Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/09/2010

n° 140 - Journal du Liban - 15-08 au 04-09 - : Fin - : Un QG conjoint Hezbollah-Syrie face à une possible attaque israélienne ?


n° 140  - Journal du Liban - 15-08 au 04-09 - : Fin - : Un QG conjoint Hezbollah-Syrie face à une possible attaque israélienne ?



Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



Journal du Liban

n° 140                                               15-08 au 04-09

        C.De broeder & M.Lemaire



Le "Journal du Liban" est  visible  sur les blogs : 

a) sur mes blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

http://no-war.over-blog.com/ 

 

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html


Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire de la lutte pour la libération du territoire.

Les brèves

6-1 Espionnage: un religieux arrêté.

6-2 Agents israéliens : le Liban adresse une plainte à l’Onu.

7  Dossier

7-1 Le Renseignement israélien a entièrement infiltré le Liban…

7-2 Fadwa Nassar : Des armes pour s'entretuer.

8 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

8-1 Sayed : "Nous sommes dans la bonne position et plus proches que jamais d'Al Qods"  




Les brèves

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information.

Ndlr : La publication de l'article  ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l'auteur mais doit être vu comme information.

6-1 Espionnage: un religieux arrêté.
02/09

"Cheikh Hassan Mchaimech a été arrêté en juillet en Syrie sur base d'informations envoyées par les renseignements des services de sécurité (libanais) aux autorités syriennes, et selon lesquelles il collaborait avec Israël", a indiqué ce responsable sous couvert de l'anonymat.
Le religieux, originaire du sud du Liban et critique du Hezbollah, a été interrogé par les autorités syriennes pour collaboration avec Israël "à partir de
la Syrie et non du Liban".
En juillet, l'un des fils de cheikh Mchaimech a affirmé à l'AFP que son père avait été "arrêté alors qu'il se rendait en Arabie saoudite en passant par
la Syrie pour l'omra", le petit pèlerinage à La Mecque qui peut s'effectuer à tout moment.
Il avait précisé qu'il ignorait les causes de son arrestation.

http://www.lefigaro.fr/

 

6-2 Agents israéliens : le Liban adresse une plainte à l’Onu.
Le ministère des Affaires étrangères a adressé hier à la mission permanente du Conseil de sécurité le texte de la plainte déposée contre Israël pour avoir recruté des espions au Liban.
Le document de sept pages résume les informations recueillies par les ministres qui avaient été chargés par le Conseil des ministres de suivre le dossier descollaborateurs. Selon le texte de la plainte, le nombre d'espions s'élève à 150. Le gouvernement examine la possibilité de demander au Conseil de sécurité de tenir une réunion extraordinaire consacrée à ce dossier.

27/08/2010

http://www.almanar.com.lb



7  Dossier

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information

7-1 Le Renseignement israélien a entièrement infiltré le Liban…

C’est l’avis du journaliste d’investigation américain Wayne Madsen lequel a publié un papier dans lequel il révèle ses dernières données, sur le site en ligne " Opinion maker".
((( Nous avons appris de nos sources de renseignements au Liban que, là-bas, le gouvernement vient de réaliser que l’infiltration des services de renseignement israéliens dans tous les groupes politiques du pays est pire qu’il ne le pensait au départ.
Une fois satisfait de la pénétration du monde chrétien et druze du pays, le Mossad israélien a aussi complètement infiltré à présent les plus hauts échelons des partis sunnites et chiites.
Le Liban a récemment accusé d’espionnage pour le Mossad le général à la retraite Fayez Karam, un membre éminent du Mouvement Patriotique Libre du général retraité Michel Aoun, allié du Hezbollah.
Parmi les partis politiques infiltrés par le Renseignement israélien, il y a le Mouvement du Futur du premier ministre Saad Hariri, fils de l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri, assassiné par une voiture piégée à Beyrouth en 2005.
On pense que le tribunal spécial des Nations unies pour le Liban (STL) accusera très bientôt de cet assassinat le Hezbollah. Seulement, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, a annoncé dernièrement que le groupe avait des preuves vidéo venant de drones israéliens, qui montrent que les forces israéliennes suivaient Hariri avant son assassinat.
Le procureur en chef du TSL, le canadien Daniel Bellemare, a demandé les indices du Hezbollah. Or, nous avons appris que Bellemare est soupçonné par les services secrets libanais d’avoir eu des contacts antérieurs étroits avec des agents à la fois de
la CIA et du Mossad.
Nous avons déjà signalé que Bellemare est soupçonné d’avoir autorisé et présenté, dans les pièces à conviction de l’assassinat d’Hariri, des interceptions trafiquées de téléphone cellulaire qui désignent le Hezbollah de manière flagrante. Il se pourrait qu’il soit à craindre que Bellemare donne au Mossad les preuves du Hezbollah, afin que les Israéliens déterminent l’origine de la fuite des vidéos classées confidentielles.
On signale aussi que le Mossad prépare un successeur au leader politique chiite Nabih Berri, qui est l’actuel président du parlement libanais. L’opération du Mossad est activement soutenue en coulisses par l’Arabie saoudite, un pays dont l’alliance avec Israël est en passe de devenir l’un des plus grands secrets de polichinelle du Moyen-Orient.
Selon nos sources au Liban, une organisation sur laquelle Israël et les États-Unis peuvent compter pour aider l’ONU, après l’inculpation espérée du Hezbollah pour l’assassinat de Hariri, est un réseau sunnite de la vallée de
la Bekaa au Liban. Il comporte un membre de la famille de Ziad al-Jarrah, l’un des présumés pirates de l’air du vol 93 d’United Airline le 11 septembre 2001.
Le Renseignement libanais a relié le Ziad al-Jarrah, qui vient de la vallée de
la Bekaa, à un réseau soutenu par des Saoudiens salafistes qui englobe des partenaires d’« Al-Qaïda. » Ils serviront à cibler les Chiites du Liban à la suite des accusations de Bellemare contre le Hezbollah.
Le Renseignement libanais a découvert que des membres de ce même réseau salafiste/Al-Qaïda soutenu par le Mossad a aussi ciblé de hauts dirigeants chiites en Irak.
Nous avons appris que Ziad al-Jarrah a servi au Mossad, à
la CIA et au Renseignement saoudien, de « pigeon » dans l’intrigue du 11/9, tout comme des « naïfs » du même acabit sont utilisés en Irak et ailleurs pour aider à maintenir vivant le mythe d’« Al-Qaïda » et d’Oussama Ben Laden.
Bien que toujours à l’état embryonnaire au Liban, ce même réseau salafiste/Al-Qaïda a servi au Mossad et à
la CIA pour espionner les groupes palestiniens du Liban durant les années 80 et 90, ainsi que la Syrie pendant son occupation là-bas.
Le réseau d’espionnage israélien se prolonge aussi en Syrie. Nos sourceslibanaisessignalentquel’ancien vice-président syrien Abdel Halim Khaddam, qui avait accusé le président syrien Bachar alAssad d’avoir ordonné l’assassinat de Rafic Hariri, est soutenu tactiquement par Israël et les états-Unis.Khaddam, qui dirige le Front de Salut National en exil (NSF), cherche à renverser Assad. Le NSF reçoit un soutien non seulement du Renseignement israélien et américain, mais aussi du Renseignement français et allemand. Le NSF a des bureaux à Bruxelles, Berlin, Paris et Washington, et ilest soupçonné d’œuvrer en coulisses avec Bellemare afin d’apporter des charges contre le Hezbollahpour l’assassinat de Rafic Hariri.
Quoi qu’il en soit, les tentatives précédentes pour piéger Assad et les généraux libanais pro-syriens accusés de l’assassinat n’ont pas abouti à cause du manque de preuves crédibles.)))

27/08/2010

http://www.almanar.com.lb .


7-2 Fadwa Nassar : Des armes pour s'entretuer.
Depuis que des soldats de l’armée libanaise ont osé affronter l’ennemi sioniste dans le village de Adaissé, au sud du Liban, les réactions américaines vont bon train : il faut cesser de fournir des armes à l’armée libanaise car celle-ci les utiliserait contre « Israël ». La récente demande de la représentante Ileana Ros-Lehtinen, qui siège à la commission américaine des Affaires étrangères, conseillant
la France de ne pas fournir des armes, en est la dernière expression. Peu avant, le congrès américain avait décidé de geler une aide militaire de 100 millions de dollars accordée au Liban. Jamais les choses n’ont été plus claires et plus évidentes. Jamais l’hypocrisie du monde occidental (qui se considère « communauté internationale ») n’a été aussi visible et sensible.
Pour les forces impériales qui veulent maintenir leur domination sur le monde, « Israël » reste leur pion le plus sûr. Pour elles, il doit demeurer l’Etat le plus puissant dans la région, non pas seulement pour détruire toute résistance à l’hégémonie impériale, mais pour briser toute volonté de résistance : l’armement sioniste doit dissuader rien qu’en entendant parler de lui ! L’Etat sioniste doit, par les armes qu’il possède, l’armée qu’il organise, les colons qu’il lâche sur les Palestiniens, rester maître de la situation. Il doit pouvoir réprimer, tuer, assassiner, semer la mort et la destruction, sans rencontrer une quelconque résistance, ou même une volonté de résistance. C’est l’ordre américano-sioniste qui devrait régner dans la région du Moyen-Orient, d’abord, le monde ensuite.
Il faut regarder du côté de
la Cisjordanie pour réaliser ce que souhaite l’empire américano-sioniste dans la région. Depuis que le général américain Dayton a installé son quartier général dans cette partie occupée de la Palestine, gérée par l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, les forces de la sécurité palestinienne sont devenues les véritables exécutants de l’ordre américano-sioniste : arrestation et torture des militants palestiniens suspectés de vouloir résister à la colonisation, arrestation des prisonniers palestiniens à peine libérés des geôles sionistes, arrestation ou harcèlement des membres des familles des prisonniers palestiniens encore détenus par les sionistes, que ce soient les épouses ou les enfants de ces prisonniers. Les forces de la sécurité palestinienne n’hésitent pas à s’en prendre aux épouses, filles ou fils de ces prisonniers qui avaient espéré, en se sacrifiant pour la patrie, que la société protège au moins leurs familles. Chez les forces palestiniennes de Dayton, c’est le contraire. Les prisonniers sont doublement punis pour avoir résisté à l’occupation : leurs familles deviennent un moyen de pression supplémentaire sur eux pour les empêcher de penser à une quelconque résistance!
C’est l’ordre américano-sioniste ! « Le nouveau palestinien » que le général Dayton veut faire naître en Palestine, c’est ce Palestinien devenu un instrument de la politique américano-sioniste, qui accepte volontiers de rencontrer le militaire sioniste, de coordonner avec lui pour pacifier les territoires occupés, d’empêcher les Palestiniens de riposter aux provocations des colons dans la ville d’al-Khalil (entre autres), de relâcher gracieusement tout Israélien entré « par erreur » en Cisjordanie et finalement, de s’en prendre même aux plus modérés des Palestiniens, ceux qui ont récemment riposté à la reprise des négociations entre Mahmoud Abbas et le gouvernement sioniste. Ce qui s’est passé dans la « salle protestante » à Ramallah, et qui a suscité la colère des forces politiques présentes dans l’OLP qui n’ont pas hésité à parler de « fascisme palestinien » est révélateur non pas seulement de la répression de la résistance, mais de la répression de toute expression politique pacifique opposée ou différente de l’équipe palestinienne gouvernant à Ramallah.
Ceux qui se trouvaient dans la « salle protestante » n’étaient ni les représentants du Hamas, ni du Jihad islamique.

Ce n’étaient ni les Sheikh appelant à la résistance, ni les islamistes que le ministre des affaires religieuses de l’équipe de Salam Fayyad a interdit de faire les prêches dans les mosquées de la Cisjordanie. Les participants à la réunion de « la salle protestante » étaient les représentants des mouvements politiques ou des indépendants qui, pour la plupart, ne sont pas contre le principe des négociations, mais s’opposaient seulement à leur reprise actuelle, jugeant qu’elles sont humiliantes, et que Mahmoud Abbas ne pouvait prétendre les représenter.

La réunion n’a pas eu lieu ! les forces de la sécurité palestinienne que le général américain a éduquées, armées et choyées, soutenues par des « civils », sont entrées de force dans la salle aux cris « Iran, Iran, dehors ! » (voulant dire que toute opposition à Mahmoud Abbas avait l’Iran pour origine) et d’autres slogans tout aussi irréels que ridicules, faisant échouer la réunion !
C’est cette espèce de forces de sécurité que souhaitent les Etats-Unis pour le Liban. Ils ne veulent sûrement pas une armée qui protège son territoire, qui riposte aux violations de la souveraineté, qui se sent humiliée lorsque des sionistes survolent son territoire ou même coupent des arbres sur son territoire pour pouvoir mieux espionner.  Ce que veulent les Etats-Unis, c’est une armée qui affronte la résistance armée du Hezbollah au Liban et des forces de la sécurité qui ont pour tâche de désarmer la résistance, de faire taire toute critique de la politique américaine et de laisser libre cours à la collaboration avec les sionistes.
En Cisjordanie, Dayton a réussi à faire naître ce spécimen de Palestinien prêt à tuer et réprimer son peuple pour gagner quelques miettes (cartes VIP, voitures blindées et autres marchandises humiliantes du même genre), mais au Liban, bien que le spécimen date de la création même de l’Etat, il se dissimule à présent, comme dans le monde arabe d’ailleurs, sous le vernis du réalisme, du progressisme, du nationalisme arabe même, pour pouvoir diffuser son poison, celui de la collaboration et de l’instauration de l’ordre américano-sioniste !

Haj Hassan: l'armée libanaise a le droit de se doter inconditionnellement de toutes les armes.
Le ministre de l'Agriculture Hussein Haj Hassan a corroboré le droit de l'armée libanaise de se doter de toutes les armes appropriés pour affronter les chars et les avions israéliens ajoutant que l'Etat devrait lui assurer, sans aucune condition ou contrainte, l'arme nécessaire pour défendre le peuple et la terre du Liban.
S'exprimant lors d'un iftar, Haj Hassan a indiqué que tout libanais est responsable de soutenir l'armée dans une tentative nationale de l'armer.
Concernant la délégation ministérielle proposée pour visiter les pays amis et leur demander d'armer l'armée, Haj Hassan a appelé à demander les armes des pays arabes et des pays amis y compris l'Iran.
"Ces jours là, nous sommes devant une réalité politique claire qu'est l'équation de l'armée, de
la Résistance et du peuple. Une équation qui s'est renforcée lors des affrontements héroïques de l'armée libanaise à Adaïssé" a-t-il conclu.

Fadwa Nassar

août 31
http://www.convergencedesluttes.fr/index.php?



8 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information.

8-1 Sayed : "Nous sommes dans la bonne position et plus proches que jamais d'Al Qods"

Le Secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a tenu un discours ce vendredi via un grand écran devant des milliers de partisans dans la banlieue Sud de Beyrouth à l’occasion de la Journée mondiale d’Al Qods. Pendant une heure, Sayed Nasrallah a commenté l’annonce du lancement des négociations dites de paix entre Israéliens et Palestiniens à Washington, expliqué brièvement les raisons du retrait américain partiel de l’Irak, s’est félicité de l’échec du projet américain dans la région, et mis en garde les parties libanaises qui cherchent de toutes leurs forces à semer la division confessionnelle parmi les Libanais. Voici le texte du discours de Sayed Nasrallah : 
« Nous commémorons en ce dernier vendredi du mois béni du Ramadan, et en ce meilleur jour du meilleur mois de l‘année, avec toutes ses valeurs religieuses, la journée  mondiale d’Al Qods, une journée proclamée par l’Ayatollah l’imam Khomeiny. 
L’importance de cette journée grandit d’un an à autre, au milieu de l’accentuation des dangers qui menacent Al Qods, du conflit israélo-palestinien et de la lutte contre le projet sioniste dans la région.
En vérité, nous avons peur pour cette cause, vu les multiples complots externes, le désespoir et la faiblesse qui frappent la nation. Nous avons peur que cette cause soit oubliée avec le temps, parce que d’habitude le temps laisse tout oublier.  Mais il n’est pas permis pour la nation arabe et islamique d’oublier Al Qods, parce qu’elle fait partie de notre religion, de notre passé, de notre présent et de notre avenir. Il faut que la cause d’Al Qods soit présente et évoqué à chaque occasion. 
En cette journée, nous réitérons notre attachement à nos constantes, en cette journée, nous confirmons devant le monde entier notre attachement à nos droits. Nous disons à ce monde : les souffrances et les maux ne changeront rien de nos constantes.
La Palestine, de la mer au fleuve appartient au peuple palestinien et aux Arabes. Personne n’a le droit de renoncer à un pouce de sa terre, ni à une goutte de son eau, ni même à une lettre du mot Palestine. La journée d’al Qods est le jour de la vérité et le reste n’est que mensonges.
 Al Qods ne peut en aucun cas être la capitale éternelle d’un Etat appelé Israël. Un simple quartier ou une petite rue d’Al Qods ne pourront l’être, Al Qods est la capitale de la terre et du ciel. Cet Etat d’Israël ne peut jamais acquérir de légitimité, c’est un Etat bâti sur les crimes et la discrimination. 
Par ailleurs, la journée d’Al Qods est une occasion mondiale pour mettre la lumière sur les dangers auxquels font face la mosquée d’Al Aqsa, la ville sainte d’Al Qods, et les villes musulmanes et chrétienne à al fois. Cette région souffre de la judaïsation, des expulsions, des confiscations des terres, des tueries, et les négociations futiles ne sauront en aucun cas résoudre ces problèmes compliqués.  
Regardons ce qui se passe dans les territoires de 1948 à cause du projet américano-sioniste, et ce qui se
passe dans la bande de Gaza à cause du siège imposé à la population. 

Je vais évoquer au début deux évènements importants: L’annonce du soi disant début des négociations de paix aux Etats-Unis et le retrait américain de l’Irak.
1-    Ces négociations sont en effet mort-nées. Leur objectif au niveau politique est clair : la réussite des élections américaines, et le dernier à en bénéficier est Al Qods. Côté palestinien, la majorité des factions politiques ont rejeté ces négociations.  Certains refusent le principe de négocier avec Israël, nous faisons partie de ce camp, mais même les autres parties qui acceptent de négocier en principe rejettent les conditions actuelles pour ces pourparlers. Les factions palestiniennes, tout comme le peuple, ont rejeté ces négociations. L’expérience a démontre, même par rapport à ceux qui étaient assis hier ensemble à la même table, l’échec de la voie des négociations qui dure depuis plus de 17 ans.  Malheureusement, les négociations avec cet ennemi tyrannique ne font que donner plus de vie et de légitimité à cette entité.
2-    Le retrait américain de l’Irak est une annonce de la défaite. Personne, dans l’administration américaine, n’a osé parler de victoire dans son discours, et si quelqu’un a mentionné le mot « exploit », ce terme est apparu banal, vide de sens.
 
 Les Américains sont venus occuper l’Irak non pas pour s’en retirer après quelques années. Mais ils étaient choqués par la résistance farouche qui est née dès les premiers jours de l’occupation, et quand je parle de résistance, je distingue entre la résistance qui a frappé les bases et les intérêts de l’occupation américaine, et les extrémistes terroristes qui attaquent les civils. Ces derniers commettent des crimes contre l’humanité.
  
Les Américains n’ont pas supporté toutes les pertes infligées par la résistance irakienne, et le budget américain est devenu incapable de financer cette guerre. Donc la résistance armée irakienne et l’endurance du peuple irakien sont deux facteurs principaux qui ont favorisé le retrait américain.
 
Depuis des années, de différents services de renseignements ont tenté de semer la division parmi les Irakiens de toutes confessions, mais l’endurance et la ténacité du peuple irakien qui a supporté tous les crimes et qui a refusé de s’entretuer ont saboté les projets de ces services. Ce peuple, grâce à sa conscience et à sa volonté, et grâce à ses directions religieuses, a torpillé tous les projets de division. Les renseignements israéliens sont aussi impliqués dans les attaques anti-irakiennes, ils sont en contact avec les kamikazes qui tuent les civils. Le Mossad recrute des gens en Irak pour tuer les Irakiens. Il  veut pousser les Irakiens à s’entretuer pour ensuite diviser leur pays. Mais, quand le projet de division a échoué, il est devenu très couteux de rester dans ce pays. L’occupant n’a plus alors de choix que de quitter le pays. C’est une règle générale, dans n’importe quel pays occupé, les sacrifices du peuple assurent la réalisation de sa victoire.

Ce qui se passe en Irak est un grand exploit et une grande victoire pour le choix de la résistance. Et là toujours je distingue entre la vraie résistance et ceux qui commettent des opérations terroristes pour tuer les innocents, ces derniers n’ont rien à voir avec l’Islam et collaborent étroitement avec les services de renseignements. Voyez la dernière attaque qui a eu lieu au Pakistan ce vendredi. Dans ce  pays sinistré par les inondations, les habitants ont manifesté pour le soutien d’Al Qods, voyez comment les terroristes, aveugles, muets, et sourds, les ont attaqués, faisant pour l’instant près de 40 martyrs. 
En Palestine, il ya des difficultés, tout comme au Liban, en Irak et dans la région, mais si nous regardons d’un œil plus large, nous trouverons que l’axe de la résistance a pu ces dernières années réaliser un exploit historique au niveau de toute la région, qui aura des effets sur le monde entier.
Après le 11 septembre, les néo-conservateurs aux Etats-Unis ont présenté un nouveau projet pour notre région. Cette grande puissance mondiale a rassemblé ses navires de guerre de par le monde pour les transférer au Proche Orient, au monde arabo-islamique, où se trouvent les plus grandes réserves pétrolières et ressources naturelles. Cette action avait un seul objectif : fixer définitivement l’existence de l’entité sioniste sur le plan politique, à travers le processus de paix globale. En effet, leur projet vise à liquider la résistance palestinienne, qu’elle soit populaire, politique et culturelle. Il fallait également liquider la résistance au Liban pour que ce pays s‘engage définitivement dans le projet américano sioniste, il fallait renverser le régime syrien, mettre fin à la résistance en Irak, et frapper l’Iran afin de renverser aussi son régime islamique. Le but ultime de cette politique est de permettre aux Etats-Unis de prendre le contrôle de la région. 
 Je prétends que dans les dix années qui se sont écoulées, les Américains avaient une capacité énorme pour réaliser ce projet : ils contrôlaient et dirigeaient le monde entier, l’économie mondiale et les médias. Les plus grandes armées, tout genre de guerres psychologiques et les services de renseignements ont été mis à leur service. Mais lorsque ce projet a été confronté à la résistance en Palestine, au Liban, en Syrie, en l’Iran comme en Irak, le projet a échoué.
Ceci ne signifie pas que le conflit a pris fin, mais nous sommes passés à une nouvelle phase de la bataille, et je vous assure que de nouveaux échecs saboteront ce projet.
Sur le plan économique, toutes les tentatives de régler la crise économique mondiale et notamment américaine ont échoué, et dans l’avenir nous allons assister à des changements radicaux sur ce sujet. Les Etats-Unis ne peuvent plus faire de guerre à cause de leurs multiples crises sociales, économiques et populaires.
Pourquoi ce projet a-t-il échoué ? Grâce à la ténacité de la résistance en Palestine, à Gaza, au Liban, et grâce à l’endurance de
la Syrie, de l’Iran et la décision de la résistance en Irak.
Aujourd’hui nous sommes appelés à continuer sur la voie de la résistance, il y a des difficultés mais nous nous approchons plus que jamais de la victoire, Israël d’aujourd’hui diffère d’Israël à la veille du 12 juillet 2006, du 1982, le grand Israël n’existe plus.
Nous sommes appelés à poursuivre notre résistance, consolider notre unité et à présenter notre aide au peuple palestinien et à sa résistance. Les brigades de la résistance, à l’instar du Hamas qui a effectué sa dernière opération militaire a besoin de toute voix de soutien, de tout argent et de toute arme disponible.
Sur le plan libanais, nous confirmons toujours notre attachement à  l’équation en or, ou comme certains l’appellent l’équation en diamants : armée-peuple-résistance.
S’agissant de la résistance, nous avons commémoré ces derniers jours l’anniversaire de l’enlèvement de l’Imam Moussa Sadr et de ses deux compagnons. L’Imam Sadr est l’imam et le fondateur de la résistance.
 Il est notre père qui nous a dirigés vers cette route, vers Al Qods, il nous a inculqué comment aimer et tomber en martyre pour l’amour d’Al Qods. Tout le monde sait qu’ils ont été enlevés alors qu’ils étaient en Lybie. A propos de la cause de l’imam Sadr, le Président frère Nabih Berri a parlé en détails il y a deux jours. Moi, je confirme une nouvelle fois chaque mot prononcé par le Président tant sur le plan politique que judiciaire. La justice libanaise doit assumer ses responsabilités face à l’enlèvement de citoyens voire de dirigeants libanais. Nous avons tant attendu et nous ne sommes pas allés au Tribunal international pour revendiquer notre droit. Des milliards de dollars sont offerts à la famille de Sayed Sadr et au Président Berri pour clore cette affaire mais nous ne vendons même pas un enfant par ces milliards de dollars. Nous savons comment opère le Tribunal international, donc, nous avons recouru à la justice libanaise.
Nous soutenons le boycott de tout sommet arabe qui se tient en Libye, l’imam et ses compagnons sont toujours en vie et ils sont détenus en Lybie. Il faut les libérer pour qu’ils retournent à leur patrie et à leurs familles. Nous ne cherchons de conflit avec personne.
Concernant l’affaire de l’enquête internationale, nous avions dit voilà plusieurs semaines que la résistance se sentait prise pour cible, et avions proposé quelques idées et révélé des preuves. Le procureur général s’est enfin exprimé pour dire que nos données sont incomplètes. Nous avons dit que nous ne sommes pas concernés par le TSL. Nous n’allons pas répondre aux questions du TSL. Nous avons fourni aux autorités compétentes libanaises les preuves dont
nous disposions, à leur demande. Si elles sont intéressées ou concernées par nos données et par les enquêtes avec les collaborateurs et les faux témoins, nous sommes prêts à coopérer avec elles mais si elles ne sont
qu'une boîte aux lettres entre nous et le procureur, nous ne sommes pas prêts à le faire. Peu nous importe si le procureur général est intéressé ou non par  nos données, cela revient à lui, mais de toute façon, sa réaction constitue un indice sur son travail.  
Passons à l’armée libanaise, nous appelons de nouveau à l’équiper,  nous avons demandé au gouvernement de contacter les pays arabes pour nous offrir des armes, mais la réponse du gouvernement était négative. Ce gouvernement ne demandera rien des pays arabes! J’espère que l’équipement de l’armée soit une affaire sincère. Le Liban a levé la tête des arabes et de la nation. Chaque arabe est fier de l’être grâce au Liban. Il est de notre droit de réclamer d’eux des quantités de leurs armes stockées dans les dépôts. Nous avons  proposé au gouvernement l’aide iranienne, et les Iraniens ont dit qu’ils sont prêts à offrir des armes sans aucune condition, pourtant les Américains et les Européens conditionnent leurs aides. Mais l’ironie du sort, certains Libanais ont posé des conditions à l’Iran pour accepter ses aides. Certains ont alors demandé de
la République Islamique de ne plus fournir des armes à la résistance.
Quant à l’incident de Bourj Abou Haydar, nous avons assuré dans un  communiqué conjoint avec les Ahbaches que l’incident est douloureux, et le Hezbollah a considéré avoir perdu trois martyrs. Cet événement constitue une perte sur tous les niveaux. Il n’y a eu aucun exploit humain, sécuritaire, ou politique. C’était un incident isolé. Certains Libanais ont tout fait pour exploiter politiquement les affrontements sur le terrain. Tout le monde sait que le grand projet des Américains a échoué, mais quelques libanais misent toujours sur ce genre d’incidents pour réaliser un quelconque exploit. Ils sont complètement désespérés après avoir perdu tout atout de force : une éventuelle guerre israélienne, une attaque contre
la Syrie à travers le TSL, une séparation entre l’Iran et la Syrie, et là je vous assure que l’alliance irano-syrienne est plus meilleure que jamais.
De même, la relation entre la résistance et
la Syrie n’a jamais été aussi solide. Donc, à ceux qui cherchent à semer la division qu’ils trouvent d’autres issues.
Cet incident a été beaucoup exploité dans les médias, mais quand nous sommes descendus sur le terrain, nous avons trouvé que les choses ont été exagérées. Ca me rappelle l’assassinat de Rafic Hariri, quelques heures après le crime, d’aucuns ont jugé, condamné et accusé des responsables.
L’incident a été donc exploité au moment où nous avons gardé le silence parce que nous étions en douleur, mais en contrepartie, quelle était la réaction de l’autre partie? Ils ont exagéré et amplifié l’affaire. Au lieu qu’ils cherchent a éteindre le feu, ils ont mis du  poudre et exploité d’une façon dangereuse les sensibilités confessionnelles. Ce qui a été fait déchire le pays et ne l’unit pas. A ceux qui se sont mal comportés et qui n’ont pas traité l’affaire sagement, je leur dis : Vous avez enfoncé un couteau dans notre cœur blessé.
Dès le premier instant nous avons dit que l’armée et les services de sécurité assument leurs responsabilités.
On constate qu’il y a une mauvaise politique pour la direction de ce pays, quand un incident a lieu, certains se précipitent pour rouvrir des grands dossiers controversés. Ils ont immédiatement ouvert le dossier de l’arme de la résistance; dans chaque maison il y a des armes, et ça date depuis longtemps, depuis la guerre civile et l’invasion israélienne, ce dossier nécessite du temps et des traitements convenables. La politique actuelle est erronée, comme le traitement des dossiers de l’électricité, des réformes administratives, et des revendications ouvrières.
L’administration politique au Liban est mauvaise, elle est bâtie sur les réactions. J’appelle à l’accalmie, et je vous propose une initiative unilatérale. Cette affaire a été close, les indemnisations vont être payées très prochainement. Revenons alors à la table pour se mettre d’accord sur une politique convenable visant à diriger ce pays calmement.
L’approche des droits palestiniens a besoin de plus de débats. Les droits de réfugiés palestiniens étaient toujours un sujet constant évoqué dans la journée d’Al Qods, cette une affaire qui date de 60 ans. Je propose qu’un parti libanais ou palestinien entame une série de rencontres avec les différentes personnalités libanaises pour s’informer sur leurs craintes, qui sont légitimes, et pour les rassurer en contrepartie. Ceci doit aboutir à un consensus. 
Enfin, en cette journée d’Al Qods, nous sentons que la résistance au Liban se trouve dans la bonne position, dans l’axe victorieux. Nous, en cette année de 2010, sentons que nous sommes plus proches que jamais d’Al Qods, après plus de 62 ans. C’est une question de temps entre le projet sioniste et les mouvements de résistance dans la région. Cette entité est destinée à la disparition, grâce à la volonté populaire, de la résistance, de la patience et de la lutte. Ce peuple palestinien a enduré 62 ans, il n’a ni capitulé, ni désespéré, ni renoncé à ses terres, à ses droits et à ses lieux saints. Ce sont les principaux atouts de force qui décideront de la fin du conflit avec ce projet

03/09/2010
Raccourci vers :
http://www.almanar.com.lb/NewsSite/NewsDetails.aspx?id=152823&language=fr



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières,les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

" Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19


Les commentaires sont fermés.