Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/04/2011

n° 159 - Journal du Liban - 12-02 au 31-03 -Début : Les Libanais ne sont plus dupes.


n° 159 -  Journal du Liban - 12-02 au 31-03 -Début : Les Libanais ne sont plus dupes.



Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



Journal du Liban

      n° 159                                        12-02 au 31-03

          C.De broeder & M.Lemaire



Le " Journal du Liban" est  visible  sur les blogs : 

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm


Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire de la lutte pour la libération du territoire.

Tiré à part :

Soraya Hélou : Les Libanais ne sont plus dupes.

Résistance

Analyse

Le Hezbollah souligne la nécessité de maintenir la résistance face au régime israélien.

1 Lutte pour la libération du territoire

 2 Politique

a) Politique Libanaise

3 Politique internationale

4 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

4-1 René Naba : Hariri, de père en fils, Hommes d’affaires, premiers ministres.

5 Les brèves

5-1 Des milliers de Libanais réclament "la chute du système".

6 Dossier

6-1 Soraya Hélou : L'acte d'accusation vers un report de longue durée...

7 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

7-1 Lettre ouverte à Antonio Cassese, président du Tribunal Spécial sur le Liban. par Hassan Hamade

7-2 DÉCLARATION D’«ACTION URGENTE CANADA»     

8  Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

8-1 S.Nasrallah: Les US complotent avec les régimes … Les peuples arabes triompheront. 

 



Tiré à part :

Soraya Hélou : Les Libanais ne sont plus dupes.

Les dépêches diplomatiques américaines révélées par « Wikileaks » sont en train de peser une tonne et rien ne bouge au sein de la classe politique libanaise. La situation est quand même étrange. Une seule de ces dépêches montrant la collusion entre des personnalités à l’intérieur d’un pays et l’agresseur de ce même pays auraient suffi partout ailleurs qu’au Liban à secouer l’ensemble de la classe politique et à provoquer des changements importants sur l’échiquier national. Mais au Liban, les dépêches se multiplient, devenant chaque jour un peu plus compromettantes pour une partie non négligeable de la classe politique, et rien ne se passe. Au contraire. Les personnes impliquées dans les dépêches, qui ont fait des confidences aux diplomates américains sur les meilleurs moyens de briser le Hezbollah et de donner une victoire à Israël protestent de leur innocence et se présentent comme des fervents nationalistes, ayant à cœur l’intérêt du pays. On croirait rêver. Jamais sans doute le niveau de décadence politique n’a été aussi bas. Et les Libanais, emprisonnés dans leurs considérations confessionnelles, ne sont plus en mesure d’avoir un jugement sain et clair.
C’est vrai que les dépêches remontent à 2006 et qu’elles portent sur une période particulière, celle de la guerre israélienne de 2006. Mais quelles que soient les circonstances, comment appelle-t-on dans le dictionnaire universel celui qui souhaite ouvertement la victoire de la force qui attaque son pays et ses citoyens et fournit des conseils via les diplomates américains à l’ennemi pour que ses frappes soient plus efficaces, allant même jusqu’à solliciter la prolongation de la guerre pour que la résistance soit définitivement brisée? Désolée pour les personnes mises en causes, mais leur action ne peut être qu’appelée de la traîtrise. Et elle exige une demande de compte voire une plainte devant la justice. C’est d’ailleurs ce que compte faire le Hezbollah, même si nul ne se fait beaucoup d’illusions sur l’issue des plaintes devant la justice.
Par cette réaction, le Hezbollah a sans doute voulu calmer ses nombreux partisans et les nationalistes choqués de l’ampleur de la traîtrise au sein de la classe politique. Reste un élément important: la campagne actuelle du 14 mars et en particulier du Courant du Futur contre les armes « utilisées à l’intérieur » prend une tout autre dimension à la lumière des révélations de « Wikileaks ». En 2006, Israël avait lancé une guerre féroce contre le Liban faisant pleuvoir au-dessus des têtes des Libanais des milliers d’obus. Cela n’avait pas empêché les piliers du 14 mars de réclamer la défaite de la résistance face à l’armée ennemie. A cette époque-là, les armes du Hezbollah étaient dirigées contre les soldats israéliens et les « souverainistes » du Liban avaient souhaité leur disparition. Alors comment ces mêmes souverainistes comptent-ils nous convaincre qu’aujourd’hui, ils ne réclament que le retrait des armes dirigées contre l’intérieur, en faisant une distinction virtuelle entre les armes tournées vers l’intérieur et celles destinées à la résistance contre Israël? La nuance pourrait être ridicule si elle n’était aussi grave, se voulant subtile et préservant la face de ceux qui réclament le désarmement du Hezbollah. Mais avec les révélations de Wilikelaks, cette nuance dans la revendication montre clairement son intention cachée: rendre un service gratuit à Israël et mettre en difficulté le Hezbollah parce qu’il dérange les Américains et les Israéliens. D’ailleurs, en écoutant les orateurs du 13 mars, de nombreux Libanais se sont demandés: mais de quel pays parlent-ils? Au Liban, sont-ce bien les armes du Hezbollah qui menacent les citoyens dans leur vie quotidienne, qui empêchent les autorités de baisser le prix de l’essence ou bien de surveiller les prix et la qualité des produits fournis aux consommateurs? Cela suffit de prendre les libanais pour des imbéciles. La réalité est claire comme de l’eau de roche: au Liban, une partie de la classe politique veut désarmer le Hezbollah, faire la paix avec Israël et contrôler ensuite le pays à la manière de la famille Kadhafi qui a fait main basse sur toutes les ressources du pays. Le problème c’est que cette partie ne représente pas tous les Libanais et toutes ses belles déclarations en faveur de la démocratie et des libertés n’y changeront rien. Les Libanais, heureusement ne sont plus dupes.

Article publié sur Résistance islamique au Liban

25 mars

Source : Fadwa Nassar



Résistance

Analyse

Le Hezbollah souligne la nécessité de maintenir la résistance face au régime israélien.

 «L'unité entre le peuple, l’armée et la Résistance, inquiètent les Etats-Unis et le régime sioniste, ce qui encourage le Hezbollah à résister davantage » c’est ce qu’a rappelé le sous-secrétaire général du Hezbollah, Naïm Qassem, lors d'une rencontre avec les ambassadeurs des pays latino-américains au Liban.

Il a précisé qu'avec la coopération des pays latino-américains, il est possible de résister face à la domination des puissances de l’Arrogance, et notamment les Etats-Unis.
"La résistance, qui a prouvé sa puissance, s'avère la seule option de lutte, face au régime sioniste", a affirmé Naïm Qassem, rappelant que c'était la résistance qui avait chassé, en 2000, le régime sioniste du Liban, et qui lui a infligé un échec cuisant, en 2006, dans la guerre de 33 jours.
Par ailleurs régissant aux récentes menaces proférées par le régime israélien et aux déclarations d’Ehud Barak appelant ses soldats à se tenir prêts à occuper le Liban de nouveau, le secrétaire général du Hezbollah a semé le doute et le trouble chez les Israéliens et leurs alliés occidentaux. Seyed Nasrallah a ainsi annoncé que si « le régime israélien » déclenche une agression contre le Liban,
cette fois, les combattants de la Résistance libanaise libéreront la Galilée.
Enfin, le Liban a déposé une plainte auprès du Conseil de Sécurité de l'ONU contre le régime israélien, pour avoir violé les eaux territoriales libanaises, par une flottille militaire, en face de Ras-Nakoura en février, a annoncé lundi le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.
La plainte qui a indiqué que la flottille avait violé les eaux territoriales et tiré des coups de feu en direction des eaux libanaises, a affirmé que cet incident représentait une violation flagrante de la souveraineté du Liban, de la résolution 1701 et des lois internationales et qu'elle constituait une menace à la paix internationale.
Le ministre démissionnaire des Affaires étrangères Ali Chami a en outre chargé le chef de la mission diplomatique libanaise à New York, d'effectuer des contacts avec les membres du Conseil de Sécurité, à la lumière des résolutions prises par le conseil des ministres de la Ligue arabe.

Irna.

16 Mars 2010.

http://www2.irna.ir/fr/news/view/line-94/1103164849123533.htm 



1 Lutte pour la libération du territoire

Les relents de la guerre

a) Liban

Principale mission de l’armée: protéger la nation de l’ennemi israélien.

Le commandement de l'armée, direction de l'orientation, a publié mercredi un communiqué adressé aux soldats, intitulé l'armée pour tous et dans lequel il souligne que  "leur principale mission étant d'abord et surtout de protéger la nation de l'ennemi israélien, du terrorisme et de tous ceux qui veulent porter atteinte à la paix civile".
Et d'ajouter: " le commandement de l'armée, direction de l'orientation désire préciser ce qui suit: Les unités de l'armée déployées sur tout le territoire libanais accomplissent leurs devoirs quotidiens en préservant la stabilité du pays, en protégeant les citoyens et en poursuivant les hors-la-loi, sans aucune considération politique ou confessionnelle ..
L'armée, dont la priorité est la sécurité et la liberté des citoyens, tient à la dignité de ses éléments et n'hésite pas à entamer des procédures légales immédiates et maximales à l'encontre de quiconque s'attaquant aux soldats sans aucune exception.
Le commandement de l'armée, tout en étant pleinement conscient de la responsabilité qui repose sur ses épaules en cette période délicate au Liban et dans la région, est confiant que les soldats s'attacheront plus que jamais à leur professionnalisme, à leur mission et à leurs constantes nationales globales sans se laisser entraîner par des slogans politiques ou sectaires, parce que leurs valeurs les en empêchent - leur principale mission étant d'abord et surtout de protéger la nation de l'ennemi israélien, du terrorisme et de tous ceux qui veulent porter atteinte à la paix civile.

Le changement des circonstances et des données politiques est une expérience connue des militaires qui ont toujours pu affronter ses répercussions. Par la suite, l'armée assure à tous les Libanais que son rôle national restera inchangé et qu'elle sera toujours la garantie de l'union nationale et la soupape de sécurité de son pays.
Et de noter : "Certains analystes et hommes politiques utilisent les médias pour impliquer l'armée dans les tiraillements politiques actuels, et cela par des allégations qui n'ont rien à voir avec la réalité et qui portent atteinte non seulement au moral des soldats, mais également à la dignité de l'institution militaire qui a constamment prouvé sa neutralité, son rôle global et qui a toujours privilégié l'intérêt du pays".

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=18&frid=18&eid=7983


b) Israël

Les forces israéliennes arrêtent deux bergers libanais en violant la ligne bleue.

22-03-2011

Note du RPLFrance.org : cette information n'est relayée par AUCUN média occidental... dans l'autre sens, sans même avoir violé la ligne bleue, un tel acte a valu 33 jours de guerre acharnée contre le Liban en 2006!
Le porte parole de la Finul Niraj Sing a indiqué que la force onusienne a été informée ce mation par l'armée israélienne qu'elle avait arrêté deux bergers libanais, dans les alentours de Rmeich, Caza de Bent-Jbeil, a rapporté le correspondant de l'ANI Jamal Khalil.
M.Sing a dit que les israéliens avaient arrêté les deux bergers après avoir dépassé la ligne bleue.
"La Finul effectue des investigations sur les circonstances de l'incident et est en contact avec l'armée israélienne"a-t-il ajouté.
"Le commandant de la Finul Alberto Assarta a incité les israéliens à libérer les deux bergers libanais"a-t-il conclu.

 http://rplfrance.org/index.php?content=presse/2011/110322ani2-ec.htm


2  Politique

a) Libanaise  

2a-1 La crise gouvernementale

Au jour le jour

L’opposition sert les intérêts d’Israël.

Des composantes du 8 Mars, ce sont surtout les représentants du bloc d’Amal qui sont montés hier au créneau pour tirer à boulets rouges sur le rassemblement de l’opposition dimanche, au moment même où le président de la Chambre Nabih Berry se contentait du commentaire laconique suivant : « Les images sont suffisamment expressives pour les commenter. »

Le plus virulent a probablement été le ministre sortant Ali Abdallah, qui a affirmé hier de Arabsalim qu’« Israël n’a plus qu’un seul allié dans la région : ceux qui se font appeler le 14 Mars ». « Ce camp veut offrir les armes de la résistance à Israël sur un plateau d’argent », a-t-il indiqué, estimant que l’objectif de la campagne du 14 Mars contre les armes est de « garantir la sécurité d’Israël » et que ce camp « n’a plus peur de tenir un langage israélien ».

De son côté, le député Ibrahim Kobeyssi a estimé qu’« il n’est pas permis que de telles critiques soient adressées aux armes qui ont protégé le territoire et la patrie ». « S’il y avait vraiment une domination des armes, ils n’auraient pas pu se réunir, ou encore dilapider 11 milliards de dollars », a-t-il dit. « Hier, ils étaient le 13 Mars, et avant cela le 14 Mars, mais ils ne pourront jamais être le 8 Mars parce qu’ils n’ont jamais eu notre culture et notre volonté de défendre cette terre. À ceux qui prétendent qu’il y a une deuxième révolution du Cèdre, sachez que la première vous a placés dans l’opposition, et la seconde vous transformera en associations caritatives sous la férule des tribunaux internationaux », a-t-il ajouté.

Si le député Kassem Hachem a voulu minimiser l’ampleur du meeting du 13 mars «  qui n’a rien apporté de nouveau » et qui ne fera « qu’augmenter la tension politique dans le pays sans trouver de solution », le député du Hezbollah, Nawwaf Moussawi, a quant à lui totalement ignoré le meeting de dimanche, en concentrant ses attaques, dans un discours prononcé à Tyr, contre le tribunal international « qui vise à ramener l’occupation israélienne ».

L’Orient-le-Jour

15 mars 2011 –

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=10314


2a-5 Les grandes manœuvres

Joumblatt réplique aux documents de Wikileaks: Je faisais alors partie du 14 Mars

Le député Walid Joumblatt a répliqué mercredi sur les documents de wikileaks, publiés par un journal libanais.
"Je ne discuterai pas la véracité des informations publiées et concernant des déclarations que j'aurais fait en une période de clivage politique au Liban" a-t-il dit.
"Je faisais partie alors du clan du 14 Mars, qui s'opposait au Hezbollah, à la Résistance et à la Syrie" a-t-il ajouté.
Et de poursuivre: "Je rappelle que j'étais le premier à déclarer la victoire du Hezbollah dans la guerre de 2006, nonobstant le différend en ce temps-la, sur le timing et les circonstances de la guerre".
M.Joumblat a dans ce contexte rappelé l'histoire de la lutte du PSP et son appui à la cause palestinienne et à la Résistance nationale et islamique.
Et de conclure:"J'assume personnellement la responsabilité de ces déclarations, point noire dans mon parcours politique et je souhaite que ma position actuelle puisse remédier à la nuisance que j'aurais pu faire à la Résistance, à la Syrie et aux résistants qui ont libéré par leur lutte, le Liban sud en 2000 et qui ont courageusement fait face à l'agression de 2006".

18-03-2011

http://rplfrance.org/index.php?content=presse/2011/110318ani1-aa.htm


2a-6 Rafic Hariri.: Tribunal international de l'ONU

TSL

N.Raad : Réunions secrètes entre des responsables US et ceux du TSL.

Jour après jour se dévoile l’ampleur de la politisation du tribunal international chargé d’enquêter dans l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri et de l’ingérence américaine dans le déroulement de cette enquête.
Bien entendu, le contenu de l’acte d’accusation qui pointe du doigt le Hezbollah sert avant tout les intérêts d’Israël qui n’a pas réussi à écraser ce parti militairement. 
Autre facteur désavantageux, les visites et les rencontres américaines avec des responsables du Tribunal International qui font planer des doutes supplémentaires et sapent toute crédibilité et intégrité de l'action juridique entamée.
Suite au document révélé par Wikileaks et selon lequel le procureur général du TSL Daniel Bellemare a maintes fois visité les Etats-Unis, surtout en juillet dernier, et il y a tenu plusieurs rencontres secrètes avec des responsables américains et des diplomates européens, pour débattre de l’enquête et de l’accusation du Hezbollah,
Et suite aux réunions de coordination avec l’ambassadeur américain Jeffrey Feltmann, et l’ambassadrice Michel Sisson, comme l’a révélé également le site Wikileaks, le quotidien libanais Assafir a dévoilé que des contacts à haut niveau ont eu lieu dernièrement entre l’administration américaine et les responsables du tribunal international au lendemain de la défaite gouvernementale de Saad Hariri.
En effet, les Américains tentent d’investir l’acte d’accusation au profit de Saad Hariri pour en faire un outil de pression politique au Liban, en vue de le renommer au poste de Premier ministre.

 Selon des sources bien informées, le transfert du brouillon de l’acte d’accusation au juge de la mise en état Daniel Fransen en janvier dernier était un prélude à la publication imminente de l’acte d’accusation, et ce, à la base d’une demande américaine et des principaux dirigeants des forces du 14 mars.
Ces derniers avaient souhaité que l’acte d’accusation soit publié le plus vite possible, au cours de réunions avec certains ambassadeurs occidentaux accrédités au Liban. 
Mais le déclenchement des révolutions dans le monde arabe, surtout la chute du régime de Moubarak, a avorté tout le plan déjà préparé et visant avant tout à acculer le Hezbollah dans le coin.
Toutefois, la nouvelle conjoncture dans le monde arabe a changé les priorités américaines. Certes, la publication de l’acte d’accusation dans des conditions pareilles perdra tout effet escompté, et l’accusation du Hezbollah de terrorisme n’aura aucun sens.
A cet effet, des ambassadeurs occidentaux ont rencontré dernièrement des responsables des forces du 14 mars pour les informer que le sujet de l’acte d’accusation, tout comme le dossier libanais sont les derniers de leurs soucis en cette période. Ceci dit, la publication de l’acte d’accusation pourrait être reportée pour plusieurs mois.

N.Raad

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=7933&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=23&s1=1

 

Nouvel atermoiement du TSL : l’acte d’accusation dans plusieurs mois.

C’est adjugé, ce n’est pas le moment pour le TSL de publier l’acte d’accusation.
Comme de coutume, le voilà de nouveau plonger dans d’interminables atermoiements.
Conformément aux révélations du journal libanais AsSafir, publiées en début de semaine, il faudra attendre plusieurs mois encore avant l’émission de l’acte d’accusation.
C’est le porte-parole du Tribunal spécial pour le Liban Crispin Thorold qui l’a confirmé : « la révision de l’acte d’accusation pourrait nécessiter davantage du temps, vu les milliers de pages remises par le procureur général Daniel Bellemare au juge de la mise en état Daniel Fransen »
Cette déclaration contredit celle du greffier Herman Von Habel, annoncée le mois de janvier dernier, au lendemain de la transmission du brouillon de l’acte au juge de la mise en état, et dans laquelle il avait prétendu que la date de la publication de l’acte ne devrait pas dépasser les 10 semaines.
« La révision de l’acte d’accusation pourrait nécessiter plus de dix semaines », rectifie Thorold.

Sans toutefois préciser le nombre de mois que cette révision devrait prendre. D'autant plus que selon l’engagement de Fransen, lors de la création du TSL en mars 2009, c’est bien en mars 2011 que les premières inculpations auraient dû être rendues publiques.
Loin des explications affichées par les différents responsables du TSL, qui ne convainque plus personne, sa crédibilité a du mal a être restaurée, au fil des ajournements répétés des publications ou leur timing suspect.

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=8293&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=23&s1=1

 

Le Tribunal Spécial pour le Liban, paravent de la CIA et du Mossad.  

Le procureur Daniel Bellemare a adressé une série de requêtes au Liban, au nom du Tribunal spécial pour le Liban, afin de poursuivre son enquête sur l’assassinat de Rafic Hariri, 7 ans après les faits et alors que l’acte d’accusation est déjà rédigé.

Le procureur exige que lui soit transmis un fichier complet des empreintes digitales de tous les ressortissants et habitants du Liban (soit environ 4,5 millions de personnes).

Aucune explication précise n’a été fournie sur la nécessité de ces données pour les besoins de l’enquête. Par contre, il n’échappe à personne que ces données intéressent au plus haut point les agences de renseignement états-uniennes et israéliennes avec les quelles le Tribunal collabore.

Au cours des années précédentes — et toujours sans explication sur leur nécessité— le Tribunal spécial pour le Liban s’est fourni en violation des lois libanaises, mais avec la complicité des gouvernements Siniora et Hariri :

 Toutes les données de communication téléphonique libanaises depuis l’année 2003 (aussi bien pour les téléphones fixes et les cellulaires que pour les cartes prépayées).
 Tous les dossiers universitaires de tous les étudiants pour la période 2003-2006.
 Les empreintes digitales et les scans d’iris de tous les détenus (aussi bien les justiciables en détention provisoire que les personnes condamnées).
 Les copies de tous les passeports des ressortissants libanais et des résidents étrangers.
 Tous les dossiers des abonnés à Electricité du Liban.
 Toutes sortes de fichiers, dont ceux de la Banque centrale, de la Circulation routière, du ministère du Travail, des Hôpitaux, du Casino du Liban, etc.

Dans aucun pays au monde, un « tribunal » n’a été autorisé à consulter, et encore moins à détenir, une telle quantité d’information.

Ces données étaient par contre systématiquement collectées par l’armée israélienne durant l’occupation du Liban jusqu’à sa défaite et son retrait en 2000


 

Source : Réseau Voltaire

Samedi 5 mars 2011

http://www.voltairenet.org/...

 



3 Politique internationale

Pays Arabes & voisins

Iran

Ali Akbar Salehi : l’Iran n’attache aucun crédit au ‘Tribunal spécial pour le Liban’.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, a déclaré lundi que l'Iran n’accorde aucun crédit au Tribunal spécial pour le Liban (TSL) chargé d'enquêter sur l'assassinat en 2005 de l'ancien premier ministre libanais Rafik Hariri.

Dans une interview lundi avec le journal libanais Daily al-Akhbar, commentant les liens de l'Iran avec le Hezbollah, il a déclaré que "même si idéologiquement, nous sommes proches, cela ne signifie pas que l'Iran soit favorable à la main mise d'un groupe spécifique sur le pays."
«Les développements qui ont lieu actuellement dans la région auront des conséquences positives », a-t ’il encore noté.

Le chef de la diplomatie iranienne a également déclaré que les développements de la région ne sont pas l’œuvre des grandes puissances, mais plutôt l’œuvre des nations de la région qui tentent de déterminer leur destin et de retrouver leur dignité perdue.
«Ils veulent détruire les régimes dictatoriaux », a t-il ajouté.
Il a également noté que les sionistes sont conscients de la puissance de l'Iran.
Si ce n'était pas le cas, ils auraient très certainement attaqué l'Iran.
En ce qui concerne les relations entre l'Iran et l'Arabie saoudite, le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré que « le point de vue partagé par les deux pays bénéficiera à la paix de la région et à sa stabilité.
"J'ai été invité à me rendre en Arabie Saoudite et je m’y rendrai dans un proche avenir », a-t-il annoncé.
Ali Akbar Salehi a également estimé que pour le moment, renouer des liens pour l’Iran avec les États-Unis est impossible.

 07 Mars  

 http://www2.irna.ir/fr/news/view/line-96/1103077802230538.htm


Les commentaires sont fermés.