Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/10/2010

n°147 - Dossiers Analyse, Géopolitique et stratégie du Liban - 24-10 - : Suite : Démocratie pour les « maîtres » et dictature contre les « esclaves ».

n°147 - Dossiers  Analyse, Géopolitique et stratégie du Liban  -  24-10  -  : Suite  : Démocratie pour les « maîtres » et dictature contre les « esclaves ».



Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources. .

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



Dossiers  Analyse, Géopolitique et stratégie du Liban 

n°147 du 24-10                                                               C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Le " dossiers du liban" est  visible  sur mes blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis   :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire :  

2 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

2-1 Nasrallah appelle le peuple Libanais à faire face au TSL.

2-2 Ahmadinejad au Liban, pour conclure 15 accords. 

2-3 Ahmadinejad à Baabda.

2-4 Ahmadinejad : Le Liban est une école de résistance face aux Arrogants du monde.



2 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information.

2-1 Nasrallah appelle le peuple Libanais à faire face au TSL.

A l’occasion de la clôture du projet de plantation d’un million d’arbres au Liban, mené par la Fondation

Jihad de la construction du Hezbollah, le secrétaire général Sayed Hassan Nasrallah s’est interrogé sur les raisons pour lesquelles le procureur général du Tribunal spécial pour le Liban (TSL) Daniel Bellemare et les Nations Unies s’abstiennent de livrer les dossiers des faux témoins à l’ancien chef de la Sureté général le général Jamil Sayyed, et pour lesquelles ils s’acharnent à les protéger.
Vu le retard de la publication du dossier des faux témoins confié au ministre de la justice libanais Ibrahim Najjar, Sayed Nasrallah a soupçonné des parties internes de suivre une  sournoise politique  d’atermoiements.
Il a à cet égard salué l’initiative du chef du parlement Nabih Berri et des ministres du mouvement Amal qui ont menacé de boycotter les prochaines réunions ministérielles si le dossier des faux témoins n’est pas abordé. Exigant que ce dossier soit coute que coute abordé mardi prochain.
Concernant l’enquête internationale, le numéro un du Hezbollah l’a accusée d’être politique et non seulement politisée, car selon lui, elle n’a rien de juridique : « c’est une enquête politique qui a été couverte d’une apparence juridique », a-t-il affirmé.
Estimant que son but final n’est pas de découvrir les véritables assassins de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, mais d’accuser le Hezbollah et la résistance, dansle cadre d'un projet qui sera suivi d'autres épisodes.
S’adressant au Libanais, il leur a demandé d’agir ensemble pour empêcher que le TSL ne soit exploité par les Américains et les Israéliens pour accuser la résistance.
«  Discutons de ce sujet, au lieu de nous soumettre à la volonté internationale ; pour trouver les moyens de faire face à ce nouveau complot», a-t-il suggéré.
Sayed Nasrallah a également évoqué la visite du président iranien pour le Liban prévue le mercredi prochain. rappelant le soutien généreux que la république islmaique a offert au Liban, durant ces trois dernières décennies, il a appelé aussi bien les Libanais que les Palestiniens à participer aux cérémonies d’accueil qui lui seront réservées aussi bien dans la banlieue sud qu’au Sud Liban.
Idées principales du discours

En cette occasion je souhaite parler de trois sujets :
La campagne de plantation d'un million d'arbres au Liban, la visite du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, les évolutions politiques locales et régionales surtout l’acte d’accusation et le tribunal spécial pour le Liban (TSL)..
La campagne de plantation d'un million d'arbres
 Concernant le premier sujet sur la campagne de plantation d’un million d’arbres, plusieurs parties libanaises y ont participé et nous pensons que c’est un devoir national que l’Etat doit prendre au sérieux et auquel chaque citoyen doit  participer en coordination et coopération avec le ministère de l’agriculture.
Nous devons noter la participation des combattants de la résistance dans cette campagne surtout dans les  régions difficiles comme les vallées profondes et aussi la participation de
la Syrie qui a offert les plants.
L’importance de cette campagne de plantation réside dans les effets positifs du reboisement aussi bien pour la  santé des Libanais, que pour leur environnement d’où la nécessité de diffuser ce genre de culture ! 
Il suffit juste de signaler que le danger qui menace l’environnement  est devenu stratégique car il provoque l’insécurité dans le monde sachant que ce danger est devenu hors du contrôle de la part des grandes puissances contrairement au danger nucléaire, qui est toujours sous contrôle. Là,  le monde entier est en danger et les exemples sont nombreux : les incendies, les inondations les tremblements de terre, les séismes…
Un autre point important doit être signalé : cette campagne est nécessaire pour préserver la vraie nature du Liban, sa végétation que beaucoup de poètes ont chantée.
 Aussi il faut signaler que les arbres font partie de la sécurité nationale du Liban : la géographie et la démographie offrent au pays dans le domaine militaire une défense naturelle. C’est un atout pour la défense du Liban contre les Israéliens, ainsi l’occupation israélienne au Liban dans les années 80 coupaient les arbres et brûlaient la végétation parce qu’elle accordaient un atout de force aux résistants.
Après le retrait israéluen en mai 2000, un jour je me suis rendu au Liban-sud du côté des vallées de Arabsalim, nous avons observé les colonies israéliennes ; elles sont toutes entourées de verdure et de végétation alors que de notre côté c’est un paysage désertique. Raison pour laquelle il faut faire deux choses : protéger la végétation que nous avons et d’un autre côté en planter de nouvelles !
 Certains incendies de  forêts sont prémédités et il faut chercher les doigts israéliens qui sont derrière certains d’entre eux surtout dans certaines régions. 
La visite d’Ahmadinejad :
Quand le président vient au Liban, il vient en tant que président iranien, et en tant que représentant de la révolution islamique,.., il vient exprimer l’histoire de cette révolution contre le despotisme du shah.
Pour nous, au Liban, en Palestine et dans la région, nous devrions évoquer quelques idées :
la République islamique offre à notre résistance et à notre persistance ,  à la Syrie et à la cause palestinien un soutien matériel et moral sans précédent ;
il faut savoir que l’Iran a éliminé l’un des grands alliés d’Israël, qui était le shah d’Iran.
Je tiens à cette occasion à saluer la position du président syrien défunt, Hafez ElAssad qui estresté attaché à une alliance stratégique très avancée avec l’Iran, grâce à sa vision large du conflit ;
 
Aussi, dans le conflit israélo-palestinien l’Iran a non seulement protégé ses alliées  mais il est devenu leur allié stratégique; cela s’est réalisé depuis le commandement de l’imam Khomeiny, puis celle du guide suprême de
la Révolution Sayed  Khamenei et aussi sous tout les gouvernements iraniens qui se sont succédés...
Quelque soient la nature des gouvernements iraniens et leurs différences, tous sont unanimes sur un seul point : la position à l’égard de la cause palestinienne, de
la Palestine et d’AlQuds.
Durant le mandat d’Ahmadinejad, des événements très critiques ont eu lieu,…Sa présence au pouvoir a permis que soit accordé un soutien considérable à la résistance dans la région ;
Dès lors, il est de mon devoir de le remercier car celui qui remercie les créatures de Dieu ,  remercie le Créateur !
Et j’aimerai ajouter cela, quoique les Iraniens refusent de l’évoquer.  
Alors que je parlais avec Ahmadinejad de sa visite au Liban, laissant entendre qu’il pouvait être présent pour l’inauguration d’un des projets iraniens au Liban,  il m’a répondu qu’il refusait de manière catégorique  quoique ce soit qui puisse offenser les Libanais ou qui puisse leur faire croire qu’il leur demande une forme de gratitude ou d’éloges.
Il m’a dit que "ce que le Liban a fait et tous les sacrifices des Libanais exigent de notre part beaucoup plus que ce que nous leur offrons! Et c’est à nous de remercier le peuple libanais pour la victoire qu’il a offert à toute la nation ».(...)  
Par ailleurs, durant la guerre 2006, alors que nous étions sûrs et certains de l’emporter, ..., j’ai parlé aux Iraniens je leur ai dit en toute franchise que nous avions pressemment besoin d’argent comptant, car nous voulions après la guerre enclencher un énorme programme de reconstruction; nous avons pensé qu'il ne passe pas par le gouvernement libanais car  Dieu sait ce qu’il aurait fait de ce don, mis à part les procédés bureaucratiques..
Le président iranien a alors acquiescé à notre demande de façon très généreuse : par exemple jusqu’à ce jour nous payons des dédommagements aux Libanais dont les maisons ont été détruites ,ou endommagées et cela grâce à l’argent iranien; aussi le projet Waed (Promesse) de reconstruction de la banlieue-sud de Beyrouth dans sa majeure partie a été financé par les fonds iraniens ..
A titre d’exemple, quelques chiffres : 80% des 20.000 unités d’habitations totalement détruites et 121 000 des demeures endommagées, ont été reconstruites grâce à l’argent iranien, (…)des réseaux routiers, des écoles, des commerces, ont été aménagés grâce à le générosité iranienne...
Ce qui a été réalisé après la guerre de juillet grâce à l'Iran n’a pas de pareil dans le monde entier.. 
Et donc face à un pays qui nous a tellement donné, comment les Libanais doivent agir : en le remerciant et en lui vouant un grand respect ...même s'il refuse tout sentiment de gratitude de notre part.  
Aujourd’hui le président Ahmadinejad est l’hôte du président de la république libanaise, il n’est pas l’invité d’un parti, ni du mouvement Amal, ni du Hezbollah, et donc il faut l’accueillir avec la générosité et l’hospitalité libanaises.
Je vous le dis, les Iraniens offrent tout leur soutien au Liban, malgré les difficultés que leur pays traverse ; Jusqu’à exprimer leur disposition à équiper l’armée..mais il y a des Libanais qui ne veulent pas de cette aide ;  Les Iraniens offrent leur aide sans contrepartie alors que d’autres pays offrent leur aide avec des conditions humiliantes..Comme par exemple dans la question du réarmement de l’armée libanaise ..
Donc, nous en appelons à un accueil populaire sur l’autoroute de l’aéroport, puis à une cérémonie au stade de Rayé ; le président iranien compte aussi visiter le Liban-sud.
Mais personne n’a signalé que le programme comprend qu’Ahmadinejad veut jeter des pierres contre l’entité sioniste, comme certains médias l’ont prétendu.  
À mon avis  monsieur Ahmadinejad peut jeter des choses plus importantes que les pierres contre l’entité sioniste !

Le tribunal spécial du Liban, l’acte d’accusation.

Maintenant je voudrais aborder les sujet du TSL , de l’acte d’accusation et des faux témoins. 
Je vous rappelle à cet égard que le gouvernement d’unité nationale exerçait ses fonctions sans trop de problèmes, même après ma rencontre avec le premier ministre Saad Hariri au cours de laquelle il a m’a parlé de  l’acte d’accusation qui va être émis contre des membres du Hezbollah, et à la fin de laquelle nous nous sommes mis d’accord pour continuer à nous entretenir sur cette question.
C’est alors que le chef d’état major israélien le général Ashkenazi a parlé de l’acte d’accusation, annonçant aux Israéliens ses conséquences dévastatrices sur Liban.
A ce stade, nous nous sommes posés des questions, car  le premier qui a exploité cet acte d’accusation est le chef d’état-major israélien, alors nous avons décidé de faire un mouvement anticipatoire, pour attirer l’attention des Libanais sur  ce qui se prépare et se trame contre le Liban et contre nous !
Or, je souhaite réorienter  le sujet : tous les Libanais veulent la justice et la vérité, Nous aussi voulons la vérité, la vraie vérité et non celle qu’ils veulent présenter comme étant la vérité.
Nous aussi voulons la justice, mais cette justice ne peut être rendu qu’à travers la vrai vérité.. Sinon il y aura une injustice à l’instar de ce qui s’est passé avec les quatre hauts officiers…
La question qui se pose : est-ce-que l’enquête internationale à travers ses pratiques ouvre la voie à la vérité ? C’est une question humaine, que je pose en toute quiétude!
L’expérience prouve le contraire, c’est une expérience douloureuse celle des faux-témoins ; et je remercie le président Saad Hariri pour ce qu’il a dit sur cette affaire pour le quotidien Ashark-El-Awssat.
Il faut dire que toute cette affaire s’est édifié sur un coup d’Etat : des gens innocents ont été faits détenus ; pire,  cette enquête internationale a révélé certaines de ses accusation avant leur annonce officielle, et donc je repose la question : est-ce que cette enquête permet de découvrir la vérité ou au contraire cette enquête ouvre-t-elle la voie à l’injustice, en adossant la responsabilité d’un acte criminel à des innocents !
Je vous interroge  pourquoi Bellemare refuse- t-il à chaque fois d’accorder les témoignages des faux-témoins au général Jamil sayyed, pourquoi doit-il aller se réfugier à chaque fois aux Nations-Unies, pourquoi Bellemare insiste à protéger les faux-témoins ? C’est une question juste !
Or, non seulement ils ne veulent pas juger les faux-témoins, ils veulent les protéger, au moins laisser nous savoir ce qu’ils ont dit ! 
Nous avons demandé à l’Etat libanais de s’occuper de cette affaire, pendant un mois, le ministère de
la Justice s’est chargé du dossier ; or je pense que ce qui se pratique est une politique d’atermoiement ;
 Le conseil des ministres doit trancher cette question cela ne devrait pas nécessiter plusieurs séances du conseil des ministres ; il faut trancher cette question lors de la prochaine séance mardi prochain, il y va de l’intérêt national et dès que l’affaire des faux-témoins sera traduite devant la justice libanaise, cette dernière doit trancher cette question au plus vite et ne pas l’ajourner sans cesse !
Il suffit d’émettre des éventualités pour qu’une enquête soit rouverte de nouveau.. Or, moi j’ai offert des indices pour aider l’enquête internationale à avancer mais cela n’a pas été suffisant pour Bellemare, pourquoi ??
 
Nous avons toutes les preuves que cette enquête est politique, beaucoup plus qu’elle n’est politisée. Le fait qu’elle soit politisée veut insinuer qu’elle a un côté juridique et qu’elle a été par la suite politisée. Mais ici, elle est d’abord politique et on a tenté de la couvrir d’une apparence juridique.
Nous avons des dizaines de preuves sur ceci, c’est aux autres de nous apporter les preuves qu’elle ne l’est pas, qu’elle est honnête!
Le TSL a été conçu de façon à protéger les faux-témoins,  qui vous dit que l’acte d’accusation attendu ne sera pas fondé lui aussi sur de nouveaux faux- témoignages ??
 A cet égard, des rapports rédigés par des médias occidentaux font état de nouvelles preuves basées sur des appels téléphoniques ; des coïncidences entre des appels téléphoniques effectués par certains de nos membres avec l’assassinat..
Or je peux poser cette question : les données des télécommunications ne peuvent-elles pas être manipulées !?
Prochainement, il y aura une conférence presse sur les télécommunications présentée par des spécialistes. Il y a des choses très surprenantes qui seront révélées et que nous avons apprises ces derniers mois.
J’invite tous les Libanais à la suivre, pour qu’ils soient avertis !
Jusqu’à ce jour, l’accord syro-saoudien n’est pas arrivé à sa fin, donc la situation reste toujours positive..
Récemment, beaucoup de rumeurs se sont répandues contre nous :
Comme quoi le Hezbollah s’apprête à envahir le nord… mais où sommes-nous du nord du Liban ?
Certains prétendent que nous sommes sur le point de préparer un coup d’état. Si nous avions voulu en effectuer un, nous l’aurions fait en 2005, ou le  15 août 2006, après la guerre. Nous avions alors notre propre lecture de la guerre de, que nous avons évitée de rendre publique.
Nous n’avons pas fait de coup d’état par attachement à l’unité nationale ! 
Il y a une volonté internationale d’accuser des individus du Hezbollah parce que cela fait partie d’un complot israélo-américain, mais il y a des parties locales qui sont agacées par le gouvernement d’union nationale, elles ne veulent pas d’une union nationale, car cela dévoilera leur véritable dimension.
Mais faut-il se résigner ? Non ! Il faut que nous travaillions tous ensemble, et que nous nous entraidions avec
la Syrie et les pays amis, pour empêcher cette agression contre la résistance ; … il faut chercher à nous défendre contre ce complot, pour empêcher Israël et les États-Unis d’exploiter le tribunal contre la résistance ;
Discutons de ce sujet au lieu de nous soumettre à la volonté internationale. Qui vous dit que les répercussions seront maitrisées, par vous ou par nous ?  
Bien entendu, cela gênera Israël et les États-Unis !
Bine entendu, d’aucuns jetteront de l’huile sur le feu, d’autres évoqueront la zizanie, mais devrions-nos nous résigner au lieu d’affronter et de nous entraider avec nos amis ?!!
La seule partie à qui profite ce chef d’accusation qui se prépare est Israël et celui qui le soutient, lui envoyant les avions les plus sophistiqués, pour changer la donne dans la région, et celui qui fait pression sur les Palestiniens et sur les arabes pour qu’ils acceptent l’humiliation que nous avons observée ces derniers jours ;
je veux dire par là l’humiliation infligée par la détenue palestinien ou encore  cet enfant palestinien heurté par la voiture d’un colon israélien, ou par ce qui se passe à Jérusalem AlQuds,
Ceci est Israël, ceci est les États-Unis..
 Regardez ce qu’ils font : ils veulent préoccuper le Liban par le tribunal, l’Iran par les sanctions,
la Syrie par les pressions, le Soudan par les problèmes de son sud, …, alors que les pays arabes sont préoccupés par leurs problèmes internes, les israéliens veulent imposer leurs conditions aux palestiniens…
J’en appelle à une approche calme et franche de ce qui se passe, en suivant la méthodologie, car c’est la seule qui est bonne…
Source : Al Manar
Publié le 11 octobre

http://www.almanar.com.lb/...


2-2 Ahmadinejad au Liban, pour conclure 15 accords.  

Dans une semaine, le mercredi prochain jour pour jour, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad devrait arriver au Liban pour une visite officielle de deux jours.
Et ce en dépit de l’opprobre israélien qui a été exprimé dans plusieurs cercles, sans exclure l’éventualité d’assassiner le président iranien véhiculée par les médias, suivi par l’agacement des forces du 14 mars au Liban, puis par la préoccupation américaine qui vient d'être déclarée ce mercredi.
Invité par son homologue libanais, qui était en visite à Téhéran l’a dernier, le dirigeant iranien ne se contentera pas de rencontres officielles. Outre l’invitation au déjeuner par le président Michel Sleïmane, et celle au dîner du chef du parlement Nabih Berri, des accueils populaires lui seront réservés aussi bien par le Hezbollah que par le mouvement Amal : dans la Banlieue-sud, où une grande cérémonie lui sera organisée, ainsi que dans les localités sudistes de Qana et de Bint Jbeil.
Parmi les personnalités politiques qui l’accompagneront, figure dors et déjà le chef de la diplomatie Manouchehr Mottaki.
Mais ce n’est pas tout. Le président iranien sera accompagné d’une cinquantaine d’hommes d’affaires iraniens. Il est question de conclure une quinzaine d’accords entre les deux pays dans différents domaines.
Selon le quotidien libanais AsSafir, des services d’ingénierie iraniens seront exportés pour des crédits alloués par la Banque iranienne Sâderat du montant de 45 millions d’euros.
Les Iraniens devraient également participer à l’instauration et l’accomplissement des réseaux électrique, de l’eau, ainsi que celui des égouts.
Des sociétés iraniennes participeront également réinstaurer l’abattoir. Alors que d’autres participeront aux adjudications que les ministères libanais comptent organiser pour des projets de routes, d’édification de réseaux d’irrigation, et des réseaux de distribution de l’énergie électrique.
Interrogé par le journal libanais sur les menaces israéliennes de kidnapper le président iranien du sud du Liban, l’ambassadeur d’Iran au Liban Ghadanfar Roukn Abadi les a placées dans le cadre des dramatisations médiatiques, sans plus. «  Israël est en train de réfléchir sur les moyens de se protéger de toute attaque et n’est pas en mesure d’en déclencher » a-t-il ironisé.
Selon lui , la visite d’Ahmadinejad sera suivie d’une accalmie politique, contrairement à ce qui est propagé par certaines parties libanaises, notamment les forces du 14 mars.
Et de révéler que le patriarche des maronites Nasrallah Sfeir a acquiescé une invitation pour se rendre à Téhéran.  

07/10/2010

 http://www.almanar.com.lb


2-3 Ahmadinejad à Baabda.

Arrivés au palais de Baabda vers 10h30, le président iranien et la délégation qui l'accompagne ont été accueillis par le chef de l'État Michel Sleiman selon les règles du protocole libanais. Tapis rouge, tribune présidentielle pour écouter les hymnes nationaux des deux pays, 21 coups de canon, puis les honneurs de la garde présidentielle. Le président Ahmadinejad a ensuite salué toutes les personnalités libanaises présentes pour l'accueillir officiellement, en écoutant attentivement les présentations qui lui étaient faites. À l'entrée du palais, deux enfants en tenue folklorique libanaise ont offert des fleurs sous les flashs des caméras du monde car, selon les services du palais, il n'y a jamais eu une telle cohue médiatique à Baabda. 

Traversant le tapis rouge installé dans le hall du palais, les deux présidents se sont rendus au salon des ambassadeurs pour un tête-à-tête... à trois, l'ambassadeur d'Iran au Liban, Ghadanfar Rokon Abadi, jouant le rôle d'interprète, en dépit de la présence au sein de la délégation du traducteur personnel d'Ahmadinejad. Au bout d'une demi-heure, les autres membres des deux délégations ont été invités à se joindre aux deux présidents. Quatorze accords ont été signés, portant sur les échanges commerciaux, touristiques, et médicaux, ainsi que sur le domaine de l'éducation, de la technologie, du sport, de l'énergie et de l'eau. Le dossier de l'élimination des visas entre les deux pays, qui pose problème au Liban, a été soigneusement évité, ainsi que les accords de défense (en dépit de la proposition d'Ahmadinejad en ce sens) car, selon une source ministérielle, la vente d'armes par l'Iran est couverte par les sanctions internationales. 

Des sources du palais ont révélé que le président Ahmadinejad a tenu à donner une accolade remarquée au Premier ministre Saad Hariri et il lui a rendu, au cours de cette réunion élargie, un vibrant hommage, notamment pour son rôle dans la protection de la stabilité interne libanaise et dans le renforcement de l'unité nationale. D'ailleurs, les mêmes sources précisent que le président iranien a insisté à plusieurs reprises sur l'attachement de son pays à l'unité libanaise et à la stabilité de ce pays. 

Mais il a fallu attendre la conférence de presse conjointe entre les deux présidents pour obtenir des positions plus politiques. Le président Michel Sleiman a commencé par remercier son homologue iranien de l'appui permanent de son pays au Liban pendant les agressions israéliennes, notamment pendant la guerre de juillet 2006 et sa contribution à la reconstruction, et face aux menaces israéliennes constantes. Il a aussi précisé avoir examiné avec son interlocuteur des questions communes aux deux pays, insistant sur la nécessité de renforcer les relations bilatérales dans tous les domaines, « d'État à État, dans l'intérêt des deux peuples et en cette période pleine de défis et de dangers ». 

Le président libanais a précisé qu'au cours de leur entretien, l'accent a été mis sur la nécessité de préserver l'unité nationale et le pacte de coexistence, tout en appuyant les institutions étatiques et en renforçant la paix civile de façon à mettre en échec les complots visant à semer la discorde et à affaiblir les potentialités nationales. Selon Sleiman, Ahmadinejad a insisté sur la nécessité de continuer à faire pression sur Israël pour qu'il exécute toutes les dispositions de la résolution 1701, concernant notamment le retrait de ses troupes des parcelles de territoire encore occupées. Sleiman a encore affirmé que le Liban insiste sur son droit à utiliser tous les moyens légaux disponibles pour libérer sa terre, tout en cherchant à s'entendre sur une stratégie nationale de défense de la terre et des ressources naturelles.

Sur le plan régional, Sleiman a affirmé qu'il s'est entendu avec son homologue sur l'attachement aux droits arabes et aux efforts visant à trouver une solution globale, qui passe par la récupération des terres occupées et par la consécration du droit au retour des réfugiés palestiniens, et sur l'attachement aux décisions du sommet de Beyrouth de 2002 et celles de la Conférence islamique en harmonie avec les résolutions internationales, face à l'entêtement israélien à poursuivre ses agressions et à continuer à construire des colonies tout en judaïsant Jérusalem. Sleiman a encore ajouté que les discussions ont porté sur la nécessité de distinguer entre le terrorisme et la résistance, tout comme il a été question de préserver l'unité de l'Irak. 

À son tour, le président iranien a pris la parole pour déclarer qu'il se sent un peu chez lui. Il a rendu hommage à la résistance du Liban, face à l'ennemi sioniste. Il est revenu sur l'équation armée-peuple-résistance à laquelle il a ajouté le gouvernement, assurant que le Liban est le symbole de la dignité. Il a ensuite précisé que le Liban et l'Iran ont des intérêts et un ennemi communs, assurant qu'il réclame la justice. Il a précisé que les peuples de la région sont en mesure de gérer leurs problèmes et qu'ils n'ont pas besoin des interventions étrangères.

 Ahmadinejad a ensuite offert un cadeau au Liban qui consiste en un dispositif de fabrication iranienne ultrasophistiqué que possèdent seulement six États dans le monde. 

Le président iranien a ensuite tenu deux réunions bilatérales avec le président de la Chambre, Nabih Berry, et avec le Premier ministre, Saad Hariri, avant de se diriger vers la salle où un déjeuner a été donné en son honneur. 

L'image pouvait être un peu surréaliste : toutes les personnalités libanaises dans une même salle et mangeant le même menu en l'honneur de l'hôte iranien. On pouvait ainsi voir Mohammad Raad sur une table proche de celle de Samir Geagea. Marwan Hamadé pas loin de Sleimane Frangié et Michel Aoun à proximité d'Amine Gemayel. De rapides allocutions ont été prononcées par le président du Liban et celui de la République islamique. Ahmadinejad a ainsi déclaré que le Liban a un rôle important dans les équations de développement, de stabilité, de paix dans la région, et nul ne peut nier ce rôle.

Vers 15 heures, le président iranien s'est rendu à la place des Martyrs pour déposer une couronne de fleurs devant le monument aux Martyrs. Il était accompagné du ministre de la Défense, Élias Murr, du ministre de la Jeunesse et des Sports, Ali Abdallah, du commandant en chef de l'armée, le général Jean Kahwagi, du mohafez de Beyrouth, Nassif Kalouche, et du chef de la municipalité de la capitale, Bilal Hamad. À ceux qui se sont demandés pourquoi il ne s'est pas rendu sur la tombe toute proche de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, des sources de l'ambassade d'Iran à Beyrouth ont affirmé qu'il a préféré renoncer à cette démarche, tout comme il a renoncé à se rendre à la tombe de Imad Moghniyé, préférant s'incliner devant les martyrs du Liban.

D'ailleurs, cette cérémonie symbolique a duré à peine quelques minutes et le président iranien s'est ensuite rendu à l'hôtel Phoenicia pour se reposer avant de rencontrer une délégation d'hommes d'affaires libanais. Ahmadinejad se rendra de nouveau à Baabda aujourd'hui avant de repartir pour l'aéroport.

L’Orient-Le Jour  - 

Jeudi 14 octobre 2010

http://www.lorientlejour.com/category/Liban/article/674843/Conference_de_presse_rapide%2C_dejeuner_rassembleur_et_signature_d%27accords_pour_Ahmadinejad_a_Baabda.html


2-4 Ahmadinejad : Le Liban est une école de résistance face aux Arrogants du monde.
Accueilli en grande pompe, mercredi soir, par une foule enthousiaste, dans le stade Raya (banlieue-sud) le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad n’a pas caché ses émotions, en remerciant Dieu de lui avoir permis de vivre cet instant et de venir au Liban, qu’il a qualifié de terre bénie et de pays des Libres.
FRONT COMMUN ENTRE LE LIBAN, LA SYRIE, LA PALESTINE, LA TURQUIE ET L’IRAN
Dans son discours qui a été retransmis en direct par les télévisions israéliennes, M.Ahmadinejad a assuré que le Liban est une école de résistance face aux arrogants du monde.
Il a notamment évoqué un front commun de résistance entre le Liban,
la Syrie, l'Irak, la Palestine, la Turquie et l'Iran .
Tout en assurant que l'entité sioniste est en pleine déroute, il a invité le peuple du Liban, « pays des purs », à ne pas écouter les démons qui n'aiment pas l'unité et l'harmonie. 
« Vous avez jeté le désespoir dans la cour des démons. Sachez que vos causes sont celles de l'Iran. Nous sommes ensemble dans une même tranchée. Votre dignité et votre développement sont les nôtres. Le peuple iranien sera toujours à vos côtés. »
Tout en affirmant que le nouvel ordre mondial doit être global et juste, permettant à tous les peuples de participer à la gestion des affaires du monde, il a rendu un vibrant hommage aux Libanais et surtout aux jeunes moujahidine, leur criant : « L'avenir est à vous. Nous sommes fiers de vous, et nous serons toujours à vos côtés».

ASSASSINAT HARIRI : MANIPULATION POUR CREER DES DISSENSIONS
 Évoquant la manipulation de l’enquête sur l’assassinat de l’ancien premier ministre libanais, Rafic Hariri, le président iranien a déclaré : "Au Liban, un ami et un patriote a été assassiné de manière vicieuse. Maintenant, en fabriquant des informations et en manipulant un système légal, ils (l'Occident) accusent d'autres amis  du crime", a précisé M. Ahmadinejad, en référence au Tribunal spécial pour le Liban (TSL).
"Ils tentent de parvenir à leurs fins en créant des dissensions" entre Libanais, a-t-il encore assuré.
 
LE MONDE EST A LA VEILLE D’UN GRAND CHANGEMENT
Le président iranien a en outre affirmé que le monde est à la veille d'un grand changement qui commence dans cette région. Il rappelle que les « arrogants » ont utilisé leur force pendant des siècles pour contrôler la région, et à travers elle, le monde. Rien ne les a arrêtés pour imposer leur volonté et ils ont bafoué les aspirations des peuples, leurs cultures et leur dignité. Il a souligné que leur pensée matérialiste est en contradiction avec les principes religieux...
Dans une allusion indirecte au changement de pouvoir aux États-Unis, il a affirmé que les anciens colonisateurs et esclavagistes ont essuyé une violente défaite. Ils ont modifié leurs traits, mais le plan est toujours le même .
 
ISRAEL CREE POUR COMPENSER LES DEGATS DE SECONDE GUERRE MONDIALE
S’agissant de l’entité sioniste, M.Ahmadinejad a réitéré qu’ « Israël » a été crée pour compenser les dégâts de
la Seconde Guerre mondiale et profitant d'un moment d'égarement des Arabes. « Ils ont implanté une entité hostile et lui ont donné les moyens d'imposer sa force, tout en couvrant ses crimes. Voyez-vous dans le registre des sionistes autre chose que des crimes ?... »
Il a ajouté que cette entité est la concrétisation du projet capitaliste et, pour preuve, il a relevé l'appui unanime dont bénéficie « Israël ». Mais M.Ahmadinejad affirme que les peuples ont d'autres aspirations.  
Il a en outre attiré l'attention des présents sur le fait que lorsqu'ils envahissent un pays, les ennemis misent sur la discorde et les divergences religieuses et ethniques. C'est, poursuit-il, ce qui s'est passé en Irak. Il ajoute que les ennemis ne veulent pas d'un peuple fort et uni pour pouvoir lui imposer leurs volontés.
« Heureusement, grâce à l'éveil des peuples, le plan a été découvert. Les peuples connaissent désormais l'importance de l'unité », conclut-il .
 
ENQUETE INDEPENDANTE SUR LES ATTENTATS DU 11 SEPTEMBRE
Évoquant les événements « douloureux » du 11 septembre 2001 aux États-Unis, M.Ahmadinejad réclame la formation d'une équipe indépendante chargée d'enquêter sur les dessous de ces tragiques événements, d'autant que l’administration américaine en a profité pour envahir l'Afghanistan puis l'Irak.
Ces événements ont ainsi servi de prétexte pour atteindre des objectifs impérialistes. Pour connaître la vérité, il faut ouvrir les boîtes noires, insiste-t-il.
Selon lui, c'est une issue honorable pour tout le monde car il semble de plus en plus clair que ces événements ont été accomplis selon un plan préétabli ayant des objectifs expansionnistes. 
 Pour M.Ahmadinejad, la solution consiste dans le retrait (des Américains) de la région, la présentation d'excuses aux populations et le versement d'indemnités. « Sinon, les peuples de la région, avec l'aide de Dieu, les expulseront et livreront les coupables à la justice.


AHMADINEJAD RECLAME LA LIBERATION DES DETENUS PAR ISRAEL
Le président iranien a également évoqué les milliers de détenus palestiniens dans les geoles israéliennes et il informe les présents que l'épouse et le fils de Mohsen Moussaoui, diplomate iranien enlevé au Liban en 1982, font partie de la délégation qui l'accompagne.
 Il ajouté que ce diplomate et ses trois compagnons sont encore vivants et retenus en otages en « Israël ». Il réclame pour eux la visite de
la Croix-Rouge et la libération, avec les autres « otages palestiniens ».
 
NECESSITE DU RETRAIT DES ENVAHISSEURS, SINON LES CYCLONES DES PEUPLES LES EMPORTERONT
Le président iranien a rappelé comment l'entité israélienne a essuyé des défaites en 1982, à l’issue de l’agression israélienne contre le Liban en 2006 et la dernière riposte courageuse de l'armée libanaise (à Adaïssé). Il assure que ces défaites ainsi que la résistance héroïque à Gaza montrent la faiblesse de l'entité israélienne.
« Se sentant dans une impasse, celui-ci (Israël) peut chercher à provoquer des étincelles, dit-il, mais chaque étincelle ne fera qu'accélérer sa chute (...). Ils parlent de paix et continuent de s'étendre en bafouant les droits palestiniens et les résolutions internationales. L'entité sioniste est raciste et signifie l’expulsion d'un million et demi d'habitants originaires des territoires occupés. »
M.Ahmadinejad a poursuivi que la solution consiste dans « la reconnaissance des droits des Palestiniens et dans le retour des envahisseurs vers leurs pays d'origine, sinon les cyclones du peuple palestinien et des autres peuples libres les
emporteront. »
 Ahmadinejad demande à certains régimes de la région d'écouter leurs peuples, qui appuient les Palestiniens. «Quant à ceux qui protègent l'entité sioniste, ils doivent savoir qu'ils doivent mettre un terme à son hégémonie et ils doivent réparer le mal qu'ils ont fait. S'ils se sentent coupables à l'égard des sionistes, ils n'ont qu'à leur donner des compensations chez eux. »

LA POLLUTION DUE AU CAPITALISME SAUVAGE
Evoquant les modifications climatique, le président iranien a assuré que la pollution de l'air, les changements climatiques, et la crise économique sont dus au système unilatéral et au capitalisme sauvage qui bafoue les valeurs humaines ... 
AlManar et Orient Le Jour
Publié le 14 octobre 2010

Source : Al Manar
http://www.almanar.com.lb/...

http://www.palestine-solidarite.org/discours.Ahmadinejad.141010.htm


Les commentaires sont fermés.