Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/08/2011

n° 491 - journal de l'Afghanistan - 13-07 au 16.-08 : Fin- : La débâcle américaine


n° 491 -  journal de l'Afghanistan -  13-07 au 16.-08 : Fin- : La débâcle américaine



Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix.

Les médias occidentaux dans leur large majorité acceptent les versions de l'armée américaine et ferment les oreilles aux autres sources.

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre!

Sa diffusion est un acte de résistance.



journal de l'Afghanistan

n° 491 - du 13-07 au 18 -08

C.De Broeder & M.Lemaire



Avant propos

La guerre menée par le terrorisme contre ses adversaires déclarés est tout à fait invraisemblable.

Pour être crédible, cette histoire exigerait triplement et simultanément une excessive stupidité des terroristes, une incompétence extravagante des services policiers, et une folle irresponsabilité des médias. Cette invraisemblance est telle qu'il est impossible d'admettre que le terrorisme soit réellement ce qu'il prétend être’.

(MICHEL BOUNAN)

 

·                     Les médias occidentaux pro USA usent d’un terme générique- Al Qaida- Taliban - pour désigner tous les résistants .... idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes

Ps : Avant de vous lancer dans la lecture du journal, noter ceci: 'Al Qaïda'  & Al-Zarqaoui, Ben Laden Mollah Omar  = concept réducteur inventé par les Usa, pour désigner la résistance. Idem pour le mot 'terrorisme' employé par les Usa & ces acolytes

 


 Le "journal de l'Afghanistan" est  visible :

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site : 

 www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens.htm

c) sur le site de Robert Bibeau :  http://www.robertbibeau.ca/palestine.html & http://boycottisraelinternational.com  

 

d) sur le site de eva R-sistons: - http://no-war.over-blog.com/

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be 



Sommaire.

Paroles & action du président...

John Glaser : Obama a annoncé son projet de retirer 10.000 militaires.

Retrait annoncé

1 Analyse & déclaration

a) Résistance 

Nishanuddin Ahingar : Plusieurs centaines de personnes ont manifesté jeudi 14 juillet à Khost

2 Les forces en présence

3) Politique

Les Voisins

Iran

Mahmoud Ahmadinejad: les ennemis cherchent à diviser les peuples de la région

Dans le monde

France

74e soldat français tué, …le PS demande «un changement de stratégie»

 


Paroles & action du président...

John Glaser : Obama a annoncé son projet de retirer 10.000 militaires.

Nb : Ndlr : la publication de l'article  ne signifie nullement que la rédaction partage toutes l'analyse de l'auteur mais doit être vu comme information.

Le président Barack Obama a annoncé mercredi soir à la Maison Blanche son projet de retirer 10.000 militaires américains d’Afghanistan avant la fin de cette année, ainsi que la totalité des 33.000 éléments des forces de renfort d’ici la fin de l’été prochain. Jusque-là, près de 70.000 soldats resteront dans ce pays ravagé par la guerre, deux fois plus que lorsqu’Obama a pris ses fonctions. En 2014, déclare-t-il, notre transition vers un rôle de soutien en Afghanistan sera total.

Cette décision intervient après un long débat au sein de l’administration sur l’ampleur et le rythme du retrait. Mais les limites du débat à Washington sont trop étroites pour inclure une solution à long-terme à l’enlisement qui dure depuis 10 ans.

La pression exercée par les deux partis politiques a également pesé de tout son poids dans la décision d’aujourd’hui. Les Républicains ont fait part de leurs préoccupations concernant l’effort de guerre actuel, alors qu’un nombre croissant de Démocrates ont fait pression sur Obama pour un retrait total des troupes. Le peuple américain est pessimiste à propos de la guerre et 73% préfèrent un retrait substantiel pour cet été.

D’autres facteurs ont causé une diminution du soutien à l’effort de guerre.

L’exécution d’Oussama ben Laden le mois dernier a ôté pour de nombreuses personnes tout objectif dans cette guerre. De plus, des responsables américains se sont engagés dans des négociations avec les Résistants dans l’objectif d’un règlement politique au conflit, qui pourrait inclure un accord de partage du pouvoir avec les leaders Résistants. Cela a conduit un certain nombre de personnes à douter de la nécessité de combattre contre ceux avec qui nous coopérons également.

Tandis que ces arguties sur le rythme de retraits partiels font les gros titres, les préoccupations sur une présence militaire permanente en Afghanistan sont croissantes. Le président afghan Hamid Karzaï a déclaré publiquement que ses entretiens avec les responsables américains incluaient la possibilité du maintient des troupes au-delà de 2014, année qui fixait officiellement le retrait total de toutes les forces étrangères. Des délibérations secrètes ont inclus apparemment un accord sécuritaire à long terme par lequel les militaires américains resteraient pour les décennies à venir.

Mais les coûts humains et économiques sont bien trop importants pour justifier un autre satellite militaire pour l’empire états-unien. La guerre en Afghanistan coûte au contribuable américain plus de deux milliards de dollars par semaine, ce qui est effrayant pour un électorat en proie à une récession économique grave. Le mécontentement croissant au sujet de la dette et du déficit renvoie à une responsabilité politique pour de telles dépenses.

La violence dans ce pays ravagé n’a cessé d’augmenter, le mois dernier étant le plus meurtrier pour les civils depuis 2007 et d’autres records de la sorte sont battus en permanence. Les relations du gouvernement américain avec le président Karzaï ont été tendues alors qu’il a émis les "derniers avertissements" envers l’OTAN pour qu’il arrête ses bombardements irresponsables qui tuent souvent de nombreux innocents.

Une enquête du Congrès américain, récemment publiée, a conclu que les efforts de construction de la nation en Afghanistan génèrent de la corruption et altèrent l’économie locale, ébranlant de la sorte les intentions américaines de stabiliser le pays. Les milices afghanes financées et entraînées par les Américains ont apparemment terrorisé les populations civiles locales, dans certains cas "battant, volant et même tuant en toute impunité."

En plus des conséquences gênantes de la politique menée par les Américains en Afghanistan, des problèmes émanent également de la stratégie globale.

L’administration Obama a rendu incertain le véritable objectif de la mission militaire en Afghanistan. Si le but est de démanteler et d’éradiquer la menace d’Al-Qaïda, la mission est accomplie de longue date. En 2009, on estimait les forces d’Al-Qaïda dans le pays à 100 unités et leur présence est maintenant trop limitée pour justifier les dizaines de milliers de soldats ou plus.

Les craintes, que le reste de la présence talibane menace l’Amérique ou pourrait abriter Al-Qaïda après un retrait, ne sont pas étayées par les faits. Les relations entre les deux groupes se sont détériorées, rendant la collusion improbable, et les Résistants n’ont pas d’objectif majeurs de politique étrangère en dehors de l’éviction des occupants étrangers. Ceci élimine de fait une menace directe pour la sécurité nationale des Etats-Unis et dès lors rend la poursuite de la guerre indéfendable.

Si la mission est plutôt de créer un gouvernement centralisé stable en Afghanistan, cela est de la même façon non viable. Il pourrait être efficace en étendant la présence militaire américaine à travers le monde - une fin en soi pour les planificateurs de la sécurité nationale - mais il demeure inefficace dans la lutte contre le terrorisme et pourrait en effet devenir un objectif primordial d’Al-Qaïda, élargissant leur circonscription par une présence militaire permanente dans le monde musulman.

La guerre en Afghanistan contribue également à une situation de plus en plus instable au Pakistan. Le président pakistanais Asif Ali Zardari a déclaré au Guardian que la guerre est en train de "déstabiliser le Pakistan et de sérieusement compromettre les efforts pour restaurer ses institutions démocratiques et sa prospérité économique après une décennie de dictature militaire."

L’annonce du retrait des troupes ce mercredi était peut-être plus drastique que certains l’auraient espéré à Washington, mais cela laisse l’empreinte d’une guerre et d’une occupation en cours qui n’est pas seulement inutile et meurtrière, mais empêche toute fin viable de la guerre menée contre le terrorisme par les Etats-Unis. 

John Glaser pour Antiwar.com

22 Juillet 2011

Traduction : Vincent pour ReOpenNews

http://www.reopen911.info/News/2011/07/15/faible-retrait-en-afghanistan-la-guerre-continue/


Retrait annoncé

Le président américain Barack Obama a annoncé fin juin le retrait d'ici mi-2012 d'un tiers du contingent américain, soit 33 000 hommes, la totalité des renforts envoyés depuis fin 2009, dans le cadre du retrait des troupes de combats de la coalition, censé s'achever fin 2014. L'Otan a parallèlement entamé le transfert de la responsabilité de la sécurité aux forces afghanes, dont nombre d'experts et d'Afghans doutent de la capacité à prendre le relais de l'Isaf d'ici fin 2014, alors que la rébellion afghane s'est étendue jusque dans le nord du pays, bien au-delà de ses bastions du Sud et de l'Est.

August 11,

AFP



1 Analyse& déclaration

a) Résistance 

Nishanuddin Ahingar : Plusieurs centaines de personnes ont manifesté jeudi 14 juillet à Khost, pour protester contre une opération de l'OTAN qui aurait tué six "civils innocents".

Les autorités de la province afghane de Khost ont accusé, jeudi 14 juillet, la force de l'OTAN en Afghanistan (ISAF) d'avoir tué six civils afghans lors d'une opération. "Un professeur, un étudiant et une fillette de onze ans ont été tués dans l'opération, ainsi que trois personnes ordinaires", a déclaré à l'AFP le porte-parole du gouverneur de la province de Khost, Mubarez Zadar, qui dénonce la mort de "civils innocents." "La coalition a reçu de mauvaises informations et sur la foi de ces mauvaises informations, ils ont mené une opération", a-t-il ajouté.

 

MANIFESTATION À KHOST

L'ISAF a pour sa part affirmé qu'une "force conjointe" de l'OTAN et des forces afghanes avait tué "six combattants … du réseau Haqqani, dont une femme armée", après avoir été attaquée lors d'une fouille d'un lotissement. "Cette combattante d'Haqqani compte parmi plusieurs femmes qui ont attaqué les forces afghanes et de la coalition ces derniers mois", explique l'OTAN, qui affirme que les résistants utilisent de plus en plus de femmes, notamment comme kamikazes.

La province de Khost et ses voisines de Paktia et Paktika sont les bastions du réseau Haqqani, branche de l'insurrection talibane proche d'Al-Qaida et bête noire des soldats américains dans l'est de l'Afghanistan. Jeudi matin, plusieurs centaines de personnes ont manifesté à Khost contre cette opération. Plusieurs cadavres ont été transportés à travers la ville, les manifestants affirmant qu'il s'agissait de ceux de civils tués par l'OTAN.

Nishanuddin Ahingar

AP/

14.07

. http://www.lemonde.fr/international/article/2011/07/14/afghanistan-des-autorites-locales-denoncent-une-bavure-de-l-otan_1548878_3210.html


Paroles & action des résistants

L'intensité des combats a régulièrement augmenté depuis fin 2001, les résistants étant en mesure peu à peu de relancer leurs attaques contre les forces occidentales.

AFP

09-08



2 Les forces en présence

Troupes d'occupation

Otan-Isaf

11-08

Une colonne de véhicules de l'Otan composée de sept camions-citernes a été détruite dimanche dans le sud de l'Afghanistan lors d'une attaque rebelle, rapportent les chaînes de télévision afghanes.

L'incident a eu lieu tôt dans la journée dans la ville de Shahr-e-Safa située dans la province de Zabol. Un des conducteurs a été tué par les assaillants.

Selon le porte-parole des résistants afghans, Zabiullah Moujahid, au total 28 camions-citernes et véhicules transportant des munitions auraient été détruits dans l'attaque.

Samedi 6 août, au moins seize camions-citernes transportant des carburants pour les troupes de l'Otan en Afghanistan ont été détruits par l'explosion d'une bombe à Peshawar, principale ville du nord-ouest du Pakistan. Selon la police locale, l'attaque n'a fait aucune victime.

RIA Novosti

11 août 2011

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Afghanistan.-Cinq-soldats-de-l-Otan-tues-par-une-bombe-dans-le-sud-_6346-1904362-fils-tous_filDMA.Htm 



3) Politique

a) Les collaborateurs afghans

Karzai

Roquette

"Le président Hamid Karzaï est profondément attristé par la mort de 31 membres des forces spéciales américaines dans le crash de l'hélicoptère dans lequel ils se trouvaient", indique la présidence afghane dans un communiqué, ajoutant que sept membres des forces spéciales afghanes ont également péri.

La présidence ne précise pas les causes du crash, mais Shahidullah Shahid, un porte-parole des autorités du Wardak, a affirmé à l'AFP que "l'hélicoptère américain qui s'est écrasé la nuit dernière a été abattu par les résistants". "Il a été touché par une roquette tirée par les résistants alors qu'il décollait", a-t-il ajouté, précisant que l'Isaf et les forces conjointes menaient alors une opération dans un district du Wardak, province limitrophe de celle de Kaboul et où les résistants prolifèrent.

Les résistants joints par l'AFP, avaient déjà affirmé avoir abattu l'hélicoptère.

L'appareil était un Chinook, selon une source à l'Otan, un hélicoptère de transport militaire capable de transporter jusqu'à 44 militaires en plus des trois membres d'équipage.

AFP


Pays corrompu cherche …

Un des frères du président Karzaï impliqué dans le trafic de drogue.a été assassiné

Ahmed Wali Karzaï, un des frères du président afghan Hamid Karzaï, a été tué, selon le porte-parole du gouverneur de la province de Kandahar.

Personnage influent dans le sud de l'Afghanistan, il était accusé d'être impliqué dans le trafic de drogue.
Ahmed Wali Karzaï, demi-frère du président afghan Hamid Karzaï et homme fort controversé du sud du pays, a été tué mardi chez lui à Kandahar, ont annoncé à l'AFP des responsables afghans, un assassinat aussitôt revendiqué par les rebelles résistants.

Le meurtre de cet homme accusé notamment de corruption et d'implication dans le trafic de drogue, est un sérieux revers pour Kaboul, tant il était un indéfectible soutien de son frère dans cette région instable et stratégique où les forces de l'Otan tentent de repousser les rebelles résistants.

Sa mort intervient alors que le président français Nicolas Sarkozy était en visite surprise en Afghanistan, où il a annoncé le retrait d'un millier de soldats, soit un quart des troupes françaises dans le pays, d'ici la fin 2012, avant de rencontrer le président Karzaï, à qui il a présenté ses condoléances.

Ahmed Wali Karzaï, jeune demi-frère de chef de l'Etat et chef du conseil provincial de Kandahar, a été abattu en fin de matinée dans sa résidence très sécurisée, a annoncé à l'AFP le porte-parole des autorités provinciales, Zalmay Ayoubi.

L'"attentat" contre le frère du président et sa mort ont été confirmés par un porte-parole du ministère de l'Intérieur, Seddiq Seddiqi, qui a condamné le meurtre de "l'une des plus grandes figures de l'Afghanistan".

Un porte-parole des résistants joint par l'AFP, Yousuf Ahmadi, a revendiqué l'assassinat, qu'il a salué comme l'un "des plus grands succès" depuis la reprise de leurs offensives au printemps.

M. Ahmadi a affirmé que le meurtrier nommé Sardar Mohammad, avait été chargé de l'assassinat par les résistants.

Selon un membre de l'agence afghane du renseignement (NDS) s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, Sardar Mohammad était un vieil ami de Ahmed Wali Karzaï à qui il rendait visite à son domicile.

"

Ahmed Wali Karzaï était régulièrement accusé ces dernières années par les services de renseignement américains et la presse de ce pays d'être corrompu et impliqué dans le trafic de drogue. Il a toujours nié en bloc ces accusations en soulignant qu'aucune preuve ne les avait jamais étayées.

"Si qui que ce soit a des preuves ou des documents contre moi, qu'il les montre et je suis prêt à aller devant un tribunal", avait-il notamment répondu.

Mais il n'en restait pas moins un indispensable interlocuteur pour la force de l'Otan à Kandahar, et notamment pour les Etats-Unis qui avaient déployé plusieurs dizaines de milliers de renforts militaire ces deux dernières années pour tenter de stabiliser ce bastion historique des résistants.

La force de l'Otan et l'ambassade des Etats-Unis à Kaboul ont condamné son assassinat et présenté leur condoléances au président Karzaï.

Le frère du président était également très impliqué dans le très opaque et lucratif secteur des sociétés privées de sécurité.

Dans des documents diplomatiques dévoilés à l'automne dernier par le site internet Wikileaks, un diplomate américain estimait que le frère du président était plus enclin à faire du lobby auprès des forces canadiennes à Kandahar pour qu'elles passent contrat avec les sociétés de sécurité dans lesquelles il possède des parts que par la démocratisation de la province.

AFP -



Les Voisins

Iran

Mahmoud Ahmadinejad: les ennemis cherchent à diviser les peuples de la région

Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, lundi soir, à Téhéran, lors d'une rencontre avec les présidents des commissions des parlements iranien et afghan a tenu à exprimer un soutien appuyé au renforcement des relations entre l’Iran et l’Afghanistan, tout en dénonçant le recours à des propagandes négatives de la part des ennemis qui cherchent à diviser les nations de la région."
Selon le site d'information du Bureau présidentiel, Mahmoud Ahmadinejad a également estimé que les relations avec l'Afghanistan sont fondées sur des croyances et une civilisation partagées et aussi sur l'histoire".
Il a ensuite souligné que les colonialistes et les ennemis des deux nations ne cherchent qu’à affaiblir ces mêmes peuples et exercer leur hégémonie sur le monde parce qu’ils souhaitent contrôler pleinement le Moyen-Orient. "
En allusion aux riches ressources naturelles des pays de la région surtout de l'Afghanistan, du Pakistan et des pays arabes, le président iranien a réitéré: "Les colonialistes savent bien qu'une partie considérable des richesses du monde se trouve dans cette région dont les peuples sont à même de répondre par eux-mêmes à leurs besoins « et c’est pour ces raisons qu’ils ourdissent des plans qui consiste toujours à entraver la reconstruction de ces pays et leur progrès."
Le président iranien s'est aussi exprimé sur le massacre des civils innocents en Libye: "Ce sont les colonialistes qui ont créé le Conseil de sécurité pour faire n'importe quoi, au nom de cette instance" a poursuivi le président iranien.
"Ce sont les mêmes ennemis historiques du peuple libyen qui veulent piller les avoirs de ce pays, via de nouvelles méthodes et mesures pour ainsi guérir leur économie malade", a déploré le président Ahmadinejad.

Irna.

26 Juillet 2011.
http://www2.irna.ir/fr/news/view/line-97/1107265036114442.htm



Dans le monde

France

74e soldat français tué, …le PS demande «un changement de stratégie»

Un soldat français a été tué dimanche en Afghanistan par un tir d'insurgé, au cours d'une mission d'appui à l'armée nationale afghane, en Kapisa (nord-est), indique l'Elysée dans un communiqué.

Il s'agit d'un lieutenant du 152ème Régiment d'Infanterie de Colmar.

Ce nouveau décès porte à 74 le nombre de soldats français morts en Afghanistan depuis fin 2001. Onze d'entre eux ont été tués au cours du seul dernier mois, marqué notamment par la semaine noire du 14 juillet durant laquelle sept soldats français ont trouvé la mort.

«C'est avec une très grande tristesse que le président de la République a appris la mort ce matin d'un lieutenant du 152ème Régiment d'Infanterie de Colmar, en Afghanistan. Au cours d'une mission d'appui à l'armée nationale afghane, en Kapisa, un tir d'insurgé l'a mortellement touché», affirme la présidence dans son communiqué. Le chef de l'Etat «présente à sa famille et à ses proches ses plus sincères condoléances et s'associe à leur douleur», ajoute l'Elysée.

Tir isolé

«Ces opérations récentes bien que meurtrières n'entament pas la résolution de la France» et «traduisent l'intensité de combats désespérés des insurgés», affirme-t-on également.

Selon l'état-major à Paris, une centaine de militaires afghans conduisaient dimanche une opération de fouille dans le sud de la Kapisa, à une dizaine de kilomètres au sud de Tagab, dans l'est de l'Afghanistan.

Plusieurs sections de militaires français étaient engagées «en appui» des forces de l'Armée nationale afghane (ANA), quand l'un des soldats français «a été touché et tué par le tir isolé d'un insurgé», a précisé à l'AFP le porte-parole adjoint de l'état-major, le commandant Bertrand Bonneau.

Selon ce dernier, ce type d'opération «entre dans le cadre de la préparation du transfert aux Afghans de la sécurisation de la zone».

A l'instar des Etats-Unis, la France, comme l'a annoncé le président Nicolas Sarkozy, doit retirer d'ici la fin 2012 le quart de ses troupes engagées en Afghanistan, soit environ 4.000 personnes actuellement.

Les socialistes veulent un débat au Parlement.

(Source AFP)

14-08

http://www.liberation.fr:80/monde/01012354172-un-soldat-francais-tue-en-afghanistan?xtor=EPR-450206

 

Le PS a rendu hommage aux soldats morts en Afghanistan.

Le PS a rendu hommage aux soldats morts en Afghanistan, mais a jugé «indispensable» un «changement de stratégie dans ce pays», dans un communiqué du premier secrétaire par intérim Harlem Désir.

«Le Parti socialiste rappelle qu'il demande l'organisation rapide d'un débat au Parlement sur les objectifs, la nature et la poursuite de l'intervention française en Afghanistan», poursuit-il.

«Le Parti socialiste rappelle qu'il souhaite que le retrait de l'armée française d'Afghanistan puisse s'opérer sans attendre la fin 2014, et que la date de ce départ ne doit pas être subordonnée aux décisions d'une autre puissance, alors que la vie de nos soldats est quotidiennement exposée et que le principe du retrait est désormais admis par le gouvernement lui-même», dit-il encore.

De son côté, l'ancien Premier ministre socialiste Laurent Fabius a demandé «le retrait rapide» des troupes engagées en Afghanistan. «Avec le onzième soldat français tombé en Afghanistan en un mois, je veux m'incliner respectueusement devant le courage et l'abnégation exceptionnels de nos militaires, écrit-il dans un communiqué. Mais je veux aussi demander à nouveau avec force au pouvoir exécutif le retrait rapide de nos troupes d'Afghanistan en renonçant a s'obstiner sur la date de 2014 porteuse de conséquences humaines sans cesse plus dramatiques».

Ségolène Royal a également fait part de sa «grande tristesse», et estime que le retrait des troupes est «nécessaire».

(Source AFP)

07-08)

http://www.liberation.fr:80/monde/01012354172-un-soldat-francais-tue-en-afghanistan?xtor=EPR-450206

 

07-08

Dans des communiqués distincts, le Premier ministre François Fillon, le ministre de la Défense Gérard Longuet et le Parti socialiste ont également présenté leurs condoléances aux familles et aux proches des défunts.

"Alors que samedi, l'Otan a connu sa journée la plus noire depuis le début du conflit avec la perte de 30 soldats américains, 7 militaires afghans et un civil, la situation sécuritaire continue de se dégrader à grande vitesse en Afghanistan", a fait valoir le premier secrétaire du PS par intérim, Harlem Désir.

Il a répété les exigences des socialistes, pour un "véritable débat au Parlement" sur l'engagement français en Afghanistan, et pour "un retrait rapide de nos soldats sans attendre la fin de l'année 2014".

Le président Sarkozy a lui aussi rappelé le dramatique crash d'un hélicoptère américain samedi, attribué par un responsable de l'armée afghane à une roquette tirée par les résistants.

Après ce crash et les décès français, "le chef de l'État exprime, à nouveau, la détermination de la France à continuer d'œuvrer au sein de la Force internationale d'assistance à la sécurité pour rétablir paix et stabilité dans ce pays et contribuer à son développement", a ajouté la présidence.

AFP –

http://www.lefigaro.fr/international/2011/08/07/01003-20110807ARTFIG00097-deux-nouveaux-militaires-francais-tues-en-afghanistan.php

 

La guerre peut-elle être gagnée ?

Un soldat français a été tué et quatre autres blessés jeudi en Afghanistan, lors d'une opération militaire en Kapisa (nord-est), lorsque le véhicule blindé dans lequel ils se trouvaient a été la cible d'un engin explosif, a annoncé l'Elysée dans un communiqué.

Le soldat décédé est un caporal chef du 19ème Régiment de génie de Besançon. Les quatre blessés sont des sapeurs de ce même régiment, précise le communiqué.

Ce décès porte à 73 le nombre de soldats français morts en Afghanistan depuis fin 2001, dont 21 pour la seule année 2011.

Le ministre de la Défense et des Anciens combattants, Gérard Longuet, a précisé dans un communiqué, que le décès du caporal chef est intervenu quand "un véhicule de l'avant blindé (VAB) appartenant à un convoi de 4 véhicules, a été touché par l'explosion d'un IED (engin explosif improvisé), dans la région de Tagab", vers 21h00 au cours d'"une mission de liaison".

Les militaires ont été immédiatement évacués et héliportés vers l'hôpital militaire de Kaboul, indique le ministère de la Défense.

"C'est avec une très grande tristesse que le président de la République a appris la mort d'un caporal chef du 19ème Régiment de génie de Besançon, en Afghanistan", indique le communiqué élyséen.

Selon le communiqué de l'Elysée, "le chef de l'État exprime, à nouveau, la détermination de la France à continuer d'oeuvrer au sein de la Force Internationale d'Assistance à la Sécurité pour rétablir paix et stabilité dans ce pays et contribuer à son développement".

Le premier ministre François Fillon, dans un communiqué, a tenu pour sa part, à "saluer solennellement la détermination, le professionnalisme et le courage" des militaires français engagés en Afghanistan.

(Source AFP)

Monde 12/08/

http://www.liberation.fr/monde/01012353902-afghanistan-un-soldat-francais-tue-jeudi?xtor=EPR-450206

 



Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

  • " Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19

Les commentaires sont fermés.