Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/10/2010

n°55 - Géopolitique & stratégie d'Iran - 30-09 : - : Fin - : Océan Indien : ici se joue la grande bataille pour la domination mondiale.

n°55 - Géopolitique & stratégie d'Iran - 30-09 : - : Fin  - : Océan Indien : ici se joue la grande bataille pour la domination mondiale.



Géopolitique & stratégie d'Iran

   n°55 du 30-09                               C.De Broeder & M.Lemaire



Le dossier « Géopolitique et Stratégie d’Iran » est visible sur les blogs :

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis  :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 


Sommaire :  

2 Annexe

2-1 Discours du Président Ahmadinejad lors de la soixante quatrième réunion des Nations Unies, à New York.

2-2 Alain Gresh  : Quand Israël commerce avec l’Iran.

2-3 Mike Whitney : Pourquoi les Juifs d’Iran sont mieux lotis que les Palestiniens de Gaza.

2-4 Fidel Castro : L’hiver nucléaire et la paix.



2 Annexe

Ndlr : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information.

2-1 Discours du Président Ahmadinejad lors de la soixante quatrième réunion des Nations Unies, à New York.
Au nom de Dieu, Clément et Miséricordieux
Nous présentons nos remerciements à Dieu et nos salutations à notre Prophète Mohamad, aux membres de sa sainte famille et aux compagnons fidèles Monsieur le Président, chers collaborateurs, mesdames et messieurs,
Je remercie Dieu qui m’a donné l’occasion de participer de nouveau à cette grande réunion internationale. Depuis quatre ans, je vous parle des problèmes auxquels le monde et confronté, de leurs origines et des raisons pour lesquelles ces problèmes demeurent, de la nécessité d’une révision de la pensée et de la politique des grandes puissances et de la nécessité de trouver de nouvelles solutions.  
Il existe deux méthodes opposées dont l’une accorde la priorité aux intérêts matériels sur les autres, avec un développement inégal et un développement de l’injustice, de la pauvreté et des privations, le mépris des êtres humains, la violence, l’occupation et la ruse, pour dominer le monde et imposer ses volontés aux autres peuples, et pour généraliser le découragement et donner une sombre image de l’avenir à l’humanité.
L’autre méthode consiste à avoir foi en Dieu, aux enseignements des Prophètes, à respecter la dignité humaine et à aimer les autres, pour créer un monde de sécurité, de liberté, de bien être et de paix, pour tous, et dans le respect de la justice et de la spiritualité.  
Ce mouvement qui respecte chaque individu, chaque peuple et chaque culture nationales et humaine, rejette les injustices dans le monde et recherche l’égalité de tous devant la loi, en profitant des possibilités qui existent et des occasions d’enseignement, pour le développement de l’être humain et
le progrès, et l’espoir en l’avenir.  
J’ai parlé de la nécessité d’une nouvelle vision du monde et de l’être humain, et de la nécessité de créer de nouveaux systèmes de contrôle, justes et humains, pour construire l’avenir.  
Chers amis et confrères
Aujourd’hui, je voudrais présenter un point sur les dimensions du changement et les transformations qu’il faut entreprendre. Il est clair que la poursuite de la situation actuelle qui règne dans le monde, est impossible. Les mauvaises conditions actuelles sont contraires à la nature humaine et contraires l’objectif de la création du monde et de l’être humain.   Il n’est plus possible de créer des richesses artificielles sur papier qui représentent des dizaines de milliards de dollars, et de les injecter dans
l’économie mondiale ou de transférer sur les autres, les problèmes d’inflation, les problèmes économiques et sociaux, en occasionnant des déficits budgétaires gigantesques, et de transférer les richesses des autres pays dans l’économie de certains gouvernements.
La machine économique du capitalisme touche à sa fin avec son système injuste et unilatéral qui ne peut continuer.  
L’époque où il était possible d’imposer à la communauté internationale le capitalisme sans cœur et les goûts d’un groupe particulier, et d’imposer leur pouvoir au nom de la mondialisation et de leur
empire, est révolue. Le temps d’une morale et de critères à géométrie variable, et du mépris des peuples est terminé.  
Il est illégal que les résultats voulus par certains gouvernements soient imposés et que leur seul critère d’existence ou non d’une démocratie et de liberté, sous une apparence de recherche de justice qui cache les pires menaces et les pires ruses, soit présenté comme démocratique, et que la dictature soit présentée comme démocrate.  
Le temps est révolu où certains définissaient eux-mêmes la démocratie et la liberté, et se considéraient comme des modèles dans ces domaines, alors qu’ils sont les premiers à en violer les règles, se placent en tant que juges et exécuteur des peines, et luttent contre les gouvernements qui sont vraiment fondés sur elle.  
Le développement des libertés dans le monde et la prise de conscience des peuples ne permettent plus ces accès de mauvaise humeur et c’est pour cette raison que la majorité des peuples et entre autre le peuple américain, attendent des changements, profonds et authentiques, et accueillent à bras
ouverts les slogans de réforme.  

Qui pense qu’il est possible de poursuivre ces politiques inhumaines en Palestine ?  
Le fait qu’un peuple, contrairement à tous les critères humains, soit victime d’une propagande trompeuse depuis soixante ans, d’attaques militaires, de bombardements et même d’armes prohibées, et expulsé de chez lui, et en échange n’ait même pas le droit de se défendre alors que les envahisseurs et les occupants sont présentés à la communauté internationale stupéfaite, comme des « partisans de la paix » qui agissent de leur plein droit, et les opprimés comme des terroristes, est inacceptable.  
Comment est-il possible que des occupants qui massacrent les femmes et les enfants, détruisent les maisons, les champs, les écoles, les hôpitaux, profitent du soutien inconditionnel de certains gouvernements. Un peuple sans défense, pour avoir défendu sa patrie et ses biens, est assiégé et privé de nourriture, d’eau, de médicaments, et victime d’un véritable génocide. On les empêche même de reconstruire à l’approche de l’hiver, les maisons détruites pendant les vingt deux jours de l’attaque sauvage des soldats sionistes. Et voilà que les occupants et leurs complices lancent des slogans
sur les Droits de l’homme et se permettent de donner des leçons et d’exercer des pressions sur les autres pays.  
Il est inacceptable qu’un groupe minoritaire, grâce à un réseau complexe et des projets inhumains, dirige une partie importante de l’économie, de la politique et de la culture mondiale, lance une nouvelle forme d’esclavage et détruise la réputation des peuples même de l’Europe et des Etats-Unis, pour la réalisation de ses objectifs racistes.  
Il est inacceptable qu’un groupe, à plusieurs milliers de kilomètres de la région du Moyen Orient, lance

une actions militaire et apporte avec lui, le massacre, la guerre, le terrorisme, les menaces et l’oppression, alors que le souci des peuples de la région pour leur destin et leur sécurité, leurs cris
et leurs condamnations des injustices, et leur soutien à leurs compatriotes et leur coreligionnaires, sont considérés comme des actes contraires à la paix et des ingérences dans les affaires d’autrui.  
Voyez ce qui se passe en Afghanistan et en irak.   Il n’est plus possible, en prétextant une lutte contre le terrorisme et le trafic de drogue, d’occuper militairement un pays, et qu’en même temps, la  production de drogue et le terrorisme augmentent, et que des milliers d’innocents soient tuées, blessées ou déplacés, que les infrastructures soient détruites, que la sécurité de la régions soit menacée, tandis que les responsables de cette situation accusent sans cesse les autres.  
On ne peut pas parler d’amitié et de coopération avec les autres peuples, et en même temps augmenter ses bases militaires dans le monde entier et en Amérique latine. Cette situation ne peut pas durer. Il est inacceptable de poursuivre une politique d’expansion militaire et inhumaine, car le langage de la force et de la menace a des conséquences très graves et ne fait qu’augmenter les difficultés.  
Il est inacceptable que le budget militaire de certains pays dépasse le budget militaire total de tous les autres pays, que chaque année des centaines de milliards de dollars soit consacrées aux ventes d’armes, que des stocks d’armes chimiques, biologiques et atomiques soient constitués, que leurs
bases militaires se multiplient partout dans le monde et en même temps, qu’ils se permettent d’accuser les autres de militarisme et d’empêcher, au nom d’une lutte contre la prolifération des armements et en surexploitant les possibilités qui existent dans le monde, les autres pays de progresser au niveau scientifique.
Il est inacceptable que les Nations Unies et le Conseil de sécurité qui doivent être les représentants de tous les peuples et de tous les gouvernements, soient à leur service et au service de leurs intérêts et de leurs diktats. Dans un monde où la culture, la pensée et l’opinion publique sont des agents déterminants, la poursuite de cette situation est impossible et des changements importants sont indispensables.  
Nous souhaitons l’instauration d’un nouvel ordre dans le monde.  

Le deuxième point est que les changements doivent se faire au niveau idéologique et au niveau pratique dans les institutions et les méthodes, et de façon fondamentale. Il est impossible de créer un monde acceptable et de faire des changements en gardant les bases idéologiques qui sont elles-mêmes responsables de tous ces problèmes. Le libéralisme et le capitalisme qui ont coupé l’être humain de la morale et de Dieu, non seulement ne peuvent pas apporter le bonheur mais sont à l’origine des malheurs, des guerres, de la pauvreté, des injustices et de la misère.

Tout le monde a vu comment les courants économiques influencés par des tendances politiques, ont sacrifié les intérêts des peuples au profit de quelques capitalistes sans morale.  
Ces structures ne peuvent pas être à l’origine de réformes.   Les structures politiques et économiques qui sont apparues après la seconde guerre mondiale et qui répondaient à une volonté de contrôle sur le monde, n’ont pas pu assurer une justice et une sécurité durable. Les dirigeants qui n’ont aucun souci pour les gens et qui ont détruit en eux-mêmes leur sens de la justice, ne peuvent pas apporter la paix et la justice au monde.  
Grâce à Dieu, de la même façon que le marxisme est devenu une simple étape historique, le

capitalisme boulimique aussi disparaitra de la scène. Car la volonté divine comme le dit le Coran, veut que le mal soit comme l’écume vouée à disparaitre, et seules les choses dont la société peut profiter sont destinées à demeurer. Nous devons tous faire attention et empêcher que les objectifs de

l’arrogance, entachés d’injustices et de manque d’humanité, se réalisent par des changements de slogans et d’emballages.  
Le monde a besoin de changements fondamentaux et tout le monde doit aider et coopérer pour que ces changements se réalisent dans la bonne direction et pour que personne et aucun gouvernement ne puissent s’estimer supérieur et dispensé de réformes, et en prétendant être le maitre du monde, veuille imposer ses idées à tout le monde.  
Troisième point : les raisons principales des problèmes qui existent dans le monde, sont le rejet chez les dirigeants des règles de morale, des valeurs humaines et des enseignements des Prophètes. Malheureusement dans la majorité des réunions internationales, nous ne voyons aucun souci ni volonté de sacrifice pour sauver les autres et assurer leur bien être, ou pour la justice et le respect de la dignité humaine qui ont laissé la place à l’égoïsme, aux exigences démesurées et au plaisir personnel. Le monothéisme a laissé la place à l’adoration du moi et certains se sont assis à la place de Dieu et sans aucune qualification, veulent à tout prix imposer leurs diktats au monde.
Le mensonge a pris la place de la vérité, l’hypocrisie celle de la sincérité et l’égoïsme celle du sacrifice pour autrui. La ruse s’appelle désormais politique et intelligence, et le vol des richesses d’autrui
s’appelle construction et développement. L’occupation des territoires des autres se fait au nom de la démocratie et de la liberté et la répression des peuples sans défense s’appelle maintenant défense des Droits de l’homme.  
Chers amis et confrères,  
La solution des problèmes mondiaux et l’instauration de la justice et de la paix, ne peuvent se faire sans mobilisation générale et la coopération de tous les peuples et de tous les gouvernements.

La politique des pôles qui était celle de quelques gouvernements qui voulaient dominer le monde, est
révolue.  
Aujourd’hui, nous devons réagir à la situation actuelle, tous ensemble, prendre au sérieux les changements et essayer tous ensemble, de revenir aux valeurs et morales, humaines et naturelles. Les prophètes et les justes sont venus pour montrer aux êtres humains leur vérité et leurs responsabilités individuelles et sociales.  
La pureté, la foi limpide au Dieu unique, au jugement dernier et à la justice dans les deux mondes, la recherche du bonheur véritable dans le bonheur des autres, du bien être et de la sécurité dans le bien être et la sécurité des autres, le respect des être humains et les efforts pour le développement de bonnes relations au lieu de la rancune, de l’égoïsme, et le développement du service des autres au lieu de la domination des autres, font partie des enseignements des Prophètes (AS) depuis Noé jusqu’au Prophète Mohamad (Que les salutations divines l’accompagnent), en passant par Abraham (AS), Moïse (AS) et Jésus (AS).

Tous sont venus pour qu’il n’y ait plus de guerre, de privilèges, de pauvreté et d’ignorance, et pour que tous les peuples et les sociétés vivent heureux. Les Prophètes sont le meilleur cadeau de Dieu à l’humanité.  
Quatrième point : A mon avis, nous avons tous des décisions à prendre et le secrétaire des Nations Unies peut prendre des mesures en fonctions de ces nécessités, et prendre la direction des affaires avec :  
1-    La révision des structures des Nations Unies et leur transformation en une organisation actualisée et populaire, libre, juste et influente dans les questions mondiales. La réforme des structures du Conseil de sécurité, la suppression du droit de véto qui est un privilège injuste, le respect immédiat et complet des droits du peuple de Palestine, avec l’organisation d’un référendum libre pour une cohabitation pacifique des musulmans, des chrétiens et des juifs palestiniens, et l’arrêt des ingérences en Irak, en Afghanistan, en Afrique, en Amérique latine, en Asie et en Europe.  
« Un gouvernement athée peur survivre mais pas un gouvernement qui se rend coupabled’oppression », c’est une parole du Prophète suprême (AS).
L’oppression et le viol des droits des Palestiniens, la poursuite de l’exil des véritables propriétaires de
la Palestine et de la terre sainte, la destruction des maisons par les occupants de Qods, les

bombardements des civils
au Pakistan en Afghanistan, ainsi que la situation dans la prison de Guantanamo qui n’a pas encore été fermée malheureusement et dans d’autres prisons secrètes en Europe, se poursuivent. La poursuite de cette situation contribue au développement de la rancune et des violences. Il faut empêcher ces oppressions. Malheureusement les rapports officiels sur les activités des sionistes dans
la Bande de Gaza, n’ont pas été publiés intégralement. Le secrétaire des Nations Unies a une lourde responsabilité dans ce domaine qu’il doit respecter. La communauté internationale attend avec impatience une juste punition de ceux qui ont attaqué Gaza et massacré les gens sans défense
de cette région.  
2-    La réforme des structures économiques en fonction des règles d’une économie morale et humaine, au service de tous et dans le respect de la véritable justice. Il faut rechercher des relations économiques qui tiennent compte des possibilités et des aptitudes des peuples, et leur permettent de se développer et d’offrir le bien être aux prochaines générations.  
3-    La réforme des relations politiques au niveau international qui doivent être fondées sur une paix et une amitié durables, avec la fin de la course aux armements et des politiques destructrices, et la destruction des armes atomiques, chimiques, et biologiques, pour le développement de l’utilisation
des énergies modernes et civiles, et les progrès de l’humanité.  
4-     La révision des modèles culturels, dans le respect des coutumes des peuples, avec le développement de la morale et de la spiritualité, et le développement de familles heureuses et épanouies, capables de jouer leur rôle de colonne vertébrale d’une société heureuse  
5-     Un effort général pour la protection de l’environnement et le respect des conventions internationales pour empêche la destruction des ressources naturelles limitées.  


Le peuple iranien après des élections grandioses et libres, a ouvert une nouvelle page de son développement national et de ses relations internationales, et dans un vote décisif, m’a remis ces responsabilités. Je déclare que le grand peuple iranien et le régime de
la République islamique
dont le gouvernement est un des plus populaires au monde, sont prêts en utilisant toutes ses possibilités culturelles, politiques et économiques, à participer de façon active et influente, pour l’élaboration de solutions humaines dans un programme juste et reconnu par tous, pour faire disparaitre les inquiétudes et les problèmes de la société humaine.
Le peuple iranien qui a une très grande civilisation, a été la plus grande victime du terrorisme et pendant les dix premières années de ses trente ans de Révolution, a subi les pires violences et répondu aux pires attaques militaires.  
Nous sommes victimes de l’inimitié et de la colère de ceux qui à l’époque de la guerre imposée, ont soutenu de toutes leurs forces, les agressions de Saddam et son utilisation des armes chimiques, et qui, pour mettre un terme à la malfaisance de ce même Saddam, ont envahi ensuite l’Irak.
Aujourd’hui, notre peuple souhaite un monde de beauté et d’amitié pour tous, et annonce que tout en défendant ses droits légitimes, il défendra aussi la paix et la sécurité des peuples, la justice, la spiritualité et le respect de la dignité humaine.  
Notre peuple est prêt pour cela, à serrer les mains qui se tendent avec sincérité. Aucun peuple s’il veut progresser, ne doit se sentir dispensé des réformes et des changements. Nous accueillons de façon positive, les changements authentiques et humains, et sommes prêts à coopérer activement à
une réforme fondamentale du monde.  
Pour cette raison nous insistons sur le fait que la seule issue est le retour au monothéisme et à la justice.  
C’est le plus grand espoir et la meilleure occasion pour toutes les époques et les générations. Sans foi en Dieu, sans désir de justice et sans volonté de lutter contre les injustices et les privilèges, le monde ne pourra pas se construire. Les êtres humains sont l’axe de la création, le privilège de l’être humain est son humanité qui est à la recherche de la justice, de la pureté, de l’amour, de la connaissance et de toutes les autres perfections.
Tous les êtres humains doivent pouvoir avoir accès à ces perfections. La suppression de l’une d’entre elles est la suppression d’une des dimensions humaines. Ce sont des points communs qui relient toutes les sociétés et constituent les bases de la paix et de la sécurité.  
Les religions divines ont prêté attention aux différentes dimensions de la vie humaine, comme le monothéisme, la morale, la justice, la lutte contre l’oppression et les efforts pour instaurer des gouvernements justes et honnêtes.  
Abraham a lancé l’appel au monothéisme à Nemroud, Moïse au pharaon, Jésus et Mohamad (AS) se sont opposés aux oppresseurs de leur époque et ont été menacés de mort et expulsés de leur terre natale.  
Sans résistance et sans revendications, l’injustice ne sera pas éliminée dans le monde.  
Chers amis et confrères,
Quant au sixième point, je dirai que le monde est en pleine évolution. Les promesses divines à l’humanité sur une vie idéale et humaine, sont en train de se réaliser, viendra un jour où la justice remplira le monde et où chaque être humain sera respecté.  
C’est alors que s’ouvrira la voie de la spiritualité et du mouvement vers Dieu, avec la manifestation des Noms divins. L’être humain doit arriver à un stade où il sera la manifestation des attributs divins, de la science et de la sagesse, de la bonté et de la mansuétude, de la justice, du pouvoir et de la
créativité, et de la générosité et de la bienfaisance.  
Tout cela se réalisera à l’ombre du gouvernement de l’Etre parfait, du dernier Bienfait de Dieu, un des descendants du Prophète de l’islam (AS),
Hazrate Mahdi (AS) accompagné par Jésus (AS) et les justes, dans cette mission mondiale, comme nous l’a appris la philosophie de l’Attente.  
L’Attente de la victoire du bien et des justes, qui est la manifestation de cet espoir de réforme et de cet espoir qui existe dans le monde et dans la nature humaine. Ils viendront et, avec les croyants et les gens de bien, réaliseront les espoirs de l’humanité, les espoirs liberté, de perfection, de croissance, de sécurité, de calme et de beauté, en finiront avec les guerres et offriront à l’humanité la spiritualité et l’amitié.   
Oui, un avenir clair s’ouvre à l’humanité
Chers amis, venez et en attendant ces beaux jours, prenons part à la préparation de cet avenir.  
Vive l’amour et la spiritualité
Vive la paix et la sécurité
Vive la justice et la liberté
Avec mes salutations et que la grâce divine vous accompagne

 Maryam

Vendredi 24 Septembre 2010

http://www.alterinfo.net/discours-d-ahmadinejad-a-l-onu-sept-2010_a50141.html


2-2 Alain Gresh  : Quand Israël commerce avec l’Iran.

Nb : Ndlr : la publication de l'analyse ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information.

Les déclarations du président Ahmadinejad contre Israël, les proclamations des dirigeants israéliens selon lesquelles l’Iran représente une menace imminente et existentielle, pourraient faire oublier que les relations entre les deux pays ont été parfois ambiguës au cours de l’histoire récente, même après la révolution islamique de 1979.

On sait que, durant la dictature du Chah, l’Iran et Israël ont entretenu des relations stratégiques fondées sur la lutte contre le monde arabe ; une alliance qui incluait aussi l’Ethiopie du Negus et la Turquie, soit les trois pays non arabes de la région.

La révolution de 1979 aboutit à la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays, mais les contacts n’ont pas disparu pour autant.

L’épisode le plus célèbre est celui de l’Irangate (qui éclate en 1986) et la vente à l’Iran de matériel militaire, transaction qui impliquait l’administration Reagan, le gouvernement israélien et divers trafiquants d’armes (lire Alastair Crooke, « Quand Israël et l’Iran s’alliaient discrètement », Le Monde diplomatique, février 2009.)

A l’époque, durant la guerre Irak-Iran, Israël considérait que la menace représentée par Saddam Hussein était la plus grave, et que l’on devait donc aider les Iraniens à tout prix....

Cette politique fut, un court moment, soutenue par l’administration Reagan ; mais celle-ci ne tarda pas à tourner casaque et à aider massivement le gouvernement de Bagdad, fermant les yeux sur l’utilisation par ce dernier d’armes chimiques, notamment contre les Kurdes à Halabja. A l’époque, « notre ami Saddam » avait bonne presse, à Paris comme à Washington.

A lire les déclarations bellicistes actuelles des dirigeants israéliens, on pourrait penser que tout cela est de l’histoire ancienne. Il n’en est rien.

Sur le site Lobelog.com, Eli Clifton révèle qu’Israël maintient des relations commerciales avec son ennemi existentiel (« Israel Still Trades With Its “Existential Threat” », 30 août 2010). Il signale un article du quotidien Maariv, dont on trouvera la traduction en anglais. L’affaire est simple : des marbres sont extraits de carrières iraniennes, envoyés en Turquie pour y être traités et exportés ensuite vers Israël. Ce commerce va à l’encontre de la loi israélienne qui interdit les relations avec les pays ennemis, soit la Syrie, le Liban et l’Iran. L’an dernier, des informations avaient révélé que des tonnes de pistaches, dont les Israéliens sont de grands consommateurs, venaient aussi d’Iran, toujours par la Turquie.

Le plus étrange est la justification donnée au journaliste de Maariv par Danny Catarivas, chef de la division du commerce international à l’Association des industries israéliennes : « Les Américains peuvent faire des choses que d’autres ne peuvent pas faire. » Et il explique qu’un petit pays dépendant de son commerce international comme Israël doit séparer l’économique du politique et ne pas entrer dans une logique de boycott économique. « De la même manière que nous sommes indignés par les tentatives de nous boycotter, nous sommes les derniers qui appuieront n’importe quel boycott. »

Un autre aspect savoureux, si l’on peut dire, de cette affaire est que non seulement ces importations israéliennes de marbre ont nettement augmenté ces dernières années, mais aussi que les carrières sont la propriété du gouvernement iranien, celui-là même qui est dénoncé comme voulant détruire Israël.

Alain Gresh

7 septembre

http://blog.mondediplo.net/2010-09-...


2-3 Mike Whitney : Pourquoi les Juifs d’Iran sont mieux lotis que les Palestiniens de Gaza.

25.000 Juifs vivent en Iran. C’est la population juive la plus importante au Moyen-Orient en dehors d’Israël. Les Juifs iraniens ne sont ni persécutés ni maltraités par l’Etat, en fait, la constitution iranienne les protège. Ils sont libres de pratiquer leur religion et de voter aux élections. Ils ne sont ni arrêtés ni fouillés à des checkpoints, ils ne sont pas brutalisés par une armée d’occupation, et ils ne sont pas parqués dans une colonie pénale densément peuplée (Gaza) où ils sont privés des moyens de survie de base.

Les Juifs iraniens vivent dans la dignité et jouissent des avantages de la citoyenneté.

Les médias occidentaux diabolisent le président iranien Mahmoud Ahmadinejad. Ils le traitent d’antisémite et de « nouvel Hitler ». Mais si ces affirmations sont justes, alors pourquoi la majorité des Juifs d’Iran ont-ils voté pour Ahmadinejad aux dernières élections présidentielles ?

Se pourrait-il que la plupart de ce que nous savons sur Ahmadinejad ne soit qu’une rumeur sans fond et de la propagande ?
Voici un extrait d’un article paru à
la BBC : « Le bureau [d’Ahmadinejad] a récemment donné de l’argent pour un hôpital juif de Téhéran. C’est l’un des quatre seuls hôpitaux caritatifs juifs au monde et il est financé par la diaspora juive – quelque chose de remarquable en Iran où même les organisations locales d’aide ont des difficultés à recevoir des fonds de l’étranger de crainte d’être accusés d’être des agents étrangers. »
Quand Hitler a-t-il jamais fait des dons aux hôpitaux juifs ?
L’analogie avec Hitler est une tentative désespérée de laver le cerveau des Américains. Elle ne nous dit rien sur ce qu’est vraiment Ahmadinejad.

Les mensonges sur Ahmadinejad ne sont pas différents de ceux sur Saddam Hussein ou Hugo Chavez. Les Etats-Unis et Israël essaient de créer des justifications pour une nouvelle guerre. C’est pourquoi les médias font dire à Ahmadinejad des choses qu’il n’a jamais dite.

Il n’a jamais dit qu’il voulait « rayer Israël de la carte. » C’est une autre fiction.

L’auteur Jonathan Cook explique ce que le président iranien à réellement dit :« Ce mythe a été recyclée sans fin depuis une erreur de traduction d’un discours d’Ahmadinejad d’il y a près de deux ans.

Des experts en farsi ont vérifié que le président iranien, loin de menacer de détruire Israël, citait un discours antérieur de feu l’Ayatollah Khomeiny, dans lequel il affirmait aux soutiens des Palestiniens que ‘le régime sioniste de Jérusalem disparaîtrait dans les pages du temps’. »
« Il ne menaçait pas d’exterminer les Juifs ni même Israël. Il comparait l’occupation des Palestiniens par Israël à d’autres systèmes de gouvernement illégitimes, dont le règne est terminé, dont celui des Shah qui ont jadis dirigé sur l’Iran, l’Afrique du Sud d’apartheid et l’empire soviétique. Néanmoins, cette traduction erronée a survécu et prospéré parce qu’Israël et ses soutiens l’ont exploitée pour leurs propres desseins de propagande grossière. »
("Israel’s Jewish problem in Tehran", Jonathan Cook,

Counterpunch, 3 août 2007)
Ahmadinejad ne représente aucune menace pour Israël ou pour les Etats-Unis.

Comme n’importe qui au Moyen Orient, il veut juste un répit dans l’agression US-Israël.
Voici ce qu’on trouve sur Wikipedia :
« Le département d’Etat américain s’est plaint de discriminations contre les Juifs en Iran.

Selon son étude, les Juifs ne peuvent pas occuper des postes élevés au sein du gouvernement et sont empêchés de siéger dans la magistrature et les services de sécurité et de devenir chefs d’établissement public. L’étude indique que les citoyens juifs sont autorisés à obtenir des passeports et de voyage à l’extérieur du pays, mais souvent ils se voient refuser le permis de sorties multiples normalement délivré aux autres ressortissants. Ces allégations formulées par le Département d’Etat américain ont été condamnées par les juifs iraniens. L’Association des Juifs de Téhéran a déclaré dans un communiqué, ‘Nous, Juifs iraniens, condamnons les affirmations du Département d’Etat US sur les minorités religieuses iraniennes, annonçons que nous sommes totalement libres d’exercer nos devoirs religieuses et que nous nous ressentons aucune restriction quant à l’exercice de nos rites religieux.’ »
Qui croire ?

Les Juifs vivant en Iran ou le département d’Etat américain fauteur de trouble ?
Il y a 6 boucheries kasher, 11 synagogues et de nombreuses écoles hébraïques à Téhéran.

Ni Ahmadinejad ni aucun autre responsable gouvernemental iranien n’a tenté de les fermer.

Jamais.

Les Juifs iraniens sont libres de voyager (ou de se déplacer) en Israël s’ils le souhaitent. Ils ne sont pas mis en prison par une armée d’occupation. Ils ne sont pas privés de nourriture et de médicaments. Les enfants ne grandissent pas avec des troubles mentaux provoqués par le traumatisme de la violence sporadique. Leurs familles ne sont pas détruites par des hélicoptères de combat tournoyant au-dessus des plages. Leurs soutiens ne sont pas écrasés par des bulldozers ni touchés à la tête par des balles en caoutchouc. Ils ne sont pas asphyxiés par les gaz lacrymogènes ni tabassés lorsqu’ils manifestent pacifiquement pour leurs libertés civiles. Leurs dirigeants ne sont ni traqués ni tués dans des assassinats ciblés.
Roger Cohen a écrit un essai très sérieux sur le sujet pour le New York Times. Il a dit :
« Je préfère peut-être les faits aux paroles, mais je dis que la réalité de la courtoisie iranienne envers les Juifs nous en dit plus sur l’Iran – son raffinement et sa culture – que tous les discours incendiaires. C’est peut-être parce que je suis juif et que j’ai rarement été traité, constamment, avec autant de chaleur qu’en Iran. Ou peut-être ai-je été impressionné par le fait que la fureur sur ce qui s’est passé à Gaza, affichée sur les murs et claironnée à la télévision iranienne, n’a jamais débordé en insultes ou en violences contre les Juifs. Ou peut-être est-ce parce que je suis convaincu que la caricature de « Mollah Fou » de l’Iran et l’assimilation de tout compromis avec lui à Munich 1938 – une position populaire dans certains cercles juifs américains – sont trompeuses et dangereuses. »
("What Iran’s Jews Say", Roger Cohen, New York Times, 22 février 2009)
Tout n’est peut-être pas parfait pour les Juifs qui vivent en Iran, mais leur situation est meilleure que celle des Palestiniens qui vivent à Gaza. Bien meilleure.

Source : ISM

Source: Counterpunch Traduction : MR pour ISM

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article844


2-4 Fidel Castro : L’hiver nucléaire et la paix.

Huit pays possèdent entre eux plus de vingt mille ogives nucléaires : les États-Unis, la Russie, la France, le Royaume-Uni, la Chine, Israël, l’Inde et le Pakistan, dont plusieurs ont entre eux de profondes différences économiques, politiques et religieuses.

Le nouveau traité START, que les principales puissances nucléaires ont souscrit à Prague en avril, n’est guère plus qu’une illusion au sujet du problème qui menace l’humanité.

La théorie de l’ « hiver nucléaire », élaborée et perfectionnée par Alan Robock, un éminent chercheur et professeur de l’université Rutgers, de New Jersey, un scientifique modeste qui préfère reconnaître les mérites de ses compagnons plutôt que les siens, s’est avérée véridique.

Pour eux, la seule forme d’éviter le recours aux armes atomiques est de les supprimer. Le peuple étasunien, situé à un endroit privilégié de la planète qui lui permet de jouir des niveaux de vie et de richesse les plus élevés au monde malgré ses incroyables gaspillages de ressources non renouvelables, devrait être celui qui s’intéresse le plus à l’information qu’offre les scientifiques.

Pourtant, combien d’espace les médias consacrent-ils à ce sujet ?

Selon Robock, la théorie de l’ « hiver nucléaire » nous a appris ceci :

« Si ces armes n’existaient pas, on ne pourrait pas les employer. Et il n’existe absolument aucun argument rationnel pour le moment qui puissent justifier leur emploi.

Si on ne peut les employer, alors il faut les détruire, ce qui nous protégerait des accidents, des erreurs de calcul et de toute attitude démentielle.

« …les ordinateurs qui fonctionnaient à partir de modèles ultramodernes sont devenus le seul laboratoire possible, et les événements historiques – dont les villes rasées par les incendies après les séismes et les bombardements en temps de guerre, les colonnes de fumée des incendies de forêt et les nuages causés par les éruptions volcaniques, sont devenus la pierre de touche des évaluations scientifiques. »

La prolifération des armes nucléaires – au sein d’un club où sont entrés Israël, l’Inde et le Pakistan et dont d’autres pays aspirent, semble-t-il, à être membres – a obligé Robok et ses compagnons à réviser leurs premières recherches, aboutissant à des résultats surprenants qu’ils ont détaillés dans une série d’articles récents.

Bien que les USA et la Russie se soient engagés à avril à Prague à réduire leur arsenal nucléaire opérationnel d’environ deux mille ogives, la seule façon réelle d’éviter une catastrophe climatique mondiale serait d’éliminer les armes atomiques.

« …n’importe quel pays qui envisagerait de s’engager sur la voie nucléaire devrait reconnaître qu’il met en danger, non seulement sa population, mais aussi le reste du monde. Il est temps que le monde pense une bonne fois pour toutes aux dangers des armes atomiques, s’engage sur la voie de la paix et élimine la possibilité d’une catastrophe climatique mondiale provoquée par l’énergie atomique, pour la première fois depuis le milieu du siècle dernier.

« …le recours aux armes nucléaires en cas d’une attaque totale contre une ennemi serait suicidaire, à cause du froid et de l’obscurité anormaux que provoquerait la fumée des incendies causés par la bombe. En réalité, la preuve est faite que plus un pays possède de bombes atomiques et moins il est en sûreté. »

Albert Einstein a affirmé : « Le pouvoir libéré de l’atome a tout changé, hormis notre façon de penser, et c’est pourquoi nous avançons sans cap vers une catastrophe sans précédent. » Carl Sagan avait dit que notre politique des armes atomiques était « une voie sur laquelle personne ne pensait ».

A la fin de sa conférence, j’ai demandé au professeur Alan Robock : « Combien de gens dans le monde connaissent ces données ? » À quoi il m’a répondu : « Très peu. » J’ai ajouté : « Et dans votre pays ? » « Pareil, on ne les connaît pas. »

Ne doutant pas de cette triste réalité, j’ai ajouté : « Ça ne sert à rien de les connaître nous-mêmes, il faut que le monde les connaisse. Peut-être faut-il chercher des psychologues qui nous expliquent pourquoi les masses ne comprennent pas. »

« J’ai une réponse – s’est exclamé le scientifique – ça s’appelle le déni. C’est si horrible que les gens ne veulent pas y penser. Il est plus facile de faire semblant de croire que ça n’existe pas. »

"Hiver Nucléaire"- un fond d’écran téléchargeable...

Sa conférence d’une heure, au cours de laquelle il utilisa des graphiques, des données et des photos projetés sur un écran, fut claire, précise, éloquente. Aussi lui ai-je dit : « Qu’est-ce que c’est que conscientiser, quelque chose dont nous parlons tant ? Qu’est-ce que créer de la culture ? Et à quel point vous sentez-vous découragés, vous les scientifiques, de constater que les gens ne savent même pas ce que vous faites, malgré toutes les heures que vous y investissez ? »

Je lui ai dit qu’il aurait été impossible de divulguer une conférence comme la sienne à Cuba ou dans le monde à l’époque où la radio, la télévision et Internet n’existaient pas, à plus forte raison quand tant de gens ne savaient ni lire ni écrire.

J’ai promis au professeur de divulguer l’information qu’il nous avait fournie sur la théorie de l’ « hiver nucléaire » dans un langage que même des enfants cubains de huit ans pourraient comprendre, une théorie que nous connaissions mal, et que je me suis fait un devoir d’écouter à cause de mon inquiétude concernant l’éclatement d’une guerre atomique mondiale.

Aucune autre époque de l’histoire humaine ne ressemble à la nôtre. Si les décideurs, dotés de l’immense pouvoir que la science et la technologie ont mis entre leurs mains ne comprennent pas de tels risques, alors la prochaine guerre mondiale sera assurément la dernière, et des dizaines de millions d’années s’écouleront peut-être avant que de nouveaux êtres intelligents tentent d’en écrire l’histoire.

Le hasard a voulu que, hier, lundi 20, j’aie appris que le bateau de croisière de Peace Boat arriverait le 21 au petit matin à La Havane en provenance des Canaries, avec plusieurs heures de retard à cause des cyclones. Il s’agit d’une ONG internationale qui possède le statut consultatif spécial auprès de l’ONU et qui organise depuis 1983 des voyages dans le monde pour promouvoir la paix, les droits humains, le développement juste et durable et le respect de l’environnement, et qui a été candidate en 2009 au Prix Nobel de la paix en raison de sa campagne mondiale pour prévenir la guerre.

Yoshioka Tatsuya, fondateur et directeur de Peace Boat, m’a fait parvenir à travers le chef des visiteurs, Nao Inoue, une lettre où il affirme :

« Notre organisation travaille depuis des années, et récemment nous collaborons avec des pays de l’ALBA… qui s’engagent clairement envers l’abolition des armes atomiques, la prohibition des bases militaires étrangères et le règlement pacifique des différends internationaux. […] Le Japon, le seul pays, vous le savez, à avoir souffert un bombardement atomique, conserve toujours une Constitution pacifiste dont l’article 9 stipule formellement le non-recours à la guerre et interdit le recours à la guerre dans les différends internationaux.

« …un des thèmes spécialement intéressants de notre action est la suppression des bases militaires étrangères, une situation que connaissent le Japon et différents endroits du monde, et nous jugeons que des bases étrangères comme celles qui existent à Guantánamo y Okinawa causent des dommages irréversibles à l’environnement et fomentent la guerre et non la paix mondiale. »

Peace Boat a organisé soixante-dix voyages à travers le monde, celui-ci compris, qui ont permis à non moins de quarante mille personnes de visiter plus de cent pays. Son slogan est : « Apprends des guerres du passé pour bâtir un avenir de paix. »

En vingt ans, cette ONG a envoyé son navire dans notre pays à quatorze reprises, surmontant les obstacles et les écueils imposés par les USA ; elle mène des campagnes de dons importants aux secteurs de l’éducation et de la santé, fondamentalement.

Elle est présente aux nombreuses réunions et rencontres internationales de solidarité avec Cuba. C’est une amie vraiment solide de notre patrie. Elle a été décorée en mai 2009 de l’ordre de la Solidarité que décerne le Conseil d’État de la République de Cuba sur proposition de l’Institut Cubain d’Amitié avec les Peuples (ICAP).

Ça a été pour moi un grand honneur d’avoir été invité à une réunion avec une représentation des visiteurs, et je leur ai alors proposé de le faire au palais des Congrès pour qu’elle soit la plus nombreuse possible. M. Nao Inoue a pris la parole, ainsi que Mme Junko Watanabe, une survivante, qui n’avait que deux ans quand la première bombe atomique fut larguée sur Hiroshima : elle se trouvait avec un petit frère dans la cour de chez eux, à dix-huit kilomètres du point d’impact de la bombe qui fit disparaître le plus gros de la ville, tua sur le coup plus de cent mille personnes et causa de graves dommages au reste des habitants.

Elle a raconté ses souvenirs dramatiques, quand, des années plus tard, elle vit les images et apprit les détails de ce bombardement brutal qui causa tant de souffrances à tant d’innocents qui n’avaient rien à voir. L’utilisation de cette arme de destruction massive, alors que l’empire japonais était déjà vaincu, fut un acte inutile conçu à dessein pour terroriser le monde, car elle fut larguée, non sur une installation militaire, mais une population civile désarmée. Les images de ce crime épouvantable n’expriment pas autant que la voix de Junko Watanabe le racontant. J’ai saisi l’occasion pour exposer mes vues et informer nos amis japonais, qui se battent pour abolir les armes atomiques, les bases militaires et la guerre, des efforts que consent notre patrie pour éviter un conflit nucléaire qui pourrait liquider notre espèce humaine.

Fidel Castro Ruz
Le 21 septembre 2010

Traduction J-F Bonaldi, La Havane



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

Les commentaires sont fermés.