Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/10/2010

n° 455 - journal de l'Afghanistan - 23-09 au 11 -10 - : Suite : - : Black-out sur les crimes de guerre ordinaires en Afghanistan: exécution d’enfants menottés.

n° 455  - journal de l'Afghanistan - 23-09 au 11 -10 - : Suite  : - : Black-out sur les crimes de guerre ordinaires en Afghanistan: exécution d’enfants menottés.



Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



journal de l'Afghanistan

n° 455 - du 23-09 au11 -10

C.De Broeder & M.Lemaire



Avant propos

La guerre menée par le terrorisme contre ses adversaires déclarés est tout à fait invraisemblable.

Pour être crédible, cette histoire exigerait triplement et simultanément une excessive stupidité des terroristes, une incompétence extravagante des services policiers, et une folle irresponsabilité des médias. Cette invraisemblance est telle qu'il est impossible d'admettre que le terrorisme soit réellement ce qu'il prétend être’.

(MICHEL BOUNAN)

 

·                     Les médias occidentaux pro USA usent d’un terme générique- Al Qaida- Taliban - pour désigner tous les résistants .... idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes

Ps : Avant de vous lancer dans la lecture du journal, noter ceci: 'Al Qaïda'  & Al-Zarqaoui, Ben Laden Mollah Omar  = concept réducteur inventé par les Usa, pour désigner la résistance. Idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes

 


 Le "journal de l'Afghanistan" est  visible :

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site : 

 www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

c) sur le site de Robert Bibeau :  : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

 

d) sur le site de eva R-sistons:    - http://no-war.over-blog.com/

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire.

Paroles & action du président...

Barack Obama accusé d’exagérer la menace terroriste pour des objectifs politiques

L’Afghanistan au cœur des débats.

Quand l’argent profite aux résistants…

L'armée afghane infiltrée par les résistants…

1 Analyse & déclaration :

Résistance

Occupants:

2 Occupation de l'Afghanistan 

Les forces en présence

3 Politique

1) collaborateurs afghans

2) occupants 


Paroles & action du président...

Barack Obama accusé d’exagérer la menace terroriste pour des objectifs politiques

Un diplomate pakistanais critique sévèrement la Maison Blanche. Les services de renseignement européens affirment que l’élévation du niveau d’alerte terroriste est « absurde »

De hauts officiels pakistanais et des services de renseignement européens nous ont déclaré que l’alerte au terrorisme déclenchée cette semaine par les Etats-Unis et relative à des complots d’Al Qaeda qui viseraient des cibles en Europe de l’ouest était une décision purement politique et n’était basée sur aucune information nouvelle et crédible

Wajid Shamsul Hasan, le haut commissaire auprès de la Grande-Bretagne, a déclaré que la nature imprécise de la mise en garde américaine n’a pas empêché la Grande-Bretagne, la France et d’autres pays à relever leurs niveaux d’alerte terroriste à l’étranger, et ne constituait qu’une tentative pour justifier la récente escalade des attaques américaines par drones et hélicoptères à l’intérieur du Pakistan, attaques qui ont « mis le pays à feu ».

Hasan, un diplomate vétéran proche du président pakistanais, a laissé entendre que l’administration Obama cherchait à instrumentaliser la menace terroriste en vue des prochaines élections législatives à mi-mandat où on s’attend à une forte avancée des Républicains.

Il a aussi affirmé que le Président Obama tentait ainsi de démontrer que sa stratégie adoptée dans la guerre en Afghanistan ainsi que l’augmentation du nombre de troupes en cours d’année, deux mesures impopulaires auprès de l’opinion publique américaine, étaient indispensables.

« Je pense qu’il peut y avoir une dynamique de politique intérieure en jeu, dont les prochaines élections américaines à mi-mandat. Si les Américains ont des informations précises sur les terroristes et Al Qaida, ils devraient nous les communiquer et nous irons nous-mêmes les pourchasser » a dit Hasan.

« De tels annonces sont le résultat d’un mélange de frustration, d’incompétence et d’absence de connaissance des réalités du terrain. Toute tentative de violation de la souveraineté du Pakistan n’apportera aucune stabilité en Afghanistan, ce qui est l’objectif principal annoncé par les forces américaines et de l’OTAN. »

Tout en rejetant l’idée d’un complot terroriste coordonné en Grande-Bretagne, France et Allemagne, les officiels du renseignement européen ont eux aussi montré du doigt les Etats-Unis et plus particulièrement la Maison Blanche. « Bricoler (une telle histoire de complot terroriste) à partir de données éparses est absurde, » a déclaré un officiel haut-placé.

Un britannique, Abdul Jabbar, et d’autres personnes tuées lors d’une frappe américaine par drone le 8 septembre au nord Waziristan, une zone tribale pakistanaise, ont été entendus en train de discuter de la possibilité d’attaques « commando » contre des bâtiments symboliques et des sites touristiques dans les capitales européennes. Mais des officiels de la sécurité et du renseignement ont dit qu’il ne s’agissait que de vagues projets.

Les officiels ne nient pas que les hommes, et autres recrues jihadistes qui se rendent dans les zones tribales pour y recevoir un endoctrinement et une formation, représentent une véritable menace potentielle. « Là-bas on discute de tout un tas de choses – ça ne veut pas dire pour autant qu’il en sort quelque chose de concret. Ce n’est pas facile de former un groupe » a dit un officiel de l’antiterrorisme.

En soulignant le fait que les frappes américaines étaient de nature préventive et ne constituaient en aucun cas une riposte à une menace imminente, les officiels européens ont soulevé une nouvelle série de questions – cette-fois concernant directement un citoyen britannique – sur la légalité de telles attaques qui devraient être considérées comme des assassinats.

Ils ont déclaré que c’était Washington qui « pilotait » les annonces sur les complots d’attaques « commando » et que la CIA – peut-être soucieuse de ne pas attirer l’attention sur ses frappes aériennes - était extrêmement contrariée par toute cette publicité.

Les complots, connus depuis des mois par les services de renseignement européens, ont fait l’objet de fuites la semaine dernière auprès des médias américains.

Ces fuites ont provoqué dans les médias britanniques toute une série de ce que les officiels de la sécurité et du renseignement ont qualifié d’exagérations, ainsi qu’une mise en garde du Département d’Etat des Etats-Unis auprès des ressortissants américains voyageant en Grande-Bretagne, France et Allemagne, une alerte « oeil pour oeil » de la France auprès de ses ressortissants voyageant en Grande-Bretagne, et des alertes diffusées par les gouvernements suédois et japonais.

Thomas de Maizière, le ministre de l’intérieur allemand, a publiquement exprimé ses doutes sur l’alerte terroriste US, en déclarant qu’il ne percevait aucun signe d’une attaque imminente contre son pays. Il a qualifié le risque encouru en Allemagne d’ « hypothétique ».

Hasan a dit que l’augmentation nette des attaques US par drones dans les zones tribales du Pakistan, combinées à plusieurs raids américains par hélicoptères par-delà la frontière qui se sont conclus par la mort de deux gardes-frontières la semaine dernière, étaient en train de déstabiliser le Pakistan.

« Pourquoi nous mettent-ils tant de pression ? C’est une menace pour le système démocratique... Mais les Pakistanais ont le sentiment que Washington s’en fiche. » Les actions américaines sont « à l’évidence » liées à la décision prise par Obama d’établir un plan de retrait d’Afghanistan. Le dirigeant américain « s’est précipité sur un coup de tête » et à présent « les Américains sont pressés »

Il a dit que le Pakistan craignait de plus en plus que les Etats-Unis n’aient l’intention de mener une véritable campagne de bombardements et d’attaques par drones dans le nord Waziristan.

Hasan a dit que les politiciens à Washington ne comprennent pas à quel point les Etats-Unis ont besoin du Pakistan pour leur « guerre contre le terrorisme ». Et qu’ils ne comprennent pas non plus que la colère de l’opinion publique (pakistanaise) au sujet des violations de la souveraineté du Pakistan par les Etats-Unis pouvait dégénérer en attaques contre le personnel et les intérêts américains qui pourraient échapper au contrôle du gouvernement.

« Le gouvernement souhaite éviter une telle évolution, » a-t-il dit. « Mais les gens se sentent trompés. Si (les Américains) tuent encore, ils vont réagir. On dit qu’il y a 3000 américains au Pakistan. Ils seraient des cibles très faciles. »

Hasan a dit que le personnel américain de la base aérienne pakistanaise de Jacobabad, à la frontière entre les provinces de Sindh et de Baloutchistan, seraient vulnérables si la situation devait se détériorer. Les Etats-Unis ont demandé d’utiliser Jacobabad après les attaques du 11 septembre 2001 et ont un contingent stationné là-bas depuis.

Un autre diplomate pakistanais a dit que Jacobabad était le centre principal des opérations de la CIA et des drones de l’armée US, qui sont pilotés depuis les Etats-Unis. « Ils ont des hangars ici. C’est d’ici qu’ils décollent et c’est ici qu’ils atterrissent. »

Le diplomate a laissé entendre que les opérations par drones, qui ont commencé en juin 2004 avec l’accord et la participation tacites et réticents des autorités pakistanaises, échappent désormais à tout contrôle des Pakistanais. « Nous l’avons toujours nié dans le passé. Mais tout le monde le sait. Nous devons nous réveiller. » a-t-il dit.

Un officiel US a déclaré « nos alliés ont été informées sur la nature de la menace et sur les renseignements à l’origine des alertes lancées et tout le monde comprend bien qu’on ne peut pas prendre ça à la légère. Il est faux et irresponsable de parler de motivations politiques. »

SOURCE : http://www.guardian.co.uk/world/201...

(The Guardian)

Traduction VD pour le Grand Soir et ReOpen911

URL de cet article
http://www.legrandsoir.info/Barack-Obama-accuse-d-exagere...



L’Afghanistan au cœur des débats.

Quand l’argent profite aux résistants

C’est le constat amer fait par la commission de la Défense au Sénat américain. Une enquête a en effet révélé que des fonds américains destinés au paiement des agences privées de sécurité se retrouvaient entre les mains des résistants.

Une situation qui selon le président de cette commission, Carl Levin, sape l’effort de guerre : “Nous n’avons pas réussi à entraîner, diriger et superviser de manière adéquate les forces de sécurité qui sont disséminées parmi les entreprises privées de sécurité engagées par le Département de la Défense, ce qui représente un risque grave pour les troupes américaines et les troupes de la coalition mais aussi pour les civils afghans.”

Selon les conclusions de l’enquête, le gouvernement américain s’est montré incapable de vérifier les embauches des contractants privés alors que des milliards de dollars sont en jeu et que les résultats sont catastrophiques.

Le président afghan Hamid Karzaï a d’ailleurs condamné cette semaine le rôle de ces sociétés de sécurité privées et en a interdit huit d’entre elles.

08/10

http://fr.euronews.net/2010/10/08/afghanistan-quand-l-arg...

 

L'armée afghane infiltrée par les résistants…

L'armée afghane formée par les forces de l'OTAN serait infiltrée par les résistants, selon des déclarations faites à la BBC par un ancien directeur du bureau de l'ONU sur les drogues et le crime.

De l'avis du Dr Antonio Maria Costa, les résistants résistants auraient installé plusieurs cellules dormantes dans les rangs de l'armée nationale afghane.

Des éléments infiltrés auraient déjà mené plusieurs opérations contre les troupes de l'OTAN ou l'armée afghane et en prépareraient d'autres, soutient M. Costa, qui a quitté ses fonctions à l'ONU en août dernier.

« Nous avons recueilli plusieurs preuves que des attaques kamikaze contre les troupes de la coalition ont été menés par des personnes qui ont fait partie de l'armée afghane. », soutient l'ex-directeur du bureau de l'ONU sur les drogues et le crime.

En janvier dernier, les résistants ont affirmé que c'est un de leurs combattants infiltrés dans l'armée afghane qui a tué sept agents de la CIA en Afghanistan.

En novembre 2009, un policier afghan avait quant à lui abattu cinq soldats britanniques dans la province d'Helmand.

En dépit du discours rassurant d'un porte-parole de la coalition qui estime que la vaste majorité des troupes afghanes sont loyales, des doutes persistent.

Les forces de l'Alliance atlantique doivent en effet recruter plus de 141 000 nouveaux soldats afghans d'ici un an pour atteindre leurs objectifs. L'OTAN prévoit rendre le contrôle militaire et la sécurité du pays à l'armée nationale afghane en 2014.

4 octobre

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2010/10/04/007-armee-afghanistan-infiltre.shtml



1 Analyse & déclaration

a) Résistance  

L'intensité des combats a régulièrement augmenté depuis fin 2001, les résistants étant en mesure peu à peu de relancer leurs attaques contre les forces occidentales.

AFP

09-08



Analyse & déclaration

b) Troupes d'occupation :

USA & Coalition

Les USA ont demandé au Bangladesh d'envoyer des troupes en Afghanistan… 

- Les Etats-Unis ont demandé au Bangladesh d'envoyer des troupes en Afghanistan pour soutenir l'effort international visant à apporter la stabilité dans ce pays ravagé par la guerre, a indiqué dimanche le ministre des Affaires étrangères. (…)

La requête a été présentée lors de rencontres à New York entre le ministre bangladeshi des Affaires étrangères Dipu Moni et le représentant spécial des Etats-Unis pour l'Afghanistan et le Pakistan Richard Holbrooke, selon un communiqué du gouvernement.

Holbrooke a dit que les Etats-Unis avaient besoin de "l'aide d'amis comme le Bangladesh" pour assurer la sécurité en Afghanistan, ajoute le communiqué. "Il recherchait une aide sous n'importe quelle forme: le déploiement de troupes, une assistance économique de développement, la formation au sein d'agences d'application de la loi", précise-t-il.

Dipu Moni a indiqué que son pays allait réfléchir à cette demande. Le Bangladesh participe aux missions de maintien de la paix de l'ONU à travers le monde, mais il n'a pas envoyé de soldat en Afghanistan.

DACCA,

26 sept 2010 (TAP)

http://www.tunisiesoir.com/monde/260910-les-usa-ont-deman...

 

Belgique : Retrait des troupes belges d'Afghanistan en 2012…

La Belgique a prévu de retirer ses troupes militaires d'Afghanistan en 2012, rapporte vendredi l'agence Belga citant le ministre des affaires étrangères Steven Vanackere.
600 militaires belges sont déployés en Afghanistan dans le cadre de la force internationale d'assistance à la sécurité dirigée par l'organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), rappelle la même source ajoutant que la Belgique avait décidé de prolonger en avril dernier la présence militaire et civile de ses troupes jusqu'à fin 2011.
Le prolongement de la mission belge a nécessité un coût de douze millions d'euros octroyés par le ministère de la coopération au développement, souligne-t-on de même source.
En outre, les partis politiques engagés dans les négociations devant aboutir à la formation d'un nouveau gouvernement en Belgique "réclament un retrait au plus tôt des troupes affectées à la force internationale d'assistance à la sécurité dirigée par l'OTAN et un retour ''immédiat'' des chasseurs-bombardiers F-16 ", indique la source.

http://www.casafree.com/modules/news/article.php’storyid=50602

30/09

Grande Bretagne

08-10

Cette semaine, le Premier ministre britannique David Cameron a confirmé que les troupes combattantes britanniques ne resteraient pas en Afghanistan après 2015.

 

Pays-Bas
30-09

Les Pays-Bas ont, pour leur part, entamé en août dernier, le retrait de leurs troupes (1.950 hommes) à l'issue d'une mission de trois ans.

http://www.casafree.com/modules/news/article.php’storyid=...



Analyse & déclaration

Otan- Isaf 

Anders Fogg Rasmussen : L'OTAN doit être prête à défendra hors de ses frontières (sic) 

Le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogg Rasmussen, a donné vendredi, pour la première fois, un avant-goût de ce que devrait être le nouveau "concept stratégique" de l'Alliance, soulignant pour qu'il donne les moyens à l'organisation de faire face aux "défis et menaces du 21ème siècle".
Il a ainsi plaidé avec force pour le maintien de capacités militaires fortes et modernisées - y compris nucléaires -, tant pour la défense de ses Etats-membres que pour intervenir dans le monde, en dépit des coupes claires que certains alliés imposant à leur budget de la Défense. 

 "Le concept stratégique doit donner des directives visant à rendre nos forces (armées) moins statiques et plus déployables", a affirmé M. Rasmussen lors d'un discours prononcé à Bruxelles lors d'une conférence du German Marshall Fund (GMF).

Mais M. Rasmussen a aussi insisté sur la nécessité de se défendre contre de nouvelles menaces, comme les missiles balistiques dont se dote une quarantaine de pays dans le monde, les "cyber-attaques" et les risques pouvant peser sur l'approvisionnement en matières premières.

Il a également tiré des leçons de l'engagement de l'OTAN en Afghanistan, assurant que l'Alliance devait renforcer ses partenariats avec d'autres acteurs sur la scène mondiale - comme l'Union européenne, l'ONU et des pays comme le Japon, l'Australie - dans le cadre d'une "approche globale".

Selon lui, l'OTAN doit aussi se doter d'une capacité d'entraînement des forces de sécurité d'un pays où elle présente.(resic. Ils ne s'améliorent pas à rtl)

RTLinfo,

 ven 8 oct,
http://www.rtlinfo.be/info/monde/international/743799/l-o...



2 Les forces en présence

Troupes d'occupation

05-10

Une dizaine de compagnies de sécurité privées afghanes ou internationales assurent la ‘sécurité’ des convois logistiques des troupes de l'OTAN, des missions diplomatiques et des agences internationales en Afghanistan.
Xinhua.


Georgie

01-10

Environ 1.000 soldats géorgiens sont déployés en Afghanistan, la majorité se trouvant dans la province du Helmand (sud), aux côtés des Marines américains.


Grande Bretagne

08-10

 10.000 soldats britanniques sont déployés en Afghanistan, constituant le deuxième contingent après les Etats-Unis. La plupart d'entre eux combattent dans le Helmand.

AFP


Pologne

27-09

Le contingent polonais déployé en Afghanistan dans le cadre de la Force internationale (Isaf) compte actuellement environ 2.600 soldats.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/



3) Politique

a) Les collaborateurs afghans

Les grandes manœuvres

L'Afghanistan à la recherche d'investisseurs pour exploiter son fer.

Les ‘autorités’ afghanes ont lancé ce samedi 25 septembre 2010 un appel d'offres pour l'exploitation de la mine de Hajigak dans le centre du pays.

Le gouvernement espère remporter plus de succès que lors d'un précédent appel annulé en février dernier pour cause d'irrégularité.

Selon le ministère afghan des Mines, le gisement pourrait offrir 300 millions de dollars de revenus directs par an et 1 milliard et demi de revenus indirects pour l'Etat afghan. Et le pays a bien besoin de cette manne.

Le site a un très fort potentiel : il contient deux milliards de tonnes de minerai de fer de haute qualité, servant notamment à la fabrication de l'acier. Le gisement de Hajigak est au coeur d'une ceinture de minerai de fer allant des plus hauts sommets du Pamir aux confins de la Chine, jusqu'à la frontière iranienne.

Le nouveau ministre des Mines espère conclure l'affaire d'ici la fin 2011. Wahidullah Shahrani avait fait annuler un précédent appel l'hiver dernier. L'offre alors ne suscitait que peu d'enthousiasme. Un parfum de corruption flottait sur ce marché qui devait coûter son poste au ministre de l'époque.

Ce sont des géologues britanniques qui ont découvert le gisement en 1890, avant que les Soviétiques s'y intéressent. Le gouvernement afghan se montre déterminé dorénavant à en tirer le meilleur parti, mais les conditions sécuritaires actuelles ne sont pas favorables. Les Chinois n'ont cependant pas lésiné lorsqu'il s'est agi d'investir, il y a trois ans, dans la mine de cuivre de Ainak. La licence leur a coûté trois milliards de dollars. Ils ont également mis la main à la poche pour la construction d'une fonderie, d'une raffinerie, de routes, écoles et hôpitaux, sans oublier le programme de formation des spécialistes afghans.

26 septembre

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20100926-afghanistan-rec...


Politique intérieure & extérieure

Malalai Joya : «Le Canada a adopté les mauvaises politiques en Afghanistan».

Selon Malalai Joya, une militante des droits de la personne et ex-députée afghane, le Canada a adopté les mauvaises politiques pendant neuf ans en Afghanistan, participant à ce qu'elle qualifie de crimes de guerre américains.

Pour elle, bien que le Canada ait longtemps fait la promotion de la protection des droits de la personne -particulièrement pour les femmes-, la guerre menée par l'OTAN n'a pas aidé les Afghanes.

Selon Mme Joya, les politiques du président américain Barack Obama dans ce pays sont aussi mauvaises que celles de son prédécesseur, George W. Bush. À ses yeux, l'augmentation du nombre de soldats américains, décidée par M. Obama, a empiré les conditions de vie des Afghans.

Il s'agit en gros du même message présenté lors d'un passage au Canada.

Mme Joya entame une série de discours au pays, soulignant le besoin d'appuyer les groupes démocratiques en Afghanistan, tout en mettant fin à ce qu'elle appelle l'occupation des troupes de l'OTAN.

Elle ne fait non plus grand cas des dernières élections afghanes, qu'elle qualifie de frauduleuses.

L'ancienne députée a déclaré que depuis son dernier passage en terre canadienne l'an dernier, rien n'a changé à son discours, et que son pays souffre toujours autant.

Mme Joya a estimé que la décision du président américain d'envoyer davantage de soldats ne fonctionnerait pas. À ses yeux, la démocratie n'accompagne jamais les forces d'occupation ni les bombes.

Le seul espoir, pour elle, est une démocratie issue de la base, animée par les Afghans eux-mêmes.

http://www.cyberpresse.ca/actualites/dossiers/le-canada-en-afghanistan/201010/06/01-4330146-le-canada-a-adopte-les-mauvaises-politiques-en-afghanistan.php



b) Les occupants 

1) Usa

Sur le terrain

Kaboul discute avec les résistants, Washington laisse faire…

Les gouvernements afghan et américain ont eu récemment des contacts avec les résistants du réseau Haqqani, rapporte le Guardian, jeudi 7 octobre.

Selon le quotidien britannique, citant des sources pakistanaises et arabes, le gouvernement du président Hamid Karzaï a pris part durant l'été à des négociations directes avec des responsables de Haqqani. Les Etats-Unis, via des intermédiaires occidentaux, ont quant à eux eu des contacts indirects l'an dernier avec ce groupe.

Les négociations entre Haqqani et les deux pays ont été extrêmement timides, précise le Guardian. La direction du réseau Haqqani est basée dans le Waziristan du Nord, dans la zone tribale du nord-ouest du Pakistan, qui a été au cours des dernières semaines la cible de nombreuses attaques de drones américains. Le groupe est proche des résistants et est responsable de quelques-unes des plus meurtrières attaques en Afghanistan. Il entretient des liens étroits avec des groupes islamistes étrangers, dont Al-Qaida. Interrogé sur l'existence de pourparlers impliquant Haqqani, Karzaï et les Etats-Unis, un haut responsable pakistanais a répondu au Guardian : "Vous ne vous trompez pas." Il a néanmoins refusé d'en dire plus.

Des sources officielles occidentales, arabes et pakistanaises citées par le quotidien ont indiqué que le réseau Haqqani estime qu'un règlement négocié est la meilleure issue au conflit afghan et ne veut pas rester en dehors d'un accord. Sirajuddin Haqqani, qui est le chef militaire du groupe fondé par son père Jalaluddin, "a conscience qu'il ne sera rien s'il n'entre pas dans le processus" de paix, a pour sa part affirmé un diplomate engagé dans les négociations. Mercredi le Washington Post a rapporté que les résistants et le gouvernement du président afghan, Hamid Karzaï, ont entamé des pourparlers secrets de haut niveau sur les moyens de mettre fin à la guerre par la négociation. Selon le journal américain, des représentants du réseau radical Haqqani n'ont pas participé aux pourparlers.

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2010/10/05/AR2010100506249.html’hpid=topnews

07.10.
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2010/10/07/k...



Les alliés

1 Onu

L'Assemblée générale de l'ONU s'ouvre avec Obama et Ahmadinejad

Au cœur des débats ce jeudi : la prolifération nucléaire, le réchauffement climatique et la guerre en Afghanistan

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon ouvrira les débats par un discours dans lequel il rappellera l'importance des Nations unies dans le règlement des grandes questions internationales.

Barack Obama et Mahmoud Ahmadinejad vont prononcer des discours attendus, jeudi 23 septembre à New York, au premier jour de l'Assemblée générale des Nations unies, qui se penchera sur les grandes crises mondiales telles que la prolifération nucléaire ou l'Afghanistan.

Plusieurs sujets principaux devraient dominer les débats de l'ONU, dont les négociations de paix au Proche-Orient, le changement climatique, l'Iran et son programme nucléaire, le Soudan et l'approche d'un référendum qui pourrait voir la scission du Sud-Soudan, la Corée du Nord, la gouvernance mondiale, a indiqué un diplomate occidental.

"Tous les grands sujets du moment peuvent être abordés pendant les débats", a-t-il ajouté.

Discours attendus

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon ouvrira les débats par un discours dans lequel traditionnellement il rappellera l'importance des Nations unies dans le règlement des grandes questions internationales.

Mais c'est le discours du président américain qui va dominer la journée, tandis que celui de son homologue iranien devrait également être très remarqué.

Quelque 130 chefs d'Etat et de gouvernement sont attendus à l'ONU au cours des prochains jours. Pour la journée de jeudi, quinze chefs d'Etat et de gouvernement prendront la parole le matin et vingt l'après-midi.

La journée sera également marquée par la réunion du Conseil de sécurité avec la participation des ministres des quinze pays membres qui se pencheront sur les questions liées au maintien de la paix.

Il y aura également en marge des débats une réunion du G8 - un groupe de discussion rassemblant les huit pays les plus riches de la planète - rendez-vous traditionnel pour l'ouverture de l'Assemblée.

AFP

(Nouvelobs.com avec AFP)



Dans le monde

France

L’Afghanistan, la guerre des autres.

"La guerre que nous faisons en Afghanistan est absurde, qui déploie mois après mois ses épisodes dans l’indifférence générale, même des peuples qui la font – quoi de plus grinçant, ces jours-ci, que ces ahurissantes élections législatives qui n’ont pour principal effet que de redoubler les violences, et finalement d’installer dans une fausse Assemblée nationale des politiciens qui ne voient dans leur mandat qu’immunités et facilités commerciales – tout cela au nom de « l’implantation de la démocratie ».
Tout est absurde dans l’affaire, à commencer par le rôle qu’y joue la France (condamné par une majorité de Français, ce qui ne change rien), et par l’absence d’informations, hormis le compte des morts de soldats français (nous en sommes à 47), et les réguliers hommages que les journalistes rendent à certains de leurs confrères retenus en otage, puisqu’il est admis par la corporation que le sort d’un des leurs importe plus que la guerre elle-même.

Seul l’hebdomadaire Minute (du 14/07/10) a commenté les propos d’un des gradés de la DGSE, Alain Chouet, tenus au Sénat, le 21 janvier dernier, lors d’un colloque consacré à Al Qaïda : « Comme bon nombre de mes collègues professionnels, j’estime, sur la base d’informations sérieuses et recoupées, que la Qaïda est morte sur le plan opérationnel, dans les trous à rats de la Tora Bora en 2002. http://lesalonbeige.blogs.com/.a/6a00d83451619c69e20133f4dda51f970b-pi[…] Les actions terroristes postérieures au 11 septembre ne sont pas imputables à l’organisation centrale supposément sise en Afghanistan, mais à des groupes locaux tout à fait hors de son contrôle ». Il est de surcroît admis par tous les services du monde que les États-Unis ne veulent nullement capturer Ben Laden – mort ou vif, il importe grandement de ne pas remettre sur la scène cet ancien agent… Sur la participation française, le général Desportes, directeur du Collège Interarmées de Défense, a dit l’essentiel en juin : « C’est une guerre américaine. Quand vous êtes actionnaire à 1 % vous n’avez pas la parole » : pour cette simple évidence, ledit général est sanctionné par le chef d’état-major des armées. Mais qui ne sait que la France ne sert que de supplétif, et, vaguement de caution – de longue date elle a, ou avait, une excellente image dans ce pays… (...)

 http://lesalonbeige.blogs.com/.a/6a00d83451619c69e20133f4dda463970b-pi

Le premier but de guerre de Washington est simple : son rôle diminuant partout en Asie, même en Turquie, ou bien encore au Pakistan, l’empire mondial doit, s’il veut rester mondial, avoir une raison pour garder un pied en Asie (...) http://lesalonbeige.blogs.com/.a/6a00d83451619c69e20133f4dda463970b-pi

Deuxième objectif : un empire doit constamment faire la guerre ; (...) Le troisième but de guerre est plus secret encore : s’il cesse de faire la guerre, un empire perd sa raison d’être, se fissure et s’effondre ; il lui faut toujours un grand ennemi, si possible mythifié et si possible disséminé dans le monde entier (l’intégrisme musulman jouant le rôle que jouait jadis le communisme, que Washington voyait même où il n’était pas).

Mais nos contemporains lobotomisés par les propagandes connaissent trop mal l’implacable logique impériale pour admettre ce point.

Dans l’immédiat, une question : comment faire pour ramener à la raison notre petite classe politico-médiatique qui juge normal que la France contribue à une guerre à laquelle elle n’a rien à gagner et tout à perdre (pas seulement des hommes), et qui l’accepte en silence ‘ Il est vrai que les esclaves servent toujours en silence… "

Jean Lahire , le 6 octobre 2010

http://lesalonbeige.blogs.com/.a/6a00d83451619c69e2013487fd4f65970c-pi

Paul-Marie Coûteaux dans la Nef :

http://lesalonbeige.blogs.com/.a/6a00d83451619c69e2013487fd4f65970c-pi

http://www.chretiente.info/201010065500/lafghanistan-la-g...

 

De plus en plus d’enfants en centres de rétention.

Le nombre d’enfants placés en centres de rétention administrative (CRA) a doublé en cinq ans, passant de 165 en 2004 à 318 en 2009.

C’est ce qu’affirme la Cimade.

L’association d’aide aux étrangers publie aujourd’hui son 10ème rapport annuel sur la situation dans les CRA.

Au cours de l’année 2009, 29.013 personnes sont passées par des CRA avant leur reconduite à la frontière, selon le rapport annuel de la Cimade.

Environ 30% d’entre eux étaient originaires d’Afrique du Nord,

4% de Chine,

3,5% d’Afghanistan,

2% de Roumanie.

En tout, 154 nationalités ont été recensées par la Cimade.

Mais surtout, l’association d’aide aux étrangers note que 318 enfants ont été enfermés en centres de rétention l’année dernière. Un chiffre en constante augmentation : en 2004, ils étaient 165, soit moitié moins.
Si la durée moyenne de rétention des familles est de 5 jours, selon la Cimade, certains enfants restent en centre pendant 32 jours - le maximum légal.

Le président de l’association, Patrick Peugeot, se dit d’ailleurs inquiet des conséquences de la loi sur l’immigration qui prévoit notamment l’allongement de la durée maximum de rétention des immigrés en situation irrégulière, qui passerait de 32 à 45 jours.

La Cimade a longtemps été la seule association à intervenir en centres de rétention. Un monopole qui a pris fin le 1er janvier dernier, puisque l’assistance aux étrangers en situation irrégulière dans les CRA a été répartie entre cinq organismes : Cimade, Association Service Social Familial Migrants-ASSFAM, Forum Réfugiés, France Terre d’Asile et Ordre de Malte France.

06 octobre 2010 à 17h19

 http://www.france-info.com/france-societe-2010-10-06-de-plus-en-plus-d-enfants-en-centres-de-retention-selon-la-cimade-489737-9-12.html

http://twitter.com/home’status=De plus en plus d’enfants en centres de rétention, selon la Cimade @ http://is.gd/fNUjd


Pakistan, al Qaeda, résistants, résistants, occupants, usa, attentats,11-septembre, Amérique, militaire, Obama, Afghanistan, Otan, Gates, holocauste, nucléaire, Bush, tortures, Guantanamo, terrorisme .Rasmissen, pentagone, Karzai, Abdallah, Mushtarak, Kaboul, journal de l'Afghanistan, Petraeus, mercenaires, Blackwater, Enduring Freedom, Ben Laden,


Les commentaires sont fermés.