Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/06/2011

n°26 - Journal de Libye - 08-06 au 25-06 -: Fin - Le Waterloo de l'OTAN ?

 


n°26 -  Journal de Libye  -  08-06 au 25-06 -: Fin  - Le Waterloo de l'OTAN ?



Face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Sa diffusion est un acte de résistance.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources.



       Journal de Libye

                          n°26                                      08-06 au 25-06

        C.De broeder & M.Lemaire



Le " Journal de Libye" est  visible  sur les blogs : 

a) sur nos blogs : 

a) Sur nos  blog :  http://www.dhblogs.be/categories/International.html

                              http://www.lalibreblogs.be/categories/International.html

b) Sur le site http://turkmenfriendship.blogspot.com/2007/10/journal-dirak-de-m-lemaire.html

c) Sur le site de Eva Resis  : no-war.over-blog.com

d) Sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

e) Sur le site :  www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm


Si vous voulez-nous contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire de la lutte pour la libération du territoire.

3  Politique des Usa

4 Politique de L'OTAN

Les amis...de l'Otan

5 Les institutions

Cour Pénale Internationale

Ligue arabe

6 Dans le monde



4 Politique de L'OTAN

Des Canons ... pas du beurre

Raid Otan : un proche de Kadhafi blessé

Un proche conseiller du colonel Mouammar Kadhafi a été blessé samedi dans des bombardements de l'Otan contre une ville proche de Tripoli et il a été hospitalisé, indique un porte-parole des rebelles libyens.
Ni cette information, ni le fait que les Alliés aient mené des opérations près de la capitale Tripoli, n'ont été confirmés.  Plusieurs explosions ont été entendues près de la capitale elle-même pendant tout l'après-midi et jusque vers 20h00.
Le porte-parole des rebelles a précisé que le conseiller s'appelait El Khouwildy el Ahmeildy et qu'il était membre du Conseil des dirigeants de la révolution et que sa fille était mariée à l'un des fils du colonel.  Selon lui, l'attaque aérienne s'est produite à 21h, samedi.
"El Khouwildy el Ahmeildy a été atteint lors d'une frappe aérienne de l'Otan contre une ville proche de Tripoli et il est maintenant soigné dans un hôpital", a-t-il dit à Reuters qui l'a joint au téléphone à Benghazi.

11/06

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/06/11/97001-20110611FILWWW00471-raid-otan-un-proche-de-kadhafi-blesse.php

 

Des dizaines de civils tués en Libye dans l’attaque des navires de l’OTAN, à Zlitan.  

Des dizaines de personnes ont été tuées, dans les attaques, d’hier soir, des navires des forces nord-atlantiques, contre la ville de Zlitan, en Libye.
Selon la télévision d’Etat libyenne, les forces kadhafistes continuent d’encercler la ville de Zlitan à 157 kilomètres à l’Est de Tripoli. Des sources indépendantes n’ont pas encore confirmé la véracité de cette information. L’entrée des journalistes étrangers à Zlitan reste toujours interdite. Toujours à propos de la Libye, sachez que les forces pro-Kadhafi ont posé des mines dans les régions montagneuses de l’Ouest libyen. Cité par Press TV, le Directeur de la division "Armes", à "Human Rights Watch", Steve Goose, a affirmé que les mines déposées dans la région montagnarde de Nafusa à l’Ouest du pays, présentaient un danger sérieux pour les civils. "Plus de 150 pays ont interdit l’utilisation des mines anti-personnelles mais la Libye continue de bafouer ce processus international en les utilisant", a-t-il précisé.

22/06/2011

IRIB



Les amis...de l'Otan

1 Allemagne

L’Allemagne reconnaît le CNT.

Autre pression diplomatique sur le régime libyen, Berlin a reconnu lundi le Conseil national de transition (CNT) comme le « représentant légitime du peuple libyen », selon les mots du ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle qui a effectué une visite à Benghazi. « Nous souhaitons une Libye libre, en paix et démocratique, sans Kaddafi », a-t-il ajouté, annonçant également l'ouverture d'une représentation diplomatique allemande dans la « capitale » des rebelles. En clair : l'Allemagne reste opposée à l'intervention de l'Otan contre les forces de Mouammar Kaddafi mais n'est pas inintéressée par les chantiers de la reconstruction post-conflit...

Kaddafi joueur d'échec

Après les Émirats arabes unis dimanche, l'Allemagne est devenue le 13e pays à reconnaître le CNT, isolant encore un peu plus le régime de Mouammar Kaddafi, lequel ne semble pas vraiment en avoir cure. Dimanche, celui-ci a de nouveau affirmé qu'il ne quitterait pas le pouvoir, malgré les défections en cascade et la multiplication des appels internationaux, notamment celui de la Russie, pourtant son ancien allié, qui doit envoyer la semaine prochaine un émissaire à Tripoli.

« Je ne suis ni Premier ministre ni président ni roi. Je n'occupe aucun poste en Libye. C'est pourquoi je ne dois renoncer à aucune fonction », a déclaré le colonel Kaddafi, selon les propos rapportés par le président russe de la Fédération internationale des échecs, Kirsan Ilioumjinov. Car les deux hommes se sont rencontrés à Tripoli... et ils ont joué aux échecs.

14/06

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110614101848/diplomatie-ua-libye-rebellionlibye-clinton-appelle-l-afrique-a-s-unir-contre-kaddafi-l-allemagne-reconnait-le-cnt.html


2 Belqique

"La Belgique peut poursuivre pour une longue période sa participation en Libye"…

La Belgique peut poursuivre pour une longue période sa participation à l'opération "Unified Protector" de l'Otan en Libye, a assuré vendredi le ministre de la Défense, Pieter De Crem, même si les coûts s'avèrent plus élevés qu'envisagé au départ.
"Nous pouvons continuer de manière indéterminée, il n'y a aucun problème d'ordre matériel et opérationnel", a-t-il affirmé au cours d'une réunion conjointe des commissions des relations extérieures et de la défense de la Chambre consacrée à la Libye.
M. De Crem a concédé qu'il ignorait combien de temps cette intervention - entamée le 19 mars et dont la durée dépasse désormais l'opération "Allied Force" de l'Otan au Kosovo au printemps 1999 - durerait encore.
Le ‘gouvernement ‘ a décidé le 1er juin de poursuivre l'engagement militaire en Libye selon les mêmes modalités que celles des trois premiers mois de l'opération: six chasseurs-bombardiers F-16, un chasseur de mines et des membres d'équipage dans les avions radar AWACS de l'OTAN engagés dans l'opération "Unified Protector" de l'Alliance atlantique.
Les coûts, au départ estimés à douze millions d'euros, s'élèvent désormais à 13,748 millions d'euros nets (14,764 millions bruts) pour la période expirant le 23 juin, a indiqué M. De Crem (CD&V). (belga)

17/06/11

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1280201/2011/06/17/La-Belgique-peut-poursuivre-indefiniment-sa-participation-en-Libye.dhtml


3 Grande Bretagne

Opérations militaires : Le nerf de la guerre fait défaut.  

La Royal Navy ne serait pas en mesure de poursuivre ses activités en Libye pour trois autres mois en raison des restrictions budgétaires, a déclaré hier, le commandant en chef de la marine britannique, l’Amiral Mark Stanhope. "L'intervention militaire britannique en Libye est insoutenable avec les coupes budgétaires, la Royal Navy ne serait pas en mesure de poursuivre ses activités en Libye pour trois autres mois en raison de ces coupes", a averti le premier responsable des forces navales. "La flotte sera en mesure de poursuivre ses opérations pour seulement 90 jours de plus avant qu'on ne soit forcé de faire des coupures graves ailleurs", a ajouté l’Amiral.
L’année dernière le gouvernement britannique avait décidé de réduire le budget destiné au secteur de la Défense. Sir Mark a déclaré que les forces britanniques seraient en mesure d’opérer pendant trois mois encore mais "au delà de trois mois d’exploitation, nous pourrions avoir à demander au gouvernement de prendre des décisions difficiles sur les priorités". Lundi, la Chambre des représentants américaine a approuvé un amendement visant l'interdiction de financer les opérations militaires américaines en Libye. Les élus ont adopté le texte — un amendement à un vaste projet de loi de financement des installations militaires — par 248 voix contre 163.
Nombre d'élus du Congrès ont exprimé leur mécontentement dernièrement face à la décision du président Barack Obama de se passer du feu vert des parlementaires pour déclencher les opérations en mars dernier et les poursuivre après le délai légal de 60 jours sans autorisation du Congrès.

15/06/2011

 http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/13250

 

Les généraux britanniques appréhendent l’enlisement en Libye.  

Pour la deuxième fois, l’institution militaire britannique se plaint de l’implication de la Grande Bretagne dans la guerre en Libye.
Ce mardi, le Daily Telegraph a dévoilé le contenu d'une note confidentielle rédigée par le numéro deux de la Royal Air Force (RAF), Simon Bryant, mettant en doute la capacité de l'aviation à mener à bien ses missions en Libye si les opérations devaient se prolonger au-delà de l'été.
Selon le numéro deux des forces aériennes britanniques, l'engagement britannique en Afghanistan et en Libye mettait une pression "énorme" sur les ressources de la RAF.
Il a également signalé que le moral des aviateurs était "fragile" en raison de la surcharge de travail. Indiquant que la force aérienne à du mal à recruter du personnel et près d’un quart des spécialités manquent, il a révélé que de nombreux secteurs étaient "sous pression".
Dans la conclusion de cette note transmise aux députés au mois de mai, avant des critiques similaires émanant le 13 juin du chef de la Royal Navy, l'amiral Mark Stanhope, le marshal Bryant a averti que la capacité de la RAF pour faire face aux situations d'urgence imprévues serait rapidement "érodée" si la campagne de la Libye allait au-delà Septembre.
Selon l’AFP, ces mises en garde ont irrité le Premier ministre britannique David Cameron qui a répété que l'armée avait les moyens de poursuivre sa mission en Libye "aussi longtemps qu'il le faudra".
Lors d'une conférence de presse, le chef du gouvernement britannique a marqué son irritation "Il y a des moments où quand je me lève et que je lis les journaux, je me demande si vous ne devriez pas mener le combat et moi faire le blabla," a-t-il lancé.
Il a assuré, qu'après les avoir rencontrés, les responsables militaires sont "absolument d'accord sur le fait que nous pouvons mener cette mission aussi longtemps qu'il le faudra, et que le temps joue pour nous, et contre le camp de Kadhafi". 

21/06/2011

 http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=20556&cid=21&fromval=1&frid=21&seccatid=61&s1=1

 

La mission de l'OTAN en Libye a déjà coûté 260 millions de livres sterling à la Grande-Bretagne

La mission de l'OTAN en Libye a coûté jusqu'à présent 260 millions de livres sterling (292 millions d'euros) à la Grande-Bretagne, a déclaré jeudi le secrétaire britannique à la Défense Liam Fox.

L'opération coûte plus de 40 millions de livres (45 millions d'euros) par mois au contribuable britannique, a-t-il précisé.

 Les avions et hélicoptères britanniques ont effectué quelque 200 sorties entre le 19 mars, début de la mission, et le 14 juin, selon les derniers chiffres disponibles. 

Liam Fox avait auparavant précisé que la Grande-Bretagne et ses alliés utilisaient des "armes de précision onéreuses" en Libye pour limiter le risque de pertes civiles.

En mars, le ministre britannique des Finances George Osborne avait déclaré que la campagne militaire coûterait des "dizaines de millions, (mais) pas des centaines de millions" de livres.

23/06/11

(AP)


4 Italie

Bombes tricolores sur Tripoli !!!

Parmi les bombes qui pleuvent sur les deux millions et demi d’habitants de l’aire urbaine de Tripoli, en plein jour aussi maintenant, se trouvent à coup sûr les bombes italiennes. Il s’agit d’une « opération aérienne combinée » à laquelle participent des chasseurs bombardiers de plusieurs pays, communique le Commandement de la force conjointe alliée à Naples.

En à peine plus de deux mois l’OTAN a accompli plus de 10.000 opérations aériennes sur la Libye, dont 4mille avec bombes et missiles, effectuées en majorité par des chasseurs bombardiers de Grande-Bretagne, France, Italie et Canada, et par des avions étasuniens Predator/Reaper télécommandés.

L’aéronautique italienne ne révèle pas combien de bombes et de missiles elle a lancé (selon une estimation, plus de 200 en un mois), mais elle communique de quel type ils sont.

Dans le document « Unified Protector : les capacités d’attaque de l’AM » (du 6 juin), elle spécifie que ce sont des bombes à guidage laser et Gps de la société étasunienne Raytheon, types Gbu-16 Paveway II d’environ une demie tonne et Gbu-24 Paveway III d’une tonne : cette dernière, larguée à basse altitude à plus de 15 Kms de l’objectif, est « une bombe de précision employée pour détruire les bunkers souterrains les plus résistants».

La bombe Gbu-32 Jdam aussi, de la société étasunienne McDonnell Douglas, à guidage inertiel et Gps, lancée à 25 Kms environ de l’objectif, est utilisée contre des « cibles renforcées ».

Ce qui signifie que ces bombes ont sûrement des têtes pénétrantes à uranium appauvri et tungstène pour détruire des édifices renforcés. Les avions italiens utilisent aussi des missiles de croisière à longue portée Storm Shadow, fabriqués par Mbda dont fait partie Finmeccanicai, et dont la charge explosive est « optimisée pour neutraliser des structures blindées et souterraines », et des missiles Agm-88 Harm de Raytheon pour «  la suppression des radars ennemis ».

Ces bombes et missiles de dernière génération -employés dans la guerre contre la Libye, à laquelle le gouvernement Berlusconi (centre-droit, NdT) fait participer l’Italie- n’auraient pas pu être utilisées si en 2007 le gouvernement Prodi (centre-gauche, NdT) n’avait décidé de moderniser les chasseurs bombardiers Tornado (avec une dépense de plus de 50 millions d’euros), mettant à profit l’expérience des Tornadodans la guerre contre la Yougoslavie, à laquelle le gouvernement D’Alema (centre-gauche, NdT) avait fait participer l’Italie.

C’est grâce à cet engagement bipartisan que l’Aéronautique peut aujourd’hui déclarer avoir acquis le « pouvoir aérospatial ».

Cela signifie -nous explique le document- avoir une absolue liberté de manœuvre au-delà des limites imposées par la géographie du globe, donner un relief maximal à la mobilité (atteindre avec de plus en plus de rapidité des théâtres d’opérations éloignés) et à l’autonomie dans le soutien d’opérations qui peuvent se prolonger dans le temps. « Des opérations qui ont comme impératif de poursuivre les objectifs donnés par l’autorité politique au plus bas coût possible en termes de vies humaines et de ressources ».

En pensant évidemment à ses propres vies et ressources, pas à celles que la guerre détruit en Libye. Même si, tandis que les avions italiens aussi lancent sur Tripoli des bombes d’une tonne à uranium appauvri, l’OTAN assure que, sur la base des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, « le but de l’opération Protecteur unifiéest de protéger les civils et les aires avec population civile d’une attaque ou d’une menace d’attaque ».

Edition de jeudi 9 juin 2011 de

il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/inedicola/manip2n1/20110609/manip2pg/09/manip2pz/304617/

Traduit de l’italien et envoyé par Marie-Ange Patrizio


5 France

L' ’’intervention‘’ de la France en Libye : 100 millions d'euros sur trois mois. !

Environ 100 millions d'euros sur trois mois : c'est l'estimation des surcoûts liés à l'intervention de la France en Libye, selon le ministre français de la défense, Gérard Longuet.

Cette information est délivrée trois mois après le début des opérations, le 19 mars, alors que dans les pays de la coalition la presse s'interroge sur la légitimité et le coût de l'intervention.

Cette somme ne sera pas supportée par le budget du ministère de la défense, a-t-il précisé mardi lors d'une conférence de presse au salon aéronautique du Bourget. "Tout dépassement des Opex (opérations extérieures de l'armée) par rapport à la prévision de 630 millions d'euros" du budget 2011 "ne sont pas à la charge de la défense mais à la charge du gouvernement", a-t-il indiqué.

"C'est une action gouvernementale", a ajouté le ministre à propos de l'intervention en Libye.

L'aviation française, notamment embarquée sur le porte-avions Charles-de-Gaulle, effectue en moyenne plus de 200 sorties par semaine.

La France et ses alliés agissent dans le cadre de la résolution 1973 des Nations unies.

http://www.lemonde.fr/libye/article/2011/06/21/l-intervention-de-la-france-en-libye-100-millions-d-euros-sur-trois-mois_1538913_1496980.html#xtor=EPR-32280229


6 Norvege

La Norvège annonce son retrait des opérations militaires en Libye.  

Si la décision n'a pas provoqué de réactions, l'Otan insiste pour que ses membres moins engagés s'impliquent davantage pour hâter la chute du régime.
La Norvège, qui a envoyé six chasseurs F-16 pour contribuer aux frappes en Libye, a annoncé vendredi 10 juin qu'elle allait dans un premier temps réduire son engagement militaire, puis qu'elle y mettrait fin à compter du 1er août, deux mois avant l'expiration de l'actuel mandat de l'Otan. Le pays scandinave devient ainsi le premier membre de la coalition à planifier ouvertement son retrait des opérations aériennes au-dessus de la Libye.
"Le gouvernement a décidé de prolonger la contribution aérienne norvégienne avec jusqu'à quatre avions de combat F-16 jusqu'au 1er août 2011. Après quoi, la mission prendra fin", a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué.
"Nous devons pouvoir compter sur nos alliés pour qu'ils comprennent que la Norvège, avec une armée de l'air limitée, ne peut pas maintenir une grosse contribution aérienne pendant beaucoup de temps", a expliqué la ministre, Grete Faremo.
A Bruxelles, deux jours après une rencontre ministérielle des pays membres de l'Otan, l'annonce norvégienne n'a pas fait de vagues. "Ce sont des décisions nationales. Bien évidemment, nous respectons la décision de la Norvège, et la Norvège joue un rôle très appréciable", a commenté une porte-parole de l'Alliance, Oana Lungescu.

11/06 

 http://french.irib.ir/info/international/item/119015-la-norv%C3%A8ge-annonce-son-retrait-des-op%C3%A9rations-militaires-en-lybie


5 Les institutions

Cour Pénale Internationale

Diana Johnstone : La Cour Pénale Internationale, outil de dissimulation des crimes impérialistes.

Le 16 mai dernier, Luis Moreno Ocampo, le procureur général de la Cour Pénale Internationale (CPI) de la Haye, a officiellement émis un mandat d’arrêt à l’encontre du dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi pour « crimes contre l’humanité ».

Parmi les accusés, il y avait également les fils du dirigeant, Seif al-Islam Kadhafi, et le chef des services de renseignement libyens, Abdullah Senoussi.

Le juriste usaméricain David Scheffer a déclaré à l’AFP : « L’enquête et les accusations de la CPI à l’encontre des dirigeants libyens de haut niveau, dont Kadhafi, seront certainement appréciées par l’OTAN ».

Eh bien, oui. Et personne n’est mieux placé que Scheffer pour savoir si l’OTAN appréciera ou pas…

Le jour précédent, Tripoli avait fait une nouvelle proposition de trêve, en lançant un appel à l’arrêt des bombardements de l’OTAN et à des négociations de paix avec les rebelles armés basés à Benghazi. Mais la réponse de l’OTAN est venue sous forme d’actes d’accusation de la part de la CPI. Lorsque l’OTAN bombarde un pays pour faire tomber un dirigeant, le dirigeant ciblé devra être traité comme un vulgaire criminel. Sa place n’est pas autour d’une table de négociations, mais derrière les barreaux. Une accusation internationale est un excellent moyen pour transformer une agression militaire de l’OTAN en un action policière pour l’arrestation « d’un criminel accusé de crimes de guerre » - une expression qui exclut, d’emblée, la présomption  d’’’innocence jusqu’à preuve du contraire’’.

Ceci est devenu une habitude.

 

Le 24 mars 1999, l’OTAN a commence à bombarder la Yougoslavie pour soutenir les rebelles albanais du Kosovo. Deux mois plus tard, à la mi-mai, lorsque les bombardements ont été intensifiés contre les infrastructures serbes, le Procureur Général du Tribunal Pénal International pour la Yougoslavie (TPIY) de la Haye, Louise Arbour, a émis un acte d’accusation contre le président Slobodan Milosevic pour crimes contre l’humanité. Cependant, tous les actes qualifiés de « crimes contre l’humanité » qui ont été commis au Kosovo, à l’exception d’un seul, ont été causé par les bombardements mêmes de l’OTAN.

Le 31 mars 2011, l’OTAN a commencé une campagne de bombardements contre la Libye, et cette fois, la Cour Pénale Internationale a été plus rapide, et les accusations moins importantes. Ocampo a dit qu’il y avait des preuves que Kadhafi a personnellement ordonné des attaques contre des « civils libyens innocents ».  

En Libye, comme dans la guerre du Kosovo, les accusations sont faites par des rebelles armés et soutenus par l’OTAN, sans qu’il n’y ait la moindre enquête neutre et indépendante.

Au printemps 1999, David Scheffer, qui étai, alors l’ambassadeur de la Secrétaire d’Etat US Madeleine Albright pour les crimes de guerre, a rencontré Louise Arbour et lui a fourni des rapports de l’OTAN sur lesquels elle devait baser ses accusations. En effet, Scheffer avait contribué, auparavant, à la création du TPIY sur l’instruction de Mme Albright. Les accusations de mai 1999 ont servi leur objectif immédiat principal : bloquer les négociations pour justifier la poursuite des bombardements de l’OTAN. Comme l’a affirmé Madeleine Albright, « Nous ne négocierons pas avec Milosevic … Je crois que les accusations clarifient la situation, parce qu’elles montrent que nous sommes en train de faire la bonne chose en ce qui concerne notre réponse aux crimes contre l’humanité que Milosevic a perpétrés ». (Voir Michael Mandel, How America Gets Away With Murder, PlutoPress, 2004, pp.141-145.)

Pour résumer, dans les deux cas, “un/e tribunal/cour international/e’’ intervient au milieu des bombardements de l’OTAN pour accuser de « crimes contre l’humanité » le dirigeant d’un pays en proie aux bombardements, sur la base de preuves très insuffisantes fournies par l’OTAN elle-même ou par ses clients qui font office de rebelles.  

Par conséquent, il s’avère que la Cour Pénale Internationale n’est que la continuation du TPIY, c’est-à-dire, un instrument qui ne représente pas la justice internationale, mais qui est, plutôt, le bras judicaire des interventions de l’Occident contre les pays faibles. Donc, la CPI pourrait bien servir de couverture pour les crimes impérialistes. 

Elle ne mérite certainement pas sa dénomination officielle, puisqu’elle ignore délibérément les vrais crimes « internationaux » comme les agressions de l’OTAN et des USA ou les multiples massacres de civils qui en résultent. Les seuls crimes prétendus contre lesquels cette Cour a engagé des poursuites ont tous été le résultat de conflits internes qui se sont déroulés dans des pays africains. En d’autres termes, la CPI agit principalement comme un moyen de pression ou de justification d’actions militaires contre des gouvernements faibles que les puissances occidentales veulent remplacer par des dirigeants de leur choix.  

Concernant l’accusation portée contre Kadhafi, Scheffer A affirmé, selon l’AFP, que cette action pourrait exercer encore plus de pression contre Kadhafi pour le pousser à chercher à se réfugier dans un pays qui ne reconnaît pas la juridiction de la CPI. Cependant, cette remarque est dénuée de sens, puisque la Libye elle-même ne reconnaît pas la juridiction de la CPI. Idem pour le Soudan, pourtant ceci n’a pas empêché la CPI de poursuivre son président, Omar Al Béchir, même si les lois de la CPI ne sont supposées s’appliquer que dans les pays ayant reconnu sa juridiction. Ceci démontre que même la non-reconnaissance de la CPI ne peut pas protéger les pays faibles.

Au moment où l’OTAN et la CPI engagent des poursuites contre Kadhafi pour, soi-disant, avoir « tué son propre peuple », en Afghanistan, les forces armées de l’OTAN continuent à tuer des gens qui leur sont étrangers, en toute impunité.

La CPI est devenue l’exemple le plus flagrant du système des deux poids, deux mesures. Les USA manipulent la CPI sans même reconnaître sa juridiction, tout en se protégeant par des accords bilatéraux avec une longue liste de pays pour garantir l’immunité des citoyens usaméricains, et tout en faisant passer des lois par le Congrès, pour protéger les citoyens usaméricains de la CPI. 

D’autres pays de l’OTAN ont reconnu la juridiction de la CPI, mais rien n’indique qu’ils seraient un jour ennuyés par la Cour internationale.

Dimanche dernier, deux avocats français connus pour leur non-conformisme, Jacques Vergès et l’ex-ministre des Affaires étrangères Roland Dumas, ont annoncé qu’ils avaient l’intention de poursuivre le président Nicolas Sarkozy en justice pour « crimes contre l’humanité » commis en Libye. Lors d’une conférence de presse tenue à Tripoli, Dumas a déploré le fait que la mission de l’OTAN censée protéger des civils les tuait, et a affirmé qu’il était prêt à défendre Kadhafi devant la CPI. En même temps, les deux avocats ont l’intention de représenter les familles des victimes des bombardements de l’OTAN ayant attaqué Sarkozy devant des tribunaux français. « Nous allons briser le mur du silence », a annoncé Vergès.  

Les preuves sur les victimes civiles des bombardements de l’OTAN, dont trois bébés petits-enfants de Kadhafi, sont plus solides que celles avancées pour les « crimes contre l’humanité » attribués par Ocampo au dirigeant libyen. Cependant, le public français a été hypnotisé par la propagande présentant Kadhafi comme un ogre assoiffé de sang et dont le seul désir est de « tuer son propre peuple ». Puisque la majorité des gens, à l’Ouest, ne connaissent absolument rien de la Libye, tout peut passer.

Le lundi, alors que la France et la Grande-Bretagne se préparaient à envoyer des hélicoptères de combat pour soutenir les rebelles armés et faire tomber Kadhafi, le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen a annoncé que le « règne de la terreur de Kadhafi arrive à sa fin ». Cependant, le vrai règne de terreur est  la « pluie de la terreur »* de l’OTAN qui continue à bombarder les civils sans défense de Tripoli, avec l’intention affichée de terroriser les Libyens et de les obliger à se rendre aux rebelles soutenus par l’OTAN. Et rien n’indique que ce règne arrive à sa fin.

* Jeu de mots intraduisible de l’auteure entre “reign” (règne) et  “rain”  (pluie).

Diana Johnstone

Samedi 11 juin 2011


Ligue arabe

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, fait part de "scrupules" sur la Libye.
Dans un entretien au quotidien britannique The Guardian, publié mercredi 22 juin, secrétaire général de la Ligue arabe jusqu'en mai 2011 mais qui en garde les commandes jusqu'en septembre, fait part de ses "scrupules" après les pertes civiles imputées à l'OTAN. L'Egyptien Amr Moussa rappelle que la Ligue arabe avait accepté de soutenir les frappes aériennes en Libye afin de protéger les populations civiles victimes d'attaques des forces de Mouammar Kadhafi.

"Quand je vois des enfants se faire tuer, mon devoir est d'avoir des scrupules. C'est pourquoi j'ai mis en garde contre le risque de pertes civiles", a déclaré M. Moussa.

L'OTAN a été accusée par le régime libyen d'être à l'origine de la mort de 24 civils, dont des enfants, en 48 heures, entre le samedi 18 et dimanche 19 juin.

PÉRIODE DE TRANSITION

"Le temps est venu de faire tout ce qu'on peut afin d'obtenir une solution politique. Cela doit commencer par un cessez-le-feu réel et sous supervision de la communauté internationale. Jusqu'à la mise en place de ce cessez-le-feu, [le colonel Mouammar] Kadhafi resterait au pouvoir. Il y aurait ensuite une période de transition afin d'obtenir un accord sur l'avenir de la Libye", a précisé M. Moussa, qui devrait se présenter à l'élection présidentielle en Egypte. Il a également indiqué que des contacts ont été établis avec plusieurs pays, en Afrique et au Moyen-Orient, pour voir si l'un d'eux serait prêt à accueillir le colonel Kadhafi.

De son côté, le ministre des affaires étrangères italien, Franco Frattini, a réclamé mercredi, lors d'une intervention devant une commission de la Chambre des députés, "une suspension immédiate des hostilités" en Libye afin d'instaurer des couloirs humanitaires pour aider la population.

Au lendemain de l'arrivée d'un dirigeant du Conseil national de transition (CNT) libyen à Pékin, le ministre des affaires étrangères chinois, Yang Jiechi, a, lui, reconnu l'organe officiel de la rébellion comme "interlocuteur important".

http://www.lemonde.fr/libye/article/2011/06/22/le-patron-de-la-ligue-arabe-fait-part-de-scrupules-sur-la-libye_1539111_1496980.html


ONU

Réunion de consultation.
Au chapitre diplomatique, Une réunion de consultation regroupera demain à New York des membres du Conseil de sécurité de l'ONU et de l'Union africaine (UA) pour discuter du conflit en Libye, ont rapporté les médias mardi. Au cours de cette rencontre, les membres du Conseil de sécurité de l'ONU, dont la Chine, et des ministres des Affaires étrangères des pays membres du haut comité ad-hoc de l'UA pour la Libye, discuteront de la situation en Libye et des moyens de trouver une solution politique au conflit qui se déroule dans ce pays.

A ce propos, la Chine a souhaité hier, que ces consultations conjointes aideraient à mettre fin au conflit en Libye par des voies politiques. La partie chinoise espère que la communauté internationale se mettra d'accord, à la fin de la réunion, sur un cessez-le-feu immédiat en Libye, a déclaré un porte-parole de la diplomatie chinoise. Dans un récent communiqué, le président de la commission de l'UA, M. Jean Ping avait réaffirmé la détermination de l'organisation panafricaine à "poursuivre ses efforts pour résoudre la crise libyenne et de parvenir à une approche globale portant des solutions durables".

15/06/2011

 http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/13250



6 Dans le monde

1 Bolivie

Le président de Bolivie Evo Morales accuse l’ONU de “légitimer des guerres”.

Il est nécessaire de démocratiser effectivement le Conseil de Sécurité de l’ONU ou proposer son élimination.

Le président de Bolivie, Evo Morales, a accusé aujourd’hui l’ONU de “légitimer des guerres” et de se taire face aux « interventions » états-uniennes dans certains pays.

« On suppose que les Nations Unies doivent empêcher les guerres mais dans les dernières années elles légitiment la guerre, résolvent favorablement les agressions coloniales et se taisent face aux interventions impérialistes » a soutenu le mandataire dans un discours dans la région orientale de Santa Cruz. « Il ne peut exister de sécurité dans la communauté internationale » et il n’y aura pas de paix tant qu’il n’y a pas de démocratie à l’ONU et que les décisions du Conseil de Sécurité restent « aux mains d’une poignée de cinq pays».

« Ceci constitue un autre exemple de l’impérialisme et du colonialisme en plein XXIème siècle. Il est nécessaire de démocratiser effectivement le Conseil de Sécurité de l’ONU ou de proposer son élimination” a déclaré Evo Morales, qui en en mars dernier avait déjà critiqué cet organisme pour autoriser le recours à la force pour empêcher des attaques contre les civils en Libye, tout en ignorant les initiatives de paix des pays du Sud.

Evo Morales a également rappelé que les Etats-Unis cherchent à détruire l’Alliance Bolivarienne pour les Peuples d’Amérique (ALBA), un vaste espace de construction sociale, politique et économique que la Bolive intègre avec le Venezuela, Cuba, le Nicaragua, l’Equateur et trois états des Caraïbes.

Il a assuré que « chaque jour se produit une guerre silencieuse” contre les pays de l’ALBA pour “déstabiliser et renverser” ses gouvernants et a accusé les agences états-uniennes d’intelligence, appelées « anti-drogues » et de « coopération » de promouvoir ces sabotages.

Morales a également déclaré que les Etats-Unis ont envoyé un « message sans équivoque » au monde pour lui dire qu’il « vivra sous la logique d’une guerre perpétuelle » et que « la nécessité de faire justice pour le 11 septembre de 2001 ne connaîtra pas de trêve”.

Il a appelé ses collègues du bloc bolivarien à se préparer pour prévenir de nouveaux coups d’état comme ceux qui se sont produits récemment en Equateur ou au Honduras.

07-06

http://www.inversalis-productions.eu/blog/2011/06/libye-le-president-de-bolivie-evo-morales-accuse-l%e2%80%99onu-de-%e2%80%9clegitimer-des-guerres%e2%80%9d/

 


2 Chine

La Chine n’est pas favorable à une interprétation arbitraire des résolutions de l’ONU sur la Libye

La Chine n’est pas favorable à une quelconque interprétation arbitraire des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, ni à quelque action que ce soit dépassant le mandat donné par le Conseil concernant la Libye, a déclaré mercredi au siège de l’ONU à New York le représentant permanent de la Chine aux Nations unies, Li Baodong.

M. Li a tenu ces propos lors d’une réunion publique du Conseil de sécurité sur la situation en Libye.

La Chine appelle à une application complète et stricte des résolutions du Conseil de sécurité.

La communauté internationale doit respecter la souveraineté, l’indépendance, l’unité et l’intégrité territoriale de la Libye, a souligné l’ambassadeur chinois.

Les affaires intérieures et l’avenir de la Libye doivent être laissés à la décision du peuple Libyen, a déclaré M. Li devant le conseil.

« Nous ne sommes pas favorables à quelque interprétation arbitraire que ce soit des résolutions du Conseil de sécurité ni à aucune action dépassant le mandat confié par le Conseil », a-t-il souligné.

À l’heure actuelle, la crise libyenne ne montre aucun signe d’ apaisement, et les efforts pour mettre fin à la crise ont abouti à une impasse. La situation humanitaire dans le pays continue de s’ aggraver et les civils souffrent toujours beaucoup.

M. Li a exprimé la vive préoccupation de la Chine à cet égard.

« La Chine pense que la priorité pour l’heure est de parvenir à un cessez-le-feu immédiat et inconditionnel en Libye comme le réclame la résolution du Conseil, et d’établir un système de surveillance du cessez-le-feu sous la direction des Nations unies », a dit M. Li.

« Les moyens pacifiques de dialogue et de négociation sont la marche à suivre pour trouver une solution politique à la crise libyenne », a déclaré l’ambassadeur, ajoutant, « nous soutenons les efforts déployés par toutes les parties concernées et la feuille de route en cinq points proposée par l’Union africaine ».

L’envoyé chinois à l’ONU a également appelé à un rôle majeur de l’ONU et de son Conseil de sécurité pour résoudre la crise en Libye.

« La position de la Chine à l’égard de la Cour pénale internationale (CPI) reste inchangée », a dit M. Li, « nous espérons que la CPI envisagera pleinement la nécessité de résoudre de manière appropriée la crise libyenne en mettant en oeuvre la Résolution 1970, et jouera un rôle positif et constructif pour restaurer la paix, la stabilité et l’ordre dans ce pays à la date la plus proche possible ».

Comité Valmy

9 juin 2011,

Source : Xinhua


3 Cuba 718 civils tués par l’Otan en Libye : Cuba qualifie de crime l’agression de l’Occident

Le porte-parole du gouvernement libyen de Kadhafi, Moussa Ibrahim, a affirmé aujourd’hui que 718 civils ont été tués et 4067 autres blessés par les raids de l’Otan et de la coalition internationale, entre le début de leurs opérations en Libye, le 19 mars, et le 26 mai.

« Depuis le 19 mars et juqu’au 26 mai, nous avons eu 718 martyrs parmi les civils et 4.067 blessé, dont 433 gravement », a déclaré M. Ibrahim au cours d’une conférence de presse citant un bilan du ministère de la Santé. Selon le porte-parole, ces chiffres ne prennent pas en compte les victimes parmi les soldats libyens, chiffre que le ministère de la Défense a « refusé » de divulguer, a-t-il dit.

Par ailleurs Cuba exprime sa plus énergique condamnation de l’intervention militaire étrangère dans le conflit interne en Jamahiriya arabe libyenne. Cuba est d’avis que les conflits doivent être réglés par la voie du dialogue et de la négociation, et non pas par la force militaire.

Cédant à la pression de certains pays occidentaux, le Conseil de sécurité de l’ONU a créé des conditions qui ont permis cette agression, ce qui constitue une dérogation flagrante à la Charte des Nations unies et aux compétences du Conseil, et un nouvel exemple du double standard qui caractérise un tel comportement.

La Résolution 1973 adoptée jeudi dernier par le Conseil de sécurité n’autorise en rien à attaquer le territoire libyen, si bien que cette attaque est une violation du Droit international.

Les puissances occidentales impliquées dans ces opérations militaires contre le territoire libyen provoquent des morts, des blessures et des souffrances de civils innocents. Certains de ces pays sont responsables de la mort de plus d’un million de civils en Irak, et de plus de 70 000 en Afghanistan, dans ce qu’ils qualifient de « dommages collatéraux ». Ils sont également complices des crimes perpétrés contre le peuple palestinien.

Cuba soutient le droit inaliénable du peuple libyen d’exercer son autodétermination sans aucune ingérence étrangère, condamne la mort de civils en Libye et n’importe où dans le monde, et réitère son engagement pour le respect de l’intégrité territoriale et la souveraineté de la Libye sur ces ressources.

Nicolas Maury

07-06

Posted in Evènements/Politique

 

8-civils-tues-par-l%e2%80%99otan-en-libye-cuba-qualifie-de-crime-l%e2%80%99agression-de-loccident/

 



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières,les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

" Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19


Commentaires

Muammar KADHAFI
AL-Mu'awwidhatayn

Écrit par : Aradia | 30/06/2011

Les commentaires sont fermés.