Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/05/2011

n°578 - Journal de Palestine - 13-04 au 13-05 : début - Le Fatah et le Hamas officialisent leur réconciliation.


n°578 - Journal de Palestine - 13-04  au  13-05 : début - Le Fatah et le Hamas officialisent leur réconciliation.



Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre.

Les médias occidentaux dans leur large majorité ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



Journal de Palestine

n°578                           13-04  au  13-05

C.De Broeder          &   M.Lemaire



Vous retrouverez ce journal 

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

c) Et sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

 

NB : Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire

Tiré a part

Le Fatah et le Hamas officialisent leur réconciliation.  

Washington refuse un Etat palestinien sur les frontières de 1967. 

Tests politiques et militaires israéliens à Gaza.  

« Israël » boucle la Cisjordanie et attaque les Palestiniens

1 La lutte pour la libération dans les  territoires occupés

2 La Palestine en chiffre (Depuis le début de l'Intifada le 25 septembre 2000)

3 Politique.

4 Politique Internationale

Fin

5 Les voisins

6 Monde

7  Les brèves

7-1 Aide aux Palestiniens: Israël dénonce une "certaine incohérence" de l'UE 

7-2 Une ONG accuse Israël et l’Italie.  

7-3 Colère palestinienne contre l’assassinat d’un militant italien pro-palestinien.

8 Dossier

8-1 Palestine Info : 750.000 Palestiniens kidnappés par Israël depuis 1967.

8-2 Spécial Egypte

 



Tiré a part

Le Fatah et le Hamas officialisent leur réconciliation.  

Le Fatah et le Hamas ont officialisé mercredi leur réconciliation lors d'une cérémonie au Caire. Le parti qui contrôle la Cisjordanie et celui au pouvoir dans la Bande de Gaza ont ainsi mis fin à quatre ans de conflits interpalestiniens.
"Nous tournons pour toujours la page noire de la division", a assuré le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (Fatah), en promettant de se rendre "bientôt" en visite dans la Bande de Gaza, tenue par le Hamas.
Après de longues négociations sous médiation égyptienne, les deux factions palestiniennes ont finalement trouvé un accord le 27 avril. Le pacte qui scelle leur réconciliation a été signé mercredi. Il prévoit la création d'un gouvernement d'unité nationale pour assurer l'intérim jusqu'à la tenue d'élections l'année prochaine. Mais il laisse des points-clefs en suspens: qui contrôlera les forces de sécurité palestiniennes? Quelle attitude sera adoptée vis-à-vis d'Israël?
Le Fatah se montre plutôt conciliant avec l'Etat hébreu alors que les islamistes du Hamas refusent de reconnaître officiellement Israël.
Dès jeudi dernier, le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, ultranationaliste, a averti que l'Etat hébreu ne négocierait pas avec un gouvernement palestinien où serait représenté le Hamas.
L'ancien Premier ministre britannique Tony Blair, qui représente le Quartet (Etats-Unis, Union européenne, Nations unies et Russie) pour la paix au Proche-Orient, a pour sa part déclaré que le nouveau gouvernement palestinien devrait renoncer à la violence et reconnaître le droit d'Israël à exister. Un refus du Hamas pourrait remettre en cause des centaines de millions de dollars d'aide internationale aux Territoires palestiniens.
Soutenu par la Syrie et l'Iran, le Mouvement de la résistance islamique (Hamas) est classé comme organisation terroriste par l'Union européenne, les Etats-Unis et bien sûr Israël, qui a été visé par de nombreuses roquettes tirées depuis la Bande de Gaza et a été victime d'attentats du Hamas.
Le Hamas honorera une trêve informelle avec Israël après la formation du gouvernement d'union nationale, ont affirmé mardi plusieurs de ses responsables. Cependant, il ne changera pas de position quant à la reconnaissance de l'Etat hébreu.
Mahmoud Abbas a défendu le pacte de réconciliation, malgré les menaces d'Israël de ne pas négocier avec un gouvernement incluant le Hamas. "Nous rejetons le chantage", a tancé le président de l'Autorité palestinienne. Le successeur de Yasser Arafat a décrit les membres du Hamas comme "des frères": "Nous pouvons avoir des divergences, et nous en avons souvent, mais nous parvenons toujours à un minimum de compréhension."
Le Hamas est prêt à "traduire les mots du pacte en actions sur le terrain", a assuré son dirigeant Khaled Méchaal, lors de la cérémonie au Caire. "Notre lutte est contre l'ennemi israélien et non contre les factions palestiniennes."
Le Hamas s'est emparé de la Bande de Gaza en juin 2007 en en chassant le Fatah par les armes. Depuis, l'Autorité palestinienne ne contrôle plus que la Cisjordanie. Un gouvernement d'unité devrait faciliter la tâche de Mahmoud Abbas, qui souhaite faire reconnaître un Etat palestinien aux Nations unies en septembre, avec ou sans accord de paix avec Israël. Les négociations avec l'Etat hébreu se trouvent dans l'impasse depuis plus de sept mois.

04/05/2011

 http://www.gnet.tn/revue-de-presse-internationale/le-fatah-et-le-hamas-officialisent-leur-reconciliation/id-menu-957.html

Washington refuse un Etat palestinien sur les frontières de 1967.  

Les États-Unis ont  annoncé leur refus de  reconnaître officiellement un Etat palestinien sur les frontières de Juin 1967 sans un accord de paix avec l'entité sioniste .
En effet selon le  porte-parole du département d'Etat, Mark Toner Washington ne croit pas que cette idée est bonne et efficace, soulignant que « les États-Unis poursuivent leurs efforts pour encourager  les deux parties (ndlr : palestinienne et israélienne) à entamer des négociations directes une fois pour toute ».
La secrétaire d’Etat Hillary Clinton a auparavant affirmé  que «les États-Unis comptent propose une nouvelle initiative pour instaurer  la paix entre les Palestiniens et les Israéliens."
Dans ce contexte le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu compte  prononcer un discours devant le Congrès américain en mai incluant un plan pour faire avancer les négociations.
Selon les observateurs, le  président Obama fait face à beaucoup  pressions  pour entamer une nouvelle initiative de paix  ou pour qu’il s’oppose aux efforts palestiniens d’obtenir une reconnaissance par  l'Assemblée générale des Nations Unies d'un Etat palestinien établi sur les frontières 1967 avec  Jérusalem comme capitale.
Pour sa part , le président   Mahmoud Abbas a déclaré  à la veille de sa visite prévue ce Mercredi à Paris,qu'il souhaitait demander avis et soutien aux dirigeants européens dans la perspective de la création d'un Etat palestinien à l'automne, au moment de l'assemblée générale de l'ONU.
De son côté, le ministère français des Affaires étrangères a estimé que les Palestiniens sont "plus que jamais prêts à établir un Etat et à le gérer d'une façon crédible et pacifique"! 
 "Cette visite sera l'occasion d'évoquer les modalités possibles d'une reprise du processus de paix au Proche-Orient, ainsi que les perspectives de la prochaine conférence des donateurs pour l'ةtat de Palestine, que la France souhaite organiser au mois de juin, afin de poursuivre, avec l'ensemble de la communauté internationale, sa politique de soutien actif à la mise en place des institutions du futur ةtat", a indiqué Christine Fages.

21/04  

 http://www.almanar.com.lb

 

Tests politiques et militaires israéliens à Gaza.  

 La Bande de Gaza, soumise à un blocus inhumain depuis près de sept ans, est le théâtre d’une opération militaire israélienne qui a fait des dizaines de morts et de blessés, des civils pour la plupart. Bien que les organisations palestiniennes aient clairement exprimé leur volonté de revenir à l’accalmie, Israël multiplie ses menaces d’une guerre totale.
Les Israéliens ont testé, à cette occasion, le Dôme d’acier, destiné à intercepter les roquettes de courte et moyenne portée. Le succès de ces batteries, dont le coût est exorbitant, est tout relatif, contrairement au tapage médiatique fait autour dans le but de remonter le moral de la population israélienne et de saper celui des adversaires, en Palestine et au Liban.
À travers cette escalade sans précédent depuis la guerre de l’hiver 2008-2009, l’État hébreu souhaite aussi tester la réaction de l’Égypte. Tel-Aviv veut en effet savoir jusqu’où ira la réaction du Caire en cas de vaste offensive contre Gaza après la chute du régime de Hosni Moubarak. La question est de savoir quelle est la profondeur et l’importance des changements survenus dans la position officielle égyptienne dans des sujets complexes et délicats. Pour l’instant, il apparait que les généraux du Conseil militaire suprême s’en tiennent aux engagements du régime précédent et ont limité l’accès à la Bande de Gaza par l’Égypte aux produits de première nécessité et aux cas humanitaires, afin de répondre aux aspirations de la population et aux forces radicales de la révolution.
Toutes les options restent ouvertes à la lumière des résultats des tests israéliens. Et l’éventualité d’une guerre totale contre Gaza reste tributaire de l’attitude de la Syrie et du Hezbollah. Sur ce plan, Israël cherche à savoir à quel point les événements en Syrie et la campagne du 14-Mars contre le Hezbollah ont rétréci la marge de manœuvre des forces de la résistance et les ont privés de la capacité à prendre l’initiative.
Les prochains jours apporteront des réponses politiques à toutes ces interrogations. La poursuite des opérations militaires contre Gaza risque de faire bouger les choses en Cisjordanie, où l’armée israélienne a déployé des renforts supplémentaires et a entamé une vaste campagne d’arrestations, tout en lançant des mises en garde contre toute attaque contre ses forces.
Les mouvements palestiniens de résistance sont confrontés à un défi de taille à Gaza, en Cisjordanie et dans les territoires de 1948 : celui de montrer qu’ils sont capables de faire face à cette nouvelle agression et de produire une riposte politique à cette guerre d’usure qui peut se transformer, à tout moment, en opération d’extermination, surtout que les mesures du côté égyptien de la frontière de Gaza continuent d’assurer une couverture au blocus implacable imposé à ce territoire par l’alliance israélo-américaine.
Gaza
Cent vingt roquettes et obus de mortier ont été tirés depuis jeudi de la bande de Gaza en direction du territoire israélien, dont au moins cinquante pour la seule journée de samedi, a déclaré l’armée israélienne. Seulement huit ont été interceptés par le nouveau système antiaérien israélien « Iron Dome ». Le mouvement Hamas a déclaré de son côté avoir à lui seul tiré 60 projectiles sur Israël. D’autres groupes palestiniens ont également participé à cette offensive en représailles aux raids aériens israéliens contre Gaza. Au total, 18 Palestiniens ont été tués et près de 70 blessés, des civils pour la plupart, selon des sources médicales palestiniennes, depuis le début de cette nouvelle flambée de violence, jeudi. Des combattants palestiniens ont lancé dimanche matin trois obus de mortier et une roquette sur le sud d’Israël sans faire de blessé. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a menacé le Hamas de frappes encore « plus dures » si les groupes armés palestiniens continuent leurs attaques contre Israël. Cette escalade de la violence à la frontière de la bande de Gaza a fait craindre une incursion de l’armée israélienne dans l’enclave côtière deux ans après l’offensive « Plomb durci » de l’hiver 2008-2009 qui avait fait 1 440 morts côté palestinien, des civils en majorité, et 13 côté israélien. Le Hamas a pour sa part fait savoir qu’il ne souhaitait pas une escalade de la violence. « Les factions palestiniennes ne veulent pas d’une escalade », a déclaré à Reuters le porte-parole du mouvement palestinien, Sami Abou Zouhri. « Si l’agression israélienne cessait, il serait naturel que le calme revienne », a-t-il ajouté.
Source New Orient News (Liban)

17/04

http://polymedia.skynetblogs.be/

 

« Israël » boucle la Cisjordanie et attaque les Palestiniens . 
L'armée de l’occupation israélienne a imposé samedi un bouclage strict de la à partir de minuit (21H00 GMT) jusqu'au mardi à minuit (21H00 GMT), pour la soi-disant fête de l'Indépendance d' « Israël ».
Cette fête correspond en effet à la proclamation de « l’Etat d’Israël », le 14 mai 1948 (selon le calendrier hébraïque), en d’autres termes, à l’usurpation de la Palestine.
Durant cette période, les Palestiniens ne seront pas autorisés à se rendre dans les territoires occupés en 1948, et les points de passage avec la Cisjordanie sont fermés.
Samedi, plusieurs Palestiniens ont été blessés au cours d’affrontements avec les forces de l’occupation israélienne dans plusieurs provinces et villages de la Cisjordanie pour protester contre la politique sioniste et la confiscation des terres.
Dans la ville de Jérusalem (al-Qods occupée), des affrontements ont éclaté, samedi soir entre des habitants et les forces de l'occupation dans la ville de "Issawiya" au centre de la ville sainte.
Des témoins ont déclaré que les soldats sionistes ont utilisé des balles en caoutchouc, des bombes assourdissantes et des engins incendiaires, des gaz toxiques et des gaz lacrymogènes contre les habitants.
Les affrontements se sont concentrés par ailleurs dans une région montagneuse soumise à une campagne de confiscation de terre par les colons sionistes, près de l'entrée orientale de "Issawiya". Les soldats israéliens y ont dressé un barrage pour surveiller et fouiller les habitants palestiniens.
Dans un contexte similaire, de nombreux citoyens ont suffoqué dans le village de "l'Irak Burin", au sud-ouest de Naplouse, après que les soldats de l’occupation ont lancé en leur direction des bombes lacrymogènes, au cours de la marche hebdomadaire pour protester contre la politique de la colonisation sioniste et la confiscation des terres.
Dans la ville d'al-Khalil, l’armée de l’occupation a dispersé par la force une manifestation populaire qui protestait contre les confiscations des terres dans leur ville. Plusieurs manifestants ont été blessés.
Par ailleurs, les entrées principales du village de "Beit-Amr" restent toujours fermées par les Israéliens pour le deuxième mois consécutif, empêchant le déplacement des citoyens.

08/05/2011  

 http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=14513&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=22&s1=1



1 La lutte pour la libération dans les  territoires occupés

Au jour le jour

Bande de Gaza

23 morts, en mai, à Gaza  

Dans les attaques par missiles et aux obus de canon des militaires du régime sioniste, contre Gaza, en mai, 23 Palestiniens sont tombés en martyrs et 81 ont été blessés, a annoncé, aujourd’hui, mercredi, le haut Comité d’urgence et de situation extraordinaire, à Gaza, cité par Sana.
D’autre part, les militaires du régime sioniste ont arrêté 2 Palestiniens,, dans la province d’al-Khalil, en Cisjordanie.

 05/05

 http://french.irib



2 La Palestine en chiffre (Depuis le début de l'Intifada le 25 septembre 2000)



Civils & résistants tués                                                                            :  7.137Palestiniens blessés                                                                               :  54.865

Internationaux blessés                                                                             : 2065 (chiffre tout a fait minimal)

(balles réelles ou caoutchoutées, gaz lacrymogène, autres moyens)

Arrêtés     :                                                                                            :  47.733

En prison :                                                                                             : 11.800

Pacifistes en prison ou arrêtés                                                                  : 108

Autres actes           

Journalistes tués                                                                                      : 9

Journalistes blessés                                                                                :  ? + 38

Nombre de maisons palestiniennes détruites ou partiellement démolies       :  66.275

 

2-2 Occupants:

Israéliens  tués                                                                                        : 1.215

                                                                                                                ( 359 militaires/policiers)

Israéliens blessés                                                                                     : 6633


Les chiffres indiqués sont  vérifiés par le recoupement des chiffres des pertes communiqués par la résistance & les médias occidentaux & XINHUANET (Chine)  



3 Politique

a) Politique Palestinienne

MM Abbas & Haniyeh.

Abbas: l'Autorité "s'effondrera" si l'occupation perdure indéfiniment  

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a estimé que celle-ci "s'effondrerait" si Israël persistait dans son exigence de garder une présence militaire sur le territoire du futur Etat palestinien, dans une interview exclusive à l'AFP.
M. Abbas a précisé que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lui avait indiqué lors des négociations de paix en septembre 2010 vouloir maintenir une présence militaire "pendant 40 ans" dans la partie de la Cisjordanie qui longe la vallée du Jourdain, dans une interview accordée à l'AFP.
"S'il veut rester 40 ans, cela veut dire que c'est une occupation, donc il maintiendra son occupation", a-t-il déclaré, soulignant que M. Netanyahu avait rejeté les propositions de déploiement d'une force internationale, notamment de l'Otan, sur la frontière.
Dans cette hypothèse, "il n'y aura plus d'Autorité palestinienne, elle s'effondrera", a prévenu M. Abbas, qui a refusé à maintes reprises le maintien du moindre soldat israélien sur le territoire du futur Etat de Palestine.
En mars, M. Netanyahu avait réitéré sa volonté de conserver "une présence militaire israélienne" le long de la frontière entre la Cisjordanie et la Jordanie, seule en mesure, selon lui, d'"empêcher des infiltrations de terroristes et l'importation de roquettes en Cisjordanie".
"Notre frontière sécuritaire est ici sur la rivière du Jourdain et notre ligne de défense commence ici", avait-il affirmé.

17/04 

http://www.lorientlejour.com/category/Derni%C3%A8res+Infos/article/700474/Abbas%3A_lAutorite_%22seffondrera%22_si_loccupation_perdure_indefiniment.html

 


Hamas

Sur le terrain.

Mechaal:"Nous sommes prêts à coordonner avec l’Egypte au niveau tactique et stratégique.  

Le Chef du Bureau politique du mouvement de Hamas, Khaled Mechaal, et un certain nombre de dirigeants du mouvement ont rencontré une élite d'intellectuels et des penseurs égyptiens, au Caire, à l'occasion de réunions menées par le Hamas avec les responsables égyptiens .
Mechaal a remercié au nom du Hamas et du peuple palestinien,l'Egypte (Peuple et gouvernement) pour ses efforts dans la réussite de la réconciliation.
Le chef du bureau politique du Hamas a insisté sur sur la nécessité que l'Egypte rétablisse son rôle de leader dans la région, et a déclaré: "Nous sommes prêts à coordonner avec l'Egypte au niveau stratégique et tactique, l'une des nouvelles responsabilités de l'Egypte est d'établir une nouvelle stratégie dans le conflit".
Mechaal a ajouté: «Nous sommes fiers de ce qui s'est passé en Egypte et nous espérons que l'Egypte reprenne sa position et son rôle historique."
En réponse à une question sur les marches du quinzième du mois de Mai , que certains militants palestiniens et arabes ont l'intention de mener vers la frontière de la Palestine, Mechaal a exprimé son appui pour cette mobilisation populaire, qui sera un facteur puissant et une préoccupation pour l'occupation israélienne.
En réponse aux questions concernant le passage de Rafah et la situation à Gaza, le haut leader du Hamas a révélé que son mouvement et le Caire ont discuté de la situation du passage de Rafah, soulignant que le Hamas a étét rassuré par les bonnes intentions avec les responsables égyptiens.
Pour leur part, les participants ont exprimé leur soutien à l'accord de réconciliation, lui souhaitant plein succès et l'application sur le terrain, faisant l'éloge de la fermeté du mouvement de résistance.
Notons que la réunion comportait des personnalités de haut rang dans la société égyptienne, religieuses, juridiques, artistes, et médiatiques, y compris, l'adjoint à l'ancien ministre égyptien des Affaires Abdullah Ashal, le journaliste éminent Hamdi Kandil, militant politique Magdi Hussein, l'artiste égyptien Abdel Aziz Makhyoun, et l'arbitre international connu Dr. Ali Algti, et l'expert du droit international le conseiller Hassan Omar, député Gamal Zahran, et Charif al-Diwani, directeur du Forum"Moyen-Orient" (Middle East Forum) à Davos.

07/05/2011  

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=18&frid=18&eid=14483

 



b) Politique Israélienne

Netanyahu

Sur le terrain.

Israël annule le droit de résidence de 140.000 Palestiniens.  

Israël a révoqué le droit de résidence de 140.000 Palestiniens de Cisjordanie ayant séjourné à l'étranger entre 1967 et 1994 en utilisant une procédure confidentielle, a indiqué mercredi le quotidien Haaretz en citant des documents du ministère de la Justices déclassifiés.
Du début de l'occupation de la Cisjordanie après la guerre de 1967 jusqu'au début de l'application des accords d'autonomie palestinienne en 1994, les Palestiniens qui souhaitaient se rendre à l'étranger via la Jordanie devaient laisser leur carte d'identité au poste frontière situé sur le pont d'Allenby.
En échange, ils obtenaient une carte les autorisant à passer. Mais la validité de ce document était limitée à trois ans et ne pouvait être renouvelée que trois fois.
Les habitants qui ne revenaient pas en Cisjordanie dans les délais impartis entraient dans la catégorie de ceux qui "ne sont plus résidents", a ajouté le journal qui précise que les documents du ministère de la Justice n'évoquent aucune information qui aurait pu être fournie aux Palestiniens sur cette procédure.
Les Palestiniens pouvaient revenir chez eux six mois après l'expiration de la carte en faisant appel à une commission d'exemptions israélienne.
Interrogé par le Haaretz, le général de réserve Danny Rothshild, ancien coordinateur des activités israéliennes dans les territoires palestiniens de 1991 à 1995 a affirmé ne pas avoir été tenu informé de cette procédure durant l'exercice de ses fonctions.
"Si on ne m'a pas mis au courant à l'époque, il y a tout lieu d'imaginer que les habitants des territoires occupés ne l'ont pas été non plus", a affirmé cet ancien militaire.
Actuellement, une procédure du même type est appliquée pour les résidents de Jérusalem-Est, qu'Israël a annexée. Les habitants palestiniens, qui ont un statut de résident et détiennent une carte d'identité israélienne contrairement aux habitants de Cisjordanie, perdent leur droit au retour s'ils séjournent durant plus de sept ans à l'étranger.
Quelque 130.000 Palestiniens sont actuellement inscrits sur une liste de ceux qui ne sont plus résidents.
Par ailleurs, le journal a indiqué qu'un nombre inconnu de Palestiniens de la bande de Gaza ont également perdu leur statut de résident, mais les statistiques les concernant restent secrètes.
Le Centre de Défense des Particuliers, une association israélienne, qui avait demandé la divulgation des documents du ministère de la Justice au nom de la loi sur la liberté de l'information, a estimé dans un communiqué que "l'Etat d'Israël devait réparer ses torts et restaurer les droits de résidence" aux Palestiniens.

12/05/2011

http://polymedia.skynetblogs.be/archive/2011/05/11/israel-annule-le-droit-de-residence-de-140-000-palestiniens.html

 


Sur le terrain.

Israël exploite l’eau de la Vallée du Jourdain au détriment des Palestiniens.

"Israël" exploite systématiquement les ressources en eau de la Vallée du Jourdain en Cisjordanie occupée au profit des colons israéliens et au détriment des Palestiniens, affirme un rapport publié jeudi par l'ONG israélienne B'Tselem.

"Israël a instauré un régime d'exploitation massive des ressources en eau de la Vallée du Jourdain et du secteur situé au nord de la mer Morte encore plus intensif que partout ailleurs en Cisjordanie qui révèle son intention d'annexer de facto cette région", affirme ce rapport.

"Israël a pris le contrôle de la plus grande partie des ressources en eau de la région et l'a presque entièrement dérivée au profit des implantations" juives, en violation du droit international qui prohibe l'exploitation par la puissance occupante des ressources naturelles en territoire occupé, dit encore ce texte.

Selon B'Tselem, quelque 9.400 colons juifs installés sur place ont été en mesure de développer une agriculture extensive en obtenant des quotas représentant un tiers des ressources en eau attribuées aux 2,5 millions de Palestiniens habitant la région.

"Vu le manque d'eau, les Palestiniens ont été contraints de négliger leurs terres arables et de s'adonner à des cultures moins rentables", ajoute le rapport qui accuse l’entité sioniste d'avoir pris le contrôle de 77,5%  des parcelles de la Vallée du Jourdain, y compris des sites touristiques du rivage nord de la mer Morte.

B'Tselem a soumis ce rapport au ministère israélien de la Justice, et ce dernier s'est refusé à tout commentaire à ce sujet.

"Israël" a conquis la Cisjordanie, où se trouve la Vallée du Jourdain, lors de la guerre israélo-arabe des Six-Jours (juin 1967).

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=15093&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=22&s1=1


Des colons incendient des magasins de Palestiniens à al Khali.  

Les colons ont attaqué mardi à l'aube plusieurs magasins palestiniens dans le marché de Kazazeen de la vieille ville d'al Khalil (Hébron), avec des cocktails Molotov, ce qui a conduit à l'incendie de quatre d'entre eux avec le contenu des marchandises et des produits alimentaires.

Le pompier de la municipalité d'al Khalil a tenté d'entrer dans la vieille ville pour éteindre le feu, mais les forces occupantes les ont empêchés au motif que c'est une zone militaire fermée.

Des témoins oculaires parmi les habitants du quartier ont déclaré que des groupes de colons extrémistes sionistes lourdement armés se sont rassemblés avant la prière de l'aube et ils chantaient et criaient à l'occasion de leurs fêtes au centre du marché de Kazazeen. Ils ont commencé à danser et à crier fort des slogans racistes comme "Mort aux arabes", et ont fini leur manifestation en incendiant et attaquant les magasins fermés des Palestiniens.

L'un des propriétaires des magasins brûlés, Shaaban Hashlamoun, a déclaré que c'est la quatrième fois consécutive que les colons sionistes incendient son magasin en ajoutant : "Nous sommes conscients que le but des colons qui incendient nos magasins est pour nous faire sortir de la vieille ville, et avoir le plein contrôle sur eux, mais c'est impossible, car nous resterons ici, même si cela conduit à notre martyre".
Il a poursuivi : "
Ils nous avaient demandés de vendre nos magasins en échange d'importantes sommes d'argent, et l'un de leurs chefs nous a dit "voici un chèque en blanc", mais nous les avons chassés et nous leur avons dit que notre terre est plus chère que notre sang".

27/04

http://www.palestine-info.cc/fr/


Israël : la chasse aux "négros" est ouverte.  

Des milliers d’Israéliens ont défilé cette semaine dans un quartier de Tel-Aviv peuplé d’immigrés d’Afrique noire pour exiger du gouvernement l’expulsion immédiate de ces derniers.

Des Philippins ont, eux aussi, été pris à partie. Aux cris de « Négros voleurs et violeurs ! », « Négros criminels, dehors ! » ou « Israël n’est pas une poubelle ! », les manifestants, qui brandissaient des pancartes portant les mêmes revendications, ont pris à partie tous les vendeurs de rue à la peau noire qu’ils rencontraient sur leur passage.

Ni la presse occidentale ni les belles âmes donneuses de leçons du genre Bernard Henri-Lévy ou Alain Finkielkraut n’ont élevé la moindre protestation contre cette agression à caractère ostensiblement raciste. Barack Obama non plus ! Ce qui est tout de même étrange puisque lui, l’allié fidèle d’Israël, celui qui, après Bush, couvre toutes leurs exactions, se serait vu aussi menacé d’expulsion étant donné sa couleur.

On peut tirer deux réflexions de cette « chasse aux négros » :

  voici des gens venus de partout à travers le monde (mais surtout d’Europe) qui, en 1948, ont expulsé la population palestinienne locale pour construire un État et qui aujourd’hui cherchent à réitérer cet acte scélérat à l’encontre des immigrés africains. Ils feignent donc d’oublier qu’ils étaient des immigrés il y a cinquante ans de cela.

  depuis 2000 ans, ce sont les Européens les bourreaux des Israélites et non les Noirs, les Arabes ou les Asiatiques. De la destruction du Temple par les Romains dans l’Antiquité aux camps d’extermination nazis au XXe siècle, en passant par l’expulsion des Juifs d’Espagne en 1492, la création de ghettos en Europe de l’Est au XIXè siècle ou encore la rafle du Vel d’hiv’ en France, c’est l’homme européen qui a ostracisé, ghettoisé et souvent pogromisé les fils de Sion.

Interrogés, certains manifestants ont déclaré qu’Israël est un pays occidental et qu’à ce titre, il n’a pas à accueillir la lie du Tiers-monde, tous ces porteurs de maladies telles que le sida, ces proxénètes et ces trafiquants de drogue venus du Nigéria, du Mali ou du Congo !!!

Sauf que Dachau et Auschwitz ne se trouvent pas dans un quelconque pays du Tiers-monde jusqu’à plus ample informé...

05/05/2011

 http://www.info-palestine.net/



4 Politique Internationale

Organisations Mondiales & régionales

4-1 UNICEF: 1.9 million d'enfants palestiniens souffrent de l'occupation  

L'Organisation des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a confirmé que plus de 1.9 million d'enfants palestiniens souffrent encore des menaces de mort, des blessures, de la pauvreté, de l'expulsion, de la détention, de la détresse psychologique et de dimunition au niveau de scolarité, et cela à cause des actions et mesures oppressives de l'occupation sioniste en Palestine occupée.

Dans un rapport publié, le lundi 25/4, L'UNICEF a déclaré: "La poursuite du blocus sioniste imposé contre la Bande de Gaza, depuis plus de 4 ans consécutifs, et les restrictions de circulation dans la Cisjordanie occupée menacent les moyens de la vie des familles palestiniennes et leur accès aux services principaux", en confirmant que le blocus est encore continuel et les améliorations sionistes n'ont pas contribué à améliorer les situations de vie des Gazaouis.

82% des dommages dans les écoles de Gaza n'ont pas été réparés, en dépit du déroulment de deux années, aprés la guère de "Plmob durci" sur le secteur assiégé, à cause du manque grave aux matériaux de construction résultant du blocus sioniste persistant.
Dans le même contexte, elle a souligné que les barrages de l'occupation qui séparent les villes de la Cisjordanie, qui sont estimés à plus de 500 barrages, entravent l'accès des enfants aux écoles.

"L'UNICEF" a souligné que cela impose des difficultés supplémentaires sur le niveau d'éducation, où la grande majorité des écoles travaillent sur la base de deux périodes, assurant que le système de soins de santé à Gaza est incapable de fournir des services adéquats pour répondre aux besoins des habitants.

26/04/2011

http://www.palestine-info.cc/fr/


3 Onu

4-2 Ban Ki-moon appelle Israël à débloquer les recettes fiscales de l’Autorité palestinienne  

Lors d’un contact téléphonique avec le Premier ministre sioniste, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a demandé à celui-ci de verser les recettes des taxes dues à l’Autorité palestinienne. Depuis la signature de l’accord de réconciliation entre le Fatah et le Hamas, le régime sioniste refuse de débloquer quelque 105 millions de dollars de recettes fiscales destinées à l’Autorité autonome.

07/05

 http://french.irib.ir/


4-3 Commission Européenne

La Ligue Arabe demande aux Nations Unies l’instauration d’une « no-fly zone » sur Gaza.

 Le Caire - Le conseil de la Ligue arabe a adopté dimanche une résolution qui invite le Conseil de sécurité [des Nations Unies] à se réunir immédiatement pour prendre la décision d’imposer un embargo sur les vols militaires israéliens au-dessus de Gaza.

Les attaques israéliennes sur Gaza ont tué 18 personnes et fait un grand nombre de blessés - Photo : Ismael Mohamad/UPI

L’agence de presse syrienne SANA a rapporté l’agence dimanche soir que l’initiative visait à protéger les civils non armés, à imposer la levée du blocus imposé sur la bande de Gaza, et le communiqué [de la Ligue Arabe] souligne le droit du peuple palestinien à résister à l’occupation israélienne.

L’initiative a été présentée par la Syrie, selon l’agence de presse.

Le conseil de la Ligue arabe a condamné « l’agression barbare délibérée » d’Israël contre le peuple palestinien dans la bande de Gaza, [agression commise] dans le cadre d’une série de « crimes répétés » violant le droit et les lois internationales, a indiqué l’agence SANA.

La Ligue Arabe a également exprimé son étonnement devant « le silence suspect » de la communauté internationale.

Sur place, en attendant, les dirigeants israéliens et les dirigeants de la résistance palestinienne ont exprimé leur disposition à un cessez-le potentiel, après plusieurs jours de raids aériens israéliens qui ont abouti au massacre d’au moins 18 Palestiniens dans la bande de Gaza.

Ces meurtres ont été suivi de tirs de roquettes de la part de la résistance palestinienne.

 Ma’an News

11 avril

Traduction : Info-Palestine.net

http://www.maannews.net/eng/ViewDet...


Les commentaires sont fermés.