Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/10/2010

n°59 - Dossier de Pakistan - 18-10 - :- Fin - : L'OTAN élargit la guerre de l'Afghanistan au Pakistan.


n°59 - Dossier de Pakistan - 18-10  - :- Fin   - : L'OTAN élargit la guerre  de l'Afghanistan au Pakistan.


Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources. .

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



dossiers de PAKISTAN.  

                                                                  n° 17- 18-10     C.De Broeder & M.Lemaire



Le "DOSSIER de PAKISTAN" est visible sur les blogs :

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis  :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire :  

1 Dossiers

1-5 L’aide humanitaire au Pakistan sous contrôle de l’Otan et des États-Unis.

2 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

2-1 Luc Delval : La menace terroriste, réelle et supposée

2-2 William Blum : La mentalité américaine.

2-3 Le Canada veut utiliser des bases pakistanaises….

2-4 La machine de guerre institutionnelle des Etats-Unis.

3 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

3-1 Vers une invasion étatsunienne du Pakistan ?

4 Annexe

4-1 Les lauréats du Prix Nobel de la paix après le 11-Septembre


1-5 L’aide humanitaire au Pakistan sous contrôle de l’Otan et des États-Unis.

Le Pakistan vit en guerre depuis 2004. L’OTAN et les USA s’y déploient, selon les déclarations officielles, afin de protéger les moyens logistiques nécessaires à leur guerre « contre le terrorisme ».

En mars 2010, le pays a vécu des inondations dramatiques lors de la crue de ses fleuves et rivières. L’appel à l’aide humanitaire a été diffusé dans tous les médias mais, malgré le nombre de victimes, de sans abri, de déplacés, l’aide se fait attendre !

Pourquoi ? Un survol des communiqués des agences de presse nous donne quelques éléments de compréhension :

Reuters, 27 août : Les USA voient des terroristes … partout !

« Les Etats-Unis ont la preuve d'une implication croissante des activistes pakistanais et des ONG caritatives qui leur sont affiliées dans les secours aux victimes des inondations dans le but de renforcer leur popularité, a déclaré un haut responsable américain.

Le Département d'Etat américain a déjà mis en garde contre le risque de voir les activistes islamistes s'attaquer aux travailleurs humanitaires expatriés déployés sur le terrain.

Ces inondations, les plus graves depuis des décennies, font suite aux pluies de mousson exceptionnelles cette année. Elles ont mis à mal la capacité du pays et de son gouvernement civil à répondre efficacement et rapidement à la catastrophe.

L'un des risques majeurs serait de voir les activistes islamistes et leurs ONG exploiter la colère de la population face à l'incurie de l'Etat, même si les Etats-Unis et leurs alliés ont dépêché des aides supplémentaires.

Le responsable américain de haut rang, qui a réclamé l'anonymat, a affirmé que des activistes distribuaient même de l'argent aux sinistrés. "Il existe des indices très clairs montrant que les insurgés et les groupes affiliés cherchent actuellement à utiliser les inondations et les opérations de secours pour renforcer leur popularité avec, pour objectif à terme, de contrôler une bonne part du Pakistan", a-t-il dit jeudi.

La semaine dernière, les autorités pakistanaises, conscientes de ce risque, avaient annoncé qu'elles allaient sévir contre les organisations caritatives liées aux groupes radicaux islamistes. »

Mais aussi : AFP, 26 août

« WASHINGTON — Les talibans du Pakistan préparent des attaques contre des travailleurs humanitaires étrangers déployés dans le cadre de l'aide aux victimes des inondations dans ce pays, a affirmé mercredi un haut responsable gouvernemental américain à l'AFP. "Selon les informations dont dispose le gouvernement américain, les talibans pakistanais préparent des attaques contre des étrangers participant aux opérations humanitaires en cours au Pakistan", touché par des inondations historiques, a précisé ce responsable, qui s'exprimait sous couvert de l'anonymat.

Egalement, de même source, "les talibans pakistanais pourraient aussi préparer des attaques contre des responsables fédéraux et provinciaux à Islamabad".

Le Pakistan est confronté à la plus grave crise humanitaire de son histoire, avec plus d'un cinquième du pays inondé, au moins 1.500 morts selon Islamabad, et plus de 17 millions de personnes affectées selon l'ONU.

Quelque huit millions de sinistrés, dont environ cinq millions de sans-abri, ont besoin d'une aide d'urgence, estiment les Nations unies. [...]

Plus tôt mercredi, des responsables avaient affirmé ne pas avoir remarqué d'actes hostiles lors des opérations humanitaires. Selon un général américain, les forces américaines engagées dans ces opérations n'ont pas fait état de problèmes de sécurité. "Nous n'avons eu absolument aucun problème de sécurité en trois semaines de présence là-bas", a assuré le général de brigade Michael Nagata, lors d'une téléconférence retransmise à Washington depuis le Pakistan où il se trouve.[...]

Etant donné le fort sentiment anti-américain qui prévaut au Pakistan, les autorités du pays distribuent habituellement elles-mêmes l'aide acheminée par avions et hélicoptères de l'armée américaine.

Le général Nagata, le deuxième plus haut gradé américain sur le terrain, a néanmoins assuré que les civils pakistanais "sont impressionnés lorsqu'ils voient les soldats pakistanais et américains travailler côte à côte, voler dans les mêmes hélicoptères et œuvrer ensemble sur les zones d'atterrissage".

Les autorités américaines affirment que leurs hélicoptères ont permis de sauver plus de 6.000 personnes prises au piège des inondations ».

Info ou intox ? Propagande !

Sur le site Otan : Le 7.8.2010, le gouvernement du Pakistan a demandé officiellement à l’OTAN de l’aider à faire face aux inondations qui frappent le pays, le conseil de l’OTAN a chargé le Centre euro-atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe (EADRCC) de centraliser l’aide humanitaire offerte par les pays alliés et leurs partenaires.

Et dans le New York Times du 14.8.2010, « Secourir les victimes des inondations, a déclaré Richard Holbrooke, représentant de l’administration Obama pour l’Afghanistan et le Pakistan, sert non seulement à sauver des vies humaines, mais aussi à rétablir l’image des Etats-Unis au Pakistan ». . Dans ce pays l’opposition aux opérations "antiterrorisme" conduites par les forces états-uniennes, a augmenté, car elles provoquent un nombre toujours plus grand de victimes civiles… « Maintenant, le peuple pakistanais verra que, quand une calamité naturelle frappe, ce ne sont pas la Chine et l’Iran, ou l’Union européenne, mais toujours les USA qui dirigent ».

Ce que j’en tire comme conclusions c’est que les USA, avec l’aide de l’OTAN, contrôlent toute l’aide humanitaire envoyée au Pakistan. Si ici, en Belgique, il y a des dons, si l’Union Européenne a accordé des subsides, les USA à travers l’ONU et grâce à l’OTAN désirent donner une image humanitaire à leur présence sur place en centralisant le tout et surtout, en protégeant « sa logistique guerrière » indispensable au conflit en Afghanistan.

CQFD

Francine Verstraeten

Alerte OTAN n° 39
octobre 2010

http://www.csotan.org:80/ao/article.php?ao_id=39&art_id=511&Mois=octobre&Year=2010



2 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

2-1 Luc Delval : La menace terroriste, réelle et supposée.

Extrait

On ne se départit pas facilement d'une vision colonialiste du monde.

Témoin un échange, mercredi, entre le journaliste de France 5 qui anime l'émission de talk-show politique "C dans l'air" et un de ses invités, Pierre Servent (un expert en quelque chose).

Le débat - comment se fesse ? - tournait autour de la menace terroriste, réelle et supposée.

Question du journaliste (les citations sont d'après des notes prises au vol, si vous voulez entendre au mot près, allez sur le site web de l'émission) : "La menace d'attentats pourrait-elle être liée aux ravages créés en Afghanistan par les drones, avions sans pilote qui ne servent plus seulement à l'observation, mais tirent des missiles et font des morts tous les jours ?"

Un petit reportage explique alors ce qu'est la vie des militaires américains qui utilisent ces drones : ils habitent la Floride ou le Nevada, quittent la maison familiale le matin après un bon petit déj', vont au bureau où, confortablement assis devant des écrans dans une salle climatisée, ils manipulent un joystick. Et à des milliers de kilomètres de là un drone survole des villages afghans. Si l'opérateur repère quelque chose de suspect, il pousse sur un bouton - en Floride ou au Nevada - et des gens prennent un missile sur la gueule trois secondes plus tard en Afghanistan (ou ailleurs, peu importe pourvu que ce soit dans un pays musulman). A midi, ils rentrent chez eux manger un hamburger et faire un bisou à Madame, puis retournent au bureau faire la guerre, avant de regagner leur petite maison pour regarder la télé (Chuck Norris, c'est reposant après une journée de dur labeur au service de la civilisation). Le soir, dodo réparateur : la journée de demain sera dure, y'a pas mal de muslims à exterminer encore.

Et les experts de préciser, l'air manifestement satisfaits, qu'à aucun moment avant que le ciel leur tombe sur la tête, les cibles n'ont eu le sentiment d'être surveillées : elles n'ont rien vu, rien entendu...  Il ne vous étonnera pas d'apprendre au passage qu'Israël est devenu un des principaux producteurs de ce genre de joujous, dont la taille varie de celle d'une libellule à celle d'un Boeing 737 et l'autonomie peut atteindre des dizaines d'heures de vol.

Donc, disais-je, question du journaliste : ces drones font des morts tous les jours depuis de nombreux mois en Afghanistan (140 morts au cours du mois écoulé seulement, sans qu'on puisse savoir combien de civils, de femmes et d'enfants parmi eux), n'y aurait-il pas un lien avec une hypothétique menace terroriste chez nous ? (il est bien élevé, le journaliste, et il tient à sa place, donc il ne suggère pas que l'usage de ces drones EST du terrorisme).

Réponse de l'invité Pierre Servent (photo à droite, évidemment !) : "cela paraît peu vraisemblable ! il y a de nombreux mois que les drones sont utilisés de cette manière et tuent tous les jours, et cela n'a jamais engendré de menace terroriste. Donc il n'y a aucune raison de penser que ce soit le cas maintenant".

C'est pas une logique implacable, ça ? Pourquoi voulez-vous que des gens que de courageux militaires  occidentaux se fatiguent à flinguer à coups de joysticks depuis des mois finissent, comme ça, soudain, sans justification, par mal le prendre ? Ils ont eu le temps de s'habituer, non ? (si non, c'est vraiment la preuve de leur infériorité et de leur inaptitude au monde moderne).

Vraiment, s'ils finissaient par se fâcher - sait-on jamais ? c'est gens-là ne sont pas des cartésiens démocrates comme nous - ce ne serait que la preuve de leur perversité intrinsèque, et on ne pourrait en tirer d'autre conclusion que la nécessité de multiplier la flotte de drones par dix. Au moins. Avec des plus gros missiles, si possible.

Dans ses voeux de bonne année, voici dix mois, la Libre Belgique souhaitait "que la nature dramatiquement perverse de certains peuples, de leurs dirigeants et de leurs référents religieux ne répande pas - ou moins ! - de guerres, d’épurations et de violences de toute nature". Comme c'était bien vu.

Luc Delval

 jeudi 07 octobre

http://www.lesdoigtsdanslacrise.info:80/index.php?post/2010/10/07/Mais-enfin-pourquoi-ils-nous-haissent-comme-ca-ces-bougnoules-Quest-ce-quon-leur-a-fait-a-part-les-bombarder-pour-leur-bien


2-2 William Blum : La mentalité américaine.

Depuis l’inondation qui a frappé le Pakistan au mois de juillet : des centaines de villages ont été emportés  et d’innombrables fermes et des cultures essentielles comme le maïs ont été détruites ; les officiels estiment les dégâts à plusieurs centaines de millions de dollars et il semblerait que le Pakistan ne s’en remettra pas avant plusieurs années.

Mes remarques visent les lecteurs qui ont à supporter ces Américains qui se renfrognent chaque fois qu’ils entendent les Etats-Unis être accusés d’actes répréhensibles ; ces Américains là sont convaincus que l’Amérique agit avec de bonnes intentions ; nos motivations sont nobles. Et s’il nous arrive de faire quelque chose qui ne paraît pas très nette, et qu’on n’arrive pas à la dissimuler ou fournir une explication plausible... eh bien, ils diront que les superpuissances ont toujours agi ainsi et que nous ne sommes pas pires que les autres et même meilleurs que la plupart d’entre eux.

Que Dieu Bénisse l’Amérique.

Il arrive qu’un certain pourcentage d’entre eux changent d’opinion et arrêtent de se raconter des histoires ; ça arrive généralement après une nième confrontation à un comportement plus que douteux de leur gouvernement quelque part dans le monde.

La valeur de « n » pouvant varier bien-sûr selon les individus. Alors ne baissez pas les bras devant ces Américains purs jus que vous croisez. On ne peut jamais deviner à quel moment vos explications sur la méchanceté de leur pays préféré finiront par faire céder le mur de certitudes qui entoure ces grands amoureux de l’impérialisme. (Mais rappelez-vous la mise en garde de l’Allemand Friedrich Schiller : Mit der Dummheit kämpfen Götter selbst vergebens - « devant la stupidité, même les dieux sont impuissants ») ….

Le renversement du dernier espoir pour un pays, avec des conséquences désastreuses, est une habitude historique que l’on retrouve tout au long des chroniques des interventions impérialistes des Etats-Unis, de l’Iran au Guatemala dans les années 50, d’Haiti à l’Afghanistan dans les années 90, et de nombreux autres exemples entre les deux. Washington s’acharne depuis 10 ans à faire tomber Hugo Chavez.

Et comme on dit dans certaines publicités « ne tentez pas de le refaire chez vous ». Je vous encourage à ne pas perdre votre temps à tenter de convaincre des types comme Thomas Friedman du New York Times qui a récemment écrit que « les hommes et les femmes de l’Armée américaine, des Forces Navales, des Forces Aériennes et des Marines » constituent « la plus importante force de maintien de la paix dans le monde de ces derniers 100 ans ». (6) Que peut-on bien dire à un type pareil ? Et dire qu’il s’agit là du principal commentateur de politique internationale pour le « journal de référence » de l’Amérique. Que Dieu nous vienne en aide. Ce type devrait être sous la surveillance d’un adulte.

Source : Le Grand Soir

mardi 5 octobre 2010


2-3 Le Canada veut utiliser des bases pakistanaises….

Le Pakistan étudie une demande du Canada d'utiliser ses bases militaires lors du retrait des Forces canadiennes d'Afghanistan l'an prochain.
Une source au ministère pakistanais des Affaires étrangères a affirmé que le Canada avait formulé cette demande il y a plusieurs mois.

L'individu ayant requis l'anonymat a déclaré que la décision sera prise conjointement avec les autorités militaires du pays, mais qu'on ignore à quel moment.
Le haut commissaire du Pakistan à Ottawa, Mian Gul Akbar Zab, a confirmé mercredi que des négociations étaient en cours quant à l'utilisation des ports de Karachi pour expédier vers le Canada des milliers de conteneurs de matériel non stratégique. M. Zab a déclaré que rien n'était encore finalisé quant à un possible accord.
Ces cargaisons devront d'abord être transportées par voie de terre, ce qui pose un problème quant à la sécurité.

Plusieurs convois de l'OTAN ont été attaqués par des résistants au Pakistan au cours des dernières semaines, après qu'un litige avec les États-Unis ait entraîné la fermeture de la frontière.
L'armée canadienne a été évincée, la semaine dernière, de sa base logistique à Dubaï, à la suite d'un différend commercial entre le Canada et les Émirats arabes unis concernant les droits d'escale pour les transporteurs aériens de l'Etat du Golfe.
Cette base, appelée «Mirage», devait jouer un rôle clé dans le retrait des soldats et du matériel pour la fin de la mission de combat canadienne en Afghanistan, prévu pour juillet 2011.
La fermeture imminente de la base a obligé les Forces canadiennes à trouver un autre centre d'approvisionnement pour la mission en Afghanistan. L'armée utilise, mis à part Mirage, une base de l'OTAN en Allemagne.
Les représentants militaires ont déclaré que les forces canadiennes occuperaient la base de Dubaï jusqu'à la date limite permise, qui devrait se situer au début du mois de novembre. Ils ont ajouté qu'aucune décision n'avait encore été prise quant à l'équipement présentement entreposé sur la base Mirage.
Après qu'Ottawa ait refusé d'augmenter ses droits d'escale pour des vols à destination de villes canadiennes, les Émirats arabes unis ont répliqué en interdisant l'accès à la base militaire de Dubaï aux Forces canadiennes.
Six vols par semaine sont actuellement permis entre Toronto et Dubaï ou Abou Dhabi. Air Canada s'était opposé à l'augmentation du nombre de vols, soutenant qu'il n'y avait que très peu de passagers arrivant des pays du Moyen-Orient et que les bénéfices pour les compagnies des deux pays n'étaient pas les mêmes.

http://www.journalmetro.com/linfo/article/661578--le-canada-veut-utiliser-des-bases-pakistanaises


2-4 La machine de guerre institutionnelle des Etats-Unis.

Dans un de ses essais, Fidel Castro a récemment abordé l’hostilité des États-Unis envers le Venezuela. « Ce qu’ils veulent c’est le pétrole vénézuelien, » a écrit le dirigeant cubain. (9) C’est un point de vue largement partagé par la gauche internationale. Cette opinion est exprimée, par exemple, dans le documentaire récent d’Oliver Stone « South of the Border ». Je ne suis pas d’accord.

Dans la période qui a suivi la deuxième guerre mondiale, rien qu’en Amérique latine, les États-Unis ont eu la même attitude hostile envers des gouvernements et mouvements progressistes au Guatemala, Salvador, Nicaragua, Honduras, Grenade, République Dominicaine, Chili, Brésil, Argentine, Cuba et Bolivie. Ce que ces gouvernements et mouvements avaient en commun, c’était qu’ils étaient de gauche. Rien à voir avec le pétrole. Depuis plus de 50 ans, Washington tente d’empêcher l’émergence de tout gouvernement en Amérique latine qui menace d’offrir une alternative viable au modèle capitaliste. Le Venezuela, bien-sûr, cadre parfaitement avec cette définition, avec ou sans pétrole.

L’essence de la guerre froide partout dans le monde était l’idéologie.

Le secret pour comprendre la politique étrangère des Etats-Unis est qu’il n’y a pas de secret.

Il faut d’abord comprendre une bonne fois pour toutes que les Etats-Unis aspirent à dominer le monde. Une fois cette idée assimilée, tout le reste coule de source. Pour illustrer cette aspiration par des chiffres, depuis la deuxième guerre mondial les Etats-Unis ont :

- renversé plus de 50 gouvernements, la plupart démocratiquement élus
- se sont ingérés ouvertement dans les élections d’au moins 30 pays.
- mené des guerres ou des actions militaires, directement ou par des armées mercenaires, dans environ 30 pays
- tenté d’assassiner plus de 50 dirigeants étrangers
- largué des bombes sur environ 30 pays
- éliminé des dizaines de mouvements populistes/nationalistes partout dans le monde. (10)

La machine de guerre institutionnelle des Etats-Unis a longtemps été, et est encore, en pilotage automatique.

(…)

William Blum

octobre 2010

Chronique de l’Anti-empire
http://killinghope.org/bblum6/aer86.html

Auteur de "Guerres Scélérates" et "Etat Voyou" - éditions Parangon

Traduction partielle par VD pour le Grand Soir

Notes

1. Wikipedia, Drone attacks in Pakistan

2. AllAfrica.com, New Evidence Shows U.S. Role in Congo’s Decision to Send Patrice Lumumba to His Death, August 1st 2010

3. The Select Committee to Study Governmental Operations with Respect to Intelligence Activities (US Senate : The Church Committee), Interim Report : Alleged Assassination Plots Involving Foreign Leaders, November 20, 1975, p.58

4. Jonathan Kwitny, Endless Enemies : The Making of an Unfriendly World (1984), p.57

5. New York Times, February 22, 1976, p.55

6. New York Times, October 11, 2009

7. White House Press Office, Remarks by the President to the United Nations General Assembly, September 23, 2010

8. The Providence Journal, "Obama a very smooth liar", June 17, 2009

9. Reflections by Comrade Fidel, "What they want is Venezuela’s oil", September 27, 2010

URL de cet article
http://www.legrandsoir.info/Lutter-contre-la-mentalite-americaine-Un-type-appele-Barack-Obama.html

http://www.legrandsoir.info:80/Lutter-contre-la-mentalite-americaine-Un-type-appele-Barack-Obama.html



3 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

Ndlr : La publication de l’article ne signifie nullement que la rédaction partage l’analyse de l’auteur mais doit être vu comme information.

3-1 Vers une invasion étatsunienne du Pakistan ?
C'est un grand classique depuis la guerre du Vietnam : les pays qui servent de base arrière aux résistants deviennent rapidement des cibles et font les frais du conflit qui se déroule chez le voisin.

Tel est le cas du Pakistan aujourd'hui. Depuis début septembre les autorités pakistanaises ont recensé 24 frappes de drones sur leur territoire qui ont causé plus de 140 morts (90 % de civils selon les médias pakistanais).
Selon le journaliste Eric Margolis,
les récentes alertes sur un risque d'attentat en Europe auraient précisément pour but de justifier la stratégie du Pentagone ne plus en plus axée sur l'attaque du Pakistan.
La semaine dernière, le Pakistan a temporairement fermé l'itinéraire d'approvisionnement principal des Etats-Unis et de l'OTAN qui va de Karachià la frontière afghane à Torkham après le massacre de trois soldats pakistanais depuis des hélicoptères militaires étatsuniens. Trois convois de fourniture en combustible étatsuniens ont été brûlés par des activistes pakistanais. Les Etats-Unis dépensent beaucoup d'argent le long de cette route pour acheter les fonctionnaires, les chefs de guerre pachtounes, et certains résistants afin que l'approvisionnement des troupes en Afghanistan ne soit pas coupé, et ce,en plus de l'aide annuelle officielle de 2 milliards de dollars au gouvernement de Karachi. Les forces spéciales sont infiltrées sur place. Mais le sentiment anti-étatsunien dans la région est à son comble - ce qui d'ailleurs a favorisé un rapprochement entre le Pakistan et l'Iran.
L'ancien chef d'Etat major pakistanais, le général Mirza Aslam Beg, a récemment suggéré à son gouvernement de tirer sur les drones américains qui survolent illégalement le territoire.
Toujours selon Margolis, Washington ne ferait plus confiance au gouvernement civil d'Asif Ali Zardari et compterait surtout sur le pouvoir militaire du général Ashfaq Kayani, un général d'infanterie qui a été autrefois propulsé dans la hiérarchie par Benazir Bhutto (qu'un livre écrit par sa nièce qui vient de paraître chez Penguin Books India démystifie sérieusement).
Cette politique pourrait encore se durcir en cas de victoire des Républicains aux élections du Congrès. Les néoconservateurs étatsuniens continuent de suggérer l'élimination de l'arsenal nucléaire pakistanais par les forces spéciales et la division non seulement de l'Afghanistan mais aussi du Pakistan en entités ethniques qu'ils pourraient contrôler plus facilement, comme ils ont aussi voulu le faire en Irak.

http://atlasalternatif.over-blog.com/article-vers-une-invasion-etatsunienne-du-pakistan-58389064.html )

 6 octobre



4 Annexe

4-1 Les lauréats du Prix Nobel de la paix après le 11-Septembre

 

2003

Shirine Ebadi

Pour faire monter la pression contre l’Iran

 

2004

Wangari Muta Maathai

Pour faire monter la pression contre le Kenya et les Etats africains qui se rapprochent de la Chine

 

2005

AIEA et Mohamed ElBaradei

Pour avoir neutralisé Hans Blix et avoir permis la guerre contre l’Irak

 

2006

Muhammad Yunus et la Grameen Bank

Pour avoir financiarisé la pauvreté en prêtant aux personnes non solvables à un taux double du marché

 

2007

GIEC et Al Gore

Pour avoir inventé le bogue de l’an 2000 et pour justifier la financiarisation de l’écologie et la Bourse des droits d’émission de CO2

 

2008

Martti Ahtisaari

Pour avoir fait capoter les négociations avec la Serbie et avoir justifié la guerre du Kosovo

 

2009

Barack Obama

Pour avoir relooké les USA tout en continuant leurs guerres impériales

 

2010

Liu Xiaobo

 

 

Pour faire monter la pression contre la Chine

 

http://www.voltairenet.org/article167221.html

 



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

Les commentaires sont fermés.