Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

23/03/2011

n°6- Libye : Géopolitique - 22-03 - Début - Opération Active Endeavour - (« Aube de l'Odyssée » ) - Sarkozy et Obama d'accord sur le recours à l'Otan en soutien de la coalition

n°6- Libye : Géopolitique -  22-03  - Début  -  Opération Active Endeavour - (« Aube de l'Odyssée » ) - Sarkozy et Obama d'accord sur le recours à l'Otan en soutien de la coalition



Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre



Libye : Géopolitique

                                              n°6                                            22-03

                                C.De broeder & M.Lemaire



Le " Journal de Libye" est  visible  sur les blogs : 

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) sur le site de Eva Resis           no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse : http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

NB : Si vous vouleznous contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire de la lutte pour la libération du territoire.

Tiré à part :

President dictateur : Les propositions hors-la-loi de Nicolas Sarkozy.

Libye: l'action militaire objet de fermes critiques et réactions internationales.

Paroles & action du président Obama

Sarkozy et Obama d'accord sur le recours à l'Otan en soutien de la coalition

Suite

1 Lutte pour la libération du territoire

 2 Politique

a) Politique Libyenne

3  Politique internationale

a) Pays Arabes & voisins

4 Institutions internationales

5 Autres Pays

7  Dossier

7-1 Libye: vers une nouvelle "guerre juste et humanitaire" pour s'emparer des richesses d'un peuple.

7-2 Marianne : je tiens tout de même, en tant que citoyen, à (me) poser des questions.

Fin  

8 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

8-1 L'agression militaire impérialiste contre la Libye est le début d'une guerre permanente contre les peuples insoumis de la

8-2 Réflexions du compañero Fidel : Le plan se l'Otan est d'occuper la Libye. 

8-3 La presse tunisienne et algérienne critique l’intervention en Libye.

9 Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

9-1 Jean Guisnel : L'intervention française en Libye qualifiée de "jeu de massacre".

 



Tiré à part :

President dictateur : Les propositions hors-la-loi de Nicolas Sarkozy.

Quand Sarkozy propose aux membres de l’Union européenne des frappes ciblées contre la Lybie il entre en guerre contre un pays qui ne menace aucun état membre de la communauté internationale.

Si l’article 15 de la constitution fait du Président de la République le Chef des armées dans cette affaire, Monsieur Sarkozy n’en contrevient pas moins à la Constitution, notamment aux articles :

20 : « Le Gouvernement détermine et conduit la politique de la Nation. Il dispose de l’administration et de la force armée. »,

21 : « Le Premier ministre dirige l’action du Gouvernement. Il est responsable de la Défense nationale. »

et 35 de celle-ci : « La déclaration de guerre est autorisée par le Parlement. ». 

Depuis quand un chef d’armée, à la disposition du Gouvernement, est-il habilité à engager un conflit avec une puissance étrangère sans l’aval du premier Ministre et la décision du Parlement ?

Depuis quand le mandat du Président de la République, défini au titre 2 de la Constitution et principalement à l’article 5 :

« Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État. Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités. »

légitime-t-il Monsieur Sarkozy à se substituer au Gouvernement et au Parlement, et, à faire fi des traités internationaux dont il est garant du respect ?

Une telle intervention ne bouleverse-t-elle pas le fonctionnement régulier des pouvoirs publics dont il est l’arbitre ?

Pour mémoire, aucun traité ou charte, signé par la France, ne lui permet d’intervenir militairement pour régler les conflits intérieurs d’un autre état.

 

La Charte des nations unies, définit l’objet de cette institution aux articles : 

-1.1 : « Les buts des Nations Unies sont les suivants :

1. Maintenir la paix et la sécurité internationales et à cette fin : prendre des mesures collectives efficaces en vue de prévenir et d'écarter les menaces à la paix et de réprimer tout acte d'agression ou autre rupture de la paix, et réaliser, par des moyens pacifiques, conformément aux principes de la justice et du droit international, l'ajustement ou le règlement de différends ou de situations, de caractère international, susceptibles de mener à une rupture de la paix. »

 

et 2.7 : « Aucune disposition de la présente Charte n'autorise les Nations Unies à intervenir dans des affaires qui relèvent essentiellement de la compétence nationale d'un Etat ni n'oblige les Membres à soumettre des affaires de ce genre à une procédure de règlement aux termes de la présente Charte ; toutefois, ce principe ne porte en rien atteinte à l'application des mesures de coercition prévues au Chapitre VII. »

 

Le Traité de l’Atlantique Nord précise dès l’article 1 :

« Les parties s'engagent, ainsi qu'il est stipulé dans la Charte des Nations Unies, à régler par des moyens pacifiques tous différends internationaux dans lesquels elles pourraient être impliquées, de telle manière que la paix et la sécurité internationales, ainsi que la justice, ne soient pas mises en danger, et à s'abstenir dans leurs relations internationales de recourir à la menace ou à l'emploi de la force de toute manière incompatible avec les buts des Nations Unies. »

 

Le traité de Lisbonne établit à l’article 28A du TUE :

« 1. La politique de sécurité et de défense commune fait partie intégrante de la politique étrangère et de sécurité commune. Elle assure à l'Union une capacité opérationnelle s'appuyant sur des moyens civils et militaires. L'Union peut y avoir recours dans des missions en dehors de l'Union afin d'assurer le maintien de la paix, la prévention des conflits et le renforcement de la sécurité internationale conformément aux principes de la charte des Nations unies. L'exécution de ces tâches repose sur les capacités fournies par les États membres.

 

2. La politique de sécurité et de défense commune inclut la définition progressive d'une politique de défense commune de l'Union. Elle conduira à une défense commune, dès lors que le Conseil européen, statuant à l'unanimité, en aura décidé ainsi. Il recommande, dans ce cas, aux États membres d'adopter une décision dans ce sens conformément à leurs règles constitutionnelles respectives. »

Avec une telle proposition Monsieur Sarkozy sort du cadre de sa mission et des attributions de son mandat. Il ne respecte ni les engagements de la France ni les siens et encore moins notre Constitution. Non seulement il ne dispose d’aucune légitimation ou mandat pour proposer de telles attaques et faire courir de telles menaces mais celles-ci s’opposent aux traités et chartes adoptés par la France.

Ciblées ou non, de telles frappes sont totalement illégales. Elles n’assurent nullement la sécurité des ressortissants de l’Union. Ils ont été évacués ou ont décidé en pleine connaissance de cause de rester en Libye. Les droits de l’homme évoqués par celui qui, ignorant sa mission de veiller au respect de la Constitution, les a bafoués à l’occasion d’opérations anti-Roms ciblées au mépris du droit international, européen et français, ne justifient une telle intervention militaire. 

Au demeurant, la publication le 10 03 2011 à 23H16 par Reuters de la lettre commune Sarkozy Cameron prônant une résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU est l’évidence même des effets de manche inutiles tenus. Une telle résolution ne peut, juridiquement, prévoir le viol de la souveraineté territoriale, aérienne et maritime de l’état libyen sans enfreindre la Charte des Nations Unies. L’ONU n’est pas le gendarme de la Planète. Il n’est pas compétent pour régler les conflits internes d’un état. 

Mais voilà selon Le Point.fr du 11 03 2011 : « La France et la Grande-Bretagne sont disposées à participer à des frappes "ciblées" contre les forces du régime de Muammar Kadhafi si ces dernières font notamment usage "d'armes chimiques" contre la population, a affirmé vendredi le président Nicolas Sarkozy à la sortie de la réunion des dirigeants des 27 pays de l'Union européenne à Bruxelles pour discuter du conflit libyen. »

Quant à « la création de zones humanitaires en Afrique du Nord pour accueillir les déplacés », un euphémisme pour camps de rétention,proposée lors de son arrivée à Bruxelles, elle concerne au premier chef les pays d’Afrique du Nord. Ces états jouissent d’une souveraineté sur laquelle Monsieur Sarkozy ne saurait empiéter. Non content - le cas du colonel libyen l’a montré - il est plus aisé de circonvenir avec les fonds de l’U.E. un prétendu dictateur de jouer, au mépris des droits de l’homme, le rempart de l’occident qu’un état démocratique. Dans ce domaine la France qui n’est pas le champion de la zone humanitaire d’accueil à voir la précarité de l’accueil des « Gens du voyage » et la situation des sans- abris locaux, aura bien du mal à convaincre Algérie, Maroc, Egypte et Tunisie d’accepter ce rôle.

Ici, il est patent que les ambitions démesurées de celui qui, peinant à définir identité nationale et laïcité, rêve de présider l'Union pour la Méditerranée, représentent un grave danger pour la France, la communauté internationale et la paix. Quoi en qu’il en soit l’agressivité diplomatique de Monsieur Sarkozy (frappes ciblées et reconnaissance du CNT libyen pour seul représentant du peuple) s’est heurtée à une fin de non-recevoir de ses collègues européens et a l’irritation de la chancelière Merkel qui n’apprécie pas le cavalier seul du locataire de l’Elysée empressé à reconnaître le CNT pour seul représentant du peuple libyen. A ce sujet, elle a précisé que si elle acceptait de parler avec et de s'informer auprès d'un tel interlocuteur : ce n'était nullement la reconnaissance de sa représentativité

A la veille du G 20 le Président bling-bling de la cérémonie est dépassé par les évènements, les sondages en baisse et les utopies évanescentes. Epris d'un élan soudain pour le peuple libyen libre et ses puits de pétrole, voilà le nabab qui oublie, comme son soutien indéfectible à Moubarak et Ben Ali, son souhait de vendre une centrale nucléaire à Mon colonel. Ironie de l'histoire. les propositions de frappes illégales et de création de zones humanitaires pour les déplacés de Monsieur Sarkozy, nuisent plus à la France qu’au colonel libyen.

 

Radios télés sarkozistes mentent.

Radios, télés sont pro-capitaliste et pro-européenne

Il y a deux gauches, celle des compromis avec les plus riches et celle qui ne cède rien sur ses valeurs, qui se bat sans concession au côté des travailleurs et des exclus,

Un texte circule depuis quelques jours en Belgique, rédigés par 4 'intellectuels' de notre pays, intitullé "Benghazi-Srebrenica: causes communes? ", plaidoyer typique pour l'intervention pour venir au secours du peuple:

« [...] si rien ne change, on parlera bientôt de Benghazi comme de Srebrenica, ville martyre qui vit des milliers d’habitants  décimés par les forces serbes, malgré la présence de troupes de l'ONU. Laisserons-nous cette honte se reproduire ? Laisserons-nous massacrer les femmes, les enfants et les hommes de Benghazi pour s'être érigés en symbole des valeurs de liberté et de démocratie que nous voulons pourtant universelles ? »

 

J'y ai repensé ce matin, en écoutant aux informations de 7h à la RTBF le petit morceau de propagande quotidien, que je retranscrit ci dessous (pour le réécouter http://www.rtbf.be/radio/player/lapremiere/journal?d=1&h=7) :

«Oui, la terreur qui se poursuit donc, à Benghazi notamment.
Là, des hommes de Kadhafi tirent dans les rues semant une véritable panique.
Reportage à Benghazi d'Etienne Monin, de Radio France

[bruit des mitrailletes tout au long du reportage]

Hier soir dans le centre de Benghazi, les révolutionnaires font la chasse aux pro-Kadhafi, en tirant parfois dans tous les sens.
Ceux qu'ils pourchassent, ce sont d'anciens membres des 'Comités Révolutionnaires', des habitants de Benghazi qui se sont fait oublier après la révolution, et qui auraient été "réactivé" par l'un des fils de Kadhafi lors d'un discours à la télévision.

D'après les habitants, ils ont pris pied dans l'ouest de la ville, ils sont épaulés par des membres de la garde révolutionnaire qui auraient réussi à rentrer pendant les bombardements.

Ils sont accusés de tirer à l'aveugle dans les rues, depuis leur voiture pour terroriser les gens.

D'après un docteur ils ont même volé une ambulance pour servir d'appât. D'après un médecin qui cite une info donnée par les leaders de la révolution, ils seraient plus de 7000 dans la ville, dont environ 200 considérés comme dangereux.

Ils avaient été épargnés pendant la révolution, mais c'est terminé dit un habitant, qui refuse de parler de guerre civile

»

En clair : "des hommes de Kadhafi tirent dans les rues semant une véritable panique", mais ce sont les 'révolutionnaires' (le nom positif des rebelles, bandes armées, terroristes, ... selon de quoi on parle) que le journaliste voit et entend tirer 'parfois dans tous les sens"

"Ceux qu'ils pourchassent, ce sont d'anciens membres des 'Comités Révolutionnaires' - bref ils font la chasse aux habitants de Benghazi suspects d'être partisants de Kadhafi

Ils seraient plus de 7000 dans la ville : Quel est leur sort le plus probable actuellement, sous la haute protection française? : "Ils avaient été épargnés pendant la révolution, mais c'est terminé " : on nous annonce tranquillement que le massacre des 7000 et plus partisants de Kadhafi est en train de se dérouler

"ils ont pris pied dans l'ouest de la ville" : entre les lignes on peut imaginer que ceux qui n'ont pas fui se sont réfugié à l'Ouest de la ville.

Je pense à une autre séquence vue à la télé il y a 2 jours, après la résolution, où l'on voit un homme complètement affolé s'enfuir de Benghazi. Avec de grands gestes il dit "ils tuent tout le monde, ils n'ont plus aucune pitié".

Dans le contexte, on pense tout de suite bien sûr que ce sont les militaires de Kadhafi qui massacrent les civils. C'est tout à fait possible bien sûr. Mais en y repensant, pourquoi le contraire n'a pas été envisagé un seul instant? Pq le journaliste ne demande pas à l'homme qui fuit "Qui ?"?

J'avais cité cette jolie phrase l'autre jour, "La barbarie commence parce qu'on croit que l'autre est barbare" : le reportage de Benghazi pourrait en être une parfaite illustration involontaire : il y a plein de conditionnel, plein de rumeurs, les pro-khadafis tireraient à l'aveuglette dans les rues, ils seraient "reactivés par le fils de Kadhafi, même les ambulances qui passent sont suspectes... Donc on peut les massacrer gaiement.

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/les-propositions-hors-la-loi-de-90432

 

Libye: l'action militaire objet de fermes critiques et réactions internationales.
.L'opération militaire de la coalition internationale contre la Libye continuait lundi de faire l'objet de vives critiques et réactions de plusieurs pays et d'organisations qui jugent qu'elle (intervention) s'écarte du but d'imposer une zone d'exclusion aérienne. Après la Chine, l'Inde et le Venezuela, Cuba, la Russie, la Turquie et l'Allemagne ont exprimé leur inquiétude après la mort de civils lors de cette opération militaire engagée depuis samedi contre la Libye.

De hauts responsables russes ont jugé que cette action est complètement contraire à la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU qu'ils ont qualifié d'ambigüe.
[Aps 21/3/11]


Paroles & action du président Obama

Sarkozy et Obama d'accord sur le recours à l'Otan en soutien de la coalition

 Les présidents français Nicolas Sarkozy et américain Barack Obama, qui se sont parlés au téléphone mardi soir, "se sont entendus sur les modalités d'utilisation des structures de commandement de l'Otan en soutien de la coalition" en Libye, a annoncé Paris.
Quelques instants auparavant la Maison Blanche avait affirmé que les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne étaient tombés d'accord pour que l'Otan puisse jouer un "rôle clef" dans le commandement de l'opération militaire de la coalition internationale en Libye. Une expression que ne reprend pas la présidence française.
Barack Obama a appelé Nicolas Sarkozy "pour faire le point sur la situation en Libye", a précisé la présidence dans un communiqué. "Les deux présidents ont relevé avec satisfaction que les opérations conduites par la coalition ont d'ores et déjà permis de limiter le nombre de victimes parmi les populations civiles et réduit les capacités du colonel Kadhafi d'user de la force contre son peuple", a-t-elle ajouté.
"Ils sont convenus de la nécessité de poursuivre les efforts pour assurer la pleine mise en oeuvre des résolutions 1970 et 1973" du Conseil de sécurité de l'Onu visant à protéger la population libyenne contre les forces pro-Kadhafi. Enfin, indique encore la présidence française, MM. Obama et Sarkozy "se sont entendus sur les modalités d'utilisation des structures de commandement

http://www.7sur7.be/7s7/fr/9478/Revolution-dans-les-pays-arabes/article/detail/1239910/2011/03/22/Sarkozy-et-Obama-d-accord-sur-le-recours-a-l-Otan-en-soutien-de-la-coalition.dhtml

 


Les commentaires sont fermés.