Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/11/2010

n°19 - 11-09 : dossiers Géopolitique : -17-11 – Début - Une douzaine de questions sur le Vol 77.n°19 - 11-09 : dossiers Géopolitique : -17-11 – Début - Une douzaine de questions sur le Vol 77.

 


11-09 :

 n°19 du 17-11

C.De Broeder & M.Lemaire

  Le "dossier  - Géopolitique du 11-09 " est  visible  sur nos blogs :



Sommaire :  

1  Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

1-1 Steve Watson : Explosions secondaires dans les Tours Jumelles.

1-2 Kevin Ryan : Une douzaine de questions sur le Vol 77.

1-3 L’ancien officier du Pentagone Anthony Shaffer dévoile le rôle clé de Zelikow dans le camouflage de la vérité du 11/9.

1-4 Kevin Ryan : Le 11-Septembre et la dette américaine.

2 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage 

2-1 David Ray Griffin : Les appels téléphoniques passés depuis les avions de ligne le 11-Septembre

 

 


http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

Vous retrouverez ce journal 

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

 

http://no-war.over-blog.com/ 

c) sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

d) sur le site :  www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 

dossiers Géopolitique

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information. 

 

 

1-1 Steve Watson : Explosions secondaires dans les Tours Jumelles.

Une nouvelle vidéo sur le 11 septembre montre le directeur du FBI s’enquérir d’explosions secondaires au WTC

Vidéo inédite : le FBI soupçonnait dès le 11 septembre 2001 l’existence d’explosions secondaires dans les Tours Jumelles

Les vidéos "relachées" par l’agence gouvernementale américaine du National Institute of Standards and Technology (NIST) au titre de la loi sur la liberté de l’information (Freedom of Information Act ou FOIA) n’en finissent pas de dévoiler de nouveaux aspects méconnus des événements du 11-Septembre.

Dans le cas qui nous occupe ici, on découvre que le jour même des attentats, à New York,  le responsable local du FBI, Barry Mawn, un proche de Rudy Giuliani le maire de New York, questionnait une équipe de pompiers à propos d’"explosions secondaires"" dans les Tours. De quoi nous rappeler l’autre séquence, montrant le journaliste Barry Kelley interrogé le 11 septembre depuis Washington par USA Today alors que les attaques sont toujours en cours, et qui déclare que le FBI est convaincu qu’il y a eu plusieurs explosions dans les sous-sols des Tours, dues "à des camions ou des voitures remplis d’explosifs". On y voit aussi qu’alors que les attaques ne sont pas terminées, le suspect numéro 1 est déjà … Oussama Ben Laden.

 Une vidéo stupéfiante montre des officiels de la ville de New York partir précipitamment après l’effondrement de la tour sud.

Une bien curieuse vidéo est apparue sur YouTube, où l’on voit un pompier de New York être questionné juste après les attaques du 11/9 par le directeur du bureau new-yorkais du FBI, qui semble penser que l’une des deux tours du World Trade Center a subi une « explosion secondaire » avant de s’écrouler.

La vidéo semble faire partie du lot de vidéos publiées par le NIST suite à la procédure FOIA (Freedom of information act), et n’a donc pas encore été vue jusque-là.

À première vue, on n’y découvre rien de spécial, à part les horribles scènes désormais familières de poussière et de débris qui ont suivi les attentats. Pourtant, elle contient un échange étonnant entre les officiels et les pompiers.

L’action semble se situer immédiatement après l’effondrement de la tour sud et avant celui de la tour nord.

L’équipe de tournage sort d’un bâtiment et chemine dans la rue jonchée de débris et de poussière. À environ 2 mn 50 sec, un homme portant un costume s’approche de l’équipe et se présente comme « FBI, Barry Mawn ».

Mawn pose alors une question à l’équipe de tournage, sous la forme d’une déclaration : « Il y a eu une explosion secondaire dans cette tour ? »

Les pompiers répondent qu’ils ne sont pas sûrs, mais qu’ils ont entendu un grondement et qu’ils se sont enfuis pour sauver leur vie alors que la tour s’écroulait.

L’audio est assez mauvaise, mais l’un des pompiers dit ensuite qu’il « l’a vu être soufflée sur le côté du bâtiment », ce à quoi Mawn répond « c’était l’avion n’est-ce pas ? ». Et le pompier de répondre « je ne sais pas si c’était un avion ou bien une explosion. »

Alors qu’ils continuent à parler de l’événement, le bruit d’un avion passant au-dessus d’eux les interrompt et les gens autour commencent à paniquer. Quelqu’un, sans doute un autre agent du FBI lance « est-ce que c’est l’un des nôtres ? » et Mawn répond « ouais, ça doit être un des nôtres ». A ce moment, un groupe de plusieurs personnes portant des costumes entrent dans le champ de la caméra et une femme du groupe crie « Allez à la mairie ! » (go to the city hall). Mawn demande alors « où est le Maire ? » d’où on peut déduire que ce groupe dépend de Rudy Giuliani et qu’ils sont sortis précipitamment des lieux.

La femme emmenant le groupe de la mairie se retourne alors vers les reporters et leur crie « Mais foutez-moi le camp de là ! » Un commentateur a émis l’hypothèse que les reporters étaient avec Pat Dawson, le premier correspondant de NBC News à s’être rendu sur la scène des attaques du World Trade Center.

Regardez la vidéo (non sous-titrée)

Interview du reporter John Kelley par USA Today le 11 septembre 2001

(sous-titrée en français)

Nous avons déjà parlé du fait que Giuliani et son groupe ont été prévenus de l’effondrement de la tour sud avant que celui-ci ne se produise. La vidéo les montrant quittant la scène juste après la chute de la tour sud corrobore tout à fait cette information – il s’agit d’un élément crucial découvert au travers de la publication des vidéos du NIST. Cette vidéo est un exemple fascinant de preuve à rajouter aux centaines d’autres témoignages et de descriptions d’explosions secondaires dans le WTC et autour, le 11 septembre 2001. Cela indique clairement que le FBI croyait qu’une deuxième attaque avait lieu, en parallèle de celle conduite avec les avions. De fait, cela renforce les précédentes preuves selon lesquelles les premières suppositions du FBI étaient que des camions remplis d’explosifs avaient aidé à faire s’écrouler les Tours Jumelles. Ce fait a aussi été signalé par le journaliste d’USA Today Jack Kelley :

Le FBI soupçonnait plusieurs explosions au WTC le 11/9/2001

Ces faits ont aussi été rapportés par Rick Sanchez de MSNBC, qui a indiqué que les officiels étaient convaincus qu’un camion bourré d’explosifs garé sous les Tours avait contribué à leur effondrement.

Barry Mawn a aussi de curieuses connexions avec les événements du 11/9. C’était un ami très proche de John O’Neill, l’ex-directeur adjoint du FBI qui a démissionné de son job en raison de sa frustration suite aux obstructions dans son enquête sur les complots terroristes d’al-Qaida. O’Neill fut nommé à la tête de la sécurité du World Trade Center le 11 septembre 2001. Son corps a été découvert dans les débris après les attentats, lors desquelles il avait aidé les gens à sortir des Tours avant qu’elles ne s’effondrent.

Mawn est aussi celui qui expliqua aux médias comment la police et le FBI avaient retrouvé le passeport de l’un des supposés pirates de l’air, Satam al Suqami, dans les débris au cours d’une fouille systématique de la zone entourant le World Trade Center. Par la suite, Mawn fut impliqué dans l’enquête sur les attaques à l’anthrax,dont il pensait initialement qu’elles provenaient de sources militaires US. Mawn a démissionné de ses fonctions au FBI en mars 2002 après la fin de l’enquête.

Les informations révélées par ces courts extraits vidéos montrent une fois de plus qu’il reste encore une énorme quantité d’éléments à découvrir concernant les attentats du 11-Septembre. Cela devrait encourager les chercheurs sur le 11/9 à continuer  de creuser encore et encore et à exiger une nouvelle enquête indépendante. 

Steve Watson,

Mondialisation.ca, Le 5 novembre 2010

PrisonPlanet, le 27 oct. 2010 

Traduction GV pour ReOpenNews

Droits d'auteurs Steve Watson, Prison Planet, 2010
L'adresse url de cet article est: www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=21785

 


1-2 Kevin Ryan :
Une douzaine de questions sur le Vol 77.
Une douzaine de questions sur le Vol 77 et sur le Pentagone, qui pourraient mener devant la Justice, et une qui ne pourra pas.

22 octobre, 2010 by GeantVert

Quelles sont les vraies questions que le "Mouvement pour la Vérité sur le 11/9" doit poser sur les événements du Pentagone ?

S’agit-il de savoir ce qui a frappé le bâtiment, question débattue maintes fois sans que personne n’ait encore rien conclu depuis neuf ans, ou doit-on laisser cela de côté et se concentrer sur des points autrement plus pertinents et fondamentaux ?

Tel est le sujet de cet article du chimiste Kevin Ryan
Kevin Ryan fut directeur de laboratoire chez Underwriters Laboratories (UL), la société qui avait certifié l’acier du WTC avant sa construction.  C’est à UL que le National Institute for Standards & Technology (NIST) avait fait appel pour effectuer des simulations d’incendies sur des poutres similaires à celles du WTC  afin de valider leur étude sur ces effondrements.

Lorsqu’il avait dénoncé les manipulations et les inexactitudes des résultats de ces tests, Kevin Ryan avait été licencié par Underwriters Laboratories. Il n’a de cesse depuis de dénoncer ces manipulations, pour que justice soit rendue aux victimes de ces attentats et des guerres illégales qui s’en sont suivies.

Il a d’ailleurs co-signé l’analyse scientifique du chercheur danois Niels Harrit & al sur la découverte de nanothermite dans les poussières du World Trade Center.

Kevin Ryan : Une douzaine de questions sur le Vol 77.

 Il reste de nombreuses questions sans réponses à propos des événements du Pentagone le 11 septembre 2001. En voici une douzaine qui, si elles trouvaient une réponse, pourraient aider à porter l’affaire devant la Justice.

Comment, exactement, le Vol 77 a-t-il été détourné, étant donné, entre autres choses, que les supposés pirates de l’air étaient censés être identifiés comme étant « à risque » (potentiellement liés à al-Qaïda) au moment où ils ont tenté d’embarquer, et qu’ils n’étaient pas physiquement imposants (tous mesuraient 1, 65 m environ et étaient plutôt fluets) ? [1]

Comment le système de défense aérienne de notre pays a-t-il été désactivé le 11/9, et comment est-il possible que quelque chose ait pu heurter le Pentagone 80 minutes environ après que le détournement du premier avion ait été signalé ?

Pourquoi Dick Cheney suivait-il la trajectoire du Vol 77 ? [2]

Pourquoi des experts en explosifs, qui avaient un lourd passif concernant des dissimulations dans l’affaire de l’attentat à la bombe d’Oklahoma City, et qui ont été accusés depuis d’avoir fait obstacle à d’autres enquêtes, ont-ils été embauchés pour écrire le rapport de la FEMA ? (Mete Sozen et Paul Mlakar). [3], [4]

Pourquoi le toit du Pentagone s’est-il effondré 30 minutes après l’impact, ajoutant une preuve de plus à la thèse de l’usage d’explosifs ? Note : l’usage d’explosifs au Pentagone semble être compatible avec l’intervention d’un grand avion, qui aurait eu un faible pouvoir de pénétration.
Pourquoi la compagnie AMEC, celle-là même qui venait juste de finir la rénovation de l’aile 1 du Pentagone, a-t-elle été chargée du nettoyage de Ground Zero ? [5]

Comment se fait-il que le NTSB n’ait pas rendu publics les rapports sur les avions, comme le veut la procédure normale ? [6]

Pourquoi aucun des avions n’a émis le code de « signalement du détournement » (hijack code)

Pourquoi l’explication officielle concernant les coups de téléphone censés avoir été passés par la passagère du Vol 77 Barbara Olsen, a-t-elle changé plusieurs fois, et plus récemment, comment donner un quelconque sens à l’histoire racontée par Tel Olsen ? [7]

Pourquoi des officiers hauts gradés du Pentagone ont-ils annulé leurs voyages en avion prévus pour le matin du 11-Septembre, « apparemment en raison de problèmes de sécurité. » [8]

Comment Hani Hanjour a-t-il pu réussir à piloter le Vol 77 étant donné son lamentable niveau de pilotage ?[9]

Pourquoi ceux qui s’intéressent au Pentagone ne se donnent-il pas la peine de passer en revue les documents publiés par la FAA et la Commission sur le 11/9 qui soulèvent des questions cruciales concernant les appareils et les événements de ce jour-là ? [10]

Pourquoi toutes ces questions ne sont-elles pas reprises par des chercheurs indépendants ? Tout simplement parce que l’attention de nombreux investigateurs potentiels a été détournée par la question bien moins pertinente de savoir « ce qui a percuté le Pentagone. » C’est certainement la question préférée de ceux qui sont juste là pour perturber le débat (disruptors) ou des supporters de la version officielle.

Un exemple probant fut donné lorsque Miles Kara, membre de la Commission, et moi-même avons échangé des messages voilà quelques mois. Il avait contacté mon groupe local pour demander notre soutien quant à ses prises de position. Apparemment il n’a pas apprécié ma réponse, et il s’est alors vengé en cherchant dans mon travail ce qui pouvait prêter à critiques.

Bien que mon travail sur le 11/9 se soit presque exclusivement focalisé sur le World Trade Center, l’officier du Renseignement militaire Kara fouilla dans mes articles et mes présentations de ces sept dernières années et dénicha une phrase mineure que j’avais formulée à propos du Pentagone, en mars 2006. Il l’a ensuite amplifié avec sa propre formule émotionnelle, suggérant que ceux qui s’interrogent sur ce qui a percuté le Pentagone font « offense aux hommes, femmes et enfants qui ont succombé ce jour-là. Visitez le Mémorial au Pentagone et asseyez-vous sur le banc (mémorial –NdT) de la plus jeune des victimes. » Ce qui intéressait Kara, c’était seulement de discuter de ce qui avait percuté le Pentagone, ainsi il pouvait y rajouter le coté émotionnel à propos des victimes. C’est généralement ce que font les grands médias dans leurs reportages, ou ceux qui sont juste là pour perturber le débat (disruptors).

La question de savoir ce qui a heurté le Pentagone mène droit à celle concernant le sort des passagers, comme Kara tentait de l’insinuer. Ce fait a d’ailleurs aussi été souligné par le principal promoteur de la théorie du « fly-over » lors de sa récente tournée européenne. Sa présentation se terminait par ces questions sur lesquelles il voulait nous faire réfléchir.

« Exigez des réponses sur ce qui est advenu des passagers de l’avion. »
« Où les ont-ils tués ? Comment ? Je ne sais pas »
« Je sais seulement ce que les témoins m’ont dit. » [12]

Est-ce là le bon moyen d’encourager les gens à s’interroger sur le 11/9 et rendre justice ? Certainement pas.

Enfin, le système des «approbations» (ou appuis) sont un excellent moyen de dresser les gens les uns contre les autres; c’est exactement ce qui a été fait. Aucun autre sujet dans le Truth Movement n’a suscité une telle recherche d’appuis, mais, pour une raison inconnue, cette question mineure à propos du Pentagone a été considérée comme très importante et en mesure de nous diviser en deux camps. Diviser pour régner, c’est exactement la stratégie de ceux qui ne sont là que pour perturber le débat.

Autrement dit, la question de savoir ce qui a heurté le Pentagone n’aidera pas à notre quête de justice, au contraire, cela nous en éloignera en exacerbant les divisions au sein du Mouvement et nous fera juste perdre du temps. C’est probablement pour cela que les perturbateurs intentionnels et les supporters du gouvernement ramènent toujours les débats à cette question.
Ceux qui recherchent sérieusement la vérité et la justice pour le 11/9 se concentrent sur les faits qui permettent de se rapprocher non seulement de la vérité, mais surtout de la vérité « utile ».

Nous devrions éviter toute référence aux faits qui ne nous aident pas dans notre recherche de vérité et de justice. Et nous devrions partir du principe que le fait de chercher à savoir ce qui a frappé le Pentagone est une question mineure voire inutile qui est utilisée par les perturbateurs et les promoteurs de la théorie officielle dont le seul but est d’empêcher que la vérité n’émerge.

Kevin Ryan

Notes de l’auteur :
[1] Complete 911 Timeline, American Airlines Flight 77, http://www.historycommons.org/timeline.jsp?timeline=complete_911_timeline&day_of_9/11=aa77
[2] Norman Mineta’s testimony to the 9/11 Commission makes clear that Dick Cheney was tracking Flight 77 while it was more than 50 miles away from Washington DC. http://www.youtube.com/watch?v=bDfdOwt2v3Y
[3] Mete Sozen has since become a leading spokesman for the official story about the WTC as well. For more about him, see my articles “Looking for Truth in Credentials: The Peculiar WTC ‘Experts’”, http://www.globalresearch.ca/index.php?context=viewArticle&code=RYA20070313&articleId=5071 and “Finally, an apology from the National Geographic Channel”, http://911blogger.com/news/2009-08-22/finally-apology-national-geographic-channel
[4] Some very seriouis accusations have been made against Paul Mlakar by Prof. Raymond B. Seed of the University of California, Berkeley, Letter entitled Re: New Orleans, Hurricane Katrina, And the Soul of the Profession, October 30, 2007, http://911blogger.com/news/2010-10-15/pentagon-investigation-leader-paul-mlakar-obstructed-investigation-new-orleans-according-uc-berkeley-professor
[5] Kevin R. Ryan, Demolition Access to the WTC Towers: Part Four – Cleanup, 911Review.com, February 11, 2010, http://911review.com/articles/ryan/demolition_access_p4.html
[6] 911Research.com, NTSB Reports: Long-Hidden NTSB Reports Contain Flight Data, http://911research.wtc7.net/planes/evidence/ntsb.html
[7] David Ray Griffin, Ted Olson’s Report of Phone Calls from Barbara Olson on 9/11: Three Official Denials, GlobalResearch.ca, April 1, 2008, http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=8514
[8] The Family Steering Committee for an Independent 9/11 Commission, http://www.911independentcommission.org/
[9] Complete 911 Timeline, Hani Hanjour, http://www.historycommons.org/timeline.jsp?timeline=complete_911_timeline&the_alleged_9/11_hijackers=haniHanjour
[10] See the FOIA responses obtained by the 9/11 Working Group of Bloomington, http://www.911workinggroup.org/
Voir aussi les documents publiés par la Commission sur le 11/9 : http://archives.gov/legislative/research/9-11/commission-memoranda.html
Par exemple : UAL and AAL employees: Contradictions about transponders. ACARS data missing. UAL had radar continuity. http://media.nara.gov/9-11/MFR/t-0148-911MFR-01098.pdf
La plupart des documents sont juste des premières pages indiquant que le reste est toujours "à accès restreint". Cela inclut les interview des agents de la CIA, du Prine Bandar, et des secouristes.
[11] Miles Kara, Archive for the ‘Bloomington Group’ Category, 9/11 Revisited website, http://www.oredigger61.org/?cat=25
[12] Référence modifiée par la rédaction : Craig Ranke à Paris – Septembre 2010. http://www.dailymotion.com/video/xevl80_craig-ranke-de-la-cit-paris-11-sept_news

http://www.reopen911.info/News/2010/10/22/une-douzaine-de...

 

ancien officier du Pentagone Anthony Shaffer dévoile le rôle clé de Zelikow dans le camouflage de la vérité du 11/9. 

 Lors d’une interview accordée à la chaîne Fox Business, un officier du renseignement à la retraite a accusé le responsable de la Commission sur le 11/9 d’avoir étouffé les ratés du renseignement ayant mené aux attentats terroristes du 11 septembre 2001.

      Apparaissant à l’émission politique Freedom Watch, le lieutenant-colonel Anthony Shaffer, un ancien agent de la Defense Intelligence Agency (DIA) et auteur d’Operation Dark Heart, un nouveau livre sur la guerre en Afghanistan qui a fait l’objet d’un grand battage médiatique, a parlé de sa rencontre en mi-octobre 2003 avec le Dr Philip Zelikow, alors directeur exécutif de la Commission nationale sur les attaques terroristes contre la Zunie.

      Au cours d'une mission d'enquête sur la base aérienne de Bagram en Afghanistan, l'équipe de Zelikow a été informée par Shaffer de Able Danger (~Danger possible), un projet d’épluchage de données de la DIA qui avait soi-disant permis d’identifier Mohammed Atta comme une menace pour la Zunie un an avant le 11/9.

      Entre parenthèses, il se pourrait bien que le « Mohammed Atta » identifié par Able Danger soit un imposteur opérant sous une identité volée, comme ce fut le cas lors de l'assassinat d'un haut responsable du Hamas à Dubaï.

Dans une interview accordée à un journal allemand et rapportée par The Guardian*, le père de Mohammed Atta a affirmé que son fils n'avait rien à voir avec les attentats et était encore en vie un an après le 11/9.
[* Ndt : Il est bien connu que 6 des 19 soi-disant pirates de l’air kamikazes du 11/9 sont toujours vivants. Avec Mohammed Atta, ils sont en réalité au moins 7. Voir la
traduction française du rapport de The Guardian.]

      Quel que soit le Mohammed Atta évoqué par Shaffer à Bagram, Zelikow se serait « tut, en état de choc, à la nouvelle. »

      Selon Shaffer, Zelikow est venu à lui à la fin d’une réunion, lui a donné sa carte, et dit : « Ce que vous avez dit aujourd'hui est très important, très important. Venez me voir s'il vous plaît quand vous reviendrez à Washington. »

      Revenu à Washington en janvier 2004, Shaffer a immédiatement contacté le bureau de Zelikow et dit de « patienter. » Une semaine après, Shaffer a de nouveau appelé et le personnel de Zelikow lui a dit : « Nous n'avons pas besoin de vous. Nous avons toutes les informations dont nous avons besoin sur Able Danger. Merci quand même. »

      Pourtant, aucune information fournie par Shaffer ne figurait dans le rapport de 585 pages de la Commission sur le 11/9.

      En septembre 2005, plus d'un an après la publication du rapport, Shaffer a dit avoir rencontré l'un des commissaires à Philadelphie. Au cours d’un déjeuner, il a dit au commissaire ce qu'il avait signalé à Zelikow en Afghanistan. Le commissaire a répondu « n'avoir jamais entendu parler de tout ça, » ajoutant que, « s'il avait su, cela aurait été d’un très grand intérêt pour lui [sic] et la Commission. »

      « Beaucoup de choses non donc pas été signalées dans le rapport sur le 11/9 ? » a demandé le juge Andrew Napolitano, animateur de l’émission Freedom Watch.

      « Des choses ont été laissées de côté, soit par négligence, soit, je le crois, volontairement, » a répondu Shaffer.

      Un autre invité de l'émission, Michael Scheuer, qui a dirigé l’unité de Ben Laden à la CIA de 1996 à 1999, a parlé d'une expérience similaire frustrante avec le directeur de l’équipe de la Commission sur le 11/9.

      Décrivant le rapport de la Commission sur le 11/9 comme « un camouflage et un mensonge de fond en comble, » Scheuer a dit avoir fourni à Zelikow plus de 400 pages de documents gouvernementaux officiels qui détaillaient les ratés du renseignement avant le 11/9.

      « Je n'ai jamais eu de réponse de Zelikow, » a-t-il dit.

      « Ils semblaient tous très intéressés par ce que vous aviez à dire, » a ajouté l'ancien officier de la CIA en se référant à ses réunions avec Zelikow et son personnel, « mais, en fin de compte, rien n’a figuré dans le rapport. »

      Ce n'est pas la première fois que des questions sont soulevées au sujet des manipulations de Zelikow à la Commission sur le 11/9.

      Dans son livre de 2009, The Commission, Philip Shenon, un journaliste d'investigation du New York Times, a écrit sur « la manière autoritaire qui a permis à Zelikow de contrôler le flux d'informations à la Commission, » et que « tout passait par lui. »

      Tandis qu’avec son étroit contrôle sur la Commission Zelikow excluait des pièces troublantes de spécialistes de la sécurité nationale comme Shaffer et Scheuer, un intellectuel louche comme Laurie Mylroie avait l’opportunité d’avancer avec d’amples moyens les justifications les plus fausses en faveur de la guerre en Irak. Mylroie, dont le principal champion au sein du gouvernement était le sous-secrétaire à la Défense Paul Wolfowitz, affirmait que l'Irak était impliqué dans chaque attentat terroriste majeur contre la Zunie depuis le début des années 90, y compris celui du 11/9. Au cours des audiences de la Commission sur al-Qaïda, écrit Shenon, « Zelikow a fait en sorte qu'elle ait une place de choix à la table des témoins. »

      Et pourquoi ne l’aurait-il pas fait ? Après tout, comme l’écrit Shenon, Zelikow avait un rôle important dans « le développement de l’étayage scientifique en faveur de la guerre en Irak. » Zelikow est l'auteur de trente et une pages de « The National Security Strategy of the United States, » la doctrine de « guerre préventive » annoncée au monde par George W. Bush en 2002.

      Lors d’une audience à l'université de Virginie en septembre 2002, il a été demandé à Zelikow : « Pourquoi l'Irak attaquerait la Zunie ou utiliserait des armes nucléaires contre nous ? » Dans un rare moment de franchise, Zelikow a commencé à expliquer que la vraie raison de la guerre préventive contre l'Irak était « la menace contre Israël. »

      Le juge Napolitano a demandé au lieutenant-colonel Shaffer si à Philadelphie le commissaire avait dit si quelqu'un à la Commission sur le 11/9 « avait un ordre du jour, cachait la vérité sur quelqu'un ou protégeait quelqu'un. » Selon Shaffer, la réponse du commissaire avait été : « Tout le monde à la Commission couvrait quelqu'un. »

      Étant donné les répercussions fatales sur la carrière d’aborder un sujet tabou, sans parler de la dévotion bien connue de Rupert Murdoch à l'État d'Israël, il ne surprendra guère que le présentateur de Fox Business n'ait pas fouillé trop profondément dans ce que couvrait Philip Zelikow.

Lundi 18 Octobre 2010 

Commentaire

Tous les attentats fracassants tels du 11/09, de Madrid, de Londres ou de Karachi sont des false-flag usraéliens à dessein d'entamer une longue guerre aux musulmans de par le monde et, à cet effet, soumettre les peuples d'Europe et d'Amérique à des mesures de "sécurité" et de privations sans précédent. Tout cela au profit d'une oligarchie satanique.
Les grèves actuelles en France perturbent quelque peu ces desseins macabres. Leur ampleur est devenue si inquiétante pour la Sarkosie que l'Arabie Saoudite "aurait été chargée" de prévenir la France qu'il y aurait des attentats terroristes d'Al Qaeda sur son sol. Si les manifestants devaient prendre le dessus, rien d'étonnant d'assister bientôt à de graves attentats attribués, bien sûr, à Al Qaeda, pour renforcer les mesures de sécurité, mesures en fait souhaitées pour juguler les manifestants!

Maidhc Ỏ Cathail,

16 octobre 2010

http://www.alterinfo.net/Un-ancien-officier-du-Pentagone-devoile-le-role-cle-de-Zelikow-dans-le-camouflage-de-la-verite-du-11-9_a50888.html

 

 


1-4 Kevin Ryan
 :  :
Combien ont coûté les attaques du 11-Septembre aux USA et aux autres pays ?

Pour les familles de victimes, le coût des attentats du 11-Septembre fut incroyablement élevé.

Outre le coût des précieuses vies humaines, il y en a eu bien d’autres, mais on oublie souvent le prix que nous continuons de payer à cause des attentats qui ont déclenché la « guerre globale au terrorisme ».
Une organisation liée à l’ancien directeur de la CIA, James Woolsey, a estimé que les dégâts associés aux attentats étaient de l’ordre de 2000 milliards de dollars. Ces coûts incluent les destructions matérielles, les pertes de production de biens et de services, et les pertes à Wall Street.

D’autres ont estimé que ces dégâts étaient beaucoup moins élevés, et certains ont affirmé que globalement le marché boursier n’avait pas été affecté par les attaques. La Lower Manhattan Development Corporation a obtenu un montant proche de l’estimation la plus basse pour aider à la reconstruction de la zone impactée [de Ground Zero].
Pour les USA, le coût militaire actuel des guerres qui ont suivi les attentats du 11-Septembre est de plus de 1000 milliards. Evidemment, d’autres pays ont eux aussi contribué de manière significative au budget des guerres menées par les Etats-Unis. Il y a quelques années, certaines sources issues de grands médias avaient estimé que la guerre d’Irak à elle seule couterait aux USA plus de 3000 milliards. Si l’on applique la même logique à la guerre en Afghanistan, et que l’on utilise le même ratio, ce conflit coûtera aux USA au moins 1000 milliards. Et bien sûr, vu qu’on ne voit pas encore la fin de l’occupation de ces deux pays par les troupes US, ces chiffres doivent être considérés comme des estimations minimales. De plus, ces estimations des coûts des guerres concernent les coûts «incrémentaux », c’est-à-dire ceux qui se rajoutent aux « salaires des militaires, entrainements et activités de support, et coût des armements » ainsi qu’aux constructions de bases militaires.
Des dégâts directs et les capitaux militaires initiaux ne reflètent pas clairement les autres coûts qui dérivent du 11/9, dont les innombrables mesures mises en place partout dans le monde pour nous protéger du terrorisme. Par exemple, les mesures supplémentaires de sécurité dans les ports et aux frontières, les transports plus chers, les assurances plus chères, les nouveaux budgets pour la sécurité intérieure (homeland security) et des autres agences, et le coût de toutes les mesures inefficaces résultant des changements permanents d’une politique obsédée par le terrorisme, au niveau local, régional ou fédéral.
Une chose importante à garder en mémoire à propos de ces milliers de milliards de dollars : nous n’avons jamais disposé de cet argent. Nous avons emprunté toute la somme que nous avons consacrée à la guerre au terrorisme, et les intérêts de ces prêts ne pas fait débat. La course aux folles dépenses a été un facteur supplémentaire décisif de la crise économique de 2008, comme la quasi-totalité des 2000 milliards de dollars qui y furent engloutis.
Parmi les conséquences des crimes du 11 septembre 2001, nous avons aussi échoué à enquêter sur l’origine des pertes colossales annoncées juste la veille des événements [
Voir Note ReOpenNews (*) - NdT]. Le 10 septembre 2001, le ministre des Affaires étrangères Donald Rumsfeld a déclaré que « selon certaines estimations, nous avons perdu la trace de 2300 milliards de dollars en transactions »

Vidéo http://www.dailymotion.com/video/xfk1pe_2300-millards-de-dollars-disparus-la-veille-du-11-septembre_news#from=embed

Au lieu d’enquêter sur ces pertes énormes, de récupérer l’argent égaré et de prendre des mesures correctives, aucune action n’a été décidée. Au contraire, nous avons injecté des milliers de milliards supplémentaires dans un nouveau complexe industriel engagé dans une chasse au terrorisme.
Si nous devions faire une estimation raisonnable de ce que chaque citoyen US s’est engagé à payer en conséquence des crimes du 11/9 et de la guerre contre la terreur, cela représenterait environ le montant de la dette nationale qui existait avant les attentats du 11/9.

La dette des Etats-Unis en septembre 2000 était de 5700 milliards de dollars qui, corrigée par rapport à l’inflation, avait commencé à baisser pour la première fois depuis 1980.

La dette des Etats-Unis approche maintenant les 14 000 milliards de dollars, c’est-à-dire qu’elle a été multipliée par 2 et 1/3 par rapport à ce qu’elle était avant le 11/9.
Il sera probablement impossible de réparer les dégâts que les dépenses colossales de la Guerre contre le terrorisme ont causés aux Etats-Unis. Le complexe industriel de lutte contre le terrorisme continuera d’avoir besoin de fonds pour une durée indéfinie, et personne n’a de stratégie pour commencer à payer les dettes contractées jusque-là. De fait, nous avons vendu notre pays et l’avenir de nos enfants à des intérêts étrangers dans notre tentative de nous protéger du terrorisme depuis le 11/9.
Cela devrait constituer une raison suffisante pour que chaque véritable Américain exige une nouvelle enquête indépendante sur les événements du 11-Septembre.

Kevin Ryan

Spécialiste en chimie et fut directeur de laboratoire chez Underwriters Laboratories (UL), la société qui avait certifié l’acier du WTC avant sa construction. C’est à UL que le National Institute for Standards & Technology (NIST) avait fait appel pour effectuer des simulations d’incendies sur des poutres similaires à celles du WTC afin de valider leur étude sur ces effondrements. Lorsqu’il avait dénoncé les manipulations et les inexactitudes des résultats de ces tests, Kevin Ryan avait été licencié par Underwriters Laboratories. Il n’a de cesse depuis de dénoncer ces manipulations, pour que justice soit rendue aux victimes de ces attentats et des guerres illégales qui s’en sont suivies. Il a d’ailleurs co-signé l’analyse scientifique du chercheur danois Niels Harrit & al sur la découverte de nanothermite dans les poussières du World Trade Center

Traduction GV pour ReOpenNews
Notes de l’auteur :
Institute for the Analysis of Global Security, How much did the September 11 terrorist attack cost America?,
Amy Zalman, Economic Impact of Terrorism and the September 11 Attacks, About.com
Olivia A. Jackson, The Impact of the 9/11 Terrorist Attacks on the US Economy, The Journal of 9/11 Studies, March 2008
Josh Rogers, Whitehead says Liberty Bonds won’t be wasted Downtown, Downtown Express, Volume 16, Issue 20, October 14 – 20, 2003
National Priorities Project, Total Cost of Wars Since 2001
Linda J. Bilmes and Joseph E. Stiglitz, The Iraq War Will Cost Us $3 Trillion, and Much More, The Washington Post, March 9, 2008
Amy Belasco, The Cost of Iraq, Afghanistan, and Other Global War on Terror Operations Since 9/11, Congressional Research Service, September 2, 2010
CBS Evening News, The War On Waste: Defense Department Cannot Account For 25% Of Funds — $2.3 Trillion, January 22, 2002
Ed Hall, U.S. National Debt Clock FAQ, 6 February 2008  

 Notes ReOpenNews :

(*) La question de la « disparition » de 2300 milliards de dollars (presque autant que le PIB français qui se monte à 2000 milliards d’euros) a depuis, trouvé certaines explications qui la rendent moins suspecte que beaucoup de sceptiques ne le pensent, et montrent surtout que Donald Rumsfeld voulait se servir de cet exemple pour remodeler le Pentagone et restructurer ses dépenses. Elle avait fait l’objet de nombreuses déclarations bien avant le 11 Septembre, et continua de le faire bien après. Une bonne analyse de ces questions se trouve sur le site 911myths.com (en anglais). On y remarquera cependant que, d’une part, l’adresse Web de l’article  justifiant d’une partie des milliards « retrouvés » est fausse (http://www.defenselink.mil/news/Feb2002/n02202002_200202201.html). L’article existe bien mais il se trouve désormais à http://www.defense.gov/news/newsarticle.aspx?id=43927. On y remarquera aussi que son auteur ne s’appelle pas Zakheim Seeks comme spécifié sur 911Myths, mais Dov S. Zakheim. Outre le fait qu’il s’agit un personnage ambigu (voir notamment http://www.voltairenet.org/article14781.html), Mr Zakheim est un néo-conservateur notoire, et il travaillait pour le DoD en 2002 au moment de ces déclarations. Le DoD étant concerné au premier chef dans cette affaire de sommes faramineuses « disparues », on aurait pu s’attendre à ce que les contrôles et les déclarations consécutives soient faites par un organisme autre que celui directement mis en cause dans ces disparitions.


En lien avec cet article :
24 oct. | Robert Parry*, Andrew Hughes, Allan Nairn, Roxana Tiron, VoltaireNet | Obama nomme des officiers corrompus à la tête des armées
13 oct et 19 oct | Oliver Janich, FOCUS MONEY (1/2) et (2/2) |  Qui se cache vraiment derrière le 11 Septembre ?
30 sept. | Peter Dale Scott, Global Research | Le programme secret de la FEMA pour supplanter la Constitution des Etats-Unis et établir un état d’urgence permanent
30 juin | CBS News | Marchés boursiers de New-York et Chicago pré-11 septembre: La SEC a détruit les pièces à conviction qui pointaient vers des délits d’initiés
4 juin | Thom Shanker, New York Times | Le Pentagone sommé d’économiser plusieurs milliards de dollars pour contribuer aux dépenses de guerre
26 juil. | Dana Priet et William M.Arkin, Washington Post (1/2) et (2/2)  | TOP SECRET AMERICA : le nerf de la guerre vu par le Washington Post
13 janv. 2010 | Kevin Ryan, The Unanswered Questions Wire (1/2) et (2/2) | Qui aurait démoli les tours du World Trade Center ?

08 novembre, 2010 by GeantVert

 

 

http://11septembre2001.blogspot.com/

 

 

 



2 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage 

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information

2-1 David Ray Griffin : Les appels téléphoniques passés depuis les avions de ligne le 11-Septembre

Le vol AA77 était-il équipé de téléphones de bord ?

En septembre 2001, y avait-il des téléphones de bord dans le vol AA77 ? Une question aussi simple devrait recevoir une réponse limpide et dans de très brefs délais. Dans cette interview, qui fait suite à la première partie que nous vous avons récemment proposée, le Professeur David Ray Griffin expose les difficultés auxquelles il s’est trouvé confronté dans sa démarche pour établir objectivement les faits et nous livre ses conclusions quant à la version officielle.

La question importante, cependant, est de savoir si les preuves pertinentes, prises dans leur ensemble, soutiennent l’opinion qu’il y en a eu probablement ou non. Ce que je vois, c’est que les éléments de preuve pertinents soutiennent cette dernière conclusion, la preuve la plus importante étant constituée des quatre points suivants :
· Les déclarations faites par divers représentants d’American Airlines que leur Boeing 757 n’avait pas de téléphones de bord, le plus important d’entre eux étant Chad Kinder qui, en réponse à la question de savoir s’il est vrai qu’il n’y avait pas de "téléphones satellites dans les dossiers des sièges d’aucuns Boeing 757 le 11-Septembre 2001," a déclaré : "C’est exact, nous n’avons pas de téléphones sur nos Boeing 757. Les passagers du vol 77 ont utilisé leurs propres téléphones portables personnels pour faire des appels lors de l’attaque terroriste." 95
· Une page, en date du 28 janvier 2001, censée être extraite du Manuel de Maintenance du Boeing 757 (757 AMM), qui stipule que
: "Le système de téléphone des passagers a été désactivé par l’ECO FO878". 96 Bien que les téléphones aient été retirés physiquement des avions en 2002, ce document dit qu’ils ont été désactivés, alors qu’ils ne pouvaient pas être utilisés, près de huit mois avant le 11-Septembre 2001. L’authenticité de cette page est attestée par un employé d’American Airlines qui, bien qu’il souhaite rester anonyme, est connu de Rob Balsamo, et des Pilotes pour la Vérité sur le 11-Septembre.
· La déclaration suivante du responsable des relations publiques de la compagnie aérienne American Airlines, John Hotard : "Un Engineering Change Order (ECO) désactivant le système de téléphone de sièges sur la flotte des 757 a été généré à cette époque [11/09/2001]." Suite à cette déclaration, Hotard a souligné que des photographies montrant les téléphones de siège dans les 757 d’American après le 11-Septembre ne prouveraient rien, pour la raison suivante : "Nous avons fait deux choses : émettre un ECO pour débrancher/désactiver les téléphones, tout en ne supprimant pas matériellement les téléphones en attendant que l’avion ne parte … pour une révision complète."97
· La déclaration suivante faite par le capitaine Ralph Kolstad, qui a piloté des Boeing 757 (et des 767) en tant que commandant de bord, de 1993 jusqu’à sa retraite en 2005: Les "airphones" comme on les appelait, furent … désactivés au début ou au milieu de 2001, bien avant septembre 2001. "En réponse à une question sur cette déclaration, il a ajouté : "Je n’ai aucune preuve, mais je suis absolument certain que les téléphones ont été débranchés sur le 757 longtemps avant septembre 2001. Ils étaient encore physiquement installés dans l’avion, mais ils n’étaient pas opérationnels."98

Étant donné que ces quatre éléments de preuve, qui se soutiennent mutuellement, viennent de sources totalement différentes, ils constituent une évidence flagrante favorable de l’idée que les 757 d’American Airlines en 2001, et, par suite , le vol 77 d’American Airlines, n’avaient pas de téléphones de bord en service.

Le point de vue opposé semble reposer sur les arguments suivants :
· L’affirmation du FBI selon laquelle les appels de téléphones de bord ont été passés à partir du Vol 77 : un appel non abouti de Barbara Olson, un appel abouti (ainsi qu’un non abouti) de Renee May, quatre appels aboutis par des inconnus vers des numéros inconnus, et un non-abouti d’un inconnu vers un numéro inconnu.99

· Le rapport CNET News du 6 février 2002 déjà mentionné, qui cite un porte-parole d’AA disant : "American Airlines mettra fin à ses services de téléphonies en vol de AT&T le 31 mars." 100
· Un document, daté du 13 mars 2002, fourni par une personne utilisant le pseudonyme AMTMAN, et qui tend à être un Engineering Change Order (ECO) d’American Airlines pour la désactivation du disjoncteur et interrupteur à bascule du téléphone dans les B757.101

Aucune de ces preuves, cependant, n’est très solide :
• Compte tenu du fait que le FBI avait la responsabilité principale de rassembler les preuves à l’appui de l’histoire officielle, le témoignage du FBI ne peut donc simplement pas être considéré comme étant exact, en particulier si ce témoignage n’est étayé par aucun document clairement authentique et accessible au public.
· L’élément de preuve fourni par le rapport du CNET News du 6 février 2002 est faible pour les raisons déjà soulignées : il se contente de dire que tous les services téléphoniques sur des appareils d’American Airlines, hormis pour les 767 et 777, seront supprimés "le 31 mars." Il ne dit pas que tous les services de téléphonie se poursuivront jusqu’à cette date, et il ne dit rien au sujet des 757 en particulier. Il est compatible, donc, avec la preuve que le service sur les 757 d’American a été abandonné longtemps avant le 31 mars 2002.
· Le document censé être un ECO d’American Airlines en date du 13 mars 2002, a été fourni par une personne anonyme utilisant le pseudonyme "AMTMAN", et ce, seulement après la publication de l’article Griffin-Balsamo qui incluait la citation d’une page, apparemment du Manuel de Maintenance des Boeing 757, indiquant que le système téléphonique avait été désactivé avant le 28 janvier 2001. Lorsque AMTMAN a été sommé par Balsamo de donner sa véritable identité, de sorte que son affirmation d’être un employé d’AA puisse être vérifiée, il a disparu. Ce document est, par conséquent, de la même veine que la page prétendue du AMM 757 en un sens, à savoir que l’authenticité de chacun est soutenue uniquement par une personne qui est restée anonyme. Ils diffèrent cependant d’une manière très importante : considérant que la page du Manuel de Maintenance présumée est compatible avec le témoignage du Responsable du Service Client, Chad Kinder, du pilote Ralph Kolstad, et du Représentant des Relations Publiques John Hotard, le prétendu ECO fourni par AMTMAN est contredit par le témoignage de tous les employés d’AA, anciens et actuels.

À la fin de notre article commun, Balsamo et moi avons écrit : "Bien que nous croyons que nos éléments de preuve montrant qu’il n’y avait pas de téléphones de bord en fonctionnement sont très forts, nous ne pouvons pas prétendre en avoir la preuve; une preuve contraire peut encore apparaître." Tout en répétant cette affirmation aujourd’hui, je voudrais ajouter qu’étant données les nouvelles déclarations faites par John Hotard et Ralph Kolstad, combinées au fait que dans l’intervalle de temps aucune preuve du contraire n’a vu le jour, l’évidence est encore plus forte aujourd’hui. L’évidence est très forte, par conséquent, que Barbara Olson n’a pas pu effectuer des appels du Vol 77.

Le Rapport du FBI de 2006 confirme-t-il le témoignage de Ted Olson ?
La question de savoir si le vol American 77 avait des téléphones de bord est importante surtout concernant la réalité des appels signalés de Barbara Olson. Toutefois, même s’il s’avérait que, contrairement à ce que les éléments de preuve actuellement disponibles indiquent, le vol 77 disposait quand même de téléphones de bord, ce fait en soi ne trancherait pas la question des appels déclarés de Olson, car il y a d’autres raisons de douter de leur réalité.102 Une de ces raisons est que la version de Ted Olson – selon laquelle il aurait reçu deux appels de sa femme ce matin-là, dont chacun a duré une minute ou plus – a été minée par le rapport du FBI au procès de Moussaoui sur les appels téléphoniques des avions de ligne. C’est tout du moins ce que j’ai ainsi revendiqué dans mon entretien avec Fifth Estate, ainsi que dans certains de mes écrits. Dans cette section, je réponds aux défis qui ont été faits à cette allégation.
La raison fondamentale de mon affirmation était le contraste entre le témoignage de Ted Olson et le rapport du FBI sur les appels téléphoniques de vol AA77. Selon le témoignage de Olson, il a reçu deux appels téléphoniques de sa femme ce matin-là, dont le premier, il l’a dit au FBI, "a duré environ une (1) minute, après quoi, quelques minutes plus tard, il a reçu d’elle un autre appel, au cours duquel, plus tard, il a dit à Larry King, "ils ont parlé pendant encore deux ou trois ou quatre minutes." 103 Le rapport du FBI au procès Moussaoui, en revanche, dit que Barbara Olson a tenté un appel, qui a été non-abouti, et donc a duré "0 seconde."104 Peut-on raisonnablement penser que ce rapport ne contredit pas la version de Ted Olson ?

Les appels à partir des téléphones de bord attribués à Barbara Olson

La réponse à cette question, de manière surprenante, se révèle être Oui […il ne le contredit pas. NDT], parce que certaines personnes suggèrent que la version de Ted Olson et le rapport du FBI ne sont pas contradictoires.

Ces suggestions tournent toutes autour du fait que le rapport du FBI au sujet du téléphone du vol 77 d’American, outre qu’il indique qu’il y avait un appel non-abouti de Barbara Olson et deux appels de Renee May – un non-abouti et un abouti – a également indiqué qu’il y avait cinq appels de ce vol qui étaient doublement inconnus : chacun effectué par un "appelant inconnu" vers un "numéro inconnu". Il disait aussi que quatre de ces cinq appels avaient abouti.105
Une tentative de concilier le rapport du FBI au procès Moussaoui sur le téléphone et l’affirmation faite par Ted Olson, selon laquelle son épouse l’a appelé deux fois du Vol 77, a été de suggérer que ce rapport du FBI visait à confirmer la version d’Olson. Cette tentative y est parvenu avec succès en disant que les quatre appels vers des numéros inconnus étaient des appels de Barbara Olson au bureau de son mari. Une deuxième tentative de concilier les deux serait de penser que deux des quatre appels étaient passés par elle. Je vais d’abord examiner l’hypothèse des quatre appels, puis l’hypothèse des deux appels.

L’hypothèse des quatre appels est-elle plausible?
Pour que l’hypothèse des quatre appels soit convaincante, deux conditions doivent être remplies.

Tout d’abord, le FBI, en présentant son rapport au procès Moussaoui sur le téléphone, aurait dû proposer, au moins implicitement, l’hypothèse que ces quatre appels vers un numéro inconnu avaient été effectués par Barbara Olson. Deuxièmement, pour que cette hypothèse des quatre appels puisse corroborer le rapport du FBI et la version des faits d’Olson, il devrait être plausible.

Je vais examiner ces deux questions dans l’ordre inverse.
Dans le premier chapitre du Rapport de la Commission du 11-Septembre, nous trouvons cette déclaration au sujet des appels de Barbara Olson : "À un moment donné entre 9h16 et 9h26, Barbara Olson a appelé son mari, Ted Olson, le Conseiller Juridique Général des États-Unis. …

Après environ une minute de conversation, l’appel fût coupé. …

Peu après ce premier appel, Barbara Olson réussit à joindre son mari à nouveau. Elle rapporta que le pilote avait annoncé que le vol était détourné."106 Cette discussion suggéra qu’il n’y avait aucune raison de douter de la réalité de ces appels.
Le seul signe qu’il pourrait y avoir ici quelque chose de problématique était le fait évident que personne ne pouvait établir avec exactitude, ou même très approximativement, quand arriva son premier appel. Sûrement, on pourrait penser que Ted Olson lui-même ou quelqu’un de son bureau lui ayant passé l’appel aurait une mémoire suffisamment précise du moment où cet appel traumatisant aurait été reçu – au moins plus précis que la fourchette de temps de 10 minutes entre "9h16 et 9h26.” Aussi pourquoi ne pourrait-on déterminer avec plus de prévision quand cet appel est apparu ?
Souvent bien sûr, les "puzzles" produits par des affirmations d’un texte extrait d’un livre peuvent être résolus en suivant les annotations correspondantes. Quand on atteint l’annotation de fin de ce paragraphe-ci, toutefois, on trouve l’affirmation suivante : “Les enregistrements disponibles des appels téléphoniques du vol AA77 ne permettent pas de déterminer lesquels parmi les quatre ‘appels passés vers des numéros inconnus’ représente les deux passés entre Barbara et Ted Olson, quoique le FBI et le DOJ pensent que tous les quatre sont des communications entre Barbara Olson et le bureau de son mari. . . .

Les quatre appels se situaient à 9h15mn34s durant 1 minute et 42 secondes, à 9h20mn15s durant 4 minutes et 34 secondes, à 9h25mn48s durant 2 minutes et 34 secondes et à 9h30mn56s durant 4 minutes et 20 secondes. "107 Donc, nous apprenons qu’il n’y a eu apparemment que deux sources d’information : des rapports purement oraux de personnes du bureau (non étayés par des notes ou des journaux), qui concernent l’ensemble des deux appels de Barbara Olson, et "des enregistrements disponibles pour les appels téléphoniques du vol AA77", qui ne fournissent aucune preuve que Barbara Olson ait passé un quelconque appel. Le ministère de la Justice et le FBI croient simplement que deux, voire quatre, des appels vers des numéros inconnus, ont été effectués par elle.
L’autre chose que cette déclaration semble faire croire, c’est qu’il n’y avait pas de relevés téléphoniques du ministère de la Justice indiquant la non-réception d’appel de Barbara Olson ou du vol AA77 – et, en fait, aucun enregistrement téléphonique du ministère de la Justice indiquant que tous les appels ont été reçus aux horaires correspondant aux appels vers des numéros inconnus supposés passés du vol AA77. Est-ce que cela ne fait pas obstacle à toute tentative pour essayer de corréler les appels téléphoniques signalés par les deux sources ?
En tout cas, la déclaration à propos de ce que "le ministère de la Justice et le FBI croient" reflète en réalité un rapport du ministère de la Justice (en date de mai 2004), où il est dit : «Bien qu’il n’y ait aucune preuve directe à l’égard des ‘appels inconnus’, les entretiens avec les intéressés (en particulier Lori Keyton qui était chargé de répondre au téléphone dans le bureau de Ted Olson le 11-Septembre), ainsi que des interviews des membres des familles d’autres passagers du vol AA77, a [sic] conduit [sic] à la conclusion que tous ces appels inconnus étaient de Barbara Olson vers le bureau de son mari Ted. "108 La question cependant, est de savoir si cette «conclusion» est réellement plausible. Pour répondre à cette question, il est utile d’examiner les rapports du FBI de ses entretiens avec les deux personnes supposés avoir reçu les appels : Ted Olson et le secrétaire du ministère de la Justice, Lori Keyton.

Selon le résumé établi par le FBI de la déposition de Keyton (qui travaillait dans le bureau d’Olson ce matin-là pour "gérer les téléphones"), elle a reçu, vers 9h00, six à huit appels en paiement automatique à distance (PAD par la suite , NDT), qui ne donnèrent rien. Ensuite, elle "reçut un appel en PAD d’un opérateur en direct ", qui avait «un appel d’urgence en PAD de Barbara Olsen [sic] pour Ted Olsen [sic]." Keyton a accepté l’appel, puis a mis Barbara Olson en connexion avec Ted.

Le résumé du FBI dit ensuite : "Il y a eu un deuxième appel téléphonique environ cinq (5) minutes plus tard. Cette fois, elle a eu Barbara Olsen [sic] en ligne quand elle a décroché. Elle appelait directement. Ce n’était pas un appel en PAD . . . Keyton a dit. . . "Je vous le passe". Keyton a avisé qu’il n’y avait pas de fonction d’identification de l’appelant sur le téléphone qu’elle utilisait. Keyton n’a pas su dire si Barbara Olson appelait à partir d’un téléphone de l’avion ou de son téléphone portable." 109

Ce résumé contient de nombreuses et remarquables indications. Une d’entre elles est que, alors que Ted Olson avait fondé quelques spéculations confuses quant au type de téléphone utilisé par sa femme, basées sur l’idée que les deux appels avaient été passés en PAD (il a dit à Hannity & Colmes [voir note 17] que, compte tenu du fait qu’elle avait appelé en PAD, elle devait avoir utilisé des "téléphones d’avion, car elle n’avait simplement pas accès à ses cartes de crédit"), Lori Keyton, qui est supposée avoir reçu ces appels, a déclaré que l’un d’eux était un appel direct. Pour notre présent sujet, toutefois, le point important est que le résumé du témoignage de Keyton se conclut avec les mots signalés ci-dessus en gras. Et il n’y avait aucune trace d’un quelconque appel ultérieur de Barbara Olson.
La même chose est vraie dans le résumé de l’interview du FBI avec Ted Olson lui-même.

Selon ce résumé, Olson a dit que, pendant qu’il regardait la télévision – où passait la "répétition de la vidéo montrant le second avion frapper le World Trade Center" - après avoir appris que Barbara était au téléphone, il a «pris l’appel de sa femme et lui a parlé pendant environ une (1) minute, après quoi l’appel "fut alors coupé." Après avoir signalé cet appel au Centre de commandement du ministère de la Justice, il lui fut dit que sa femme était au téléphone à nouveau et, après avoir discuté de plusieurs choses, "cet appel fut alors coupé." Le résumé du FBI du témoignage de Ted Olson conclut en disant: "Olsen [sic] est ensuite retourné voir la télévision et apprit le crash de l’avion sur le Pentagone … Olson ne sait pas si les appels venaient du téléphone portable de sa femme ou d’un téléphone de l’avion. Elle a toujours son téléphone portable avec elle."110 A la lumière de ces deux résumés d’entretien, comment pourrions-nous supposer que les quatre" appels vers des numéros inconnus, "aurait pu être " de Barbara Olson vers le bureau de son mari "?
Nous pourrions, pour le sûr, trouver plausible que les deux appels signalés par Lori Keyton et Ted Olson soient les deux premiers des appels vers des numéros inconnus, parce que leur horaire et leur durée – 9:15:34 pendant 1 minute et 42 secondes, et 9:20:15 pendant 4 minutes et 34 secondes – correspondent bien décemment avec les rapports Keyton-Olson.
Mais que devons-nous supposer à propos du troisième appel, censé avoir commencé à 09:25:48 et durer 2 minutes et 34 secondes, et du quatrième appel, censé avoir commencé à 09:30:56 et durer 4 minutes et 20 secondes? Devons-nous supposer que Keyton a reçu ces appels et les a transférés vers le Conseiller Général, mais que tous les deux ont omis de les signaler dans l’entretien du FBI, alors qu’ils auraient duré au total près de 7 minutes ? L’idée est trop risible pour être prise en considération.
Comment, alors, doit-on supposer que ces deux derniers appels auraient pu être "de Barbara Olson vers le bureau de son mari Ted" ? Peut-on imaginer que quelqu’un d’autre dans ce bureau – peut-être le secrétaire personnel de Ted Olson, Helen Voss, ou quelqu’un d’autre ayant pris la permanence téléphonique de Lori Keyton – a reçu ces deux appels, puis, au lieu de les transférer à Ted, est resté en ligne avec Barbara pendant près de sept minutes, et sans lui parler ensuite de ces appels ?

Encore une fois, l’idée est trop absurde à envisager.
En conséquence, l’hypothèse que les quatre appels vers des numéros inconnus, aient été effectivement des appels de Barbara Olson vers le bureau de Ted Olson est complètement invraisemblable. Et cela ne peut en rien atténuer la conclusion que le rapport du FBI au procès Moussaoui sape le rapport de Ted Olson qu’il a reçu deux appels de sa femme.
Néanmoins, certains détracteurs de mon point de vue, mettant de côté la question de savoir si l’hypothèse de quatre appels est plausible, ont fait valoir l’argument que cela montre la fausseté de mon allégation, selon laquelle le FBI en publiant son rapport au procès de Moussaoui sur le Vol 77 contredisait effectivement Ted Olson affirmant avoir reçu deux appels de sa femme. Cet argument repose sur l’assomption que le FBI, en présentant son rapport sur les appels téléphoniques au procès Moussaoui en 2006, proposait l’hypothèse des quatre appels.

Le rapport du FBI au procès de Moussaoui propose-t-il l’hypothèse des quatre appels, au moins implicitement ?
Dans un article précédent, après avoir mis en évidence le graphique du FBI du procès Moussaoui sur le Vol 77 – qui dit de Barbara Olson qu’elle n’a effectué qu’un seul appel, qu’il a été «non abouti» et (donc) a duré "0 seconde" – j’ai écrit : "Selon le FBI, donc, Ted Olson n’a pas reçu un seul appel de sa femme, ni d’un téléphone portable, ni d’un téléphone de bord. Il s’agissait d’une évolution étonnante : le FBI fait partie du ministère de la Justice, et pourtant son rapport a sapé l’affirmation très médiatisée de l’ex-Conseiller Général au ministère de la Justice qu’il avait reçu deux appels de son épouse le 11-Septembre."111 Un critique, ayant cité cette déclaration, écrit : "Oui, le FBI fait partie du ministère de la Justice, et 2 ans avant le procès Moussaoui toutes ces informations étaient connues d’eux, et le ministère de la Justice a confirmé l’histoire d’Olson. DRG [Doctor Ray Griffin, NDT] affirme que le rapport du FBI a miné les affirmations de Olson disant avoir reçu deux appels de sa femme." Puis, se référant au briefing du ministère de la Justice ci-dessus en date du 20 mai 2004 – le travail qui, dit-il,« a été mené pour appuyer le ministère de la Justice des États-Unis dans le procès criminel contre Zacarias Moussaoui "- le critique affirme que "ce document semble prouver le contraire."112

L’affirmation de ce critique est que, à la lumière du fait que le travail du briefing de 2004 a été conduit par le FBI pour supporter l’affaire du ministère de la Justice contre Moussaoui, ajouté au fait que ce point disait que les interviewés avaient "mener [sic] à la conclusion que tous les appels vers inconnus étaient à attribuer à Barbara Olson vers le bureau de son mari Ted," le rapport du FBI procès de Moussaoui, loin de porter atteinte à l’histoire de Ted Olson, l’avait" confirmé ". Il y a cependant deux problèmes avec cette affirmation.

D’abord, pour que cette conclusion de l’année 2004 ( à savoir que les quatre appels vers des numéros inconnus étaient des appels de Barbara Olson vers le bureau de son mari) puisse servir à «confirmer» la vérité de l’histoire de Olson, cette conclusion devrait être plausible. Mais, comme nous l’avons vu, elle ne l’est pas, de sorte qu’elle ne peut pas confirmer quoi que ce soit.
Le deuxième problème est que le rapport du FBI au procès Moussaoui de 2006 n’a pas repris la déclaration de 2004 à propos de la conclusion ministère de la Justice / FBI que les quatre appels vers des numéros inconnus avaient tous été faits par Barbara Olson. On ne peut valablement en déduire, simplement par le fait que le briefing de 2004 du ministère de la Justice reflétait le travail "mené à l’appui de l’affaire pénale du Département de la Justice contre Zacarias Moussaoui", que le FBI en 2006 prétendait réaffirmer les déclarations de cet exposé sans les réaffirmer explicitement.113 Beaucoup de choses peuvent se produire en deux ans. De plus, faire une déclaration manifestement indéfendable devant une cour de justice est une question beaucoup plus grave que de faire une telle déclaration dans une conférence de presse.
Aussi, tout ce que nous pouvons dire à propos du rapport du FBI au procès Moussaoui, dans la mesure où cela porte sur l’histoire de Ted Olson, est qu’il indique seulement que Barbara Olson a tenté un appel, que cette tentative d’appel n’a pas abouti, et qu’il a duré "0 seconde." Ainsi, ce rapport mine clairement la version de Ted Olson, selon laquelle sa femme l’aurait appelé deux fois depuis le vol AA77, partageant des informations avec lui sur le détournement à chaque appel. Nous ne pouvons pas dire que ceux présentant ce rapport ont pour but de saper le témoignage d’Olson, mais nous ne pouvons pas non plus dire qu’ils n’ont pas l’intention de le faire. Ce que nous pouvons dire, c’est que, en tout état en cause, le rapport porte atteinte à son témoignage.

L’hypothèse des deux appels est la moins problématique
Certains critiques, tout en tenant pour absurde l’hypothèse selon laquelle les quatre appels vers des numéros inconnus ont été passés par Barbara Olson au bureau de son mari, ont proposé une hypothèse de double appel. L’un d’eux a écrit : «Le rapport du FBI sur le vol 77 évoque également plusieurs appels qui n’ont pu être identifiés. Le FBI, sous la pression, a pu dire que les appels de Barbara Olson à Ted étaient tous deux des appels non identifiés." 114 Cette hypothèse, selon laquelle seuls deux des appels vers des numéros inconnus ont été faits par Barbara Olson (et qu’ils sont les deux appels rapportés par Lori Keyton et Ted Olson ) est certainement moins improbable que l’hypothèse des quatre appels. En effet, à première vue, elle semble prometteuse, car l’horaire et la durée des deux premiers appels correspondent à peu près à la version d’Olson des deux appels qu’il aurait reçus.
Comme nous l’avons vu plus tôt, le premier des appels vers des numéros inconnus se serait produit à 9h15mn34s, alors que le premier appel au bureau d’Olson s’est produit "entre 9h16 et 9h26." Ces horaires semblent poser un problème, car le premier des appels vers des numéros inconnus s’est produit, selon la Commission 11-Septembre, 26 secondes avant le premier appel de Barbara Olson reçu au bureau de Ted Olson. Toutefois, on pourrait soutenir que, compte tenu de l’erreur humaine, l’horaire correspondrait assez bien.
Un autre problème évident est que les durées déclarées pourraient apparaître trop différentes en comparaison de ces mêmes appels : le premier appel inconnu aurait duré pendant 102 secondes (une minute et 42 secondes), alors que Ted Olson a dit au FBI le 11-Septembre qu’il "a duré environ une (1) minute." Toutefois, lorsque Olson a été interviewé par Larry King, quelques jours plus tard, il a dit du premier appel : "Nous avons parlé pendant une minute ou deux, puis le téléphone a été coupé."115 La correspondance est suffisante, donc, pour une identification plausible du premier appel connecté du vol 77 avec le premier appel de Barbara Olson signalé par le bureau de Ted Olson.

La même chose est vraie à propos du deuxième appel rapporté par ces sources.

Selon les enregistrements d’AA, le deuxième appel du Vol 77 a commencé à 9h20mn15s, alors que Lori Keyton a indiqué que le deuxième appel de Barbara Olson était arrivé "environ cinq (5) minutes" après le premier (donc, si le premier avait été à 9h15mn34s, le deuxième appel à 9h20mn15s aurait été un peu moins de cinq minutes plus tard). Aussi, tandis que le deuxième appel inconnu a duré 4 minutes et 34 secondes (274 secondes), Ted Olson a déclaré Larry King que lui et sa femme avaient parlé dans le second appel pendant "deux ou trois ou quatre minutes" 116 – donc, encore une fois, on pourrait dire que c’était assez proche.
Il pourrait sembler raisonnable, alors, d’identifier les deux premiers appels vers des numéros inconnus avec les deux appels reçus de Barbara Olson. Si c’est ce que la Commission du 11-Septembre attendait, il est toutefois curieux qu’elle ait précisé que le premier appel était situé "entre 9h16 et 9h26," ce qui semblerait exclure la possibilité que le premier des appels inconnus, commencé à 9h15mn34s, soit le premier appel vers Olson.
Est-ce qu’un défenseur de cette position pourrait étayer ce problème en identifiant les appels Olson aux deuxième et troisième appels vers numéros inconnus, supposés avoir commencé à 9h20mn15s et 9h25mn48s respectivement? Le délai entre les deux – environ 5 minutes et demie – correspondrait assez bien au rapport fourni par le bureau d’Olson. Mais la durée du second appel – plus de 4 minutes et demie, pourrait ne pas correspondre à l’estimation qu’Olson a fournie au FBI sur la durée du premier appel de sa femme – «environ une (1) minute" – ou même son estimation donnée à Larry King – "une minute ou deux." Alors, cette tentative d’explication ne fonctionnerait pas.
L’autre possibilité serait d’assimiler les deux appels Olson aux troisième et quatrième appels du vol 77 vers des numéros inconnus. Mais cette possibilité semble exclue par deux faits : Le troisième appel a duré trop longtemps – plus de deux minutes et demie – alors que l’estimation d’Olson fournie au FBI est d’une minute environ. Et son début à 9h25mn48s semble beaucoup trop tardif pour correspondre au déroulement proposé par les différentes versions des événements dans le bureau de Ted Olson, ce matin-là. Par exemple, Olson et sa secrétaire, Helen Voss, ont tous deux signalé que, après le premier appel, il a téléphoné au Centre de commandement du ministère de la Justice pour demander que quelqu’un – un agent de sécurité, a précisé Voss – soit envoyé à son bureau.117 Cet officier de sécurité, Allen Ferber, a déclaré avoir reçu cet appel "à environ 9h00 du matin." 118 Il n’aurait sûrement pas donné cette estimation si l’appel n’était arrivé qu’à 9h26.
Il semblerait donc que l’explication la plus plausible pour rendre le rapport du FBI téléphone compatible à la version des faits telle que présentée par Ted Olson serait d’assimiler les appels signalés par sa femme aux deux premiers appels vers des numéros inconnus.

La confrontation de l’hypothèse du double appel pose des problèmes
Cependant, alors que cette version de l’hypothèse des deux appels n’est pas aussi manifestement fausse que l’hypothèse des quatre appels, elle souffre encore de graves problèmes.
L’horaire de l’appel d’abord : un problème déjà évoqué est que, selon la Commission du 11/9, le premier appel est arrivé peu après 9h16, alors que le premier appel du vol 77 vers des numéros inconnus a commencé plus tôt que cela – à 9h15mn34s. Il y aurait besoin d’avoir une explication des raisons pour lesquelles cette différence ne devrait pas d’emblée exclure l’identification des deux appels signalés. Une telle explication serait la bienvenue, cependant, ce premier problème est moins grave que les suivants.
La séquence des appels : selon le réceptionniste d’Olson, Lori Keyton, le premier appel de Barbara Olson fut un appel en paiement à distance, transmis par l’intermédiaire d’un opérateur, alors que le deuxième appel a été différent : «Cette fois, Barbara Olsen [sic] était sur la ligne quand elle répondu. Elle a appelé directement. Ce n’était pas un appel en paiement à distance. "119 Si nous identifions ces deux appels aux deux premiers signalés vers des numéros inconnus du vol 77, puis ajoutez l’appel non-abouti de 9h18mn58s indiqué dans le graphique de Barbara Olson fourni dans le rapport du FBI au procès Moussaoui, nous devons dire que Barbara Olson a attenté trois appels : un appel fructueux avec paiement à distance via un opérateur à 9h15mn34s ; un appel non-abouti à 09h18mn58s en appel direct au moyen d’un téléphone de bord, qui n’aurait pu être activé que par le biais d’une carte de crédit, puis un appel direct réussi à 9h20mn15s.
Cette séquence soulève quelques questions : dans le premier cas, si Barbara Olson avait sa carte de crédit (contrairement aux spéculations de Ted Olson), et si elle a eu accès à un téléphone de bord, c’est qu’elle savait pouvoir joindre directement le bureau de son mari, et donc pourquoi aurait-elle utilisé la première fois un appel avec paiement à distance – une procédure qui, en plus d’exiger également une carte de crédit, aurait pris plus de temps ? Dans le second cas, après avoir obtenu avec succès le bureau via un opérateur, pourquoi aurait-elle alors essayé de ligne directe ? Dans le troisième cas, ayant ensuite vu que d’essayer en appel direct ne fonctionnait pas, pourquoi aurait-elle essayé cette méthode à nouveau, plutôt que de retourner à sa première méthode, qui avait marché ?
Nous ne pouvons pas tenir pour certain, bien sûr, qu’elle n’a pu effectuer cette séquence d’appels. Mais l’impossibilité apparente de répondre à ces questions augmente la nature problématique de l’hypothèse du double appel.

Pourquoi les deux appels connectés sont déclarés "inconnus" ?
Exposant un problème encore plus grave pour l’hypothèse des deux appels, un commentateur a écrit: «Il est très étrange que le FBI n’ait pas eu d’appels confirmés de Barbara Olson à Ted Olson. Il y avait 4 appels liés à des numéros non confirmés et à des appelants non confirmés. C’est étrange. Si le FBI est en mesure de confirmer un appel de Barbara Olson non abouti vers le ministère de la Justice et ayant duré zéro seconde, pourquoi pas les appels qui ont eux réellement abouti et qui ont duré plusieurs minutes ? "120 Cette série d’interrogations, à juste titre baptisée par cet écrivain de "très étrange" semble trop bizarre pour être totalement invraisemblable. Si le FBI a pu identifier le numéro composé pour un appel qui a échoué- qui n’a donc pas duré plus d’un centième de seconde – peut-on donner une explication plausible pour expliquer pourquoi le FBI n’a pas pu identifier le numéro de deux appels qui, outre la connexion, ont duré entre 1,5 et 4,5 minutes respectivement?
Ce problème devient encore plus grave lorsque nous nous concentrons sur l’hypothèse que deux des appels vers des numéros inconnus étaient de Barbara Olson vers le ministère de la Justice, lequel a également reçu d’elle une autre tentative d’appel qui n’a pas abouti. Si le FBI a pu déterminer que Barbara Olson avait à 9h18mn58s tenté en vain de joindre le ministère de la Justice, pourquoi aurait-il été incapable de déterminer que les appels qu’elle avait émis – selon l’hypothèse de deux appels – à 9h15mn34s et à 9h20mn15s avaient atteint ce même ministère de la Justice ?
Bien que, à ma connaissance, aucun défenseur de l’hypothèse considérée – qui est que certains des appels vers des numéros inconnus, étaient de Barbara Olson vers le ministère de la Justice – n’a fourni une explication plausible des conséquences en apparence bizarre de cette hypothèse, un défenseur a essayé. Selon cette personne : "Si vous utilisez une carte de crédit et si vous payez vous-même, vous composez le numéro vous-même et un enregistrement du téléphone de bord est alors effectué. Elle l’a fait une fois et cela n’a pas réussi… vous avez l’enregistrement de cet appel, et le numéro composé sur le téléphone de bord. Les autres ont été passés en paiement à distance et par conséquent [sic] l’opérateur compose le numéro et non la personne qui utilise le téléphone de bord, par conséquen [sic] le numéro appelé est inconnu (pas composé sur le téléphone de bord), mais le temps durant lequel l’appareil a été utilisé est connu et enregistré. "
Il y a deux problèmes avec cette explication. Premièrement, comme nous l’avons vu, un seul des appels provenant de Barbara Olson supposés reçus au bureau de son mari venait d’un opérateur. L’autre, Lori Keyton l’a dit, était un appel direct. Deuxièmement, il n’est tout simplement pas vrai que les appels en paiement à distance ne laissent aucune trace. (Sans un enregistrement, comment la compagnie de téléphone saurait qui faire payer pour les appels ?) Donc cette explication est aussi fausse qu’elle peut l’être.
Cette explication doublement fausse a été soutenue par un critique, avec comme thèse centrale que : "L’évidence montre que les appels se sont passés comme Olson l’a dit, et il n’y a aucune preuve du contraire." Mais une bonne preuve est fournie par le fait évident, comme l’illustre cette tentative malheureuse de ce critique, qu’il n’y a pas de réponse plausible à la question : si le système a pu déterminer que Barbara Olson avait tenté un appel au ministère de la Justice qui n’a pas abouti, alors pourquoi ce même système ne pourrait identifier ni l’appelant ni le destinataire de deux appels qu’elle a pu passer ? S’il n’y a pas de réponse plausible à cette question, alors c’est une bonne preuve qu’elle n’a pas passé deux appels au bureau de Ted Olson à partir du Vol 77.
En résumé : bien que l’hypothèse des deux appels ne soit manifestement pas aussi fausse que l’hypothèse des quatre appels, elle est encore trop difficile à considérer comme un moyen de réconcilier le rapport du FBI au procès Moussaoui sur le téléphone avec l’affirmation de Ted Olson, qu’il a reçu deux appels de sa femme alors qu’elle était à bord du vol 77 d’American. Pour autant et par conséquent, mon affirmation (que le FBI rapport au procès Moussaoui a miné l’allégation de Ted Olson que sa femme l’appelée deux fois à partir du vol 77) tient.
La conclusion que l’allégation de Ted Olson était fausse n’implique pas nécessairement qu’il n’a pas reçu deux appels, transféré vers lui par Lori Keyton, soi-disant de Barbara Olson qui était à bord du vol 77 d’American. Elle signifie simplement que Lori Keyton et Ted Olson n’ont pas, en effet, reçu deux appels de Barbara Olson du vol 77. Ce qui s’est réellement passé est une autre question, qui pourrait sans doute trouver réponse assez rapidement avec une véritable enquête sur la question.

Conclusion
Bien que cet essai ait porté sur les détails, souvent infimes, en se bornant à un seul aspect de la thèse officielle du 11-Septembre, les implications sont énormes. Sans l’idée largement répandue que les attaques du 11-Septembre ont été planifiées et effectuées par Al-Qaïda, les guerres en Afghanistan et en Irak n’auraient pas été possibles. En ce qui concerne en particulier la guerre en Afghanistan, Michel Chossudovsky a récemment insisté sur le fait que la décision de l’OTAN d’appuyer cette guerre dirigée par les Américains était fondée sur un exposé de Frank Taylor, du département d’État américain, dans lequel il fournissait ce qui était appelé des preuves concluantes sur la responsabilité d’Al-Qaida dans les attaques.121

Bien que le contenu de l’exposé de Taylor n’ait jamais été rendu public, le principal élément de preuve fourni au grand public était constitué des appels présumés émis par les passagers et les personnels de bord depuis les vols détournés. Mais lorsqu’on les soumet à une analyse détaillée, ces supposés appels téléphoniques, loin de soutenir cette fable justifiant la guerre, mène à une tout autre conclusion : que ces présumés appels ont été contrefaits. Cette analyse suggère ainsi que la totalité de l’histoire servie pour justifiér cette guerre dirigée par les États-Unis est un mensonge.
Si on se posait la question de la partie de l’histoire officielle se révélant être la plus fausse, je ne citerais pas les supposés appels téléphoniques, mais plutôt la destruction du World Trade Center, et la version officielle qui dit que les tours jumelles et le WTC 7 sont tombés vers le bas sans l’aide d’explosifs pré-installés. Compte tenu du fait que cette théorie implique des violations massives des lois fondamentales de la physique, la preuve contre elle est tellement forte qu’on ne peut plus à proprement parler d’une preuve – comme je l’ai récemment souligné dans un long livre de critique du rapport officiel, sur le WTC 7 en particulier. 122

Néanmoins, l’importance de la preuve contre la version officielle fournie par l’analyse des présumés appels téléphoniques ne doit pas être minimisée. Si l’histoire officielle est fausse, alors il faut s’attendre à ce qu’elle le soit dans toutes ses dimensions majeures, ce qui, comme je l’ai souligné dans un autre livre récent, s’avère être le cas.123 C’est cet argument cumulatif qui fournit la réfutation la plus forte de la justification officielle de la guerre suite au 11-Septembre. La preuve que les prétendus appels téléphoniques des avions de ligne ont été contrefaits est une part importante de cet argument cumulatif.124

Professeur David Ray Griffin

David Ray Griffin est professeur retraité de la Claremont School of Theology et de la Claremont Graduate University. 

Il est l’auteur de The New Pearl Harbor – Disturbing Questions about the Bush Administration and 9/11 ,  The 9/11 Commission Report: Omissions and Distortions —

A Critique of the Kean-Zelikow Report ainsi que de Osama Bin Laden: Dead or Alive?

Traduction apetimedia et Pascal pour ReOpenNews

 http://www.editionsdemilune.com/bmz_cache/d/daaa72b7b7d3f847fd5c0735440377d7.image.250x384.jpg
Omissions et manipulations de la commission d’enquête, par David Ray Griffin
(2004, Paris, editions demilune pour la version française, 252 pages) 

http://www.reopen911.info/News/2010/10/31/les-appels-telephoniques-dans-les-avions-revus-et-corriges-par-d-r-ray-griffin-22/

 


Notes:
95 “The Paradroid,” Politik Forum, February 17, 2006 (http://web.archive.org/web/20070713043551/http://www.politikforum.de/forum/archive/index.php/t-133356-p-24.html ).
96 This document is available at Pilots for 9/11 Truth (
http://pilotsfor911truth.org/AA757AMM.html ).
97 Posted by someone using the alias “Pomeroo,” James Randi Educational Forum, June 29, 2007 (
http://forums.randi.org/showpost.php?p=2730356&postcount=378 ).
98 Captain Ralph Kolstad, email letters to Rob Balsamo and David Griffin, December 22, 2009.
99 See “American Airlines Flight #77 Telephone Calls: Unknown Caller” (
http://911research.wtc7.net/planes/evidence/docs/exhibit/UnknownCallerAA77.png ).
100 Sam Ames, “Airline Grounds In-flight Phone Service,” CNET News.com (
http://news.com.com/2100-1033-831093.html ).
101 This document is available on the Internet (
http://2.bp.blogspot.com/_go0r2XYwpws/Rut6XRAnZ9I/AAAAAAAAAL8/h3RSUc1GUjw/s1600-h/F0871+001.jpg ).
102 I discussed some of these reasons in the latter part of “Barbara Olson’s Alleged Call from AA 77: A Correction About Onboard Phones.”
103 “America’s New War: Recovering from Tragedy,” Larry King Live, CNN, September 14, 2001 (
http://edition.cnn.com/TRANSCRIPTS/0109/14/lkl.00.html ).
104 The official location for this report is United States v. Zacarias Moussaoui, Exhibit Number P200054 (http://www.vaed.uscourts.gov/notablecases/moussaoui/exhibits/prosecution/flights/P200054.html). But these documents can be more easily viewed in “Detailed Account of Phone Calls From September 11th Flights” (http://911research.wtc7.net/planes/evidence/calldetail.html#ref1). One can also go directly to the Barbara Olson graphic (http://911research.wtc7.net/planes/evidence/docs/exhibit/BarbaraOlson.png).
105 See the Flight 77 graphic for “Unknown Callers” (
http://911research.wtc7.net/planes/evidence/calldetail.html#ref1). Some critics of my position have implied that I have deliberately not mentioned this part of the report. For example, after citing a brief essay of mine on the calls reported by Ted Olson, the critic going by “jimd3100” wrote: “[Griffin] doesn’t mention that there were 5 other calls from the flight, presented at the same trial. How come?” (“‘Fake’ Phone Calls? What The Evidence Shows” [http://911blogger.com/node/22214]). Also, in note 94, above, I pointed out that Pat of SCL suggested that, because I have not mentioned these unknown but connected calls, I must be either sloppy or a liar. However, as I pointed out in that note, I have mentioned the four “connected calls to unknown numbers” in some of my writings, including the updated edition of Debunking 9/11 Debunking and the article I co-authored with Rob Balsamo.
106 9/11CR 9.
107 9/11CR 455n57.
108 “Memorandum for the Record: Department of Justice Briefing on Cell and Phone Calls from AA Flight 77,” May 20, 2004 (
http://www.scribd.com/doc/18886083/T7-B12-Flight-93-Calls-General-Fdr-52004-DOJ-Briefing-on-Cell-and-Phone-Calls-From-AA-77-408).
109 FBI, summary of interview with Lori Lynn Keyton, September 14, 2001, INTEL Wire.com (
http://intelfiles.egoplex.com/2001-09-14-FBI-FD302-lori-lynn-keyton.pdf ).
110 FBI, “Interview with Theodore Olsen [sic],” 9/11 Commission, FBI Source Documents, Chronological, September 11, 2001Intelfiles.com, March 14, 2008, (
http://intelfiles.egoplex.com:80/2008/03/911-commission-fbi-source-documents.html ).
111 “Ted Olson’s Report of Phone Calls from Barbara Olson on 9/11: Three Official Denials,” Global Research, April 1, 2008 (
http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=8514).
112 jimd3100, “‘Fake’ Phone Calls?” (
http://911blogger.com/node/22214).
113 Besides being guilty of making this faulty inference, jimd3100 compounds the problem by abbreviating the 2004 statement – that the interviews “lead [sic] to the conclusion that all of these unknown calls were from Barbara Olson to her husband Ted’s office” – to “all of these unknown calls were from Barbara Olson to her husband Ted’s office,” so that it appears to have been a simple categorical statement, not a speculative inference.
114 Dean Jackson, “Comment,” December 20, 2009, about “David Ray Griffin on the 9/11 Cell Phone Calls: Exclusive CBC Interview,” 911Blogger.com, December 19, 2009 (
http://www.911blogger.com/node/22192 ).
115 “America’s New War: Recovering from Tragedy,” Larry King Live, CNN, September 14, 2001.
116 Ibid.
117 “Transcription of FBI Interview with Theodore Olson,” September 11, 2001; FBI, “Interview of Helen Voss,” transcribed September 14, 2001 (
http://www.scribd.com/doc/15072623/T1A-B33-Four-Flights-Phone-Calls-and-Other-Data-Fdr-Entire-Contents-FBI-302s-843).
118 FBI, “Interview of Allen Ferber,” transcribed September 14, 2001 (
http://www.scribd.com/doc/15072623/T1A-B33-Four-Flights-Phone-Calls-and-Other-Data-Fdr-Entire-Contents-FBI-302s-843).
119 FBI, summary of interview with Lori Lynn Keyton (
http://intelfiles.egoplex.com/2001-09-14-FBI-FD302-lori-lynn-keyton.pdf ).
120 This statement was made on December 20, 2009, by “DavidS” in comments to “David Ray Griffin on the 9/11 Cell Phone Calls” (
http://www.911blogger.com/node/22192).
121 Michel Chossudovsky, “September 11, 2001: America and NATO Declare War on Afghanistan: NATO’s Doctrine of Collective Security,” Global Research, December 21, 2009 (
http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=16573 ).
122 David Ray Griffin, The Mysterious Collapse of World Trade Center 7: Why the Final Official Report about 9/11 is Unscientific and False (Northampton: Olive Branch, 2009).
123 David Ray Griffin, The New Pearl Harbor Revisited: 9/11, the Cover-Up, and the Exposé (Northampton: Olive Branch, 2008).
124 My thanks to Elizabeth Woodworth and Tod Fletcher for help with this essay.

http://11septembre2001.blogspot.com/

http://www.reopen911.info/News/2010/10/31/les-appels-telephoniques-dans-les-avions-revus-et-corriges-par-d-r-ray-griffin-22/


Jusqu’à présent dans cette section, j’ai simplement discuté du fait et des raisons de l’évolution de ma propre réflexion, sur la question de savoir si le vol 77 était équipé ou non de téléphones de bord.


 

Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19


Ce message vous a été envoyé parce que vous faites parties de mes contacts 

Pour ne plus recevoir d'e-mail de notre part, signaler le nous avec si possible un commentaire explicatif.


Les commentaires sont fermés.