoquer les remarques du Premier ministre" britannique, a-t-il précisé.
 Des déclarations mercredi de David Cameron, lors d'une visite en Inde, voisin et rival du Pakistan, avaient déclenché une vive polémique avec Islamabad.
 "Nous ne pouvons tolérer en aucun cas l'idée que ce pays (le Pakistan) soit autorisé à regarder des deux côtés et puisse, de quelque manière que ce soit, promouvoir l'exportation de la terreur en Inde ou en Afghanistan ou n'importe où ailleurs dans le monde", avait-il déclaré.
 Les services de renseignement pakistanais ont annulé une visite prévue en Grande-Bretagne pour protester contre ces déclarations de David Cameron, a rapporté samedi le quotidien The Times.

02/08

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=148745&language=fr



b) Usa

Sur le terrain

Le secrétaire à la guerre Robert Gates confirme son départ pour 2011

Le républicain Robert Gates, a confirmé lundi qu'il quitterait l'an prochain l'administration Obama, une fois qu'il aura l'assurance que le début de retrait des troupes d'Afghanistan est sur les rails.

"Je pense que dans le courant de l'année prochaine, je serai en position (...) de savoir si notre stratégie fonctionne en Afghanistan", a déclaré le ministre dans un entretien accordé au magazine américain Foreign Policy.

"La stratégie d'envoi de renforts aura été achevée. Nous en aurons fait l'évaluation en décembre (2010). Et il me semble que dans le courant de 2011 il y aura logiquement un moment pour passer la main", a ajouté M. Gates.

M. Gates avait d'abord été nommé à son poste par l'ancien président Bush puis maintenu dans ses fonctions par Obama, à qui il a apporté une caution républicaine dans sa stratégie guerrière en Afghanistan.

AFP

16 août 2010

http://www.romandie.com/infos/News2/100816133407.ge8gsnbz.asp



Les voisins

Afghanistan

Karzaï appelle les Occidentaux à détruire les "sanctuaires terroristes"

Le président Karzaï a appelé jeudi les Occidentaux à détruire les "sanctuaires terroristes" qui se trouvent hors d'Afghanistan, en visant le Pakistan, des déclarations jugées "incompréhensibles" par Islamabad qui lui a demandé des "clarifications".

"Il est temps pour nos alliés internationaux de comprendre que la guerre contre le terrorisme ne se déroule pas dans les villages et les maisons d'Afghanistan", a déclaré Hamid Karzaï au cours d'une conférence de presse à Kaboul, en réponse à une question sur le Pakistan.

"Mais cette guerre doit se faire dans les sanctuaires, les centres de financement et les bases d'entraînement du terrorisme qui se trouvent hors d'Afghanistan", a ajouté M. Karzaï, à propos des documents militaires américains récemment publiés qui accusent les services secrets pakistanais de soutenir activement les talibans afghans.

"Que nous soyons capables ou non de détruire ces sanctuaires est un autre problème. Mais nos alliés internationaux ont cette capacité. La question est: pourquoi ne le font-ils pas ?", a demandé le chef de l'Etat afghan.

"Rien n'est fait là d'où provient le vrai danger", a-t-il déploré.

Ces déclarations ont été fraîchement accueillies à Islamabad, où le porte-parole du ministère pakistanais des Affaires étrangères, Abdul Basit, les a jugées "incompréhensibles".

M. Basit a indiqué voir "demandé à (son) ambassadeur à Kaboul d'obtenir des clarifications sur la raison pour laquelle ces remarques ont été faites".

Certains des 92.000 documents militaires américains diffusés dimanche par Wikileaks, un site internet spécialisé dans le renseignement, affirment que le Pakistan soutient très activement les résistants afghans.

M. Karzaï fait allusion aux services secrets pakistanais (ISI), accusés de longue date par Kaboul de soutenir les talibans en leur offrant des refuges dans les zones tribales frontalières de l'Afghanistan, voire d'organiser leurs attaques pour affaiblir l'Afghanistan et défendre les intérêts d'Islamabad.

Le Pakistan a de son côté dénoncé une opération de propagande "biaisée", jugeant les documents orientés et dépourvus de preuves.

Le Pakistan, allié du régime des talibans à Kaboul (1996-2001) avant de se rallier aux Etats-Unis en novembre 2001,a toujours nié tout soutien à la rébellion afghane.

29-07

AFP /



Dans le monde

France

La France offre 1 M€

La France a décidé de porter à 1,05 million d'euros son aide humanitaire en faveur des quelque 15 millions de sinistrés des inondations au Pakistan, a annoncé aujourd'hui le Quai d'Orsay.
A la demande du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, 550.000 euros seront consacrés aux organisations humanitaires travaillant sur place et 350.000 euros constitueront une aide alimentaire via le Programme alimentaire mondial (PAM), a indiqué sa porte-parole adjointe, Christine Fages. 150.000 euros iront au Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) pour son assistance au Pakistan.
Mme Fages a indiqué que le ministère des Affaires étrangères se mobilisait également pour être en mesure d'envoyer rapidement des kits de viabilisation d'eau.
Le président pakistanais Asif Ali Zardari avait évoqué l'aide humanitaire aux victimes de la catastrophe dans son pays, lundi et mardi à Paris, au cours de ses entretiens avec le président Nicolas Sarkozy et M. Kouchner.

07/08/

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/08/07/97001-20100807FILWWW00436-pakistan-la-france-offre-1-million-d-euros.php


Grande Bretagne

Cameron accuse de «traîtrise» l'allié pakistanais.

nb : Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage l’analyse de l’auteur mais doit être vu comme information.
David Cameron a entamé mercredi une visite de deux jours en Inde, placée sous le signe des échanges commerciaux et de l'emploi. Il a rencontré jeudi à New Delhi le premier ministre, Manmohan Singh, et S. M. Krish­­na, le ministre indien des Affaires étrangères.

Le premier ministre britannique reproche à Islamabad de mener un double jeu en Afghanistan.

Avec le franc-parler qui le caractérise, David Cameron vient de porter un rude coup à Islamabad. «Nous devrions être très clairs avec le Pakistan sur notre volonté de voir un Pakistan fort, stable et démocratique, a lancé le premier ministre britannique à Bangalore, la Mecque du high-tech indienne. Mais nous ne pouvons pas tolérer l'idée que ce pays soit autorisé à regarder dans deux directions à la fois et puisse, d'une manière ou d'une autre, promouvoir l'exportation de la terreur, en Inde, en Afghanistan ou ailleurs dans le monde.»

Fin d'un tabou 

Applaudis par les Indiens, les propos du chef du gouvernement britannique ont immédiatement soulevé un tollé chez les Pakistanais. Le fait qu'ils aient été prononcés en Inde n'a pas manqué de servir d'amplificateur. À Islamabad, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdul Basit, a déclaré qu'au lieu de critiquer le Pakistan, la communauté internationale ferait mieux de s'interroger sur l'«objectivité» de l'Inde en matière de terrorisme. Les «groupes extrémistes ne connaissent pas de frontières», et le Pakistan lui-même continue de payer un lourd tribut, a-t-il dit. L'ambassadeur du Pakistan à Londres, Wajid Shamsul Hasan, s'est montré encore plus virulent. S'exprimant sur le site du Guardian, il s'est déclaré «surpris des remarques faites par David Cameron dans le cadre d'une rencontre avec des hommes d'affaires indiens», les jugeant «totalement contraires aux réalités du terrain, et ne visant qu'à impliquer le Pakistan dans des problèmes dont il ne peut être tenu pour seul responsable».

Ils risquent de «porter atteinte aux perspectives de paix dans la région», écrit le diplomate. Le président pakistanais, Asif Ali Zardari, doit se rendre à Londres la semaine prochaine, après une courte visite à Paris, le 2 août.

Il n'aura échappé à personne que les remarques de David Cameron sont intervenues deux jours après le séisme provoqué par la publication des «carnets de guerre en Afghanistan».

Malmené par les révélations de Wikileaks mettant en lumière les relations incestueuses des résistants afghans et de l'ISI, les services secrets pakistanais, Islamabad n'avait guère eu de peine, jusqu'ici, à se réfugier dans le déni.

Et pour cause.

Mis à part le président afghan, Hamid Karzaï, qui s'était dit «peu surpris» par ces pseudo-révélations sur le double jeu du Pakistan, personne n'avait été aussi clair que le premier ministre britannique.

Pris en otage par Islamabad, les États-Unis continuent de se réfugier dans l'ambiguïté.

Interrogé sur les propos de David Cameron, Phillip Crowley, le porte-parole du département d'État, ne les a pas démentis. «Certes, nous ne voulons voir la terreur exportée d'aucun pays.

Nous l'avons dit à plusieurs reprises, nous sommes inquiets de la présence d'éléments extrémistes au Pakistan, dans les zones tribales, entre le Pakistan et l'Afghanistan ; ils représentent d'abord et surtout une menace pour le Pakistan et l'Afghanistan.» Et d'ajouter : «Notre but commun (avec le Pakistan) est d'éliminer ces sanctuaires et d'éviter qu'il ne s'en crée de nouveaux dans la région, d'où pourrait être exporté un terrorisme visant à menacer les États-Unis, l'Eu­rope et d'autres parties du monde.»

Les «carnets» ont-ils fait sauter un tabou ?

S'interroger sur le double jeu du Pakistan n'est plus politiquement incorrect.

Mais David Cameron avait-il besoin de cela ? «Nous devons être clairs dans notre manière de traiter avec les Pakistanais», a-t-il insisté lors d'une interview à la BBC.

En visite, jeudi, à New Delhi, le premier ministre britannique, David Cameron, a inspecté la garde d'honneur.

30/07

http://www.lefigaro.fr/international/2010/07/29/01003-20100729ARTFIG00623-cameron-accuse-de-traitrise-l-allie-pakistanais.php



4 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information.

4-1 "Dix ans sur la planète résistante"

Les lecteurs et abonnés qui s'intéressent à l'actualité internationale, et à l'action anti-impérialiste, auront peut-être envie de découvrir le dernier livre de Frédéric Delorca "Dix ans sur la planète résistante" publié aux éditions Thélès.

Ce livre à la fois retrace l'histoire des guerres et ingérences menées par les Etats-Unis et leurs alliés de 1998 à aujourd'hui et décrit, à titre de témoignage personnel, la résistance menée par les cercles dissidents en France et ailleurs en Europe. Vous y retrouverez une évocation d'actions individuelles et collectives plus ou moins connues, et de débats qui ont émaillé les dix dernières années, en dehors des sentiers battus abrutissants des grands médias, ainsi qu'un petit historique de la fabrication du livre "l'Atlas alternatif".
L'ouvrage peut être commandé chez votre libraire ou encore
- sur Amazon http://www.amazon.fr/10-ans-sur-plan%C3%A8te-r%C3%A9sistance/dp/2303001153/ref=sr_1_3?ie=UTF8&s=books&qid=1223387603&sr=1-3
- chez l'éditeur http://www.theles.fr/theles/Fenetres/DetailLivre.php?numLivre=861.

Par ailleurs nous vous rappelons aussi que l'Atlas alternatif existe désormais en anglais sur http://www.lulu.com/content/3600002.  



5 Brèves

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage l’analyse de l’auteur mais doit être vu comme information.

5-1 Hostilité grandissante à l‘égard de David Cameron au Pakistan.

Le nouveau premier ministre britannique suscite toujours colère et indignation au Pakistan.

Mercredi, David Cameron avait accusé ce pays de jouer un double jeu dans la guerre contre le terrorisme, à l’occasion d’une visite en Inde.

En signe de protestation, le chef des renseignements pakistanais a annulé sa visite prévue la semaine prochaine en Grande-Bretagne.

Réaction de son prédécesseur, Hamid Gul.

“Les services de renseignement pakistanais suivent scrupuleusement la politique du gouvernement et ne cherchent pas à aller plus loin. Et notre politique est très claire. Nous voulons la paix en Afghanistan, et nous croyons que la paix en Afghanistan ne peut pas exister sans paix au Pakistan.”

Des propos que n’ont manqué pas de commenter les adversaires politiques de l’actuel premier ministre, à l’image de l’ancien ministre des affaires étrangères David Miliband, également pressenti pour succéder à Gordon Brown à la tête du Labour.

“Il a manifestement réussi à faire la une sur les questions d’affaires étrangères, mais ce dont nous avons besoin, ce sont de solides relations et partenariats. David Cameron a promis de dire tout ce qu’il pense, mais en fait il n’a évoqué qu’un volet du Pakistan et c’est ce qui nous fâche.”

Les déclarations de David Cameron font suite à la publication de documents secrets américains sur internet. Des documents particulièrement accablants, puisque le Pakistan, allié officiel de Washington, est accusé de collaborer activement avec les talibans, et même de financer la financer la rébellion afghane.

Autant dire que la rencontre entre le président pakistanais et le premier ministre britannique prévue ce mardi à Londres promet d‘être animée.

Euronews

01/08

http://fr.euronews.net/2010/08/01/hostilite-grandissante-a-l-egard-de-david-cameron-au-pakistan/


5-2 BP va vendre des activités au Pakistan et au Vietnam.

Le groupe pétrolier BP a décidé de se séparer de certaines activités marginales situées au Pakistan et au Vietnam, dans le cadre de son programme de cession de 10 milliards de dollars d'actifs destiné à financer le fonds d'indemnisation des victimes de la marée noire, a-t-on appris mardi.

Dans ce cadre, le groupe a l'intention de vendre ses activités d'exploration et de production au Pakistan, a indiqué un porte-parole à l'AFP. Ces activités pakistanaises concernent principalement la production de gaz naturel.

Le porte-parole, qui a refusé de commenter combien elles pourraient rapporter, a précisé que BP avait produit l'an dernier seulement 4,89 millions de mètres cubes de gaz dans le pays, soit à peine 2% de sa production de gaz totale.

Dans le même cadre, le groupe va également vendre une série d'activités gazières au Vietnam, a-t-on indiqué de même source.

Ces activités vietnamiennes comprennent deux gisements gaziers, un gazoduc et une centrale de production d'électricité, a précisé le porte-parole. Le groupe n'a pas non plus voulu commenter la valeur de ces actifs.

(awp/afp) -

http://www.romandie.com/infos/news/201007201831040AWP.asp



Pakistan.

Généralités.

Nom officiel du pays : République islamique du Pakistan.

Création : fondé le 14 août 1947, le Pakistan entretient des relations très tendues avec l'Inde depuis sa création en raison, notamment, du partage entre ces deux pays du territoire du Cachemire.

Pays limitrophes : Chine, Inde, Iran, Afghanistan.

Superficie : 803 000 km2.

Nombre d'habitants : 163 902 000 (estimation pour 2007).

Démographie

Population (estimation INED, en millions)

157,9

 

Composition de la population (en %)

Pendjabis (50 %), Sindis (15 %), Pathans (Pachtounes, 15 %), Mohajirs (immigrés d''''Inde au moment de la partition et leurs descendants, 8 %), Baloutches (5 %), autres (7 %).

 

Population urbaine

34 %. Principales villes : Karachi (9,2 millions d''''habitants), Lahore (5 millions), Faisalabad (1,9 million), aggl. Islamabad-Rawalpindi (1,4 million).

 

Densité (hab./km²)

198,4

 

Espérance de vie (années)

62,9

 

Fécondité (nombre moyen d'enfants/femme)

4,27

 

Taux d'alphabétisation (%)

44

 

Croissance démographique annuelle (%)

2,0

Nom des habitants : Pakistanais.

Religions : musulmans 97 % (dont sunnites 74 %, chiites [dont 2 millions d'ismaéliens] 26 %), autres (chrétiens, hindous, ahmadis, parsis [zoroastriens], 3 %).

Capitale : Islamabad.

Langues : ourdou et anglais.

Monnaie : roupie pakistanaise.

Religions : musulmans 97 % (dont sunnites 74 %, chiites [dont 2 millions d'ismaéliens] 26 %), autres (chrétiens, hindous, ahmadis, parsis [zoroastriens], 3 %).

Capitale : Islamabad.

Arme de destruction massive : le Pakistan dispose de l'arme nucléaire, à l’instar de l’Inde (puissances nucléaires de fait [les cinq autres puissances nucléaires officielles étant la Chine, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et la Russie]). 

 

Nature de l'État : république à régime parlementaire.

Chef d’État : Asif Ali Zardari (né le 21 juillet 1956 à Nawabshah, Pakistan), élu président du Pakistan le 6 septembre 2008. Veuf de l'ancienne Premier ministre Benazir Bhutto (1953-2007).

Chef du gouvernement : Yousaf Raza Gilani (né en 1952 à Karachi, Pakistan).

Constitution : adoptée en 1973. Révisée en avril 1997 et en décembre 2003. La Constitution, suspendue le 15 octobre 1999 suite au coup d''''Etat du général Pervez Musharraf, le 12 octobre 1999. Chef de l''''état-major, Musharraf s''''est proclamé chef de l''''exécutif. Il a créé un Conseil de sécurité nationale (8 personnes), organe exécutif suprême.

En 1998, la charia et la sunna deviennent lois suprêmes ; il existe une Cour fédérale islamique chargée de veiller au respect de la charia. En mai 2000, la Cour suprême a validé le coup d''''Etat du 12 octobre 1999 en permettant au général Musharraf de rester au pouvoir pendant 3 ans.

Le Parlement islamique (Assemblée nationale, 237 membres élus pour 5 ans au suffrage universel, 20 sièges réservés à des femmes et 10 à des non-musulmans ; et Sénat, 87 membres élus pour 6 ans par les assemblées provinciales) a été dissolu par Musharraf le 15 octobre 1999. Cependant, les partis politiques ont été maintenus

Partis au pouvoir : Ligue musulmane du Pakistan (Pakistan Muslim League, PML-Q), Parti du peuple pakistanais (PPP, social-démocrate).Autres partis : Jamaat-i-Islami (JI, Alliance démocratique islamique, fondamentaliste sunnite).
Muttahida Majlis-e-Amal (MMA, alliance de six partis religieux islamiques, dont le principal parti est le Jamaat-i-Islami).
Muttahida Qaumi Movement (MQM, ex-Mohajir Qaumi Movement, parti des musulmans venus d'Inde lors de la partition, en 1947 ; formation dirigée depuis Londres).

Adhésions supranationales : OMC (Organisation mondiale du commerce), OCI (Organistion de la conférence islamique), IDB (Banque interaméricaine de développement), ADB (Banque pour le développement de l’Asie). . Le pays est composé de 4 Provinces : Pendjab, Sind, Province-de-la-Frontière-du-Nord-Ouest (NWFP) et Baloutchistan, chacune dotée d''''une Assemblée. Il existe également 2 Territoires : les Zones tribales (FATA, autonomes, situées dans la NWFP, mais en relation directe avec Islamabad) et le Territoire de la capitale. Le Pakistan administre également une partie du Cachemire, l''''Azad Kashmir, le "Cachemire libre", et les Territoires du Nord. Le Pakistan revendique la région du Cachemire de l''''Etat indien du Jammu-et-Cachemire. En 1998, la charia et la sunna deviennent lois suprêmes ; il existe une Cour fédérale islamique chargée de veiller au respect de la charia. En mai 2000, la Cour suprême a validé le coup d''''Etat du 12 octobre 1999 en permettant au général Musharraf de rester au pouvoir pendant 3 ans.

Le Pakistan a été réintégré dans le Commonwealth en mai 2004 après cinq ans d'exclusion..

http://www.courrierinternational.com/fiche-pays/pakistan

http://www.larousse.fr/encyclopedie/article/Le%20Pakistan%20:%20un%20pays%20en%20guerre%20et%20en%20faillite./11010250



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

Les commentaires sont fermés.