Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/10/2010

n° 459 - journal de l'Afghanistan - 11-10 au 28 -10 / Fin : La débâcle en Afghanistan : les troupes britanniques se retirent de Sangin.

n° 459 -  journal de l'Afghanistan -  11-10 au 28 -10 /  Fin : La débâcle en Afghanistan : les troupes britanniques se retirent de Sangin.



Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



journal de l'Afghanistan

n° 459 - du 11-10 au 28 -10

C.De Broeder & M.Lemaire



Avant propos

La guerre menée par le terrorisme contre ses adversaires déclarés est tout à fait invraisemblable.

Pour être crédible, cette histoire exigerait triplement et simultanément une excessive stupidité des terroristes, une incompétence extravagante des services policiers, et une folle irresponsabilité des médias. Cette invraisemblance est telle qu'il est impossible d'admettre que le terrorisme soit réellement ce qu'il prétend être’.

(MICHEL BOUNAN)

 

·                     Les médias occidentaux pro USA usent d’un terme générique- Al Qaida- Taliban - pour désigner tous les résistants .... idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes

Ps : Avant de vous lancer dans la lecture du journal, noter ceci: 'Al Qaïda'  & Al-Zarqaoui, Ben Laden Mollah Omar  = concept réducteur inventé par les Usa, pour désigner la résistance. Idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes

 



 Le "journal de l'Afghanistan" est  visible :

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site :  www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

c) sur le site de Robert Bibeau :  : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) sur le site de eva R-sistons: - http://no-war.over-blog.com/

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire.

3 Politique

2) occupants 



b) Les occupants 

1) Usa

Dans les coulisses et au sénat

Le Pentagone soulagé pour le budget de l'armée britannique.

Le département américain de la Defense s'est réjoui mercredi du maintien des capacités militaires de la Grande-Bretagne en dépit de la cure d'austérité imposée par le gouvernement de David Cameron.

"Nous avons confiance dans le fait que le Royaume-Uni continuera d'avoir la capacité de fournir des forces de combat de très haut niveau en Afghanistan et pour d'autres missions futures liées à la Defense de nos intérêts communs et à la sécurité", a dit Geoff Morrell, chargé de la presse au Pentagone.

"Nous sommes heureux que le Royaume-Uni entende clairement maintenir son rôle historique de nation en pointe qui façonne la sécurité mondiale, avec le quatrième budget militaire le plus élevé de la planète", a-t-il ajouté.

Plusieurs responsables de l'administration Obama, dont la secrétaire d'Etat Hillary Clinton, s'étaient publiquement inquiétés des conséquences potentielles de la politique d'austérité de Londres sur la capacité de l'armée britannique à seconder l'armée américaine sur des théâtres extérieurs.

(Jim Wolf, avec Mohammed Abbas à Londres; Pierre Sérisier, Marine Pennetier et Henri-Pierre André pour le service français)

jeudi 21 octobre

http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLDE69J2OJ20101020


Prisons, exactions & torture 

18-10

Selon des chiffres rendus publics cette année, un millier de personnes sont détenues dans des centres de détention gérés par les forces étrangères en Afghanistan, dont plus de 800 dans la prison de Bagram, qui a été reconstruite et modernisée.

Reuters

 

Un détenu retrouvé mort

Un homme capturé samedi lors d'une opération de l'Isaf dans la province de Kandahar, dans le sud de l'Afghanistan, a été retrouvé mort le lendemain dans sa cellule, a annoncé aujourd’hui la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf).

Reuters
18-10

Les États-Unis ont-ils une prison secrète ?.

Une fondation américaine affirme que des détenus ont été victimes de mauvais traitements dans une prison secrète installée dans l'enceinte de la principale base militaire américaine en Afghanistan.

L'armée américaine admet depuis longtemps l'existence d'une prison à la base militaire de Bagram. D'anciens détenus affirment toutefois, depuis des années, avoir été incarcérés dans une deuxième prison secrète, plus petite, et baptisée «la prison noire».

L'armée américaine a réfuté ces allégations, jeudi, et affirme que toutes ses prisons se conforment aux Conventions de Genève.

Le rapport rendu public jeudi par la Open Society Foundations newyorkaise, une organisation financée par le milliardaire libéral George Soros, énonce une multitude de mauvais traitements qui auraient été infligés aux détenus - notamment une exposition excessive à la lumière et au froid, un manque de nourriture et de couvertures, un manque de sommeil, des examens médicaux réalisés à nu et une interdiction de pratiquer leur religion.

Ces allégations, si elles sont vraies, pourraient tarnir la réputation de l'administration Obama, qui se targue d'avoir amélioré et rendues plus transparentes les conditions de détention qui prévalaient sous George Bush.

L'enquête se base sur des entrevues réalisées avec 18 anciens détenus qui prétendent avoir été incarcérés à la «prison noire», la moitié en 2009 et l'autre moitié cette année. La fondation affirme que leurs récits sont conformes les uns aux autres.

«On ne parle pas d'être menacé de mort lors d'un interrogatoire avec une perceuse électrique contre la tempe, a écrit l'auteur du rapport, Jonathan Horowitz. Il est plutôt question de conditions de détention courantes qui, lorsqu'elles sont prises dans leur ensemble, présentent une image très troublante.»

Les États-Unis reconnaissent détenir des prisonniers en divers endroits avant leur transfert vers la prison principale ou leur remise aux autorités afghanes, mais nient l'existence de la «prison noire».

«Le département de la Defense ne dispose pas de «prisons secrètes»', a indiqué une porte-parole de l'armée américaine. La capitaine Pamela Kunze a précisé que si les coordonnées exactes de certains centres de détention sont gardées secrètes pour des raisons de sécurité, aussi bien la Croix-Rouge que le gouvernement afghan en connaissent néanmoins l'existence.

Les détenus interrogés par la Open Society Foundations affirment que leurs cellules étaient si froides que c'était comme «dormir dans un réfrigérateur». D'autres affirment que la nourriture fournie était de si mauvaise qualité qu'ils ne pouvaient manger que les biscuits qui accompagnaient leurs repas.

Les anciens prisonniers se sont aussi plaints de ne pas avoir été à même de pratiquer correctement leur religion et d'avoir été soumis à des examens médicaux à nu, en dépit de préoccupations culturelles liées à la nudité.

Ils affirment également que les représentants de la Croix-Rouge n'ont pas pu les visiter librement.

La Croix-Rouge a refusé de répondre directement à ces déclarations.

http://www.cyberpresse.ca/international/moyen-orient/201010/14/01-4332491-les-etats-unis-auraient-une-prison-secrete-en-afghanistan.php


Guantanamo

Prisons, exactions & torture  dans le camp de concentration de Guantanamo

Omar Khadr plaide 'librement ' coupable…

Après huit ans dans la controversée prison de Guantanamo, après des années à jurer ne pas avoir commis les crimes qu'on lui reproche, le Canadien Omar Khadr a finalement décidé de plaidé coupable aux cinq chefs d'accusation qui pesaient contre lui en commission militaire, à Guantanamo.

Le seul Occidental encore détenu à la prison américaine dans l'île de Cuba a conclu une entente à l'amiable, qui prévoit qu'après une année supplémentaire de détention aux mains des Américains, il pourra faire une demande pour être transféré au Canada pour y purger le reste de sa peine.(…)

Stoïque, la tête baissée et la voix faible, Omar Khadr a reconnu avoir lancé la grenade qui a tué le soldat Christopher Speer, lors d'une altercation entre les forces armées américaines et un petit groupe d'résistants, en Afghanistan, le 27 juillet 2002.

La veuve du soldat Speer, Tabitha, était dans la salle d'audience et a fondu en larmes lorsque le juge a lu les faits reprochés au jeune Khadr.

Les procédures se poursuivront pendant quelques jours, afin que les sept membres du jury -tous des militaires- puissent entendre des plaidoyers et témoignages pour établir une sentence.

La sentence du jury ne prévaudra que si elle contient un nombre d'années de détention inférieur à la proposition contenu dans l'entente à l'amiable.

Les détails de cette entente seront connus à la fin des procédures, a assuré le juge Patrick Parrish.

Aujourd'hui âgé de 24 ans, Omar Khadr a été capturé en Afghanistan à l'âge de 15 ans.

http://www.cyberpresse.ca/dossiers/omar-khadr/201010/25/01-4335812-omar-khadr-plaide-coupable.php?utm_source=bulletinCBP&utm_medium=email&utm_campaign=retention


«Un cauchemar kafkaïen».

L’ancien détenu de Guantanamo Abdulrahim al-Ginko veut être dédommagé.

Un ancien détenu de Guantanamo de nationalité syrienne, Abdulrahim al-Ginko, réclame un dédommagement financier aux États-Unis pour les «mauvais traitements» et «tortures» subis pendant plus de sept ans, une première depuis l'ouverture de la prison en 2002

Dans une plainte déposée cette semaine devant le tribunal fédéral de Washington, Abdulrahim al-Ginko, 32 ans, rappelle qu'avant d'être accusé d'être un terroriste par les États-Unis, il avait été accusé d'être un espion américain par les  résistants.

En l'innocentant en juin 2009, le juge fédéral Richard Leon, nommé par George W. Bush, avait critiqué l'administration, jugeant qu'en soutenant que M. al-Ginko (surnommé «Janko») devait rester enfermé, elle adoptait «une position qui défie le bon sens».

Dans sa plainte, Janko évoque «un cauchemar kafkaïen».

L'ancien détenu, qui a été libéré en octobre dans un pays européen, avait quitté les Emirats arabes Unis où il vivait avec sa famille pour l'Afghanistan fin 1999, avec la volonté d'y trouver un moyen d'immigrer en Europe. Arrêté en 2002 par les  résistants, il avait été maltraité et violemment torturé jusqu'à avouer être un espion américain dans une séquence vidéo.

C'est cette même séquence vidéo que l'armée américaine a ensuite pris comme base pour l'accuser d'être un membre d'Al-Qaïda et l'expédier à Guantanamo.

Sous l'effet des mauvais traitements et de l'absence de soins médicaux adéquats notamment pour un genou cassé lors d'un interrogatoire ou des calculs rénaux, l'homme a tenté 17 fois de se suicider, selon ses avocats.

Au bout du compte, l'ancien détenu a perdu «plusieurs doigts, l'usage de la main droite» et souffre de graves troubles mentaux et de sommeil, rappellent-ils. Il a «perdu 10 ans de sa vie avec un impact catastrophique dans sa capacité à gagner sa vie, il vit comme un exilé dans un pays dont il ne parle pas la langue».

Sans préciser aucun montant, il réclame aux États-Unis des indemnités compensatoires pour ses frais médicaux et l'argent non gagné pendant sa détention, ainsi qu'une «amende pour l'exemple» au titre du préjudice subi.

Son dossier a à nouveau été confié au même juge Leon.

14 octobre

http://www.cyberpresse.ca/international/etats-unis/201010/08/01-4330889-un-ancien-detenu-de-guantanamo-veut-etre-dedommage.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_lire_aussi_4332491_article_POS1


Les voisins

Iran

Lutte contre la drogue afghane: l'Iran verse 600 M USD par an.
Téhéran dépense chaque année plus de 600 millions de dollars à la lutte contre le trafic de drogue en provenance d'Afghanistan, a annoncé aux journalistes Seyed Gholamreza Mirmohammad-Meyguni, consul général d'Iran à Astrakhan (sud de la Russie).
"Victime du trafic de drogue, l'Iran s'engage à lutter en renforçant les mesures de sécurité.

Plus de 600 millions de dollars sont versés annuellement pour mettre fin au trafic", a déclaré le consul général.
Selon lui, de nombreux policiers iraniens trouvent la mort en luttant contre les clans de la drogue.
"Nous espérons qu'avec l'ensemble des pays caspiens nous viendrons à bout de ce fléau dans la région", a insisté le diplomate.
Astrakhan accueille mardi une réunion consacrée à la lutte contre le trafic de drogue dans la région de la mer Caspienne.
http://fr.rian.ru/world/20101012/187613813.html

 

Russie

Drogue afghane: Moscou constate l'échec de la stratégie otanienne
La stratégie otanienne de lutte contre la drogue en Afghanistan a subi un échec total, a déclaré mardi à Astrakhan (sud de la Russie) le directeur du Service russe de contrôle de stupéfiants, Viktor Ivanov.
L'OTAN a refusé de détruire des plantations de drogue dans le pays pour se consacrer au démantèlement des laboratoires, a rappelé le responsable.

Depuis le début de l'année 2010, 2.000 ha seulement ont été détruits, le nombre de laboratoires ayant augmenté de 2,5 fois pour atteindre 425.

En 2008, leur nombre s'était chiffré à 175, a indiqué M. Ivanov lors d'une réunion consacrée à la lutte contre le trafic de drogue dans la région de la mer Caspienne.

.

13/10/2010
http://fr.rian.ru/world/20101012/187616707.html

 

Moscou pourrait rejoindre le projet de gazoduc transafghan.

Le groupe Gazprom pourrait prendre part au projet TAPI (Turkménistan-Afghanistan-Pakistan-Inde) prévoyant la construction d'un gazoduc transafghan, a déclaré vendredi le vice-premier ministre Igor Setchine chargé du secteur énergétique russe.
Selon lui, ce thème a été évoqué lors de négociations entre les parties russe et turkmène.
"Nous examinons de nouveaux projets, notamment la possibilité d'associer Gazprom au projet de gazoduc TAPI", a annoncé M.Setchine.
Ce projet a vu le jour en 1995 à l'initiative du Turkménistan et du Pakistan. En 2002, les quatre gouvernements concernés ont signé un accord sur la construction d'une conduite longue de
1.600 km qui devrait alimenter le Pakistan, l'Inde et l'Afghanistan en gaz turkmène. Mais la guerre en Afghanistan a empêché la réalisation du projet dont le coût est évalué à quelque 4 milliards de dollars.
Interrogé sur la forme de la participation de Gazprom à la mise en place du pipeline, M.Setchine a répondu: "Le groupe a beaucoup de propositions à faire, et sa participation pourrait prendre des formes très variées".
D'après lui, Gazprom "pourrait intervenir comme maître d'œuvre, concepteur-projeteur ou associé".

 22/10

http://fr.rian.ru/energetics/20101022/187692900.html



Dans le monde

Australie

19-10

Le Premier ministre australien Julia Gillard, a déclaré que son pays sera engagée en Afghanistan pour "au moins les dix prochaines années".  
Gillard qui a mis en garde contre "les jours difficiles" dans la lutte contre les résistants, a indiqué que le gouvernement australien était décidé à rester aux côtés de son principal allié, les Etats-Unis, dans cette horrible guerre.

AFP

Les chances de succès de l'Australie en Afghanistan sont faibles…

Les soldats australiens seront morts pour rien une fois que les troupes étrangères se seront retirées d'Afghanistan, a estimé un ancien officier de la Defense mercredi.
La mission de l'Australie en Afghanistan consiste à former les forces afghanes jusqu'au moment où elles pourront assurer la sécurité en Oruzgan et aussi aider le gouvernement provincial à fonctionner de façon autonome.
Selon le professeur Hugh White, actuel chef du Centre des Etudes de Stratégie et de Defense à l'Université Nationale d'Australie, les troupes australiennes pourraient être retirées du sud de la province d'Oruzgan d'ici trois ans.
"La province d'Oruzgan ressemblera énormément à ce qu'elle est aujourd'hui, l'Afghanistan ressemblera énormément à ce qu'il est aujourd'hui", a déclaré mercredi M. White à Sky News.
"Ainsi, les Australiens qui sont morts là-bas seront morts pour rien."
Le professeur a également indiqué que le débat sur l'engagement de l'Australie en Afghanistan pour neuf ans, qui doit commencer la semaine prochaine au Parlement, devrait se concentrer sur la faiblesse des décisions stratégiques.
"Cela fait maintenant un long moment que nous sommes en Afghanistan, les chances de succès sont très faibles", a-t-il déclaré, ajoutant que le plus important est d'améliorer la qualité de la prise de décision au sein du gouvernement, plutôt que la qualité du débat.
Le Premier ministre australien a confirmé que le parlement discutera du dossier afghan et du rôle de l'Australie dans la coalition dirigée par l'OTAN d'ici la fin de l'année.
Le ministre de
la Defense, Stephen Smith, a indiqué que le débat permettra à chacun des 150 membres de la chambre des représentants du Parlement d'avoir l'opportunité de donner son avis sur l'engagement du pays dans la guerre.
Officiellement depuis 2002,
21 soldats australiens sont morts en Afghanistan et 151 autres ont été blessés.

Source: xinhua

 

Belgique

La Belgique va dépêcher seize instructeurs supplémentaires en Afghanistan

(Belga) La Belgique va dépêcher seize instructeurs supplémentaires en Afghanistan - dont huit pour former une compagnie de soldats mongols à la protection de l'aéroport de Kaboul - tout en restant dans l'enveloppe des 626 militaires fixée en avril dernier, a annoncé jeudi le ministre de la Defense, Pieter De Crem.

Il y avait une "demande urgente" de la part du commandant en chef des forces internationales en Afghanistan, le général américain David Petraeus, et "on (le gouvernement) a répondu positivement", a indiqué M. De Crem à quelques journalistes en marge d'une réunion ministérielle à l'OTAN.

Ces huit instructeurs doivent former une unité de l'armée mongole à des tâches sur l'aéroport international de Kaboul (KAIA, dont des troupes belges assurent la protection depuis plusieurs années) "aux mêmes missions que celles que nous assurons", a-t-il ajouté. Cette décision du gouvernement belge a été communiquée mercredi au général Petreaus, lors d'une rencontre à Bruxelles avec le Premier ministre Yves Leterme, qui avait évoqué des "glissements" possibles dans la contribution belge. Huit autres instructeurs belges seront dépêchés à Kaboul et à Kandahar (sud) pour instruire des militaires afghans à la gestion des aéroports de ces deux villes, a poursuivi M. De Crem.

La Belgique restera ainsi dans la limite des 626 hommes décidé en avril par le gouvernement.

La Mongolie est l'un des 47 pays contribuant à la force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF, dirigée par l'OTAN) à laquelle elle fournit 195 hommes. (VIM)

http://levif.rnews.be/fr/news/belga-politique/la-belgique-va-depecher-seize-instructeurs-supplementaires-en-afghanistan/article-1194835667184.htm

 

Ecolo réclame plus de transparence.

La députée Ecolo Juliette Boulet a réclamé mercredi plus de transparence sur les opérations menées par les soldats belges en Afghanistan, au lendemain de la diffusion d'images de soldats belges pris sous le feu dans le nord du pays.
La députée Ecolo Juliette Boulet : "Même si, aux dires du ministre de
la Defense (Pieter De Crem), ces vidéos, enregistrées par deux militaires, sont connues depuis des mois, elles illustrent le besoin des militaires belges de dire la vérité sur ce qu'il se passe au quotidien sur le terrain", fait observer la députée, membre de la Commission de la Defense de la Chambre.

A ses yeux, ces images rappellent également "le profond décalage entre la réalité sur place et les propos rassurants du ministre De Crem (...) qui a plusieurs fois affirmé que les soldats ne seraient pas engagés 'sur le terrain'".

Le groupe Ecolo-Groen! rappelle sa volonté de revoir la stratégie actuelle en Afghanistan "car il est clair que l'approche militaire unilatérale ne fonctionne pas". "Il est notamment important de rétablir l'équilibre entre les 109 millions d'euros de dépenses militaires belges en Afghanistan et les 12 millions d'euros consacrés par la Belgique à la reconstruction du pays", souligne Mme Boulet.

Le ministère de la Defense avait contesté mardi le caractère inédit des images diffusées et jugé qu'elles prouvaient l'adéquation de la réaction des militaires belges ainsi que la qualité de leur équipement, de même qu'elle démontraient "ce que le ministre De Crem a toujours dit: le risque zéro n'existe pas".

(LEE)

http://www.rtlinfo.be/info/belgique/politique/745103/afghanistan-ecolo-reclame-plus-de-transparence

http://lcn.canoe.ca/lcn/infos/national/archives/2010/10/20101018-211356.html

 

France

Les militaires français pourraient transiter par la Russie

 Le gouvernement russe a approuvé un accord russo-français sur le transit de matériel et de personnel militaire français dans le cadre de l'opération de la Force internationale d'assistance à la sécurité en Afghanistan (ISAF), selon le service de presse du gouvernement russe.
La Russie autorise ainsi le transit de matériel, d'armements et de militaires français vers l'Afghanistan.
Le document doit désormais être soumis à la ratification par
la Douma (chambre basse du parlement russe).
Moscou a conclu des accords analogues avec les Etats-Unis, l'Allemagne, l'Espagne, ainsi qu'avec l'OTAN en tant qu'organisation.
L'ISAF a lancé son opération en 2001, peu après les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis. Actuellement, la quasi-moitié du transit militaire est effectuée via le territoire russe et la base militaire de Manas située au Kirghizstan, l'itinéraire passant par le Pakistan étant la cible d'attaques constantes.

11 octobre

http://fr.rian.ru/world/20101011/187604374.html

 

Aude Leroy : "L’armée n’aime pas les gens blessés"

Nb

EXCLU : Les premiers soldats français blessés au front témoignent de leur sentiment d'abandon.

2010 est l’année la plus douloureuse pour l’armée française déployée en Afghanistan. La nette recrudescence a fait bondir le nombre de soldats blessés, 200 soldats depuis 2007.

La Grande Muette porte bien son nom lorsqu’il s’agit d’évoquer le sort des militaires français blessés au combat en Afghanistan.

Or, le début d’un malaise se fait ressentir parmi ces militaires, qui ont l’impression d’avoir été oubliés alors même qu’ils sont revenus du front mutilés. Aude Leroy, journaliste à Europe 1, a pu recueillir les témoignages de deux d'entre eux.

"L’armée m’a carrément abandonné"

Cette omerta, Chad (son prénom a été modifié) a décidé de la briser en racontant son parcours.

Ce militaire âgé de 28 ans a sauté sur une bombe artisanale près de Kaboul il y a quelques années.

Sa blessure a été très mal soignée et depuis, il passe ses journées chez lui, oublié de sa hiérarchie et de ses frères d'armes. Un isolement et une absence de reconnaissance que ce militaire vit mal.

"L’armée m’a carrément abandonné", déplore-t-il :  Quel suivi psychologique ?

D’autres, même s’ils ne sont pas blessés physiquement, reviennent traumatisés d’Afghanistan.

Des séquelles psychologiquement comme Norman continue de subir des années après, malgré son expérience : il a servi 17 ans dans l’armée.

En 2005, son véhicule saute sur un engin explosif improvisé. Dix jours d'infirmerie et une oreille droite abîmée plus tard, il retourne en France mais n’efface pas ses séquelles psychologiques.

"Je ne pense pas avoir été bien suivi", accuse-t-il :

L’armée française a depuis pris conscience des lacunes de son accompagnement pour les soldats blessés sur le champ de bataille. Elle a ainsi mis en place à Chypre un sas de décompression pour tous les soldats qui reviennent du front. Inspiré de son homologue américain, cette étape permet au soldat de mieux tourner la page.

En marche pour une reconnaissance

Mais, ce qui fait le plus de mal aux proches de ces tués et de ces blessés, c'est que cette guerre paraît oubliée en France, que personne ne mesure ce que ces hommes donnent. La mère d’un soldat qui a perdu la jambe gauche en mai dernier en Afghanistan l'explique sans détour.

"Les trois quart des Français ne se rendent pas compte", témoigne-t-elle :

A l'initiative de femmes de militaires, une marche silencieuse sera organisée le 30 octobre à Paris. Une marche à l'américaine pour faire reconnaître le travail, l'engagement, les souffrances de ceux qui se battent là-bas pour la France. (…)

Par Europe1.fr avec Aude Leroy

21 octobre

http://www.europe1.fr/France/L-armee-n-aime-pas-les-gens-blesses-293607/


Grande-Bretagne

Budget de l'armée britannique.

Mardi, le gouvernement britannique a dévoilé le premier état des lieux des forces armées britanniques depuis 1998 qui s'inscrit dans une série de coupes budgétaires destinées à résorber le déficit record de la Grande-Bretagne.

David Cameron, le Premier ministre, a annoncé que le budget de la Defense serait réduit de 8% hors inflation sur quatre ans. Les effectifs de l'armée de terre seront réduits de 7.000 personnes et que ceux de la Royal Navy et de la Royal Air Force le seraient de 5.000 chacun. Les programmes d'équipement seront également affectés.

Mais les efforts réclamés à la Defense britannique sont moins importants que les 25% de réduction en moyenne des budgets des différents ministères.

 (Jim Wolf, avec Mohammed Abbas à Londres; Pierre Sérisier, Marine Pennetier et Henri-Pierre André pour le service français)

19 octobre

http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLDE69J2OJ20101020

 

Londres, principal partenaire militaire des USA.

La Grande-Bretagne restera le principal partenaire militaire des Etats-Unis, lit-on dans une déclaration de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton consacrée au Rapport de sécurité et de Defense stratégique (Strategic Defense and Security Review) présenté mardi à la chambre des Communes par le premier ministre David Cameron.

"Nous apprécions hautement la contribution de la Grande-Bretagne à la sécurité internationale et le désir de ce pays de maintenir son potentiel militaire, qui a permis à nos forces armées d'agir efficacement main dans la main dans de nombreuses régions du monde", a souligné la chef de la diplomatie américaine.
Le rapport prévoit une coupe de 8% dans le budget militaire du pays.

Davis Cameron a également réaffirmé son intention de réduire de 7.000 personnes les effectifs de l'armée, de 5.000 ceux des Forces aériennes et de 5.000 le personnel de la Marine de guerre.
Dans le même temps, le premier ministre a fait savoir qu'il ne réduirait pas les dépenses pour l'opération en Afghanistan et que les militaires britanniques engagés dans ce pays recevraient des équipements supplémentaires.
Après avoir constaté que Londres avait préparé un rapport très circonstancié, Mme Clinton a souligné que le nouveau budget équilibré permettrait à
la Grande-Bretagne "d'honorer tous ses engagements contractés au sein de l'OTAN et de rester le plus fort partenaire des troupes américaines dans leur désir d'affaiblir le niveau de menaces au XXIe siècle".

20/10/2010

http://fr.rian.ru/


Italie

La guerre secrète de l’Italie

La mort de quatre chasseurs alpins le 9 octobre dans la province afghane de Farah a rouvert le débat sur la participation de l'Italie à la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS).

L'Espresso contredit les déclarations du gouvernement quant au caractère "pacifique" de la mission italienne. 

Le magazine révèle que les soldats mènent en réalité une "guerre secrète", dans laquelle "les militaires italiens combattent tous les jours et tuent des centaines de combattants".

L'Espresso est entré en possession de nouveaux documents secrets à travers le site WikiLeaks, qui décrivent "une série infinie d'affrontements, avec des raids aériens ainsi que des raids dans les villages.

Une mission dans laquelle on trouve des traîtres et des agents doubles, avec des militaires afghans entraînés par l'OTAN qui aident les  résistants, et des doutes quant à l'utilisation effective par le gouvernement de Kaboul de centaines de millions d'euros d'aides –en provenance, entre autres, d'Italie – destinés à la reconstruction du pays".

L'Espresso,

15 octobre 2010

http://www.presseurop.eu/fr/content/news-brief-cover/362211-la-guerre-secrete-de-l-italie


Suede

La guerre en Afghanistan divise le Parlement

"La mort ne change pas la tactique suédoise" en Afghanistan, note le Svenska Dagbladet après le décès, le 16 octobre, d’un cinquième soldat suédois depuis 2001.

Pourtant, à Stockholm, cet événement est "un appel à l’union nationale" au Parlement, estime le quotidien. Car en Suède, la décision d’engager des soldats dans un conflit à l’étranger a toujours été prise par consensus entre les sociaux-démocrates et les partis conservateur et du centre.

Mais aujourd’hui, pour la première fois, le Parlement est divisé. Le gouvernement veut prolonger le mandat des 500 soldats déployés en Afghanistan, tandis que les sociaux-démocrates et les Verts exigent leur retrait. Et l’entrée au Parlement du parti de l´extrême droite, les Démocrates de Suède, dont la position peut faire basculer la décision, complique encore la situation.

Svenska Dagbladet

18 octobre 2010

http://www.presseurop.eu/fr/content/news-brief-cover/363001-la-guerre-en-afghanistan-divise-le-parlement 



2 Les organisations mondiales

2 Nations unies

Les Nations unies maintiendront leur présence dans la province afghane de Hérat (ouest) malgré l'attaque kamikaze samedi dernier contre la mission d'assistance(…)  de l'ONU, a déclaré un porte-parole du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.
"Les Nations unies continueront à maintenir leur présence et leurs activités à Hérat (capitale de la province, ndlr) pour le bien de la population et en soutien aux autorités afghanes", stipule le communiqué.
Un groupe de  résistants a attaqué samedi la mission d'assistance de l'ONU en Afghanistan dans la province de Hérat sans faire de victimes parmi les employés.
Selon le numéro deux de la police de Hérat, Delawar Shah Delawar, jusqu'à trois assaillants se sont infiltrés dans le bâtiment, deux autres se sont fait exploser près de l'entrée du bureau.

Deux gardiens de la mission ont été blessés dans l'explosion du véhicule.

25/10/2010

http://fr.rian.ru/world/20101024/187702664.html


3 Comité international de la Croix-Rouge

Le nombre de victimes de la guerre en nette progression.

Le nombre de patients présentant des blessures de guerre a atteint un niveau sans précédent cet été au principal hôpital de la province de Kandahar, dans le sud de l'Afghanistan, rapporte la Croix-Rouge.

Alors que les combats s'intensifiaient en prélude à une grande opération de l'Otan dans la région, l'hôpital Mirwais a accueilli en août et septembre un millier de patients blessés par des armes, soit près de deux fois plus que pour la période correspondante de 2009, selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui soutient l'hôpital.

"Ce n'est que la partie émergée de l'iceberg, car ceux qui souffrent d'autres types de blessures ou contractent des maladies résultant indirectement du conflit dépassent largement en nombre les patients blessés par des armes", a déclaré Reto Stocker, chef de la délégation du CICR à Kaboul.

Les forces afghanes et de l'Otan ont officiellement lancé fin septembre l'opération "Frappe du Dragon" en attaquant des bastions des taliban dans leur fief autour de Kandahar.

Cependant, une grande partie des zones visées avaient déjà été pendant des semaines le théâtre de combats acharnés, les forces étrangères tentant de reprendre du terrain aux résistants tandis que le gouvernement s'efforçait de "regagner les cœurs".

L'intensification des combats a souvent des répercussions sur la santé publique.

DÉPLACEMENTS DIFFICILES

Craignant les déplacements en raison de l'absence de sécurité, les mères amènent souvent leurs enfants à l'hôpital trop tard pour qu'ils puissent être soignés, et d'autres sont retenus aux barrages routiers, relève le CICR.

"Le résultat est que des enfants meurent du tétanos, de la rougeole et de la tuberculose - que l'on pourrait facilement prévenir par la vaccination - que des femmes meurent en couche et que des hommes par ailleurs en bonne santé succombent à de simples infections", a déploré Stocker.

Les violences en Afghanistan ont atteint un niveau sans précédent depuis le renversement des taliban, fin 2001. Dans tous les camps, le nombre de victimes augmente et les civils, pris au milieu des tirs, sont particulièrement touchés.

Selon un rapport des Nations unies portant sur le premier semestre de 2010, le nombre de civils tués a progressé de près d'un tiers par rapport à la période correspondante de 2009.

Le nombre de patients traités par l'hôpital Mirwais peut aussi inclure des résistants et des membres des forces de sécurité afghanes car l'hôpital ne fait pas de distinction lors de l'enregistrement des malades, a précisé Bijan Farnoudi, porte-parole du CICR à Kaboul.

Le CICR note par ailleurs que son travail devient de plus en plus compliqué en raison de la présence sur le territoire afghan de groupes armés de plus en plus fragmentés et éparpillés.

"Notre principal défi consiste à maintenir l'accès aux régions les plus touchées par les combats, mais l'augmentation du nombre de groupes armés rend cela très difficile pour nous", a dit Stocker.

Avec un personnel basé en Afghanistan de plus de 1.500 personnes, dont près de 150 étrangers, le CICR fournit une aide humanitaire et inspecte les centres de détention du pays en s'efforçant d'être en contact avec "toutes les parties au conflit".

 12/10

http://www.lexpress.fr/actualites/2/le-nombre-de-victimes-afghanes-de-la-guerre-en-nette-progression_927234.html



Provinces Afghanes

Carte cliquer dans l'image : http://en.wikipedia.org/wiki/Image:AfghanistanNumbered.png 

AfghanistanNumbered.png‎ (181KB, MIME type: image/png  



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

Les commentaires sont fermés.