Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/02/2011

n°570 - Journal de Palestine - 16-02 au 27-02 – Fin - Obama menace les Palestiniens.


n°570  -  Journal de Palestine - 16-02  au  27-02 – Fin - Obama menace les Palestiniens.



Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre.

Les médias occidentaux dans leur large majorité ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



Journal de Palestine

n°570                           16-02  au  27-02

C.De Broeder          &   M.Lemaire



Vous retrouverez ce journal 

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

NB : Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire

6 Politique internationale des territoires occupés 

8 Médias/Vidéos

8-1 Vidéo : Franck Abed reçoit Jacob Cohen (1/3)

9 Les brèves

9-1 Kadhafi appelle les réfugiés palestiniens à défiler contre Israël. 

9-2 El-Qods menacé par des projets militaires israéliens.  

10 Dossier

10-1 Leila Mazboudi : Les dessous du 39ème veto américain pro israélien, sur fond de révoltes arabes.

10-2 Amira Hass : Quand le filet qui protège la tyrannie israélienne se déchirera...

 




5) Politique Internationale

Organisations Mondiales & régionales

Ligue arabe

La Ligue arabe lance une sévère mise en garde à Israël  

15/02/2011

 La Ligue arabe hausse le ton. Elle avertit, clairement, le régime sioniste d’Israël de ne pas essayer d'abuser des événements qui secouent certains pays arabes, pour poursuivre, en douce, la colonisation, et la judaïsation de Qods.

Le Secrétaire général adjoint de la Ligue arabe chargé des affaires palestiniennes, Mohammed Sabih, affirme qu'Israël cherche à appliquer ses projets, pour construire davantage de colonies, sur les territoires palestiniens, et qu'il exploite les développements en cours, pour accélérer la colonisation, s'imaginant que, pour le moment, la question palestinienne s'est éclipsée aux yeux des Arabes. Dans le même temps, les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe entendent se réunir, le 3 mars, au Caire, pour débattre des développements de la région, après la chute d'Hosni Moubarak. Ce sera, certes, une réunion différente, vu l'absence de Moubarak, comme l'évaluent les analystes. Il est vrai qu'Hosni Moubarak était l'ami fidèle d'Israël, son plus grand allié arabe et son protecteur. L'Egypte jouait un rôle déterminant, dans la mise à exécution des politiques qu'entreprenait Israël vis-à-vis du monde arabe. N'oublions pas que le Premier ministre israélien et les autres responsables de l'entité sioniste ont toujours soutenu Hosni Moubarak, face aux protestations populaires contre ce dictateur égyptien, appelant même les pays occidentaux, notamment, les Etats-Unis, à le soutenir. La chute d'Hosni Moubarak, après trois décennies de règne sans partage, mettra, politiquement et militairement, dans l'impasse, le régime sioniste. Tel-Aviv s'est, déjà, déclaré inquiet de l'émergence d'un nouveau Moyen-Orient, qui serait une menace sérieuse pour Israël. Il semble que les prochaines réunions de la Ligue arabe, notamment, sa session annuelle, à Bagdad, le 29 mars 2011, déclarée par le représentant permanent de l'Irak à la Ligue arabe, englobent des sujets importants et stratégiques, au tournant de cette phase cruciale où se trouve la région. Fondée, le 22 mars 1945, avec six pays, à savoir l'Egypte, l'Arabie saoudite, l'Irak, la Syrie, le Liban, le Yémen et la Jordanie, la Ligue arabe regroupe, maintenant, 22 pays du Sud-Ouest de l'Asie, du Nord et du Nord-Ouest de l'Afrique.

 http://french.irib.ir/analyses/commentaires/item/109173-la-ligue-arabe-lance-une-severe-mise-en-garde-a-israel


Nations unies

Navi Pillay critique Israël.  

12/02 
La Haut commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme, Navi Pillay, a fustigé, vendredi, les autorités sionistes, pour avoir pris à la légère le sort des centaines de milliers de Palestiniens lésés par les politiques de colonisation menées par Israël.

Au terme de sa visite de six jours, dans les territoires occupés de la Palestine, La haute Commissaire s’est dite «frappée par la condescendance dont font preuve les autorités israéliennes, face aux questions touchant le sort des Palestiniens affectés par la barrière de séparation et ou encore l’implantation des colonies».

 http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/109005-navi-pillay-critique-israel


Ue

Le projet d’échanges de données personnelles entre l’UE et Israël condamné par l’IPSC.

Cette mesure va laisser des millions de citoyens potentiellement à la merci d’un vol de leur identité, parrainé par leur État, du même genre que ce que nous avons connu à Dubaï en janvier de l’année dernière ; effectivement, c’est une acceptation tacite de la légitimation de tels actes de terrorisme d’État que commet Israël.

La Campagne Solidarité Irlande/Palestine a condamné aujourd’hui la décision de la Commission européenne déclarant qu’« Israël offrait le niveau suffisant de protection des données à caractère personnel » et donnant ainsi le feu vert au « transfert de données à caractère personnel des citoyens de l’Union européenne à Israël ».

Le gouvernement irlandais avait antérieurement tenté de bloquer cette relation de partages de données, mais en vain.

Condamnant cette approbation de la Commission, la présidente nationale de l’IPSC, Freda Hugues, déclare : « Il s’agit d’une initiative scandaleuse au nom de la Commission européenne. Israël est un pays qui s’est servi de passeports de ressortissants irlandais, allemands, britanniques et français pour perpétrer l’assassinat extrajudiciaire d’un membre du Hamas à Dubaï, l’année dernière - et il n’y a aucune raison de croire que c’était la première ou la seule action illégale de cette sorte. Par conséquent, que la Commission autorise le transfert de données à caractère personnel concernant des citoyens de l’Union européenne à cet État voyou serait risible si ce n’était une question aussi manifestement grave. Cette mesure va laisser des millions de citoyens potentiellement à la merci d’un vol de leur identité, parrainé par leur État, du même genre que ce que nous avons connu à Dubaï en janvier de l’année dernière ; effectivement, c’est une acceptation tacite de la légitimation de tels actes de terrorisme d’État que commet Israël. »

Mme Huges critique également la nature partisane de l’Union européenne quand il s’agit d’Israël : « Cela fait partie d’une tendance plus large au sein de l’UE par laquelle, en dépit des déclarations hypocrites et de circonstance critiquant les violations israéliennes des droits de l’homme, l’UE et ses États membres œuvrent à développer et à affermir les relations économiques et symboliques avec Israël. Par exemple, la "recherche scientifique" est une forme extrêmement lucrative de coopération de l’UE avec Israël. Israël participe à plus de 800 projets avec des universités et entreprises européennes, pour un montant évalué à 4,3 milliards d’€. En 2013, il est prévu qu’Israël reçoive plus de 500 millions d’€ de subventions européennes. En Irlande, nous devrions tous être scandalisés par le fait que le représentant de l’Irlande à la Commission européenne, Maire Geoghegan-Quinn, soit la personne chargée de gérer ces subventions. Parmi les bénéficiaires, on trouve les fabricants d’armes, tels que Elbit et Israel Aerospace Industries, qui construisent les drones et les avions qui servent régulièrement à attaquer la population de Gaza. »

Mme Hugues réitère l’appel d’IPSC pour qu’il soit mis fin à l’impunité israélienne, et spécialement pour exclure Israël à titre suspensif de l’Accord Euro-Med : « Israël ne craint aucune répercussion pour ses actions de la part de l’UE et de ses États membres, parce que ces institutions persistent à lui permettre d’agir en toute impunité. L’Accord Euro-Med entre Israël et l’UE accorde à Israël un accès privilégié au marché européen. L’article 2 de cet Accord stipule clairement que l’application de l’accord est conditionnée par le respect, par Israël, « des droits de l’homme et des principes démocratiques » un respect considéré comme un « élément essentiel » de l’accord. Israël a violé de façon flagrante le droit international à maintes occasions et il doit être suspendu de cet accord préférentiel sur cette base - et pourtant, aucun État membre de l’UE et aucun commissaire de l’UE n’a jamais soulevé cette possibilité. En tant que tel, il faut nous interroger sérieusement sur l’engagement de l’UE dans la protection des droits de l’homme ». (1)

Et Mme Hugues de conclure : « Je recommande à toute personne concernée par cette tendance à une plus grande coopération UE/Israël - qui équivaut en réalité à récompenser les Israéliens pour leur terrorisme contre les Palestiniens - de lire l’excellent livre de David Cronin sur la question : "L’alliance de l’Europe avec Israël : aider l’occupation" ».(2)

(1) - Ndt : Une résolution a été adoptée par le Parlement européen le 10 avril 2002, par 269 voix pour, 208 voix contre et 22 abstentions qui demande la suspension des accords UE-Israël. Voir notamment le point 8 de cette résolution :

8. (le Parlement européen) demande au Conseil et à la Commission de convoquer d’urgence le Conseil d’association UE-Israël pour transmettre sa position au gouvernement israélien en lui demandant de respecter les dernières résolutions de l’ONU et de réagir positivement aux efforts déployés actuellement par l’UE pour parvenir à une solution pacifique au conflit ; demande à la Commission et au Conseil, dans ce contexte la suspension de l’Accord d’association euroméditerranéen UE-Israël.

Cette décision de nos élus européens n’a jamais été appliquée.

(2) Voir : L’alliance de l’Europe avec Israël de David Cronin

Voir aussi l’interview de David Cronin par Sarah Irving sur le site L’Islam en France sur la parution de son livre.

17 février

Campagne Solidarité Irlande/Palestine

10 février 2011 - IPSC (Campagne Solidarité Irlande/Palestine) –

publié sur Alternative Information Center

traduction : JPP



7 Monde

1  Egypte

 L'Egypte rouvre le terminal de Rafah, à la frontière avec la bande de Gaza

Le terminal de Rafah, à la frontière entre l'Egypte et la bande de Gaza, a été rouvert comme prévu mardi 22 février par les autorités égyptiennes pour "les Palestiniens qui veulent partir [de l'enclave côtière], au rythme de trois cents par jour", a annoncé un responsable du Hamas.

Le régime des sorties n'est "pas encore clair", a-t-il ajouté, indiquant néanmoins penser que les personnes autorisées à entrer en Egypte par Rafah seraient comme précédemment les patients munis de certificats médicaux, les étudiants en Egypte et les détenteurs de nationalités étrangères.

FERMÉ DEPUIS LE 30 JANVIER

"Plus de trois mille personnes se sont enregistrées auprès de nous pour voyager", a précisé le responsable, espérant que le terminal puisse à terme rester ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Il fonctionne actuellement de 11 heures locales (10 heures à Paris) à 16 heures (14 heures à Paris).

Rafah, seul point d'entrée de la bande de Gaza à ne pas être contrôlé par Israël, était fermé depuis le 30 janvier en raison du soulèvement populaire en Egypte qui a provoqué la chute du président Hosni Moubarak le 11 février.

La fermeture du terminal a bloqué en Egypte des milliers de Palestiniens, principalement des malades partis se faire soigner ou opérer d'urgence mais aussi des étudiants et des familles.

LEMONDE.FR avec AFP |

22.02.

 http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/02/22/l-egypte-rouvre-le-terminal-de-rafah-a-la-frontiere-avec-la-bande-de-gaza_1483543_3218.html#xtor=AL-32280184



8 Médias/Vidéos

8-1 Vidéo : Franck Abed reçoit Jacob Cohen (1/3)

http://www.dailymotion.com/video/xevhol_franck-abed-recoit-jacob-cohen-1-3_news#from=embed



9 Les brèves

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information

9-1 Kadhafi appelle les réfugiés palestiniens à défiler contre Israël.  

Le numéro un libyen Mouamar Kadhafi a exhorté les réfugiés palestiniens à suivre l'exemple des révolutions tunisienne et égyptienne et à se masser aux frontières israéliennes jusqu'à ce que le régime sioniste se plie à leurs demandes.  « Nous vivons le temps des révolutions populaires dans le monde arabe, et cette vague de révolution ne doit pas épargner les Palestiniens, a affirmé Kadhafi. « Ce n'est pas une déclaration de guerre que je lance ici, mais un appel en faveur de la paix qui devra entraîner des foules de réfugiés palestiniens, résidant en Jordanie, au Liban en Libye et en Syrie vers les frontières d’Israël, les mobiliser là, jusqu’à ce qu’ils aient gain de cause, a-t-il expliqué à la télévision d’état. Le dirigeant libyen a proposé l’installation des camps près des frontières de l’entité sioniste, si ce dernier se refusait à s’incliner.

14/02

 http://french.irib.ir


9-2 El-Qods menacé par des projets militaires israéliens.  

La ville palestinienne d'El-Qods est menacée par des projets israéliens prévoyant le transfert d'écoles militaires juives sur un lieu saint de l'Islam, ont rapporté hier des médias. Selon ces sources, l'occupant israélien veut transférer à El-Qods-Est des écoles militaires situées près de Tel-Aviv, un projet qui menace le symbole du patrimoine religieux palestinien et des musulmans. Israël prévoit le transfert des ces écoles militaires sur une superficie de 3,2 hectares à El-Qods-Est, un secteur qu'il a annexé en 1948. Une annexion vivement dénoncée et non reconnue par la communauté internationale. Ce projet juif, annoncé par le ministère israélien de la Guerre, prévoirait la construction de logements pour 1.400 militaires, de salles de conférences, de salles de sports, de bureaux et de bibliothèques à El-Qods-Est. Cette énième provocation israélienne aggrave davantage une situation catastrophique dans les territoires palestiniens occupés, et menace de tuer toute chance de relancer le processus de paix israélo-palestinien, à l'arrêt depuis fin octobre 2010 en raison de la poursuite de la colonisation juive. Outre ses projets militaires, l'occupant israélien ne cesse d'approuver de nouveaux plans de colonisation à El-Qods et en Cisjordanie, ce qu'a suscité de fortes indignations des Palestiniens. La communauté internationale s'est contenté jusqu'ici, de condamner ce genre de violations israéliennes, mais sans adopter des mesures fermes pour mettre un terme aux agressions et aux dépassements quotidiens israéliens contre le peuple palestinien.
l Par ailleurs, Marwane Al-Barghouthi, membre du comité central du mouvement palestinien Fatah a appelé, hier, à un grand soulèvement populaire pour mettre fin à l'occupation israélienne, soulignant la nécessité de relancer le dialogue interpalestinien dans l'immédiat afin de mettre un terme aux divisions internes et unir les rangs palestiniens.
M. Al-Barghouthi, détenu dans une prison de l'occupation israélienne depuis avril 2002, a appelé, dans un communiqué, à se préparer pour le lancement d'un vaste soulèvement populaire avec la participation de toutes les forces palestiniennes avec comme slogan "Il est temps d'en finir avec l'occupation" pour recouvrer la liberté et l'indépendance de la Palestine, et permettre le retour des réfugiés palestiniens dans leurs terres. Il a, par ailleurs, mis en exergue le besoin de relancer le dialogue intarpalestinien dans l'immédiat afin de mettre un terme aux divisions internes et unir rangs des Palestiniens face à l'occupant israélien qui poursuit sa politique de répression et de colonisation dans le territoires occupés.
Ce dialogue national palestinien a été également souligné par le mouvement Hamas à Ghaza qui a appelé à "une révision générale" de la situation politique intérieure de la Palestine, afin a-t-il dit, de remettre de l'ordre dans la maison palestinienne bâtie sur des bases solides.

18/02

 http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/9296



10 Dossier

Ndlr :La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information 

10-1 Leila Mazboudi : Les dessous du 39ème veto américain pro israélien, sur fond de révoltes arabes.

Ce ne fut une surprise pour personne, que les Etats-Unis opposent leur veto à une résolution arabe condamnant la politique de colonisation israélienne.
Il faut dire que c’est la 39ème fois depuis 1967, que Washington l’oppose  dans la tribune onusienne, pour empêcher une condamnation d’Israël. Certains vetos contestaient des textes condamnant la colonisation dans les territoires palestiniens de 1967.

Mais ce vendredi, le veto américain résonnait tout seul dans l’enceinte du Conseil de sécurité. Sans abstention, ni absence parmi les  14 autres membres du Conseil.

Le texte parrainé par quelque 130 pays affirmait que "les colonies israéliennes établies dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, sont illégales et constituent un obstacle majeur à la réussite d'une paix juste, durable et globale".
Mêmes la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne ont tenu à rappeler après le vote "le caractère illégal" de la colonisation et "la menace" qu'elle constituait pour une solution à deux Etats.
Indifférente, l’administration d’Obama est allée jusqu’au bout pour son premier veto.
Question de satisfaire toute seule l’entité sioniste, qui a remercié le président Obama et appelé les Palestiniens à reprendre immédiatement et sans conditions préalables les négociations directes.
Au mépris de la colère des Palestiniens, exprimée avec fadeur vendredi, par la voix de l’un de ses principaux négociateurs de l’Autorité Yasser Abed Rabbo. Lequel a regretté une « décision malheureuse, déséquilibrée et qui affecte la crédibilité de l’administration américaine », et rapporté un engagement pour "réévaluer" la position de l’Autorité.

En effet et plus que jamais, ce 39ème veto américain  montre que les procédés du gouvernement de Mahmoud Abbas pour restituer les droits du peuple palestinien n’ont aucune efficacité. 
S’étant soumis sans contrepartie aux diktats israélo-américains, en sacrifiant la résistance et l’unité palestiniennes, il manque d’atouts de force pour pouvoir imposer ses conditions.

De plus, le veto montre aussi que Washington n’a jamais été sérieux dans ses efforts de trouver une solution juste au conflit israélo-palestinien, dans le cadre des résolutions onusiennes et des frontières de 1967.
Il apporte une nouvelle preuve à la conviction selon laquelle la super puissance, de par les conférences qu’elle organise, et les engagements qu’elle donne (dont le plus éclatant celui d’inscrire en 2012 un état palestinien à l’ONU)  ne fait que disséminer de faux espoirs  aux Palestiniens et Arabes qui prônent la négociation comme moyen de restitution des droits du peuple palestinien.
Et qu’elle continue de faire en sorte !
Comme en témoigne l’absurdité de l’explication affichée peu après le vote, par l'ambassadrice américaine à l'ONU Susan Rice : « Le projet de résolution s’il avait été adopté aurait pu encourager les parties à demeurer en dehors des négociations ».
Un tour en rond qui consacre le principe de négocier pour négocier.
Ainsi que sa prétendue admission que la colonisation israélienne détruit "la confiance entre les parties" et menace "les perspectives de paix"…
De la poudre aux yeux, pour camoufler ce soutien  inconditionnel à l’entité sioniste.

Mais cette fois-ci le timing du veto est particulièrement délicat.
Survenu à  un moment où plusieurs régimes alliés des USA sont confrontés à des contestations, "cela n'est pas fait pour améliorer leur image à un moment particulièrement sensible", a appréhendé un diplomate américain sous couvert d'anonymat après le vote.

Ce qui explique les raisons pour lesquelles les Américains ont  cherché à éviter le veto, en tentant jusqu’à la dernière minute de convaincre les Palestiniens de renoncer à la résolution et d’adopter à la place une déclaration de la présidence du Conseil de sécurité. 
Ce qui explique aussi l’obstination d’Abbas, qui en insistant sur le texte de la résolution, à l’insu du veto,  affiche au grand jour les véritables intentions américaines sur les colonisations. Voire sur le processus de paix en général.

La tactique n’est pas si ingénieuse. Le veto américain n’étant que le prolongement de la position molle de Washington, il y quelques mois, face au refus de Tel Aviv sa demande d’un nouveau moratoire sur les  colonisations. Sans compter les 38 autres vetos…
Au temps du réveil des peuples arabes, Abbas devrait faire plus pour l’exploiter en faveur du peuple palestinien…

Leila Mazboudi

Publié le 20 février


10-2 Amira Hass : Quand le filet qui protège la tyrannie israélienne se déchirera...

Le moment où la machine de la répression israélienne se désintégrera parce les hommes qui la composent se sont mis à réfléchir au lieu d’obéir n’est pas encore arrivé. Amira Hass, Haaretz, 02.02.11

Il y a un moment miraculeux dans les soulèvements populaires quand la peur de la machine répressive ne fait plus reculer les masses populaires et quand la machine se désagrège et laisse apparaître ses composantes qui sont aussi des hommes. Des hommes qui cessent d’obéir et se mettent à réfléchir.

Quand ce moment arrivera-t-il pour nous ? Un groupe d’hommes d’affaire palestiniens avait envisagé la possibilité de rejoindre la lutte populaire de villages proches de Ramallah contre le mur de séparation. C’était avant les révoltes en Tunisie et en Egypte. Finalement, comme me l’a expliqué un participant, ils ont pensé qu’ils ne pouvaient pas se permettre de prendre part à de telles activités car le lendemain "Beit El" (le surnom qu’on donne à l’Administration Civile (des territoires palestiniens occupés - NdT) dont la base se trouve près de la colonie qui porte ce nom) leur retirera tous les permis spéciaux (principalement pour pouvoir se déplacer - NdT) qui leur permettent d’avoir une activité professionnelle.

L’exemple de ce qui est arrivé à d’autres dans des circonstances similaires (par exemple les permis VIP des officiels haut placés du Fatah qui avaient daigné participer à une ou deux manifestations ont été abrogés) est suffisant pour créer la peur.

Une machine répressive ne s’appuie pas seulement sur les armes et sur la torture dans des caves. Comme l’a montré le régime soviétique, la bureaucratie est l’épine dorsale d’un tel système. C’est la même chose pour nous en Israël : loin d’être une société démocratique transparente comme cela se devrait, Israël a créé une bureaucratie complexe et invisible qui contrôle complètement la liberté de mouvement des Palestiniens et donc la liberté du trouver un emploi, de se procurer des moyens de subsistance, de faire des études, la liberté de tomber amoureux, de fonder une famille et autres libertés fondamentales.

Un régime qui ne respecte pas ces libertés est automatiquement qualifié de "tyrannique." Nous avons échappé à ce qualificatif parce que dans notre cas, c’est une tyrannie collective exercée par les Juifs israéliens ( ceux qui profitent du système) contre les Palestiniens. Les représentants de cette tyrannie collective, qui se manifeste par la violation systématique du droit sacré de la propriété de l’autre et par une discrimination systématique à son encontre, sont des officiers de l’armée qu’on admire, des officiels du Ministère de la Défense dont on dit du bien, des architectes, des entrepreneurs, etc...Mais les libertés se moquent des qualificatifs ; et un peuple entier en est toujours privé.

La machine israélienne de répression a réussi à fabriquer une filet de protection qui s’appelle l’autorité palestinienne. Elle fait tout ce qu’elle peut pour que le statu quo ne change pas et qu’aucune lumière ne vienne révéler et faire voler en éclat le mirage de la prospérité économique et du développement des institutions nationales.

La manifestation organisée par l’intermédiaire de facebook devant le bureau des représentants égyptiens à Ramallah a été brisée par les forces de sécurité de l’autorité palestinienne. Le jeune homme qui a appelé à manifester a été recherché, arrêté et interrogé longuement. Le Hamas a aussi peur de la lumière. Environ 25 personnes appelées par facebook se sont rassemblées lundi sur la place du soldat inconnu de Gaza pour exprimer leur soutien aux Egyptiens. Elles aussi eurent affaire à des forces de sécurité peines d’ardeur. Six femmes ont été arrêtées.

Tôt ou tard, les filets protecteurs que la tyrannie israélienne a réussi à se donner se déchireront. Les masses envahiront-elles alors les rues et briseront-elles les barrages et les barrières, marcheront-elles sur Sheikh Jarrah, Silwan et Psagot (quartiers de Jérusalem Est colonisés par les Israéliens NdT) comme mes collègues Akiva Eldar et Aluf Benn l’ont prédit ?

Ne nous faisons pas d’illusions. Il n’y aura pas de confusion. Les soldats israéliens recevront des instructions claires. L’armée israélienne de l’opération Cast lead sera à la hauteur de sa réputation. Même si la marche est composée de 200 000 civils désarmés, l’ordre sera de tirer. Il n’y aura pas seulement 10 morts parce que l’armée de Cast Lead aura à coeur de se surpasser. Le moment où la machine de la répression israélienne se désintégrera parce les hommes qui la composent se sont mis à réfléchir au lieu d’obéir n’est pas encore arrivé.

 

De la même auteure :

  Affaiblir le Hamas ? Ouvrez les portes de Gaza 
  
Un ordre militaire israélien va permettre la déportation en masse des Palestiniens de Cisjordanie 
  
Amal Samuni et les sept éclats d’obus 
  
Bil’in et Ni’lin sont déclarés zones militaires fermées 
  
Comment on cède aux colons à Beit Sahur 
  
Israël restreint les permis de travail pour les personnels des ONG 
  
Israël a fait de tous ses citoyens des colons

Adresse courriel d’Amira Hass : amira@haaretz.co.il

jeudi 3 février 2011 - 06h:35

Amira Hass

2 février 2011 - Haaretz - Pour consulter l’original :
http://www.haaretz.com/print-editio...
Traduction : D. Muselet

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=10095


 

 

Source : Al Manar
http://www.almanar.com.lb/...

 



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières,les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

" Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19


Les commentaires sont fermés.