Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/05/2011

n°16 - Journal de Libye - 01-05 au 04-05 - début- Des sénateurs américains demandent que Kadhafi soit assassiné.

°16 - Journal de Libye  - 01-05 au 04-05  - début- Des sénateurs américains demandent que Kadhafi soit assassiné. 


Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



Journal de Libye

            n°16                                       01-05 au 04-05        

C.De broeder & M.Lemaire



Le " Journal de Libye" est  visible  sur les blogs : 

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) sur le site de Eva Resis           no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse : http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm


Si vous voulez-nous contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire de la lutte pour la libération du territoire.

Tiré à part :

Libye : La guerre juste ?

Paroles & action du président Kadafi.

Kadhafi répète qu'il ne partira pas, et qu'il se battra jusqu'à la mort . 

Kadhafi prédit l'échec de l'OTAN en Libye.  

Kadhafi a(urait) menacé l'Italie

1 Politique de l'Otan

Fin

2 Les grandes manœuvres.

3 USA

Des Canons ... pas du beurre

James Cogan : Des sénateurs américains demandent que Kadhafi soit assassiné. 

4 Pays Arabes & voisins

Turquie

Libye: Ankara évacue son ambassade. 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 A aucun moment nous n'avons vu de foules de civils sans armes demandant le départ de Kadhafi !

6 Dossier

6-1 Hassan Allibi : Sans blague: Ben Laden serait mort.

6-2 DJERRAD Amar : LIBYE : Le complot, l’agression et l’engrenage.

6-3 Israël Shamir : Libye : Les Russes y réfléchissent à deux fois.

 



 

Tiré à part :

Libye : La guerre juste ?

La guerre commence toujours par des mensonges. Celle-ci à laquelle participe notre pays n'échappe pas à la règle.

Le premier mensonge est le plus important : on nous a dit et répété que Kadhafi a bombardé des gens qui manifestaient pacifiquement, qu'il a massacré son propre peuple. La guerre aurait empêché un génocide du peuple libyen par Kadhafi.

Quelle que soit la folie, ou le caractère criminel réel ou supposé de Kadhafi et de son 'régime', le fait est indéniable : le gouvernement libyen s'est trouvé rapidement confronté à une insurrection bien armée..

Quelles que soient les raisons de cette rébellion, c'est en tout cas un mensonge fondamental de la présenter comme celle du "peuple libyen désarmé" massacré par un tyran fou. C'est plutôt une guerre civile dont il s'agit. Si le bombardement de rebelles armés constitue un crime contre l'humanité ou un génocide, il faut alors commencer par inculper le Secrétaire général de l'Otan, nos ministres de la défense successifs, et tous les chefs d'Etat de pays de l'Otan : Ils sont coupables en Afghanistan et en Irak depuis dix ans.

Nos dirigeants ne cessent de répéter qu'ils se "mobilisent en faveur de la population libyenne persécutée par Kadhafi", mais au nom de quel droit l'autoproclamée Communauté Internationale peut-elle définir qui est "la population libyenne" ? Si le régime Kadhafi est vraiment fou et criminel, comment les représentants de la rébellion armée, parmi lesquels d’anciens ministres de Kadhafi, seraient-ils exempts de ce caractère fou et criminel ? A Tripoli, à Syrte, les gens soutiennent Kadhafi, ne feraient-ils donc pas partie de "la population libyenne" et est-ce pour cela que l’Otan les bombarde ?

Le complexe de Srebrenica

M. Leterme a affirmé que l'intervention de la coalition internationale avait permis d'éviter un bain de sang à Benghazi : "Sans cela, nous nous serions retrouvé avec un complexe de Srebrenica". Par contre, Il y a des massacres qui ne nous laissent aucun complexe. Tels ceux qui se sont produits en Irak, occasionnant des millions de morts par un savant dosage de "sanctions" et de bombardements en cours depuis vingt ans, provoqué par ceux qui se proclament les protecteurs du peuple libyen. Tels ceux commis à Gaza et au Liban par nos meilleurs alliés dans la région. Tels ceux qu’on a laissé faire au Congo, par certains de nos autres meilleurs alliés de cette région.

 

En Libye, personne ne s'est inquiété outre mesure du "nettoyage'" de Benghazi par les "bons", dont on a de faibles échos, tels les lynchages de noirs ou de supposés "kadhafistes". Personne ne s’inquiète du bain de sang probable que serait la 'libération' des villes de la tribu de Kadhafi, comme cela s'est produit en Côte d'Ivoire lors de l'avancée des forces de Ouatara. Pas de résolution pour protéger ce peuple-là ?

 

Des négociations sabotées

Dans une guerre civile, les massacres sont commis de part et d'autre. Si on désire vraiment les arrêter, on doit tout faire pour favoriser les initiatives de paix. L'Otan fait exactement le contraire, en soutenant un camp contre un autre, et en les incitant à rejeter toute proposition de conciliation. L’intervention occidentale exacerbe le conflit, multiplie le nombre de morts et de désastres humains, et rend toute solution politique impossible. Les initiatives de paix de l’Union africaine et des pays latino-américains de l’ALBA ont été sciemment ignorées, voire sabotées.

 

Des bombardements pour protéger la population ?

"Des responsables occidentaux assurent que l'Otan ne prend pour cibles que des objectifs militaires". Depuis la guerre du Kosovo, nous savons ce que représente une cible militaire légitime pour l'Otan. Des informations commencent à filtrer de bombardement d'infrastructures de télécommunication et de radio/télédiffusion dans plusieurs villes libyennes. L'Otan a bombardé le palais présidentiel, des bâtiments officiels, diverses infrastructures civiles... La définition de cible militaire légitime est extrêmement extensible, et tout ce qui ne rentrera pas dedans est baptisé "dommage collatéral". La réalité pourrait plutôt être que, comme en Yougoslavie en 1999, l'Otan cherche à plonger la population bombardée dans la détresse et la terreur, dans l'espoir de miner son soutien aux autorités libyennes. Dans d'autres circonstances, on appellerait cela du terrorisme.

 

La farce de la "légalité" internationale

L'Otan prétend agir pour appliquer une résolution des Nations Unies. Mais quoi qu’on pense de l'ONU et de cette résolution 1973 en particulier, celle-ci demande en tout premier lieu un cessez-le feu immédiat, un dialogue, un règlement pacifique à la crise. La résolution des Nations Unies est prétendument destinée à "protéger les civils", pas du tout à soutenir des rebelles contre un gouvernement pas plus illégitime que son opposition armée. En soutenant ouvertement des groupes armés qui clament que la seule solution est militaire, et qui rejettent toute autre issue que l'anéantissement de l'adversaire, l'Otan et la Belgique n'appliquent pas cette résolution, ils sont plutôt en train de la violer.

La même chose pourrait être dite de la précédente résolution, la 1970, celle imposant un embargo sur les armes, résolution allègrement violée par l’Egypte et plusieurs pays occidentaux alimentant en armes et munitions la rébellion.

 

Mobilisons-nous contre cette guerre

La nature de cette "intervention" ne diffère pas fondamentalement de l'agression contre l'Irak. Le méchant Saddam a été remplacé par le méchant Kadhafi, l’un et l’autre jugé indigne d’alimenter en pétrole le vertueux Occident. Outre l’arrivée de néo-cons agressifs au pouvoir à Paris et à Londres, la seule différence réside dans un bel emballage humanitaire. Cela a suffi pour faire fondre l'immense mobilisation contre la guerre de 2003. Aujourd'hui, un mois après l'entrée en guerre de la Belgique, le Mouvement de la Paix est étrangement absent et silencieux.

De l'Irak à la Libye, en passant par l'Afghanistan: il n'existe pas, il n'a jamais existé de "guerre humanitaire". Il n'existe que des guerres pour des intérêts, généralement d’ordre économique et géostratégique..

Quoi qu’on pense des réalisations et des méthodes de Kadhafi, certains points devraient être clairs et sans discussion dans le mouvement de la paix : LA GUERRE N’A JAMAIS ETE UNE SOLUTION et, compte tenu de son histoire et de sa nature, le seul rôle positif possible des pays de l'Otan dans ce conflit ne peut être que l'abstention totale.

Numéro 41 – 1er mai 2011

Supplément du bulletin trimestriel du Comité de surveillance OTAN



Paroles & action du président Kadafi.

Kadhafi répète qu'il ne partira pas, et qu'il se battra jusqu'à la mort . 

Mouammar Kadhafi a répété qu'il ne renoncerait pas au pouvoir et appelé Paris et Washington à négocier avec lui une sortie de crise, alors que Tripoli a menacé d'attaquer tout navire entrant dans le port de Misrata assiégé depuis deux mois, invitant les rebelles à se rendre.
L'Otan "doit abandonner tout espoir d'un départ de Mouammar Kadhafi. Je n'ai pas de fonction officielle pour y renoncer. Je ne quitterai pas mon pays et je m'y battrai jusqu'à la mort", a déclaré le dirigeant libyen dans une allocution dans la nuit de vendredi à samedi. Selon la télévision d'Etat, elle était retransmise en direct.
Les rebelles libyens, les Etats-Unis et l'Union européenne réclament le départ du colonel Kadhafi, au pouvoir depuis 1970, mais celui-ci a répété que son peuple l'"aime", affirmant qu'il était pour eux "plus sacré que l'empereur du Japon ne l'était pour son peuple".
Il s'exprimait lors d'une cérémonie marquant le centenaire d'une bataille contre les forces d'occupation italiennes en Libye.
"Nous sommes prêts à négocier avec la France et les Etats-Unis mais sans condition", a encore dit le dirigeant libyen dans sa première apparition publique depuis le 9 avril. "Nous ne nous rendrons pas mais je vous appelle à négocier. Si vous voulez le pétrole, nous passerons des contrats avec vos compagnies, ce n'est pas la peine de mener une guerre".
La France et les Etats-Unis, avec la Grande-Bretagne, avaient mené les premières opérations militaires en Libye lancées le 19 mars en vertu d'une résolution de l'ONU. Le commandement des opérations est passé à l'Otan fin mars.
"Nous pouvons régler nos problèmes entre Libyens sans nous battre, retirez vos flottes et vos avions", a lancé le leader libyen à l'adresse de l'Otan.
Sur le terrain, à Misrata, de violents combats ont eu lieu vendredi autour de l'aéroport, situé à deux kilomètres au sud-ouest de la troisième ville de Libye (200 km à l'est de la capitale), selon des journalistes de l'AFP.
Les combats avaient fait 18 morts et 83 blessés à 19H00 GMT, selon des sources médicales.
Des rebelles ont annoncé que les forces gouvernementales avaient lancé une contre-attaque, appuyée par quatre chars, sur la zone d'Al-Ghiran, près de l'aéroport. "Nous les avons arrêtés à l'extrême limite, pour le moment", a déclaré à l'AFP Ibrahim Ahmed Bouchagha, combattant rebelle.
Un porte-parole du gouvernement a fait savoir vendredi que le ministère de la Justice appelait "tous les groupes armés à Misrata à déposer les armes en échange d'une amnistie", précisant que l'offre tient jusqu'au 3 mai.
Il a également confirmé la menace de frapper les navires entrant dans le port, comme l'avait annoncé un peu plus tôt la télévision libyenne.
Tout bateau "tentant d'entrer au port (...) sera frappé avec force", a indiqué la télévision, affirmant que l'armée avait "mis hors service" le port, seule voie de ravitaillement, et que l'acheminement des aides devrait désormais se faire "par les voies terrestres" sous la supervision de l'armée.
Des navires de l'Otan ont par ailleurs neutralisé des mines marines posées par les forces loyalistes dans le port de Misrata, selon le général britannique Rob Weighill.
Dans un communiqué, l'Otan "a prévenu les autorités portuaires de Misrata, qui ont temporairement fermé l'installation portuaire", entraînant l'annulation des déplacements de deux bateaux d'aide humanitaire.
"Les forces de l'Otan sont maintenant activement lancées dans la neutralisation de la menace que représentent les mines, afin d'assurer que la circulation de l'aide continue", a déclaré l'amiral italien Rinaldo Veri, cité dans le communiqué.
"L'Otan exhorte les compagnies maritimes civiles à continuer à coordonner" leurs mouvements avec l'Alliance atlantique afin de permettre "le transit sûr des bateaux dans la région".
Selon le Croissant-Rouge, les violences à Misrata ont fait environ 1.500 morts, habitants et rebelles, en deux mois. Selon le procureur local, les pro-Kadhafi ont aussi enlevé plus de 500 habitants.
Plus à l'ouest, les insurgés tenaient toujours vendredi le poste-frontière tuniso-libyen de Dehiba, reconquis la veille.
Selon le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés, l'escalade des violences dans l'ouest du pays a interrompu les flux de réfugiés partant vers le sud de la Tunisie. Pour la seule journée de mercredi, 3.100 personnes avaient fui via Dehiba.
Selon un correspondant de l'AFP, des habitants et des rebelles ont rapporté des frappes aériennes dans des zones où sont positionnées les troupes de Kadhafi.

30/04

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/kadhafi-repete-qu-il-ne-partira-pas-et-qu-il-se-battra-jusqu-a-la-mort/id-menu-957.html


Kadhafi prédit l'échec de l'OTAN en Libye.  

- Le guide Mouammar Kadhafi a affirmé que les objectifs visés par l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) à travers la campagne militaire injuste contre la Libye ne se réaliseront jamais. «Les croisés qui ont déclenché une croisade injuste contre la Libye doivent désespérer à concrétiser quatre de leurs objectifs, à savoir, le changement de régime politique en Libye sans l’assentiment des libyens, le départ de Kadhafi, l’accaparement du pétrole et l’occupation de la Libye», a-t-il déclaré dans un discours retransmis samedi à l’aube par la télévision libyenne à l’occasion de la commémoration du 96ème anniversaire de la bataille de Gardhabia contre le colonisateur italien. «Ces croisés ne doivent pas se berner eux-mêmes pour nourrir une quelconque illusion par rapport aux objectifs précités ; c'est vouloir semer dans la mer a ajouté le guide Kadhafi. «Quels que soient le nombre de missiles et les frappes aériennes de nuit comme de jour et quoi qu’ils terrorisent les civils, les tuent, quoi qu’ils détruisent les écoles, qu’ils bombardent les hôpitaux, les infrastructures de base et même s’ils utilisent les bombes atomiques, ils n’atteindront aucun de ces objectifs», a-t-il affirmé.
Il a soutenu qu’on ne peut pas changer le régime politique en Libye fondé sur le pouvoir du peuple et le remplacer par un quelconque autre système que si c’est décidé par le peuple libyen dans ses congrès populaires de base (la plus haute autorité du pays).
Le leader Kadhafi a indiqué que 'personne, ni Mouammar Kadhafi, ni l’OTAN, ni la France, ni la Grande-Bretagne, ne peut changer le régime politique libyen sauf si c’est l’émanation du peuple libyen lui-même dans ses congrès populaires et dans une atmosphère de sécurité'.
Evoquant la question de son départ dont on ne cesse de parler dans les capitales occidentales, il a affirmé que l’OTAN doit en désespérer car «Mouammar Kadhafi n’a ni pouvoir, ni poste à abandonner», soulignant qu’il a «abandonné ces postes depuis 1977 lors de la proclamation du pouvoir du peuple».
«Je ne quitterai pas mon pays et je le défendrai avec mon fusil et personne ne peut m’obliger à le quitter ni m’empêcher de le défendre. Je resterai aux côtés des sépultures de mes grands-pères qui ont combattu l’Italie en 1911», a-t-il dit.
Il a indiqué que ceux qui parlent de l’abandon par Kadhafi du pouvoir et de son départ de la Libye ne comprennent ni le système politique libyen, ni la situation de Mouammar Kadhafi.
Parlant du pétrole libyen, il a indiqué que toute tentative de s’en accaparer sera combattue par le peuple libyen avec force, affirmant que plutôt la mort avant que le pétrole soit à la merci de bandes armées».
Il a ajouté que toutes les compagnies pétrolières françaises, britanniques, italiennes, chinoises ou autres peuvent prospecter le pétrole en Libye et l’exploiter après une négociation avec l’Etat libyen et la conclusion d’un accord satisfaisant et profitable aux deux parties sans bombardement, ni guerre.
Il a souligné que toute tentative de s’accaparer le pétrole libyen sera vaine et combattue par le peuple libyen.
Le guide Kadhafi a déclaré que les visées pour occuper la Libye dont la superficie est de deux millions de km2 sont impossibles, même si l’OTAN implique toutes ses armées.
«Les soldats de l’OTAN vont mourir dans le désert, les montagnes et les plaines libyennes et seront combattues par le peuple libyen», a–t-il dit.
Le guide Kadhafi a précisé que les autorités libyennes sont actuellement en train de distribuer des armes à des milliers de personnes et lorsqu’il y aura un envahissement terrestre des millions de libyens seront armés.
Le leader Kadhafi a défié les forces de l’OTAN de faire face à une armée d’un million de combattants qui mènera une tactique de guérilla tout au long des côtes libyennes, dans le désert et les montagnes, affirmant que l’OTAN ne pourra y arriver que si elle bombarde la Libye avec des bombes atomiques.

01/05/2011

http://www.afriquejet.com/afrique-du-nord/libye/libye:-kadhafi-predit-l%27echec-de-l%27otan-en-libye-2011050110478.html

 


Kadhafi a(urait) menacé l'Italie
Simultanément au deuxième jour des raids des chasseurs-bombardiers italiens contre les positions libyennes, Kadhafi a menacé l'Italie de guerre.
Selon l'IRNA, Kadhafi, samedi, et à la suite de la deuxième mission des avions italiens sur le sol libyen, a déclaré dans un message télévisé : "A présent, la guerre est transférée en Italie car les Libyens l'exigent mais je peux y mettre mon veto". Il a ajouté : "Mon ami Berlusconi a commis un crime en autorisant le bombardement de la Libye. Par cette démarche l'Italie a prouvé qu'il n'existe pas de démocratie dans ce pays".

Dans le même temps le ministère italien des Affaires étrangères en réaction à cette menace de guerre du dictateur libyen a annoncé que les menaces de Kadhafi renforceraient les engagements italiens. L'OTAN a pour sa part condamné les menaces de Kadhafi.

 01/05/2011 

 http://french.irib.ir/info/afrique/item/113017-kadhafi-a-menac%C3%A9-litalie

 



1 Politique de l'Otan

Un F-16 émirati s'écrase en Sicile (médias)  

 

Un chasseur F-16 de l'Armée de l'air émiratie participant aux opérations en Libye s'est écrasé mercredi à l'atterrissage sur la base italienne de Sigonella, en Sicile, le pilote ayant réussi à s'éjecter, rapportent les médias locaux en référence à un responsable de l'Otan.
"Le pilote s'est éjecté et son état est en cours d'évaluation", a déclaré sous couvert de l'anonymat le responsable de l'Alliance.
Et d'ajouter que l'avion arrivait en Sicile depuis une autre base italienne en Sardaigne.
Les Carabinieri ont ouvert une enquête pour déterminer les causes de l'accident, entrainant la fermeture provisoire de la base aérienne.
Sans faire partie de l'Otan, les Emirats arabes unis ont mis 12 chasseurs à disposition de l'opération militaire de la coalition internationale, dont l'un des objectifs consiste à faire respecter la
zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye.
Les manifestations
contre Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis 42 ans, ont éclaté en Libye à la mi-février avant de dégénérer en contestation armée. Les ONG internationales parlent des milliers de victimes, ce que Tripoli dément.
Le 17 mars, le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté
une résolution prévoyant la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus du pays et autorisant le recours à la force pour protéger la population libyenne des troupes du colonel Kadhafi. L'opération internationale contre le régime libyen a débuté le 19 mars. Le 31 mars, l'Otan a pris le commandement des opérations.

28/04/2011

http://fr.rian.ru


Théophraste R. : Le risque de tuer Kadhafi ?

 «  L’Otan a-t-elle pris le risque calculé de tuer Kadhafi ?

Bien sûr que non, voyons ! Il s’agissait seulement de quatre petits assassinats réussis : son fils cadet, qui n’occupait aucune fonction politique et trois de ses petits-enfants (également non engagés politiquement) par une force militaire étrangère s’étant substituée à l’ONU, laquelle avait seulement donné mandat de contrôler l’espace aérien libyen.

Vous vous souvenez de ça, ou vous êtes encore dans votre bulle, tout chamboulés par ce magnifique mariage princier ? Imaginez votre émotion si un fou, voulant envoyer un missile dans une certaine chambre nuptiale de Buckingham Palace, avait pulvérisé trois petites demoiselles d’honneur.

Imaginez les larmes aux yeux de nos journaleux. Editions spéciales et tout ça…

PS. Où est-il le temps où le peuple de France descendait dans la rue contre les guerres coloniales ?

Théophraste R. (ni kadhafiste, ni belliciste).

dimanche 1er mai 2011Fr, le 1er mai 2011 :

URL de cette breve 1761
http://www.legrandsoir.info/+Le-risque-de-tuer-Kadhafi+.html


La famille Kadhafi dans le viseur de l’Otan.

Ndlr : La publication de l'article  ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l'auteur mais doit être vu comme information.

 

Tripoli a dérapé dans la violence hier après la mort non confirmée du plus jeune des fils du guide libyen dans un bombardement nocturne de l’Otan. Muammar al-Kadhafi, qui se serait trouvé en compagnie de son fils Saïf al-Arab, aurait, lui, échappé à cette frappe. La mort de Saïf al-Arab, un étudiant de 29 ans, et de trois petits-enfants de Kadhafi, a été annoncée par les autorités libyennes, mais n’a pas été confirmée de source indépendante, à l’exception d’un coup de fil passé par le vicaire apostolique de Tripoli, Mgr Giovanni Martinelli, à la chaîne de télévision italienne Sky TG24. L’événement, dont on ne peut totalement exclure qu’il s’agisse d’une manipulation, a provoqué une onde de choc qui a frappé en retour plusieurs ambassades et institutions étrangères à Tripoli. L’ONU a décidé hier de retirer son personnel international de la capitale libyenne.

«C’est bien». L’Otan reconnaît avoir opéré cette frappe mais affirme qu’elle n’était pas dirigée contre Kadhafi ou sa famille : elle visait une cible militaire, à savoir «un poste de commandement et de contrôle» dans la zone. Pour Moussa Ibrahim, le porte-parole du gouvernement libyen, il s’agissait ni plus ni moins d’«une opération visant à assassiner directement le dirigeant de ce pays». Ce dernier, selon lui, se trouvait dans la maison visée, en compagnie de sa femme. Tous deux ont échappé à la mort.

Ce n’est pas la première fois que l’Otan est accusée de chercher à tuer le guide libyen. En 1986, les Etats-Unis avaient bombardé une de ses résidences, tuant sa fille adoptive alors âgée de 4 ans. Mais les lois américaines actuelles ne permettent plus aux institutions de ce pays d’assassiner des chefs d’Etat. Même si ce n’est pas l’envie qui leur manque. Comme l’a dit hier sur CBS le sénateur républicain John McCain, l’unique personnalité américaine à avoir rendu visite aux révoltés de Benghazi, «nous devons viser les centres de commandement et de contrôle [de Kadhafi, ndlr], et, s’il est tué ou blessé à cette occasion, c’est bien». Son collègue Lindsey Graham a été encore plus explicite sur Fox News : Kadhafi, a-t-il dit, «n’est pas le leader légitime de Libye. Il doit être traduit en justice ou tué».

On ne sait pas grand-chose de Saïf al-Arab Kadhafi, à part qu’il était le moins politisé des sept garçons de la famille du leader libyen. Ancien étudiant en Allemagne, il s’était fait remarquer par ses frasques de fêtard dans divers clubs. De retour au pays, il s’était, selon les sources locales, tourné vers la religion. Et n’était ni marié ni père de famille. Dans l’après-midi, la télévision libyenne a montré des religieux se recueillant devant quatre corps et a indiqué qu’ils présentaient leurs condoléances «pour les pertes subies par Muammar al-Kadhafi». Dans la matinée, les autorités avaient emmené la presse voir la maison qui aurait été l’objet de la frappe de l’Otan.

«Spontanées». L’annonce de la mort de Saïf al-Arab par les médias libyens a provoqué des remous dans le pays. L’ambassade d’Italie, ainsi que les résidences des ambassadeurs d’Italie et de Grande-Bretagne, ont été vandalisées dans la matinée par des manifestants qui y ont mis le feu. Ces bâtiments étaient vides, la plupart des pays ayant évacué leurs diplomates dès le début de l’intervention occidentale, en mars. En représailles aux attaques menées contre ses bâtiments diplomatiques, Londres a décidé d’expulser l’ambassadeur libyen dans la capitale britannique. «Il a vingt-quatre heures pour quitter le pays», a déclaré dans un communiqué le ministre des Affaires étrangères, William Hague. Un bâtiment des Nations unies a aussi été saccagé dans la nuit. Ces manifestations de colère, selon un reporter de la BBC présent à Tripoli et interrogé sur le site de la chaîne, «semblent beaucoup plus spontanées que celles auxquelles nous avions assisté jusqu’à présent». Le gouvernement libyen s’est excusé auprès de la mission onusienne, mais celle-ci a tout de même décidé de faire partir son personnel étranger.

Libération, 2/5

 


Mort du fils de Kadhafi et de ses enfants : Le "souhait" de sénateurs américains est-il sur le point d'être exaucé ?

« Il faut que les gens autour de Kadhafi se réveillent chaque jour en se demandant 'Est-ce qu'aujourd'hui est mon dernier jour?"    

Le benjamin des enfants de Mouammar Kadhafi, Saif al-Arab Kadhafi, a été tué samedi 30 avril dans la soirée dans un raid de l’Otan qui a touché une maison appartenant à la famille du « Guide » à Tripoli, a annoncé un porte‑parole du gouvernement libyen.  Ses trois enfants ont péri dans le même raid. Le « Guide » aurait échappé de peu à ce raid, que le porte-parole libyen a qualifié de « tentative d’assassinat » du chef libyen.

A Bruxelles, un porte-parole de l’Otan a démenti que les avions de la coalition aient visé cette maison familiale, située dans un quartier résidentiel de la capitale. Il a confirmé en revanche qu’un bâtiment militaire abritant des structures de commandement a été détruit par missiles. C’est la première fois qu’un membre de la famille Kadhafi est tué dans une opération alliée depuis le début du soulèvement populaire dans ce pays et l’intervention de l’Otan.

Afrique Asie


Le fils cadet de Kadhafi tué.  

 Le fils cadet de Mouammar Kadhafi, Saif al-Arab Kadhafi, a été tué dans une frappe aérienne menée par l'OTAN.
L'attaque de l'OTAN contre la maison de Kadhafi, à Tripoli s’est traduite par la mort de Saif al-Arab Kadhafi, 29 ans, le plus jeune fils du dictateur et de trois des petits-enfants de Mouammar Kadhafi a confirmé le Porte-parole du gouvernement libyen, Moussa Ibrahim. Le dirigeant Kadhafi et son épouse qui étaient dans la maison sont sains et sauf a révélé ce responsable, ajoutant que le raid avait aussi fait des blessés. L'OTAN a confirmé l'attaque sans confirmer la mort du fils de Kadhafi. La nouvelle a provoqué la joie des habitants de Benghazi, tandis que dans le Sud au moins six civils libyens ont été tués samedi dans une attaque meurtrière menée par les forces fidèles au dictateur libyen. Les révolutionnaires libyens affirment que 70 blindés sont entrés samedi au Sud dans l'oasis de Jalo avant de s'en prendre aux civils. L'attaque a eu lieu quelques heures après l'annonce du dictateur libyen de se maintenir au pouvoir. A la suite des attaques des chasseurs de l'OTAN contre des cibles à Misrata, troisième ville sous contrôle des opposants, 13 fortes explosions ont été entendues samedi soir dans ledit port.

01/05/2011

 http://french.irib.ir/info/afrique/item/113022-libye-le-fils-cadet-de-kadhafi-tu%C3%A9

Les commentaires sont fermés.