Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/05/2011

n°16 - Journal de Libye - 01-05 au 04-05 - Fin - Des sénateurs américains demandent que Kadhafi soit assassiné.

n°16 - Journal de Libye  - 01-05 au 04-05  - Fin -  Des sénateurs américains demandent que Kadhafi soit assassiné. 




Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



Journal de Libye

            n°16                                       01-05 au 04-05        

C.De broeder & M.Lemaire



Le " Journal de Libye" est  visible  sur les blogs : 

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) sur le site de Eva Resis           no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse : http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm


Si vous voulez-nous contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire de la lutte pour la libération du territoire.

2 Les grandes manœuvres.

3 USA

Des Canons ... pas du beurre

James Cogan : Des sénateurs américains demandent que Kadhafi soit assassiné. 

4 Pays Arabes & voisins

Turquie

Libye: Ankara évacue son ambassade. 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 A aucun moment nous n'avons vu de foules de civils sans armes demandant le départ de Kadhafi !

6 Dossier

6-1 Hassan Allibi : Sans blague: Ben Laden serait mort.

6-2 DJERRAD Amar : LIBYE : Le complot, l’agression et l’engrenage.

6-3 Israël Shamir : Libye : Les Russes y réfléchissent à deux fois.

 




2 Les grandes manœuvres

Destruction de l’ambassade britannique à Tripoli  

 Suite aux raids aériens des forces de l’OTAN contre Tripoli les pro-Kadhafi sont descendus dans les rues et s’en sont pris à des ambassades et au bureau de l’ONU.
Selon la BBC, l’ambassade britannique à Tripoli a été détruite et le bureau de l’ONU pillé. Les ambassades italienne, française et américaine, ont été attaquées par les forces de Kadhafi, et ont subi des dégâts. Lors des raids aériens de dimanche des forces de l’OTAN laissant des morts, parmi les civils, Seif el-Arab Kadhafi, le plus jeune fils du dictateur libyen et ses enfants ont été tués. Et ce, alors que le peuple de Benghazi qui se réjouissait samedi soir de cette nouvelle, est à présent, dubitatif quant à sa véracité, craignant qu’elle ne soit qu’un acte de propagande de la part du gouvernement de Tripoli. Rappelons que la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU insiste sur la réalisation d’une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye pour protéger la vie des libyens. Selon les rapports parvenus, les forces de Kadhafi ont attaqué les habitants des villes de Misrata, d’al-Zawiya, d’Al-Jabal al-Gharbi et, également, le peuple sans abris sur les frontières avec la Tunisie. Kadhafi, le dictateur libyen, malgré les pressions internationales exercées sur lui et la poursuite des protestations populaires dans ce pays n’a pas encore quitté le pouvoir. Et les forces de Kadhafi ont tué jusqu’à présent des milliers de protestataires.

01/05/2011

http://french.irib.ir/info/afrique/item/113049-libye--la-destruction-de-l%E2%80%99ambassade-britannique-%C3%A0-tripoli



3 USA

Des Canons ... pas du beurre

James Cogan : Des sénateurs américains demandent que Kadhafi soit assassiné. 

Des sénateurs américains ont profité de leur présence dans l'émission « Etat de l'Union » de la chaîne CNN hier pour demander que le dirigeant libyen Muammar Kadhafi soit assassiné et que l'on intensifie les frappes aériennes pour parvenir à l'objectif réel de la guerre: la mise en place d'un régime fantoche accommodant.

Cinq semaines de bombardements n'ont pas réussi à faire tomber Kadhafi, du fait principalement que le soutien au gouvernement de Tripoli se poursuit et du fait de la faiblesse politique et militaire des forces anti-Kadhafi basées dans la ville orientale de Benghazi. Les combattants de l'opposition n'ont pas fait de gains significatifs dans l'est du pays et les troupes pro-gouvernementales maintiennent le siège de Misrata, ville occidentale tenue par l'opposition, malgré des bombardements quasi quotidiens de l'OTAN.

Les signes clairs d'une impasse militaire et une insistance impitoyable à ce qu'elle soit brisée, dominent les discussions au sein de l'establishment américain. Le sénateur républicain Lindsey Graham a dit sur CNN: « En ce moment précis, il n'y a vraiment pas une dynamique suffisante chez les rebelles... Donc ma recommandation à l'OTAN et au gouvernement c'est de couper la tête du serpent. Il faut aller à Tripoli, se mettre à bombarder le cercle proche de Kadhafi, leurs résidences- casernes, leurs QG militaires. »  

Graham a réitéré la demande répandue au sein de l'establishment américain que le gouvernement Obama déploie ses hélicoptères de combat AC-130 pour des opérations contre les forces libyennes pro-Kadhafi. Les AC-130 sont équipés de fusils Gatling à cinq barils de 25 mm, à tir rapide, d'un canon de 40 mm et d'un obusier de 105 mm. Ils sont conçus pour bombarder intensément toute une zone et dévaster véhicules et personnels, ainsi que tous les civils qui se trouvent pris sous le feu. Ils ont été utilisés en Afghanistan et en Irak et produit des effets meurtriers, dont des massacres de civils documentés.

Graham a rejeté l'observation de la présentatrice de CNN Candy Crawley qui a dit que les attaques contre des cibles situées dans les quartiers fortement peuplés de Tripoli n'étaient pas couvertes par la résolution de l'ONU qui représente un cache-sexe légal pour la guerre: « Le but est de se débarrasser de Kadhafi, » a-t-il dit. « Il faut que les gens autour de Kadhafi se réveillent chaque jour en se demandant 'Est-ce qu'aujourd'hui est mon dernier jour?' Il faut que les commandants militaires qui soutiennent Kadhafi soient pilonnés. Ainsi, je ne laisserais pas le mandat de l'ONU stopper ce qui est la chose correcte à faire. »  

Le sénateur républicain et ancien candidat à la présidentielle John McCain qui s'était rendu à Benghazi vendredi dernier pour y rencontrer des membres du Conseil national de transition a demandé la reconnaissance immédiate par les Etats-Unis de cette institution rebelle afin que l'on puisse envoyer de l'argent et des armes. McCain a déclaré que les anciens ministres de Kadhafi, les personnes liées à la CIA et les islamistes dont on sait qu'ils font partie du Conseil « représentent les aspirations légitimes du peuple libyen. »

En plus de demander une intensification des efforts pour former et armer les forces anti-Kadhafi afin qu'elles mènent leur guerre civile, McCain a insisté pour que la puissance aérienne américaine, tels les hélicoptères AC-130 et Apache, soit déployée « de façon plus intensive. »

En réponse à la demande de Graham d'assassiner Kadhafi, McCain a exprimé son accord général avec le ciblage du dirigeant libyen mais a déclaré que la stratégie américaine devait se fonder sur le fait de « gagner la bataille au sol » et non pas « la possibilité de l'évincer par hasard avec une frappe aérienne qui par chance l'atteindrait. »

  Le sénateur indépendant Joseph Lieberman, candidat un temps à la vice-présidence du Parti démocrate, a rejoint la campagne pour l'escalade et s'est fait l'écho de l'appel de Graham à l'assassinat de Kadhafi. L'OTAN, a-t-il déclaré, « doit se mettre à réfléchir et se demander s'ils veulent plus directement cibler Kadhafi et sa famille. » Lieberman a cyniquement déclaré que la résolution de l'ONU justifiait une politique d'assassinat au motif que « cela protègerait la population civile. »

Prôner de façon aussi flagrante des crimes de guerre pour écarter du pouvoir Kadhafi découle inexorablement des mobiles criminels de la guerre elle-même. Depuis le début, cette guerre a été initiée par les ambitions néo-coloniales de la France, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis pour s'emparer des ressources pétrolières lucratives de la Libye aux dépens de rivaux tels la Chine et la Russie. Cinq semaines après le début des bombardements, et sans qu'on en voie le bout, la frustration grandissante à Washington attise les appels à noyer dans le sang toute résistance.

Un des mobiles est l'impact sur les prix mondiaux du pétrole du quasi arrêt des exportations du pétrole libyen. Les combats et les bombardements autour des principales installations pétrolières et de gaz ont endommagé l'infrastructure. Des champs pétrolifères tenus par les rebelles de Benghazi devraient, selon les prédictions, être hors d'état de produire pour les quatre semaines à venir, les forçant à compter sur des dons de carburant du Qatar.

Le gouvernement Obama et ses alliés de l'OTAN ont déjà pris des mesures pour une escalade significative de l'attaque contre la Libye. La Grande-Bretagne, la France et l'Italie ont commencé à envoyer des « conseillers » à Benghazi pour aider les forces d'opposition, ce qui représente un premier pas vers un éventuel déploiement de forces au sol.

Samedi, la première attaque contre les troupes du gouvernement libyen a été menée par un drone Predator américain sans pilote, dont le président Obama a ordonné le déploiement la semaine dernière. Un lance-roquette monté sur un véhicule à Misrata aurait été détruit par un missile Hellfire. Au moins deux Predators survoleront la Libye 24 heures sur 24.

Dimanche, le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague a refusé d'exclure une décision de l'OTAN de déployer les Predators pour tenter d'assassiner Kadhafi. Hague a déclaré: «Déterminer qui ou quoi devient une cible légitime dépend de la manière dont ces derniers se comportent. »

Des efforts pour tuer Kadhafi ou les membres de sa famille semblent être déjà entrepris. Parmi un certain nombre de sites bombardés à Tripoli durant le week-end il y a un ensemble de bunkers à proximité de la résidence caserne du dirigeant libyen. Il y aurait eu trois morts. CNN a rapporté qu'un important dépôt de munitions avait été bombardé et que « les frappes aériennes se sont poursuivies une bonne partie de la nuit. »

 La semaine dernière, le lieutenant général Charles Bouchard a prévenu les civils de se tenir éloignés des prétendues cibles militaires. Mais les attaques ciblent délibérément des infrastructures civiles. L'agence libyenne d'informations a rapporté durant le week-end que des avions de l'OTAN avaient bombardé les système d'approvisionnement de l'eau et les égouts des villes d' al-Khums et Sirte tenues par Kadhafi. En 1999 durant la guerre aérienne de l'OTAN contre la Yougoslavie, des centrales électriques, des routes, des voies de chemins de fer et des canalisations d'eau avaient été bombardées pour terroriser la population civile.

  Des reportages sur Misrata où de violents combats se sont déroulés indiquent qu'un grand nombre de soldats libyens ont été tués durant le week-end par les attaques de l'OTAN. Un combattant de l'opposition s'est vanté de ce que 30 tanks ont été détruits ainsi qu'un convoi de véhicules tout-terrain. Un journaliste du quotidien britannique The Guardian a dit avoir vu au moins six tanks calcinés dans un quartier de la ville où des troupes du gouvernement ont battu en retraite samedi.

Bien que les commandants de l'opposition insistent pour dire que la ville est sous leur contrôle, leurs positions ont été lourdement pilonnées dimanche à partir de la périphérie, ce qui a tué et blessé un grand nombre de personnes. Déterminés à briser l'impasse militaire actuelle, les avions de l'OTAN continuent d'attaquer les forces gouvernementales dans la région.

James Cogan

Mondialisation.ca,

Le 26 avril 2011

WSWS

mondialisation.ca



4 Pays Arabes & voisins

Turquie

Libye: Ankara évacue son ambassade.  

 

La Turquie a évacué le personnel de son ambassade en Libye à la suite de la complication de la situation dans ce pays, a annoncé lundi aux journalistes le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu.
"Le personnel de l'ambassade à Tripoli est temporairement évacué en Tunisie, où il a continué de travailler dès ce matin", a déclaré le chef de la diplomatie turque.
Selon lui, Ankara décidera de la reprise du travail de sa mission diplomatique à Tripoli en fonction de l'évolution des événements en Libye.
Dans la nuit de samedi à dimanche les forces de l'Otan ont bombardé Bab al Azizia, quartier général tripolitain de Mouammar Kadhafi,
tuant un fils et trois petits-fils du leader libyen. Le colonel et son épouse, qui se trouvaient à l'intérieur de la maison au moment du raid, en sont sortis sains et saufs.
Depuis la mi-février, la Libye est le théâtre d'une révolte dirigée contre le régime de Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis 42 ans. Pour réprimer la rébellion, le leader libyen a fait appel aux forces armées, ce qui a attisé le conflit, le transformant en guerre civile.
Le 17 mars, le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté
une résolution autorisant le recours à la force pour protéger la population civile des troupes pro-Kadhafi. L'opération internationale contre le régime de Mouammar Kadhafi se poursuit depuis le 19 mars. Le 31 mars, l'Otan a pris le commandement des opérations. L'Alliance a annoncé à plusieurs reprises qu'elle ne s'assignait pas pour objectif d'éliminer le dirigeant libyen.

02/05

 http://fr.rian.ru

 



Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 A aucun moment nous n'avons vu de foules de civils sans armes demandant le départ de Kadhafi !

Les seules images de contestataires ne montrent que des bandes de rebelles armés. Pire encore, les rares images de civils manifestants, étaient des images de foules soutenant Kadhafi !

Info et désinfo

En regardant les différents journaux télévisés depuis le début des contestations populaires dans le monde arabe, nous avons été abreuvés (voir abrutis) d'images de foules tunisiennes, égyptiennes, du Bahreïn, du Yémen et plus récemment de la Syrie, protestant contre le pouvoir en place. Toutes ces foules étaient (et sont encore) composées d'hommes, de femmes et d'enfants, tous sans armes. Des foules entières de civils demandant le départ de leur dirigeant.
A aucun moment nous n'avons vu de foules de civils sans armes demandant le départ de Kadhafi ! Les seules images de contestataires ne montrent que des bandes de rebelles armés. Pire encore, les rares images de civils manifestants, étaient des images de foules soutenant Kadhafi ! Mais ces images là ont vite été censurées ! Aucune chaîne n'est capable de nous montrer la population civile manifestant contre Kadhafi. Pourquoi ? Tout simplement parce que les Libyens dans leur grande majorité soutiennent Kadhafi.
{...}
Est-il encore nécessaire de rappeler les termes de la résolution 1973 ? Installer une "no fly zone" pour empêcher les avions de Kadhafi de bombarder les insurgés ? En quoi les bombardements de Tripoli répondent-ils à cette résolution ? Il y a belle lurette que les avions de Kadhafi sont cloués au sol.

L'Occident dit toujours la vérité. Les Autres mentent toujours, comment les croire?

L'Otan qui dit toujours la Vérité, affirme qu'elle ne bombarde que des cibles militaires. Mais, c'est bien gênant, c'est manifestement une demeure civile bombardée que les journalistes filment... il y a un léger malaise aux infos qui doivent faire passer de trop flagrantes contradictions, -  malaise heureusement vite balayé par la mort sans le moindre conditionnel de Ben Laden.

Dans ce cas, c'est l'armée US qui le dit, donc c'est sûr. Libé ne se permettrait pas ici de "la mort n’a pas été confirmée de source indépendante", ou de "on ne peut totalement exclure qu’il s’agisse d’une manipulation" évidemment .

En tout cas, il pourrait être tout à fait vrai que l'Otan ne cherche pas à tuer Kadhafi, et elle a donc précisément voulu tuer ce fils cadet qui n'avait aucun rôle politique, et les petits enfants autour de lui. Il faut maintenant comprendre pourquoi : l'Otan agirait-elle comme de simples mafiosis, qui visent les enfants pour faire plier le père?

http://www.lepoint.fr/reactions/fil-info-reuters.php?article=kadhafi-aurait-echappe-a-un-raid-de-l-otan-a-tripoli-01-05-2011-1325173_240



6 Dossier

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information.

6-1 Hassan Allibi : Sans blague: Ben Laden serait mort.

International (LVO) : Selon nos sources, "l'annonce affirmant qu'Oussama Ben Laden aurait été tué est une nouvelle diversion visant à cacher le fiasco de la coalition internationale en  Libye. Une opération psychologique de la CIA en collaboration avec l'ISI (services secrets pakistanais).

Dimanche soir, la télévision Libyenne avait annoncé que les funérailles d'un des fils et trois petits-enfants du dirigeant libyen, tués samedi dans une attaque aérienne de l'Otan à Tripoli, auront lieu lundi.

      Le fils du dirigeant libyen Seïf al-Arab (29 ans), son petit-fils Seïf (2 ans), fils de Mohammad Kadhafi, sa petite-fille Carthage (3 ans), fille de Hanibal, et une autre petite fille, Mastoura (4 mois), fille de Aïcha Kadhafi, ainsi que leurs amis et voisins, "tous tués dans l'agression de la coalition croisée sur la maison du Guide (Mouammar Kadhafi) dans un quartier de Tripoli, seront enterrés lundi après la prière de midi dans le cimetière des Martyrs d'Al-Hani à Tripoli", a indiqué un communiqué affiché à l'écran.

 

    Dans la nuit de samedi à dimanche, Moussa Ibrahim, le porte-parole du gouvernement, a annoncé que la maison de Seïf al-Arab Kadhafi, un des six fils du colonel Kadhafi, avait été "attaquée avec de puissants moyens" qui ont tué le jeune homme et trois petits-enfants du dirigeant libyen.

 

      Il a dénoncé "une opération visant à assassiner directement le dirigeant de ce pays" ajoutant que "le Guide (Mouammar Kadhafi) et sa femme étaient dans la maison", mais n'ont pas été blessés. Seïf al-Arab était un civil et n'occupait  aucun poste.

   Le Guide de la révolution, Mouammar Kadhafi avait déjà perdu une fille adoptive en 1986 lors d'un bombardement américain à Tripoli.

   Toute la journée du premier mai, les médias aux ordres se sont éfforcés de publier des démentis sur l'assassinat du fils et des petits enfants de Kadhafi craignant des réactions internationales défavorables, jusqu'à ce que le vicaire apostolique (évêque) de Tripoli, Giovanni Innocenzo Martinelli, a confirmé dimanche par téléphone à la chaîne de télévision italienne Sky TG24, la mort de Seïf al-Arab Kadhafi.

 

     Dans l'après-midi, la télévision libyenne avait diffusé des images de responsables religieux, notamment catholique, orthodoxe, copte et musulman, se recueillant devant quatre corps et indiqué dans un bandeau qu'ils présentaient leurs condoléances "pour les pertes subies par Mouammar Kadhafi".

 

Pendant ce temps, les habitants de Tripoli ont envahi les rues et pris d'assaut les représentations diplomatiques françaises, britannique et italienne ainsi qu'un bureau de l'ONU.

   Si le monde se rend compte que le peuple libyen est contre l'intervention de l'OTAN qui n'a fait que massacrer des civils tout en protégeant les "rebelles armés", il se rendra très vite compte que l'intervention de l'occident n'a aucune légitimité et n'est qu'une tromperie flagrante. C'est pour cette raison que les médias ont reçu l'ordre de relayer l'intox que "c'est l'armée de Kadhafi qui a attaqué les ambassades" à Tripoli. Des témoins oculaires se trouvant sur les lieux ont rapporté que malgré l'intervention des services de sécurités libyens, personne n'a pu empêcher les civils furieux de s'en prendre aux représentations diplomatiques des pays agresseurs. Les forces de sécurité n'ont pas pu empêcher les civils de peur d'être accusé une nouvelle fois de s'en prendre à la population.

 

   L'intervention illégale occidentale en Libye qui prétend, depuis le début, protéger les civils, donne beaucoup de mal aux salles de rédactions des médias qui doivent convaincre le monde d'une intervention en Libye, qui est de toute façon illégale en droit international et à tous les niveaux, et en même temps cacher les massacres de civils à travers le pays sous les bombardements de l'OTAN

 

   Sans reparler de la nouvelle en 2002 de son décès en 2001 et largement reprise dans la presse indépendante et sur internet, l'annonce de la mort de Ben Laden d'aujourd'hui, alors que le corps n'a ni été filmé, ni photographié avant d'être soit disant jeté à la mer, malgré le fait que le monde entier aurait besoin de voir de ses propres yeux celui qui a été présenté comme l'ennemi publique numéro un pendant plus de dix ans, prouve que les pseudo stratèges occidentaux n'ont pas beaucoup d'idées pour continuer à tromper les populations et protéger Sarkozy et compagnie de poursuites judiciaires internationales pour les crimes commis contre le peuple Libyen et afghan et plus largement contre le monde arabo musulman.

   Cela prouve aussi, pour ceux qui en douteraient encore,  qu'une fois de plus  l'opinion publique internationale est bel est bien bombardée de mensonges.

Hassan Allibi pour www.stcom.net 


6-2 DJERRAD Amar : LIBYE : Le complot, l’agression et l’engrenage.

La barbarie de l’occident, plus particulièrement de la France, l’Angleterre, l’Italie, le Qatar et les Émirats, a dépassé les limites de la perversion au point où il n’est plus possible de leur opposer la raison et la sagesse. Il ne s’agit plus de faire respecter la « zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye », conformément à la résolution 1973 mais d’agression pure et simple visant un peuple, une nation et ce pour ses richesses.
Ainsi, pour ces pays, tous les moyens abjects et inhumains sont licites.
Bombardement quotidien de civils, d’hôpitaux, d’habitations, des infrastructures économiques, sociales et éducatives, actes de piraterie en mer, vol de pétrole, armement de ceux qu’ils baptisent insurgés, rebellions ou ‘révolutionnaires’ et de groupes terroristes, soutiens financiers des renégats, introduction de «conseillers» militaires mercenaires, militarisation d’enfants et d’adolescents, viol de femmes dans les villes sous contrôle des groupes armés qu’ils soutiennent, désinformation et mensonges à grande échelle. Le tout financé par le Qatar et les Émirats.
La résistance du peuple libyen et les larges et continues manifestations de soutien à leur guide, qui accourent vers les endroits et places pour servir de boucliers humains afin d’empêcher leur bombardement, a créé une sensation de défaite, un profond sentiment de fierté blessée chez les meneurs de cette funeste coalition. Cette OTAN désœuvrée incapable de faire plier, à leur désidératas, un petit peuple, de 6 millions d’habitants, qui n’a rien fait de condamnable ; contraint par absence de morale et de stratégie d’user de méthodes que le Droit et la raison interdit. D’où cette rage pathologique et cette obsession maladive à viser les civils et les infrastructures de bases. La modeste télé libyenne a aussi été visée partiellement par un missile et ce, en plus des tentatives de brouiller ses transmissions, car elle a réussi à démonter leur complot et mensonges médiatico-politique avec des preuves incontestables au point où elle est devenue une référence crédible. Aljazeera ou « Alkhenzeera » (la cochonne), comme la dénomme les libyens, connait en ces moments une hémorragie de démissions lui faisant perdre plusieurs de ses meilleurs cadres. Cette coalition de brigands et de traitres – soutenue par le méprisant Amr Moussa, qui a vendu son âme, de la putréfiée Ligue « arabe », ainsi que le sénile et ‘vendu’ le « Chèque » Kardhaoui , ce sheikh qataro-égyptien, ce précurseur de la ‘fitna’ (division) que les algériens connaissent bien pour ses soutiens au GIA contre l’armée algérienne dans les années 90 – visent maintenant les personnalités, les élites et les symboles pour « fragmenter » un peuple que l’histoire a toujours uni face à l’adversité. Un peuple, d’origine bédouine musulmane maghrébine, connu pour sa sagesse, son sens de l’honneur, mais aussi pour ses prédispositions au martyr et de son endurance dans la résistance.
En visant hier, par des missiles, une résidence de Kadhafi – pour l’assassiner- mais tuant le plus jeune fils Seif al Arab âgé de 29 ans un étudiant en économie ainsi que trois de ses petits-fils, cette coalition vient d’ouvrir la « boîte de Pandore ». C’est-à-dire la légitimation d’une vengeance égale au préjudice subi ou une peine identique au crime commis. Nous avions bien dit, par ailleurs, au début du conflit, que « Sarkozy et Cameron ne connaissent rien de ce peuple ». Ils vont connaitre maintenant le sens de l’honneur et de la vengeance, du sang de l’innocent, des tribus libyennes.
Les Italiens le connaissent. Il est imprescriptible.
En effet, quelques heures après ces assassinats, plusieurs groupes de différentes villes et tribus annoncent rejoindre les combats. Un autre groupe déclare former une brigade de volontaire « kamikaze ». Un dernier groupe, quant à lui, émet un communiqué troublant annonçant la constitution d’une ‘organisation’ « pour la revanche » citant nommément les personnes devenant désormais « objectif ». On y cite Sarkozy et sa famille, Cameron et sa famille, Berlusconi et sa famille, Amr Moussa et sa famille, les membres du CNT libyen et leur famille ainsi que les Émirs du Qatar et des Émirats et leur famille. On vient de se mettre dans une situation complexe aux conséquences imprévisibles et douloureuses. Les doigts sont donc mis dans l’engrenage.
Un dicton Magrébin dit « tu l’as planté avec tes mains, maintenant tu l’arracheras avec tes dents » (entendre le clou).

 

DJERRAD Amar

Mardi 3 Mai 2011 

http://www.alterinfo.net/LIBYE-Le-complot-l-agression-et-l-engrenage_a58253.html


6-3 Israël Shamir : Libye : Les Russes y réfléchissent à deux fois.

La Russie est différente des Américains, des Britanniques et des Français dans leur ensemble qui approuvent l’orgie de bombardements de la Libye par leurs forces (oui, certains cependant doutent que ce soit si rentable). Les Russes sont résolument contre, sans «si», ni «mais». L'ambassadeur russe à Tripoli, Vladimir Tchamov, a été accueilli triomphalement à Moscou alors que le président Dmitri Medvedev l’avait démis de ses fonctions publiquement après la fuite dans la presse d’un câble que l'ambassadeur avait envoyé, et qui soulevait cinq points.

L'ambassadeur avait traité la réaction de Medvedev à la crise libyenne de «trahison des intérêts nationaux russes». (Entretemps, le ton des deux côtés s’est radouci quelque peu: le ministère des Affaires étrangères a dit que Tchamov n'avait pas été «viré», mais juste «rappelé» de Tripoli, et qu’il a conservé son rang d'ambassadeur ainsi que son salaire, alors que Tchamov récuse s’être servi du mot «trahison».)

Les Russes n'aiment pas l'intervention occidentale en Libye." Les rebelles ne semblent pas authentiques", notent les blogueurs russes; "ce sont un ramassis mélangé d’ex-ministres congédiés pour corruption par Kadhafi, des moudjahidin d'Al-Qaïda, une racaille d’abrutis encadrés par des commandos de la SAS" (Special Air Service, unité de commandos britannique - NdT) "et soutenus par ceux qui sont les meilleurs amis des Arabes: les missiles de croisière étasuniens."

 Les media russes ont découvert que les premiers rapports sur "d'énormes pertes civiles infligées par l'impitoyable Kadhafi" avaient apparemment été inventés par des rédacteurs de presse à Londres et à Paris. Plus de civils ont été tués par l'intervention occidentale que par le gouvernement se battant contre les rebelles. Le journal à grande circulation Komsomolskaïa Pravda a publié des rapports d’expatriés russes en Libye qui réfutent catégoriquement les accusations selon lesquelles l’aviation de Kadhafi aurait bombardé des zones résidentielles: cela avait été fait par les bombardements français et britanniques.

Les Russes tendent à avoir une idée conspirationniste de la politique. Ils présument que les soulèvements arabes étaient organisés par leurs ennemis: les forces occidentales derrière les révolutions de «couleur», la NED (National Endowment for Democracy – Dotation nationale pour la démocratie), la CIA, le Mossad, et j'en passe, dans le but de créer le chaos selon le modèle irakien.

Ils citent les doctrines israéliennes et étasuniennes sur l’art de promouvoir le «chaos constructif». Puis ils soutiennent Kadhafi, et montrent même de la sympathie pour Moubarak. Cela est particulièrement vrai pour les Russes patriotes qui se souviennent que Kadhafi avait soutenu la Russie en 2008 lors du conflit en Géorgie, et pour une communauté d'affaires dans lesquelles ils ont été impliqués concernant de nombreux projets en Libye, allant du gaz naturel aux chemins de fer.

Le président Dmitri Medvedev a de bonnes raisons pour regretter sa précipitation à rejoindre la meute des médias occidentaux, car il sera tenu pour responsable de ce qui ne ressemble que trop, aux yeux des Russes, à un Kosovo II. 

Il est probable qu'il ait été mal guidé par ses conseillers en communication, l'invitant à sauter sur l’occasion d'épouser la cabale médiatique internationale pour «l’arrêt du massacre en Libye», et il a sauté dessus.

 Le choc des premiers rapports de massacres présumés résonnait encore quand le président Medvedev a lancé un avertissement à Kadhafi à propos de «crimes contre l'humanité», pour ajouter plus tard que Kadhafi était devenu persona non grata en Russie. Medvedev a soutenu la décision de traduire la Libye à la Cour pénale internationale, alors qu'il devait bien savoir par les Russes sur place en Libye que rien d’extraordinaire n’avait eu lieu dans le pays; que ce n'était rien de plus qu’un petit soulèvement qui serait vite jugulé.

 La situation aurait pu être comparée aux émeutes de Los Angeles en 1965 (soixante morts et des milliers de blessés) ou de 1992 (cinquante morts et des milliers de blessés), à la différence que les Noirs de Los Angeles n'avaient pas le soutien aérien de Tomahawks.

Medvedev est également perçu comme l'homme qui a ordonné à son ambassadeur au Conseil de sécurité de s'abstenir. La Russie et la Chine votent généralement dans le même sens quand elles ont l’intention de contrer la volonté du shérif mondial – et cela depuis le vote fatidique concernant le Zimbabwe en 2008 quand la Russie activa son droit de veto pour la première fois depuis Dieu sait quand et empêcha de ce fait les sanctions proposées par l'Occident contre la nation africaine.

 Puis, d’après la BBC, le secrétaire ministre des Affaires étrangères, David Miliband, aurait déclaré que la Russie allait utiliser son droit de veto, en dépit de la promesse faite par le président Dmitri Medvedev de soutenir la résolution. Il semblerait que cette fois-ci, le point de vue de Medvedev ait prévalu, et qu'il ait consenti ce qui maintenant ressemble comme une nouvelle campagne de Suez (si vous vous souvenez encore de 1956, quand les Britanniques et les Français avaient tenté de libérer l'Égypte de son Hitler-sur-the-Nil, Gamal Abdel Nasser, et d'en profiter au passage pour garder le canal pour eux).

Quelques jours plus tard, l'homme fort de la Russie, Vladimir Poutine, a vertement critiqué cet acte de Medvedev. Il a qualifié l'intervention occidentale de «nouvelle croisade» et a suggéré que les dirigeants occidentaux «prient pour leur âme et demandent le pardon du Seigneur» pour le sang versé. Les gens ont adoré cela. Medvedev a tenté une contestation vide de sens: «ne parlez de croisades», mais même lui n'a pas trouvé plus d'arguments en faveur de la campagne de l'OTAN en Libye.

Cette fois-ci comme toujours, la réaction instinctive des Russes est d'opposition à toute intervention occidentale. Ils étaient contre l'intervention étasunienne au Vietnam et en Corée, en Irak et en Afghanistan, contre les guerres coloniales des Britanniques et les Français - tout comme vous l’étiez, vous mes lecteurs merveilleux, la minorité spirituelle éclairée de l'Occident. Les Russes ne croient pas que les raisons de l'intervention occidentales aient rien à voir avec l'amour de la démocratie, les droits de l'homme ou la valeur de la vie humaine. Ils appellent un chat un chat, et considèrent qu’une intervention occidentale est une intervention occidentale, une de plus parmi tant d'autres, et dont ils peuvent être aussi une cible.

Cependant, Medvedev n'a pas laissé courir l'intervention occidentale pour des raisons purement sentimentales, pour «soutenir l'Europe». L'idée était qu'il vaut mieux laisser l'OTAN s’occuper dans le Sud plutôt qu'à l'Est. La Libye est beaucoup moins importante pour les Russes que la Géorgie, l'Ukraine ou encore l'Afghanistan. Si le monstre doit dévorer quelqu'un, que ce soit plutôt au Maghreb, où les Russes n'ont jamais eu de fortes positions de toute façon. Un rédacteur de WPR [World Politics Review] a décrit ce tournant comme le «moment de Tilsit» de l'OTAN: il signifierait la reconnaissance de l'immuabilité des frontières orientales de l’Occident, en échange des mains libres dans le flanc Sud. Voilà pourquoi la Pologne était mécontente de l'opération Odyssey Dawn: au lieu de les placer sur le front de la confrontation la plus importante, cette manœuvre en direction du Sud met les Polonais dans un cul-de-sac géopolitique.

En effet nous ne devrions pas être omnubilés par la problématique Est-Ouest. Comme les États-Unis déclinent graduellement, les puissances européennes commencent à reconsidérer leur rôle. La guerre de Libye est un projet français. La guerre en Libye a été lancé par Sarkozy dans une tentative, au bout de cinquante ans, de rétablir l'Empire français en Afrique du Nord après que le traité d'Évian en ait ostensiblement scellé le sort. C’était son idée de départ, quand il a appelé, lors de sa campagne électorale, pour la création de l’uni0n pour la Méditerranée. Le projet de cette uni0n méditerranéenne était soutenu par Israël - et maintenant Bernard Henry Levy est le principal propagandiste en faveur de l'intervention. Les Turcs sont, à leur manière subtile, fermement opposés à l’uni0n méditerranéenne, comme l’a correctement décrit Eric Walberg. L'Italie a soutenu le projet et comme on pouvait s'y attendre a appuyé l'intervention. L'Allemagne était contre l’uni0n pour la Méditerranée et contre l'intervention. De ce point de vue, l'intervention en Libye est le début d'une nouvelle vague de colonisation européenne du Maghreb.

Un observateur russe a remarqué une étrange ressemblance de cette opération avec celle d’il ya cent ans contre la Libye lors de la précédente vague de colonisation. Une Italie, qui venait de faire son unification, et agressive, à la recherche d’un empire, avait décidé de s’emparer de la Libye, alors province ottomane. À cette époque, comme aujourd'hui, les journaux décrivaient la souffrance des Libyens épris de liberté, sous le joug ottoman et le devoir moral des Italiens de les libérer. Les Turcs étaient en mauvaise posture et avaient essayé de capituler tout en sauvant la face. Ils avaient donc proposé de céder la gestion et la colonisation de la Libye aux Italiens, tout en préservant la suzeraineté à la Sublime Porte. Les Italiens avaient refusé, et déclenché leur «Aube de l’Odyssée». Les Turcs s’étaient battus vaillamment, et parmi eux un jeune officier avait prouvé sa valeur: c’était Mustafa Kemal, plus tard surnommé Atatürk. Une seule voix s’était élevée contre l'intervention, celle du jeune socialiste italien Benito Mussolini. C’est dans cette campagne de Libye il y a cent ans, en 1911, que s’est déroulé le premier bombardement aérien, et l'histoire conserve le nom du Lieutenant Giulio Gavotti, le premier à avoir effectué un largage de bombes.

La Russie moderne n'est pas l'URSS, elle a peu d’ambitions mondiales. Elle se préoccupe de ce qui se passe dans  sa propre partie du monde, et n'est pas prête à s'impliquer ailleurs. Pour les Russes, les poursuites européennes dans le Sud ne sont pas de menaces, mais plutôt la résomption du rôle régional de la France. C'est pourquoi les Russes se sont abstenus au Conseil de sécurité de l’ONU. Ce sera donc la tâche des forces éclairées de l'Occident d’arrêter l'agression – plutôt que de compter sur le veto russe.

Le Président Kadhafi a réussi à irriter beaucoup de personnes dans beaucoup d'endroits. Il a aussi bien agacé les Français que les Russes, en concluant des accords qu’il ne respectait pas. Les messages de Wikileaks font état de cela à plusieurs reprises, notamment dans 10PARIS151: «les Français sont de plus en plus frustrés par le fait que les Libyens ne tiennent pas leurs promesses en matière de visas, d’échanges professionnels, de l'enseignement du français et des offres commerciales.» «Nous (et les Libyens) parlons beaucoup, mais nous avons commencé à voir que les actions ne suivent pas les paroles en Libye. » Il gênait les Saoudiens et pire encore, qu'il irrité son propre peuple.

Nous sommes certainement contre l'intervention, mais la question du soutien à Kadhafi n'est pas facile. Mouammar Kaddafi avait /a un caractère complexe: d'une part, c’est un leader autochtone qui a fourni à ses compatriotes le meilleur niveau de vie en Afrique, avec de généreuses subventions, la gratuité des soins médicaux et de l'éducation, le dirigeant qui a appuyé la vision d'un seul État en Palestine / Israël et qui se lie d'amitié avec Castro et Chavez. D'autre part, pour les cinq dernières années, Kadhafi et sa clique se sont occupés à démanteler l'État-providence libyen, privatisant et cannibalisant le système de santé et l'éducation, thésaurisant ses richesses, opérant avec les transnationales pétrolières et gazières des transactions à leur avantage personnel. Le "Nouveau Kadhafi" a fait marche arrière sur un grand nombre de réalisations sociales et n’a pas donné à son peuple les libertés politiques élémentaires. Son soutien pour un seul État en Palestine s’est tari en 2002, cela fait longtemps.

Mes amis à Tripoli ne soutiennent pas Kadhafi. Ils sont certainement contre l'intervention occidentale, mais ils n'aiment pas le vieux colonel pour ses habitudes dictatoriales. Ils se sentent des adultes, ils veulent être impliqués dans les prises de décisions, ils n'aiment pas la corruption, ils veulent aussi un plus grand rôle pour l'islam. À leur yeux, Kadhafi réserve sa rhétorique anti-impérialiste pour la galerie, mais sa pratique est occidentale et néolibérale. Il est bon que Kadhafi asticote la famille royale saoudienne et brandisse l’épée contre les dirigeants occidentaux, mais en même temps, il a offert les richesses libyennes à des étrangers. Ainsi, alors que nous sommes certainement contre l'intervention, nous ne devons pas oublier que toutes les forces anti-Kadhafi ne sont pas des laquais de l'Occident ou les combattants d'Al-Qaïda.

La politique n'a rien d'un moelleux lit de repos. Avec tout le respect dû à Mouammar Kadhafi et ses réalisations passées, il a dépassé sa meilleure période. Il y a des raisons d'espérer qu'il survivra à la tempête, nous lui souhaitons chaleureusement la défaite des forces interventionnistes. Mais cela devrait être un point de départ pour la démocratie en Libye, pas nécessairement une démocratie de style européen, mais une meilleure façon pour les Libyens de participer à la gestion de leur propre vie.

Israël Shamir 

 27 avril

http://news.stcom.net/modules.php?name=News&file=article&sid=6052



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières,les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

" Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19


Les commentaires sont fermés.