Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/07/2011

n° 30 - Libye : Médias et Manipulation de l'Opinion - 26-06 au 18-07 - Début - L'OTAN prépare les rebelles au pouvoir.


n° 30 - Libye : Médias et Manipulation de l'Opinion - 26-06 au 18-07 -  Début  -     L'OTAN prépare les rebelles au pouvoir.


Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources. .

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



Libye : Médias et Manipulation de l’Opinion 

n°30 du 26-06 au 18-07

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Le " Médias et Manipulation de l’opinion" est  visible  sur nos blogs : 

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

b) Sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

c) Sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

d) Sur le site : www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm 


Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire :  

Tiré à part :

"Un millier de civils tués par l'Otan"

1 Manipulation de l’opinion / Vidéos

1 Vidéo 

1-1 Kadhafi appelle les Français à chasser Sarkozy

1-2 Sarkozy, combien d’enfants as-tu tués cette nuit ?

1-3 L'Otan voudrait faire taire Thierry Meyssan.    

1-4 Libye : journée l'harmattan.

1-5 Mario Franssen : La guerre n’est pas un jeu vidéo.

1-6 Le chercheur Allain Jules soutient que la guerre contre la Libye de Mouammar Kadhafi a été vendue sur des plateaux de télévision avec maestria.

1-7 Patton Boggs.

2 Les brèves

2-1 Les rebelles libyens accusés de graves atteintes aux droits de l’homme 

2-2 L'OTAN prépare les rebelles au pouvoir.

2-3 Thierry Portes : Voyage dans les villes fantômes de Libye.

2-4 Washington pourra financer les rebelles.

2-5 Le CNT réclame des fonds..

2-6 La CPI étudie une pétition contre des membres de l'OTAN et de l'UA.

Fin

3 Dossier

3-1 Victor Kotsev : Libye : Le pays des mirages.

3-2 Oussama Charabeh : Le-colonialisme-des-temps-modernes.

3-3 Pepe Escobar : Lobbyiste, prêt à tout.

3-4 Le pouvoir légitime des tribus libyennes.

4 Courrier des lecteurs & trouvé sur le net & témoignage

4-1 La CPI lance un mandat d'arrêt contre Kadhafi.

4-2 Le GPC pour la justice : "Ce qu'on appelle la CPI n'est qu'une couverture pour les tentatives répétées de l'Otan d'assassiner le leader et sa famille.". 



Tiré à part :

"un millier de civils tués par l'Otan"
Un millier de civils libyens ont péri dans le raids de l'Otan depuis le début des opérations contre le régime de Mouammar Kadhafi et quelque 4.500 autres ont été blessés, a affirmé un juge libyen. S'exprimant devant la presse étrangère à Tripoli, le procureur général Mohamed Zekri Mahjoubi a aussi annoncé avoir porté plainte devant les tribunaux libyens contre le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen pour "crimes de guerre".

"En tant que secrétaire général de l'Otan, Rasmussen est responsable de l'action de cette organisation qui s'est attaquée à un peuple désarmé tuant 1.108 civils et blessant 4.537 autres lors des bombardements de Tripoli et d'autres villes et villages" dans le pays, a dit ce juge. Le procureur libyen qui s'est adressé à la presse dans un tribunal de Tripoli a donné lecture d'un acte d'accusation de 10 points, inculpant le secrétaire général de l'Otan de "crimes de guerre" de "tentative de tuer le guide de la révolution Mouammar Kadhafi", d'"agression délibérée contre des civils innocents" de "meurtres d'enfants" et de "tentative de renverser le régime libyen et de le remplacer par un pouvoir inféodé qui permet à l'Otan et aux pays occidentaux de contrôler les richesses" de la Libye. 

Il demande par conséquent aux "tribunaux libyens compétents de juger le secrétaire général de l'Otan". Selon ce juge, d'autres plaintes contre l'Otan seront ultérieurement présentées devant des juridictions internationales. L'Alliance atlantique, qui dirige les opérations militaires sous mandat de l'ONU depuis le 31 mars, essaye depuis près de cinq mois mois de pousser vers la sortie le colonel Kadhafi, mais pour le moment les frappes aériennes n'ont pas porté de coup décisif. 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/07/13/97001-20110713FILWWW00577-libye-un-millier-de-civils-tues-par-l-otan.php

13/07/2011



1 Vidéo 

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information.

1-1 Kadhafi appelle les Français à chasser Sarkozy

(vidéo 23’’)

Pour voir la vidéo enregistrée sur BFM le 15 juillet 2011 à 03h12, cliquer ci-dessous :

http://mai68.org/spip/spip.php?article3076

(désolé, le serveur est très lent en ce moment ; et les réparateurs doivent être en vacances, je suppose. Il vous faudra patienter pendant que la vidéo arrive avant de la voir. Mais elle n'est pas très longue. Alors, ça va.)


1-2 Sarkozy, combien d’enfants as-tu tués cette nuit ?

Non il n'existe pas de « guerre propre » !

Michel Collon nous envoie un reportage depuis la Libye. Il nous montre ce que les bombes de l'OTAN peuvent faire loin des caméras de télévision.
Michel Collon

12 juillet 2011

http://www.michelcollon.info/VIDEO-Sarkozy-combien-d-enfants-as.html


1-3 L'Otan voudrait faire taire Thierry Meyssan.

(vidéo à regarder et écouter absolument)  

http://www.dailymotion.com/Mecanopolis#videoId=xjmqzz


1-4 Libye : Journée l'harmattan.

Ci-dessous le lien de la vidéo du journal tv dans lequel figure le reportage de la réunion débat organisée par le MSPL et les Editions L'HARMATTAN le 29 Juin 2011 pour la Libye intitulé : "L'Harmattan de la Paix"
http://www.dailymotion.com/video/xjms84_libye-smain-bedrouni-denonce-les-crimes-de-l-otan-en-direct-au-jt-21h00-sur-telesud-mercredi-29-juin_news


1-5 Mario Franssen : La guerre n’est pas un jeu vidéo.

Sur notre écran de TV, la guerre ressemble à un jeu vidéo ou à un feuilleton qu’on passe une fois par semaine. Mais, pour les victimes libyennes, la guerre est tout ce qu’il y a de plus réel.

Les dégâts collatéraux

Voici les arguments utilisés par l’Otan pour attaquer la Libye : « Nous protégeons les citoyens contre les attaques de Kadhafi. » Mais bombarder des civils et les protéger, ce n’est pas tellement compatible :

Mardi 14 juin. L’Otan bombarde l’université Al-Fatah à Tripoli, avec d’importants dégâts à divers auditoriums – heureusement, aucun étudiant n’est présent à ce moment.

Vendredi 17 juin. L’Otan bombarde un quartier populaire de Tripoli. Neuf tués, dont cinq enfants.

Dimanche 19 juin. L’Otan bombarde la résidence d’un ancien ministre libyen dans un quartier résidentiel de Tripoli. Résultat : treize civils tués.

Les réfugiés

Avant le début de la guerre, près de quatre millions de travailleurs étrangers travaillaient en Libye. Ils étaient surtout originaires des pays voisins. Nombreux sont ceux qui sont retournés chez eux et ont ainsi fait grimper les chiffres du chômage, déjà très élevé, en Tunisie, en Algérie ou en Égypte. Ensuite, des centaines de milliers de Libyens séjournent dans des camps de réfugiés installés dans les pays voisins, surtout en Tunisie.

L’addition

Hormis le coût humanitaire élevé, la guerre a aussi son coût financier. Pour la Belgique, il s’élève actuellement à 5 millions d’euros par mois – un peu plus que ce que De Crem avait annoncé au départ. Au début de la guerre, le ministre britannique des Finances, Osborne, avait expliqué que l’opération allait coûter des dizaines de millions de livres, sans jamais dépasser, toutefois, les 100 millions. Trois mois plus tard, son collègue de la Défense devait déjà reconnaître que le contribuable britannique payait 48,5 millions d’euros par mois et que la facture, pour six mois, allait atteindre au moins 291 millions d’euros, dont 158 millions rien qu’en munitions et en bombes. Depuis le début de la guerre, les États-Unis ont déjà dépensé plus de 500 millions d’euros. Pas mal, à une époque de crise financière et d’économies draconiennes.

29 juin 2011



1-6 Le chercheur Allain Jules soutient que la guerre contre la Libye de Mouammar Kadhafi a été vendue sur des plateaux de télévision avec maestria.

Libye Raid OTAN - Les récentes bavures militaires de l’OTAN en Libye et les voix discordantes des membres de l’Alliance qui ont commencé à s’élever à propos de l’opération militaire en cours, viennent corroborer les mensonges véhiculés par le camp occidental sur cette guerre en Libye, affirme le chercheur Allain Jules. Dans un article publié par le «Nouvel Observateur» intitulé «L’implacable vérité sur le mensonge occidental», Allain Jules affirme que «le peuple occidental a fait le constat amer que la guerre contre la Libye de Mouammar Kadhafi lui a été vendue sur des plateaux de télévision avec maestria». Il rappelle les pronostics des experts qui «pensaient réellement que le conflit allait durer une semaine, voire deux», affirmant à l’égard du guide Kadhafi que «hélas, le donateur de l’Afrique et pourfendeur de l’Europe tient toujours bon».
Autre mensonge révélé par M. Jules concerne la nature des hommes qui conduisent «la révolution libyenne» qu’il a qualifié «d’hommes de l’Est libyen, de l’ancienne Cyrénaïque du roi Idriss Senoussi qui ont cru bon de prendre les armes pour déstabiliser un pays dont tous les indicateurs étaient au vert».
Il a également mentionné les conclusions d’une mission du Centre international de recherches et d’études sur le terrorisme et l’aide aux victimes du terrorisme (CIRET-AVT) soulignant que la «révolution libyenne n’est ni démocratique, ni spontanée. Il s’agit d’un soulèvement armé de la partie orientale du pays, dans un esprit de revanche et de dissidence qui tente de s’inscrire dans la dynamique du printemps arabe dont il ne relève cependant pas».
Selon M. Jules, la situation sur le terrain démontre une impasse totale «après trois mois de turpitudes et face à la résistance du régime Kadhafi qui a multiplié des appels à la paix et malgré les bombardements de l’OTAN, rien n’y fait. Tous les scénarii sont préparés, notamment celui d’un assassinat de Kadhafi et même d’une nouvelle violation de la résolution 1973 de l’ONU, avec un déploiement des troupes au sol ne peuvent masquer l’échec cuisant de cette guerre qui déssert chaque jour davantage les puissances occidentales».
Il a dénoncé l’exigence des pays occidentaux réclamant le départ du guide Mouammar Kadhafi, affirmant que cette revendication «ne réside sur rien et est aussi une violation manifeste du droit international. Aucun peuple ou dirigeant du monde n’a de droit sur un président d’un quelconque pays».
Pour ce bloggeur, le pot-aux-roses a été découvert avec toutes les promesses faites «par les renégats de Benghazi à ceux qui font la révolution à leur place. Non seulement, une base israélienne sera installée à la frontière avec l’Algérie, mais le CNT a promis de reconnaître l’Etat d’Israël».
Sur le plan économique, M. Jules a affirmé que l’opposition à Benghazi pour combler le tout octroiera des décennies de concessions pour l’exploitation du pétrole libyen et du gaz, remettant en cause la nationalisation de ces produits qui font de la Libye le pays d’Afrique qui a le Produit intérieur brut le plus élevé.
Libye-Actualité: Kadhafi sollicite l'intervention du Nigeria
Libye-Nigeria - Le guide libyen, Mouammar Khadhafi, a demandé l'intervention du Nigeria pour mettre fins aux raids des avions de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) sur la Libye. Cette demande figure dans un message du guide Kadhafi transmis au président nigérian, Goodluck Jonathan, par le ministre libyen des Affaires étrangères, Abdulahi Obaidi. Dans son message, il affirme que 'l'OTAN doit cesser de violer la souveraineté de la Libye en tant que nation'. 'Puisque la crise en Libye est interne, une intervention extérieure n'a aucune raison d'être', ajoute-t-il.
L’émissaire du guide libyen a déclaré que le président Jonathan a promis de soumettre la question au prochain sommet des chefs d’État de l'Union africaine (UA) qui débutera le 29 juin à Malabo, en Guinée équatoriale.

 25/06/2011

 http://www.afriquejet.com/afrique-du-nord/libye/libye:-un-chercheur-soutient-que-l%E2%80%99otan-devoile-les-mensonges-sur-la-guerre-2011062516398.html


1-7 Patton Boggs.

…Le gouvernement « rebelle » a embauché Patton Boggs, l'une des premières (et des plus rentables) firmes de relations publiques à Washington, pour les « conseiller et les assister » à... gagner la guerre - ou donner au moins l'illusion qu'ils sont en train de la gagner. Patton Boggs mène déjà un lobbying acharné pour que les « rebelles » soient acceptés au niveau mondial comme le « gouvernement légitime de la nation souveraine de Libye ». L'accord a été signé entre Patton Boggs et l'ancien ambassadeur de Libye Ali Suleiman Aujali, le chef des « rebelles » aux Etats-Unis. (...) Il est pertinent de noter que l'un des lobbyistes de Patton Boggs, déjà impliqué avec les « rebelles », est Vincent Frillici, un ancien directeur des opérations à l'OTAN pour le comité organisateur des 50 ans de l'alliance. C'est mignon : un lobbyiste lié à l'OTAN qui vend le soulèvement, supposé populaire et autochtone, de la Libye.
Ainsi, grâce à un paradis de lobbyistes à Washington, le gouvernement américain finira par reconnaître un camp [spécifique] des belligérants dans une guerre civile d'Afrique du Nord, représenté par un « Conseil » louche - et leur permettra de mettre la main sur des milliards de dollars pour, comme le dit cette propagande, « aider le peuple libyen ».

07-07

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=22176&frid=21&seccatid=61&cid=21&fromval=1



2 Les brèves

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information.

Ndlr : La publication de l'article  ne signifie nullement que la rédaction partage le point de vue de l'auteur mais doit être vu comme information.

2-1 Les rebelles libyens accusés de graves atteintes aux droits de l’homme 

Deux sources, à savoir Amnesty International et le célèbre Wall Street Journal, font état de comportements fortement attentatoires aux droits de l’homme.
Citant un article du Wall Street Journal, le site américain on line Black Star News affirme, dans un éditorial daté du 26 juin, qu’on assiste à «un nettoyage ethnique des Libyens noirs».

Le Wall Street Journal, dans un article intitulé «La ville libyenne déchirée par des luttes tribales», indique que les «rebelles» de Misrata, en Libye, ont chassé toute la population noire de la ville. Toujours selon la même source, les «rebelles» ont pour intention de prendre Tawergha, une petite ville pas loin de Misrata, et «se proposent de la nettoyer de tous les Noirs dès qu’ils l’auront conquise».
Selon toujours le même journal, certains de ces «révolutionnaires» se considèrent comme des «brigades dont la mission est de purger le pays des esclaves à la peau noire». Le Wall Street Journal cite un commandant rebelle, Ibrahim Al Halbous, qui aurait dit, en parlant des Noirs : «Il faut qu’ils fassent leurs valises.» Amnesty International est l’autre source faisant état de graves atteintes aux droits de l’homme. Le site français d’information on line Rue 89 a, pour sa part, interviewé le 16 juin dernier Donatella Rovera, conseillère sur la réaction aux crises à Amnesty International. Celle-ci est rentrée de Libye après un séjour de trois mois dans les villes de Misrata, Benghazi, Ajdabiya et Ras Lanouf.
La chasse aux Noirs
Ce qu’elle rapporte n’est pas du tout flatteur pour les révolutionnaires libyens. «Il y a eu une certaine hystérie, de la part des médias, autour de la question des mercenaires, il s’agissait surtout de pauvres jeunes gens terrorisés, pas forcément liés au conflit», affirme Mme Rovera, qui précise à propos des Algériens : «J’ai rencontré un jeune Algérien dans une prison de Misrata. Il n’était pas du tout mercenaire, il travaillait dans une pâtisserie. Son patron a dû faire une lettre pour prouver qu’il ne mentait pas.»
Ce que rapporte Mme Rovera à propos des populations noires est encore plus grave : «On n’a pas vu de mercenaires, sauf si cela s’est passé dans l’Ouest où nous n’avions pas accès. Nous avons rencontré des étrangers et des Libyens noirs qui ont été pris pour cible par les anti-Gueddafi. Ils (les combattants) ont commis des violations graves.» Elle précise encore : «Les rebelles sont responsables de nombreuses attaques contre les étrangers et les Libyens noirs, soupçonnés d’être des mercenaires. Certains ont été assassinés. Il faut agir maintenant. Les gens du Conseil national de transition sont contre ces pratiques. Je les crois sincères, mais ils ne contrôlent pas la situation.»

29/06/2011

http://www.elwatan.com/international/les-rebelles-libyens-pointes-du-doigt-29-06-2011-130636_112.php


2-2 L'OTAN prépare les rebelles au pouvoir.
L'Otan et l'UE condamnent avec force l'attaque des rebelles kurdes

Parmi les rebelles de second type, ceux qu'il est tout a fait normal de bombarder, les rebelles afghans bien sûr.

Si le rebelle se trouve dans sa famille au milieu de ses enfants, c'est "dommage collatéral", mais c'est normal. On inventera qu'il les prenait comme bouclier humain, et qui pourra les contredire? "Selon l'Isaf, les forces de sécurité recherchaient un chef de ce réseau lorsqu'elle ont essuyé des tirs de roquettes et de fusil d'assaut"...

 

La rébellion libyenne obtient la pleine reconnaissance de ses alliés[, et les avoirs du peuple libyen, transformés en garantie de dette]
Radio-Canada.ca avec Agence France Presse et Reuters, 15/07/11

[...]

Bien que cela n'ait pas un impact réel sur la mainmise sur la Libye du colonel Mouammar Kadhafi, cette reconnaissance facilite le financement par les alliés de la rébellion.

« Cela veut dire que nous allons pouvoir dégeler un certain nombre d'avoirs appartenant à l'État libyen puisque c'est le CNT qui exerce désormais cette responsabilité », a fait valoir le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé. 

La Turquie a appelé tous les pays participants à la réunion à envisager l'ouverture de lignes de crédit au CNT.

Rome a d'ailleurs annoncé avoir avancé quelque 100 millions d'euros au CNT sous forme de crédits garantis par les avoirs gelés de Tripoli en Italie et promis 300 autres millions d'ici deux semaines.

Le CNT réclamait depuis longtemps la rétrocession des avoirs de membres du régime Kadhafi, gelés en février par le conseil de sécurité de l'ONU. Aux États-Unis seulement, 34 milliards de dollars sont gelés.

La secrétaire d'État américaine a salué la « promesse [du CNT] de poursuivre des réformes démocratiques ouvertes », qui a rendu possible cette reconnaissance diplomatique accrue.

Quant aux bons rebelles, qui combattent au nom des droits de l'homme et des libertés, assez bizarement le peuple libyen n'a pas l'air très désireux de les attendre pour fêter leur liberté retrouvée avec eux : "La liste des villes fantômes s'allonge dans le Djebel Nefousa, à mesure de l'avancée des rebelles", cf ci-dessous.


2-3 Thierry Portes : Voyage dans les villes fantômes de Libye.

Yefren, Gualich, Aweinya, Zawit Bagoul, Ryana…

La liste des villes fantômes s'allonge dans le Djebel Nefousa, à mesure de l'avancée des rebelles sur ce plateau collé à la frontière tunisienne, au nord-ouest de la Libye. Curieux spectacle, sans équivalent ailleurs dans ce pays en guerre depuis plus de quatre mois, que ces localités, vidées précipitamment de leurs habitants, qui ont fui, la peur au ventre, tantôt les troupes de Kadhafi, tantôt celles de la rébellion.

 

Traverser les rues désertes d'Aweinya vous rappelle une visite à Pompéi. Les 15.000 habitants de cette bourgade noyée sous le soleil ont tout laissé derrière eux. Le coiffeur n'a pas pris soin de balayer les cheveux qui traînent sur le sol carrelé de sa boutique. Les peignes sont là, disposés devant les glaces et les deux fauteuils noirs semblent attendre d'être réglés à la taille du prochain client. Quelques rues plus loin, le mécanicien a laissé en plan ses outils et nombre de pièces de rechange. Passent quelques chiens morts de soif et des poules en piteux état. Pas un souffle de vent, peu d'ombre, pas un bruit.

 

Au hasard des maisons visitées, le spectacle change de nature: elles ont toutes été saccagées ou pillées. Entre les amoncellements de matelas, de jouets d'enfants, de vêtements épars, les cadres où figuraient les photographies en noir et blanc des ancêtres ont été brisés. Les posters de Kadhafi ont été déchirés en mille morceaux. Sur le mur d'une habitation, les combattants victorieux ont signifié leur haine du dictateur, et fièrement apposé la signature de leur ville - Nalut, Yefren, Zenten -, comme pour témoigner de l'union du Djebel Nefousa contre les «traitres» demeurés fidèles au Colonel honni.

 

«Jamais les gens d'Aweinya ne reviendront», assure notre chauffeur qui, comme tout habitant de Zenten, avoue détester ceux qu'on appelle les Michachya. On entre ici de plain-pied dans les ancestrales bisbilles entre montagnards. Il y a plusieurs siècles, venue du désert, la tribu bédouine des Michachya a poussé ses chèvres dans le Djebel Nefousa, puis s'est installée, non loin de Zenten, à Aweinya. Les gens de Zenten, qui possédaient toutes les terres alentour, ont, de leur cité perchée, regardé de haut ces nouveaux venus à la recherche de quelques lopins de terre. Le machiavélique dictateur libyen d'origine bédouine s'est efforcé durant quarante-deux ans de diviser pour mieux régner en soutenant, administrativement et financièrement, ceux d'Aweinya contre ceux de Zenten.[tout est bien sûr de sa faute. Diviser pour mieux règner, tiens, l'Otan y penser...]


Règlements de comptes

Cette guerre civile a permis de régler les comptes. Les Michachya, qui ont accueilli et soutenu les troupes de Kadhafi, sont partis avec elles. En face d'Aweinya, le hameau rural lové entre les oliveraies de Zawit Bagoul, est également désert. Les quelque 5000 Michachya qui y vivaient sont, eux aussi, retournés dans le désert, au sud, ou partis en Tunisie ou vers Tripoli. Où qu'ils soient, sans doute, rêvent-ils sous leurs abris de fortune de prendre leur revanche, si les troupes de Kadhafi parviennent, ce qui paraît aujourd'hui peu probable, à les ramener chez eux.

 

À Yefren, la ville berbère plantée en haut d'un pic rocheux à l'est du Djebel Nefousa, le retour à la maison n'est qu'une question de temps. Aujourd'hui, seule une petite centaine d'hommes occupent cette ville où vivaient il y a quelques mois encore 20.000 à 30.000 personnes. Tout le monde a fui, quand les troupes de Kadhafi ont, après deux tentatives infructueuses, pris leurs quartiers au centre de cette cité qui, malgré les destructions, a conservé son charme. Les familles se sont réfugiées dans les villages alentour ou en Tunisie. Le 2 juin dernier, les combattants berbères ont libéré Yefren. Mais l'électricité n'est toujours pas totalement revenue et l'eau, l'essence et la nourriture arrivent chichement par camions de Tunisie. «Nous allons voir nos familles là-bas, et nous leur disons d'attendre encore», explique Kamel, qui regrette que la situation ne s'améliore que si lentement. Des patrouilles de rebelles arpentent les rues désertes et veillent sur les maisons demeurées vacantes. Une présence est assurée, à des horaires variables, dans un bâtiment où se croisent parfois les représentants de cette municipalité. L'antenne locale de la rébellion du Djebel Nefousa a ouvert non loin. On peut, à pied, se rendre aussi à l'hôpital d'une cinquantaine de lits qui, lui, n'a jamais cessé de fonctionner, grâce à son générateur. Il n'a pas souffert de l'occupation des forces du régime et soigne encore une dizaine de combattants, dont trois soldats de Kadhafi. «L'autre jour, se lamente cependant le docteur Mohamed Abudia, on a eu deux coupures d'électricité pendant une opération.»

 

Entre Yefren et Zenten, le hameau de Ryana, divisé en deux gros bourgs où vivaient avant guerre quelque 20.000 personnes, est un autre exemple de cité fantôme du Djebel Nefousa. Un peu plus complexe, car la population s'est divisée, quasiment à part égale, entre supporteurs de Kadhafi et partisans de la rébellion. Unique personne rencontrée ce jour-là à Ryana, Abdelassin Massaout arbore les couleurs de la rébellion, sa kalachnikov posée sur le pas-de-porte de sa maison. Sa famille s'est réfugiée à Rujban. «Les pro-Kadhafi sont partis à Tripoli», assure ce quadragénaire édenté. «Mais tout le monde va revenir», ajoute-t-il. Tout le monde ? «Bah oui, enfin, se reprend l'homme, tous ceux qui sont pour une Libye libre

Thierry Portes

11/07/2011
http://www.lefigaro.fr/international/2011/07/10/01003-20110710ARTFIG00206-voyage-dans-les-villes-fantomes-de-libye.php


2-4 Washington pourra financer les rebelles.

Les États-Unis ont annoncé officiellement vendredi, par la voix de la secrétaire d'État, Hillary Clinton, qu'ils reconnaissaient le Conseil national de transition (CNT, représentant les insurgés) comme le seul gouvernement légitime de la Libye. «Jusqu'à la mise en place d'un cabinet de transition, les États-Unis reconnaîtront le CNT en tant qu'autorité gouvernementale légitime en Libye, et nous traiterons avec lui sur cette base», a-t-elle dit. Le CNT a donné «des garanties» sur les réformes démocratiques qu'il compte lancer une fois au pouvoir, a-t-elle souligné. Désormais, Washington pourra donc financer les rebelles grâce à plus de 30 milliards de dollars d'avoirs détenus par le régime de Kadhafi et gelés dans les banques américaines. Les États-Unis avaient déjà reconnu le CNT comme interlocuteur légitime représentant le peuple libyen, sans toutefois le reconnaître officiellement comme gouvernement de Libye.

 (tiré du Figaro)


2-5 Le CNT réclame des fonds..
La rébellion libyenne a besoin d'urgence de fonds pour continuer à lutter contre le régime de Mouammar Kadhafi et un cessez-le-feu sur le terrain n'interviendra que lorsque le leader libyen sera vaincu, a affirmé aujourd'hui un responsable de l'opposition.

Interrogé en marge d'une réunion du groupe de contact sur la Libye à Istanbul, Mahmoud Shammam, chargé des médias au sein du Conseil national de transition (CNT), instance dirigeante de la rébellion libyenne, a indiqué: "Ce dont nous avons le plus besoin, c'est des fonds, des fonds et des fonds".

"Nous avons besoin de trois milliards de dollars", a-t-il souligné. Il faisait apparemment allusion à une proposition du CNT, soutenue aussi par la Turquie, de distribuer aux protagonistes en Libye pour des besoins strictement humanitaires des avoirs gelés du régime libyen.

« Nous voulons voir se mettre en place un mécanisme qui deviendra une réalité" pour l'utilisation de ces fonds, a-t-il dit.

M. Shammam a déploré une situation dramatique des réfugiés libyens qui ont fui en Tunisie et en général pour les personnes déplacées en raison des combats entre rebelles et forces loyalistes.

En réponse à une question d'une journaliste lui demandant si un cessez-le-feu pourrait être instauré avant le mois musulman du ramadan, qui commence début août, M. Shammam a dit: "Non, seulement quand nous aurons vaincu Kadhafi, pas avant".


2-6 La CPI étudie une pétition contre des membres de l'OTAN et de l'UA.
Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, envisage d'élargir ses investigations sur la Libye pour  inclure 'la possible complicité de membres de l'Union africaine et de l'OTAN dans les violations graves des droits humains perpétrées actuellement dans le pays', a annoncé ce mardi une ONG nigériane.

L'Organisation non-gouvernementale 'Projet pour les droits économiques et la responsabilité' (SERAP) a révélé dans un communiqué obtenu par la PANA que la décision, qui fait suite à une requête en ce sens de l'ONG, est contenue dans une lettre du bureau du procureur adressée à SERAP et indiquant que la requête est soumise à l'étude de conformité avec le Statut de Rome de la Cour pénale internationale.

Pour l'avocat de SERAP, Me Femi Falana, 'c'est vraiment une évolution significative et ceci montre que le procureur de la CPI ne recule pas, quand il y a des allégations de violation sérieuse des droits de l'Homme et de possibles crimes contre l'humanité contre des populations civiles et des migrants africains fuyant la Libye'.

http://www.afriquejet.com/afrique-du-nord/libye/libye:-la-cpi-etudie-une-petition-contre-des-membres-de-l%27otan-et-de-l%27ua-2011071318086.html


Les commentaires sont fermés.