Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/08/2010

n°494 - Journal d'Irak - 31-07 au 25-08-10 - : Début :- : Irak: Mission accomplie ?

n°494  - Journal d'Irak -   31-07  au 25-08-10  - : Début :- : Irak: Mission accomplie ?


Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix. Sa diffusion est un acte de résistance.

Les médias occidentaux dans leur large majorité ont de tout temps accepté les versions des armées occupantes et ferment les oreilles aux autres sources.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!



Journal d'Irak

 n°494                 du 31-07                   au 25-08-10

C.De Broeder & M.Lemaire



Le " Journal d’Irak  " est visible  ...

a) sur mes  blog :  http://www.dhblogs.be/categories/International.html

                           http://www.lalibreblogs.be/categories/International.html

b) sur le site http://turkmenfriendship.blogspot.com/2007/10/journal-dir...

c) sur le site de Eva Resis  :  no-war.over-blog.com

d) Et Sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire :

Tiré à part :

Les forces américaines de ‘combat’ passent le relais aux Irakiens.

Gilles Munier : Retrait partiel d'Irak: un avant-goût de défaite

M. A. Boumendil : Après sept ans et demi de présence illégale les troupes américaines de ‘combat’ quittent l'Irak.

Robert Fisk : L'armée US dit adieu à l'Irak.

Ahmed Manai : Très peu de médias rendent compte des actions quotidiennes des nombreuses factions de la résistance.

Paroles & action du président...

Les missions de ‘combat’ US en Irak cesseront fin août, dit Obama.

Obama écrit à l’ayatollah Sistani pour sortir de l’impasse politique.

Obama se lave les mains de la tragédie irakienne.

Lutte pour la libération du territoire

La résistance contre l'agresseur

Résistance :

1 Analyse

Des résistants

2 Occupation de l'Irak

3 Politique

1) collaborateurs Irakiens

2) occupants 

Suite

4 Libération du territoire

Détails.

L'Irak en chiffre. 

Fin

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1  Vidéo : Sans blessures apparentes.

5-2 Vidéos : Focus : Entretien avec Thierry Meyssan.

5-3 Nasrallah, Ahmadinjad, Chavez et Erdogan sont les favoris dans le monde arabe  

5-4 Eva r-sistons : La guerre est la pire des solutions

6 Les brèves

6-2 Nasrallah, Ahmadinjad, Chavez et Erdogan sont les favoris dans le monde arabe  

6-3 Tarek Aziz : Obama "laisse l'Irak aux loups" …

6-4 Les Etats-Unis, responsables de l'impasse politique en Irak.

6-5 Des dizaines de manifestants pour critiquer l'état des services publics et la pénurie d'électricité",

6-6 Report à octobre d'un appel d'offres pour trois champs gaziers.

6-7 Yildrim : le PKK est manipulé par le Gladio.

6-8 Les Irakiens portent plainte contre les crimes commis à Abou Ghraïb.

 



Tiré à part :

Les forces américaines de ‘combat’ passent le relais aux Irakiens.

Les Etats-Unis ont transféré samedi aux forces de sécurité irakiennes le contrôle de toutes les tâches de ‘combat’, conformément à la promesse du président Barack Obama de mettre fin aux opérations américaines de ‘combat’ en Irak d'ici le 31 août.

Sept ans après l'invasion de l'Irak par des forces sous commandement américain, Washington entend ramener ses effectifs en Irak à 50.000 d'ici le 1er septembre contre un peu moins de 65.000 actuellement et près de 150.000 à l'apogée de la guerre.

Après le retrait, ce samedi, de la dernière brigade américaine de ‘combat’ et le départ des troupes de ‘combat’ d'ici la fin du mois, il restera en Irak six brigades de conseil et d'assistance chargées d'entraîner et de soutenir l'armée et la police irakiennes.

8/8
http://fr.news.yahoo.com/4/20100807/twl-irak-usa-troupes-mo-38cfb6d.html

 

Gilles Munier :   Retrait partiel d'Irak: un avant-goût de défaite

  « Ils sont partis comme des voleurs… comme des criminels », ont dit les Irakiens en apprenant que la 4ème brigade de combat Stryker, de la 2ème division d’infanterie de l’armée étasunienne, avait franchi la frontière du Koweït – sans tambour ni trompette -  à l'aube, le 19 août 2010. Partie d’Abou Ghraib, la soi-disant « dernière patrouille » a mis quatre jours pour couvrir 600km, roulant de nuit, protégée par des chasseurs F 16, des hélicoptères Black Hawk et, au sol, par des troupes du régime de Bagdad (1).

   A part le carré pro américain, personne ne regrette leur départ. Les brigades d’infanterie Stryker qui tirent leur nom du véhicule blindé dont elles sont dotées, ont participé aux massacres ayant ensanglanté l’Irak  - notamment à ceux de Fallujah et de Tell Afar -, et aux opérations de ratissage contre la résistance et aux tortures de civils dans les régions de Baquba, Rawa, Mossoul et Diyala (2).

Tout le monde se prépare au pire

   Si certaines troupes d’occupation s’en vont, d’autres restent. La guerre n’est pas terminée, n’en déplaise à Barack Obama en campagne électorale de mi-mandat. Sept ans et cinq mois après l’invasion du pays, environ 56 000 GI’s sont toujours en Irak, ainsi que plusieurs milliers de mercenaires (contactors). Tandis que l’armée américaine formera les troupes irakiennes, des forces spéciales – 5000 environ – combattront le terrorisme, c'est-à-dire la résistance. Personne ne sait quand les Etats-Unis se retireront vraiment d’Irak, surtout si le régime de Bagdad, aux abois, demande qu’ils restent. L’ancien chef rebelle kurde Babakr Zebari, actuel chef d’Etat major de l’armée irakienne, estime que le retrait américain est « prématuré » et que le régime ne pourra pas assurer, seul, sa sécurité… d’ici 2020.

D’ailleurs tout le monde se prépare au pire.

Signe qui ne trompe pas : les 2400 diplomates étasuniens en Irak seront protégés par une armée privée de 7 000 mercenaires disposant de 1300 véhicules blindés et de 29 hélicoptères. Chaque antenne diplomatique américaine aura une unité des forces spéciales à sa disposition (3). Dire que les Etats-Unis n’occupent plus l’Irak, ne participent plus aux combats, ou s’en abstiendront à l’avenir, sont des mensonges éhontés.

Notes:

(1) Last brigade of combat troops drives out of Iraq, par Teri Weaver et Heath Druzin (Stars and Stripes – 18/8/10).

http://www.stripes.com/news/middle-east/iraq/last-brigade-of-combat-troops-drives-out-of-iraq-1.115164

(2) Stryker Brigade

http://cpedia.com/wiki?q=Stryker+Brigade&guess_ambig=John+Keane+Stryker+Brigade+Fort+Lewis#headline_4

(3) Irak : l'Amérique retire sa force de frappe, par Renaud Girard

http://www.lefigaro.fr/international/2010/08/19/01003-201...

http://www.france-irak-actualite.com:80/article-retrait-partiel-d-irak-un-avant-gout-de-defaite-55706681.html

 

M. A. Boumendil : Après sept ans et demi de présence illégale les troupes américaines de ‘combat’ quittent l'Irak.

Samedi 21 août 2010

Le bilan de l’invasion est très lourd. Selon le secrétaire à la Defense, Robert Gates, 4 419 soldats (Ndr seulement ?) américains y ont laissé la vie.

Pour financer cette opération qui a duré plus de sept ans, mille milliards de dollars ont été déboursés par les contribuables américains, sans compter les dépenses indirectes liées à cette guerre injustifiée.
La quatrième brigade de la deuxième division d’infanterie de l’armée américaine, la dernière présente en Irak parmi les troupes de ‘combat’, a quitté le pays la nuit du 18 au 19 août par la frontière koweïtienne. Les militaires américains étaient 140 000 en 2009, au moment où Barack Obama accédait à l’investiture suprême aux États-Unis.
Après le retrait de la quatrième brigade, ils ne sont plus que 56 000, et 6 000 d’entre eux devraient avoir quitté le territoire irakien d’ici le 31 août. Les 50 000 militaires restants auront un rôle d’assistance et de formation auprès des soldats et des policiers irakiens, mais ne seront pas directement impliqués dans les opérations de maintien de l’ordre.
D’ici à la fin de 2011, l’ensemble des troupes américaines auront quitté le sol irakien, conformément à un accord établi entre Washington et Bagdad. Mais ce retrait total programmé ne rassure pas la population irakienne, qui continue de subir les affres du terrorisme islamiste et les conséquences d’une guerre interconfessionnelle entre chiites et sunnites. Ce sentiment est partagé par le chef d’état-major de l’armée irakienne, le général Babaker Zebari, qui a considéré, la semaine dernière, que ce retrait total de l’armée américaine était prématuré.
Selon lui, les forces irakiennes ne seront pas en mesure d’assurer pleinement la sécurité du pays avant 2020. Le porte-parole du département d’État, Philip Crowley, a parlé pour sa part de “moment historique” et se veut rassurant. “Nous ne mettons pas fin à notre engagement en Irak. Ce n’est pas la fin de quelque chose, mais une transition vers quelque chose de différent. Nous sommes engagés à long terme en Irak”, a-t-il déclaré.
Pour sa part, le gouvernement américain, comme pour justifier sa décision, ne manque pas d’évoquer la baisse du niveau de violence en Irak. 4 650 civils (seulement ?) ont été tués en 2009, le chiffre le plus bas enregistré depuis 2003, après l’invasion du pays en vue de renverser le président Saddam Hussein. Le bilan de l’invasion est très lourd.

Pour financer cette opération qui a duré plus de sept ans, mille milliards de dollars ont été déboursés par les contribuables américains, sans compter les dépenses indirectes liées à cette guerre injustifiée.
Mais le bilan est encore plus lourd du côté irakien. Les morts se comptent par centaines de milliers, civils et militaires confondus, le pays est presque totalement détruit, les guerres interconfessionnelles y font rage et l’Irak s’est transformé en Mecque inespérée pour l’organisation El-Qaïda qui y a établi des bases solides et multiplie les attentats sanglants. Cette guerre aussi absurde qu’inique a eu aussi des conséquences négatives à travers le monde, notamment dans les régions où l’islam est la religion dominante, en suscitant des vocations djihadistes, pour le plus grand bonheur des organisations islamistes radicales.
Si l’invasion de l’Irak en
2003 a été largement et énergiquement condamnée en 2003, le retrait des forces américaines, sept ans et demi après, suscite des interrogations. Non pas sur le plan du principe, puisque ce retrait est inévitable et nécessaire, mais du point de vue du calendrier, tenant compte des circonstances.
Quand on sait que depuis les législatives du 7 mars dernier, le pays est incapable de se doter d’un gouvernement, sachant que les attentats font leur lot quotidien de victimes et que la pseudo-démocratie installée se conjugue en clivages ethniques et confessionnels, quel avenir pour l’Irak ?
Après avoir semé le chaos, les États-Unis ne peuvent prétendre se racheter une virginité en respectant un calendrier de retrait qui n’a reçu l’aval des dirigeants irakiens que pour des raisons politiciennes évidentes.

M. A. Boumendil
Publié le 21 août 2010 avec l'aimable autorisation de Liberté

Source : Liberté
http://www.liberte-algerie.com/...http://www.palestine-solidarite.org:80/analyses.M.A.Boumendil.210810.htm

 

Robert Fisk : L'armée US dit adieu à l'Irak.

L’Amérique a laissé sa marque : Torture. Corruption. Guerre Civile

Photo : des soldats US quittent l’Irak en traversant la frontière avec le Koweit. Environ 50.000 troupes vont rester pour former l’armée irakienne.(...)

Lorsqu’on envahit un pays, il y a toujours un premier soldat – tout comme il y a toujours un dernier.

Le premier homme à la tête de la première unité de la première colonne de l’armée d’invasion américaine à fouler la place Fardous dans le centre de Bagdad en 2003 fut le caporal David Breeze du 3ème bataillon, 4ème régiment des Marines. Pour cela, évidemment, il me fit remarquer qu’il n’était pas du tout un soldat. Les Marines ne sont pas des soldats. Ce sont des Marines. Mais ça faisait deux mois qu’il n’avait pas parlé à sa maman alors – inévitablement – je lui ai proposé mon téléphone par satellite pour appeler chez lui dans le Michigan. Tous les journalistes savent qu’on obtient une bonne histoire à raconter si on prête son téléphone à un soldat en guerre.

«  Salut ! » a hurlé le caporal Breeze. « Je suis à Bagdad. J’appelle pour dire « salut, je vous aime, je vais bien. Je vous aime. » La guerre sera finie dans quelques jours. On se verra bientôt. » Oui, ils disaient tous ça, que la guerre sera bientôt finie. Ils n’ont pas consulté les Irakiens sur cette agréable perspective. Les premiers kamikazes – un policier dans une voiture et deux femmes dans une voiture – avaient déjà frappé les américains le long de l’autoroute qui mène à Bagdad. Des centaines d’autres allaient suivre. Des centaines d’autres suivront encore.

Alors il ne faut pas se laisser berner par le spectacle à la frontière koweïtienne de ces dernières heures, le départ des dernières troupes de « combat » de l’Irak deux semaines avant la date prévue. Ni par les cris infantiles de « on a gagné » de ces soldats adolescents dont certains n’avaient que 12 ans lorsque George W. Bush envoya son armée dans cette aventure catastrophique. Ils laissent derrière eux 50.0000 hommes et femmes – un tiers de la force d’occupation US – qui seront attaqués et qui devront encore se battre contre l’insurrection.

Certes, ils sont sur place officiellement pour former les hommes en armes et les miliciens et les plus pauvres parmi les pauvres qui ont rejoint l’armée irakienne, dont le propre commandant pense qu’elle sera incapable de défendre le pays jusqu’en 2020. Mais le pays sera toujours sous occupation – car il est évident qu’un des « intérêts américains » qu’il leur faudra défendre est celui de leur propre présence – avec les milliers de mercenaires armées et indisciplinés, occidentaux et orientaux, qui se frayent un chemin à coups de feu pour protéger nos précieux diplomates et hommes d’affaires occidentaux. Alors dites-le à voix haute et intelligible : nous ne partons pas.

Au lieu, les millions d’Américains qui sont passés par l’Irak ont apporté la plaie. Depuis l’Afghanistan – pour qui ils ont eu le même intérêt après 2001 qu’ils auront l’année prochaine lorsqu’ils commenceront à « quitter » le pays – ils ont apporté Al Qaeda. Ils ont apporté la guerre civile. Ils ont apporté la corruption à grande échelle. Ils ont marqué Abou Ghraib du sceau de la torture et ont fait de cette prison une digne héritière du régime de Saddam Hussein – non sans avoir au préalable marqué du sceau de la torture celle de Bagram et toutes les autres prisons clandestines en Afghanistan. Ils ont introduit le sectarisme dans un pays qui, malgré toute la brutalité et la corruption du régime de Saddam Hussein, avait néanmoins imposé une unité entre Sunnites et Chiites.

Et parce que les Chiites allaient inévitablement diriger cette nouvelle « démocratie », les soldats américains ont donné à l’Iran la victoire qu’il n’a pas pu obtenir dans la terrible guerre de 1980-1988 contre Saddam Hussein. Les hommes qui ont jadis attaqué l’ambassade américaine au Koweit – des hommes qui étaient alliés aux kamikazes qui ont fait sauter la base militaire US à Beyrouth en 1983 – aujourd’hui participent au pouvoir en Irak. Hier, les Dawas étaient des « terroristes ». Aujourd’hui, ce sont des « démocrates ». C’est drôle comment nous avons oublié les 241 soldats américains qui sont morts dans l’aventure libanaise. Le caporal David Breeze devait avoir deux ou trois ans à l’époque.

Ma la folie continue. Le désastre américain en Irak a infecté la Jordanie voisine avec Al Qaeda – l’attentat contre un hôtel à Amman – et puis le Liban de nouveau. L’arrivée des hommes armés du Fatah al-Islam dans le camp palestinien de Nahr al-Bared dans le nord du Liban – leur guerre de 34 jours contre l’armée libanaise – et les innombrables civils tués furent le résultat direct du soulèvement sunnite en Irak. Al Qaeda est arrivé au Liban. Puis l’Irak sous occupation américaine a réinfecté l’Afghanistan où les kamikazes ont transformé les farouches guerriers américains en poules mouillées.

Peu importe, car à présent ils sont en train de réécrire l’histoire. Prés d’un million d’irakiens sont morts et Tony Blair s’en fiche royalement car ils n’apportent rien aux généreux émoluments qu’il touche. Pas plus que la plupart des soldats américains. Ils sont venus. Ils ont vu. Ils ont été vaincus. Et maintenant ils disent qu’ils ont gagné. Les arabes, qui survivent avec 6 heures d’électricité par jour dans un pays exsangue, doivent vraiment rêver à d’autres victoires comme celle-ci.

Robert Fisk

Hier et aujourd’hui

3.000 : c’est nombre de civils irakiens tués l’année dernière. C’est moins que le dixième des 34.500 tués en 2007 mais indique les dangers auxquels les irakiens doivent faire face au quotidien.

200 : nombre d’Irakiens connus encore détenus par les Etats-Unis – une fraction des 26.000 détenus dans les prisons militaires il y a trois ans.

15,5 : nombre d’heures par jour en moyenne d’électricité à Bagdad, soit une amélioration notable par rapport aux six heures il y a trois ans mais encore inférieur aux 24 heures que connaissaient les villes irakiennes avant l’invasion.

SOURCE
Robert Fisk : http://www.independent.co.uk/opinio...

Dimanche 22 août 2010

Traduction VD pour le Grand Soir

URL de cet article
http://www.legrandsoir.info/L-armee-US-dit-adieu-a-l-Irak-The-Independent.html

http://www.legrandsoir.info:80/L-armee-US-dit-adieu-a-l-Irak-The-Independent.html

http://www.palestine-solidarite.org:80/analyses.Robert_Fisk.220810.htm

 

Ahmed Manai : Très peu de médias rendent compte des actions quotidiennes des nombreuses factions de la résistance.

 Depuis le mois de mars 2010, l’Irak n’est présent dans les médias internationaux que par la crise politique qui empêche la formation d’un gouvernement, les actions terroristes qui endeuillent régulièrement le pays, les pénuries d’électricité, de gaz et d’eau, et le retrait des forces d’occupation américaines.

Très peu de médias rendent compte des actions quotidiennes des nombreuses factions de la résistance qui semblent avoir augmenté ces derniers mois. C’est l’Omerta totale !

Le texte suivant rend compte des opérations menées par une de ces factions : l’armée de l’ordre Naqshbandia

A.M.

Le texte suivant rend compte des opérations menées par une de ces factions : l’armée de l’ordre Naqshbandia

L’Armée de l’Ordre Naqshabandi, l’une des factions du Front du Jihad, de la libération et du Salut National (FJLSN) menée et commandée par le grand Mujahid, Izzat Ibrahim al Duri, déclare aujourd’hui avoir effectué trois cents quatre(304) opérations armées contre les forces d’Occupation US pour le seul mois de juillet.

L’Armée de l’Ordre Naqshabandi publie à cette occasion quatre communiqués militaires, expliquant et donnant les détails des différentes opérations exécutées par ses Moudjahidines ‘combat’tants au mois de juillet 2010.

Les diverses opérations entreprises par les ‘combat’tants irakiens contre les gangsters mondialistes US incluent des bombardements des bases de l’occupant sanguinaire US par des missiles, et des mortiers de différents calibres, des bombes aux bords des routes visant ses véhicules et son personnel en plus des opérations de tireurs d’élites. L’Armée Naqshabandi indique par ailleurs que ses Moujahidines ont réussi à abattre deux avions-espions appartenant à l’ennemi, et ont ciblé un hélicoptère de ‘combat’ par quatre missiles « Al Sadid ».

Au cours de ce même mois de juillet, le Bureau de l’Information de l’Armée Naqshabandi a mis en ligne les cinq publications audio-visuelles n° 90, 91, 93 et 94, et qui contiennent plus que 80 opérations audio-visuelles contre l’ennemi sioniste et sanguinaire US.

Les analystes militaires qui suivent de près l’évolution et les développements de la scène irakienne et les hauts faits de la Résistance irakienne affirment avoir observé une recrudescence sans précédent des attaques de la Résistance contre la soldatesque US qui s’apprêtent à s’enfuir dans la honte et l’ignominie, de la Mésopotamie.

Les mêmes analystes indiquent que la moyenne des opération effectuées par les Moujahidines contre l’Occupant US s’élève à dix opérations par jour ce qui est considéré comme un record en soi, car toutes les factions de la Résistance irakienne réunies ne pouvaient effectuer un tel nombre d’attaques contre l’Occupant immonde US en un jour au long des trois dernières années c’est à dire après l’apparition des collabos ou la Milice des dit « Sahawat » entraînés et payés par les Occupants gangsters US.

Les analystes militaires indiquent aussi, que l’intensification des attaques contre l’Occupant et ses mercenaires mondialistes démontre que les hommes de l’Armée Naqshabandi déteinnent de véritables capacités pour surprendre l’ennemi US malgré les moyens formidables dont il dispose , en agents de la CIA, services de renseignement, milice et collaborateurs qui comptent par milliers et campagnes de désinformation pour discréditer la Résistance irakienne et malgré l’omerta imposée par le dieu Sion au niveau médiatique.

Les mêmes sources indiquent aussi que les communiqués militaires affirment de même que les ‘combat’tants de l’Armée Naqshabandi ont pu élargir leurs champs d’action pour couvrir 13 secteurs au lieu de 10 étant donné que les secteur de al Anbar, Ninive et Diyala, contiennent deux secteurs au lieu d’un seul.

L’évolution et la recrudescence des opérations de l’Armée Naqshabandi contre les voyous US, ajoutent les sources en question, démontrent la popularité et le soutien dont jouissent le Leadership légitime de l’Irak représenté par le Haut Commandement du Jihad, de la Libération et du salut National, auprès de la population et des citoyens irakiens.

Il est important de noter que les Moujahidines de l’Ordre Naqshabandi, suivent les mêmes tactiques militaires de l’ « ancienne » armée irakienne et de la Garde Républicaine pour ‘combat’tre l’armée US étant donné que l’Armée Naqshabandi a déclaré à plusieurs reprises que ses commandants militaires proviennent de l’élite de l’ « ancienne » armée irakienne et de la Garde Républicaine. Les opérations de l’Armée Naqshabandi ciblent uniquement l’armée d’occupation et interdit formellement de porter atteinte à la vie de citoyens irakiens, c’est la raison pour laquelle, cette armée de la Résistance irakienne jouit d’un tel prestige et popularité parmi la population.

L’Armée de l’Ordre Naqshabandi se divise en plusieurs formations d’armée tels des bataillons, des régiments, des légions, et des brigades et possèdent des unités spéciales de lancements de missiles telles que les brigade de soutien et de mortiers, des unités spéciales d’Assaut, des unités de tireurs d’élite ainsi que des brigades anti aériennes.

Ci dessous les liens des divers communiqués militaires et des publications audiovisuelles mis en lignes par le Bureau de l’Information de l’Ordre Naqshabandi.

1- Les opérations du Jihad des ‘combat’tants de l’Ordre Naqshabandi pour la période du 1er au 7 juillet 2010

http://www.alnakshabandia.com/home/news.php?action=view&id=785&55239d47a71d69f4e9096b18f2ca1118/

2- Les opérations du Jihad des ‘combat’tants de l’Ordre Naqshabandi pour la période du 8 au 15 juillet 2010

http://www.alnakshabandia.com/home/news.php?action=view&id=795&55239d47a71d69f4e9096b18f2ca1118/

3- Les opérations du Jihad des ‘combat’tants de l’Ordre Naqshabandi pour la période du 16 au 22 juillet 2010

http://www.alnakshabandia.com/home/news.php?action=view&id=806&55239d47a71d69f4e9096b18f2ca1118/

4- Les opérations du Jihad des ‘combat’tants de l’Ordre Naqshabandi pour la période du 23 au 31 juillet 2010/

http://www.alnakshabandia.com/home/news.php?action=view&id=808&55239d47a71d69f4e9096b18f2ca1118/

Les publications audiovisuelles mises en ligne au mois de juillet 2010

1- La publication n° 90 des opérations de l’Ordre de l’armée Naqshabandi

http://www.alnakshabandia.com/home/news.php?action=view&id=766&aa27c9417011ac72ce79beaf7688cf49/

2- La publication n° 91 des opérations de l’Ordre de l’armée Naqshabandi

http://www.alnakshabandia.com/home/news.php?action=view&id=774&925b7b5622393dad07c8c52e859a0249/

3- La publication n° 92 des opérations de l’Ordre de l’armée Naqshabandi

http://www.alnakshabandia.com/home/news.php?action=view&id=782&aa27c9417011ac72ce79beaf7688cf49/

4- 1- La publication audiovisuelle n° 93 des opérations de l’Ordre de l’armée Naqshabandi

http://www.alnakshabandia.com/home/news.php?action=view&id=793&aa27c9417011ac72ce79beaf7688cf49/

5- La publication audiovisuelle n° 94 des opérations de l’Ordre de l’armée Naqshabandi

http://www.alnakshabandia.com/home/news.php?action=view&id=800&aa27c9417011ac72ce79beaf7688cf49/

17 août

Ahmed Manai 

Publié par le ‘combat’tant, pilote de chasse et camarade Ra’afat Ali à Bagdad du Jihad

le 4 Ramadan, 1431 correspondant au13 Août 2010

Translated by abu Assur

lien de l’article en arabe :

يرجى الاشارة الى شبكة البصرة عند اعادة النشر او الاقتباس

المقالات والتقارير والاخبار المنشورة في شبكتنا لا تعبر عن راي الشبكة بل عن راي الكاتب فقط

http://tunisitri.wordpress.com/2010/08/17/irak-l%e2%80%99armee-de-l%e2%80%99ordre-naqshbandia/#more-1841


Paroles & action du président...

Les missions de ‘combat’ US en Irak cesseront fin août, dit Obama.

Barack Obama déclare qu'il tiendra sa promesse de mettre fin aux opérations de ‘combat’ de l'armée américaine en Irak à la fin du mois d'août, malgré le blocage politique où se trouve Bagdad et le regain d'activités insurrectionnelles enregistré le mois dernier.

S'adressant à Atlanta à d'anciens ‘combat’tants handicapés, au moment où l'opinion publique soutient de moins en moins l'effort de guerre en Afghanistan, le chef de la Maison blanche a insisté sur la réduction rapide du rôle militaire américain en Irak.

A l'approche des élections de mi-mandat (novembre), il a ainsi rappelé aux démocrates, dont l'opposition à la guerre d'Irak a contribué à le hisser à la présidence, que sa promesse de "mettre fin à la guerre en Irak de façon responsable" était en voie de se concrétiser.

"Peu après avoir pris mes fonctions, j'ai annoncé notre nouvelle stratégie pour l'Irak et pour le passage progressif à une entière responsabilité des Irakiens", a dit le président.

"J'ai clairement fait comprendre que d'ici au 31 août 2010, la mission de ‘combat’ de l'Amérique en Irak prendrait fin. Et c'est exactement ce que nous sommes en train de faire - comme promis et dans les temps."

L'armée américaine compte réduire ses effectifs en Irak à 50.000 hommes d'ici fin août. Officiellement, ils joueront un rôle consultatif auprès des forces de sécurité irakiennes.

Obama s'est de nouveau engagé à retirer toutes les troupes américaines d'Irak "d'ici à la fin de l'an prochain".

Il a néanmoins reconnu que des risques persistaient à l'heure actuelle. "Le fait est que nous ne sommes pas encore au bout des sacrifices américains en Irak", a-t-il dit.

LE DÉFI AFGHAN

Obama a prononcé ce discours sur fond de tensions et d'incertitude politiques en Irak, où les deux principaux partis n'ont pas réussi à s'entendre sur la mise en place d'un nouveau gouvernement cinq mois après des élections législatives qui n'ont pas dégagé de tendance nette.

L'augmentation des attaques et attentats meurtriers observée en juillet fait craindre que les insurgés ne profitent de ce vide politique pour relancer les antagonismes intercommunautaires.

Face à l'opposition croissante de l'opinion américaine à la guerre d'Afghanistan, où il a envoyé des renforts pour contrer une recrudescence des attaques montées par les taliban, Obama s'est aussi efforcé lundi de rallier des soutiens.

Bien que l'Irak ne figure plus dans les grands titres de presse et occupe très peu de place dans la campagne pour les élections de novembre, ce discours permettait à Obama d'imprimer sa marque sur une étape clé dans le retrait américain et de montrer aux indécis qu'il s'en tenait à son programme initial.

3/8

http://fr.news.yahoo.com/4/20100802/twl-obama-irak-38cfb6d_1.html

 

Obama écrit à l’ayatollah Sistani pour sortir de l’impasse politique.
Barack Obama a envoyé une lettre à Ali Sistani, lui demandant de mettre fin aux querelles entre responsables politiques en vue de former un nouveau gouvernement, a rapporté hier le magazine Foreign Policy. M. Obama a envoyé sa lettre peu après une tentative ratée du vice-président Joe Biden de régler le conflit à propos du nouveau gouvernement lors d'une visite le 4 juillet à Bagdad, a précisé Foreign Policy.
Un porte-parole de
la Maison-Blanche a refusé de commenter l'information, ainsi qu'un porte-parole du bureau de Ali Sistani à Najaf.

07-08

http://www.lorientlejour.com/category/Moyen+Orient+et+Monde/article/667117/_Obama_ecrit_a_l'ayatollah_Sistani_pour_sortir_de_l'impasse_politique.html

 

Obama se lave les mains de la tragédie irakienne.

En guise de paix, de liberté et de démocratie que l’occupation étrangère était censée apporter au peuple irakien, celui-ci s’est retrouvé pris dans la tourmente d’une violence armée inouïe et d’affrontements à caractères ethnique, religieux et communautariste qui conduisent à une implosion inéluctable de l’Etat-nation irakien.

La promesse électorale faite à ses compatriotes par Barack Obama, de retirer au plus vite les troupes américaines d’Irak s’il est élu à la Maison-Blanche, semble se concrétiser en partie avec l’évacuation, mercredi, de la dernière brigade de combat qui était opérationnelle dans ce pays. Avec son départ, il ne reste que 50 000 soldats américains sur le territoire irakien, dont le rôle se limite en théorie à entraîner et à conseiller l’armée nationale irakienne, à qui est transférée la mission du maintien de l’ordre dans le pays.

Selon le plan de désengagement planifié par le Pentagone et approuvé par la Maison-Blanche, ces 50 000 soldats quitteront à leur tour l’Irak d’ici la fin de 2011.

Sauf que ce scénario optimiste risque de s’avérer irréalisable au regard de l’aggravation de la situation sécuritaire en Irak depuis que l’armée et la police du pays assument la responsabilité en ce domaine. Pour les observateurs, il ne fait aucun doute que ces institutions sont incapables de faire face à la situation. De l’avis de tous, les conditions d’une guerre civile sont réunies, que ses protagonistes engageront si le retrait total américain devient effectif.

C’est l’avertissement qu’ont lancé pour leur part des officiers supérieurs américains et le chef d’état-major de l’armée irakienne lui-même et demandé à ce que ce retrait soit repoussé plus loin dans le temps. Selon les mêmes observateurs, quel que soit le Premier ministre qui va être en charge du gouvernement irakien, il sera dans l’obligation de solliciter lui aussi de Washington le différé du retrait total de ses troupes à après 2011.

Tout annonce que la situation va être chaotique au-delà des prévisions les plus pessimistes, compte tenu du passif que l’invasion et l’occupation américaine y ont accumulé. L’invasion américaine a certes mis un terme au régime baasiste de Saddam Hussein, mais elle a ouvert une véritable boîte de Pandore. En guise de paix, de liberté et de démocratie que l’occupation étrangère était censée apporter au peuple irakien, celui-ci s’est retrouvé pris dans la tourmente d’une violence armée inouïe et d’affrontements à caractères ethnique, religieux et communautariste qui conduisent à une implosion inéluctable de l’Etat-nation irakien.

Dans ces conditions, le départ du pays des troupes américaines, tel que programmé par Washington, sera perçu par l’opinion mondiale comme l’expression d’un fiasco complet de l’invasion irakienne.

Barack Obama est certes tenu par sa promesse électorale. Il se devait de l’honorer, du moins en partie, pour démontrer à ses concitoyens qu’il fait ce qu’il dit, surtout que le pays est à la veille de la cruciale échéance électorale de novembre prochain. Sauf qu’en le faisant et en laissant donc l’Irak s’enfoncer dans le chaos annoncé pour advenir après le retrait américain, c’est le prestige des Etats-Unis qui en sera irrémédiablement terni, de même qu’il s’en suivra une aggravation encore plus problématique pour les intérêts géostratégiques de l’Amérique dans la région.

Engagées sous des prétextes fallacieux, mensongers en tous points, l’invasion puis l’occupation pendant 7 années de l’Irak n’ont généré que gâchis, instabilité et destruction à tout point de vue d’un pays, dont le peuple est sommé après cela de se prendre en charge, voire de manifester de la reconnaissance à la nation qui lui a infligé ce sort.

Le Quotidien d’Oran

22 août 2010 –

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=9285


Les commentaires sont fermés.