Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/09/2011

n°588 - Dossier de Palestine - 03-09 - Fin - Lieberman veut qu'Israël couper tout contact avec Abbas avant l'ONU.


n°588 - Dossier de Palestine - 03-09  - Fin  -  Lieberman veut qu'Israël couper tout contact avec Abbas avant l'ONU.



L'information est une arme au service de la paix. Sa diffusion est un acte de résistance

Dénoncer ne suffit plus, il faut expliquer, informer, transmettre

Les médias occidentaux dans leurs larges majorités ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et ferment les oreilles aux autres sources



Dossier de Palestine

                             n°588                                                         03-09                                                                      

                                                                                                                                  C.De Broeder & M.Lemaire    



Vous retrouverez ce journal 

a) sur nos blogs : 

http://journaldeguerre.blogs.dhnet.be/

http://journauxdeguerre.blogs.lalibre.be/

 

b) sur le site de Eva Resis      :  no-war.over-blog.com

http://no-war.over-blog.com/ 

 

c) sur le site de Robert Bibeau : http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

d) sur le site :  www.palestine-solidarite.org à cette adresse :http://www.palestine-solidarite.org/Journaux_Palestiniens...

e) sur le site de Robert Bibeau :   http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

 

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be




2 Déclaration, courrier des lecteurs& témoignage

2-1 Marvan Abouras: Le silence des Arabes encourage les sionistes dans leurs exactions. 

Le silence de mort des dirigeants arabes rend plus insolents les sionistes qui poursuivent en toute impunité leurs crimes et exactions dans la région.
C’est Marvan Abouras, membre de la fraction « Changement et réforme » liée au Hamas, qui l’a rappelé lundi avant de marteler : le régime sioniste en usant et abusant du silence de mort des arabes continue impunément ses crimes, fait outrage aux valeurs sacrées et usurpe les territoires palestiniens. Abouras a ensuite évoqué les problèmes intérieures de certains pays arabes, ainsi que le soutien sans ambages des Occidentaux au régime sioniste, ce qui explique pourquoi ce régime est si débridé. « L’Autorité autonome qui se prend pour l’avocat du peuple palestinien, rencontre les autorités du régime sioniste notamment Shimon Perez, sans même accorder la moindre attention aux conditions déplorables des territoires palestiniens, a-t-il fait remarquer. « La résistance est la meilleure option pour contrer le régime sioniste, a souligné le membre de la fraction « Changement et Réforme », qui a appelé le Fatah et l’Autorité autonome de soutenir la Résistance en Cisjordanie, au lieu de coopérer avec ce régime. Il a aussi demandé aux pays arabes de rompre avec Tel-Aviv.

16/08/2011

IRIB


2-2 Israël ne connait que la guerre et le meurtre.

Soyons avec la Palestine et l'Egypte contre l'agression Israélienne.

En réaction au soutien croissant de la communauté internationale à l’aspiration légitime et légale de la Palestine pour être reconnue comme état indépendant membre de l’ONU ;

En réaction au succès de la révolution égyptienne pacifique qui parvient à opérer des changements profonds libérant le pays des diktats étrangers dans le but de défendre la sécurité et les droits de l’Egypte ;

Face au fait qu’Israël est incapable d’offrir une vie décente aux Juifs et aux Arabes résidant sous son autorité ;

Israël, en violation du droit international et des accords internationaux, revient à une politique d’agression : bombardements indiscriminés de civils à Gaza, meurtres de soldats égyptiens, et menace – avec le soutien des Etats-Unis – d’une occupation de la totalité ou d’une partie de la terre égyptienne du Sinaï.

Avant même que la moindre enquête ait été menée sur l’attaque d’Eilat, il est évident qu’Israël, avec la complicité des Etats-Unis, veut utiliser cet évènement pour détourner l’attention du projet palestinien de devenir un état membre des Nations Unies, pour menacer la révolution égyptienne, et pour réorienter l’opinion publique, de la dynamique de la révolution arabe, vers un conflit israëlo-arabe.

Nous condamnons l’agression israëlienne. Nous soutenons le peuple de Gaza contre les attaques israëliennes. Nous soutenons les Palestiniens dans leurs luttes pour leurs droits. Nous condamnons les tentatives israëliennes – en provoquant une guerre - pour limiter l'expansion de la révolution égyptienne pour la naissance d’une Egypte indépendante, démocratique et développée.

Signé :

Abdul Ilah Albayaty, analyste politique irakien, membre du Comité Exécutif du BRussells Tribunal

Hana Al Bayaty, activiste and auteur, membre du Comité Exécutif du BRussells Tribunal

Ian Douglas, analyste and auteur, membre du Comité Exécutif du BRussells Tribunal



3 Analyse - Géopolitique et stratégie– Réflexion.

Ndlr : PS : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information

3-1 Achat De Drones : Sarkozy vide les caisses de l’état ...

... pour remplir les poches de Dassault et financer l’industrie militaire israélienne.

France : désindustrialisation galopante, chômage qui explose - 4,7 millions de chômeurs surtout dans l‘industrie –

…et que fait Sarkozy ?

Il passe commande - coût 350 millions d’Euros - de drones qui seront «Made in Israël» au détriment du consortium européen EADS et par conséquent de l’emploi franco - européen.

Pour renouveler en 2014 les drones de son armée en attendant une nouvelle génération de ces appareils à la fin de la décennie, Sarkozy, chef des armées, vient de décider d’acheter une version de l'appareil sans pilote israélien Heron TP ou Eitan, à Israël Aerospace Industries (IAI) qui sera adaptée aux besoins de l'armée française par Dassault Aviation.
Ces drones sont fabriqués en Israël.
Ce drone israélien est le plus grand et le plus sophistiqué des drones assemblés par IAI ( Israel’s Aerospace Industry dont l’état israélien est actionnaire). Il est devenu opérationnel dans l’armée israélienne il y a un an et demi et a été testé « live » à Gaza lors de l’Opération Plomb Durci Décembre 2008, Janvier 2009. Ce drone est capable de mener des missions de reconnaissance et de collecte d’information à plus de 40 000 pieds et a une autonomie de vol de 36 heures. Compte tenu de sa grandeur - l’équivalent en longueur d’un Boeing 737 - il peut transporter différents équipements dont des radars des détecteurs et cameras mais aussi des missiles donc c’est un drone d’attaque, un drone tueur.
Les Israéliens se félicitent de cette commande d’un montant de 350 millions d’Euros leur permettant de faire rentrer des devises et de créer ou maintenir des emplois dans le secteur de l’industrie militaire aérospaciale. Le régime sioniste a exporté pour 7,2 milliards de dollars d'armes l'an dernier, grâce notamment aux ventes des drones, dont certains sont utilisés en Afghanistan.
Pour les Français cela veut dire une augmentation du déficit de la balance du commerce extérieur et des emplois perdus car délocalisés en Israël.
Avec 4,7 millions de chômeurs, une désindustrialisation galopante cette décision de Sarkozy n’est pas dans l’intérêt économique et social du pays et du peuple français mais un acte de pur copinage - Dassault Aviation fait partie du groupe Dassault propriétaire du quotidien Le Figaro, la Pravda Sarkoziste dont le futur candidat à la présidentielle 2012, Sarkozy, a besoin pour sa prochaine campagne électorale.
Cette décision constitue également un soutien direct à l’industrie de l’armement israélien une façon de la subventionner avec l’argent des contribuables français sans leur consentement et de cautionner les guerres criminelles menées par le régime sioniste.
Les Israéliens considérent cette commande de drones comme une petite revanche sur l’embargo de vente d’armes à Israël décrété par De Gaulle il y a 42 ans selon l’un des principaux responsables de ce secteur : « vraiment historiquement la boucle est bouclée. L’embargo français et le refus de De Gaulle de fournir des avions Français Mirage développés grâce à l’expertise israélienne a boosté l’industrie aéronautique militaire israélienne et c’est elle maintenant qui fournit la France en avion israélien. »
En achetant ces drones Heron TP, la France devient le premier pays étranger à s’en procurer.
Cette commande s’est faite au détriment du consortium européen EADS. A l’annonce de la signature de cette commande la réaction du président exécutif d’EADS, Louis Gallois, ne s’est pas fait attendre.
Selon une dépêche d’agence reprise par le Figaro du 29/07/2011 :
"Le président exécutif d'EADS, Louis Gallois, a déclaré vendredi avoir "des difficultés à comprendre" le choix du gouvernement français concernant le renouvellement des drones de son armée, pour lequel il a préféré Dassault Aviation à son groupe.
"J'ai des difficultés à comprendre ce qui s'est passé. Je ne comprends pas très bien pourquoi nous avons perdu. Est-ce à cause des capacités opérationnelles, du prix, du calendrier ? Nous ne savons pas", a expliqué M. Gallois lors d'une conférence téléphonique de présentation des résultats d'EADS…
"J'ai demandé des explications et le ministre de la Défense, Gérard Longuet, m'a dit que nous en aurions. Nous attendons ces explications pour comprendre", a-t-il ajouté.
"La France a récemment mis fin à des mois de suspense en choisissant Dassault Aviation, au détriment du groupe européen EADS ou d'une solution américaine, pour renouveler en 2014 les drones de son armée en attendant une nouvelle génération de ces appareils à la fin de la décennie.
"Dassault Aviation propose une version francisée de l'appareil sans pilote israélien Heron TP, en coopération avec la société Israel Aerospace Industries (IAI), tandis qu'EADS proposait une version modernisée de son Harfang actuellement utilisé par l'armée française… "

On peut se poser des questions sur l’opportunité d’une telle dépense (350 millions d’ Euros) alors que les caisses de l’état sont vides le pays sur-endetté ceci dotant plus qu’EADS proposait une version modernisée des drones actuellement en service dans l’armée française en attendant la nouvelle génération qui devrait être opérationnelle pour la fin de la décennie comme rapporté ci-dessus.
Sarkozy profite des derniers mois qu’il passe à l’Elysée pour détourner l’argent des contribuables français afin de remplir les poches de son ami Dassault financer l’industrie militaire d’Israël fournissant ainsi des emplois aux Israéliens et ce au détriment des Français/Européens.

VIDEO :http://www.planetenonviolence.org/Achat-De-Drones-Sarkozy-vide-les-caisses-de-l-etat-pour-remplir-les-poches-de-Dassault-et-financer-l-industrie-militaire_a2466.html

 


3-2 Chems Eddine Chitour : Un État palestinien viable : L'utopie final

 «Si j'étais un leader arabe, je ne signerais jamais un accord avec Israël. C'est normal, nous avons pris leur pays. C'est vrai que Dieu nous l'a promis, mais en quoi cela les concerne? Notre dieu n'est pas le leur. Il y a eu l'antisémitisme, les nazis, Hitler, Auschwitz, mais était-ce de leur faute? Ils ne voient qu'une seule chose: nous avons volé leur pays. Pourquoi devraient-ils l'accepter?

David Ben Gourion, cité par Nahum Goldman dans le Paradoxe juif, p. 121

   Après onze mois de blocage du processus de paix, l'Autorité palestinienne a annoncé dans l'espoir de sortir de l'impasse, qu'ils demanderaient au Conseil de sécurité de l'ONU de reconnaître leur indépendance dans les frontières de 1967.

A ce jour, l'État de Palestine, revendiqué par la Déclaration d'Alger est reconnu par 94 pays membres de l'ONU sur 192. Fin 2010, 5 États sud-américains, avec à leur tête le Brésil, reconnaissent l'«État de Palestine avec les frontières de 1967».
20 ans de négociations, pour rien

Jean-Claude Lefort, président de l'association France Palestine Solidarité, résume magistralement la position du calvaire palestinien. Nous lisons: «Les membres du Quartette pour le Proche-Orient se sont réunis hier à Washington, pour réfléchir aux moyens de relancer le «processus de paix» israélo-palestinien. Le constat opéré au cours de cette réunion est sans appel: c'est l'impasse totale du fait des positions israéliennes récusant les propositions énoncées par le président Obama et soutenues «officiellement» par tous, à savoir l'établissement de deux États sur la base des frontières de 1967. Il ne peut pas non plus être considéré, comme vient de le faire le Quartette, que, désormais «c'est aux parties de prendre les décisions difficiles». C'est là un signe politique clair et négatif qui marque le renoncement du Quartette à agir et un aveu d'impuissance volontaire. Vingt ans ont passé depuis le lancement à Madrid d'une négociation qui devait aboutir à «l'échange de la terre contre la paix». Dix-huit ans ont passé depuis la signature à Washington de l'accord intérimaire israélo-palestinien dit d'Oslo.- Souvenons-nous qu'il y est stipulé «les négociations sur le statut permanent conduiront à la mise en oeuvre des résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité [NdR]». Celui-ci fondait explicitement la négociation sur le droit international et fixait un calendrier devant permettre l'émergence d'un État palestinien indépendant, souverain, dans les frontières de 1967, au plus tard dans les cinq ans.(...) La reconnaissance de l'État de Palestine a été ajournée jusqu'à une date indéterminée. Huit ans ont passé depuis la «Feuille de route» qui devait conduire à l'établissement de cet État en 2005; quatre ans depuis Annapolis qui devait voir s'établir un État palestinien en 2008». (1)

 

   Décrivant l'entêtement israélien, M. Lefort nous décrit l'Etat Palestinien selon Netanyahu: «En mai dernier, Benyamin Netanyahu a réitéré aux États-Unis, devant le Congrès, les grandes lignes de son projet. Un programme qui se résume à une série de refus: refus des frontières de 1967, refus du démantèlement des colonies - pourtant illégales -, refus du gel de la construction d'implantations coloniales quelles qu'elles soient, refus du partage de Jérusalem et refus de la reconnaissance des droits des réfugiés palestiniens. Benyamin Netanyahu se déclare certes, favorable à la création d'un État palestinien, mais à la condition inacceptable de nommer «État» une suite de mini-enclaves privées de tout droit et de toute viabilité. (...) Après tant de décennies et soixante-quatre ans après le partage de la Palestine mandataire, l'État de Palestine indépendant et souverain dans ses frontières de 1967 et avec Jérusalem-Est pour capitale, ouvrant la voie à la mise en oeuvre pleine et entière de l'ensemble des droits du peuple palestinien, c'est aujourd'hui la seule façon de faire bouger les lignes et d'agir - agir enfin - pour que s'instaurent deux États vivant en paix et en sécurité, l'un à côté de l'autre. La paix par le droit suppose des actes. Que l'Union européenne se déclare solennellement prête à reconnaître l'État palestinien dans les frontières de 1967 en juillet puis en septembre prochain, c'est la seule voie vers la paix.(1)

 

  Aucun signal n'est venu de la part de l'Union européenne. L'Europe s'aligne et s'en tient au discours volte-face de Barack Obama. En effet, le président américain a prononcé, dimanche 22 mai, un discours très attendu devant l'Aipac, le principal lobby pro-israélien des Etats-Unis. Barack Obama a réitéré son soutien à la création d'un Etat palestinien reposant sur les frontières d'avant la guerre de 1967.

 

Devant l'Aipac, Obama - maintes fois applaudi - a toutefois donné des gages aux Israéliens et à leurs soutiens aux Etats-Unis. «Même si nous pouvons être en désaccord parfois, comme des amis peuvent l'être, les liens entre les Etats-Unis et Israël sont inaltérables, et l'engagement des Etats-Unis envers la sécurité d'Israël est inébranlable», a-t-il soutenu. Barack Obama a souligné que ces échanges aboutiraient à un tracé de frontières différent de celui issu du conflit de 1967. M. Obama a jugé que «des représentations fausses» avaient été faites de son opinion. La position du président «signifie que les parties elles-mêmes, les Israéliens et les Palestiniens, vont négocier une frontière différente de celle qui existait le 4 juin 1967», tenant compte des «nouvelles réalités démographiques sur le terrain et des besoins des deux parties».(2)

 

Voilà qui est limpide, c'est 1967 avec les faits accomplis par la suite. Pour rappel, chacun a en tête la kermesse des discussions de septembre 2010 qui ont avorté trois semaines après: Israël ayant déclaré qu'il ne freinerait pas l'extension des colonies, Obama déclare en décembre 2010 qu'il ne peut rien faire. De plus, l'administration Obama a bloqué la suite de l'enquête des Nations unies sur l'opération israélienne «Plomb durci».(3)


Que dit la résolution du 22 novembre 1967?

En substance, nous lisons: «Le Conseil de sécurité, exprimant l'inquiétude que continue de lui causer la grave situation au Proche-Orient, affirme que l'accomplissement des principes de la Charte exige l'instauration d'une paix juste et durable au Proche-Orient qui devrait comprendre l'application des deux principes suivants: i) Retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés au cours du récent conflit; ii) Fin de toute revendication ou de tout état de belligérance, respect et reconnaissance de la souveraineté, de l'intégrité territoriale et de l'indépendance politique de chaque État de la région et de son droit de vivre en paix à l'intérieur de frontières sûres et reconnues, à l'abri de menaces ou d'actes de violence.» L'interprétation française est de «tous les territoires», en anglais l'interprétation est différente. «Rappelons, écrit l'ambassadeur Zvi Tenney, que cette résolution 242 prévoit le retrait israélien from territories, autrement dit, de certains territoires occupés et non pas de tous les territoires occupés lors du conflit de 1967».(4)

La position d'Israël

Il faut savoir que le gouvernement israélien est contre, Benyamin Netanyahu admoneste Mahmoud Abbas et lui demande de choisir entre la paix avec Israël et la paix avec le Hamas.
La contribution de l'ambassadeur israélien à Paris est un modèle de rhétorique alambiquée où en définitive, on constate qu'Israël persiste et signe. Nous lisons: «Je vous promets qu'Israël ne sera pas le dernier pays à accueillir l'Etat palestinien à l'ONU. Il sera le premier.» Cette déclaration du Premier ministre israélien devant le Congrès américain en mai, quant à la reconnaissance d'un Etat palestinien issu de pourparlers, est une nouvelle preuve de l'engagement d'Israël pour la paix La question n'est donc pas celle du principe mais du chemin pour y parvenir. La question est plutôt de savoir à quoi cet Etat va ressembler».(5)

 

Yossi Gal poursuit: «La paix ne peut être que le fruit de négociations et de dialogue entre deux parties qui ont décidé de lier leurs destins et de construire l'avenir ensemble. Une action unilatérale viendrait également à l'encontre des principes définis par le Quartette. Nous avons, avec les Palestiniens, un objectif commun. Israël a fait le choix d'accepter le principe de deux Etats nations pour deux peuples. (...) Le fait que les Palestiniens aient décidé de mettre un terme à des années de négociations, réclamant le «droit au retour» de leurs réfugiés en Israël, ne peut que nous faire douter davantage de leur volonté réelle de reconnaître Israël en tant qu'Etat du peuple juif. Le droit au retour doit se faire, de la façon la plus logique, la plus sensée, dans les frontières de l'Etat palestinien nouvellement créé. Suivant la logique palestinienne, il y aurait donc un nouvel Etat palestinien indépendant mais avec des réfugiés qui viendraient s'installer dans cet «autre Etat», Israël? (...)»(5)

 

   L'ambassadeur oublie de signaler que les Palestiniens négocient depuis 20 ans pour rien, au contraire ce qui reste de la Palestine originelle devient graduellement et inexorablement une peau de chagrin (moins de 22%).


Un Etat palestinien pour quoi faire?

Pour rappel, la résolution 181 de l'Assemblée générale des Nations unies, votée le 29 novembre 1947, recommande le partage de la Palestine en un Etat juif, un Etat arabe et une zone «sous régime international particulier». 14.000 km², avec 558.000 Juifs et 405.000 Arabes pour l'Etat juif, 11.500 km², avec 804.000 Arabes et 10.000 Juifs pour l'Etat arabe, 106.000 Arabes et 100.000 Juifs pour la zone internationale qui comprend les Lieux Saints, Jérusalem et Bethléem. Entre les deux Etats devait s'installer une union économique, monétaire et douanière. La résolution ne sera jamais appliquée et six mois après son vote, le 15 mai 1948, débute la première guerre israélo-arabe, après cinq mois de guerre judéo-palestinienne.

 

On remarquera que dans l'Etat juif, 405.000 Arabes vivaient avant leur expulsion violente, ce qui est en contradiction avec l'obsession de Benyamin Netanyahu d'avoir un Etat des Juifs aseptisé des Arabes, en refusant le droit au retour à ces Arabes qui y ont été chassés presque en totalité. Si tel était le cas, les Arabes d'Israël n'ont plus vocation à rester dans un Etat juif, ils viendraient grossir les effectifs du bantoustan palestinien. Dans le même ordre du refus, le 25 mai 2011, le Forum juridique d'Israël et l'ambassadeur Alan Baker, ont adressé au secrétaire général de l'ONU Ban Ki moon une lettre dans laquelle ils font remonter la légitimité d'Israël dans ses frontières actuelles à une résolution de la Société des Nations en 1922 qui aurait décidé à l'unanimité, de la création d'un foyer national du peuple juif sur le lieu historique de la Terre d'Israël. Il s'ensuit que la résolution de la Société des Nations mentionnée ci-dessus reste valide, et que les 650.000 juifs résidants dans les zones de Judée, de Samarie et de Jérusalem-Est, y résident à titre légitime».(6)

 

 Comment écrit Daniel Vanhove, qui n'y croit pas: «Peut-on se réjouir» voire adhérer aujourd'hui à la reconnaissance prochaine de l'Etat croupion palestinien!? Cela me paraît invraisemblable. (...) Pour rappel: depuis la création de l'Etat israélien et ses détestables pratiques visant à repousser ses frontières sous de fallacieux prétextes idéologiques et sécuritaires, le dépeçage systématique du territoire palestinien par l'implantation de colonies est considéré comme un «crime de guerre» par la Cour pénale internationale. Et de la Palestine historique, il ne reste guère qu'environ 15% morcelés de son territoire, à l'image des bantoustans de l'Afrique du Sud de l'époque - sans parler du mouroir de Ghaza où s'entasse une population asphyxiée par l'un des pires blocus mis en place par l'occupant et régulièrement ciblée par sa machine de guerre. Dès lors, même si ce projet d'Etat stipule que c'est à l'intérieur des frontières de 1967, avaliser un Etat palestinien aujourd'hui, c'est: - sans le dire, participer à un déroulement de faits inacceptables; - entériner le Mur de séparation qui pénètre profondément en terres palestiniennes; - admettre une partie de la colonisation dont celle de Jérusalem-Est qui est une annexion de facto de la ville, pourtant décrétée capitale du futur Etat; - accepter que jamais les réfugiés ne pourront revenir chez eux, à savoir en terres conquises, comme le garantit pourtant la Résolution 194 des Nations unies adoptée le 11 décembre 1948 (...) il serait peut-être plus utile de se demander si la première chose à faire ne serait pas une remise à plat de ce sinistre dépeçage dont on mesure les funestes conséquences chaque jour depuis plus de 63 ans».(7)

 

Pour sa part et dans le même sillage de l'inutilité de la démarche, Fadwa Nassar écrit: «Nombreux sont les Palestiniens à se poser des questions, à propos de la signification de la bataille diplomatique engagée par l'Autorité palestinienne pour la reconnaissance par l'ONU de l'Etat palestinien indépendant. (...) Ensuite, l'idée même de proclamer «unilatéralement» un Etat palestinien indépendant est considérée par l'Etat sioniste et ses alliés comme un affront. Il va de soi que le recours de l'Autorité palestinienne à la proclamation «unilatérale» de l'indépendance de la Palestine, dans les instances de l'ONU, fait suite à l'échec de dix-huit années de négociations. (...) L'Etat palestinien «offert» par les puissances impérialistes, et perçu par les sionistes, n'est certainement pas le même que celui revendiqué par l'Autorité palestinienne, ni à plus forte raison, par le peuple palestinien. (...) Pour beaucoup de forces palestiniennes, il est nécessaire d'unifier les rangs palestiniens avant de se diriger à l'ONU, mais Mahmoud Abbas en a décidé autrement. (...) Tant que Mahmoud Abbas ne prend pas en compte les véritables facteurs qui lui permettent de mener cette bataille à l'ONU, la reconnaissance de l'Etat indépendant de Palestine, sur les 22% de la Palestine occupée, restera une reconnaissance sur le papier et ne pourra pas constituer un levier vers la libération de la Palestine et le retour des réfugiés. Reconnaissance, oui, mais pour quoi faire?(8)

 

D'anciens dirigeants européens, menés par Hubert Védrine, appellent les gouvernements de l'Union européenne à reconnaître l'Etat de Palestine en septembre. (...) On remarquera que dans ces appels, il n'est nulle part fait mention des frontières de 1967 et de l'application de la Résolution 242. En clair, on fait le minimum sachant qu'au fond, le problème restera entier.

On le voit, ce n'est pas gagné. Évidemment, une telle proclamation aurait avant tout valeur politique puisqu'elle ne mettrait pas fin à l'occupation israélienne. Les Etats-Unis seront amenés, à moins d'un miracle, à faire barrage par un veto dont on peut s'interroger, avec le temps et les mutations rapides du monde, sur sa pertinence. C'est pourtant une occasion unique de redonner justice à ce peuple palestinien qui n'a connu que la guerre depuis près d'un siècle et qui accepte de vivre sur moins de 20% de la Palestine originelle.

 

1. Jean-Claude Lefort:
http://www.lemonde.fr/idees/chronique/2011/07/14/reconnaissance-de-l-etat-palestinien-lettre-ouverte-a-mme-ashton_1548009_3232.html.12.07.11

2. Obama pour un Etat palestinien dans les frontières de 1967 LeMonde.fr 22.05.11

3. C.E.Chitour: Le rêve des peuples épris de justice: Un Etat palestinien. Lundi 2 mai 2011

4.  Dr Zvi Tenney: http://www.terredisrael.com/infos/?p=34379   28 avril 2011

5. Yossi Gal: Le Proche-Orient a besoin d'une paix sincère, Le Monde 27.07.11

6.  http://www.juif.org/le-mag/405,une-resolution-dans-les-frontieres-de-1967-seraitillegal.php

7.  Daniel Vanhove, http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=24640, le 5 mai 2011.

8. Fadwa Nassar, http://www.ism-france.org/analyses/Reconnaitre-l-Etat-palestinien-pour-faire-quoi--article-15906, le 4 août 2011.


Chems Eddine Chitour est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca.

11 aout 2011

 Articles de Chems Eddine Chitour publiés par Mondialisation.ca

 

Mondialisation.ca,


3-2 flottille-humanitaire-ou-de-solidarite-le-blocus-de-ghaza-continue/.

Pendant près de deux mois, la communauté internationale a été tenue en haleine à l’approche de l’anniversaire du carnage sur le Mavi Marmara le 31 mai 2010.

Pourrappel, une flottille humanitaire a eu pour ambition coupable de porter assistance aux Ghazaouis coincés dans une prison à ciel ouvert. Résultat des courses, une dizaine de morts, une enquête de l’ONU bâclée, la récompense par le gouvernement israélien avec ostentation du commando de tueurs et le black-out total. Un an après, le blocus est toujours là, on annonce des flottilles et on se prend à rêver qu’elles puissent atteindre les côtes de Ghaza pour y apporter une aide symbolique et de la compassion en témoignant sur l’atrocité de la situation actuelle.

La solidarité par les flottilles

« Le siège inhumain de Ghaza a commencé avec la prise de pouvoir par le Hamas de la bande de Ghaza. Rappelons que le Hamas a été élu démocratiquement – de l’avis de tous les observateurs internationaux dont le président Carter -par les Ghazaouis. Pour l’avoir élu, les Ghazaouis sont mis au ban, le Hamas diabolisé par les pays occidentaux et Israël n’a fait que mettre en musique cette sanction en décrétant un blocus inhumain. « Depuis les bateaux Free Ghaza arrivés en 2008, écrit Eva Barlett, le mouvement qui amène des bateaux à Ghaza s’est développé de manière exponentielle. Free Ghaza a réussi à rentrer cinq fois dans le port de Ghaza et quatre autres expéditions ont été violemment contrecarrées par la marine israélienne. L’expédition maritime de 2008 a été interrompue par un navire de guerre israélien qui a arraisonné un bateau de Free Ghaza transportant du matériel médical, des militants non violents, des chirurgiens et des journalistes. La tentative de 2009 a avorté quand les soldats israéliens sont montés à l’abordage. En juin 2009, un autre bateau a été stoppé par la marine israélienne et ses passagers ont été kidnappés et déportés. Israël bloque le passage des bateaux qui veulent rentrer et sortir de Ghaza sous le prétexte de la sécurité pour soi-disant empêcher que des armes de contrebande n’entrent à Ghaza. Loin de défaire le mouvement des bateaux vers Ghaza, les agressions d’Israël ont eu l’effet inverse.

Des bateaux en provenance de Libye, de Malaisie et un bateau transportant des militants juifs ont fait route sur Ghaza et ont été bloqués par des navires de guerre israéliens avant d’arriver à la bande de Gaza. En mai 2010, Free Gaza, soutenu par l’organisation humanitaire turque IHH, a envoyé à nouveau des bateaux et des militants vers la bande de Ghaza assiégée, cette fois accompagnés par le grand bateau turc le Mavi Marmara. (…) Tout de suite après le massacre de l’année dernière, les autorités égyptiennes ont ouvert partiellement le passage de Rafah. Le siège de Ghaza a un impact sur l’eau potable (95% de l’eau de Ghaza a une qualité inférieure aux normes de l’Organisation mondiale de la santé), le système sanitaire (les eaux usées sont pompées quotidiennement dans la mer par manque de capacité de stockage), et les secteurs de l’agriculture et de la pèche (les soldats israéliens tirent tous les jours sur les pêcheurs et les fermiers). »(1)

Le blocus absolument illégal de Ghaza est considéré par le Conseil de sécurité des Nations unies comme « insoutenable et injustifiable punition collective imposée aux Ghazaouis. Pourtant et curieusement l’ONU donne raison à Israël, Eva Barlette écrit : « Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a suggéré que les nations empêchent leurs citoyens de prendre la mer en disant que les gouvernements devraient « utiliser leur influence pour décourager de telles flottilles qui peuvent engendrer une escalade de la violence ».(…) »(1)

« Pis encore, Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a appelé les gouvernements des pays de la Méditerranée à tout faire pour empêcher l’envoi d’une flottille pour Ghaza, expliquant que ces bateaux n’ont aucun intérêt humanitaire et ajoutant que pour envoyer de l’aide, il est possible de le faire à travers la route égyptienne ou les ports israéliens. Ban Ki-moon se dit particulièrement préoccupé par l’envoi d’une nouvelle flottille dans la mesure où la communauté internationale considère que ces activistes mènent une « action militaire contre Israël » (organiser quelque chose pour violer un blocus est « militaire »). »(2)

On remarquera que Ban Ki-moon n’a fait qu’obéir aux « ordres » à la fois des Etats-Unis et d’Israël, il ne propose pas de solution pour lever le blocus de Ghaza ! Même son de cloche de la part du Quartette – analogue à un groupe musical qui joue une partition, : le requiem de la cause palestinienne. Avec tout cela on nous dit qu’il n’y a pas de crise humanitaire. Laurent Zecchini écrit : « Les organisateurs de la nouvelle flottille pour Ghaza, dont le départ des ports grecs est désormais sérieusement compromis en raison du refus des autorités d’Athènes de la laisser appareiller. La dernière manifestation du succès remporté par cette offensive diplomatique israélienne est la déclaration publiée, samedi 2 juillet, par le Quartette pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Union européenne, Nations unies et Russie), qui demande « à tous les gouvernements concernés d’user de leur influence pour dissuader toute nouvelle flottille, qui met en péril la sécurité des participants et fait peser la menace d’une escalade ». (…) Sur le plan régional, Israël a obtenu une victoire tactique significative en convainquant la Grèce, Chypre et la Turquie de refuser toute aide logistique à la flottille. »(3)

La situation à Ghaza et la politique de fuite en avant d’Israël

Laurent Zecchni poursuit en rapportant l’ambivalence du discours sans, toutefois, le critiquer : « « Ehud Barak(ministre israélien de la Défense) n’a pas tort de dire qu’il n’y a pas de crise humanitaire à Ghaza », résume, à Jérusalem, un haut responsable européen, « les gens ne meurent pas de faim dans les rues, mais tous les indicateurs, l’éducation, la pauvreté, le chômage, l’accès à l’eau, montrent une évolution négative ». Plus de 70% des quelque 1,5 million de Ghazaouis reçoivent une aide humanitaire internationale, et le taux de chômage, officiellement estimé à 30,7%, atteint en réalité 45,2% (l’un des taux les plus élevés du monde), selon l’Unwra, Depuis que le blocus de Ghaza a été imposé par Israël, le nombre de gens vivant dans une extrême pauvreté (avec 1,5 dollar par jour), a triplé, pour atteindre 300.000 personnes. Celle-ci, insiste Gisha, « a été accrue par des années de blocus et de restrictions de mouvements ». Selon le Programme alimentaire mondial (PAM), l’allégement du blocus n’a eu qu’un « impact positif marginal ». Ghaza reste, d’autre part, un territoire étranglé : Vers le sud, le blocus de Ghaza n’a été que partiellement allégé : l’Egypte a annoncé, le 28 mai, l’ouverture du point de passage de Rafah. Mais celui-ci est exclusivement réservé aux mouvements de personnes et ces derniers restent limités. »(3)

Dans le même ordre, après le massacre opéré sur la flottille humanitaire l’an dernier, il faut garder en tête le fait qu’en l’espace des six derniers mois, 700 personnes (Palestiniennes, cela va de soi…) ont fait l’objet de déplacement forcé et 600 structures civiles (immeubles d’habitation, structures sanitaires, citernes d’eau,etc.) ont été détruites. Les expropriations et la construction de colonies en Cisjordanie ne font que se poursuivre ; les violences émanant de colons et des IDF (Israeli Défense Forces) est bien réelle (y compris à l’encontre d’enfants lorsque ceux-ci sont sur le chemin de l’école) ; les restrictions aux libertés d’associations et d’expression font rage ; la liberté de circulation quant a elle, est à l’agonie (check-points où on peut être retenue des heures pour des motifs fallacieux d’y voir des personnes âgées ou handicapées y faire preuve de patience dans la peine et des soldats de 20 ans aboyer sur des individus trois fois leurs aînés. Pendant ce temps, sur les autoroutes passent à grande vitesse des familles israéliennes les cheveux au vent et riant à gorge déployée.

Une tentative bloquée par l’Europe sur ordre d’Israël

« D’autre part, Israël présenté comme un îlot de démocratie dans un océan moyen-oriental d’arriération fait de la discrimination dans sa politique envers les Palestiniens. L’Etat d’Israël dépense 5 fois plus d’argent pour un écolier juif qu’un écolier arabe, la discrimination à l’embauche et la ségrégation grandissante en matière d’habitat. On dit qu’en 2010, la ségrégation en Israël entre Arabes et Juifs est presque totale : sous le couvert du nom faussement banal. La Knesset a finalisé un projet de loi destiné à contourner les décisions antérieures de la Haute Cour de Justice. Il ne sera pas possible de le décrire autrement que comme une loi d’apartheid. Le projet de loi permettrait dans les petites banlieues rurales de rejeter les demandes de familles arabes qui « sont incompatibles avec le tissu socio-culturel de la communauté. S’il devient loi, l’amendement donnera aux comités des villages communautaires le pouvoir de limiter la résidence dans leurs villes exclusivement aux Juifs. »(4)

L’opération « flottille » n’a pu être concrétisée du fait de l’aide de toutes les compagnies aériennes européennes qui ont reçu des listes d’Israël pour ne pas laisser embarquer des militants de la cause palestinienne. La flottille pour Ghaza n’a pas dépassé les ports grecs, les pro-palestiniens de l’opération « Bienvenue en Palestine » iront-ils plus loin que les passerelles de l’aéroport Ben Gourion de Lod ? Les autorités israéliennes sont déjà sur le pied de guerre et des militants ont été refoulés à l’embarquement de Roissy-Charles-de-Gaulle jeudi après-midi. Une liste noire de 329 ou de 342 militants jugés indésirables aurait été communiquée aux compagnies aériennes desservant Israël. Selon le Haaretz, un poste de commandement militaire devait ouvrir dans la soirée de jeudi à Ben Gourion. Avec en perspective une bataille d’images à livrer. Trente-six militants pro-palestiniens venus d’Europe et interdits d’entrée en Israël, ont été expulsés dimanche 10 juillet. 82 étaient toujours détenus dans l’attente de leur expulsion. Israël est parvenu à bloquer depuis jeudi la venue de centaines de militants qui voulaient débarquer à l’aéroport de Tel-Aviv pour se rendre en Cisjordanie occupée, soit à leur arrivée, soit en amont en dissuadant des compagnies aériennes de les embarquer »(5).

Ghaza refuse la charité du gouvernement grec

La lettre qui suit a été adressée au gouvernement grec, le 12 juillet 2011, pour lui dire clairement que la population de Ghaza ne veut pas la charité mais la liberté et le respect de ses droits humains, dont le droit à mener une vie digne. Sourd semble-t-il à sa position, un porte-parole du ministère grec des Affaires étrangères, M. Delavekouras, a réitéré « l’offre généreuse » de son gouvernement de livrer une quantité limitée d’aide humanitaire à la population de Ghaza, au lieu de l’aider à recouvrer la liberté à laquelle elle a droit.

« Nous, membres de la société civile palestinienne à Ghaza, avons observé les actions entreprises par votre gouvernement pour empêcher la Flottille de la Liberté 2 de naviguer vers la plus grande prison à ciel ouvert – la Bande de Ghaza – pour défier le blocus criminel d’Israël, qui nous prive de choses que la plupart des gens considèrent comme acquises, et d’abord et avant tout, notre liberté de mouvement. Nous sommes dans l’impossibilité de bénéficier de soins de santé adéquats ou de débouchés d’enseignement parce que nous ne pouvons pas voyager librement. Nous sommes coupés de nos familles dans les autres parties du territoire occupé et à l’étranger, et nous ne sommes pas autorisés à inviter des gens à venir nous voir à Ghaza. Et maintenant, vous avez étendu cette restriction aux gens dont la principale mission est de se tenir en solidarité avec nous. La population de Ghaza n’a besoin d’aide humanitaire que parce que nous ne pouvons pas bâtir notre économie. Nous ne sommes pas autorisés à importer des matières premières ou à exporter ; nos pêcheurs et nos fermiers sont la cible de tirs lorsqu’ils essaient de pêcher et de cultiver leur terre. A cause de la politique israélienne délibérée, 80% de notre population dépend de l’aide alimentaire, nos infrastructures sont en ruine et nos enfants ne peuvent imaginer un jour où ils connaîtront la liberté. »(6)

« Votre proposition de livrer la cargaison de la Flottille de la Liberté implique la notion que l’aide humanitaire résoudra nos problèmes et c’est une tentative médiocre de masquer votre complicité dans le blocus israélien. Les organisateurs et les participants de la Flottille de la Liberté reconnaissent que notre situation désespérée n’est pas une question d’aide humanitaire ; c’est une question de droits de l’homme. Ils emmènent avec eux quelque chose de plus important que l’aide ; ils emmènent l’espoir, l’amour, la solidarité et le respect. Bien qu’il soit évident que vous avez subi d’énormes pressions politiques pour vous soumettre à la volonté du régime israélien, de collaborer avec Israël pour violer le droit international et légitimer le siège, nous refusons d’accepter vos miettes. Nous avons soif de liberté, de dignité et de la capacité à faire des choix dans nos vies quotidiennes. Nous vous exhortons à reconsidérer immédiatement votre décision et à laisser partir la Flottille de la Liberté (…) défiant ainsi le blocus illégal israélien de la Bande de Ghaza et l’occupation illégale de la terre palestinienne. »(6)

Beau plaidoyer en vérité qui n’a pas convaincu… Si ce n’est pas une crise humanitaire ? Quelle est la solution ? Que font les pays occidentaux pour lever le blocus ? Israël continuera-t-il à imposer le fait accompli ? Chaque nouvelle bravade par de nouvelles constructions constitue un précédent irréversible. Que le Quartette avoue il y a quelques jours son impuissance n’augure rien de bon ! Les Palestiniens veulent leur Etat dans les frontières de 1967. Israël n’en veut pas ! Israël va-t-il rester dans sa tour d’ivoire et son bunker mental ! L’Heure de la raison et des concessions a sonné. Le calvaire de près d’un siècle du peuple de Palestine doit cesser. C’est une exigence morale. A quand un président ou une autorité disposant d’un magister moral capable de dire à la face du monde , à l’instar de John Fidgerald Kennedy au plus fort du blocus de Berlin avec son célèbre « Ich bin ein Berliner ! » , « Ich bin ein Ghazoui ! »

Professeur Chems Eddine Chitour

1.Eva Bartlett. Invincibles, les flottilles de la liberté se multiplient http://www.ipsnews.net/news.asp?idn…, Le 9 juin 2011
2.Jeremiah Albert – JSSNews
3.Pas de « crise humanitaire » à Ghaza, mais un blocus persistant et destructeur. Le Monde 06.07.11
4.Amnon Be’eri-Sulitzeanu. La ségrégation des Juifs et des Arabes d’Israël en 2010 est presque absolue. Ha’aretz 29/10/10
5.http://www.lemonde.fr/proche-orient…
6.http://www.alterinfo.net/Gaza-refus… grec_a61175.html ?preaction=nl&id=2634765&idnl=93642&

juillet 20th

http://www.inversalis-productions.eu/blog/2011/07/flottille-humanitaire-ou-de-solidarite-le-blocus-de-ghaza-continue/


Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières,les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

" Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  - Article 19


Les commentaires sont fermés.