Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/09/2010

n°53 - journal d'Iran - 10-8 au 04-09 : - : Suite - Etats-Unis et Iran... A deux doigts de la guerre


n°53 - journal d'Iran  - 10-8 au 04-09 : - : Suite  - Etats-Unis et Iran... A deux doigts de la guerre


journal d'Iran   n°53 du 10-8 au 04-09

.                                           C.De Broeder      &    M.Lemaire



a) Le "Journal d'Iran" est  visible  sur les blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire :

1 Politique

1) Iran

2 Politique Internationale

1 Usa

2 Les voisins

3 Organisations Mondiales & régionales

4 Le Monde

 



1) Politique Iranienne

Ahmadinejad

Les grandes manœuvres

Ali Larijani exhorte les musulmans à s'entraider sur la scène internationale  

Le président du parlement iranien, Ali Larijani, a exhorté les musulmans dans le monde entier à aider les uns les autres sur la scène internationale.
Il a fait ces remarques lors d'une cérémonie d' Iftar (repas de rupture du jeûne), hier soir, qui s'est tenue au parlement, réunion au cours de laquelle le président du parlement iranien a accueilli les enfants et les jeunes orphelins aidés et financés par le Comité de secours de l'Imam Khomeiny.
L'allocution de M. Larijani a porté sur la situation très dure des enfants déshérités palestiniens, ajoutant que la situation des enfants palestiniens sans défense qui souffrent dans les prisons du régime sioniste.
Qualifiant de "très dur" la situation des enfants palestiniens, il a souligné qu'une aide pourrait être apportée aux musulmans et aux palestiniens.
S'adressant aux enfants et aux jeunes présents à cette cérémonie, il a souligné qu'un des principaux objectifs et une des missions du système islamique en Iran a été d'aider et de s guider vers une vie réussie, les personnes qui devraient être le sujet d'attention.

30/08/2010

 httphttp://www2.irna.ir


Sur le terrain

Iran: des dizaines de milliers de personnes dénoncent Israël et l'Amérique.

La télévision a montré des foules importantes, dans plusieurs grandes villes du pays, criant "mort à Israël" et "mort à l'Amérique", portant des banderoles proclamant "Qods (Jérusalem) nous appartient", ou agitant des drapeaux palestiniens.

Certains slogans ont dénoncé également les discussions entreprises entre Israël et le président palestinien Mahmoud Abbas sous l'égide des Etats-Unis, affirmant que "faire des compromis avec Israël signifie la mort de la Palestine".

L'Iran, qui ne reconnaît pas Israël et dont il prédit régulièrement la disparition, soutient le Hamas qui contrôle la bande de Gaza et s'oppose à tout compromis avec l'Etat hébreu.

"Un jour prochain, si Dieu veut, nous irons prier à Qods", a déclaré le commentateur de la télévision, en affirmant que "des millions d'Iraniens participent aux manifestations" à travers le pays.

AFP / 03 septembre


Ppréparation à la guerre

 Mottaki met en garde Israël: une frappe contre l’Iran lui coutera son existence

Le chef de la diplomatie iranienne, Manouchehr Mottaki, a mis en garde, lundi, "Israël contre toute agression à l’encontre de son pays, car elle lui coutera son existence.
Dans un entretien, avec le magazine allemand Der Spiegel, M.Mottaki a affirmé qu’« Israël  ne cesse de menacer d’attaquer l’Iran, depuis des années ». Mais, il a prévenu que « l’entité sioniste connait très bien le sort qui lui attend », en cas d’agression. « Son existence sera mise en question », a-t-il ajouté.
S’agissant des sanctions américaines et européennes contre l’Iran, Mottaki a dit que « l’Europe va sans doute souffrir plus que nous. Vu que nous avons réduit nos relations commerciales avec l’Europe, ces dernières

31/08/2010

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=152420&language=fr


2) Politique des Usa

Préparation à la guerre

Bolton: Israël a "8 jours" pour agir.

L'ancien ambassadeur américain à l'ONU John Bolton estime qu'Israël a "huit jours" pour lancer une frappe militaire contre la centrale nucléaire de Bouchehr au sud de l'Iran, et empêcher Téhéran de disposer d'une centrale nucléaire en état de marche.
Le lancement de la centrale, en construction avec l'aide de la Russie depuis près de 15 ans, est prévu le 21 août. A cette date, la Russie a annoncé qu'elle allait procéder au lancement technique de la première centrale nucléaire iranienne avec le chargement du combustible dans le réacteur. Il sera alors trop tard, a averti hier John Bolton, pour Israël pour lancer une attaque militaire contre l'installation, qui provoquerait des radiations qui toucheraient la population civile. "Une fois que l'uranium, une fois que le combustible est très proche du réacteur, et sans nul doute lorsqu'il est dans le réacteur, une frappe signifie l'émanation de radiations", a-t-il dit à la télévision Fox Business Network. "Alors, si Israël doit entreprendre quelque chose contre Bouchehr, il doit le faire dans les huit prochains jours", a-t-il ajouté, tout en se montrant sceptique à propos de cette éventualité.
Interrogé sur la possibilité de cette attaque israélienne, John Bolton a répondu: "je ne le pense pas, je pense qu'ils ont raté l'occasion". En l'absence de frappe israélienne, "l'Iran disposera de quelque chose qu'aucun autre ennemi d'Israël ou des Etats-Unis au Moyen-Orient ne possède, à savoir un réacteur nucléaire en état de fonctionnement".
L'ancien ambassadeur, un personnage controversé, a critiqué le rôle de la Russie dans la construction de cette centrale. "Moscou a toujours dans l'idée de pouvoir mettre un doigt dans l'oeil de l'Amérique". L'Iran a annoncé hier la construction d'un nouveau site d'enrichissement d'uranium en 2011 et promulgué une loi contraignant notamment le gouvernement à poursuivre l'enrichissement d'uranium et à limiter la coopération avec l'Agence internationale de l'énergie atomique.
Le 9 juin, le Conseil de sécurité de l'ONU avait adopté une nouvelle résolution assortie de sanctions, réaffirmant que Téhéran devait suspendre toute activité d'enrichissement et ne pas construire de nouveau site.

AFP
17/08/2010

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/08/17/97001-20100817FILWWW00358-iranbolton-israel-a-8-jours-pour-agir.php



Les organisations mondiales

UE

L'UE exhorte la Chine à soutenir les sanctions contre l'Iran.

L'Union européenne souhaite que la Chine soutienne les nouvelles sanctions prises contre l'Iran pour son programme nucléaire et que ses entreprises ne s'y installent pas avec le départ des entreprises européennes.  

La cheffe de la diplomatie européenne Catherine Ashton a souligné l'importance de voir Pékin soutenir les sanctions internationale contre Téhéran lors de son entretien avec le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi. "Mon message se voulait très clair (...) j'espère qu'ils verront que ce sont des sanctions importants", a-t-ele ajouté devant la presse à Pékin.

Le Conseil de Sécurité de l'ONU a imposé une quatrième série de sanctions contre l'Iran en juin dernier, visant particulièrement les gardiens de la Révolution, sans que Pékin n'appose son veto. Mais parallèlement, les Etats-Unis et ses alliés européens ont adopté des sanctions auxquelles la Chine s'est opposée.

Selon Catherine Ashton, M. Yang a accepté son invitation à se joindre à un réunion ministérielle avec la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, la Russie et les Etats-Unis lors de l'Assemblée générale
2/9

Raccourci vers : http://fr.news.yahoo.com/3/20100902/twl-ue-iran-chine-nucleaire-ba66223.html



Les Voisins

Egypte

L'Egypte reporte une visite du chef de la diplomatie iranienne.
L'Egypte a reporté une visite au Caire du chef de la diplomatie iranienne Manouchehr Mottaki suite à ses propos à l'endroit des leaders arabes participant au lancement des pourparlers de paix directs entre Israéliens et Palestiniens à Washington, rapporte jeudi le ministère égyptien des AE.
M.Mottaki aurait dû participer à une réunion de la "troïka" du Mouvement des non-alignés (Iran, Cuba et Egypte) qui devait se tenir lundi prochain dans la capitale égyptienne.
Mais mercredi, le responsable de la section d'intérêts de l'Iran au Caire a été convoqué au ministère égyptien des Affaires étrangères, stipule le communiqué.
L'assistante du ministre égyptien des Affaires étrangères Wafaa Bassim l'a informé qu'à la lumière des derniers développements, il avait été décidé de reporter cette rencontre à une date ultérieure qui serait concertée lors des futures consultations en marge des travaux de l'Assemblée générale de l'Onu à New York.
Par ailleurs, le diplomate iranien a été invité à donner des explications sur les déclarations attribuées à M.Mottaki à propos de la participation de certains leaders arabes au lancement à Washington des
négociations directes entre Palestiniens et Israéliens.
Selon le journal arabe Asharq Al-Awsat, le ministre iranien des Affaires étrangères aurait qualifié de "trahison" leur participation à ces négociations "sous les ordres des Etats-Unis", en estimant qu'elles ne permettraient pas de mettre fin au conflit au Proche-Orient.
Le président égyptien Hosni Moubarak et le roi Abdallah II de Jordanie ont été invités à Washington pour le lancement du dialogue direct entre Palestiniens et Israéliens.
Les rapports entre l'Iran et l'Egypte sont mouvementés depuis que Téhéran a rompu ses relations diplomatiques avec Le Caire en 1980 pour protester contre la reconnaissance d'Israël par l'Egypte. L'Egypte redoute aussi l'influence iranienne sur les affaires intérieures dans les pays arabes
.

RIA Novosti –

3/9/2010
http://fr.rian.ru/world/20100902/187348074.html


Turquie

Turquie dénonce la politique de deux poids deux mesures de l'Occident

L’ambassadeur de Turquie au Liban, Inan Ozyildiz ite, a exprimé au cours de son entretien avec le ministre de l'Agriculture, Hussein Hajj Hassan, la douleur de la Turquie pour  ce qui se passe en Palestine, se référant à l'histoire commune de la région et la similitude des problèmes rencontrés. 
Il  a également dénoncé  la politique de deux poids deux mesures de l’Occident dans le dossier nucléaire iranien pacifique tout en fermant les yeux sur ceux qui possèdent des armes nucléaires.
De son côté, le ministre de l'Agriculture, Hussein Hajj Hassan, a salué la politique de la Turquie envers les causes justes la qualifiant  de sage.

02/09/2010  

 http://www.almanar.com.lb/newssite/NewsDetails.aspx?id=152695&language=fr


Russie

Moscou refuse les sanctions contre l'Iran hors du cadre du Conseil de sécurité.  

La Russie a exprimé, ce mercredi, son refus à des  sanctions contre l'Iran hors du cadre du Conseil de sécurité.
Lors d’un discours, devant l’institut des relations internationales à Moscou, le chef de la diplomatie russe, Serguei Lavrov, a mis en garde contre les conséquences néfastes des tentatives d’isoler de grands pays comme l’Iran, au niveau régional et international.
« La participation de l’Iran à des négociations régionales se répercutera sans doute sur la position de l’autorité iranienne », a-t-il assuré. Pour Lavrov, « il n’y a pas de solution par la force au conflit iranien ».
  Il a dans ce contexte insisté sur « la nécessité de renforcer les mesures de confiance avec l’Iran, en fournissant du combustible au réacteur nucléaire de Téhéran ».  
Il a toutefois appelé l’Iran à coopérer avec l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, et à répondre aux interrogations liées à son programme nucléaire.

01/09/2010

 http://www.almanar.com.lb

 

Moscou refuse les sanctions contre l'Iran hors du cadre du Conseil de sécurité  

La Russie a exprimé, ce mercredi, son refus à des  sanctions contre l'Iran hors du cadre du Conseil de sécurité.
  Lors d’un discours, devant l’institut des relations internationales à Moscou, le chef de la diplomatie russe, Serguei Lavrov, a mis en garde contre les conséquences néfastes des tentatives d’isoler de grands pays comme l’Iran, au niveau régional et international.  
« La participation de l’Iran à des négociations régionales se répercutera sans doute sur la position de l’autorité iranienne », a-t-il assuré. Pour Lavrov, « il n’y a pas de solution par la force au conflit iranien ».  
Il a dans ce contexte insisté sur « la nécessité de renforcer les mesures de confiance avec l’Iran, en fournissant du combustible au réacteur nucléaire de Téhéran ».  
Il a toutefois appelé l’Iran à coopérer avec l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, et à répondre aux interrogations liées à son programme nucléaire.

01/09/2010

 http://www.almanar.com.lb


Liban

Joumblatt rencontre l’ambassadeur iranien à Beyrouth

Le chef du parti socialiste progressiste druze du Liban, Walid Joumblatt s’est entretenu lundi soir au siège de l’ambassade iranienne avec l’ambassadeur Qazanfar Roknabadi.
Joumblatt a déclaré à sa sortie de sa réunion: « Je suis venu ici pour ouvrir une nouvelle page dans les relations avec la République islamique d’Iran », saluant « le rôle joué par l'Iran dans cette phase délicate ».
Les deux hommes ont passé en revue les divers développements sur les scènes locales et régionales
D'autre part, Joumblatt a déclaré dans une interview publié dans le journal hebdomadaire « Anbaq »,  que la poursuite des attaques sur le Tribunal pénal international n'est pas utile, car cela suscite  des tensions ».
Joumblatt a souligné qu’il faut savoir « faire une entre l'acte d'accusation, qui a pour but  de provoquer la zizanie au Liban, et le travail du Tribunal international autour duquel tous les Libanais sans exception se sont mis d’accord ».

31/08/2010  

: http://www.almanar.com.lb/newssite/NewsDetails.aspx?id=152404&language=fr



Dans le monde

Brésil

Le Brésil appelle à la mise en œuvre de la Déclaration de Téhéran

L’ambassadeur du Brésil à Téhéran, Antonio Salgado, a déclaré lundi que la déclaration de Téhéran est un gage de transparence de la part de l'Iran tout en espérant que la Déclaration sera bientôt mis en place.
L'ambassadeur brésilien a fait ces remarques lors d'une rencontre avec le président du groupe d’amitié parlementaire entre l'Iran et le Brésil, Dayyani Ali.
Le Brésil a prôné l’élargissement de la coopération tous azimuts principalement au niveau international avec la République Islamique d'Iran et l'échange de visites entre hauts responsables ainsi qu’entre les délégations parlementaires afin de renforcer de tels liens.
Dayyani Ali, pour sa part, a évoqué les relations très bonnes et étroites qui lient les deux pays et a déclaré qu'il existe de nombreuses raisons d'étendre la coopération économique et culturelle.
La Déclaration de Téhéran souligne la nature pacifique des activités nucléaires de l'Iran, a t-il dit ajoutant que l'Iran estime que le recours à l'énergie nucléaire pacifique est un droit légitime de tous les pays signataires du Traité de Non-prolifération.
La Déclaration de Téhéran négociée par le président du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva et le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan en juin dernier envisage que l’Iran transportera 1 200 tonnes d'uranium enrichi à 3,5% en Turquie, en échange de l'uranium enrichi à 20% qui sera utilisé comme combustible du réacteur de recherche civile à Téhéran.
L'Iran a dénoncé l’Occident qui a refusé de fournir du carburant pour le fonctionnement du réacteur de Téhéran depuis le début des années 1970 pour produire des isotopes et des médicaments pour guérir les patients cancéreux.
L'opinion publique iranienne est parfaitement consciente que les fournisseurs de carburant en Occident s’intéresse aux gains financiers plutôt qu’à la dimension humaine que représente la fourniture de combustible pour le réacteur de Téhéran.
Quelque 400.000 patients atteints de cancer ont besoin actuellement des médicaments produits par des réacteurs de recherche de Téhéran qui ne produit qu’à mi-temps en raison des pénuries de carburant.
Ces pays comme le Brésil apportent une nouvelle manière de considérer les problèmes du monde et contribuent à un nouvel équilibre international.
Dans le cas du Brésil, ce changement de perception est dû, tout d'abord, à la transformation de la réalité économique, sociale et politique. Les qualités personnelles et l'engagement direct du président Lula sur les thèmes internationaux ont aidé à incorporer la contribution brésilienne au sein des principaux débats de l'agenda mondial.
Dans ce contexte, le Brésil a développé une politique étrangère globale et proactive cherchant à construire des coalitions au-delà des alliances et des relations traditionnelles.
La croissance de nos exportations vers les pays en développement et la création de mécanismes de dialogue et de concertation, comme l'Union des nations sud-américaines (Unasur), le G20 à l'OMC, l'IBAS (Inde, Brésil et Afrique du Sud) et le BRIC sont le reflet de l'orientation d'une politique étrangère universaliste et décomplexée sur ce que peut et doit être l'action externe d'un pays ayant les caractéristiques du Brésil.
Dans le domaine de la sécurité, lorsque le Brésil et la Turquie ont convaincu l'Iran d'assumer les engagements prévus dans la déclaration de Téhéran, il a été prouvé que de nouvelles visions et façons d'agir sont nécessaires pour traiter certains sujets qui étaient l'apanage des membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU. Malgré certaines résistances initiales, face à une initiative exogène au club fermé des puissances nucléaires, le Brésil est certain que les acquis de ce dialogue serviront de base aux futures négociations et à l'éventuelle solution de la question.

Mardi 31 Août 2010

httphttp://www2.irna.ir


Grande-Bretagne

Tony Blair: Le monde doit se préparer à l'option militaire contre l'Iran.

L'ancien Premier Ministre britannique, Tony Blair, a averti dans une interview mercredi que la communauté internationale pourra prendre des mesures militaires contre l'Iran si elle développe une arme nucléaire.
"Je dis que je pense qu'il est tout à fait inacceptable pour l'Iran d'avoir une capacité d'armement nucléaire et je pense que nous devons être prêts à les affronter, le cas échéant militairement", at-il dit dans des extraits pré-publiés par la BBC.
"Je pense qu'il n'y a pas d'alternatives au fait qu'ils continuent de développer des armes nucléaires. Ils ont besoin d'un message plus fort et plus clair".
Blair a dit, en parlant de son nouveau livre qui sera publié mercredi, que si l'Iran était dotée de l'arme nucléaire, elle serait une menace pour l'Occident et le véritable danger viendrait avec sa capacité à stimuler l'extrémisme islamique.
L'Iran, qui a commencé, samedi le 21 août, le chargement de combustible
nucléaire dans son usine de construction russe, nie ces allégations en affirmant que son programme nucléaire a des visées strictement énergétiques et civiles.
Résumé de l'article:
http://www.spacedaily.com/reports/World_must_prepare_for_Iran_military_option_Blair_999.html

3 Septembre

http://www.alterinfo.net/Tony-Blair-Le-monde-doit-se-preparer-a-l-option-militaire-contre-l-Iran_a49558.html


Japon

Nucléaire: le Japon adopte à son tour de nouvelles sanctions contre l'Iran.

 Le gouvernement japonais a adopté vendredi de nouvelles sanctions contre l'Iran, prévoyant des mesures de rétorsion financière et l'arrêt de tout investissement dans le secteur gazier et pétrolier du pays.

Tokyo a notamment décidé de geler les avoirs de 88 organisations et 24 individus liés au programme nucléaire controversé de Téhéran et d'interdire aux personnes concernées d'entrer dans l'archipel, selon un document adopté en Conseil des ministres.

Les nouvelles dispositions interdisent en outre aux institutions financières nippones d'acheter des bons du trésor émis par la banque centrale iranienne et de faire usage de titres financiers liés à une quelconque activité concernant le développement d'armes nucléaires.

Comme les Etats-Unis, l'Union européenne, le Canada et l'Australie avant lui, le Japon a en outre suspendu tout nouvel investissement dans le gaz et le pétrole iranien.

Ce secteur est sensible: l'Iran a beau être le quatrième producteur mondial de pétrole, il importe jusqu'à 40% de son essence car il manque de capacités de raffinage pour satisfaire sa demande intérieure.

Tokyo n'a toutefois aucun projet de limiter ses importations de pétrole brut en provenance de la République islamique.

"Notre pays a traditionnellement eu des relations proches avec l'Iran", a souligné le porte-parole du gouvernement, Yoshito Sengoku. "En vertu de cette position privilégiée, nous appellerons régulièrement ce pays à trouver une solution pacifique et diplomatique à ce problème".

Ces diverses mesures s'ajoutent à d'autres sanctions économiques instaurées début août par le Japon, incluant le gel des avoirs de 40 sociétés iraniennes et d'un responsable du secteur nucléaire du pays, conformément à la résolution 1929 du Conseil de sécurité de l'ONU.

Ce quatrième train de sanction du Conseil de Sécurité a été adopté le 9 juin pour punir la République islamiste qui refuse de suspendre ses activités d'enrichissement d'uranium, derrière lesquelles l'Occident voit les prémices de l'arme atomique malgré les dénégations de Téhéran.

La Chine et la Russie ont fait part de leur désaccord avec les sanctions supplémentaires adoptées par les Occidentaux, préférant s'en tenir aux strictes décisions de l'ONU.

Le Japon entretient habituellement des liens cordiaux avec l'Iran, son troisième plus important fournisseur de pétrole, mais a dernièrement durci le ton à l'égard du programme nucléaire de Téhéran.

AFP /

03 septembre 2010
Raccourci vers :
http://www.romandie.com/infos/News2/100903040755.dpezbidr.asp


Les commentaires sont fermés.