Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/03/2009

n°425 - Les Dossiers d'Irak - 20-03- Fin- : Todenhöfer «J’ai honte de l’indifférence occidentale face à la tragédie irakienne».


n°425 - Les Dossiers d'Irak - 20-03- Fin - : Todenhöfer  «J’ai honte de l’indifférence occidentale face à la tragédie irakienne».



Les Dossiers d'Irak

N° 425                                                          20/03/09

C.De Broeder & M.Lemaire



NB : Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire :  fin

.Annexe

6-1 Ernst Bloch : Les épures d’un monde meilleur.

6-2 Conflits et guerres actuelles.

6-3 Sarah Palin et Hillary Clinton deviennent des super héroïnes.


 

 


Lire la suite

20/03/2009

n°424 - Journal d'Irak- 12-03 au 20-03 2009 – Début - : 6 ans d'occupation et de destruction.


n°424 - Journal d'Irak-  12-03  au 20-03 2009 – Début - : 6 ans d'occupation et de destruction.


 Aujourd'hui, face aux ambitions hégémoniques de l'impérialisme, l'information est une arme au service de la paix. Sa diffusion est un acte de résistance.



Journal d'Irak

n°424                 du 12/03                   au 20/03/09

C.De Broeder & M.Lemaire



Suite de 'La résistance irakienne  répond à Obama' – pièce jointe : fa032881@skynet.be

Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire :

Tiré à part : 

Ce 20 mars, on commémore le triste anniversaire de la guerre et de l’occupation de l’Irak.

L’Irak à la veille du sixième anniversaire de l’invasion américano-britannique !

Paroles & action du bientôt président...

La politique étrangère de Washington reste impérialiste.

6 ans après l’invasion américano-britannique de mars 2003.

Dommages Collatéraux... le Pentagone prolonge.

16-03 Une jeune Irakienne de 12 ans a été tuée.

Lutte pour la libération du territoire

La résistance contre l'agresseur

Résistance :

1 Analyse

Des résistants

Suite 1

2 Occupation de l'Irak

3 Politique

1) collaborateurs Irakiens

2) occupants 

4 Libération du territoire

Détails.

L'Irak en chiffre. 

Fin

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 La langue de bois en faveur de la propagande de guerre américaine n’est plus de mise.

5-2 URANIUM DE GUERRE = la fin d'un monde.

6 Les brèves

6-1 Robert Fisk : Dehors les nouveaux croisés !

6-2 Un vote pour l’unité de l’Irak.

6-3 L’Irak pas encore prêt à assurer seul sa propre occupation.

6-4 Les femmes irakiennes plus que jamais oppressées.

7 Dossier & Point de vue

Ndlr : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information.

6 ans d'occupation et de destruction.

7-1 il y a un an…5 ans, le bilan : un désastre total et une guerre perdue

7-2 Maintenant : Six ans de guerre et un avenir incertain.

7-3 Leur dépression en cours.

8 Annexe

 



NON A LA GUERRE IMPERIALISTE !

Pour masquer la crise économique qui est le produit  du capitalisme brutal et débridé qu’il a voulu étendre au monde entier, L’OCCIDENT, conduit par l’Etat le plus armé et le plus endetté de la planète, prépare la guerre généralisée avec son bras armé, l’OTAN


Tiré à part : 

Ce 20 mars, on commémore le triste anniversaire de la guerre et de l’occupation de l’Irak.
Ce vendredi 20 mars marque le 6e anniversaire de l'invasion américaine en Irak.

Six longues années ont passé depuis l'annonce de l'agression et les actions préméditées sur le territoire irakien.
Un peuple qui subit, tiraillé entre invasion, occupation et résistance.

Là où certaines questions demeurent encore sans réponses, les dossier de ce journal axées sur la nation irakienne vous plongent dans le quotidien d'un peuple, animé par le choix de vivre libre et pas tiraillé entre occupation et résistance.


L’Irak à la veille du sixième anniversaire de l’invasion américano-britannique !

Des flots de sang, un million de morts, 5 millions d’orphelins, 4 millions de déplacés et de réfugiés, 3 millions de veuves et 25 millions de mines :

Les américains et leurs alliés ont envahi le pays de la Mésopotamie sous le prétexte fallacieux de le libérer de la dictature et de le transformer en une oasis de prospérité.

Et voilà le résultat cinq ans après l’opération de libération de l’Irak : un million de morts irakiens, quatre millions d’émigrés et de déplacés qui ont dû quitter leurs maisons détruites par les explosions qui n’en finissent pas, cinq millions d’orphelins ayant perdu les leurs, trois millions de veuves, un chômage au taux dépassant les 50%, en plus des vingt cinq millions de mines représentant le quart des mines qui infestent la surface du globe.
Ainsi, après cinq ans d’occupation, les destructions, les meurtres et l’absence de sécurité constituent toujours le lot quotidien des irakiens.

Les pertes humaines irakiennes avoisinent le million de personnes selon les sources les plus sérieuses, même si d’autres sources les minimisent sans aucun fondement statistique.
Ainsi, le dernier rapport publié par l’organisation Britannique «Iraq Body Count : www.iraqbodycount.org/database/ », estime que ce chiffre ne dépasserait pas les 100.000 morts depuis le début de la guerre, dont 12.000 policiers et militaires irakiens.

Ce chiffre ne convainc personne, pas même les sources américaines qui estiment que le chiffre des pertes irakiennes dépasserait le million d’âmes.
Un communiqué de l’agence de presse allemande, DPA, rappelle que « cinq après l’occupation de leur pays et les malheurs indélébiles qu’ils ont subis durant de longues années de violences inouïes après la chute du régime de Saddam Hussein, les irakiens n’ont d’autre souci que d’assurer leur propre sécurité ». Ajoutant que « les données actuelles sur le terrain, avec leur lot de conflits politiciens, sont de nature à faire perdurer cette tendance ».
Les irakiens qui n’ont pas quitté leurs foyers et se trouvent confrontés en permanence au spectre de la mort et de la violence, n’hésitent plus à parler de leurs conditions de sécurité. Ainsi cette jeune femme irakienne rappelle avec une profonde tristesse, le sort qui a été fait à son mari « qui a échappé à la mort par les américains mais qui a perdu la vie dans une attaque d’éléments armés, tout de suite après. Elle déclare que le souvenir de la chute de Saddam Hussein n’a aucun sens pour elle « parce qu’elle vit toujours depuis l’occupation, une profonde angoisse suite à l’absence de sécurité ».
La violence permanente a fini par faire désespérer les irakiens que leur pays se transforme en quelque chose de différent, après que le régime de Saddam ait échoué au bout de trente cinq ans de pouvoir à faire de l’Irak un Etat doté d’institutions démocratiques. Et les irakiens estiment que leur situation n’est pas meilleure après l’occupation.
Et la même jeune femme d’ajouter « les américains ont fait de notre pays un champ de bataille pour la liquidation d’Al Quaida sans se soucier de notre sécurité, de nos intérêts et de notre souveraineté, si bien que nous nous sommes transformés en victimes des stratégies des deux belligérants. La pire conséquence de l’occupation américaine a été cette violence interconfessionnelle qui aurait pu se transformer en guerre civile par suite de l’échec des américains et des nouveaux dirigeants irakiens à lutter efficacement contre les origines de la violence ».
Le plus dur commentaire sur ces cinq années d’occupation a été celui d’un chroniqueur français à l’AFP : « après cinq années d’occupation américaine, devrant conduire normalement à l’émergence d’un Etat moderne en Irak, les conflits ethniques et confessionnels continuent à dominer, au risque de conduire, selon certains observateurs, au démantèlement de ce pays stratégique aux confins du monde arabe, de l’Iran et de la Turquie.
Des orphelins et des mines :

L’une des conséquences de « la libération de l’Irak », que relève les organisations humanitaires, est la montée astronomique du nombre des orphelins à près de 5 millions ce qui a conduit des délégations arabes et étrangères à s’enquérir de la réalité auprès du ministère des affaires sociales. Le ministère ne s’est pas contenté des les éconduire mais a empêché leur porte parole, Hussein Echikhli de pénétrer dans le ministère.
Pour sa part, le journaliste britannique, Robert Fisk, écrit dans The Independent que « il est devenu tellement facilement de faire des orphelins en Irak dont on ne peut atténuer les souffrances et encore moins secourir, et c’est souvent le fait d’un attentat suicide dans un marché bondé de monde ou d’un aviateur américain qui bombarde une maison par erreur, dans un village par erreur. Fisk ajoute à ces deux catégories de fabricants d’orphelins, une autre catégorie « celle des mercenaires occidentaux ». Ainsi il est arrivé à l’un d’entre eux a tiré plus de 40 balles sur une femme, mère de 3 fillettes.
La victime est une veuve irakienne de 48 ans, criblée de balles par des mercenaires d’une « société de sécurité privée australienne », quand sa voiture s’est approchée d’un engin militaire américain. Les trois orphelines sont parties par la suite en Jordanie pour y obtenir des visas de l’ambassade Britannique afin de rejoindre leur oncle qui habitait l’Irlande du nord. Elles ont été refoulées par les autorités jordaniennes malgré l’insistance de leur oncle à les rencontrer.

Des champs semés de mort :
Les mines aussi sèment la mort. La ministre irakienne de l’environnement, Nermine Othman, a révélé que les mines qui infectent le territoire irakien, de Zakho au nord à Basra au sud, représentent le ¼ de l’ensemble des mines dans le monde, sans compter les obus et les munitions qui n’ont pas éclaté.
La ministre s’est engagée à réunir les études et les informations relatives au déminage du territoire, en accord avec les Nations Unies et les ministères du transport et de l’électricité et de procéder à des études de terrain avant d’engager des travaux de déminage en accord avec des entreprises internationales spécialisées. Ajoutant que la pose d’une mine ne coûte pas plus de 5 dollars, mais que sa destruction coûterait plus de 300 $, sans compter les risques de blessures ou de mort qui l’accompagnent.
Les émigrés et les chômeurs.
L’invasion américano-britannique a eu pour autre conséquence l’émigration de plus de quatre millions d’irakiens hors de leur pays. A la fin de 2007, l’agence des nations unies pour les réfugiés a estimé que plus de 50.000 irakiens quittaient l’Irak chaque semaine par suite des explosions, des attentats et des massacres. Le plus grand nombre de ces émigrés se trouve en Syrie, plus de 1,5 million, en Jordanie, plus de 750. 000 et enfin en Egypte, plus de 100.000. .
Les organisations humanitaires considèrent que la tragédie des émigrés irakiens est la plus grave parmi celles qui bouleversent le monde. La communauté internationale pour sa part s’est focalisé sur les bouleversements internes en Irak et quelque peu négligé les aspects humanitaires notamment à propos des millions d’émigrés et des déplacés qui vivent dans des conditions très précaires et même de dénuement total dans les pays d’exil : absence de structures scolaires et de santé.
Le journal The Guardian a publié un rapport sur une page entière sur l’Irak et ses millions de réfugiés et rappelé que les Etats-Unis n’en a accepté sur leur sol que quelques centaines. Il a fallu à ces chanceux, dont tous ont une grande maîtrise de l’Anglais et avaient servi comme traducteurs dans les troupes américaines, d’avoir de solides amitiés pour obtenir un visa et le droit de vivre en sécurité dans ce pays. En fait ce droit a été obtenu essentiellement pour service rendu.
Les conditions de vie sous l’occupation américaine peuvent être résumées dans ces quelques chiffres : le taux de chômage dans un pays qui compte plus de 26 millions d’habitants varie entre 25 et 50%, l’eau et l’électricité sont coupées régulièrement et nombre de quartiers de Bagdad en sont privés totalement, les services de santé et de l’éducation sont en panne et on n’enregistre nulle part des travaux de reconstruction, signe d’une reprise économique.
L’Irak se trouve toujours au milieu du gué au bout de 5 ans d’occupation américaine. Le citoyen irakien est privé de sécurité pour lui-même et les siens et surtout, comme le déclare l’un d’entre eux à l’agence de presse allemande « l’Irak manque de leaders politiques forts, capables d’aimer leur pays et son peuple et des les servir. Il n’a jusqu’ici que des politiciens véreux qui courent derrière les postes et les charges, détournent l’argent public par tous les moyens », mais en contrepartie, « les irakiens ont démontré qu’ils étaient plus unis que jamais et qu’ils aimaient leur pays bien davantage que leurs leaders qui donnent le plus mauvais exemple dans la défense de leur pays. Ceux-ci ont failli et il est temps qu’ils déguerpissent » ! 
Al Malaf

Traduit de l’arabe par Ahmed Manai : [www.tunisitri.net/]url:www.tunisitri.net/

Mardi 10 Mars 2009

tunisielibre@yahoo.fr

http://www.iraqirabita.org/index3.php?do=article&id=13121/

http://www.alterinfo.net:80/L-Irak-a-la-veille-du-sixieme-anniversaire-de-l-invasion-americano-britannique-!_a30559.html


Lire la suite

n°424 - Journal d'Irak- 12-03 au 20-03 2009 – Suite 1- : 6 ans d'occupation et de destruction.


n°424 - Journal d'Irak-  12-03  au 20-03 2009 – Suite 1- : 6 ans d'occupation et de destruction.



Journal d'Irak

n°424                 du 12/03                   au 20/03/09

C.De Broeder & M.Lemaire




Sommaire :

Lutte pour la libération du territoire

2 Occupation de l'Irak

3 Politique

1) collaborateurs Irakiens

2) occupants 

4 Libération du territoire

Détails.

L'Irak en chiffre. 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 La langue de bois en faveur de la propagande de guerre américaine n’est plus de mise.

5-2 URANIUM DE GUERRE = la fin d'un monde.

6 Les brèves

6-1 Robert Fisk : Dehors les nouveaux croisés !

6-2 Un vote pour l’unité de l’Irak.

6-3 L’Irak pas encore prêt à assurer seul sa propre occupation.

6-4 Les femmes irakiennes plus que jamais oppressées.

7 Dossier & Point de vue

Ndlr : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information.

6 ans d'occupation et de destruction.

7-1 il y a un an…5 ans, le bilan : un désastre total et une guerre perdue

7-2 Maintenant : Six ans de guerre et un avenir incertain.

7-3 Leur dépression en cours.

8 Annexe

 


2 Occupation de l'Irak

a) Etats-Unis

18-03

Dans un communiqué publié aujourd’hui, l’armée US précise le plan de retrait : “Deux équipes de brigade de combat qui devaient être redéployées dans les six prochains mois, ainsi que les forces d’assistance logistique, d’ingéniérie et du renseignement ne seront pas remplacées”. Ce passage de 14 à 12 brigades de combat réduira d’environ 12.000 hommes le contingent militaire en Irak, où se trouvent actuellement environ 140.000 soldats américains, ont précisé des responsables. Une brigade de combat compte 4.000 à 5.000 hommes. Selon le général David Perkins, porte-parole des forces américaines en Irak, 4.000 soldats britanniques devraient également quitter le pays d’ici six mois.

La semaine dernière, Barack Obama a dévoilé un calendrier de retrait des troupes combattantes s’étalant jusqu’à 31 août 2010. Ce plan prévoit le maintien de 35.000 à 50.000 soldats chargés d’aider et entraîner les forces de sécurité irakiennes.

L’ensemble des troupes US devront avoir quitté l’Irak au 31 décembre 2011.

http://www.franceinfo.fr/spip.php?article262687&theme=14&sous_theme=19

  

Les troupes US mèneront encore des opérations de combat après leur retrait des villes.
Les troupes US présentes en Irak continueront de mener de opérations de combat après leur retrait de Bagdad et des autres grandes villes du pays, en vertu de l’accord de sécurité irako-américain, a annoncé dimanche un porte-parole militaire américain.
Il n’y aura "aucune cessation des opérations de combat" après le 30 juin, date-limite pour le redéploiement des forces américaines hors des villes, a assuré le général Frederick Rudesheim devant la presse à Bagdad.
Selon lui, le redéploiement en périphérie de Bagdad permettra empêcher lesrésistants d’utiliser des bases en zones rurales pour se livrer à une guérilla urbaine.
Le porte-parole a ajouté que des équipes militaires de transition resteraient dans les grands centres urbains pour participer également à la formation des forces de sécurité irakiennes.

aL -oUFOK

http://www.aloufok.net/spip.php?article294



3) Politique

a) Les collaborateurs Irakiens

Maliki

el-Maliki estimé que les attaques meurtrières récentes à Bagdad sont un "accident" après une accalmie….

"C'était certainement un accident par rapport à une bonne période de calme en Irak", car "Al-Qaïda, les extrémistes et les terroristes ont perdu leurs capacités d'affronter et contester les forces de sécurité en Irak", "Nous sommes décidés à faire de notre mieux pour stabiliser la situation dans le pays". a expliqué le el-Maliki

Deux attaques cette semaine ont causé la mort d'au moins 63 collaborateurs, soldats et policiers alors que Barack Obama et ses alliés dont l'Australie prévoient de retirer leurs soldats.

Nouri el-Maliki. " La situation s'améliore quotidiennement."Quant au retrait des troupes d’occupations, je pense que les Irakiens seront capables de prendre la situation en main", a-t-il ajouté.

Annexe : Les 2 attaques

1) 08-03

Une attaque kamikaze a fait au moins 28 morts et 58 blessés dimanche devant une école de police du centre de Bagdad, selon un nouveau bilan annoncé par la police.

Le kamikaze a déclenché ses explosifs devant l'entrée située à l'arrière de la principale école de police de la capitale irakienne, où s'étaient rassemblées de nombreuses recrues, a précisé la police.

Les forces irakiennes police et armée, ainsi que les collaborateurs qui ont participé à la lutte contre Al-Qaïda, sont la cible privilégiée de la résistance Irakienne.

Reuters

(Source AFP)

http://www.liberation.fr/

2) 10-03

Une attaque Kamikaze visant des chefs militaires et politiques réunis à Abou Ghraib (l’ouest de Bagdad) à l’occasion d’une conférence de réconciliation tue au moins 33 personnes, dont un responsable de l’armée, et 46 blessées. Le bilan des victimes est provisoire.

Différentes sources, dont l’agence Reuters, évoquent la présence parmi les victimes de 2 journalistes,

AFP  & Le Temps avec les agences

12/3

AP


b) Confection d'un gouvernement fantoche

Elections régionales : l’envers du décor

Pour la presse, le grand vainqueur du scrutin régional du 31 janvier est Nouri al-Maliki.

En réalité, les Irakiens n’ont pas vraiment eu le choix.
Pour les médias internationaux, Nouri al-Maliki et la coalition formée par son parti al-Dawa sont, avec 38% des suffrages à Bagdad, les grands vainqueurs des élections régionales. Mais, sur le terrain, ses candidats savent que leur pouvoir ne tient qu’à un fil ténu, car 50% des électeurs inscrits se sont abstenus ou n’ont pas pu voter. En outre, deux millions d’Irakiens réfugiés en Syrie et en Jordanie, et la résistance intérieure, les exècrent et leur dénient toute légitimité. De plus, la Région autonome du Kurdistan n’a pas participé au scrutin, Massoud Barzani ayant reporté les régionales à une hypothétique solution de la question de Kirkouk. Les résultats définitifs qui seront annoncés dans plusieurs semaines, après d’ultimes marchandages, sont donc à relativiser et à interpréter.
Gilles Munier 

50% de votants… mais
Le vote nationaliste et sécuritaire aurait été encore plus significatif si tous les électeurs avaient pu voter. A al-Adhamiya, quartier de Bagdad à majorité sunnite, la plupart des Irakiens s’appelant Omar ou Othman – prénoms des califes haïs des chiites militants – avaient été rayés des listes électorales ! Un peu partout en Irak, les personnes soupçonnées d’être des opposants ou d’appartenir à un parti concurrent, ont été inscrites dans des bureaux de vote éloignés de leur domicile. L’interdiction de circuler en voiture, pour des raisons de sécurité, les a empêchés pour la plupart de mettre leur bulletin dans une urne.
Dans le sud, les partisans de Moqtada Sadr se sont plaints que des urnes aient été exclues du décompte des voix dans des quartiers leur étant acquis, tandis qu’à al-Anbar les chefs de tribu se disaient prêts à prendre les armes si on prenait en compte le vote des faux électeurs du Parti islamique irakien.
Dans la plaine de Ninive et le Djebel Sindjar, la victoire d’al-Hadba a été rognée par l’impossibilité faite à de nombreux Assyro-chaldéens, Turcomans, Shabaks et Yézidis de voter normalement ou de se rendre dans leur bureau de vote. Responsables : l’Asayish – terrifiant service secret kurde – et les Peshmergas de Barzani qui menaçaient la population pour qu’elle vote pour la liste Ishtar, favorable à l’annexion du nord de Mossoul dans la Région autonome du Kurdistan. Résultat : 25% des suffrages, c'est-à-dire pratiquement les seuls électeurs kurdes. Quand elles l’ont pu, les minorités ont préféré s’abstenir. A Hamdaniya, 20 000 électeurs assyro-chaldéens, soit 70% de l’électorat local – n’ont pas voté. En pays turcoman, le Front turkmène avec 2,5% des voix dépasse néanmoins le CSII d’al-Hakim, réduit à 1,9%. A Tuz Khurmatou, ville turcomane située près de Kirkouk, des éléments d’un bataillon
kurde avaient été placés à 200 mètres des bureaux de vote pour intimider la population.
Gilles Munier (Afrique Asie – mars 2009)
http://www.afrique-asie.fr/article.php?article=639

 

Prochain round : renverser Nouri al-Maliki ?
En Irak, les conseils régionaux ont en charge les forces de sécurité, nomment les gouverneurs et un certain nombre de fonctionnaires. Leur pouvoir est limité par l’Assemblée nationale qui vote leur budget et peut les révoquer. Nouri al-Maliki est assuré du soutien des sadristes et des petites listes pour gouverner Bagdad et les provinces chiites, malgré les affrontements sanglants qui l’ont opposé à l’Armée du Mahdi à Bassora et à Sadr-City à Bagdad. Mais, non sans difficulté : un second round se profile. Massoud Barzani qui accusait - en janvier dernier, dans le Los Angeles Times - le Premier ministre d’exclure les Kurdes des forces de sécurité et de vouloir modifier la constitution pour interdire au Kurdistan d’accéder à l’indépendance, vient d’essuyer un semi échec dans la région de Ninive. Ses appétits expansionnistes vers les zones dites contestées – en gros soixante à cent kilomètres le long de la
frontière de la région kurde - sont remis en question. Avec Abdul Aziz al-Hakim et Iyad Allaoui, il pourrait tenter de mettre al-Maliki en minorité à l’Assemblée nationale, et le renverser.

Gilles Munier
http://www.afrique-asie.fr/article.php?article=639

 

Une ministre écœurée démissionne.
12-03

Nawal Al Samarrai était convaincue qu’elle pourrait améliorer les conditions de vie de la femme en accédant au gouvernement irakien.

Pourtant, six mois après sa nomination comme ministre des droits de la femme en Irak, elle a démissionné. Un budget plus que réduit, un poste offert à une femme pour redorer l’image du gouvernement, Nawal a décidé de jeter l’éponge.
Ecoeurée de ne pouvoir accomplir sa mission, abandonnée par ses pairs, la femme politique est amère : " Les problèmes des femmes ne sont pas une priorité pour le gouvernement. Mais si les femmes étaient aidées, je pense que la moitié des problèmes sociaux seraient résolus.


Lire la suite

n°424 - Journal d'Irak- 12-03 au 20-03 2009 – Fin- : 6 ans d'occupation et de destruction.


n°424 - Journal d'Irak-  12-03  au 20-03 2009 – Fin- : 6 ans d'occupation et de destruction.



Journal d'Irak

n°424                 du 12/03                   au 20/03/09

C.De Broeder & M.Lemaire




Sommaire :

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 La langue de bois en faveur de la propagande de guerre américaine n’est plus de mise.

5-2 URANIUM DE GUERRE = la fin d'un monde.

6 Les brèves

6-1 Robert Fisk : Dehors les nouveaux croisés !

6-2 Un vote pour l’unité de l’Irak.

6-3 L’Irak pas encore prêt à assurer seul sa propre occupation.

6-4 Les femmes irakiennes plus que jamais oppressées.

7 Dossier & Point de vue

Ndlr : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information.

6 ans d'occupation et de destruction.

7-1 il y a un an…5 ans, le bilan : un désastre total et une guerre perdue

7-2 Maintenant : Six ans de guerre et un avenir incertain.

7-3 Leur dépression en cours.

8 Annexe

 


5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

Ndlr : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information

5-1 La langue de bois en faveur de la propagande de guerre américaine n’est plus de mise.

Jürgen Todenhöfer, ancien politicien de la CDU (chrétiens-démocrates) et député du Land de Tübingen au Bundestag, actuellement vice-président du conseil d’administration de la maison d’édition Burda, a publier, dans la cinquième année de guerre en Irak, un livre («Warum tötest du, Zaid?» 2008, ISBN 978-3-570-01022-8) qui se présente comme un contre-poids.

Un livre rapportant des conversations avec la résistance irakienne dans la ville de Ramadi, à l’ouest de Bagdad, un livre relatant les rencontres sur le plan humain et révélant les motifs et les objectifs de la résistance.
Et il semble bien que ce soit là le premier livre, dans l’espace germanophone, qui ne manie pas la langue de bois dans le sens de la propagande de guerre américaine, soit les questions de terrorisme et de guerres de religion, ou de la menace islamique qui justifieraient la présence de troupes américaines en Irak, mais qui donne la parole aux hommes et femmes qui résistent.
C’est ainsi qu’on obtient une vue différenciée
• qui montre que la résistance est l’affaire de l’ensemble du peuple irakien;
• qui dément le préjugé selon lequel les Irakiens se combattraient mutuellement pour des raisons religieuses;
• qui démontre que les actes de terreurs dirigés contre la population ne sont que rarement le fait des Irakiens eux-mêmes, mais en majorité de combattants étrangers, de milices gouvernementales, d’escadrons de la mort menés par les Américains, voire des troupes d’occupations elles-mêmes;
• qui apporte la preuve qu’on ne peut envisager la paix tant que les troupes d’occupation séviront dans le pays et que ce ne serait possible qu’une fois celles-ci retirées;
• qui présente des hommes et des femmes qui n’ont plus d’autre solution que de résister à une troupe d’occupation barbare dans son comportement.
C’est pourquoi ce livre est davantage qu’un coup d’œil sur la résistance irakienne. C’est une fenêtre ouverte sur les agissements des troupes d’occupation.

Enfin un auteur allemand de renom révèle ce que précédemment des auteurs américains tels que Evan Wright («Generation Kill. Das neue Gesicht des amerikanischen Krieges» 2005, ISBN 3-86150-725-0) ou Joshua Key («Ich bin ein Deserteur» 2007, ISBN 978-936096-80-4) avaient osé écrire.

www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=900


5-2 URANIUM DE GUERRE = la fin d'un monde.

Dissémination mondiale
Le crime majeur de l’empoisonnement de l’humanité

Après vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas

 je conseille la lecture de l’article suivant qui démontre la dissémination mondiale des particules d’uranium de guerre:
http://www.amessi.org/URANIUM-APPAUVRI-IMPACT-MONDIAL
Et surtout l’imparable enquête vidéo « la mort en poussière » explication scientifique, et témoignages réalisés en 2000.


N°1  http://www.dailymotion.com/video/x4sy4z_la-mort-en-poussierecut0100_news?from=rss
N°2 
http://www.dailymotion.com/related/x4t048/video/x4sylk_la-mort-enpoussierecut0200_news
N°3 
http://www.dailymotion.com/related/x4sylk/video/x4sz73_la-mort-en-poussierecut0300_news
N°4 
http://www.dailymotion.com/related/x4t0bn/video/x4t048_la-mort-en-poussierecut040000_news
N°5
http://www.dailymotion.com/related/x4sz73/video/x4t0bn_la-mort-en-poussierecut05fin00_news

 

Vincent Després Levard
Fraternités des Ignorants
Fraternitesdesignorants@laposte.net



6 Les brèves

Ndlr : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information.

6-1 Robert Fisk : Dehors les nouveaux croisés !

Le message de Robert Fisk

De passage à Montréal les 19 et 20 février derniers, Robert Fisk, correspondant du journal The Independent de Londres,a couvert toutes les guerres de la région, ne fait ni dans la dentelle, ni dans la complaisance, ni dans le vitalisme !

Ses jugements sur la situation actuelle au Moyen-Orient sont tranchants, implacables sur un ensemble d’enjeux très sensibles.

Mais le message le plus fort demeure le suivant : tous les soldats occidentaux devraient être retirés du Moyen-Orient. « J’ai calculé qu’il y a présentement plus de soldats occidentaux dans cette région du monde qu’il n’y en avait à l’époque des Croisés », constate-t-il.

Et de faire la liste interminable de tous les pays de la région où il y a présence militaire occidentale. Ces pays ne nous appartiennent pas. Il leur appartient de prendre en main leur avenir. Qu’y faisons-nous ?

Jamais les journalistes ne posent la question du « pourquoi » sommes-nous au Moyen-Orient. « Nous y serions semble-t-il pour apporter la ‘‘démocratie’’ et les ‘‘droits humains’’…, mais le monde arabe demande la justice et ça, nous ne sommes pas prêts à la respecter ».

 9 mars 

Lorraine Guay

http://alternatives-international.net/article3055.html 


Lire la suite

14/03/2009

n°423 - Les Dossiers d’Irak - 12-03 – Début - : Plan D'Obama pour L'Irak : Se Retirer Sans Se Retirer - Mentir Comme Bush, Yes I Can !


n°423 - Les Dossiers d’Irak - 12-03 – Début - : Plan D'Obama pour L'Irak : Se Retirer Sans Se Retirer - Mentir Comme Bush, Yes I Can !



Les Dossiers d'Irak

N° 423                                                         12/03/09

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire :

Tiré à part

Le rapport de neuf juristes considère que les dérives des politiques antiterroristes pèsent sur les démocraties occidentales.

L'administration Obama abandonne le statut "d'ennemi combattant"

 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

1-1 Izzat Ibrahim, la résistance, et l’effet Obama.

Dossier & Point de vue

2-1 Abubilel : Plan D'Obama Pour L'Irak : Se Retirer Sans Se Retirer - Mentir Comme Bush, Yes I Can !

2-2 Point de vue de Pierre Beaudet : La guerre sans fin, défis et opportunités.

2-3 Philippe Grangereau : Irak, le retrait des GI attendra dix-huit mois.

2-4 Norman Solomon : Où va notre argent ?

Suite

3 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

3-1 Intox ? : L'Iran a proposé à Londres un marché sur le nucléaire contre la fin des attaques en Irak.

3-2 La Grande-Bretagne admet des transferts clandestins de prisonniers en Irak.

3-3 Les Irakiens ont résisté au stress de la guerre.

3-4 Un Irakien sur six souffre de dépression grave.

3-5 Les femmes, victimes silencieuses. 

3-6 « Mon père (Tarek Aziz ) doit enfin être reconnu comme prisonnier de guerre »

3-7 Qui est M. Mohammed Al-Dainy, enlevé par les forces gouvernementales.

Fin

4  Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

4-1 Chris Floyd : Plan D'Obama pour L'Irak : Se Retirer Sans Se Retirer - Mentir Comme Bush, Yes I Can !

4-2 Le monstre jette le masque  - Quel Rubicon Obama a-t-il franchi ?

4-3 Christophe Ayad : Al-Qaeda, question kurde, Iran : des menaces pèsent sur l’Irak.

5 Annexe

5-1 Les élections régionales dans le nord de l’Irak


Avant propos

Les militaires américains usent d’un terme générique- Al Qaida- pour désigner les résistants qui osent leur résister...



Tiré à part

Le rapport de neuf juristes considère que les dérives des politiques antiterroristes pèsent sur les démocraties occidentales

Pendant trois ans, neuf juristes, dont Mary Robinson, ancienne présidente de l'Irlande, ont ainsi rencontré des victimes de la lutte antiterroriste et des représentants associatifs et gouvernementaux dans plus de quarante pays. Le constat est inquiétant. Selon le rapport, plusieurs mesures adoptées par les Etats "sont illégales, voire contre-productives" au regard du droit international, et les "atteintes aux droits de l'homme ont été bien plus graves qu'on ne pouvait l'imaginer" depuis les attentats du 11-Septembre. Le comité estime ainsi que l'arsenal juridique qui existait avant cette date suffisait déjà pour lutter contre le terrorisme. " Le CIJ espère obtenir grâce à ce rapport "l'appui actif d'une opinion publique informée et d'une société civile forte" qui puissent faire pression sur les Etats pour "qu'ils développent une stratégie globale de lutte contre le terrorisme, en interdisant le recours à la torture et toute autre forme de violation des droits de l'homme".

(Info de Pascal B. 21/02/2009)

Source : http://tr.im/terrorismedemocratie9cr

L'administration Obama abandonne le statut "d'ennemi combattant"

L'administration Obama a annoncé abandonner la qualification d'"ennemi combattant" pour justifier la détention de personnes soupçonnées de terrorisme à la prison de Guantanamo. Elle affirme qu'elle se basera désormais sur le droit international.

Le ministère de la justice précise dans un communiqué avoir soumis devant un tribunal fédéral une nouvelle règle justifiant la détention par l'Etat de prisonniers à Guantanamo. La définition "n'emploie pas l'expression d'+ennemi combattant+" et la détention d'un suspect de terrorisme "se basera sur les lois internationales", souligne le communiqué.

Cela implique que seuls seront détenus "ceux qui ont apporté un soutien important à Al-Qaïda ou aux talibans". "Les nouvelles normes reposent sur le droit international de la guerre (...) Le gouvernement n'a pas l'autorité de détenir ces personnes au titre d'un soutien mineur ou non avéré à Al-Qaïda et aux talibans", explique le communiqué.

"En retirant le terme d'+ennemi combattant+ l'administration Obama a fait un pas de plus vers la clarification de sa position sur les détenus de Guantanamo", affirme l'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International.

Mais la directrice du programme "terrorisme et contre-terrorisme" de l'organisation Human Rights Watch, Joanne Mariner, ne voit aucun progrès. Elle estime que "la position de l'administration Obama sur les détenus (de Guantanamo) est essentiellement celle de Bush avec un nouveau nom".

La définition de "combattant ennemi" est un concept mis en place par l'administration du précédent président George W. Bush pour désigner des individus soupçonnés d'avoir "soutenu" ou "participé" à des actes terroristes. Elle a justifié jusqu'ici la détention illimitée de suspects à Guantanamo sans inculpation, parfois depuis sept ans.

(ats / 14 mars 2009 01:45)



Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

PS : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information 

1-1 Izzat Ibrahim, la résistance, et l’effet Obama.
La presse internationale s’est bien gardée de rapporter les prises de position de la résistance irakienne. La plupart appelaient au boycott du scrutin, sans toutefois décider d’en gêner la tenue.

Le discours prononcé le 5 janvier dernier par Izzat Ibrahim al-Douri, chef du Haut-commandement du Djihad et de la Libération - à l’occasion de la fête de l’armée irakienne - a été passé sous silence. Président du parti Baas clandestin, il avait pourtant tendu la main à Barak Obama, allant jusqu’à proposer une « alliance stratégique, large et profonde » entre l’Irak et les Etats-Unis.

Bien qu’assortie de conditions intransigeantes concernant le départ des troupes d’occupation et la souveraineté du pays, cette offre provoque, depuis, un certain émoi dans les milieux nationalistes arabes qui s’inquiètent de son impact démobilisateur.

L’ordre qu’il donne ensuite aux Irakiens réfugiés à l’étranger dans « des hôtels cinq étoiles, à la terrasse des cafés et dans des boudoirs » de rejoindre le combat, a peu de chance d’être entendu. En Irak, personne ne compte une infime minorité de nantis pour libérer le pays.

Gilles Munier

01-03

http://www.afrique-asie.fr/article.php?article=639


Lire la suite

n°423 - Les Dossiers d’Irak - 12-03 – Suite - : Plan D'Obama pour L'Irak : Se Retirer Sans Se Retirer - Mentir Comme Bush, Yes I Can !


n°423 - Les Dossiers d’Irak - 12-03 – Suite - : Plan D'Obama pour L'Irak : Se Retirer Sans Se Retirer - Mentir Comme Bush, Yes I Can !



Les Dossiers d'Irak

N° 423                                                         12/03/09

C.De Broeder & M.Lemaire


Sommaire :

3 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

3-1 Intox ? : L'Iran a proposé à Londres un marché sur le nucléaire contre la fin des attaques en Irak.

3-2 La Grande-Bretagne admet des transferts clandestins de prisonniers en Irak.

3-3 Les Irakiens ont résisté au stress de la guerre.

3-4 Un Irakien sur six souffre de dépression grave.

3-5 Les femmes, victimes silencieuses. 

3-6 « Mon père (Tarek Aziz ) doit enfin être reconnu comme prisonnier de guerre »

3-7 Qui est M. Mohammed Al-Dainy, enlevé par les forces gouvernementales.



3 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

Ndlr : la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information.

3-1 Intox ? : L'Iran a proposé à Londres un marché sur le nucléaire contre la fin des attaques en Irak.

L'Iran a proposé lors de négociations secrètes un arrêt des attaques contre les troupes britanniques en Irak contre un abandon des objections occidentales à la poursuite de son programme nucléaire, selon un diplomate britannique cité par la BBC.

"Les hauts dirigeants iraniens ont souligné à plusieurs reprises que l'Iran n'était pas impliqué dans les attaques contre les forces américaines et britanniques" dans ces deux pays, a-t-il ajouté.

M. Sawers a indiqué que "plusieurs Iraniens sont venus à Londres et ont proposé que l'on prenne le thé dans un hôtel ou un autre. Ils ont fait la même chose à Paris ou à Berlin, et ensuite nous avons tous trois comparés nos notes".

"Les Iraniens voulaient que l'on fasse un marché selon lequel ils arrêteraient de tuer nos soldats en Irak et qu'en échange ils puissent poursuivre leur programme nucléaire: +Nous arrêtons de vous tuer en Irak, nous arrêtons de saper le processus politique là-bas, et vous nous permettez de poursuivre notre programme nucléaire sans y mettre d'obstacle+", a poursuivi le diplomate.

Cette offre a été refusée par le gouvernement britannique et l'Iran a repris peu après son programme d'enrichissement de l'uranium.

Les révélations de l'actuel ambassadeur britannique aux Nations unies John Sawers, qui apparaissent dans un documentaire de la BBC devant être diffusé samedi soir, ne précisent pas quand ont eu lieu ces offres.

Selon le documentaire "L'Iran et l'Ouest: la confrontation nucléaire", des négociations secrètes entre l'Iran et les Occidentaux seraient intervenues dès 2001.

Les Iraniens auraient notamment aidé les Américains à identifier les objectifs à frapper dans leur campagne contre les talibans en Afghanistan après les attentats du 11 septembre 2001, selon un responsable américain qui apparaît dans le documentaire.

L'Iran nie officiellement être lié aux milices en Irak ou aux attaques contre la coalition.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Hassan Ghashghavi, a démenti toute implication de l'Iran dans les attaques contre les forces internationales aussi bien en Irak qu'en Afghanistan.

"La République islamique d'Iran a insisté dès le début de la guerre en Afghanistan et en Irak sur la nécessité du retour de la paix, de la stabilité et du calme dans ces pays et a eu des discussions et une coopération régulières avec les forces internationales", a déclaré M. Ghashghavi cité par l'agence Mehr.
AFP

21.02.


Lire la suite

n°423 - Les Dossiers d’Irak - 12-03 – Fin - : Plan D'Obama pour L'Irak : Se Retirer Sans Se Retirer - Mentir Comme Bush, Yes I Can !


n°423 - Les Dossiers d’Irak - 12-03 – Fin - : Plan D'Obama pour L'Irak : Se Retirer Sans Se Retirer - Mentir Comme Bush, Yes I Can !



Les Dossiers d'Irak

N° 423                                                         12/03/09

C.De Broeder & M.Lemaire


Sommaire :

4  Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

4-1 Chris Floyd : Plan D'Obama pour L'Irak : Se Retirer Sans Se Retirer - Mentir Comme Bush, Yes I Can !

4-2 Le monstre jette le masque  - Quel Rubicon Obama a-t-il franchi ?

4-3 Christophe Ayad : Al-Qaeda, question kurde, Iran : des menaces pèsent sur l’Irak.

5 Annexe

5-1 Les élections régionales dans le nord de l’Irak



4  Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

Ndlr : La publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage toutes les analyses des auteurs mais doit être vu comme information

4-1 Chris Floyd : Plan D'Obama pour L'Irak : Se Retirer Sans Se Retirer - Mentir Comme Bush, Yes I Can !
"...L'un des plus remarquables aspects du plan " war lite " d' Obama c'est son mépris éhonté, total pour l'accord signé entre les Etats Unis et le gouvernement irakien supposé souverain garantissant le retrait complet de toutes les troupes américaines pour fin 2011..." Et quand Obama affirme, comme dans son discours sur l'Etat de l'Union, qu'il mettra fin à la guerre, c'est simple, il ment et il le fait délibérément. Mentir comme Bush, Yes I can !
Orwell à Babylone : se retirer sans se retirer. Est-ce superflu de faire remarquer qu'un plan pour "mettre fin" à une guerre qui inclut le maintien d'une garnison de 50 000 soldats en terre hostile est, en réalité, une façon de continuer la guerre, et non pas d'y mettre fin. Pour produire un tel plan et affirmer qu'il "met fin" à la guerre c'est l'équivalent précis de vider sa vessie chez son voisin et lui dire que le liquide est en fait une pluie bienfaisante.
Mais c'est exactement ce que l' Administration Obama propose pour l'Irak. Des "hauts fonctionnaires de l' Administration" ont fait passer le message du retrait, utilisant des "journaux respectables" (qui n'ont même pas critiqué la propagande du gouvernement) comme quoi le Président Obama et ses généraux (ou plutôt, les généraux et les larbins du Pentagone dont il a hérités de Georges W Bush, et qu'il s'est empressé de maintenir en poste) se sont mis d'accord sur un compromis concernant le plan de retrait d'un certain nombre de soldats américains du pays que les Etats Unis ont détruit dans une guerre d'agression sans provocation. Obama voulait un agenda de retrait partiel de 16 mois, son rival potentiel pour la campagne présidentielle de 2012, le Général David Petraeus, voulait 23 mois. Donc, animé par la sagesse de Salomon, ils ont coupé la poire en deux et retireront, au lieu des 16 ou 23 mois, une partie des soldats américains en 19 mois.
Mais le plan envisage clairement une présence militaire américaine substantielle et surtout permanente en Irak, qui dominera les orientations politiques de cette importante et riche nation pétrolière, ce qui était bien sûr dés le départ l'un des principaux objectifs des agresseurs militaires de l' Administration Bush. En mettant en application son plan pour continuer la guerre, Obama complète l'oeuvre de Bush et de sa clique de militaristes. Du New York Times :
"Même avec cet ordre de retrait, Mr Obama projette de laisser derrière une "force résiduelle" de dizaines de milliers de soldats ( 50 000 selon les derniers chiffres cités ndlt) pour continuer à entraîner les forces de sécurité irakiennes, chasser les groupes de "terroristes" étrangers et protéger les institutions américaines..."
Et un "officier de haut rang " envoyé pour semer la propagande au Los Angeles Times a ajouté un autre rôle potentiel pour ces soldats américains restants : combattre pour l'Irak toute guerre contre l'Irak. Il a également fait preuve d'une franchise rafraîchissante sur les intentions finales du plan :
"L'officier de haut rang a dit que les soldats pourraient aussi aider à protéger l'Irak d'une attaque extérieure, quelque chose que les irakiens ne peuvent pas encore faire."
"Quand le Président Obama a dit que nous allions nous retirer en 16 mois, certaines personnes ont entendu " retirer" et que tout le monde partait. Mais ce n'est pas ce qui va se passer a dit l'officier."
Non, effectivement, "ce n'est pas ce qui va se passer."

L'un des plus remarquables aspects du plan " war lite" d'Obama c'est son mépris éhonté, total pour l'accord signé entre les Etats Unis et le gouvernement irakien supposé souverain garantissant le retrait complet de toutes les troupes américaines pour fin de 2011. Bien sûr, cet "accord" a toujours été considéré par tout le monde comme une farce - à l'exception des médias de masse US qui ont continué de rapporter les "dures négociations" comme si le pacte aurait une quelconque signification dans le monde réel.. L'accord contient des clauses échappatoires permettant au gouvernement irakien de " requérir" une présence militaire américaine continuelle après la date butoir de 2011 - et, considérant que tout gouvernement irakien en place en 2011 sera désespérément dépendant des armes et de l'argent américain pour se maintenir au pouvoir, une telle "requête" a toujours été une certitude absolue. Donc, je suppose que nous devons admirer la candeur de l'Administration Obama qui abandonne toute prétention comme quoi les forces US vont quitter l'Irak à un moment donné du futur proche.
Mais l'hypocrisie - littéralement une hypocrisie meurtrière - d'affirmer que ce plan " laisse l'Irak à son peuple et met fin à la guerre de manière responsable" , comme l'a affirmé Obama dans son discours de l'Etat de L'Union, est écoeurante. Il ne fait pas une telle chose et il le sait.
Au lieu de cela, ce plan plonge de plus en plus profondément les Etats Unis dans une guerre de "contre insurrection" pour le compte de toute clique ou faction de partis sectaires en Irak, moyen le plus efficace d'adhérer à l'agenda dominateur de l'Amérique dans la région. Il envoie un flot apparemment sans fin de soldats américains mourir - - et ce en plus grand nombre - - et tuer, dans le cadre d'une action criminelle qui a aidé à provoquer la faillite de notre propre pays tout en envoyant des ondes de violente instabilité et d'extrémisme partout dans le monde. Il développera encore plus l'étendue de la corruption et des profits de guerre qui ont déjà atteint des proportions mondiales historiques vertigineuses..
C'est tout ce que le plan d'Obama-Petraeus fera.

Mais ce qu'il ne fera pas c'est de "mettre fin à la guerre" - - "de manière responsable" ou autre.. Quand Obama dit qu'il le fera - - comme il l'a dit la nuit dernière devant une audience en extase - - c'est simple, il ment et il le fait délibérément.
Chris Floyd

Information complémentaire
Lors d'une déclaration faite aux médias, John McHugh, le représentant républicain au sein de la commission sénatoriale sur les forces armées US , a dit que " Il ( Obama) m'a assuré qu'il reverrait son plan si la situation sur le terrain se détériore et si la violence s'accroît". Il a également affirmé qu'Obama l'avait assuré qu'il existait un Plan B parce que l'Irak est confronté à des défis importants.
Obama a affirmé que l'armée US n'a pas non plus l'intention de rester en Afghanistan pendant longtemps alors même qu'il vient d'envoyer 17000 soldats supplémentaires, ce qui veut dire accroître l'effort de guerre. Ramener le nombre de soldats en Irak à peu prés au même nombre que celui en Afghanistan, 50 000, est vendu à l'opinion publique par les médias propagandistes comme la fin de la guerre, "Mission Accomplished" comme l'avait affirmé son prédécesseur à la Maison Blanche.
Ces soldats américains qui vont rester stationnés en Irak ne serviront pas seulement à l'entraînement des troupes irakiennes mais seront également engagés dans des opérations de combat. Le secrétaire à la défense US, Robert Gates, qu'Obama a confirmé dans son poste qu'il occupait pendant l'Administration Bush, a déjà dit qu'il pense que c'est une bonne idée de conserver une " présence modeste US " en Irak après 2012. Cette "modeste présence" fait probablement partie du Plan B d'Obama.

25/02/09
Chris Floyd est un écrivain américain et contribue régulièrement au site de Counterpunch. . Son blog, Empire Burlesque: High Crimes and Low Comedy in the American Imperium : www.chris-floyd.com.
28 Février 2009

Traducton et synthèse Mireille Delamarre

http://www.planetenonviolence.org/
source : alterinfo

www.counterpunch.org


Lire la suite

13/03/2009

n°422- Journal d'Irak -28-02 au 12/03 - 1 - : Obama et la torture, compromis ou compromission ?


n°422-  Journal d'Irak -28-02 au 12/03 - 1 - : Obama et la torture, compromis ou compromission ?


Journal d'Irak

n°422                 du 28/02                   au 12/03/09

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire :  

- Officiellement l’Irak compte plus de 3 millions de veuves “isolées” càd entièrement seules.

- Mountazer al-Zaïdi, le journaliste rendu célèbre dans le monde entier est condamné à trois ans de prison.

Obama et la torture, compromis ou compromission ?

Paroles & action du président...

Obama confirme le retrait total d'Irak d'ici fin 2011.

 Lutte pour la libération du territoire

La résistance contre l'agresseur

Résistance :

1 Analyse

Des résistants

Suite

2 Occupation de l'Irak

3 Politique

1) collaborateurs Irakiens

2) occupants 

Fin

4 Libération du territoire

Détails.

L'Irak en chiffre. 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Michel Collon  répond : " Le véritable rôle du "French Doctor" dans ces conflits : Gaza, Irak, Yougoslavie, Kosovo, Birmanie, Somalie,Darfour...

5-2 L’affaire « Pétrole contre nourriture »

5-3 La Résistance irakienne et le Mossad.

6 Les brèves

6-1 Reconstruction et … corruption en Irak.

6-2 Gates compare Bush et Obama.

                                                                             NB : Demain paraitra les "Dossiers d'Irak"   


Tiré à part :

Officiellement l’Irak compte plus de 3 millions de veuves “isolées” càd entièrement seules.
Donc 3 millions d'hommes morts "en surplus", au minimum, depuis 1991. ...

A quoi s'ajoutent les enfants et les femmes mortes "en surplus".

The Lancet, le journal médical britannique donnait entre 1 et 1,5 millions de morts des suites de l'embargo (1991-2003), puis 1 million de mort avec l'invasion de 2003 puis l'occupation.

Ces chiffres semblent dépassés.
Voilà le bilan de la première guerre du Golfe, du blocus, de la seconde guerre du Golfe et de l'occupation US : entre 3 et 5 millions de morts.
Une véritable extermination ! ...démocratique-libérale !!!

droitdelhommiste !

humanitairement interventionniste !
BD


Mountazer al-Zaïdi, le journaliste rendu célèbre dans le monde entier est condamné à trois ans de prison.

Mountazer al-Zaïdi, est le journaliste rendu célèbre dans le monde entier pour avoir lancé ses chaussures à la tête de Bush. Le journaliste, travaille pour Al-Baghdadiya, une chaîne irakienne basée au Caire.

Le juge Abdel Amir al-Roubaie a condamné à trois ans de prison Mountazer al-Zaïdi, accusé "d'agression contre un chef d'Etat étranger lors d'une visite officielle" et détenu depuis la mi-décembre dans une prison de la "zone verte".

Le verdict a été lu en présence de l'accusé et de ses 25 avocats, la famille et les journalistes étant interdits d'accès à la salle d'audience.

Puis, la famille et les journalistes ont entendu, dans un chaos total, les avocats annoncer "3 ans de prison" à leur sortie de la salle, provoquant des cris de "c'est un tribunal américain, fils de chiens!" parmi la foule.

Le journaliste de 30 ans avait plaidé non coupable à la reprise de son procès dans la matinée. "Oui, ma réaction était naturelle, comme celle de n'importe quel Irakien", a-t-il répondu au juge qui lui demandait s'il était innocent.

Son avocat a annoncé qu'il ferait appel de cette condamnation.

Ouvert le 19 février, le procès de Mountazer al-Zaïdi, inconnu jusqu'à son lancer de chaussures, le 14 décembre, en pleine conférence de presse de l'ancien président américain et du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, avait été ajourné en raison d'un débat sur la nature de la visite de M. Bush en Irak.

La défense du journaliste voulait prouver que Bush effectuait une visite surprise et non "une visite officielle" et ainsi invalider les chefs de poursuite.

Le 19 février, Mountazer Zaïdi avait justifié son acte par l'extrême émotion qu'il avait ressentie face "au responsable des crimes commis en Irak".

"Il est le plus grand responsable des meurtres commis contre mon peuple et j'ai donc modestement voulu faire quelque chose pour les victimes", avait-il dit. "Il parlait des victoires et des réussites (américaines) en Irak mais moi ce que je vois en matière de réussite, c'est un million de martyrs, le sang versé, les mosquées perquisitionnées, les Irakiennes violées, les Irakiens humiliés", avait-il dit. Il s'était levé et avait crié au président américain qui effectuait une dernière visite en Irak: "c'est le baiser de l'adieu, espèce de chien", avant de lui lancer ses chaussures. Celles-ci n'avaient pas atteint leur cible.

Ensuite, le journaliste a assuré avoir été "battu et torturé à l'électricité après l'incident par un général".

12-03

AFP


Obama et la torture, compromis ou compromission ! ! !

Tout le monde pavoise ? Obama interdit la torture … aux USA … mais refile les prisonniers aux dictatures alliées des USA ! ! !

États-Unis. Sur son plan de relance comme sur les questions de sécurité, le nouveau président tente d’avancer tout en faisant déjà d’importantes concessions.

(…) la volonté du nouveau président de rechercher à tout prix un consensus national sur chaque question pourrait bien se révéler être un véritable piège.

Ainsi une mesure symbolique, destinée à calmer les faucons de la CIA après la suppression de la torture, a-t-elle été adoptée. La Centrale a été autorisée à poursuivre la délocalisation des prisonniers vers des pays amis où la torture est une pratique habituelle. La polémique soulevée immédiatement par cette mesure a amené toutefois la présidence à créer une commission qui examinera les conditions de ces transferts.

Pis, le Patriot Act de Bush, une loi permettant d’espionner toutes les activités « suspectes » vient d’être défendue par Eric Holder, le nouveau ministre de la Justice, soulevant l’inquiétude des défenseurs des droits de l’homme.

Par contre, les dirigeants des centrales syndicales ont été satisfaits de leur rencontre à la Maison-Blanche. Ils ont obtenu la fin de mesures qui permettaient, par exemple, aux patrons de se faire rembourser par l’État fédéral les sommes dépensées pour empêcher les salariés de former un syndicat. C’est donc un pas vers la liberté de créer des syndicats. « Nous avons besoin d’un champ d’intervention pour les travailleurs et les syndicats », a déclaré Obama.

Le président a également cherché un compromis avec les généraux et le Pentagone, où sévit toujours Robert Gates, l’ex-ministre de la défense de Bush, en maintenant des bases et en confirmant l’envoi de renforts en Afghanistan. (…)

Extrait de : « Obama ou l’art du compromis »

http://www.humanite.fr/2009-02-04_International_Obama-ou-...


Paroles & action du président...

Obama confirme le retrait total d'Irak d'ici fin 2011.

Barack Obama a annoncé vendredi le retrait d'Irak du gros des troupes d'ici fin août 2010 pour laisser une force de dizaines de milliers d'hommes, avant un désengagement total qu'il entend achever avant fin 2011.

"Notre mission de combat en Irak sera finie d'ici au 31 août 2010", a -t-il déclaré devant des milliers de Marines de la base de Camp Lejeune, en Caroline du Nord (sud-est).

Une force de 35 à 50.000 hommes resterait alors dans une nouvelle mission d'entraînement et d'équipement des forces irakiennes, de protection des personnels américains et de lutte contre le terrorisme.

A terme, "j'ai l'intention de retirer tous les soldats américains d'Irak d'ici à fin 2011" conformément à un accord conclu fin 2008 entre l'administration Bush et le gouvernement irakien, a-t-il dit.

L'idée est aussi de faire pression sur les dirigeants irakiens: "Le retrait de notre armée doit envoyer un signal clair indiquant à l'Irak que son avenir est à présent entre ses mains".

Sa décision de laisser jusqu'à 50.000 hommes après août 2010 cause cependant des remous parmi les plus hauts dirigeants de son propre parti.

En revanche, M. Obama a reçu l'appui de John McCain: Ce plan "n'est pas sans risque", a déclaré le sénateur John McCain, mais "je crois (que c'est) un plan raisonnable".

28-02

(Source AFP)

12/3

Obama a officiellement nommé mercredi deux nouveaux ambassadeurs, en Afghanistan et en Irak.

dont Christopher Hill à Bagdad.

Christopher Hill est, un ancien négociateur dans le dossier nucléaire nord-coréen.

AP


 

Lire la suite

n°422- Journal d'Irak -28-02 au 12/03 – Suite - : Obama et la torture, compromis ou compromission ?


n°422-  Journal d'Irak -28-02 au 12/03 – Suite  - : Obama et la torture, compromis ou compromission ?


Journal d'Irak

n°422                 du 28/02                   au 12/03/09

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire :  

2 Occupation de l'Irak

3 Politique

1) collaborateurs Irakiens

2) occupants 

                                                                             NB : Demain paraitra les "Dossiers d'Irak"   



2-1 Occupation de l'Irak

Les collaborateurs

08-03

Soucieux (…)  d'assumer la responsabilité de la sécurité et de préparer le départ des troupes US, le gouvernement irakien a renforcé les rangs de la police et de l'armée, recrutant des centaines de milliers d'hommes en quelques années.

Les forces irakiennes reconnaissent cependant que l'armée et la police nationale manquent pour l'heure cruellement d'équipement et d'entraînement pour assurer seules la sécurité du pays.

Reuters


Les occupants

a) Etats-Unis

01-03

Les effectifs s'élèvent actuellement à 142.000 hommes.

Reuters

08-03

L’armée américaine a annoncé dimanche le retrait de 12 000 de ses soldats d'ici septembre,

Bagdad assure être prête à assurer l'ordre après le retrait des soldats américains, mais des inquiétudes persistent en raison des lacunes des forces de sécurité irakiennes.

Agence France-Presse


c) Grande Bretagne

10-03

Le départ des 4.000 militaires britanniques encore en poste en Irak débutera fin mars et sera terminé fin juillet, déclare un porte-parole militaire.
Il ne restera alors plus en Irak que quelques centaines de personnels chargés de la formation de la police irakienne, a-t-il précisé.
L
a Grande-Bretagne avait engagé 46.000 soldats en Irak au moment de l’intervention militaire de 2003.

Les forces britanniques ont été longtemps responsables du contrôle du sud du pays autour de Bassorah, avant de céder leurs responsabilités à l’armée irakienne en 2007.
"Le retrait progressif commencera le 31 mars. Nous cesserons nos opérations vers le 31 mai.

Fin juillet, toutes les troupes de combat, soit environ 4.000 hommes, devront avoir quitté l’Irak", a déclaré le colonel Dickie Winchester.

http://www.aloufok.net:80/spip.php?article289



3) Politique

a) Des collaborateurs Irakiens

Maliki

07-03

Le Premier al-Maliki a appelé à des réformes constitutionnelles, s’élevant contre le communautarisme, et notamment l’attribution de postes gouvernementaux en fonction de critères ethniques et religieux.
"Il y a une différence entre la répartition communautariste des postes au gouvernement et le principe du partenariat", a-t-il déclaré au cours d’une rencontre entre chefs de tribu irakiens.

Cette manière de procéder ouvre selon lui la porte à la "faiblesse et à la mauvaise gestion".
Al-Maliki, a également jugé qu’il pourrait être "sage" de réviser la constitution pour en corriger les failles, liées selon lui à une trop grande précipitation dans sa rédaction et son adoption, en 2005.
En Irak, en vertu d’accords datant d’avant l’invasion américaine de l’Irak, les postes de haut niveau sont attribués en fonction des appartenances ethnico-religieuses. Certains postes sont donc de fait réservés aux sunnites, aux chiites ou aux Kurdes.
Les partisans de ce système estiment qu’il permet de donner voix au chapitre à toutes les composantes religieuses et ethniques irakiennes, tandis que ses détracteurs considèrent qu’il est notamment à l’origine de l’infiltration des services de sécurité par des extrémistes lorsque le conflit entre chiites et sunnites a atteint son paroxysme il y a deux ans.

AL-Oufok avec les agences de presse

12/3

Le Premier ministre el-Maliki a estimé que les récents attaques à Bagdad sont un "accident", et que les résistants ne sont plus en capacité de perturber le retour à la sécurité (…) dans le pays

Deux attaques kamikaze cette semaine ont causé la mort d'au moins 63 personnes,

" Selon le Premier ministre irakien, la situation s'améliore quotidiennement.

"Quant au retrait des troupes américaines, je pense que les Irakiens seront capables de prendre la situation en main", a-t-il ajouté.

AP


Lire la suite

n°422- Journal d'Irak -28-02 au 12/03 – Fin - : Obama et la torture, compromis ou compromission ?


n°422-  Journal d'Irak -28-02 au 12/03 – Fin - : Obama et la torture, compromis ou compromission ?


Journal d'Irak

n°422                 du 28/02                   au 12/03/09

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire :  

4 Libération du territoire

Détails.

L'Irak en chiffre. 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Michel Collon  répond : " Le véritable rôle du "French Doctor" dans ces conflits : Gaza, Irak, Yougoslavie, Kosovo, Birmanie, Somalie,Darfour...

5-2 L’affaire « Pétrole contre nourriture »

5-3 La Résistance irakienne et le Mossad.

6 Les brèves

6-1 Reconstruction et … corruption en Irak.

6-2 Gates compare Bush et Obama.

                                                                             NB : Demain paraitra les "Dossiers d'Irak"   



4 Lutte pour la libération du territoire

Pertes déclarée des occupants.

Les armées répugnent à donner des chiffres officiels



Les combats par provinces

1-1 Bagdad

01-03

Un kamikaze s'est fait exploser mercredi au milieu des membres d'une unité du renseignement de la police irakienne, faisant trois morts. Des sources médicales et hospitalières ont confirmé le nombre de tués, mais ont précisé que 11 personnes ont été blessées, dont trois civils.

AP

08-03

Une attaque kamikaze a fait au moins 28 morts et 58 blessés dimanche devant une école de police du centre de Bagdad, selon un nouveau bilan annoncé par la police.

Le kamikaze a déclenché ses explosifs devant l'entrée située à l'arrière de la principale école de police de la capitale irakienne, où s'étaient rassemblées de nombreuses recrues, a précisé la police.

De nombreux corps ont été déchiquetés par l'explosion, très violente, et les policiers peinaient à déterminer l'identité des victimes, parmi lesquelles figurent beaucoup de recrues et de policiers.

Les forces irakiennes police et armée, ainsi que les collaborateurs qui ont participé à la lutte contre Al-Qaïda, sont la cible privilégiée de la résistance Irakienne.

Reuters

(Source AFP)

http://www.liberation.fr/

10-03

Une attaque Kamikaze visant des chefs militaires et politiques réunis à Abou Ghraib (l’ouest de Bagdad) à l’occasion d’une conférence de réconciliation tue au moins 33 personnes, dont un responsable de l’armée, et 46 blessées. Le bilan des victimes est provisoire.

Différentes sources, dont l’agence Reuters, évoquent la présence parmi les victimes de 2 journalistes, (Haïdar Hachem et Soheib Adnane travaillaient pour Al-Baghdadiya, une chaîne privée irakienne basée au Caire et qui a acquis une notoriété en raison du geste de son journaliste Mountazer Al-Zaïdi.

Ce dernier avait lancé ses chaussures sur l'ancien président américain George W. Bush, en visite d'adieu à Bagdad en décembre), de soldats et de policiers.

Ces attaques sont les plus meurtrières depuis un mois.

AFP  & Le Temps avec les agences

10-03

Les forces irakiennes ont empêché mardi une manifestation dans le centre de Bagdad organisée par les proches et les partisans de Mountazar al-Zeidi, ( journaliste irakien de 30 ans arrêté le 14 décembre dernier pour avoir lancé, sans l’atteindre, sa paire de chaussures au visage de Bush.)

AFP


1-3 Province de Ninive (Mossoul (capitale de la région nord du pays - à 375 km au nord de Bagdad,) Hawijah, Kassak"(70 km au nord-est de Mossoul) & Tall Afar )

Mossoul

01-03

Une voiture a explosé à un barrage de la police tuant au moins deux policiers et blessant 15 autres personnes, dont huit policiers.

L'attaque s'est déroulée alors que les forces irakiennes poursuivent une offensive lancée fin février dans la région de Mossoul

AP

Hamdaniyah, ( 25 km au nord-est de Mossoul),

10-03

Un médecin et le fils d'un responsable local ont été tués dans une explosion.

Agence France-Presse


Province de Salah ad-Din,

Samarra

01-03

Des résistants ont tué un cheikh, son épouse et leurs deux fils près de Samarra à 100 kilomètres au nord de Bagdad. Le cheikh et l'un de ses fils étaient des leaders du Conseil de l'éveil, un mouvement anti-insurgé, a précisé un responsable de la police.

AP


Province de Ta'mim

Kirkouk,(Capitale de la province )

01-03

Le corps du fils du rédacteur en chef d'un journal irakien a été découvert à Kirkouk, à 300 km au nord de Bagdad, a annoncé la police irakienne.

Son père est le rédacteur en chef du quotidien "al-Fayçal", aujourd'hui fermé, qui avait commencé à paraître après l'invasion américaine de 2003 avec l'aide des autorités américaines, a indiqué Sarhat Gadir, un responsable de la police.

AP

10-03

Un policier irakien a été tué  dans l'explosion d'une bombe qui visait le directeur de la police d'Al-Riyad, à l'ouest de Kirkouk, à 255 km au nord de Bagdad, a affirmé la police.

Agence France-Presse



L’Irak en chiffres (depuis le début de la guerre de conquête en mars 2003) 


Peuple

 

Civils tués (depuis l'occupation)

679.599

Civils blessés (depuis l'occupation) 

70.799 ( chiffre très très minimum)

Civils violés (par les troupes d'occupations)

2.507     (voir Ibrahim Allousch

Civils/Résistants arrêtes : (une dizaine par jour...)

8.940   (chiffre minimum)

Résistants (décrit tel quel ) tués

4.006 (chiffre minimum)

Résistants (décrit tel quel ) blessés

3.885   (chiffre minimum)

En prison

40.268. (chiffre minimum)

Embargo

750.000 enfants (chiffre minimal)

Embargo

750.000 adultes (chiffre moyen)

 

 

Militaires irakiens tués pendant l'invasion

45.596 (chiffre minimal)

Civils tués pendant l'invasion

120.200 (chiffre minimal)

 

 

Coalition

 

Nombre de Soldats tués (ou morts...) 

34.612

Soldats rapatriés (blessés ou malades)

52.778 (chiffre très minimal)

(*) dont 10% meurent en cours de route ou à l'hopital)

 

Disparus (dans la nature)

1.014

Désertions

5.501

Mutinerie

2 corps + 25

Aide psychologique

66.108***

Suicides

Mercenaires tues                                                                                 

5.595 (chiffre très minimal)

933

non-combattants accidentés,

27 103

Policiers/soldats/miliciens irakiens  tués

12.389

Policiers /soldats/miliciens irakiens blessés

26.571 (chiffre minimal)

Policiers /soldats irakiens disparus (dans la nature)

13.916

 

 

Autres tués (collaborateur  & mercenaires & autres)

5.575

Autres blessés (collaborateur & mercenaires & autres)

9.538

 

 

Oléoducs, les infrastructures pétrolières & d'électricité

464 attaques (grand minimum)

Infrastructures du rail

195 attaques (idem)

Hélicoptères

104  ++              (idem)

Avions (& drone)

28 ++

 


Ces   totaux sont obtenus par le recoupement (si possible) des chiffres des pertes communiqué par la résistance & les médias occidentaux + XINHUANET

Lire la suite

02/03/2009

n° 421 - Les dossiers d'Irak- 28-02 - Début - Les hommes derrière Obama.


n° 421 - Les dossiers  d'Irak- 28-02 - Début - Les hommes derrière Obama.



                Les Dossiers d'Irak

                                       n°421                28/02/09 

                                       C.De broeder & M.Lemaire

               



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be



1 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

1-1 Propagande et libertés publiques US

2 Dossier & Point de vue

2-1 Obama : un changement (de rhétorique) auquel on ne peut croire.

2-2 La CIA dans la spirale des scandales.

3 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

3-1 Mountazer al Zaïdi : "Exprimer de la sorte mon profond mépris envers George W. Bush"

3-2 Saâdoune : Le jet de chaussures de Mountader Zaïdi, journaliste révolté, restera-t-il dans l'histoire.

3-3 400 prisons secrètes en Irak : un député irakien accuse.

Suite 1

3-4 Le CICR en Irak ; Distribution d'assistance par le CICR à des familles vulnérable.

3-5 Juan-Pedro Schaerer : la situation humanitaire en Irak.

4  Analyse - Géopolitique et stratégie – Réflexion

4-1 Isabelle Lasserre : Les risques d'un désengagement en Irak.

4-2 Les hommes derrière Obama.

Fin

4-3 Antonio Artuso : Jeff Halper  & le "système de pacification globale.

5 Annexe

5-1 L'Irak nouveau est né... (4 parties)

5-2 Combien y a-t-il de bases états-uniennes à travers le monde ?

5-3 Création ce mois du premier organe arabe pour la supervision de la situation des droits de l’homme dans le monde arabe.



Avant propos

Les militaires américains usent d’un terme générique- Al Qaida- pour désigner les résistants qui osent leur résister...



Tiré à part

Commission Liberté et Justice : Obama doit libérer les prisonniers politiques irakiens ou les faire transférer dans un pays neutre

La signature de l’Accord de sécurité (Sofa) entre les Etats-Unis et le régime de Bagdad a, notamment, pour conséquence la remise à la soi disant justice irakienne des prisonniers détenus dans les camps américains depuis avril 2003.

 

Cette décision, plusieurs fois différée, viole les Conventions de Genève relatives au traitement des prisonniers de guerre. Chacun sait que sur plus de 22 000 détenus concernés, la plupart sont désormais menacés de mort, risquant d’être exécutés lors de séances de « nettoyage » des prisons ou après des procès truqués.

 

Sur les milliers de personnes menacées de mort, on peut citer le cas de Tarek Aziz parce que le dirigeant irakien était connu de la communauté internationale et partout respecté. Le vice-Premier ministre irakien est maintenu en cellule dans l’indifférence quasi générale en dépit d’un état de santé critique, sans avocat et sous le coup d’accusations fantaisistes, sans cesse renouvelées. A des degrés divers, tous les détenus politiques sont dans une situation analogue : il faut les libérer ou, si des charges réelles sont retenues contre certains d’entre eux, leur permettre d’accéder à un procès respectant la dignité humaine et la justice, , mais pas en Irak. C’est impensable dans la situation actuelle.

 

Le Président Barak Hussein Obama s’honorerait en exigeant dès maintenant la libération des prisonniers détenus par les forces américaines d’occupation ou leur transfert dans un pays neutre, comme c’est leur droit.

 

Dans le cas contraire, le massacre des prisonniers politiques irakiens entachera son mandat présidentiel, élargira encore plus le fossé qui sépare les Etats-Unis de l’Irak véritable, des pays arabes et du monde musulman, et balaiera les espoirs de paix placés en lui par ceux qui l’ont élu.

 

Paris, le 8 décembre 2008

Rédaction et traduction : Gilles Munier, Xavière Jardez 



Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

Ndlr :la publication des articles ou analyse ne signifie nullement que la rédaction partage les analyses ou point de vue des auteurs, mais doit être vu comme information 

1-1 Propagande et libertés publiques US

Avec deux guerres en cours, le Pentagone augmente régulièrement les fonds pour gagner ce qu’il appelle « le terrain  humain », c’est à dire celui de l’opinion publique mondiale. Cette politique provoque l’inquiétude de certains milieux américains qui considèrent que la dissémination de cette propagande à l’intérieur des Etats-Unis viole la loi fédérale.

Une enquête de l’Associated Press montre qu’au cours des cinq dernières années l’argent dépensé par l’armée pour s’attacher « les cœurs et les esprits » aux Etats-Unis et à l’étranger a augmenté de 63%. Son montant de 4, 7 milliards de dollars, est équivalent à celui dépensé pour le blindage des matériels et les uniformes des troupes en Irak et en Afghanistan. Le budget réellement  alloué est certainement plus conséquent, les budgets particuliers étant classés secrets. En 2009, le Pentagone emploiera 27 000 personnes seulement pour le recrutement, les relations publiques et la publicité, autant que les 30 000 membres du Département d’Etat. Selon les chefs militaires, à l’ère des sites Web, l’information est aussi importante que les tanks et les fusils.

Sur une base abandonnée de San Antonio, au Texas, le Joint Hometown News Service est fier d’exhiber les articles publiés dans les journaux mais ce que ne sait pas le lecteur, c’est que ces histoires flamboyantes sont rédigées par le personnel du Pentagone avec leurs noms mais sans leurs grades et sans référence à Hometown. En 2009, Hometown se propose de sortir 5400 communiqués de presse, 3000 pour la télévision et 1600 interviews pour la radio, soit 50% de plus qu’en 2007. Cependant ce service n’est qu’une faible partie de l’empire médiatique du Pentagone,  en constant développement. Il est aujourd’hui plus important en taille, en argent et en pouvoir que n’importe quel autre media.

Le recrutement et la publicité sont les deux seuls secteurs où le Pentagone, selon le Congrès, peut intervenir. Beaucoup plus controversés sont les programmes sur les affaires publiques, car la propagande visant à influencer les Américains est interdite. « Ce n’est pas le rôle du Pentagone de vendre la politique au peuple américain ». Cependant, certaines émissions ont été montrées du doigt dans des audits de l’inspection générale, notamment « L’Amérique vous soutient » ou, en 2003, les faux reportages sur le sauvetage de Jessica Lynch ou encore, en 2005, sur l’attaque de Fallujah par les troupes américaines.

La part affectée aux actions psychologiques en direction des publics étrangers est en progression constante. Elle est de 489 millions de dollars, le double de celle de 2003. Dans ce domaine, le « spin » - exagération, voire mensonge ou truquage - est le bienvenu, mais il faut tout faire pour ne pas donner l’impression d’essayer d’influencer le public américain. En Afghanistan, la vidéo d’un soldat rejoignant l’armée nationale n’est pas attribuée aux Américains, pas plus qu’en Irak, la création de journaux et la formation de personnel irakien ne font référence aux budgets de l’armée US. Le danger représenté par les opérations psychologiques a été mis en évidence lorsque le général Petraeus, dans une émission de télévision aux Etats-Unis, a brandi une photo de l’équipe nationale de football pour attester de l’unité du pays. Or, il s’agissait d’un cliché distribué sous forme de posters, à des milliers d’exemplaires en juillet 2007, lors d’une opération de propagande destinée à encourager le nationalisme irakien.

Chris Tomlinson, Associated Press

Rédaction et traduction : Gilles Munier, Xavière Jardez 


Lire la suite

n° 421 - Les dossiers d'Irak- 28-02 – Suite 1 - Les hommes derrière Obama


n° 421 - Les dossiers  d'Irak- 28-02 – Suite 1 - Les hommes derrière Obama.



                Les Dossiers d'Irak

                                       n°421                28/02/09 

                                       C.De broeder & M.Lemaire



Sommaire

3-4 Le CICR en Irak ; Distribution d'assistance par le CICR à des familles vulnérable.

3-5 Juan-Pedro Schaerer : la situation humanitaire en Irak.

4  Analyse - Géopolitique et stratégie – Réflexion

4-1 Isabelle Lasserre : Les risques d'un désengagement en Irak.

4-2 Les hommes derrière Obama.

4-3 Antonio Artuso : Jeff Halper  & le "système de pacification globale.

5 Annexe

5-1 L'Irak nouveau est né... (4 parties)

5-2 Combien y a-t-il de bases états-uniennes à travers le monde ?

5-3 Création ce mois du premier organe arabe pour la supervision de la situation des droits de l’homme dans le monde arabe.


3-4 Le CICR en Irak : Distribution d'assistance par le CICR à des familles vulnérable.

En 2008, l’Irak est la plus vaste opération déployée par le CICR au niveau mondial. L’assistance d’urgence à la population civile touchée par le conflit a été renforcée, notamment la fourniture de secours d’urgence, le soutien aux hôpitaux qui doivent faire face à des situations d’urgence de grande ampleur, ainsi que les efforts visant à l’amélioration des soins de santé pour la population, et à l’entretien des infrastructures vitales d’approvisionnement en eau et d’assainissement.

Dans le cadre de ses activités de protection, le CICR accorde une attention particulière aux personnes détenues ou internées par les forces multinationales et les autorités irakiennes, aidant notamment les personnes privées de liberté à maintenir des contacts avec leurs proches.
Il soutient aussi les centres de réadaptation physique du pays et vient en aide aux civils déplacés. Il a en outre mis en place des programmes de soutien des moyens d’existence pour aider les gens à devenir autosuffisants.
Présent en Irak depuis 1980, le CICR s’emploie également à faire la lumière sur le sort des personnes touchées par les conflits qu’à vécu l’Irak depuis lors, et dont on ignore ce qu’elles sont devenues.
Personnel (2009) : 624 collaborateurs dont 93 expatriés basés en Irak et à Amman.

Tenter d'assurer l'indispensable : ce que le CICR peut faire en Irak

Juan-Pedro Schaerer, chef de la délégation du CICR pour l’Irak, s’exprime sur les besoins croissants du pays en services essentiels. Il évoque les problèmes auxquels le CICR doit faire face, notamment les difficultés qu'il rencontre à toucher ceux qui ont le plus besoin de son assistance, et explique comment l’institution fournit de manière ininterrompue des secours d’urgence, en adaptant constamment ses méthodes de travail aux conditions de sécurité variables.

AFP


Lire la suite

n° 421 - Les dossiers d'Irak- 28-02 – Fin - Les hommes derrière Obama.


n° 421 - Les dossiers  d'Irak- 28-02 – Fin - Les hommes derrière Obama.



                Les Dossiers d'Irak

                                       n°421                28/02/09 

                                       C.De broeder & M.Lemaire



4  Analyse - Géopolitique et stratégie – Réflexion (fin)

4-3 Antonio Artuso : Jeff Halper  & le "système de pacification globale.

5 Annexe

5-1 L'Irak nouveau est né... (4 parties)

5-2 Combien y a-t-il de bases états-uniennes à travers le monde ?

5-3 Création ce mois du premier organe arabe pour la supervision de la situation des droits de l’homme dans le monde arabe.


4-3 Antonio Artuso  Jeff Halper  & le "système de pacification globale.

Les faits rapportés par Jeff Halper  sur le "système de pacification globale" sont terrifiants. 

Les méthodes israéliennes de "pacification" du peuple palestinien, seront bientôt utilisés contre d’autres peuples. 

Des milliards de dollars des États-Unis sont consacrés à la recherche de nouvelles méthodes et de nouvelles armes de contrôle des populations. 

Par Antonio Artuso 

Nous sommes dans un contexte de crise économique mondiale du capitalisme, la hausse des prix des aliments, de guerres d’invasion et d’occupation et de résistance de tous les peuples contre le capitalisme et contre l’État capitaliste (machine de répression - armées, polices, paramilitaires, système judiciaire, mensonges systématiques et mondiaux des médias, des politiciens, des chercheurs universitaires, des "think tanks" (centres de recherche, de stratégie et de diffusion politique des capitalistes), des ONG de déstabilisation de régimes. 

Jeff Halper a rencontré, quelques minutes avant sa conférence, les trois interprètes. 

Ces derniers lui ont demandé quelle terminologie il allait employer. 

Et Jeff Halper a rapidement sorti six concepts, l’un après l’autre, sans hésiter. 

center> 

Quelques concepts utilisés par Jeff Halper :

1 - le concept de « Global pacification system », système de pacification globale : 

recherche sur les armes modernes ; 

méthodes de contrôle des populations ; 

méthodes de répression de toute opposition au système dominant 

criminalisation de toute opposition 

utilisation de méthodes anti-insurrectionnelles contre toute opposition dans le monde 

criminalisation des mouvements de révendications, d’opposition à la guerre, de dénonciation des politiques anti-démocratiques, etc. ; 

2 - le concept de « surplus humanity », d’"humanité excédentaire" - Israël considère le peuple palestinien comme un peuple excédentaire. Les États capitalistes du monde entier, et à leur tête les États-Unis, ont décidé que certaines populations comme devant être dispersées ou exterminées. Le peuple palestinien est un cobaye sur lequel Israël et les États-Unis essaient de nouvelles méthodes d’expulsion de population (Penser aux paramilitaires en Colombie qui ont expulsé par la terreur, avec l’appui de l’armée et le silence total de la justice, cinq millions de paysans pauvres et d’autochtones de leurs terres.) 

3 - le concept de « warehousing », c’est-à-dire le parquage - comment parquer les "humains excédentaires" dans des camps de réfugiés, dans des zones de déportation, dans des réserves amérindiennes, dans des bidonvilles, etc. ; 

4 - le concept de « counter-insurgency », contre-insurrection : 

Israël fait des tests sur le terrain d’armes et de méthodes. 

Le peuple palestinien sert de cobaye à ces tests. 

Ces méthodes seront utilisées au Canada et dans les autres pays : 

a - développement des méthodes, des armes et des technologies contre-insurrectionnelles. 

(seulement pour la recherche d’armes nouvelles les États-Unis ont dépensé 1,4 trillions de dollars) : 

balles qui traversent le béton ; 

appareil permettant de voir à travers les murs ; 

chaque arbre, maison, immeuble, mur, est maintenant simulé sur des écrans d’ordinateurs, ce qui permet aux militaires de "voir" ou de diriger les soldats. 

technologies de surveillance électronique, de détection et de destruction ; 

drones (avions télécommandés, c’est-à-dire sans pilote, des robots de surveillance et de destruction) ; 

techniques d’empoisonnement de militants, etc. 

méthodes de l’armée israélienne pour attaquer les villes : les soldats ne circulent plus dans les rues, ils traversent les murs des maisons, d’une maison à l’autre. 

Aux coûts de la recherche s’ajoutent les sommes astronomiques (1) de fabrication (2) d’utilisation des armes (3) en salaires des armées ; 

b - exportation de spécialistes israéliens en méthodes contre-insurrectionnelles, testées en Palestine. Ces spécialistes sont très demandés. 

techniques d’assassinats sélectifs de personnes et de massacres pour expulserr les populations ; 

techniques de contrôle des populations’ 

Exemples 

contre les militants anti-Apartheid en Afrique du Sud ; 

Guatemala dans les années 80, massacres des Mayas sous le gouvernement Rios Montt, contre la résistance au vol des terres par les compagnies minières et contre la guérilla ; 

pour aider les groupes terroristes qui essaient de renverser les régimes progressistes latino-américains ; 

pour aider les mercenaires qui veulent créer des enclaves pour l’exploitations des fabuleuses richesses minières comme au Congo ; 

pour aider les mouvements séparatistes de zones riches et exclure les autochtones comme dans certains pays d’Amérique latine, etc. 

5 - le terme « nanotechnology », nanotechnologie, appliquée à la lutte contre-insurrectionnelles : les États-Unis sont en train d’installer une barrière de dispositifs électroniques à leur frontière avec le Mexique (caméras, appareils de vision la nuit, etc.), "bourdons bioniques" (bionic hornets) qui surveillent et peuvent tuer, etc. ; 

6 - le concept de « Global Palestine », extension aux populations mondiales des méthodes et des armes utilisées par Israël contre le peuple palestinien. 

Les États du monde veulent transformer la guerre d’Israël contre les Palestinien en un système mondial de soumission des peuples. 

Israël n’est pas seulement une puissance régionale, c’est aussi une puissance mondiale. 

La guerre et le génocide des Palestiniens par Israël est un laboratoire qui touche DIRECTEMENT le Québec, le Canada et tous les pays et nations du monde. 

°°°°°°°°° 

Jeff Halper a parlé du triangle de légitimité (1) du contrôle par État ; (2) du contrôle de l’économie ; et (2) du contrôle des mouvement de populations : 

1 - le contrôle par État et légitimisation de tout ce que l’État fait : Un État peut bombarder, torturer, assassiner, il est légitimisé par les médias, par l’idéologie, mais un mouvement insurrectionnel qui défend les droits d’un peuple est considéré comme terroriste ; L’ONU légitimise l’usage de la force par les États ; l’usage de la force par les mouvements de Résistance des peuples (peuple palestinien) est considérée comme étant du terrorisme, parce que ce n’est pas un État qui emploie la force ; 

2 - le contrôle de l’économie : l’État a le droit de fixer les mesures de crise économique, etc. 

3 - le contrôle des mouvements de population : L’État a le droit de déporter, de bombarder, de terroriser, de parquer des populations. 

°°°°°°°°° 

Les « Georgia Rules », c’est-à-dire les principes utilisés dans le conflits en Georgie (ex-république socialiste soviétique) : 

L’État c’est les "bons", les peuples qui se battent ce sont les "méchants". 

Les médias cachent le nombre effarant d’enfants massacrés par les forces israéliennes. 

°°°°°°°°° 

On utilise 

1 - on ne peut plus distinguer les civils des combattants ; 

2 - il faut que nos soldats réussissent leur mission ; 

3 - il faut protéger nos soldats. 

4 - l’utilisation de tanks contre des civil est légitime ; 

5 - les tanks peuvent tirer contre des camps de réfugiés. 

°°°°°°°°° 

Quelques points discutés pendant la période de questions 

Sur l’utilisation de la non-violence et de la violence 

Les méthodes non-violentes ont toutes été déjouées par Israël. 

Les méthodes non-violentes sont insuffisantes pour mettre fin à ce système de pacification globale. 

Développer la société civile internationale : syndicats, partis politiques, organisations démocratiques, sociales, politiques, de droits de la personne. _ Utilisation de théories philosophiques pour développer l’idéologie de domination - les philosophes « déconstructionnistes » comme Foucault et Dérida. 

Complicité des médias de masse ; 

Complicité des universités : John Hopkins est financé par le Pentagone 

Complicité des gouvernements ; 

Au Canada, Stockwell Day, ministre du gouvernement conservateur Harper, a signé un Accord de sécurité publique entre le Canada et Israël à l’insu du Parlement canadien. 

Israël a importé 30 milliards d’armements des USA. 

Jeff Halper est un anthropologue engagé, auteur et militant. 

Il est coordonnateur du Comité israélien contre les démolitions de maisons (CICDM) 

Postulant au Prix Nobel de la Paix en 2006 avec Ghassan Andouni, il est l’auteur de nombreux ouvrages sur le conflit israélo-palestinien et intervient fréquemment sur ce sujet. 

Antonio Artuso 

jeudi 22 janvier 2009 

www.altermonde-sans-frontiere.com 


Lire la suite

01/03/2009

n°420--Journal d'Irak -08-02 au 28-02 - Début - : Le Sénat US veut enquêter sur les dérives (...) des années Bush.


n°420--Journal d'Irak -08-02 au 28-02 - Début - : Le Sénat US veut enquêter sur les dérives (...)  des années Bush.


Journal d'Irak

n°420  du 08/02  au 28/02/09

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire :

Tiré à part :

Les années Bush

Une "commission vérité" sur les années Bush ?

Le Sénat US veut enquêter sur les dérives des années Bush
Inculper Bush et Cheney ? : Lyndon LaRouche répond  : Oui, mais surtout Tony Blair !

Carole Vann : 120.000 milliards de dollars pour les guerres au Proche-Orient  

Paroles & action du président...

Je ne laisserai pas Al-Qaïda "agir impunément"  

Obama va annoncer le retrait du gros des troupes d'ici à août 2010.

Lutte pour la libération du territoire

La résistance contre l'agresseur

Résistance :

1 Analyse

Des résistants

2 Occupation de l'Irak

3 Politique

1) collaborateurs Irakiens

Suite

2) occupants 

Fin

4 Libération du territoire

Détails.

L'Irak en chiffre. 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Paul Craig Roberts : La guerre au terrorisme est un canular.

5-2 Vidéo - Les hommes derrière Obama.

5-3  2 Vidéos : Pourquoi Bernard Kouchner a-t-il menacé Michel Collon d'un procès avant de reculer ?

5-4 Vers une révision de la politique sur les images de cercueils de soldats US.

6 Les brèves

6-1 Blackwater change de nom. 

6-2 L'Irak devra produire plus de pétrole pour financer sa reconstruction…

6-3 Rapprochement Irak-Iran.

6-4 Intox ? L'Iran a proposé à la Grande-Bretagne un marché sur le nucléaire contre la fin des attaques en Irak.

 

NB : Demain paraitra le "Dossier d'Irak"   



Tiré à part :

Les années Bush

Une "commission vérité" sur les années Bush ?

Le président de la commission judiciaire du Sénat américain Patrick Leahy s'est prononcé lundi pour une "commission vérité" sur le modèle de l'Afrique du Sud de l'après-apartheid, afin d'enquêter sur les abus présumés sous l'administration du président George W. Bush.
Le sénateur démocrate a indiqué qu'une telle commission pourrait notamment examiner la question des techniques d'interrogatoires apparentées à de la torture, ainsi que celle des écoutes téléphoniques extrajudiciaires.
Eviter les erreurs
"Je fais cela non pas pour humilier les gens mais pour faire sortir la vérité de façon à ce que nous ne fassions pas d'autres erreurs", a-t-il dit en comparant son projet à la "Commission vérité et réconciliation" mise en place en Afrique du Sud après l'apartheid.
M. Leahy, qui a dévoilé sa proposition au cours d'un discours à l'Université de Georgetown à Washington, a dit que son idée était de faire une proposition à mi-chemin entre ceux qui veulent des procès pour les responsables de l'administration Bush et ceux qui veulent passer l'éponge.
La vérité
"L'une des façons d'atteindre ce but serait un processus de réconciliation et de vérité", a-t-il dit. "Les gens seraient invités à se présenter et partager leurs expériences et leurs connaissances, non pas pour instruire des procès, mais pour rassembler des faits", a indiqué M. Leahy.
"Plutôt qu'une vengeance, nous avons besoin d'une vision impartiale de ce qui s'est passé. Parfois, la meilleure façon de progresser est d'aller vers la vérité, découvrir ce qui s'est passé pour que cela n'arrive plus", a-t-il dit.

Ps : Associations de défense des droits de l'homme et parlementaires ont multiplié depuis cet automne les appels à l'ouverture d'une enquête sur les écoutes téléphoniques autorisées par l'Exécutif sans mandat de la justice ni du Congrès, le recours à la torture dans des interrogatoires antiterroristes ou encore le limogeage de neuf procureurs en 2006 pour des raisons politiques.

(belga)

10/02/09 06h14

Juan-Pedro Schaerer,

 

Le Sénat US veut enquêter sur les dérives des années Bush.
Le comité des Affaires judiciaires du Sénat US va examiner le 4 mars les moyens de mettre en place une commission d'enquête sur les dérives judiciaires des années Bush, a annoncé hier le président de ce comité, le démocrate Patrick Leahy. « Nous ne pouvons pas avoir peur de comprendre ce que nous avons fait, si nous voulons rester une nation vigilante dans la défense tant de notre sécurité nationale que de notre Constitution », a déclaré le sénateur Leahy dans un discours au Sénat.
Le 9 janvier, M. Leahy avait indiqué qu'il souhaitait la mise en place d'une commission indépendante pour enquêter sur les dérives, notamment intérieures, de l'administration Bush dans le cadre de sa « guerre contre le terrorisme ». « Rien n'a fait plus de dégâts à la stature et à l'autorité morale de l'Amérique que la révélation que, ces huit dernières années, nous avons abandonné notre engagement historique pour les droits de l'homme, en outrepassant la loi », a argumenté M. Leahy.

10/02/09
http://www.lorientlejour.com/article/609966/Le_S%C3%A9nat_am%C3%A9ricain_veut_enqu%C3%AAter_sur_les_d%C3%A9rives_des_ann%C3%A9es_Bush.html

 

Inculper Bush et Cheney ? : Lyndon LaRouche répond  : Oui, mais surtout Tony Blair !

Faut-il mettre l’ancien président. Bush et son vice-président Cheney devant les tribunaux pour crimes de guerre comme le réclament un certain nombre de juristes et législateurs américains ?

Lyndon LaRouche estime qu’il faut surtout les poursuivre pour « entente avec une puissance étrangère », c’est-à-dire le gouvernement britannique de Tony Blair dans des actes qui sont l’équivalent de « haute trahison ».

« L’institution présidentielle américaine ne doit pas subir n’importe quelle sorte de poursuite. Ce serait dangereux. Cela voudrait dire que les Etats-Unis seraient réduits à un système de démocratie parlementaire, ce qui serait un désastre complet. Vous pouvez poursuivre le président pour des politiques qui avoisinent les crimes et délits graves, mais on ne peut pas poursuivre l’institution de la présidence elle-même », expliquait LaRouche.

« Si vous voulez poursuivre Bush et Cheney, toutes les bases sont là pour le faire. Poursuivez-les pour leurs crimes commis en fonction sans oublier Tony Blair, le premier ministre de la Grande Bretagne qui doit également être poursuivi. Les crimes les plus graves commis par Bush et Cheney pendant leur gouvernement commencent avec la guerre d’Irak, des crimes commis en collusion avec une puissance étrangère, la Grande Bretagne. Poursuivons donc Bush et Cheney en tant que complices de Tony Blair. Sous Bush et Cheney, la présidence américaine a été rendue prisonnière de l’Empire britannique, et c’est un crime suprême, un crime équivalent à de la haute trahison. »

« Les charges contre Bush et Cheney doivent donc être qualifiées d’actes équivalents à la haute trahison. Ils ont induit les Etats-Unis dans une guerre sur la base de mensonges, des mensonges qui furent pour l’essentiel concoctés en Angleterre, par ceux du 10, Downing Street, dans le bureau du premier ministre Tony Blair. La mort du Dr David Kelly est une des affaires centrales à examiner dans le contexte de poursuites appropriées de Bush, Cheney et Blair. »

21-02

http://www.alterinfo.net/Inculper-Bush-et-Cheney-Oui,-mais-surtout-Tony-Blair-!_a29974.html

Lire la suite

n°420--Journal d'Irak -08-02 au 28-02 – Suite 1 - : Le Sénat US veut enquêter sur les dérives (...) des années Bush.


n°420--Journal d'Irak -08-02 au 28-02 – Suite 1 - : Le Sénat US veut enquêter sur les dérives (...)  des années Bush.


Journal d'Irak

n°420  du 08/02  au 28/02/09

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire :

3 Politique (suite)


b) Les occupants 

1) Usa

27/2

Le peuple états-unien se débattent avec la crise et l'Irak ne serait plus, leur première préoccupation, même si 61% d'entre eux estimaient en janvier qu'une guerre qui leur a coûté des centaines de milliards devrait être abandonné, selon un sondage.

Les enquêtes montrent aussi que les Américains souscrivent à l'avis de M. Obama selon lequel leurs soldats seront mieux employés en Afghanistan.

AFP 


Obama

Obama: pas de décision sur le changement des politiques sur l'Irak et l'Afghanistan

Obama a déclaré qu’il n’a toujours pas déterminé la façon dont il s’y prendra pour modifier les politiques sur l’Irak et l'Afghanistan. 

"Je ne peux pas dire combien de temps cela va prendre. Mais ce  qui est sûr, c'est que je ne laisserai pas Al-Qaïda et Ben Laden (…)  agir impunément et attaquer les Etats-Unis", a dit M. Obama lors  de sa première conférence de presse en tant que président. 

"Pour ce qui est de l'Afghanistan, la tâche sera ardue", a-t-il affirmé. 

06-02

http://www.french.xinhuanet.com/french/2009-02/10/content_813993.htm

 

Obama veut terminer la guerre en Irak

Obama a exprimé mardi devant le Congrès (Parlement) la volonté de mettre fin "de manière responsable" à la guerre en Irak.
"Nous examinons attentivement nos politiques dans les deux guerres, et je vais bientôt annoncer un moyen concernant l'Irak qui laisse l'Irak à son peuple et finit cette guerre de façon sérieuse", a indiqué M. Obama, dans son premier discours prononcé lors d'une session conjointe du Congrès (Parlement).
Le président a également indiqué qu'il éliminera "les contrats sans offre qui ont gaspillé des milliards de dollars des Etats-Unis en Irak et réformer notre budget de défense pour que nous ne payions pas pour des systèmes d'armes de l'ère de la guerre froide que nous n'utilisons pas."
Selon les médias américains, l'administration Obama envisage de retirer la plupart des troupes américaines d'Irak avant août 2010. M. Obama a déjà reçu mardi après-midi le secrétaire à la Défense Robert Gates à la Maison Blanche. Il devrait annoncer son plan de retrait d'Irak cette semaine, probablement mercredi, selon des responsables cités par les chaînes de télévision.
En vertu du nouveau plan de retrait d'Irak, sur les 142.000 soldats américains déployés en Irak, entre 30.000 et 50.000 resteront dans le pays jusqu'en décembre 2010, alors que le reste devrait partir dans moins de 19 mois.
650 milliards de dollars y ont été dépensés depuis l'invasion de l'armée américaine en mars 2003..

Xinhua
http://www.casafree.com/modules/news/article.php?storyid=29256

Lire la suite

n°420--Journal d'Irak -08-02 au 28-02 – Fin - : Le Sénat US veut enquêter sur les dérives (...) des années Bush.


n°420--Journal d'Irak -08-02 au 28-02 – Fin - : Le Sénat US veut enquêter sur les dérives (...)  des années Bush.


Journal d'Irak

n°420  du 08/02  au 28/02/09

C.De Broeder & M.Lemaire



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be


Sommaire :

4 Libération du territoire

Détails.

L'Irak en chiffre. 

5 Médias et Manipulation de l’opinion / Vidéos

5-1 Paul Craig Roberts : La guerre au terrorisme est un canular.

5-2 Vidéo - Les hommes derrière Obama.

5-3  2 Vidéos : Pourquoi Bernard Kouchner a-t-il menacé Michel Collon d'un procès avant de reculer ?

5-4 Vers une révision de la politique sur les images de cercueils de soldats US.

6 Les brèves

6-1 Blackwater change de nom. 

6-2 L'Irak devra produire plus de pétrole pour financer sa reconstruction…

6-3 Rapprochement Irak-Iran.

6-4 Intox ? L'Iran a proposé à la Grande-Bretagne un marché sur le nucléaire contre la fin des attaques en Irak.



4 Lutte pour la libération du territoire

Pertes déclarée des occupants.

Les armées répugnent à donner des chiffres officiels

10-02

L'état major interarmes américain à Bagdad a annoncé que 4 GI's ont été tués à Mossoul, au nord de Bagdad, dans une explosion.

Deux interprètes ont aussi été tués dans cet attaque dont la nationalité n'est pas déterminée.

IRIB
http://french.irib.ir/index.php?option=com_content&task=view&id=18321

11/2

A Mossoul, à 370 km au nord de la capitale, un soldat (US?) a été tué et deux autres ont été blessés dans l'explosion d'une voiture piégée conduite par un kamikaze, a indiqué une source policière, ajoutant qu'un civil avait également été blessé.

L'attaque visait une patrouille irako-américaine, selon cette source.

AFP

15-02

Un soldat US de la division multinationale déployée dans le sud de l'Irak a été tué dimanche dans l'explosion d'une bombe dissimulée sur une route, a annoncé l'armée américaine.

AP

21-02

Un soldat US a été tué samedi près de Bagdad, a annoncé l'armée américaine, sans préciser les circonstances ni le lieu exact de l'attaque.

AFP

23-02

Trois soldats US et leur interprète ont été tués lundi dans des combats au nord de Bagdad dans la province irakienne de Diyala, a annoncé l’armée américaine.

Associated Press

24-02

Quatre soldats américains et leur interprète ont été tués mardi par deux policiers irakiens qui ont réussi à prendre la fuite dans la ville septentrionale de Mossoul, a indiqué une source du ministère de l'Intérieur. 

La patrouille américaine visitait le quartier général de la police chargée de la protection des ponts et des tunnels, a dit la même source, sans autre précision.

L’Orient-Le Jour

AFP

L’armée US a perdu 16 militaires en février, soit le même bilan qu'en janvier, selon un bilan établi à partir du site www.icasualties.org.



Les combats par provinces

1-1 Bagdad

23-02

A Ghazaliya, un arrondissement de l’ouest de Bagdad, des résistants ont ouvert le feu sur un point de contrôle de l’armée irakienne, tuant trois personnes, dont deux soldats, et en blessant huit dont quatre militaires avant de prendre la fuite, a précisé cette source.

(Al-Oufok avec les agences de presse -Associated Press)

23-02

Dans le centre de Bagdad, près du ministère de l’Agriculture, deux civils ont été tués et six personnes, dont deux policiers, ont été blessées par l’expolosion d’une bombe au passage d’une patrouille de la police, a-t-elle ajouté.

(Al-Oufok avec les agences de presse )

23-02

Toujours dans le centre de la capitale irakienne, une bombe visant la police a blessé sept personnes, dont trois policiers.

Associated Press


1-3 Province de Ninive (Mossoul (capitale de la région nord du pays - à 375 km au nord de Bagdad,) Hawijah, Kassak"(70 km au nord-est de Mossoul) & Tall Afar )

Mossoul

11/2

Cinq personnes, dont un soldat et trois policiers,ont été tués par des résistants qui ont attaqué leur patrouille .

AFP

11/2

Un responsable local du Parti islamique, Ahmed Fathi al-Joubouri, a été tué par des résistants, selon la police et le parti.

Un policier qui se rendait sur place pour repousser l'attaque a été tué par une bombe, a ajouté la même source.

AFP

12-02

Quatre soldats ont été tués lorsqu'une voiture piégée a explosé sur le passage de leur patrouille vers 12H00 (09H00 GMT) dans le centre de Mossoul, à 370 km au nord de Bagdad, a déclaré Alaa Mounaf al-Joubouri, un responsable de la police de la ville.

Deux autres policiers et un civil ont été blessés, selon lui.

(AFP)

12-02

Une attaque a viser une patrouille de police dans l'est de cette ville, considérée par les autorités US comme le dernier grand bastion urbain de la résistance du pays.

Selon un responsable de la police, un policier et deux civils ont été blessés.

AP

12-02

 Abdel Karim al-Charabi, le porte-parole à Mossoul du Front du dialogue national (le parti de Saleh Motlaq) a été tué près de son domicile, a indiqué la police.

(AFP)

 16-02

Un soldat irakien a été tué dans l'ouest de Mossoul, à 370 km au nord de Bagdad, dans l'explosion d'une bombe visant une patrouille de l'armée, a indiqué la police.

AFP

23-02
Trois militaires et un policier, ont été tués dans une série d’attaques visant lundi l’armée et la police, a indiqué une source du ministère de l’Intérieur.
Associated Press

23-02

Des inconnus ont tiré sur un policier en civil qui marchait dans la rue, l’atteignant mortellement à la tête, a indiqué une source de sécurité.

(Al-Oufok avec les agences de presse )
23-02

Lle candidat de la Liste nationale irakienne (le parti laïque de l’ex-Premier ministre Iyad Allaoui) à Bagdad, Amer Chaabane al-Haibi, a été blessé dans l’explosion d’une bombe magnétique, a affirmé la source.

(Al-Oufok avec les agences de presse )


Province de Salah ad-Din.

Tikrit, à 180 km au nord de Bagdad,

21-02

Un lieutenant de police des forces d'intervention rapide irakiennes a été tué dans l'explosion d'une bombe magnétique alors qu'il venait d'entrer dans sa voiture, a affirmé une source policière de la province.

AFP

Baiji (à 200 km au nord de Bagdad)

12 février

 "La police a arrêté  Mounzer Ahmad Soltane, le +ministre des Finances+ de’ l‘Etat islamique d'Irak’, lors d'une opération jeudi après-midi", a annoncé le chef de la police de la province de Salaheddine, Hamad Names al-Joubouri

L'Etat islamique d'Irak a été proclamé le 15 octobre 2006 par Al-Qaïda et plusieurs groupes de résistants.

AFP


Province de Babil

Iskandariyah, à 40 km au sud de Bagdad,

11/2

 "deux policiers ont été tués et trois blessés dans l'explosion d'une bombe placée sur le bord de la route principale", a affirmé Mohammed al-Tamimi, un responsable de la police.

AFP

23-02

un homme a été tué et son fils blessé par une bombe qui a explosé au passage d’une patrouille de la police, selon la même source.

(Al-Oufok avec les agences de presse )


Province de Babylone, au sud de Bagdad,

21-02

Le candidat Mohammed Hadi Laïhoub aux élections provinciales du 31 janvier pour le  parti laïque et nationaliste Al-Oumma a été tué chez lui par des hommes armés dans la province de Babylone, au sud de Bagdad, a indiqué la police.

AFP



d) Extension des guerres ?

Turquie

L'aviation turque a mené cette semaine des raids aériens contre le PKK dans le Kurdistan.
Des avions de l'armée turque ont bombardé des cibles kurdes dans le nord de l'Irak cette semaine, a indiqué l'agence de presse Anatolie, citant un porte-parole de l'armée.

Les raids aériens ont été menés mercredi et jeudi dans la région de Khakurk, dans la région autonome kurde du nord de l'Irak.

Les résistants kurdes ont confirmé les bombardements.

Ils ont aussi accusé l'Iran de mener des bombardements dans des zones frontalières inhabitées.

07/02/2009



L’Irak en chiffres (depuis le début de la guerre de conquête en mars 2003


Peuple

 

Civils tués (depuis l'occupation)

679.598

Civils blessés (depuis l'occupation) 

70.792 ( chiffre très très minimum)

Civils violés (par les troupes d'occupations)

2.507     (voir Ibrahim Allousch

Civils/Résistants arrêtes : (une dizaine par jour...)

8.940   (chiffre minimum)

Résistants (décrit tel quel ) tués

4.006 (chiffre minimum)

Résistants (décrit tel quel ) blessés

3.885   (chiffre minimum)

En prison

40.268. (chiffre minimum)

Embargo

750.000 enfants (chiffre minimal)

Embargo

750.000 adultes (chiffre moyen)

 

 

Militaires irakiens tués pendant l'invasion

45.596 (chiffre minimal)

Civils tués pendant l'invasion

120.200 (chiffre minimal)

 

 

Coalition

 

Nombre de Soldats tués (ou morts...) 

34.612

Soldats rapatriés (blessés ou malades)

52.778 (chiffre très minimal)

(*) dont 10% meurent en cours de route ou à l'hopital)

 

Disparus (dans la nature)

1.014

Désertions

5.501

Mutinerie

2 corps + 25

Aide psychologique

66.108***

Suicides

Mercenaires tues                                                                                 

5.595 (chiffre très minimal)

933

non-combattants accidentés,

27 103

Policiers/soldats/miliciens irakiens  tués

12.355

Policiers /soldats/miliciens irakiens blessés

26.505 (chiffre minimal)

Policiers /soldats irakiens disparus (dans la nature)

13.916

 

 

Autres tués (collaborateur  & mercenaires & autres)

5.536

Autres blessés (collaborateur & mercenaires & autres)

9.492

 

 

Oléoducs, les infrastructures pétrolières & d'électricité

464 attaques (grand minimum)

Infrastructures du rail

195 attaques (idem)

Hélicoptères

104  ++              (idem)

Avions (& drone)

28 ++

 


Ces   totaux sont obtenus par le recoupement (si possible) des chiffres des pertes communiqué par la résistance & les médias occidentaux + XINHUANET


The War in Iraq Costs

5-1 Les frais direct de la guerre.

Le 01-03 à 9H19

601.062.372.578 dollars

http://www.nationalpriorities.org/costofwar_home

 


Lire la suite

10/02/2009

n° 419 - Les Dossiers ' Géopolitique et stratégie' d'Irak - 09-02 – Début - Ces fourre-tout de l’idéologie médiatique occidentale...


n° 419 - Les  Dossiers ' Géopolitique et stratégie' d'Irak - 09-02 – Début - Ces fourre-tout de l’idéologie médiatique occidentale...


Les  Dossiers   'Géopolitique et stratégie' d'Irak

            n°419                                                                             09/02/09

                                        C.De Broeder  &  M.Lemaire          

                 


Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail, une seule adresse : fa032881@skynet.be



Sommaire :

Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion

1-1 Camille Loty Malebranche : Ces fourre-tout de l’idéologie médiatique occidentale...

(suite)

1-2 Wayne Madsen : Le «Grand Israël» coloniserait une partie de l’Irak.

1-3 Carole Vann : 12.000 milliards de dollars pour la guerre au Proche-Orient.

2 Dossier & Point de vue

2-1 Les problèmes auxquels les Irakiens doivent faire face aujourd’hui

2-2 Carole Vann : 400 prisons secrètes en Irak.

2-3 Isabelle Lasserre : Les risques d'un désengagement en Irak.

(Fin)

3  Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

3-1 Distribution d'assistance par le CICR à des familles vulnérable.

3-2 Malgré la mort de soldats US qui utilisaient ses équipements, la firme KBR décroche un nouveau contrat en Irak....

4 Annexe

4-1 La libération de l'Irak par les USA signifie que les Irakiens doivent manger des plantes.

4-2 Un monde post-américain?

Lire la suite

n° 419 - Les Dossiers ' Géopolitique et stratégie' d'Irak - 09-02 – Suite - Ces fourre-tout de l’idéologie médiatique occidentale...


n° 419 - Les  Dossiers ' Géopolitique et stratégie' d'Irak - 09-02 – Suite - Ces fourre-tout de l’idéologie médiatique occidentale...


Les  Dossiers   'Géopolitique et stratégie' d'Irak

            n°419                                                                             09/02/09

                                        C.De Broeder  &  M.Lemaire          



Sommaire :

Analyse -  Géopolitique et stratégie – Réflexion (suite)

1-2 Wayne Madsen : Le «Grand Israël» coloniserait une partie de l’Irak.

1-3 Carole Vann : 12.000 milliards de dollars pour la guerre au Proche-Orient.

2 Dossier & Point de vue

2-1 Les problèmes auxquels les Irakiens doivent faire face aujourd’hui

2-2 Carole Vann : 400 prisons secrètes en Irak.

2-3 Isabelle Lasserre : Les risques d'un désengagement en Irak.

1-2 Wayne Madsen : Le «Grand Israël» coloniserait une partie de l’Irak.

 

En plus de leurs intentions déjà bien connues de prendre le contrôle total de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza, de garder en permanence le Plateau du Golan en Syrie et de s’étendre dans le sud du Liban, les expansionnistes israéliens ont aussi les yeux sur certaines régions de l'Irak, considérées comme faisant partie du «Grand Israël» biblique.

Israël planifierait le déplacement de milliers de Kurdes juifs d'Israël, incluant les expatriés du Kurdistan iranien, vers les villes irakiennes de Mossoul et de Ninive, sous couvert de pèlerinages vers d'anciens sanctuaires religieux juifs. Selon des sources kurdes, les Israéliens travaillent secrètement avec le Gouvernement Régional du Kurdistan (KRG) pour mener à bien l'intégration des Kurdes et des autres Juifs dans les régions de l'Irak sous contrôle du KRG.

Après l'invasion étasunienne en 2003, les Kurdes, les Musulmans sunnites irakens et les Turkmènes ont noté que les Israéliens kurdes commençaient à acheter des terres dans le Kurdistan irakien, qui est considéré comme une «propriété» juive historique.  

Les Israéliens sont particulièrement intéressés par les sanctuaires du prophète juif Nahum à Al Qush, du prophète Jonas à Mossoul, et par le tombeau du prophète Daniel à Kirkouk. Les Israéliens tentent aussi de revendiquer des «propriétés» juives à l'extérieur de la région kurde, notamment le temple d'Ézéchiel dans le village d'Al-Kifl de la province de Babel près de Najaf et le tombeau d'Esdras à Al-Uzayr dans la province de Misan près de Bassora, les deux en territoire dominé par les Chiites au sud de l'Irak. Les expansionnistes israéliens considèrent que ces sanctuaires et tombeaux font autant partie du «Grand Israël» que Jérusalem et la Cisjordanie, qu'ils appellent «la Judée et la Samarie.»   

Les sources kurdes et irakiennes signalent que le Mossad israélien travaille main dans la main avec des compagnies israéliennes et des touristes pour subvenir aux besoins des revendications des «propriétés» juives d'Israël en Irak. Le Mossad a déjà été fortement impliqué dans la formation des forces militaires Pesha Merga kurdes.

Les Israéliens seraient aidés par des mercenaires étrangers payés par les milieux évangéliques chrétiens des États-Unis qui soutiennent le concept de «sionisme chrétien».

Les Irakiens nationalistes allèguent que l’expansion israélienne en Irak est soutenue par les deux principales factions kurdes, dont l'Union Patriotique du Kurdistan, dirigée par le président nominal irakien, Jalal Talabani. Qubad Talabani, le fils de Talabani, sert comme représentant du KRG à Washington, où il vit avec sa femme juive, Sherri Kraham.
L’activité d'achats de terres d’Israël est aussi soutenue par le Parti Démocratique du Kurdistan, dirigé par Massoud Barzani, le président du KRG. Binjirfan Barzani, l'un des cinq fils de Barzani, serait fortement impliqué avec les Israéliens.

 L’entrée en Irak des Israéliens et de leurs partisans chrétiens sionistes se fait non pas par Bagdad mais par la Turquie. Afin de dépeupler les habitants des terres revendiquées par les Israéliens, les agents du Mossad et les mercenaires sionistes chrétiens ont mis en scène des attentats terroristes contre les Chrétiens chaldéens, en particulier à Ninive, Irbil, Al-Hamdaniya, Bartalah, Talasqaf, Batnayah, Bashiqah, Elkosheven, Uqrah, et Mossoul.

Ces attentats des Israéliens et de leurs alliés sont d’habitude signalés comme étant de la responsabilité d’Al-Qaïda et d'autres djihadistes de l’Islam. [*]  

Le but ultime des Israéliens est d’éliminer la population chrétienne dans et autour de Mossoul et d’exiger les territoires en tant que terres bibliques juives qui font partie du Grand Israël. L’opération israélo/chrétienne sioniste est un remake de l'exode des Palestiniens de la Palestine sous mandat britannique après la Seconde Guerre Mondiale.

En juin 2003, une délégation d'Israéliens visitant Mossoul a dit qu’il était dans les intentions d'Israël, avec l'aide de Barzani, d’établir le contrôle israélien sur le sanctuaire de Jonas à Mossoul et sur celui de Nahum dans la plaine de Mossoul. Les Israéliens ont dit que les pèlerins juifs israéliens et iraniens iraient dans la région de Mossoul via la Turquie et rachèteraient les terres où vivent les Chrétiens irakiens.

Les centaines d’assassinats d’universitaires irakiens pourraient faire partie de ce plan, NDT.
Wayne Madsen 

Mondialisation.ca, Le 2 février 2009
Article original en anglais: Israel hopes to colonize parts of Iraq as ‘Greater Israel’, Online Journal, le  30 janvier 2009.

Traduction : Pétrus Lombard.

http://mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=12131


Lire la suite

n° 419 - Les Dossiers ' Géopolitique et stratégie' d'Irak - 09-02 – Fin - Ces fourre-tout de l’idéologie médiatique occidentale...


n° 419 - Les  Dossiers ' Géopolitique et stratégie' d'Irak - 09-02 – Fin - Ces fourre-tout de l’idéologie médiatique occidentale...


Les  Dossiers   'Géopolitique et stratégie' d'Irak

            n°419                                                                             09/02/09

                                        C.De Broeder  &  M.Lemaire          



 Sommaire :

3  Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

3-1 Distribution d'assistance par le CICR à des familles vulnérable.

3-2 Malgré la mort de soldats US qui utilisaient ses équipements, la firme KBR décroche un nouveau contrat en Irak....

4 Annexe

4-1 La libération de l'Irak par les USA signifie que les Irakiens doivent manger des plantes.

4-2 Un monde post-américain?


 


3  Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

3-1 Distribution d'assistance par le CICR à des familles vulnérable.

En 2008, l’Irak est la plus vaste opération déployée par le CICR au niveau mondial. L’assistance d’urgence à la population civile touchée par le conflit a été renforcée, notamment la fourniture de secours d’urgence, le soutien aux hôpitaux qui doivent faire face à des situations d’urgence de grande ampleur, ainsi que les efforts visant à l’amélioration des soins de santé pour la population, et à l’entretien des infrastructures vitales d’approvisionnement en eau et d’assainissement.

Dans le cadre de ses activités de protection, le CICR accorde une attention particulière aux personnes détenues ou internées par les forces multinationales et les autorités irakiennes, aidant notamment les personnes privées de liberté à maintenir des contacts avec leurs proches.
Il soutient aussi les centres de réadaptation physique du pays et vient en aide aux civils déplacés. Il a en outre mis en place des programmes de soutien des moyens d’existence pour aider les gens à devenir autosuffisants.
Présent en Irak depuis 1980, le CICR s’emploie également à faire la lumière sur le sort des personnes touchées par les conflits qu’à vécu l’Irak depuis lors, et dont on ignore ce qu’elles sont devenues.
Personnel (2009) : 624 collaborateurs dont 93 expatriés basés en Irak et à Amman.

Tenter d'assurer l'indispensable : ce que le CICR peut faire en Irak

Juan-Pedro Schaerer, chef de la délégation du CICR pour l’Irak, s’exprime sur les besoins croissants du pays en services essentiels. Il évoque les problèmes auxquels le CICR doit faire face, notamment les difficultés qu'il rencontre à toucher ceux qui ont le plus besoin de son assistance, et explique comment l’institution fournit de manière ininterrompue des secours d’urgence, en adaptant constamment ses méthodes de travail aux conditions de sécurité variables.

AFP


Lire la suite

09/02/2009

n° 418 -Journal d'Irak -28-01 au 08/02 - Début - Robert Gates, le pouvoir derrière Obama ?


n° 418 -Journal d'Irak -28-01 au 08/02  - Début - Robert Gates, le pouvoir derrière Obama ?



Journal d'Irak

 n°418   28/01 - 08/02/09

                    C.De Broeder & M.Lemaire       



Si vous voulez-me contacter ou obtenir le Journal par mail une seule adresse : fa032881@skynet.be

 


Sommaire :  

Tiré à part :

Paroles & action du bientôt président...

Réunions de crise pour lancer l'ère Obama

Lutte pour la libération du territoire

3 Politique

1) collaborateurs Irakiens

2) occupants 

Suite

4 Libération du territoire

Détails.

L'Irak en chiffre. 

Le taux de suicides dans l'armée US a atteint un record en 2008

6 Les brèves

6-1 Plainte officielle à propos de votes.

6-2 Le succès des sunnites à Mossoul va peut-être marginaliser Al Qaïda.

Fin

7 Dossier & Point de vue

7-1 Ernesto Villegas Poljak : Robert Gates, le pouvoir derrière Obama ?

7-2 Le directeur désigné de la CIA rejette l'ère Bush et ses pratiques.

7-3 Les femmes s'engagent en politique.

7-4 Projet en cours d’envoyer des Palestiniens d’Irak vers le Soudan.

8 Déclaration, courrier des lecteurs & témoignage

8-1 Chomsky : Pas de changement venant D'Obama.

8-2 Xavier Monnier et Nicolas Beau : Les bonnes affaires de Bernard Kouchner au Kurdistan



Tiré à part :

06-02

L'Irak est considéré comme l'un des pays les plus corrompus au monde selon Transparency International.

AP

7/2

L'Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) devrait réduire sa production lors de sa prochaine réunion en mars afin de faire remonter le prix du baril à au moins 70 dollars, a indiqué samedi le ministre irakien du Pétrole.

"L'année 2009 sera difficile dans le monde, et cela se reflétera sur la demande de pétrole, et les prix baisseront", "En mars, l'OPEP se réunira avec l'intention de réduire sa production afin de relever les prix et d'encourager la production par les pays qui ne sont pas membres de l'OPEP". a déclaré Hussain al-Shahristani lors d'un colloque sur le développement de l'industrie des hydrocarbures irakienne à Bagdad.

"Nous pensons que le prix ne devrait pas être inférieur à 70 dollars le baril", a-t-il souligné.

Les baisses de production répétées de l'OPEP n'ont pas réussi à endiguer jusqu'ici la chute du prix du pétrole, passé de 147 dollars en juillet à 40 dollars vendredi à la Bourse de New York.

L'OPEP avait décidé d'une baisse de production de deux millions de barils au cours du dernier trimestre 2008, suivie d'une autre de 2,2 millions en décembre.

L'Irak, dont le budget dépend à 95% des revenus du pétrole, est particulièrement touché par la baisse des prix de l'or noir.

Le gouvernement a ainsi dû réduire de 80 à 64 milliards de dollars son budget prévisionnel pour l'année 2009.

AP


Paroles & action du bientôt président...

Réunions de crise pour lancer l'ère Obama

Extraits

Dès mercredi après-midi, Barack Obama a réuni son conseil de guerre pour examiner la situation en Irak et en Afghanistan,( ainsi que la conduite de leur guerre au terrorisme).

D'emblée, la politique étrangère s'est imposée à son attention et la première journée de l'ère nouvelle a été consacrée à deux conseils de guerre : le premier économique pour chercher la parade à la crise qui s'aggrave, le second militaire pour décider de la poursuite de la ‘guerre au terrorisme’ et des conflits en Irak et en Afghanistan.

Obama a rassemblé autour de lui à la Maison-Blanche le vice-président Joe Biden, le secrétaire à la Defense Robert Gates - un ancien de l'équipe de George W. Bush -, le chef d'état-major interarmées, l'amiral Michael Mullen, qui occupait déjà ce poste sous Bush, et le proconsul américain pour le Moyen-Orient, le général David Petraeus, artisan sous Bush de l'"escalade" (le "surge") en Irak.

Le chef du corps expéditionnaire à Bagdad, le général Ray Odierno, a participé à la réunion par vidéoconférence.

 À l'ordre du jour : comment mettre en oeuvre la promesse de retirer les troupes combattantes d'Irak dans les seize mois promis par Obama, combien de soldats laisser sur place après cette date et comment lancer en Afghanistan une "escalade" inspirée de l'exemple irakien en y transférant une partie - on parle de 20 à 30.000 hommes - des forces retirées d'Irak et en poussant les alliés (dont la France) à s'y engager plus nettement ?
Obama veut prendre les problèmes à bras-le-corps
Dans son discours d'investiture mardi, Obama, dont les critiques contre l'invasion de l'Irak avaient soulevé les espoirs de la gauche antiguerre, a très clairement indiqué qu'il entendait poursuivre ce qu'il a qualifié de "guerre" contre le terrorisme islamiste, "un réseau de haine et de violences aux vastes ramifications", et qu'il était, comme son prédécesseur, déterminé à "vaincre" al-Qaeda, ses satellites et ceux qui les applaudissent et les soutiennent.

La gestion immédiate de la stratégie et de la politique étrangère, dont Obama avait évité de se mêler tant que George Bush était en place (selon le principe qu'il n'y a qu'un seul président à la fois), a cependant été retardée par le délai dans la confirmation de la sénatrice de New York, Hillary Clinton, au poste de secrétaire d'État, bloquée au Sénat par des batailles d'arrière-garde de certains républicains qui disaient s'inquiéter des possibles interférences entre elle et les activités humanitaires de son époux, l'ex-président Bill Clinton, à travers la fondation de ce dernier, avant que sa nomination ne soit finalement approuvée mercredi soir.

La nouvelle "ère" Obama
Barack Obama n'en a pas moins marqué le premier jour de sa "nouvelle ère" par des mesures symboliques, mais significatives de l'orientation nouvelle qu'il veut donner à la politique américaine. Dès mardi soir, sur ordre du secrétaire à la Defense,
les procès engagés contre les suspects de terrorisme détenus à Guantanamo devant les tribunaux spéciaux militaires avaient été interrompus sine die en attendant que le département de la Justice décide de la manière de mettre en pratique l'engagement à fermer le centre de détention installé sur la base militaire à Cuba. Le Président devrait signer jeudi le décret ordonnant la fermeture de Guantanamo d'ici un an. Mardi, dans son discours, il a affirmé sa volonté de ne pas se laisser enfermer dans "le faux dilemme entre le respect de (leurs) idéaux et la protection de (leur) sécurité" qui avait été invoqué par l'administration Bush pour justifier l'ouverture de Guantanamo, comme l'usage de la torture contre les prisonniers soupçonnés de terrorisme.

Patrick Sabatier (à Washington)

Modifié le 23/01/2009 à 11:13 Le Point.fr

 MARC WILSON/

AFP

http://www.lepoint.fr/presidentielle-americaine/reunions-de-crise-pour-lancer-l-ere-obama/1781/0/309254


 


Politique

a) Des collaborateurs Irakiens

Maliki

6/2.

al-Maliki : "Nous avons demandé au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon d'agir pour mettre fin aux sanctions qui pèsent contre l'Irak depuis l'agression aventureuse menée par l'ancien régime".

AP


2°Confection d'un gouvernement fantoche

04-02

Nouri al-Maliki a(urait) gagnés les élections provinciales.

La liste «Coalition pour l'État de droit» patronnée par le chef du gouvernement domine à Bagdad avec 38 % des voix loin devant ses suivants qui n'obtiennent au mieux que 9 %, après le dépouillement de 90 % des suffrages.

Elle mène dans huit des neuf provinces du sud de l'Irak.

7,5 millions d'Irakiens, soit 51% des électeurs, avaient voté dans 14 des 18 provinces du pays pour renouveler leurs Conseils provinciaux qui désignent les gouverneurs.

Plusieurs centaines de Kurdes se sont plaints, le jour de l'élection, de ne pas pouvoir trouver leurs noms sur les listes électorales.

AP

http://www.ledevoir.com/2009/02/06/231832.html

04-02

Selon le dirigeant du Conseil suprême islamique en Irak Hakim, aucun mouvement n'a obtenu suffisamment de voix pour diriger seul un des conseils provinciaux - Bassorah excepté - et désigner les gouverneurs, ce qui annonce des négociations difficiles pour former des coalitions, notamment dans la capitale.

"Je ne crois pas que quiconque ait réussi un raz-de-marée à Bagdad (...) l'"Etat de droit" pourrait être devant les autres en termes de sièges, mais au regard des chiffres disponibles, il n'y a pas de raz-de-marée et des coalitions sont nécessaires", a-t-il expliqué lors d'un entretien à Reuters.

Il a ajouté que sa propre formation avait gagné plus de sièges qu'en 2005, mais moins qu'elle ne l'espérait.

Très bien organisé et plus riche que beaucoup de rivaux, le CSII pourrait profiter de l'absence de vainqueur net pour s'attirer les faveurs de formations indépendantes ou plus petites.

Reuters


Les grandes manœuvres

06-02

Le chef du gouvernement al-Maliki, a demandé "que soient révisées toutes les résolutions, y compris la 661, imposées à l'Irak, afin que l'Irak retourne dans la communauté des Nations".

Adoptée par le Conseil de sécurité le 6 août 1990, sous le Chapitre VII de l'ONU, la résolution 661 impose de larges sanctions contre le régime de Saddam Hussein après son invasion du Koweït le 2 août 1990.

Beaucoup de sanctions ont été levées par la résolution 1483 du 22 mai 2003, après l'invasion conduite par les Etats-Unis en mars, mais il reste notamment l'interdiction d'exporter des armes vers l'Irak et des sanctions financières.

AP


Prisons, exactions & torture

Une femme arrêtée pour avoir recruté d'autres femmes kamikazes

 3 février,

Une femme soupçonnée d'avoir recruté plus de 80 autres femmes kamikazes a été arrêtée, a annoncé mardi l'armée irakienne. Une vidéo montrant cette femme, Samira Ahmed Jassim, connue sous son surnom de "Umm al-Mumineen", a été diffusée aux journalistes lors d'une conférence de presse à Bagdad.

Samira Ahmed Jassim y décrit comment elle aurait persuadé les femmes de devenir kamikazes, avant de les conduire dans un camp d'entraînement.

Elle a affirmé agir aux côtés de résistants basés dans la province de Diyala, au nord de Bagdad.

Au moins 36 femmes kamikazes ont tenté ou réussi 32 opérations 2008, contre 8 femmes en 2007, selon les chiffres de l'armée américaine.

AP


Lire la suite