Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

21/03/2011

n°4 - Journal de Libye - 14-03 au 20-03 - Début- La France déclare la guerre à la Libye. !!!!

n°4 - Journal de Libye  - 14-03 au 20-03 - Début- La France déclare la guerre à la Libye.  !!!!




Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



       Journal de Libye

                       n°4                                          14-03 au 20-03

        C.De broeder & M.Lemaire



Le " Journal de Libye" est  visible  sur les blogs : 

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) sur le site de Eva Resis           no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse : http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm


Si vous voulez-nous contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire de la lutte pour la libération du territoire.

Tiré à part :

La Ligue arabe critique les frappes de la coalition.

Paroles & action du président Kadhafi

Au jour le jour

Déclaration

Le comité de l'Union africaine contre "toute intervention militaire"

Déclaration - Monde 

3 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

3-1 L''Afrique et la Communauté internationale.

4 Les brèves

4-1 el-dia.com : La France déclare la guerre à la Libye.  

4-2 Ferñent : La France viole la résolution des Nations Unies... 

4-3 De Crem "L'opération en Libye va faire beaucoup de victimes"…

5  Dossier

5-1 eva R-sistons : La guerre de Sarkozy.

5-2 Pierre PICCINI : Une analyse de la résolution 1973 de l’ONU.

6 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

6-1 Comité Action Palestine : LIBYE : Offensive impérialiste

7 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

7-1 Ferñent : L’ONU = L’INSTRUMENT DE L’AGRESSION COLONIALE CONTRE LA LIBYE ! 

7-2 Olivier Montulet : La question est de pressentir qu’elles sont la stratégie et les ambitions politiques occidentales en Libye.

 

 



Tiré à part :

La Ligue arabe critique les frappes de la coalition.

Le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa a critiqué les frappes aériennes et maritimes de la coalition sur la Libye en déclarant qu'elles dépassaient le cadre des objectifs proclamés, s'agissant de protéger la population civile, annoncent dimanche les médias arabes.

"Ce qui s'est passé en Libye diffère du but qui est d'imposer une zone d'exclusion aérienne, et ce que nous voulons c'est la protection des civils et pas le bombardement d'autres civils", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse au Caire.

Il a également annoncé son intention de convoquer une réunion d'urgence du Conseil de la Ligue arabe afin de discuter de la situation dans les pays arabes, notamment en Libye et au Yémen.

Lors d'une réunion précédente au Caire, les ministres des Affaires étrangères des pays membres de la Ligue arabe ont appelé l'Onu à instaurer en Libye une zone d'exclusion aérienne. 

Jeudi 17 mars, le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté une résolution permettant un recours à la force pour protéger la population libyenne des troupes du colonel Mouammar Kadhafi. Une opération militaire a été lancée samedi par la coalition des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de l'Italie et le Canada. Les premières frappes ont été portées par les chasseurs français. 110 missiles de croisières ont été tirés par la coalition dans la nuit du samedi au dimanche. 

Selon les médias officiels libyens, la coalition a frappé des cites civils dans les villes les plus importantes du pays, notamment à Tripoli, Benghazi et Zouara, ainsi que les dépôts de pétrole à Misrata. La télévision libyenne a également annoncé la mort de 50 civils dont les enfants, les femmes et les personnes âgées.

20 mars –

RIA Novosti


Paroles & action du président Kadhafi

Kadhafi appelle le Conseil de Sécurité à mettre fin à l'agression militaire  

Mouammar Kadhafi a condamné, dans une allocution diffusée samedi soir par la télévision libyenne le fait que la France ait pris la tête d'une coalition des pays occidentaux pour "perpétrer une agression lâche contre la Libye". Le leader libyen a indiqué que "la France et les pays agresseurs qui lui sont alliées ont violé la Charte des Nations Unies, alors que Paris, membre permanent du Conseil de Sécurité a le devoir d'empêcher la violation par un autre pays partie à la Charte et l'utilisation ou la menace de la force pour résoudre les problèmes internationaux." Le guide Kadhafi attribue au Conseil de sécurité et à la communauté internationale la responsabilité de faire cesser cette agression flagrante et injuste contre l' Etat indépendant qu'est la Libye.


Au jour le jour

La Libye invite la Turquie et Malte à contrôler le cessez-le-feu
Les autorités libyennes ont invité Turquie et Malte à contrôler la mise en application du cessez-le-feu dans le conflit qui oppose les forces armées aux insurgés, ont annoncé les médias internationaux.

Le chef de la diplomatie libyenne, Moussa Koussa, a annoncé que les autorités du pays allaient suspendre les opérations militaires contre les rebelles en réponse à la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'Onu qui prévoit la possibilité d'une intervention militaire contre le régime de Mouammar Kadhafi.

18 mars - RIA Novosti

Cessez-le-feu: Tripoli a demandé à Ban l'envoi d'observateurs.

La Libye à demandé au secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon l'envoi d'observateurs, après le cessez-le-feu déclaré vendredi par Tripoli, a indiqué samedi le ministre libyen des Affaires étrangères, Moussa Koussa.

"Nous avons annoncé un cessez-le-feu, preuve que la Libye a répondu positivement aux décisions de l'ONU", a déclaré M. Moussa lors d'une conférence de presse à Tripoli.

"Et pour prouver notre crédibilité, nous avons demandé au secrétaire général de l'ONU l'envoi d'observateurs internationaux", a-t-il ajouté.

"Nous avons aussi souligné notre engagement de respecter la résolution 1973 de l'ONU dans des messages adressés au secrétaire général de l'ONU et aux membres du Conseil de sécurité".

"Ainsi, la Libye a rempli tous ses engagements envers la communauté internationale", a poursuivi M. Koussa.

AFP / 19 mars



Déclaration

Le comité de l'Union africaine contre "toute intervention militaire"

Le comité de l'Union africaine (UA) sur la Libye rejette "toute intervention militaire étrangère qu'elle qu'en soit la forme", a déclaré samedi le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz à l'ouverture d'une réunion à Nouakchott des membres de ce comité.

La situation en Libye "exige une action urgente pour une solution africaine à la crise gravissime que traverse ce pays frère", a déclaré M. Ould Abdel Aziz. "Cette solution doit être conforme à notre attachement au respect de l'unité et de l'intégrité territoriale de la Libye, ainsi qu'au rejet de toute intervention militaire étrangère qu'elle qu'en soit la forme", a-t-il ajouté.

Il a cependant reconnu qu'à la suite d'un vote jeudi au Conseil de sécurité de l'ONU autorisant l'usage de la force en Libye et le sommet international de Paris où a été annoncé samedi le début de l'opération militaire, le comité devait, "de manière responsable et efficace, tenir compte dans (sa) démarche de cette évolution nouvelle".

"Nous devons mieux coordonner nos efforts avec tous nos partenaires et toutes les parties concernées pour aboutir à un règlement rapide de cette crise", a ajouté le chef de l'Etat mauritanien, un ancien général.

Des avions de chasse français ont procédé à quatre frappes aériennes au total samedi en Libye, détruisant plusieurs blindés des forces loyales au colonel Mouammar Kadhafi.

Trois des cinq chefs d'Etat qui composent le comité de l'UA participent à la réunion de Nouakchott: outre M. Ould Abdel Aziz, il s'agit d'Amadou Toumani Touré (Mali) et Denis Sassou Nguesso (Congo). Jacob Zuma (Afrique du Sud) et Yoweri Museveni (Ouganda) y sont représentés par des ministres.

Le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping, participe également à la rencontre, ainsi que le commissaire à la paix et à la sécurité de l'UA, Ramtane Lamamra.

Après leur réunion dans la capitale mauritanienne, les membres du comité doivent se rendre dimanche à Tripoli, selon le programme officiel de la rencontre.

Comité de l'Union africaine


Bureau national du Comité Valmy : Non à l’agression impérialiste en Libye !

A la majorité de 10 voix contre 5 abstentions, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté le 17 mars, une résolution sur la Libye prévoyant notamment la création d’une zone d’exclusion aérienne sur ce pays, afin de mettre fin aux bombardements des sites tenus par les opposants armés, au colonel Kadhafi. Les cinq abstentions à cette résolution belliciste qui ouvre la voie à des frappes aériennes sur le sol libyen, sont celles de la Russie, de la République populaire de Chine, de l’Allemagne, de l’Inde et du Brésil.

Cette résolution a été initiée par la France officielle, les Etats-Unis, la Grande Bretagne et le Liban. Dans notre pays, elle est approuvée par les partis vassalisés dogmatiquement favorables à l’Europe atlantiste de l’UMPS aux verts en passant par le Parti de Gauche du social démocrate formaté par le trotskisme, Jean Luc Mélenchon qui revendique d’être le candidat du Front de Gauche, lors de la prochaine élection présidentielle.

Le Comité Valmy estime que les Français dans leur grande majorité sont hostiles à cette nouvelle aventure guerrière dont le caractère impérialiste ne peut être masqué par l’alibi de la guerre à objectif humanitaire. Nous dénonçons ce nouvel exemple du caractère aventureusement belliciste, atlantiste et pro sioniste du gouvernement compradore de notre pays. Nous soulignons que les forces authentiquement populaires engagées dans la lutte contre Kadhafi ont, à plusieurs reprises exprimé leur opposition à toute intervention extérieure.

Nous déplorons de constater que le président de la République aie cru pouvoir engager la France dans cette funeste croisade contre le même Kadhafi à qui, à peine élu, il s’empressait de proposer des avions Rafale et une centrale nucléaire EPR (productrice de déchet de plutonium recyclable à des fins militaires). Comment se seraient déroulées la "révolutions arabes" qu’il prétend maintenant soutenir si les USA n’avait pas interdit la vente des Rafales et l’AIEA la vente de la centrale EPR ?

En affirmant qu’il est urgent de désarmer Kadhafi à qui il était prêt à livrer les fleurons des technologies militaires et nucléaires, Nicolas Sarkozy fait accessoirement la démonstration de sa dangereuse incompétence. Dont acte.

Nous remarquons que cette soudaine précipitation à vouloir bombarder un pays à qui l’Union européenne et la France voulaient encore, il y a quelques semaines, fournir du matériel et une assistance pour réprimer les mouvements de foules, coïncide avec de troublantes révélations sur le financement de la campagne électorale de 2007.

Le Comité Valmy exprime son étonnement face à l’attitude passive de pays comme la République populaire de Chine ou la Russie qui une fois de plus ont cédé aux pressions impérialistes en n’utilisant pas leur droit de veto lors du vote au Conseil de sécurité ainsi qu’ils l’avaient semble t-il envisagé dans un premier temps. Cette attitude hésitante et conciliatrice face à l’agressivité impérialiste porte à terme, contre ces même pays, la probabilité qu’ils seront à plus ou moins longue échéance, les victimes de la politique d’agression et de guerre des dirigeants états-uniens et de leurs vassaux de l’OTAN.

L’intérêt des peuples est de ne pas se laisser leurrer par les manipulations politico médiatiques relatives au prétendu droit d’ingérence « humanitaire » qui n’a pour objectif que de supprimer le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. A Bahreïn les troupes saoudiennes massacrent les insurgés sans que cela préoccupe le moins du monde nos grands humanistes. C’est que le royaume de Bahreïn, cet archipel du golfe Persique est d’une importance stratégique pour Washington, qui y a basé le quartier général de sa Ve flotte, chargée de surveiller les routes maritimes empruntées par les pétroliers, de soutenir les opérations en Afghanistan.

Outre qu’il ambitionne de mettre la main sur les richesses en pétrole de la Libye, Obama qui a repris à son compte la stratégie de son sinistre prédécesseur G W Bush, est décidé à développer la stratégie de grand Moyen-Orient et de recomposer l’hégémonie américaine de puis l’Afrique jusqu’en Afghanistan, ans oublier des pays comme l’Indonésie.

La solidarité avec le peuple libyen ne passe pas par l’intervention militaire de l’impérialisme ou l’établissement d’une nouvelle base américaine en Libye.

Le Bureau national du Comité Valmy

Paris le 18 mars 2011

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1278


Nasrallah. : « L'intervention militaire en Libye ouvre la voie à une ingérence "dans chaque pays arabe. 

L'opération militaire lancée samedi par la coalition internationale ouvre la voie à une ingérence occidentale "dans chaque pays arabe", a affirmé samedi le chef du puissant mouvement chiite Hezbollah Hassan Nasrallah.
"Le fait que la majorité des dirigeants arabes et musulmans n'aient pas assumé leurs responsabilités ouvre la voie à une intervention occidentale en Libye. Nous ne savons pas sur quoi cela va déboucher", a-t-il dit dans un discours retransmis sur un écran géant lors d'un rassemblement "en solidarité avec les révoltes arabes".
"Cela ouvre la voie à une ingérence étrangère dans chaque pays arabe, nous ramenant à l'époque des occupations, des colonisations et des partitions", a-t-il ajouté. "La situation en Libye est désormais très complexe".
L'opération déclenchée samedi par la coalition internationale intervient après plus d'un mois d'une insurrection réprimée dans le sang par le régime de Mouammar Kadhafi.

Le chef du Hezbollah, qui figure sur la liste américaine des organisations terroristes, a fustigé cette répression, appelant les insurgés à la vigilance.
"L'intervention internationale pourrait entraîner la Libye dans le jeu des nations. Les rebelles doivent être conscients de cela", a-t-il indiqué.
Il a appelé à la poursuite des révoltes en Libye mais aussi à Bahreïn et au Yémen, proposant de leur "venir en aide".
"Nous sommes là pour leur dire +nous sommes avec vous, nous vous soutenons (...) nous sommes prêts à venir en aide conformément à vos intérêts, aux nôtres et à nos capacités+", a-t-il dit.
Il a toutefois omis de commenter la situation en Syrie, son grand allié, où des manifestations ont été dispersées ces derniers jours, parfois violemment.
Le Hezbollah, bête noire d'Israël contre lequel il s'est engagé dans une guerre destructrice en 2006, dispose de dizaines de milliers de roquettes, selon l'armée israélienne.
A l'instar de son parrain l'Iran, le parti chiite n'a cessé d'exprimer son soutien particulier aux opposants bahreïnis, en majorité chiite, qui demandent l'instauration d'une monarchie constitutionnelle dans ce pays où règne la dynastie sunnite des Al-Khalifa depuis 230 ans.

19/03/2011  

http://www.iloubnan.info/fr/actualite/id/58386/titre/L%27intervention-militaire-en-Libye-ouvre-la-voie-%C3%A0-une-ing%C3%A9rence-%22dans-chaque-pays-arabe%22-affirme-Nasrallah


Comité Surveillance Otan : Libye, Iraq, Afghanistan : non à la guerre !Non à toute participation belge !

Le 20 mars est la date de la journée mondiale de mobilisations pour rappeler la guerre d’Irak et ses conséquences : la destruction d’un pays, la régression sociale et culturelle immense, le million de morts .  Le 17 mars,  la Belgique a voté pour la guerre à la Libye.

Le gouvernement belge en affaires courantes (!) vient de faire adopter par les parlementaires  la résolution  qui entraîne la Belgique dans la guerre contre la Libye.

Dans le cadre de l’Otan, notre pays fournira un navire de guerre et  6 avions F-16 et les militaires qui vont avec, pour participer, dans la « coalition des volontaires » ,   à la croisade contre la Libye.

Les députés de la Commission Défense et Affaires Etrangères ont adopté cette résolution à l’unanimité. Non seulement ils soutiennent la légitimité de la guerre contre la Libye, mais en plus, ils engagent notre pays dans la coalition des volontaires !

NOT IN MY NAME !

Aucune voix ne s’est élevée dans le cénacle politique pour dénoncer ou freiner cette folle escalade de guerre.  Trop peu de voix s’élèvent dans  l’opinion publique , dans les mouvements progressistes, dans les mouvements de paix. Comme si on pouvait défendre la démocratie et le progrès social en se résignant à la guerre, en se soumettant à l’hystérie des fauteurs de guerre de l’Union Européenne, de l’Otan.  Il n’y a pas de guerre humanitaire. Il n’y a que des guerres pour des intérêts bien précis.

Il faut maintenir le cap de la lutte contre la guerre ! 

NON A LA GUERRE CONTRE LA LIBYE !

NON A TOUTE PARTICIPATION BELGE !


Berlin met en garde contre une ’croisade’ de l’Occident en Libye.  

Le ministre allemand des Affaires étrangères a mis en garde samedi contre les risques d'une éventuelle intervention militaire des puissances occidentales en Libye qui prendrait la
forme d'une "croisade contre les populations de croyance musulmane".
"Il est essentiel que nous ne donnions pas l'impression qu'il s'agit d'un affrontement de l'Occident contre le monde arabe, ou bien d'une croisade chrétienne contre des populations de croyance musulmane", a déclaré Guido Westerwelle à des journalistes en marge d'une réunion informelle des chefs de la diplomatie de l'Union européenne à Gِdِllِ, à trentaine de kilomètres de Budapest. 
La France et la Grande-Bretagne ont milité vendredi avec vigueur pour que l'UE se prépare à agir militairement en Libye sous conditions lors d'un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement à Bruxelles, tandis que nombre de leurs partenaires, Allemagne en tête, se sont montrés nettement plus réservés, redoutant un engrenage militaire aux conséquences incalculables. 
Dans leur déclaration finale, les 27 ne mentionnent pas une zone d'exclusion aérienne, contrairement aux voeux de Paris et Londres.  
Entre-temps, les ministres arabes des Affaires étrangères devaient tenir une réunion de crise samedi au Caire pour discuter de l'établissement d'une zone d'exclusion aérienne en Libye visant à protéger les civils. 
Dans un entretien au magazine allemand Der Spiegel, diffusé samedi avant parution, le secrétaire général de la Ligue Arabe, Amr Moussa, a plaidé en faveur d'une telle zone et dit souhaiter que la Ligue Arabe "joue un rôle" dans sa mise en place

12/03/2011

 http://www.almanar.com.lb


1 Le contrôle du territoire

Un point sur les forces différentes  de la coalition  

- FRANCE:
Paris assure «le leadership» de l'intervention militaire, selon le Premier ministre belge Yves Leterme. «Une vingtaine d'appareils» ont commencé à intervenir en Libye samedi, selon l'état-major français. La France dispose d'une centaine de Rafale et Mirage 2000, en plus d'avions de surveillance Awacs. Un porte-hélicoptères de type Mistral était de plus récemment sur zone. Les bases aériennes de Solenzara, en Corse, et de N'Djamena, au Tchad, sont en alerte et pourraient servir de point de ralliement. Le porte-avions Charles de Gaulle, actuellement à Toulon, va appareiller dimanche vers la Libye.
- ROYAUME-UNI:
Le Premier ministre David Cameron a annoncé le déploiement d'avions de combat Tornado et Eurofighter (Typhoon en anglais) vers des bases proches de la Libye. Il pourrait s'agir de Chypre, où étaient récemment stationnés trois avions radar Awacs. Londres dispose également de bases à Malte mais La Valette a refusé qu'elles servent aux opérations.
Le Royaume-Uni dispose également d'avions Sentinel, Nimrod et Awacs, précieux pour la reconnaissance et la surveillance. Deux frégates britanniques sont actuellement en Méditerranée, le Westminster et le Cumberland.
- ETATS-UNIS:
Les Etats-Unis vont apporter à la coalition des «capacités uniques», c'est-à-dire des moyens militaires dont ne disposent pas leurs alliés, a déclaré samedi à Paris la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, sans plus de précision.
Des F-15 et F-16 américains sont déjà déployés sur la base de Sigonella . Sur le plan naval, le porte-hélicoptères Bataan et deux navires de soutien doivent être dépêchés à partir de mercredi vers la Méditerranée pour relever d'autres navires.
Les Etats-Unis disposent également de deux destroyers lance-missiles en Méditerranée orientale, le Barry et le Stout. Tous deux sont équipés de missiles de croisière Tomahawk.
- CANADA:
Les Canadiens ont promis sept chasseurs-bombardiers CF-18 à long rayon d'action, qui devaient être basés en Italie.
- ITALIE:
L'Italie offre «pour le moment» ses bases militaires en vue de l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne en Libye, mais n'exclut pas une participation plus importante dans un second temps. Rome souhaite de plus que la coordination des actions militaires soit transférée de Stuttgart (Allemagne) à la base de l'OTAN près de Naples.
- OTAN:
L'Otan reste en retrait, semblant appelée à ne jouer qu'un rôle d'appoint. Les avions radar Awacs de l'Alliance sont déjà présents en Méditerranée et volent 24 heures sur 24 depuis une semaine. L'Otan a par ailleurs déployé récemment trois navires dans la même zone.
- DANEMARK:
Copenhague a approuvé l'engagement de quatre avions de chasse F-16, de deux avions de combat de réserve ainsi que d'un avion de transport, tous dépêchés vers la Sicile.
- NORVEGE:
La Norvège a promis six chasseurs F-16.
- BELGIQUE:
La Belgique s'est dite prête à participer, évoquant la possibilité d'engager «quatre des six» chasseurs F-16, ainsi qu'un navire chasseur de mines.
- PAYS ARABES:
Le Qatar a promis sa participation mais sans plus de précision. Un diplomate de l'ONU a également annoncé l'engagement des Emirats arabes unis, mais cela n'a pas été confirmé.
- ESPAGNE:
L'Espagne offre un avion ravitailleur et quatre avions de combat F-18 qui seront basés en Italie.
- PAYS-BAS:
Les Pays-Bas ont annoncé une participation, sans plus de précision.
- GRECE:
Athènes a annoncé la mise à disposition de la coalition des bases grecques, sans préciser lesquelles.

19/03/2011

http://www.20min.ch/ro/news/dossier/tunisie/story/Premier-tir-d-un-avion-sur-un-vehicule-27052033



En Direct: "Les frappes en Libye sont un succès"…

20 Mar

Citant un communiqué des forces armées libyenne, la télévision libyenne a indiqué que les raids aériens effectués hier contre des régions civiles à Tripoli, à Syrte, à Benghazi, à Misrata et à Zouarah ont fait 48 tués, dont 26 à Tripoli, et 150 blessés.

http://www.sana.sy/fra/55/2011/03/20/337653.htm

12h54: "La première phase des frappes en Libye est un succès", indique ce matin le chef d'Etat-major américain.
11h59: Trois bombardiers furtifs B-2 américains ont mené un raid contre une importante base aérienne libyenne, larguant 40 bombes, a rapporté dimanche la télévision CBS News.
11h11: Les opérations militaires françaises ont repris en Libye. Paris indique que les opérations aériennes se poursuivent au dessus du territoire libyen. Plusieurs blindés des forces pro-Kadhafi ont déjà été détruits par des avions de chasse Rafale et Mirage 2000.
10h55: Kadhafi s'est expliqué à la télévision libyenne sur les frappes de la coalition qu'il a qualifiées d'agression de la part des pays croisés et de nouvel "hitlérisme". Le dirigeant libyen a prédit  une "longue guerre", affirmant que "tout le peuple libyen porte des armes" et qu'il va "vaincre".  Kadhafi a également  indiqué  que tout traître ou collaborateur de la coalition des croisés serait achevé.
10h18: L'opération lancée par la communauté internationale
en Libye pourrait durer longtemps et faire beaucoup de victimes. C'est ce qu'a affirmé le ministre belge de la Défense,  Pieter De Crem ce matin.
9h59: Les bombardements menés par la coalition internationale contre les objectifs militaires du colonel Mouammar Kadhafi ont
cessé dimanche matin dans Tripoli et Benghazi.
9h00: Selon la télévision libyenne, les raids aériens de ce dimanche auraient fait 48 morts et 150 blessés. Une information libyenne qu'i n'aurait pas encore été vérifiée.
6h40: La Belgique est prête à intervenir en Libye. Environ 230 militaires belges participeront à l'opération militaire contre les forces du colonel libyen Mouammar Kadhafi.
5h30: La Chine regrette les bombardements de la coalition
internationale en Libye, a indiqué dimanche son ministère des
Affaires étrangères, répétant dans un communiqué son opposition à l'usage de la force dans les relations internationales.
2h32: Des chasseurs bombardiers britanniques Tornado ont lancé des raids aériens sur la Libye.
2h28: Un bombardement aérien a visé dimanche avant l'aube
Tripoli et la défense anti-aérienne déployée dans la capitale est
entrée en action. Un avion a survolé le secteur de la résidence-caserne du dirigeant Mouammar Kadhafi à Bab al-Aziziya dans le sud de la capitale.

7/7 (Belga)

20-03

http://www.7sur7.be/7s7/fr/9478/Revolution-dans-les-pays-arabes/article/detail/1238538/2011/03/20/En-Direct-les-cadavres-depouilles.dhtml


Ferñent : La coalition internationale bombarde par air et mer la Libye.

Bonjour,
L'heure est grave pour les révolutions démocratiques en cours en Afrique du nord et dans le monde Arabe. Les impérialistes, utilisant le rapport des forces qui leur est encore favorable, ont utilisé encore une fois ce machin comme disait l'autre qu'est l'ONU, pour imposer la guerre au peuple Libyen comme ils l'ont fait hier en Irak par deux fois et en Afghanistan.
Cette fois à la différence de Bush, Obama n'est pas en première ligne, dans le cadre d'un partage des rôles pour duper les naïfs, l'impérialisme US (et le sionisme Israélien) laisse le premier rôle à Sarkozy et Cameron affublés des "tirailleurs" ou "harkis".
Les impérialistes vont faire la guerre à la libye, la théocratie intégriste fasciste d'Arabie Saoudite va militairement aider l'Emir de Barhein à écraser la révolution et au Yémen 41 morts par balles dans la seule journée d'aujourd'hui.    
Nous ne pouvons fermer les yeux sur ce complot machiavélique des impérialistes et de leurs vassaux moyenâgeux des pétrodollars autocrates.
Dénonçons, démasquons et mobilisons pour que vive les révolutions en cours en Afrique et dans le monde Arabe.

Ferñent / Mouvement des Travailleurs Panafricains – Sénégal0


La coalition internationale est passée à l'action samedi, les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni bombardant par air et par mer des objectifs en Libye.

La coalition internationale est passée à l'action samedi, les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni bombardant par air et par mer des objectifs en Libye pour stopper la répression de la révolte lancée depuis plus d'un mois contre le régime autoritaire de Mouammar Kadhafi, lequel a menacé de transformer la Méditerranée en "champ de bataille".
Dans un court enregistrement sonore diffusé en soirée par la télévision officielle libyenne, le dirigeant libyen a affirmé que les "dépôts d'armes" étaient ouverts pour défendre la Libye, en riposte à l'offensive occidentale.
"La Méditerranée est devenue un vrai champs de bataille", a déclaré le colonel Kadhafi, affirmant qu'il s'attaquerait à "tout objectif civil ou militaire" en Méditerranée.
"Les intérêts des pays ayant participé à l'agression seront en danger", a-t-il prévenu, jugeant que les frappes aériennes et aux missiles étaient une "agression croisée injustifiée" contre laquelle "le peuple libyen courageux (allait) lutter".
Le colonel Kadhafi, qui avait prévenu Paris, Londres et l'ONU qu'ils "regretteraient" toute ingérence dans son pays, a aussi appelé "les peuples arabes, africains et latino-américains à soutenir le peuple libyen".
Après des semaines d'hésitations, un mandat de l'ONU et un appui arabe, une réunion extraordinaire à Paris des Occidentaux et de pays arabes a abouti à cette intervention militaire souhaitée par l'opposition libyenne après les vains appels au départ de M. Kadhafi, au pouvoir depuis plus de 40 ans.
Washington et Londres ont lancé une vague de plus de 110 missiles de croisière Tomahawk, depuis des navires et des sous-marins, sur plus de 20 objectifs, parmi lesquels des systèmes de défense antiaérienne et des noeuds de communication stratégiques, tous situés sur la côte.
Les frappes se déroulant de nuit, il faudra "un peu de temps" pour évaluer l'impact des attaques, a précisé l'amiral américain William Gortney, alors que l'intervention militaire est coordonnée d'un QG américain.
L'opération militaire a été lancée par une frappe aérienne française contre un véhicule des forces pro-Kadhafi à 16H45 GMT, le premier tir après le feu vert jeudi de l'ONU au recours à la force pour protéger la population civile.
Les autorités libyennes ont fait état d'objectifs civils touchés dont un hôpital et de "nombreuses victimes civiles" mais il n'était pas possible de confirmer ces informations de source indépendante.
Le chef du Parlement, Mohammed Zwei, dénonçant une "agression barbare", a affirmé qu'elle avait visé des "objectifs civils et militaires" et fait de "nombreuses victimes" et de "graves dégâts matériels" à Tripoli et Misrata, quelque 200 km plus à l'est.
Des "objectifs civils" dans les villes côtières à Zouara, Syrte, la ville natale de Kadhafi, et Benghazi, bastion rebelle, ont été aussi la cible de raids "ennemis", selon un porte-parole militaire libyen. Des réservoirs de carburant ont été touchés à Misrata.
La télévision libyenne a aussi affirmé qu'un avion français avait été abattu par la défense antiaérienne dans la région de Tripoli. Mais la France a démenti.
L'opération internationale a été saluée par des tirs de joie et des coups de klaxon à Al-Marj, à une centaine de km au nord-est de Benghazi, épicentre de l'insurrection à un millier de km à l'est de Tripoli.
Ceux-ci craignaient une "victoire" du régime qui avait réussi à reprendre le contrôle de plusieurs villes dans sa contre-offensive ces derniers jours en profitant des tergiversations de la communauté internationale à intervenir.
"L'usage de la force n'était pas l'option qui avait notre préférence", a déclaré le président américain Barack Obama. "Mais nous ne pouvons pas rester les bras ballants quand un tyran dit à son peuple qu'il ne fera pas de quartier".
La Russie, qui s'était abstenue lors du vote de jeudi à l'ONU, a cependant regretté l'intervention armée. Le comité de l'Union africaine sur la Libye, attendu dimanche à Tripoli, a lui aussi rejeté "toute intervention militaire".
La résolution de l'ONU impose une zone d'exclusion aérienne en Libye et permet des frappes aériennes contre les troupes pro-Kadhafi pour les contraindre à cesser la répression qui a fait des centaines de morts et poussé 300.000 personnes à fuir le pays depuis le début de la révolte le 15 février. Elle exige l'arrêt complet des attaques contre des civils.
Alors que les frappes semblaient imminentes, les pro-Kadhafi avaient tenté en vain de reprendre dans la journée Benghazi, en bombardant le sud de la ville. Un avion militaire des rebelles a été abattu par les pro-Kadhafi. Les loyalistes, avançant vers la ville à bord de chars, avaient continué de tirer à l'arme lourde contre des quartiers résidentiels, selon des témoins.
Craignant le pire, des milliers de personnes ont fui par familles entières Benghazi. Voitures, minibus, camions ont pris la direction du nord-est, et de longues files d'attente se sont formées devant les stations service et les boulangeries.
Mais plus loin le long de la route, les passagers de ce début d'exode ont pu bénéficier de la solidarité des habitants, qui offraient de l'eau, de l'essence, de la nourriture, un hébergement.
Le Comité international de la Croix-Rouge a mis en garde samedi contre les risques encourus par les civils, et appelé toutes les parties à se conformer rigoureusement au droit international humanitaire
.

19-03

http://www.lematindz.net/news/3932-la-coalition-internationale-bombarde-par-air-et-mer-la-libye.html


La France s'en va en guerre.

Avec plusieurs dizaines d'avions de chasse et des moyens maritimes considérables engagés, la France participe au-dessus de la Libye à l'une des plus importantes actions militaires de son histoire récente. Mais, contrairement aux opérations dans lesquelles elle a été engagée ces dernières années, son engagement est, dans un premier temps, essentiellement technique, en l'absence de troupes au sol.
"Il n'y aura pas de débarquement au sol, il n'y aura pas d'intervention terrestre", a martelé samedi soir Alain Juppé, le ministre des Affaires étrangères, ce qui écarte le spectre d'une opération de type Afghanistan, où plusieurs milliers de soldats français -4.000 actuellement- sont déployés.
Paris mobilise cette fois le fleuron de ses capacités technologiques et affiche sa volonté d'être au premier rang de l'opération internationale.
Une vingtaine de Rafale et de Mirage 2000 sont entrés en action dès les premières heures de l'opération, deux frégates sont sur zone, et le porte-avions Charles de Gaulle avec ses 2.000 marins devait appareiller dimanche à la mi-journée pour être au large de la Libye d'ici 36 à 48H.
Samedi, la France a même pris pendant quelques heures le leadership de l'opération sous l'égide de l'Onu. Premiers à intervenir, les avions français ont procédé aux premières frappes contre les blindés des forces pro-Kadhafi. Mais dès samedi soir, les Etats-Unis sont passés à l'offensive avec des frappes de missiles de croisières Tomahawks depuis les bâtiments américains au large de la Libye, ainsi que la Grande-Bretagne avec les premiers raids de Tornado. Les attaques aériennes françaises, américaines et britanniques sont d'ailleurs "coordonnées" à partir d'un quartier-général américain basé à Stuttgart en Allemagne et le rôle de l'Otan n'a pas été clarifié.

Dans sa première phase, l'opération sur la Libye n'est en rien comparable avec les précédents engagements internationaux de la France. Durant la guerre du Golfe, en janvier/février 1991, la division française Daguet avait déployé au Koweït quelque 9.000 hommes sur le terrain. Et en Afghanistan la France est engagée lourdement depuis dix ans et subit des pertes conséquentes, avec 55 morts depuis le début des opérations. En martelant qu'il n'y aura pas d'intervention terrestre, les politiques tentent de rassurer contre un possible enlisement en Libye.
 "Si c'est pour une opération ponctuelle, rapide, c'est possible. Mais si on s'installe dans le temps, il faut un soutien au sol", souligne un expert des questions de Défense. En bombardant les blindés libyens pour stopper les forces de Kadhafi, les forces françaises et des autres pays de la coalition appuient les insurgés dans la région de Benghazi. Or, selon les spécialistes, ce type d'opération nécessite généralement un appui au sol de forces infiltrées pour guider les avions. "On peut faire ça sans unités au sol, mais c'est mieux si on en a. Surtout que l'une des préoccupations de la coalition va être d'éviter les dommages collatéraux", souligne Eric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement.
Par ailleurs, les chefs d'état-major de l'armée française mettent régulièrement en garde contre les "fortes contraintes" budgétaires auxquelles sont soumises les armées. Avec l'opération en Libye, "on racle les fonds de tiroir", affirme un ancien chef des services de renseignement français.

7/7 (belga)

20/03/11 1



2 Déclaration - Monde 

1 Belgique

Il n'y a pas d'affaires courantes pour participer à une bonne guerre

La Chambre approuve à l'unanimité l'engagement en Libye
Les commissions des affaires étrangères et de la défense de la Chambre ont approuvé vendredi, dans une résolution adoptée à l'unanimité, l'engagement de la Belgique dans une éventuelle opération militaire pour mettre en œuvre la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU prévoyant la création d'une zone d'exclusion aérienne et autorisant le recours à la force en Libye.
Dans cette résolution, la Chambre "
invite le gouvernement à collaborer activement à la mise en œuvre de la résolution (1973) du Conseil de sécurité", votée jeudi soir par dix de ses quinze membres.

 Les députés expriment également leur soutien à une participation du gouvernement belge à une action en conformité avec le mandat du Conseil de sécurité. Ils demandent aussi au gouvernement de tenir le parlement informé de la contribution concrète de la Belgique à cette opération.
 Les moyens militaires pouvant être engagés pour faire respecter une interdiction de survol ("no Fly zone") sont quatre des six chasseurs-bombardiers F-16 actuellement affectés à la force de réaction rapide de l'OTAN, la "NATO Response Force" (NRF) ainsi qu'un bâtiment de la Marine pour faire appliquer l'embargo sur les armes, selon le ministre de la Défense, Pieter De Crem (CD&V).

belga, 18 mars


3 Chine

La Chine regrette les bombardements de la coalition internationale en Libye, a indiqué dimanche son ministère des
Affaires étrangères, répétant dans un communiqué son opposition à l'usage de la force dans les relations internationales.

20/3

http://www.7sur7.be/7s7/fr/9478/Revolution-dans-les-pays-arabes/article/detail/1238538/2011/03/20/En-Direct-les-cadavres-depouilles.dhtml


 4 Russie

Directement après cette frappe française, le ministère russe des AE a exprimé dans un communiqué ses regrets à l'issue de cette ingérence militaire étrangère en Libye, soulignant que le règlement de la crise libyenne passe par l'arrêt de l'effusion du sang et l'entame d'un dialogue entre les libyens.

http://www.sana.sy/fra/55/2011/03/19/337603.htm


Les commentaires sont fermés.