Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/11/2010

n°556 - Journal de Palestine - 20-10 au 09-11 - Suite - : Mechaal: L'administration américaine est incapable de faire quelque chose pour nous

n°556 - Journal de Palestine - 20-10 au 09-11 -  Suite - : Mechaal: L'administration américaine est incapable de faire quelque chose pour nous



          Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

     Sa diffusion est un acte de résistance.

                 Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre.

Les médias occidentaux dans leur large majorité ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



Journal de Palestine 

n°556                       20-10 au 09-11

C.De Broeder    &   M.Lemaire



Vous retrouverez ce journal 

a) sur mes blog : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

 

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

 

d) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

NB : Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire

3 Politique

Politique Palestinienne

Politique Israélienne

 



3 Politique

a) Politique Palestinienne

1-1 Processus de paix.

Abbas met en garde contre une montée de l'extrémisme si la paix échoue.

Le président Abbas a mis en garde contre une montée de l'extrémisme si le processus de paix venait à échouer, lors d'une interview exclusive diffusée dimanche par la télévision publique israélienne.

"Le désespoir alimentera l'extrémisme" a averti le dirigeant palestinien interrogé sur la possibilité d'un échec, tout en déclarant qu'il gardait "de grands espoirs dans les efforts américains" de relancer le dialogue et en écartant l'hypothèse d'une "nouvelle Intifada".

Il a répété l'opposition des Palestiniens à négocier sans un gel complet de la colonisation par Israël, soulignant qu'il s'agit là d'une demande avancée par l'ensemble de la communauté internationale, notamment les Etats-Unis et l'Europe, et que les Palestiniens ne pouvaient être en retrait.

Il a réaffirmé que les Palestiniens n'avaient pas à reconnaître le caractère juif de l'Etat d'Israël vu qu'ils ont déjà reconnu l'Etat.

Il a rappelé à ce propos que l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP), dont il est à la tête, avait déjà reconnu en 1993 "le droit à l'existence d'Israël" en signant en septembre 1993 les accords d'Oslo de reconnaissance mutuelle.

"Il suffit que nous ayons reconnu Israël. Voilà, c'est un Etat juif. Vous pouvez en faire l'Etat que vous voulez, c'est votre droit, mais ne demandez pas de le reconnaître comme Etat juif", a-t-il lancé à destination des téléspectateurs israéliens.

"Vous ne l'avez pas demandé à l'Egypte, pas à la Jordanie ni à aucun Etat du monde", a-t-il rappelé.

"Tous les jours, vous (les Israéliens) venez avec une nouvelle exigence.

Cela suffit" a ironisé M. Abbas, un sourire aux lèvres. Il parlait en arabe, l'interview étant sous-titrée en hébreu.

Les négociations directes, relancées le 2 septembre à Washington, après 20 mois de suspension, sont à nouveau interrompues en raison du différend entre Israéliens et Palestiniens au sujet de la poursuite de la colonisation par Israël.

AFP.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iQKGSBTkfeRCADOo8zqT0yd00B5w?docId=CNG.2af5526021d4fb9e8c9306f1ce8b643b.1111


1-3 Sur le terrain.

Les milices du harki Mahmoud Abbas kidnappent le député Abdul-Rahman Zaidan
Les milices fidèles à l'ex-président de l'autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, ont enlevé le député de la province de Toulkarem, l'ingénieur Abdul-Rahman Zaidan, suite à un assaut barbare dans sa maison, en l'emmenant à Toulkarem.
Le secrétaire du conseil législatif palestinien, Dr. Mahmoud al-Rumhi, a déclaré au correspondant du centre palestinien d'information qui les informations montrent que de grandes forces des services de sécurité de l'autorité de Fatah, à Ramallah, ont encerclé la maison du député Zaidan, aujourd'hui à l'aube, le mardi 21/9, et puis elles l'ont attaquée après avoir cassé son entrée principale.
"Ces forces ont fouillé la maison et ont cassé ses contenus, confisquant le téléphone portable et l'ordinateur du député", a-t-il ajouté.
Il a poursuivi que les miliciens d'Abbas ont informé le député que ce crime est un message au mouvement du Hamas et aux députés en Cisjordanie qu'ils seront frappés, sous prétexte qu'il a accusé les milices d'Abbas d'être impliqués à l'assassinat du leader d'al-Qassam, Eyad Shalbaya.
Al-Rumhi a assuré que le député Zaidan a condamné les pratiques inhumaines des forces d'Abbas en leur informant qu'elles violent les normes juridiques et agressent un député élu, mais elles lui ont enlevé et emmené à leur siège à Toulkarem, où il s'expose aux menaces et aux insultes.
Les soldats d'Abbas ont menacé le député Zaidan en disant: "L''immunité des députés ne compte plus à partir d'aujourd'hui".
"Ils ont également laissé le député Zaidan dans l'une des rues de Toulkarem où il a contacté l'un de ses proches pour lui retourner à sa maison", a poursuivi al-Rumhi, en déclarant que cette attaque représente un fait dangereux, sans précédent, qui confirme le niveau des violations agressives des milices d'Abbas contre la loi en Cisjordanie.
Il a appelé toutes les factions palestiniens à déterminer avec clarté leur position envers ces crimes, portant l'autorité de Fatah à Ramallah, responsable de toutes les conséquences probables de tels crimes.

Djamal Benmerad
Journaliste, écrivain
Bruxelles 30 11 01

http://www.palestine-info.cc/fr/
http://barricades.over-blog.com/


1-4 Les grandes manœuvres.

Processus de paix: le négociateur palestinien dialogue à Washington

L'émissaire américain au Proche-Orient George Mitchell et le principal négociateur palestinien Saëb Erakat se sont rencontrés jeudi à Washington pour discuter des efforts américains pour poursuivre les négociations de paix israélo-palestiniennes, selon des sources concordantes.

"Il va y avoir dans un avenir proche une réponse américaine à la direction palestinienne sur les efforts américains auprès d'Israël et des partenaires dans la région, concernant l'arrêt de la colonisation pour relancer les négociations", a déclaré à l'AFP par téléphone M. Erakat à l'issue de cette rencontre.

"Nous avons présenté des documents concernant les activités de colonisation israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est qui s'élèvent à plus de 900 unités mises en chantier depuis le 26 septembre", a ajouté M. Erakat, en référence à la date d'expiration du moratoire israélien sur la colonisation en Cisjordanie.

L'entretien avait été précédé mercredi par une rencontre de M. Erakat avec Jeffrey Feltman, sous-secrétaire d'Etat américain chargé du Proche-Orient, a précisé le département d'Etat.

La secrétaire d'Etat Hillary Clinton avait indiqué un peu plus tôt qu'elle prévoyait de rencontrer la semaine prochaine le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui sera en visite aux Etats-Unis.

Relancées le 2 septembre à Washington sous l'égide des Etats-Unis, les négociations israélo-palestiniennes sont interrompues depuis l'expiration le 26 septembre d'un moratoire de dix mois sur les nouvelles constructions dans les colonies juives de Cisjordanie. Pour les reprendre, les Palestiniens exigent un nouveau moratoire, auquel se refuse jusqu'à présent le gouvernement israélien.

(©AFP /

 04 novembre 2010

http://www.romandie.com/infos/news2/101104202741.x4bp0k8w.asp



b) Politique Israélienne

2-3 Sur le terrain.

Proche-Orient: Israël suspend le dialogue avec le Royaume-Uni
(Source: Radio-Canada) Le gouvernement israélien suspend le dialogue stratégique avec le Royaume-Uni en raison d'une loi permettant de poursuivre en justice de présumés criminels de guerre israéliens en visite sur le territoire britannique. Israël est aussi en froid avec l'UNESCO.

 

Le gouvernement israélien a décidé de suspendre le dialogue stratégique avec le Royaume-Uni en raison d'une loi britannique permettant de poursuivre en justice de présumés criminels de guerre israéliens en visite sur son territoire.

Cette loi donne aux tribunaux britanniques une « juridiction universelle » et s'applique aussi aux politiciens étrangers en visite au Royaume-Uni.

Le dialogue stratégique entre les deux pays alliés est organisé chaque année et donne l'occasion aux dirigeants de se pencher sur des questions de défense et de sécurité.

Cette annonce survient au moment d'une visite de deux jours du ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni, William Hague, à Jérusalem. La suspension du dialogue stratégique est prévue au menu des discussions entre les représentants des deux pays.

Israël demande l'amendement de cette loi depuis cinq ans, soulignant que de nombreux fonctionnaires israéliens ont dû annuler leur visite au Royaume-Uni par crainte d'être arrêtés.

Le gouvernement israélien a aussi suspendu, mercredi, sa coopération avec l'UNESCO, pour protester contre sa décision de désigner le Tombeau de Rachel comme étant aussi une mosquée.

Le vice-ministre israélien des Affaires étrangères a déclaré qu'Israël avait « suspendu sa coopération avec l'UNESCO jusqu'à ce qu'elle annule sa décision ». Dans un communiqué, il a qualifié cette décision de « nouvelle tentative pour délégitimer Israël, ourdie par l'Autorité palestinienne. [...] Des décisions comme celle-ci éloignent encore davantage le processus de paix et nuisent à la réputation de l'UNESCO », a-t-il ajouté.

L'UNESCO n'a pas été en mesure de commenter cette décision, selon l'Agence France Presse.

La directrice générale de l'organisation, Irina Bokova, avait exprimé « sa préoccupation » plus tôt en février, lorsque le premier ministre Benyamin Nétanyahou avait annoncé son intention d'inscrire le Tombeau de Rachel et le Caveau des patriarches - situés dans les territoires occupés de Cisjordanie - sur la liste des sites historiques d'Israël.

M. Nétanyahou avait alors promis de garantir « une liberté complète de culte » à toutes les religions. Sa décision avait été condamnée par la communauté internationale, incluant les États-Unis, pays allié d'Israël, en plus de susciter des affrontements dans la ville de Hébron.

L'armée israélienne a annoncé mercredi avoir tué un cadre d'un groupe lié à Al-Qaïda, tel que précisé dans un communiqué.

Selon l'armée israélienne, la frappe aérienne survenue devant le siège de la police du Hamas, à Gaza, visait Mohammed Namnam, membre de l'Armée de l'Islam. M. Namnam aurait joué un rôle dans les attaques contre des cibles américaines et israéliennes au Sinaï, en coopération avec des éléments du Hamas.

L'Armée de l'Islam pourrait s'inspirer d'Al-Qaïda, même si elle n'est pas réputée avoir des liens actifs avec le réseau.

DESINFOS.com

Radio-Canada.ca avec Agence France Presse, Associated Press, Presse canadienne et Al-Jazira

08-11

http://nouvelles.sympatico.ca/monde/proche-orient_israel_suspend_le_dialogue_avec_le_royaume-uni/75bdd45e


2-4 Les grandes manœuvres

Israël va construire une barrière à sa frontière avec …l'Egypte…
Israël a annoncé que la construction d'une barrière le long de sa frontière avec l'Egypte commencerait le mois prochain.

Une commission de sécurité a donné son feu vert pour les travaux, a précisé Tzvi Hauser, secrétaire du cabinet israélien.

La barrière est destinée à empêcher des militants islamistes, des trafiquants de drogue ou encore des migrants africains (…) d'entrer en Israël depuis l'Egypte.

L'Etat hébreu estimerait qu'au moins 1.000 personnes entrent sur son territoire illégalement chaque mois en provenance de l'Egypte.

AP



3 Politique Internationale des territoires occupés

a) Pays Arabes & voisins

Dubai

Assassinat de Mahmoud al-Mabhouh: un suspect arrêté.
Le chef de la police de Dubaï a affirmé, dans une déclaration que l’un des suspects dans l’assassinat d’un cadre du mouvement palestinien Hamas dans l’émirat en janvier avait été arrêté au Canada.
Dans la déclaration reproduite par l’édition en ligne du quotidien officiel al-Ittihad, le général Dahi Khalfan a indiqué que l’homme arrêté "faisait partie du groupe qui a préparé l’attentat, et qu’il a
quitté les Emirats arabes unis avant l’assassinat" de Mahmoud al-Mabhouh.
Le corps de Mahmoud al-Mabhouh, l’un des fondateurs de la branche armée du Hamas, a été retrouvé le 20 janvier dans une chambre d’hôtel de Dubaï. Cet émirat a accusé le Mossad, le service secret israélien, d’avoir commandité l’assassinat, ce que Israël réfute.
Le général Khalfan a indiqué avoir été informé par l’ambassadeur du Canada aux Emirats de l’arrestation du suspect et a répété qu’il était "sûr à 100% que le Mossad est derrière l’assassinat".

Le chef de la police ne donne aucune autre précision sur ce suspect.
Après l’assassinat, la police de Dubaï avait rendu publiques des images de vidéo surveillance montrant que 27 personnes avaient participé à l’opération. L’enquête a montré que tous avaient utilisé de faux passeports britanniques irlandais, français, australiens ou allemands.
Un Israélien, un agent présumé du Mossad, avait été arrêté en juin en Pologne en vertu d’un mandat d’arrêt émis par l’Allemagne. Il avait ensuite été extradé en août vers l’Allemagne mais la justice de ce pays l’avait remis en liberté.

19 octobre

http://www.aloufok.net/spip.php?article2636

http://www.almanar.com.lb


Égypte

L'Egypte poursuit la construction du mur d'acier

L’étape la plus dangereuse

Une énorme grue égyptienne poursuit d’implanter des plaques géantes d'acier dans le sol, près de la porte de Salaheddin, sur la frontière entre la Bande de Gaza et l'Égypte, bien que les Palestiniens ont réussi à percer ces panneaux qui visent à fermer les tunnels souterrains.

La construction du mur d’acier financé par les Etats-Unis se rapproche de sa fin, après l’introduction des plaques d'acier d'une épaisseur de cinq centimètres, et d’une profondeur de 20 mètres dans le sol, sur une distance de 11 kilomètres, en séparant totalement entre la ville de Rafah égyptienne et l’autre palestinienne.

Le maire de Rafah, Aïssa al-Nashar, a affirmé que les autorités égyptiennes travaillent jour et nuit dans les environs de Salaheddin (dans une surface de 2 kilomètres) pour implanter des plaques d'acier dans le sol, en soulignant que les travaux ont repris au début de ce mois, et que cette distance était la seule partie qui restait avant la peprise des travaux d’implantation du mur d’acier».

Al-Nashar a ajouté dans sa déclaration à Qods Presse : "Au début des travaux, l'Egypte a déterminé la construction du mur d'acier sur cette frontière en trois étapes, et qu’elle est arrivée maintenant à la dernière phase, en croyant que les travaux vont s’achever durant cette année, au plus tard".

Le maire a exprimé sa crainte de l'étape après-mur, en disant : "s’ils exécuteront le projet de pompage des eaux de la Méditerranée dans le sous-sol de la frontière; cela aura des effets désastreux et dangereux, non seulement sur les tunnels, mais aussi sur l'air, l'eau et la vie totale dans la Bande de Gaza".

Le souci des Palestiniens durant l’étape finale de ce projet, est l’injection des eaux de la mer dans le sous-sol par les autorités égyptiennes à travers des tuyaux énormes en plastique, où ces eaux arrivent aux profondeurs et causent des effondrements dans le sous-sol et la destruction à des centaines de tunnels, selon les estimations des experts.

Ces tuyaux ont été implantés en parallèle du mur d'acier de façon qu’ils vont empêcher l'infiltration des eaux salée vers le côté égyptien, et vont inonder le côté palestinien, selon un responsable de la sécurité palestinienne et un nombre de propriétaires des tunnels.

"Le danger n'est pas dans la construction du mur, mais dans les autres étapes qui vont suivre", a dit à Qods Presse ce responsable palestinien qui a préféré garder l'anonymat, en ajoutant :"L’injection des eaux de la Méditerranée est la plus dangereuse, car elle entraînera à la destruction de la plupart des tunnels", en s’attendant que les autorités égyptiennes vont commencer l’exécution de ces travaux dangereux durant les premiers mois de l'année prochaine.

Source : CPI

21 octobre
http://www.palestine-info.cc/...
http://www.palestine-solidarite.org/actualite.cpi.211010.htm



b) Le Monde

1 Usa (le parrain)

1 Obama 

Les garanties d’Obama à Netanyahu

Le président des Etats-Unis, Barack Obama, a adressé une lettre au Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, pour lui demander de prolonger le moratoire interrompant l’extension de la colonisation de la Palestine. Ce document n’a pas été rendu public, mais l’administration Obama en a fait fuiter le contenu auprès du Washington Institute ofr Near East Policy (WINEP), le think-tank de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC).

Selon ces sources, les termes de la lettre ont fait l’objet d’une négociation préalable entre le Conseil de sécurité nationale US d’une part et, côté israélien, le ministre de la Défense Ehud Barack et le conseiller du Premier ministre chargé des négociations Yitzhak Molcho.

Il aurait été convenu :
 que l’avenir des colonies juives récemment implantées dans les Territoires palestiniens ne serait pas défini en préalable des négociations, mais serait discuté au cours des négociations ;
 que les Etats-Unis mettront leur veto à toute proposition de résolution concernant Israël, d’où qu’elle vienne, durant la période des négociations, laquelle est fixée à un an ;
 que Washington reconnaît comme légitime les exigences de sécurité d’Israël et ne cherchera pas à les redéfinir. La dotation militaire annuelle des Etats-Unis à Israël, de 3 milliards de dollars, serait augmentée et Tel-Aviv pourrait avoir accès à de nouvelles armes et systèmes de surveillance, y compris satellitaires.

En retour, Israël accepterait de prolonger le moratoire relatif à l’implantation de nouvelles colonies juives en Territoire palestinien pour une durée de deux mois.

Ces négociations sont déjà dépourvues de légitimité au regard de l’absence de représentativité du président de facto de l’Autorité palestinienne ; le mandat électif de celui-ci ayant pris fin le 9 janvier 2009.

Si le contenu de cette lettre est confirmé, les négociations sont également biaisées et ne peuvent que coûter aux Palestiniens. En effet ;
 le droit international déclare illégales les récentes colonies juives, leur retrait n’a donc pas à être négocié, c’est leur maintient qui pourrait l’être ;
 durant l’année de négociations, Israël disposera d’une impunité complète puisqu’aucune résolution ne pourra être adoptée par le Conseil de sécurité à son encontre, quel que soit son comportement ;
 le principe des deux Etats, défendu par Barack Obama à l’ONU, ne signifie pas que ces Etats auront les mêmes droits. Bien au contraire, le territoire du futur Etat palestinien sera considéré comme augmentant la profondeur stratégique d’Israël. Par conséquent l’Etat palestinien ne pourra pas avoir d’armée et devra accepter d’ouvrir son territoire aux besoins de l’armée israélienne. Dans ces conditions, l’Etat palestinien ne sera qu’une fiction comparable aux Bantoustans durant l’apartheid sud-africain, c’est-à-dire un paravent juridique permettant de maintenir l’apartheid entre Palestiniens et Israéliens, sans que le reproche puisse en être fait à Israël.
Enfin
 le moratoire de la colonisation n’étant que de deux mois et Israël ayant l’impunité au Conseil de sécurité, chaque prolongement du moratoire se fera au détriment des Palestiniens contraints de mettre une concession dans la balance pour faire appliquer leur droit.

En définitive, cette fois comme les précédentes, les négociations sont faites pour céder à Israël de nouveaux grignotages et non pour aboutir à la paix

30-09

http://www.voltairenet.org:80/article167116.html


2 Les grandes manœuvres

Les Etats-Unis proposent à Israël de louer la vallée du Jourdain.

Les Etats Unis ont proposé à Israël de louer aux Palestiniens pour sept ans la vallée du Jourdain après la signature d'un accord de paix, a rapporté lundi la radio militaire israélienne.
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu n'a pas rejeté a priori cette idée, mais estimé que cette location "devrait durer plusieurs dizaines d'années", a indiqué la radio, citant des responsables sans les identifier.
"Il est hors de question de discuter d'un bail inférieur à 99 ans", a estimé un ministre israélien cité sous condition d'anonymat par la radio.
Interrogé par l'AFP, un officiel israélien s'est refusé à confirmer ou démentir la proposition américaine.
Il s'est borné à souligner que les "besoins sécuritaires d'Israël exigent le maintien d'une présence israélienne à l'est d'un futur Etat palestinien (dans la vallée du Jourdain, NDLR) pour garantir sa démilitarisation".
M. Netanyahu et son prédécesseur Ehud Olmert ont exigé qu'Israël garde le contrôle de la vallée du Jourdain pour empêcher l'entrée d'armes ou de troupes dans le territoire d'un Etat palestinien, sans préciser les modalités de ce contrôle.
Les Palestiniens ont pour leur part rejeté l'idée du maintien d'une présence sécuritaire israélienne sur le territoire de leur futur Etat, mais se sont dits prêts à envisager le déploiement d'une force de paix étrangère.
"Nous n'avons pas été informés d'une éventuelle location de terres palestiniennes, et si ce projet nous est soumis, nous ne l'accepterons pas", a affirmé aux journalistes Mohammed Shatayeh, un des négociateurs palestiniens.
"Pour nous, il s'agit d'un ballon d'essai lancé par la voie des médias, et nous le rejetons catégoriquement", a-t-il insisté.
La vallée du Jourdain s'étend sur une centaine de kilomètres, dont 80 km en Cisjordanie, depuis le lac de Tibériade, au Nord, jusqu'à la mer Morte, au Sud. Elle est bordée à l'Est par la Jordanie et à l'Ouest par Israël et la Cisjordanie.
Relancées le 2 septembre à Washington sous l'égide des Etats-Unis, les négociations israélo-palestiniennes sont interrompues depuis l'expiration le 26 septembre d'un moratoire de dix mois sur les nouvelles constructions dans les colonies juives de Cisjordanie.
Pour les reprendre, les Palestiniens exigent un nouveau moratoire, auquel se refuse jusqu'à présent le gouvernement israélien.
M. Netanyahu doit se rendre dimanche aux Etats-Unis pour s'exprimer devant les représentants du judaïsme américain. Il rencontrera à cette occasion notamment le vice-président américain Joe Biden.
Le Premier ministre israélien a indiqué que ses discussions porteront "notamment sur la reprise du processus de paix" et que celui-ci visera à conclure "un accord de paix" et à instaurer "la sécurité de l'Etat d'Israël".
Au moment de la visite de M. Netanyahu aux Etats-Unis, le président Obama se trouvera en Asie.

AFP | 01.11

Salutations cordiales

4.11.2010

http://www.robertbibeau.ca/palestine3.html

http://boycottisraelinternational.com
http://www.robertbibeau.ca/palestine.html
robertbibeau@hotmail.com  


Les commentaires sont fermés.